A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Sep 2018 6:30

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : La naissance de la féodalité
Message Publié : 23 Jan 2018 20:06 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 17 Juin 2008 13:52
Message(s) : 207
Bonjour,

D'après ce que j'ai compris, la vassalité (non héréditaire) à commencer à apparaître sous Charlemagne puis sous Charles le Chauve, il y a le capitulaire de Quierzy qui institue la vassalité héréditaire mais il me semble avoir compris que c'était quelque chose qui ne devait pas durée dans le temps mais vu que Charles le Chauve est mort la même année, cette vassalité dura dans le temps et prit l'importance qu'on connaît... mais je me demande pourquoi ça n'a pas été révoquer au bout d'un moment après Charles le Chauve ? Ca a quand même provoqué l'émiettement du pouvoir royal !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2018 6:14 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10272
Localisation : Région Parisienne
C'est plutôt l'abaissement du pouvoir royal qui a provoqué le phénomène. L'hérédité du capitulaire de Quierzy devait se faire sous le contrôle du roi, sa mort puis la succesion de rois faibles empêcha ce contrôle.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2018 12:32 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1338
Ce ne sont pas les lois qui façonnent la société. C'est à l'inverse l'état de la société qui inspire les lois.

La féodalité est née de ce que la conception de l'Etat qui s'imposait dans la république romaine s'est progressivement perdue. Peu à peu, les détendeurs de pouvoirs ont eu tendance à les étendre et à les pérenniser. Comme il est dit dans la fable, la raison du plus fort est toujours la meilleure et, comme l'état de fait finit à la longue par devenir état de droit, les abus initiaux ont fini par être universellement acceptés et les charges publiques ont peu à peu été admises comme propriétés personnelles de leur détenteurs. Il était logique que cela fît changer la nature des liens d'autorité : dans le même temps que le pouvoir devenait un bien patrimonial, les relations entre les citoyens et les détenteurs d'une autorité publique se dissolvaient tandis que s'établissaient des liens personnels entre vassaux et seigneurs ou suzerains. Progressivement, on a cessé de servir l'Etat sous l'autorité d'un fonctionnaire pour servir son seigneur dans le cadre d'un lien vassalique. Si le royaume était la propriété du roi, il n'y avait pas de raison que le fief ne devînt pas aussi la propriété du seigneur.

Il n'y avait pas de raison non plus que paroisses et évêchés, perçus comme des fonds de commerce, ne devinssent également propriétés de leurs titulaires. En effet, fut observée une tendance à une transmission héréditaire des évêchés. L'Eglise sentit le danger et sut réagir à temps. Cela explique en partie l'institution de la règle du célibat pour les prêtres.

Le capitulaire de Quierzy et autres textes ultérieurs ne sont que la formalisation de rapports sociaux déjà institutionnalisés dans les faits.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2018 1:01 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2684
Localisation : St Valery/Somme
Barbetorte a écrit :
Si le royaume était la propriété du roi, il n'y avait pas de raison que le fief ne devînt pas aussi la propriété du seigneur.

pas si évident que cela pour le roi franc. Il y a une opposition entre la logique du barbare qui considère sa conquête comme sa propriété et la res publica romaine tardive qui considère le royaume comme propriété de Dieu. On voit bien l'opposition entre le souverain et son clerc qui va lui rappeler ses obligations vis a vis de la Res Publica que ce soit Clovis / Saint Rémi; Dagobert / St Eloi, Carloman/ Hincmar de Reims. J'était surpris de voir le mot Res Publica qui figure dans les écrits de conseil au souverain, mais je pense que ce concept subsiste comme un lointain souvenir. Alors qu'il disparaît après l'an mill.

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2018 11:35 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1338
Votre remarque est très juste. La vision du chef et celle du clerc sont certainement différentes et ce qu'il en résulte est difficile à cerner. Mon explication est très schématique, ce n'est que la mienne et mes lumières sur la période sont très faibles.

J'ai surtout réagi à : il y a le capitulaire de Quierzy qui institue la vassalité héréditaire et mon propos était avant tout un appel à remettre les choses dans leur contexte. Nous sommes habitués à ce qu'une loi soit adoptée un jour précis, puis promulguée puis publiée et qu'elle entre en vigueur le lendemain de sa publication à 0 heure. A peu de choses près, il en déjà déjà ainsi des ordonnances de Louis XIV. Mais lorsque nous remontons aux temps carolingiens, nous pénétrons un autre monde et nous ne pouvons plus dire que le capitulaire de Quierzy a institué la vassalité héréditaire comme la loi 88-1088 du 1er décembre 1988 a institué le RMI. C'est surtout un marqueur chronologique qui nous indique que la vassalité héréditaire entrait dans les moeurs.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2018 23:57 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2684
Localisation : St Valery/Somme
Il y a aussi le capitulaire de Meerssen, un peu plus tot en 847 qui marque aussi le début de la féodalité.
Citer :
Charles II invite tout homme libre à se choisir un seigneur, que ce soit le roi ou un autre seigneur : « Volumus ut unusquisque liber homo in nostro Regno Seniorem, qualem voluerit in nobis & in nostris Senioribus, accipiat » (Nous voulons que chaque homme libre dans notre royaume reçoive pour seigneur celui qu'il aura lui-même choisi, soit nous-même, soit un de nos fidèles) »
C'est la démocratisation de la vassalité qui était jusqu'alors entre le rois et son vassal, ça devient un lien entre deux homme libre. La aussi c'est peut être la généralisation de cet état de fait à cause des invasions viking, bretonne et arabe qui a conduit le rois à dire "que chacun se demmerde comme il peut" :wink:

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB