A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Avr 2019 3:45

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 10 Déc 2018 14:23 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 393
En faisant des recherches sur les légumineuses fourragères dans l'histoire de l'agriculture française je suis tombé sur un article évoquant Olivier de Serres et son traité Le Théâtre d'Agriculture.
Voici l'article en question dans Persée, il date de l'année 2000.
https://www.persee.fr/doc/rhren_0181-6799_2000_num_50_1_2321
L'auteur, Jean Boulaine, n'est pas un historien. Il est Docteur ès sciences naturelles, pédologue, Professeur émérite à l'Institut national agronomique de Paris. - Membre de l'Académie d'agriculture de France

J'aimerais avoir l'avis des membres de passion histoire sur ce passage de son article, page 14, et tout particulièrement celui que j'ai mis en gras :

L'ancien régime a organisé, depuis le haut Moyen Age, une grande partie du territoire national en paroisses soumises à ce que l'on appelle curieusement l'assolement soit triennal soit biennal (parfois quadriennal).
Il faudrait dire assolement paroissial tripartite. Ce qui est triennal c'est la rotation qui consiste à faire se suivre chaque année des cultures différentes et cyclique, par exemple : blé - céréale secondaire - jachère (triennale). Pour la commodité du prélèvement de la dîme et du champart on les rassemblait dans une même sole (section de terrain). Ces obligations rendaient impossibles la variabilité des cultures et entre autres la pratique des légumineuses fourragères. Olivier de Serres était libéré de ces contraintes et son oeuvre deviendra utilisable dans tout le territoire seulement après 1791.


J'avoue que je ne comprends pas très bien ce passage et je me pose quatre questions :

- est-ce que ces lignes, écrites par un non historien, sont correctes sur le plan historique ?

- en quoi le prélèvement de la dîme et du champart rendaient impossible (ou très difficile) la variabilité/rotation des cultures ?
(L'auteur écrit variabilité comme un synonyme de rotation semble t-il)

- a t-on des traces écrites ou archéologiques au Moyen Age d'un recours des paysans français aux légumineuses fourragères (féveroles, lupins) ?

- quelles régions du territoire national n'étaient pas soumises à ce que l'auteur appelle "l'assolement paroissial tripartite" ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Déc 2018 16:11 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10412
Localisation : Région Parisienne
Je sais que la culture des légumineuses fourragères sont tardives en France. Elles commencent au XVIIe , mais je ne crois pas que ce soit une question de dîmes ou de champart. Je dois avoir de la documentation là dessus, soit dans Moriceau, soit dans Leroy-Ladurie. Je vais y jeter un coup d'oeil.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Déc 2018 20:44 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 393
Jean-Marc Labat a écrit :
Je sais que la culture des légumineuses fourragères sont tardives en France. Elles commencent au XVIIe , mais je ne crois pas que ce soit une question de dîmes ou de champart. Je dois avoir de la documentation là dessus, soit dans Moriceau, soit dans Leroy-Ladurie. Je vais y jeter un coup d'oeil.


Merci !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Déc 2018 9:50 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10412
Localisation : Région Parisienne
J'ai de gros doutes sur l'affirmation de ce monsieur. Il était constant que le champart était prélevé sur la champ, que le cultivateur n'avait pas le droit de déplacer ses gerbes avant le passage du receveur. Mais le champart n'est pas perçu partout, au contraire de la dîme, qui peut être seigneuriale ou ecclésiastique. Celle-ci peut être payée en nature ou en argent selon des modalités que j'ignore. Les nouvelles cultures sur jachères, luzerne, sainfoin et autres Je ne vois aucune raison pour que la rotation des cultures soit altérée par le système d'imposition.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Déc 2018 20:33 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1469
Localisation : Orne
"... des cultures différentes et cyclique, par exemple : blé - céréale secondaire - jachère (triennale). Pour la commodité du prélèvement de la dîme et du champart on les rassemblait dans une même sole (section de terrain)."

Je comprends que le pronom "les" désigne l'ensemble que constituent les trois parcelles qui suivent le cycle triennal (et non pas l'addition de la dime et du champart). Les bénéfices ne sont pas les mêmes s'il s'agit de blé, de céréale secondaire ou de jachère. Donc, le regroupement des trois parcelles permet de taxer en fonction de la moyenne des bénéfices.

Pour le reste, je ne sais pas, concernant l'impossibilité d'avoir des légumineuses fourragères.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Fév 2019 8:00 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2722
Localisation : St Valery/Somme
Oliviert a écrit :
"... des cultures différentes et cyclique, par exemple : blé - céréale secondaire - jachère (triennale). Pour la commodité du prélèvement de la dîme et du champart on les rassemblait dans une même sole (section de terrain)."

Je comprends que le pronom "les" désigne l'ensemble que constituent les trois parcelles qui suivent le cycle triennal (et non pas l'addition de la dime et du champart).

C'est vrai que cette phrase n'est pas claire. Ne sagit-il pas du rassemblement de l'ensemble de la production sur la sole en jachère pour permettre au receveur de la prélever d'un coup?
Le blé d'hivers se récolte en juillet en même temps que les "mars" légumineuse, petit blé etc...
La sole en jachère servant de lieu d'exposition en quelque sorte. Les grains perdus vont permettre le regain sur cette sole enrichie en fumier tout l'hiver. Et le regain est exonéré d'impôt et profite à l'ensemble de la communauté.

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB