A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 18 Sep 2018 15:10

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : 1064, Barbastro
Message Publié : 08 Sep 2018 22:19 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 11 Nov 2017 17:20
Message(s) : 21
En allant chez le libraire, je suis tombé sur ce bouquin. Je n'ai pas voulu l'acheter mais j'ai noté les coordonnés.

"1064, Barbastro", par Carlos Laliena Corbera et Philippe Sénac, NRF Essais.

Synopsis :
Barbastro est à l’Espagne médiévale ce qu’est la bataille de Poitiers à l’histoire de France : un fait d’armes – une défaite non décisive de troupes musulmanes – qui, au fil des siècles, fut sublimé par un récit national en une date majeure des Croisades et de la Reconquête. Au printemps 1064, une armée de guerriers franchit les Pyrénées, animés, a-t-on dit, par le désir d’en découdre avec l’Autre, à savoir le musulman. Celui-ci a mérité d’être puni puisque, non seulement hérétique, il vient d’occire le souverain aragonais avec lequel plusieurs lignages nobiliaires d’outre-monts ont tissé des liens d’amitié. Les cavaliers fondent sur une petite cité musulmane de la vallée de l’Ebre appelée Barbastro, qu’ils enlèvent avant de la perdre à nouveau l’année suivante. Il ne s’agit plus d’entreprises individuelles et d’une portée limitée, mais d’une expédition de plusieurs milliers d’hommes venus du nord et rejoints par des guerriers normands d’Italie et des contingents catalans. Ces troupes se seraient mobilisées à l’appel du pape : pour nombre d’historiens c'est ici, au pied des Pyrénées, que serait née la "Croisade". Sans doute quelques puissants, sous l’influence d’abbés ou d'évêques, se sentent-ils porteurs d’une mission chrétienne, mais quelques décennies plus tôt encore, des comtes s’étaient entendus avec des Arabes pour attaquer Compostelle, le haut-lieu de la chrétienté hispanique ; quant aux habitants qui peuplent les campagnes ou les bourgades naissantes, ils n’ont qu’une maigre idée de l’Islam et des musulmans. C’est tout autant l’envie de combattre, de vaincre et de conquérir et le désir de s’emparer d’un butin qui animent les combattants. À la manière de Georges Duby dans Le Dimanche de Bouvines, les auteurs déploient toute la richesse de l’histoire événementielle, tant cette bataille sert de révélateur des structures, des cultures et des sensibilités. Bien que peu éclairé par les sources, qu’elles soient arabes ou latines, l’épisode de Barbastro fut gravé dans les mentalités pour devenir, à la manière de Bouvines, "un lieu de mémoire".



Sur wikipedia l'information est succinte : https://fr.wikipedia.org/wiki/Croisade_de_Barbastro

Le site Atlantico publie les "bonnes feuilles" de cet ouvrage.
http://www.atlantico.fr/decryptage/barb ... 76923.html
Citer :
Au printemps 1064, une armée de guerriers franchit les Pyrénées pour gagner l’Espagne. Leur nombre reste méconnu, mais l’expédition mit certainement en cause plusieurs milliers d’hommes, peut-être même davantage.

Des cavaliers pour la plupart, animés d’une soif de vengeance et d’un désir d’en découdre avec l’Autre, c’est-à-dire l’infidèle, le musulman. Celui-ci méritait d’être puni puisque, non seulement hérétique, il venait d’occire un roi, Ramire, le souverain aragonais avec lequel plusieurs lignages nobiliaires d’outre-monts avaient tissé des liens d’amitié. L’année précédente en effet, au mois de mai, sur les premiers contreforts des Pyrénées, en une localité nommée Graus, les infidèles avaient défait ce roi qui mourut lors des combats, laissant à son jeune fils Sanche un royaume menacé.

Cette défaite justifiait un châtiment et l’armée chrétienne était venue pourfendre l’ennemi en choisissant pour cible une petite cité musulmane de la vallée de l’Èbre appelée Barbastro et connue en arabe sous le nom de Barbushtar (ou Barbashtur).

À vrai dire, la venue de guerriers français en terre hispanique n’était pas chose nouvelle : chargés du souvenir de l’empereur Charlemagne et de ses preux compagnons, certains chevaliers français s’étaient déjà rendus en Espagne pour combattre l’infidèle. Dans la première moitié du xie siècle, tel avait été le cas du Normand Roger de Tosny, puis celui de Guillaume Sanche de Gascogne, ou encore celui du comte Bernard de Bigorre, qui mourut en luttant près de la forteresse de Loarre vers le milieu du xie siècle. Rupture toutefois, car il ne s’agissait jusque-là que d’entreprises individuelles et d’une portée limitée. L’événement qu’entend relater ce livre est cependant nouveau puisqu’il opéra un tournant décisif dans l’histoire des « affaires d’Espagne » et cela pour plusieurs motifs. D’abord parce que les troupes venues du Nord rejoignirent des guerriers normands venus d’Italie et des contingents catalans, l’offensive prenant ainsi l’allure d’une expédition « internationale ». Surtout parce que ces troupes se seraient mobilisées avec l’appui d’un pape, voire à son appel. Ces nouveautés ont longtemps retenu l’attention des historiens et pour certains c’est ici, sur les confins d’al-Andalus, au pied des Pyrénées, que serait née la « croisade ».

De cette guerre entre chrétiens et musulmans en péninsule Ibérique, on parle beaucoup. Trop peut-être. De fait, sous l’effet de tensions qui envahissent l’actualité, le nombre de travaux relatifs à la reconquête s’est considérablement alourdi. Évoquer toutes les publications qui s’y rapportent serait même fastidieux dans la mesure où c’est par centaines que se sont développées des enquêtes et des programmes de recherches consacrés à cette lutte séculaire qualifiée tantôt de « juste », de « sacrée » ou de « sainte », en particulier depuis les années soixante du siècle dernier. Cette guerre sainte, l’un de nos plus grands médiévistes, Jean Flori, en a brillamment dessiné l’évolution, la stratigraphie presque, depuis l’Antiquité jusqu’à la Réforme grégorienne, en distinguant plusieurs phases.

D’abord « justifiable », la guerre devint « méritoire » puis « sacralisée par l’Église » et enfin « sanctifiée par le pape » au cours du xie siècle. La démonstration est convaincante et retrace parfaitement l’essor de cette idéologie guerrière avant la première croisade (1099). Mais aller chercher dans les montagnes asturiennes au début du viiie siècle, à Covadonga, les prémices de ce que l’on nomme la reconquête paraît bien excessif, même si, comme le relevait au milieu du xxe siècle José Antonio Maravall et depuis d’autres historiens, l’expansion armée constitua bien l’un des fils directeurs de toute l’histoire de l’Espagne médiévale.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: 1064, Barbastro
Message Publié : 09 Sep 2018 13:05 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 200
---
C'est très intéressant.
J'ignorais totalement l'impact de cette bataille.
- Histoire médiévale de la péninsule ibérique - A. Rucquoi
[... La réforme grégorienne et l'appel à la croisade lancé en 1075 allaient cependant changer le sens de la reconquête, dans la mesure où la lutte contre les infidèles devenait prioritaire et l'emportait sur une "protection" lucrative.
Dès 1064, Ramire, roi
"en" Aragon, Sobrarbe et Ribagorza, fit appel au pape et aux Français pour reconquérir Barbastro. Alphonse VI ... poursuivit sa politique de perception de" parias"
...]
Les deux autres fois où l'endroit est mentionné, il n'est pas même fait allusion à une bataille...

---


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: 1064, Barbastro
Message Publié : 09 Sep 2018 15:36 
En ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4809
Localisation : Allemagne
Etant originaire du Béarn ( d'où mon avatar), je me suis intéressé dès mon adolescence à ces combats en Espagne dans le cadre de la Reconquista. Je vous donne quelques titres qui pourront donner des éléments à ceux qui sont intéressés par cette question :
- Pierre Tucoo-Chala : "Quand l'Islam était aux portes des Pyrénées"
- Pierre Peyrous : "La première souveraineté du Béarn"
- Philippe Conrad : "Histoire de la Reconquista"

Comme souvent l'article de Wikipédia sur la question est beaucoup plus complet dans la version anglaise.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: 1064, Barbastro
Message Publié : 10 Sep 2018 6:46 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10268
Localisation : Région Parisienne
Ces croisades sont peut être dues à l'influence de la Paix de Dieu qui se répand peu à peu, et qui privilégie la violence contre les ennemis de la Chrétienté.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB