A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Août 2017 23:22

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Marie Stuart et François II
Message Publié : 02 Déc 2016 15:18 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Déc 2013 19:33
Message(s) : 607
Localisation : Mon blason devrait vous en donner une petite idée...
Bonjour à tous,

Avec le mariage de François II et Marie Ire d'Écosse, l'Écosse a bien failli passer sous la domination de la France. Une clause secrète prévoyait même le rattachement pur et simple de l'Écosse à la France, même si le couple n'avait pas d’enfant. Évidemment, le parlement écossais s'y est fermement opposé et le traité d'Édimbourg en 1560 annule cette clause et entraîne le renoncement de la France à tous ses droits sur l'Écosse, et François meurt peu après.
Pourtant, si Marie avait eu des enfants avec François, ceux-ci auraient forcément été héritiers du trône d'Écosse après leur mère...
...et du trône de France après leur père!
Ce que je vous demande n'est en aucun cas une uchronie, mais bel et bien une réponse vraisemblable d'après les lois des deux royaumes à cette époque : si Marie et François avaient eu des enfants, que se serait-il passé?
- la France à un enfant et l'Écosse à un autre?
- une union personnelle de deux royaumes séparés?
- l'annexion pure et simple de l'Écosse (peu vraisemblable vu les récriminations du parlement écossais)?
Que disaient les lois successorales?
Merci d'avance!

_________________
-Qui suis-je pour discuter avec l'Histoire ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Déc 2016 23:20 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15316
Localisation : Alsace, Colmar
Camille l'uchronique a écrit :
Bonjour à tous,

Avec le mariage de François II et Marie Ire d'Écosse, l'Écosse a bien failli passer sous la domination de la France. Une clause secrète prévoyait même le rattachement pur et simple de l'Écosse à la France, même si le couple n'avait pas d’enfant. Évidemment, le parlement écossais s'y est fermement opposé et le traité d'Édimbourg en 1560 annule cette clause et entraîne le renoncement de la France à tous ses droits sur l'Écosse, et François meurt peu après.
Pourtant, si Marie avait eu des enfants avec François, ceux-ci auraient forcément été héritiers du trône d'Écosse après leur mère...
...et du trône de France après leur père!
Ce que je vous demande n'est en aucun cas une uchronie, mais bel et bien une réponse vraisemblable d'après les lois des deux royaumes à cette époque : si Marie et François avaient eu des enfants, que se serait-il passé?
- la France à un enfant et l'Écosse à un autre?
- une union personnelle de deux royaumes séparés?
- l'annexion pure et simple de l'Écosse (peu vraisemblable vu les récriminations du parlement écossais)?
Que disaient les lois successorales?
Merci d'avance!


Plusieurs exemples historiques montrent qu'on a toujours su adapter les lois successorales aux réalités du moment, quitte à ré-inventer une loi "salique".
Dans le cas d'espèce, il faut tenir compte de quelques éléments de contexte. Par exemple, l'Ecosse est protestante, tandis que la France est majoritairement catholique. A l'époque, c'est prépondérant. Les Ecossais n'auraient sûrement pas accepté un souverain catholique et les français n'auraient pas accepté un souverain protestant. Du coup cela élimine les 2 dernières propositions :
Camille l'uchronique a écrit :
- une union personnelle de deux royaumes séparés?
- l'annexion pure et simple de l'Écosse (peu vraisemblable vu les récriminations du parlement écossais)?


Il ne reste que la première solution, mais, il fallait 2 enfants différents, l'un élevé pour devenir roi de France, l'autre pour être roi ou reine d’Écosse. Donc, l'un des enfants devait à tout prix être un garcon pour pouvoir hériter de la couronne de France. L'autre enfant pouvait être une fille.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Déc 2016 23:39 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2184
Localisation : Paris
Les recherches d'Éric Durot qui a fait sa thèse sur l'action politique des Guise, est assez éloquente sur la question ; il y a une véritable volonté de la part d'Henri II et de François II, sous l'influence des Guise, d'annexer l’Écosse et de la rattacher purement et simplement à la France. Le mot colonie a même été employé par les Écossais pour dénoncer la redistribution des terres écossaises par les Français aux hommes de guerre employés par les Guise pour gouverner l’Écosse.

Trois évènements illustrent ce processus d'annexion qui a duré de 1558 à 1560.
- Le mariage de Marie et François.
- Le décret d'Henri II qui accorde la nationalité française à tous les Écossais, avec les privilèges qui en découlent (achat de biens, etc.).
- La reconnaissance par le Parlement écossais, de la souveraineté du dauphin François en tant que roi souverain d’Écosse, ce que Henri II a eu bien du mal à obtenir. François II et Marie doivent régner sur l’Écosse à l'image du couple Marie Tudor et Philippe II d'Espagne qui avaient régné sur Angleterre en co-souverain.
+ cette fameuse clause secrète qui livrait l’Écosse à la France.

A cette époque, l’Écosse est encore catholique, mais la mainmise de la France, va être le déclencheur qui va mettre le feu aux poudres. La grande révolte de 1558-1560 est tout autant politique que religieux. Il s'agit autant de chasser les Français et rendre l’Écosse indépendante que de se débarrasser de la religion catholique (d'où le massacre de quelques prêtres), vu comme trop continental, voire trop "français".

Ce qui fait qu'on peut dire que la tentative maladroite de la France de coloniser l'Ecosse, a favorisé la chute du catholicisme. Sans cette mainmise, l’Écosse serait peut-être resté catholique, ou du moins, elle serait resté catholique plus longtemps.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Déc 2016 23:57 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2184
Localisation : Paris
Camille l'uchronique a écrit :
- l'annexion pure et simple de l'Écosse (peu vraisemblable vu les récriminations du parlement écossais)?

C'est justement ce qui s'est passé. Pour empêcher les Français d'annexer l’Écosse, un groupe de nobles écossais appelé les Lords de la Congregation, s'est soulevé contre la régente Marie de Guise, a chassé le gouvernement français d'Edimbourg, et, est parvenu, au prix d'une alliance, avec l'Angleterre, à faire évacuer les troupes d'occupation françaises, stationnées en Écosse.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Déc 2016 3:03 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 14 Avr 2013 16:11
Message(s) : 73
Il faut d’abord essayer de déterminer ce qui aurait dû se passer en théorie. Puis, de voir ce qui aurait pu se passer en pratique. Evidemment, il y aura une grande différence entre les deux.

Je ne suis guère au fait des lois écossaises mais, pour la France, c’est clair. Le roi de France est l’aîné des Capétiens légitimes suivant l’ordre de primogéniture agnatique. On peut observer, au cours de l’Histoire, différents cas où la France et l’Ecosse ont des souverains qui sont également souverains d’autres pays.
Ainsi, James VI d’Ecosse est devenu James Ier d’Angleterre. Cela n’a pas conduit à une union immédiate des deux pays. Dans un premier temps, il y avait toujours deux pays et c’était le même homme qui était roi des deux, indépendamment l’un de l’autre. Ce n’est qu’en 1707, avec les Acts of Union, que l’Ecosse et l’Angleterre sont devenues le Royaume-Uni.
Du côté de la France, il y a bien sûr le cas de la Navarre. Louis Ier de Navarre est devenu Louis X de France, les deux titres étant là aussi indépendants l’un de l’autre. Plus tard, les deux couronnes furent séparées, l’une allant à Philippe VI de France et l’autre à Jeanne II de Navarre (Philippe V et Charles IV avaient gardé la Navarre, de façon difficilement justifiable d’ailleurs).
Bien plus tard, Henri III de Navarre est devenu Henri IV de France. Là encore, les deux pays restèrent théoriquement séparés dans un premier temps. Ce n’est que sous Louis XIII que la Navarre et le Béarn furent rattachés à la France.
Un autre exemple est celui d’Henri Ier de Pologne devenu Henri III de France. Il avait l’intention de garder les deux couronnes mais, quand il est revenu en France se faire sacrer, les Polonais ont profité de son absence pour le destituer et lui élire un successeur (c’est vrai qu’il n’était pas pressé de revenir).
Un dernier cas qui mérite notre attention est celui de la succession espagnole à la mort de Carlos II. Normalement, son successeur logique était son neveu, le Grand Dauphin. Mais ce dernier était censé succéder un jour à son père Louis XIV comme roi de France (ce qui n’est pas arrivé, le Grand Dauphin étant mort avant Louis XIV). Il aurait été inadmissible pour les autres puissances européennes (en particulier l’Angleterre et l’Autriche) que le même homme soit à la fois roi de France et roi d’Espagne.
Du coup, Carlos II désigna, dans son testament, un autre successeur: son petit-neveu le duc d’Anjou, fils cadet du Grand Dauphin. Cette décision ne vient apparemment pas d’une impossibilité théorique de réunir les deux couronnes mais plutôt d’une volonté pratique de ne pas rompre l’équilibre européen (équilibre qui a quand même été rompu mais là n’est pas la question).

Il semble donc que la réunion de deux couronnes sur une même tête ne pose problème ni pour l’Ecosse ni pour la France mais que ça n’entraine pas automatiquement de réunion à proprement parler des deux pays.
Si François II et Mary Stuart avaient eu un fils, il aurait dû devenir roi de France et roi d’Ecosse. S’ils n’avaient eu que des filles, l’aînée aurait dû devenir reine d’Ecosse et c’est évidemment Charles IX qui serait devenu roi de France. Voilà pour la théorie.
En pratique, c’est bien sûr plus difficile.

Ce dont il faut avoir conscience, c’est qu’à la mort de François II, l’Ecosse est pour ainsi dire perdue. Marie de Guise est morte. Les soldats français présents sur le territoire ont été expulsés. Le Presbytérianisme (je crois, en tout cas un courant du Protestantisme) a été proclamé religion d’Etat à la place du Catholicisme. Le parlement écossais a même reconnu Elizabeth Tudor comme reine d’Angleterre. Mary Stuart est encore officiellement reine d’Ecosse mais n’a plus aucun pouvoir sur son pays.

Dans ces conditions, si François II et Mary Stuart avaient eu un fils (appelons-le François III), il n’aurait eu que la France.
Peut-on penser qu’une fille ou un fils cadet de François II et Mary Stuart aurait pu obtenir le trône d’Ecosse? Non.
Même en cas de conversion au Protestantisme (conversion déjà peu probable: François II et Mary Stuart étaient fortement catholiques et auraient sans doute tout fait pour attacher leurs enfants à la "vraie foi" et leur inspirer une saute horreur de "l’hérésie"), les lords écossais, pour la plupart anti-Français et pro-Anglais, n’auraient pas voulu d’un(e) prince(sse) français(e) comme souverain(e).
Qui aurait régné en Ecosse alors? Eh bien, je ne sais pas mais j’ai presque envie de dire n’importe qui. Au point où on en est, je ne crois pas une seconde que le parlement aurait hésité à s’assoir sur les lois de succession et à placer sur le trône quelqu’un qui n’avait strictement rien à y faire.
Reste à régler la question de la succession en Angleterre. Là aussi, un(e) Valois n’aurait jamais pu se faire accepter pour à peu près les mêmes raisons. Le successeur le plus proche après Mary Stuart était le fameux Lord Darnley (celui qui devint finalement le deuxième mari de Mary Stuart). Si je ne me trompe pas, il y avait aussi une soeur de Jane Grey dans les starting blocks. On pourrait même carrément imaginer Elizabeth se marier et engendrer un successeur mais, ça, je n’y crois pas trop car j’ai tendance à penser qu’elle était stérile.

Tout ça pour dire que ni notre hypothétique François III ni ses frères et soeurs n’auraient pu régner outre-Manche. Par contre, François III aurait revendiqué les trônes d’Ecosse et d’Angleterre mais ça aurait été comme les revendications des rois d’Angleterre sur le trône de France depuis la fin de la Guerre de Cent Ans: un rêve lointain et inaccessible. Ou alors il aurait fallu carrément reconquérir l’Ecosse et l’Angleterre par la force mais ça n’aurait pu peut-être devenir possible que beaucoup plus tard. A la fin du XVIème siècle, les Français avaient d’autres chats à fouetter (les Guerres de Religion, tout ça…).

Néanmoins, ça ne veut pas dire que les choses auraient, au final, tourné de la même façon. Bien au contraire.
Avec un roi de France prétendant au trône d’Angleterre, il est très probable que l’alliance anglo-espagnole aurait été maintenue malgré la différence de religion. Quelles auraient été les conséquences en ce qui concerne les soutiens anglais et espagnol aux différentes factions pendant les Guerres de Religion? La Ligue aurait-elle seulement existé avec le petit-fils d’une Guise sur le trône? La Saint-Barthélémy aurait-elle eu lieu?
Un point intéressant est qu’Henri III serait resté en Pologne. A quoi aurait ressemblé le règne d’Henri Ier de Pologne? De là à imaginer une lignée de Valois-Anjou sur le trône de Pologne, il n’y a qu’un pas (oui, je sais, c’est une monarchie élective mais il est toujours sinon possible au moins envisageable de faire élire son fils après soi).
Charles IX aurait-il quand même attrapé la tuberculose? A priori, ça n’a rien à voir mais https://www.youtube.com/watch?v=pa3bylD7K0s.
S’il avait survécu à Maximilien II, aurait-il réussi à réaliser son rêve de se faire élire empereur du Saint Empire Romain Germanique? Je n’y crois pas trop (Maximilien avait des fils) mais qui sait? Ou alors peut-être que c’est lui qu’on aurait fait roi de Pologne au lieu de son frère (sans doute plus probable).
Quid des pseudo-prétentions de Catherine de Médicis au trône du Portugal et de ses vues déjà plus sérieuses sur les colonies en Amérique du Sud?
Et François d’Alençon? Qu’est-ce qu’il aurait fait celui-là? Avec lui, on peut s’attendre à tout.
La seule chose qu’on peut affirmer sans trop s’avancer, c’est qu’Henri IV serait resté le petit roitelet de Navarre. :mrgreen:

Bon, je vais m’arrêter là car vous avez bien précisé que vous ne vouliez pas d’uchronie mais admettez que l’hypothèse de départ s’y prête particulièrement.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Déc 2016 8:32 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Déc 2013 19:33
Message(s) : 607
Localisation : Mon blason devrait vous en donner une petite idée...
Très instructif! Et c'est vrai que je ne me rends jamais compte, moi citoyenne de la France laïque du XXIe siècle, l'importance capitale de la religion sur les décisions politiques à cette époque...
Merci à tous les trois, Narduccio et Châtillon pour les précisions sur le contexte politique et successoral de l'époque, et Libius Perseus pour cette petite ébauche d'uchronie effectivement très intéressante (scénario possible pour un roman?...)

_________________
-Qui suis-je pour discuter avec l'Histoire ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Déc 2016 5:25 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 14 Avr 2013 16:11
Message(s) : 73
Camille l'uchronique a écrit :
Et c'est vrai que je ne me rends jamais compte, moi citoyenne de la France laïque du XXIe siècle, l'importance capitale de la religion sur les décisions politiques à cette époque...
Ah oui?
C’est curieux. J’ai pourtant l’impression que, bien souvent, et pour cette période en particulier, on a tendance à sur-mettre en valeur les questions religieuses au détriment des questions purement politiques.
Ne serait-ce qu’avec l’appellation traditionnelle de « Guerres de Religions » alors qu’à l’époque, on parlait simplement de « Guerres Civiles ».
On parle peu des Malcontents et de leurs projets. Dans La Dame de Monsoreau, par exemple, les Malcontents n’existent même pas et François d’Alençon complote avec les Guises (pure aberration).
De même, les revendications des Ligueurs sont souvent réduites à la lutte contre les Protestants. Pourtant, ils voulaient que les Etats Généraux soient réunis de façon permanente et qu’il y ait une sorte de partage de pouvoirs entre eux et le roi. Ce n’est quand même pas rien. Je n’ai connaissance que d’un seul reportage destiné au Grand Public qui évoque ce fait: le numéro de Secrets d’Histoire consacré à Henri III.

Camille l'uchronique a écrit :
cette petite ébauche d'uchronie effectivement très intéressante (scénario possible pour un roman?...)
Je suppose.
On peut sans doute imaginer une sorte de biographie fictive de ce François III.
Mais ce serait difficile. Au vu de la complexité du contexte de l’époque, il faudrait faire très attention pour ne pas tomber dans du très improbable.
Il faudrait notamment définir une personnalité crédible pour François III et, à partir de là, déterminer quelle politique il aurait menée et quelles relations il aurait entretenues avec les personnages réels, en particulier sa mère, sa grand-mère et ses nombreux oncles et tantes mais aussi les princes protestants et ses cousins Guise (Ligue? Pas Ligue?).
Il faudrait aussi essayer de voir ce qu’il pourrait se passer du côté de la Pologne avec la toute-puissance de la Diète et la menace des Russes (Henri III contre Ivan le Terrible… Ça promet).
Pourquoi? Vous avez des projets?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2016 18:55 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Nov 2012 19:59
Message(s) : 49
Pour boucler la boucle, je me permets de vous signaler que d'une certaine façon l'union entre François II et Marie Stuart n'a pas été totalement stérile, dans la mesure où elle a donné l'occasion à Henri II de faire un enfant avec une gouvernante de la reine d'Ecosse, gouvernante qui était elle-même une fille illégitime de James IV d'Ecosse ! Il y a donc bien eu un rejeton Valois-Stuart, mais c'était un bâtard ! Ce qui n'a pas empêché que pendant quelques temps il a incarné l'espoir du rétablissement de la vieille alliance franco-écossaise.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2016 4:51 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 14 Avr 2013 16:11
Message(s) : 73
Exact. Né en 1551 et prénommé Henri comme son père, il fut fait duc d’Angoulême.
A un moment donné, sous Charles IX, il fut question d’envoyer des renforts à Mary Stuart, alors en difficulté en Ecosse, et de confier le commandement de ces troupes à Henri d’Angoulême. Finalement, cela ne se fit pas.
Pendant le Massacre de la Saint-Barthélémy, il aurait fait partie du commando mené par le duc de Guise et chargé de tuer l’amiral de Coligny (dans l’immonde sous-produit d’excréments de Patrice Chéreau ayant pour titre La Reine Margot, il semble y avoir une confusion entre lui et le duc d’Anjou vu que c’est ce dernier qui est montré aux côtés du duc de Guise lors de l’assaut).
Henri d’Angoulême mourut en 1586, lors d’un duel où il s’entretua avec Philippe Altoviti, le deuxième mari de la fameuse Renée de Rieux. Son titre de duc d’Angoulême passa à sa demi-soeur Diane, autre bâtarde d’Henri II.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2016 19:52 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Nov 2012 19:59
Message(s) : 49
LibiusPerseus a écrit :
Exact. Né en 1551 et prénommé Henri comme son père, il fut fait duc d’Angoulême.
A un moment donné, sous Charles IX, il fut question d’envoyer des renforts à Mary Stuart, alors en difficulté en Ecosse, et de confier le commandement de ces troupes à Henri d’Angoulême. Finalement, cela ne se fit pas.
Pendant le Massacre de la Saint-Barthélémy, il aurait fait partie du commando mené par le duc de Guise et chargé de tuer l’amiral de Coligny (dans l’immonde sous-produit d’excréments de Patrice Chéreau ayant pour titre La Reine Margot, il semble y avoir une confusion entre lui et le duc d’Anjou vu que c’est ce dernier qui est montré aux côtés du duc de Guise lors de l’assaut).
Henri d’Angoulême mourut en 1586, lors d’un duel où il s’entretua avec Philippe Altoviti, le deuxième mari de la fameuse Renée de Rieux. Son titre de duc d’Angoulême passa à sa demi-soeur Diane, autre bâtarde d’Henri II.


Précisions : - On l'appelait Henri d'Angoulême pour le rattacher symboliquement à la dynastie mais il n'était pas duc d'Angoulême.
- il était co-directeur avec Guise du dit commando.
- Diane devint duchesse d'Angoulême en 1582.
- L'affrontement avec Altovitiis fut une rixe brouillonne et non un duel.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Déc 2016 0:45 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1646
LibiusPerseus a écrit :
Pendant le Massacre de la Saint-Barthélémy, il aurait fait partie du commando mené par le duc de Guise et chargé de tuer l’amiral de Coligny (dans l’immonde sous-produit d’excréments de Patrice Chéreau ayant pour titre La Reine Margot, il semble y avoir une confusion entre lui et le duc d’Anjou vu que c’est ce dernier qui est montré aux côtés du duc de Guise lors de l’assaut).
Je pense que Patrice Chéreau mérite mieux que ça. :rool:

Il reste un des grands artistes français de la fin du XXème siècle, avec cette capacité à toucher à tout.
http://www.telerama.fr/musique/le-ring- ... 136528.php
http://fresques.ina.fr/en-scenes/fiche- ... ignon.html

Image
En Camille Desmoulins dans "Danton" (Wajda) en compagnie d'Angela Winkler, incarnant Lucile, son épouse

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Déc 2016 5:01 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 14 Avr 2013 16:11
Message(s) : 73
Monarchomaque a écrit :
Précisions : - On l'appelait Henri d'Angoulême pour le rattacher symboliquement à la dynastie mais il n'était pas duc d'Angoulême.
Vraiment? 8-| Cela m’étonne énormément. J’avais toujours compris qu’il était vraiment duc d’Angoulême. Je suis d’ailleurs certain d’avoir déjà vu ça quelque part.
S’il ne l’était pas, pourquoi l’appelait-on ainsi? Simplement parce qu’il faisait partie des Valois-Angoulême? Pourtant, si je ne m’abuse, les autres bâtards de la branche n’étaient pas couramment appelés d’Angoulême, si?

Monarchomaque a écrit :
- il était co-directeur avec Guise du dit commando.
- Diane devint duchesse d'Angoulême en 1582.
- L'affrontement avec Altovitiis fut une rixe brouillonne et non un duel.
Merci de ces précisions.

Robert Spierre a écrit :
Je pense que Patrice Chéreau mérite mieux que ça. :rool:
Je vous conseille de relire ma phrase attentivement. Vous constaterez que ce n’est pas de Patrice Chéreau lui-même qu’il est question mais seulement de sa Reine Margot.
Et je persiste et signe quant à ma description de cette horreur. Pendant longtemps, j’ai pensé qu’il n’était pas possible de faire pire. Et, puis, j’ai vu Henri 4 (je suppose qu'ils se sont dit que les chiffres romains, c'était ringard) de Jo Baier.
C’est là que j’ai compris que la médiocrité n’avait pas de limite. On pense que le fond a été atteint et, un jour, quelqu’un réussit l’exploit de faire encore pire.
:-|


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Déc 2016 9:54 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Nov 2012 19:59
Message(s) : 49
LibiusPerseus,

A dire vrai le cas d'Henri d'Angoulême est unique chez les Valois. C'est le premier bâtard royal masculin à être protégé par la monarchie et à accéder à de hautes charges. Il a passé les dix premières années de sa vie en Ecosse, et sa mère le faisait alors appeler Henri de Valois. Lorsqu'ils revient en France en 1560, Catherine de Médicis le prend sous sa protection, mais on décide de modifier son intitulation: "de Valois" est réservé aux garçons légitimes ou aux filles bâtardes. "D'Angoulême" est donc un compromis symbolique qui permet de le rattacher à la dynastie tout en le discriminant par rapport à ses frères légitimes. Par ailleurs, étant entré dans l'ordre de Malte en 1567, Henri fit le voeu de pauvreté, et ne pouvait donc posséder de seigneurie. Lui donner un apanage était donc impossible au regard des statuts de son ordre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Déc 2016 11:04 
LibiusPerseus a écrit :
Vraiment? 8-| Cela m’étonne énormément. J’avais toujours compris qu’il était vraiment duc d’Angoulême. Je suis d’ailleurs certain d’avoir déjà vu ça quelque part.
S’il ne l’était pas, pourquoi l’appelait-on ainsi? Simplement parce qu’il faisait partie des Valois-Angoulême? Pourtant, si je ne m’abuse, les autres bâtards de la branche n’étaient pas couramment appelés d’Angoulême, si?
Pour citer un cas encore plus connu, antérieur d'un siècle, Jean de Dunois était couramment appelé Jean d'Orléans ou le bâtard d'Orléans, et il était comte de Dunois mais pas duc d'Orléans.


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Déc 2016 12:40 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1646
LibiusPerseus a écrit :
Robert Spierre a écrit :
Je pense que Patrice Chéreau mérite mieux que ça. :rool:
Je vous conseille de relire ma phrase attentivement. Vous constaterez que ce n’est pas de Patrice Chéreau lui-même qu’il est question mais seulement de sa Reine Margot.
Et je persiste et signe quant à ma description de cette horreur. Pendant longtemps, j’ai pensé qu’il n’était pas possible de faire pire. Et, puis, j’ai vu Henri 4 (je suppose qu'ils se sont dit que les chiffres romains, c'était ringard) de Jo Baier.
C’est là que j’ai compris que la médiocrité n’avait pas de limite. On pense que le fond a été atteint et, un jour, quelqu’un réussit l’exploit de faire encore pire. :-|
Si je ne me trompe pas, le film de Chéreau vous répugne pour ses erreurs quant à la véracité historique , voire autre chose (ex : la représentation à l'écran des personnes ayant fait l'Histoire de France).
Effectivement, y'a plein de choses "fausses" : par exemple, le duc d'Anjou n'est pas à Paris lorsqu'il apprend la mort de son frère le Roi, mais en Pologne.

Mais Chéreau s'est basé sur un roman, et n'oublions pas, il était artiste et non pas historien : j'ai envie de dire "chacun à sa place".
Personnellement, je trouve le film remarquable, en tant que film. La distribution, notamment, est d'un très haut niveau.
Et je préfère un artiste talentueux mais qui se "plante" dans sa "mise en scène" de l'Histoire que des "faux" historiens comme L. Deutsch qui balancent "leurs" vérités.

PS : "Henri 4", 'fallait (oser) l'faire ! lol

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB