A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Sep 2018 12:32

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 07 Août 2018 15:16 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2205
Localisation : Paris
Carlos, Rey Emperador est une série espagnole de 17 épisodes, racontant le règne de Charles Quint de son avènement à sa mort. Le récit aborde largement l'histoire familiale des Habsbourg et par ricochet celles des cours européennes. Le roi François Ier y est très présent.

A noter que les costumes sont tout simplement magnifiques avec un souci très poussé de l'historicité et de l'évolution de la mode (malgré bien des erreurs).

La série a été diffusée en Espagne de 2015 à 2016. Elle n'a pas encore été traduite en français. Ce que l'on ne peut que souhaiter pour être diffusée en France.

François Ier et sa maitresse Françoise de Foix (et Léonard de Vinci) :



L'entrevue d'Aigues-Mortes de 1538 :



L'affaire des placards
:



Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Août 2018 14:46 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2739
Localisation : Versailles
Même si je ne comprends pas l'espagnol, cette série semble fascinante.

Merci beaucoup !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2018 0:21 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1471
Localisation : Belgique
Châtillon a écrit :
Carlos, Rey Emperador est une série espagnole de 17 épisodes, racontant le règne de Charles Quint de son avènement à sa mort. Le récit aborde largement l'histoire familiale des Habsbourg et par ricochet celles des cours européennes. Le roi François Ier y est très présent.

A noter que les costumes sont tout simplement magnifiques avec un souci très poussé de l'historicité et de l'évolution de la mode (malgré bien des erreurs).

La série a été diffusée en Espagne de 2015 à 2016. Elle n'a pas encore été traduite en français. Ce que l'on ne peut que souhaiter pour être diffusée en France.

François Ier et sa maitresse Françoise de Foix (et Léonard de Vinci) :



L'entrevue d'Aigues-Mortes de 1538 :



L'affaire des placards
:



Un grand merci, Châtillon, pour cette série concernant notre :wink: Charles Quint...

Jerôme le premier youtube vous pouvez choisir une langue comme le français où le bulgare (c'est incroyable ce qu'on peut aujourd'hui :wink: )
Les autres vous avez une traduction en anglais et je suppose si vous cherchez dans la ligne du premier youtube, que vous pouvez trouver sur internet la série avec traduction en français...si c'est possible pour le premier que Châtillon mentionne, je ne sais pas pourquoi pas les autres...

Cordialement, Paul.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2018 21:15 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1471
Localisation : Belgique
Jerôme et Châtillion,

j'ai trouvé la série avec soustitres anglais, mais on peut aussi choisir une autre langue, comme le français...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2018 22:15 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1471
Localisation : Belgique
Jerôme et Châtillion,

j'ai trouvé la série avec soustitres anglais, mais on peut aussi choisir une autre langue, comme le français...
https://www.youtube.com/watch?v=uN34J2V ... MxJmp1urjQ
Excuses Châtillon, mais en regardant un épisode, je le trouvais un peu languissant...mais c'est peut-être le cas avec toutes ces series, comme la série anglaise Charles II...c'est peut-être pour des gens avec du temps, mais je n'ai pas du temps, même à 75 ans...
J'avais le même sentiment avec le film du Capitaine Alatriste basé sur les livres d'Arturo Reverte...j'ai essayé de lire un livre de lui en Espagnol, et je le trouvait moins ennuyeux que le film...au contraire...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Avent ... _Alatriste
J'ai vu ce film:
"Un film adapté des romans a été tourné en Espagne et réalisé par le cinéaste espagnol Agustín Díaz Yanes. Il est sorti en 2006, sous le titre Capitaine Alatriste, avec Viggo Mortensen dans le rôle du capitaine. L'histoire est un condensé de différents éléments des six premiers romans et s'étend depuis la mort du père du jeune Íñigo dans les Flandres en 1622 jusqu'à la mort d'Alatriste à la bataille de Rocroi en 1643."
https://www.ecranlarge.com/films/critiq ... -alatriste
Languissant surtout la deuxième moité
Et vu une épisode du suivant sur Arte...encore pire...comme j'ai dit, pour des gens avec du temps...
https://www.imdb.com/title/tt2981532/

Mieux peut-être de commencer un fil sur Charles Quint (Carlos I)..si je l'ai du temps...
Par exemple: pourquoi a Philippe choisi Charles né a Gand et accoutumé au Pays-Bas (les Pays-Bas d'antan, le Benelux, le Leo Belgicus) pour gouverner l'Espagne et pas son frère Ferdinand eduqué en Espagne? Parce que Charles était le frère ainé? Parce que Charles était plus diplomatique...?

Cordialement, Paul.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Août 2018 1:15 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 201
---
PaulRyckier a écrit :
Mieux peut-être de commencer un fil sur Charles Quint (Carlos I)..si je l'ai du temps...
Par exemple: pourquoi a Philippe choisi Charles né a Gand et accoutumé au Pays-Bas (les Pays-Bas d'antan, le Benelux, le Leo Belgicus) pour gouverner l'Espagne et pas son frère Ferdinand eduqué en Espagne? Parce que Charles était le frère ainé? Parce que Charles était plus diplomatique...?

Je vais paraphraser Krouchtchev dans le film "Ennemy at the Gate" : "... La vodka est un luxe que nous avons, le caviar est un luxe que nous avons, le temps : nous n'en avons pas !"
Vos questions ont été traitées dans plusieurs fils mais bon, quand on aime on ne compte pas. ;)
1496 union de Jeanne d'Aragon et Philippe "le Beau" archiduc d'Autriche, ayant hérité de sa mère (donc Pays-Bas et Comté de Bourgogne entre autres) et fils de l'ESERG Maximilien Ier.
Cette union s'inscrit en double : la soeur de Philippe, Marguerite a épousé Juan fils unique et héritier des "Rois Catholiques".
Naissances au sein du couple : Eléonore, Charles, Isabelle. Pour ce qui est de la fameuse "lèvre pendante" -petite histoire- Brantôme y voit la marque des Valois (elle aurai existé chez les ducs de Bourgogne et Marie...) mais Brantôme...

En novembre le couple quitte les Pays-Bas appelés par les « rois catholiques » pour discuter "succession".
Leur fils Juan est mort (1497), leur aînée Isabelle en 1498 et le fils de celle-ci -Miguel- en 1500. Jeanne devient héritière des royaumes de Castille et Aragon.
En 1503 nait Ferdinand sur terre espagnole. Cette même année, Philippe retourne aux Pays-Bas et Jeanne l'y retrouve l'année suivante. Nait Marie (1504) puis décès d'Isabelle Ière de Castille (fin 1504).

1506 : Philippe et Jeanne débarquent à Corogne. Ferdinand II d'Aragon s'est remarié avec Germaine de Foix. Philippe entre en lutte avec son beau-père et le contraint à l'exil puis meurt à Burgos. Les Etats généraux des PB confient la tutelle des enfants de l'archiduc à son père, Maximilien Ier qui désigne sa fille Marguerite de Savoie (sa fille devenue veuve une 2nde fois) pour les élever. Marguerite s'installe à Malines en 1507.
1507 : naissance de Catherine (future reine du Portugal). Ferdinand II d'Aragon est de retour. Les Cortes castillans refusent de reconnaître la folie de Jeanne.

Charles a été élevé par des femmes : Anne de Beaumont (gouvernante), Barbe Servels (nourrice) ensuite il passe "aux hommes" (Henri de Wittem -Brabant-, Guillaume de Cröy, Jean de Anchiata -jusqu'en 1505-, Luis Vacca -jusqu'en 1513-, Adrien Floriszoon -dont la foi profonde et mystique marquera Charles-). Sa tante lui apprend le chant, le clavecin.

Maximilien Ier échange beaucoup avec sa fille et décide d'unir Marie -sa petite fille- avec le roi de Hongrie et Isabelle avec celui de Danemark.

1516 : mort de Ferdinand II d'Aragon – Obsèques à Bruxelles et "coup de force" qui est mal ressenti en Castille. En effet durant les obsèques, Charles est présenté comme "Roi" alors que sa mère Jeanne Ière est toujours vivante.
Il va y avoir un peu de difficulté, ceci va s'aplanir avec la venue de Charles.

Pour que Charles puisse descendre en Espagne, un accord est conclu en août 1516 avec la France. Déjà promis aux deux filles de Louis XII, Charles est fiancé à Louise -fille de François Ier- Maximilien Ier se charge des relations avec Henry VIII : " … vous allez tromper les Français et moi je vais tromper les Anglais... " (Maximilien Ier à Charles).
Charles arrive en Espagne où son entourage "flamand" n'est pas bien accueilli.
Cependant Charles n'est pas un "pur produit" des Pays-Bas : toute sa vie, il préférera la Bourgogne et l'Espagne à l'Autriche ; c'est d'ailleurs en Espagne qu'il finira ses jours.

Dire que Ferdinand a été "éduqué" en Espagne : tout dépend ce que l'on entend par le verbe "éduquer". Contrairement à son aîné, il n'a pas été instruit des choses de la politique, la diplomatie, les langues etc.
Il serait donc un parfait pantin entre certaines mains. Qui peut deviner que derrière cet enfant se cache l'homme qui "fera" l'Autriche, lui donnera une capitale, saura gérer les convulsions de la Réforme, saura manier et l'épée et l'échange ?

Nulle préférence ou bonté de coeur vers Ferdinand, son âge permet simplement d'envisager des politiques, des accords et, à ce jeu, il faut dire que son aïeul Ferdinand II est roi ainsi qu'une frange de castillans... Un enfant, quelle aubaine pour certains.

Cependant, les lois sont ce qu'elles sont et le verbiage ne sert à rien. Au décès de Ferdinand, le roi d'Aragon est Charles. L'union des "Rois catholiques" était surtout politique, aussi chacun a gardé ses "Etats". Pensez-vous un instant que si Ferdinand II avait eu un fils avec Germaine de Foix, on aurait songé à Ferdinand ?

Charles prend donc sa place et avec elle les problèmes créés aux PBE lors des obsèques. Il donnera suffisamment de garanties. Tout s'apaisera. Il sera "régent" de Castille aux côtés de la reine Jeanne Ière, c'est tout.
Pour les possessions héritées de Ferdinand II, il en est roi. Pour les possessions héritées de son aïeul Maximilien Ier, il en est archiduc -pour l'Autriche- et roi s'il le souhaite pour le reste, pour le SERG, il a le titre d'empereur et le job qui va avec.
Il choisira de partager (1522 je crois) "à la germanique" ses biens avec son frère (premier partage). Pour le reste, il faudra attendre...

Charles était-il plus "diplomate" et d'ailleurs qu'entendre par là et à cette époque et encore face à qui -Castillans, Aragonais, Luther, princes de Saxe, en famille, dans son couple, face à la France, autres ? On ne peut pas juger puisqu'on ignore comment se serait comporté Ferdinand.
On connait Ferdinand à travers son travail. Il montrera en Autriche des dons évidents pour endiguer sans violentes répressions la Réforme. C'est lui qui négociera l'accord de Passau (c'est trop demander à Charles Quint car ses convictions religieuses l'emportent sur l'évidence de lest à lâcher).
C'est aussi Ferdinand qui négociera sur la longueur la Paix d'Augsbourg.
Suite à la défection de Maurice de Saxe, au siège de Magdebourg, à la poursuite de l'empereur jusqu'à Augsbourg dans le cadre de la guerre des Princes, Charles Quint n'est plus en état ni de faire de compromis ni même très certainement de "diriger", c'est vers lui que se tournera son aîné auquel il ne ménagera pas ses conseils à prendre tel des ordres : Ferdinand y mettra les formes.
Un "pacte de famille" est passé entre les Habsbourg (ceci se verra plusieurs fois : lors de la guerre des Archiducs -Rodolphe II et Matthias-, lors de l'avènement de la branche styrienne puis lors de la Pragmatique Sanction...). Charles décide d'abdiquer.
Il partage définitivement ses biens et Ferdinand -quiproquo ? Révision d'un empereur déjà "vieux" repris par des accès de mélancolie...- qui croyait avoir les possessions italiennes, s'en trouve floué.
Il ne devra donc rien à son neveu et c'est le début d'une politique bien distincte, on ne se verra pour l'essentiel que concernant les unions, cependant les jeunes archiducs seront élevés en Espagne... sauf Rodolphe, ce qui peut expliquer certaines prises de position.

Qu'aurait fait Ferdinand en Espagne ? Nul ne peut le dire. Et avancer ceci ou cela tient de l'uchronie.
On peut admirer ce qu'il a fait en Autriche, dans sa manière de seconder son frère ESERG, de négocier avec les princes et les représentants de Stände, au moment des diètes lorsque Charles fut absent...
Ce fut un homme de raison, de loi, de conviction mais aussi respectueux des droits. Il jouera un rôle non négligeable face à l'avancée ottomane. Il saura gérer tant la Bohême -sans trop de dommage- que la Hongrie royale.

Rien ne sert donc à imaginer ceci ou cela, l'histoire dans ses faits donne suffisamment à une étude rationnelle.
On peut visionner cette série sur Youtube. Elle me rappelle "Les Tudors". C'est divertissant, maintenant y voir une série "historique", j'ai un peu de mal. Cependant j'admet qu'une série "historique" n'aurait pas l'audimat voulu/souhaité.

Pour "l'Espagne et Ferdinand", Châtillon aura peut-être d'autres sources. Ce sujet bien précis a déjà été traité. Des factions, il y en a toujours, comme le dit un des acteurs : "Il n'y a pas de succession douce/facile ; il me semble avoir lu ".... no smoothy succession...". Mais là, je ne m'avance pas, ce ne sont que des souvenirs cependant en espagnol, ceci correspondait. J'ai cru un moment que l'on s'attendait à un "successeur charmeur" ;) mais comme je visionnais le sous-titre en écoutant, je crois qu'il s'agissait bien d'un qualificatif concernant la succession.
Ne serait-ce qu'à l'intérieur de la famille Habsbourg, au passage de la branche styrienne, il faudra dédommager les Espagnes et les cousins...
Voyez en France, à chaque changement de Branche, il faudra aussi négocier intra-familialement, avec les princes etc. Pourquoi ceci aurait-il été facile vu le contexte : une mère tout de même enfermée, un aïeul qui n'avait cessé de poser problème, des nobles remuants, un prince "étranger".
"Etranger", il le sera aussi à l'intérieur du SERG lorsque les troupes espagnoles arriveront : on ne le verra plus que comme "l'Espagnol" comme quoi...

Cdt.
--


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Août 2018 21:17 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1471
Localisation : Belgique
Rebecca,

un grand merci pour votre réponse immédiate. Vous semblez être "well embedded" (bien installée?) dans l'histoire des deux frères. J'ai pu suivre l'histoire de Charles et de Ferdinand jusqu'à Ferdinand devient empéreur du SERG, mais sur l'histoire d'Autriche j'ai moins de renseignements, même que j'ai eu une discussion récemment sur un forum anglais sur le début de la guerre de trente ans commençant avec la défenestration de Prague (lors d'une documentaire sur Arte)

Et oui en 1522 les jeux sont déja fait...

https://books.google.be/books?id=xxaE-7 ... nd&f=false
https://www.amazon.fr/Charles-Quint-mon ... 2840501899
http://lettres.sorbonne-universite.fr/a ... e?lettre=m
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Duviols

Cordialement, Paul.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Août 2018 14:32 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 201
--
Merci de vos liens. Je n'ai pu ouvrir le 3ème mais le premier était très intéressant.

J'ai vu sur Arte l'émission à laquelle vous faites référence. Il est bien difficile d'embrasser ces événements sans avoir creusé en amont et en songeant que le pouvoir est entre les mains de la branche styrienne avec Ferdinand II.
Cette branche s'est toujours inscrite dans un catholicisme intransigeant. Ses états étant voisins de la Bavière -tout autant intransigeante- la version du "cujus etc." fut prise au mot le mot.
Après l'empereur Ferdinand, Maximilien II vivra des choix déjà optés puis arrivent Rodolphe II (sans postérité) et Matthias Ier (sans postérité) plus occupés dans leurs conflits personnels (Matthias Ier déposera son aîné).
Il y a donc un trauma au sein familial, un trauma dans les Stände, chez les princes, en Bohême (où les Calvinistes anathémisés par les luthériens ont trouvé refuge). Un rien peut mener à l'irréversible et c'est ce qui sera.

Concernant l'histoire de l'Autriche sous Ferdinand, je crois qu'il existe un sujet.

Pour revenir au premier lien cité, il est en effet difficile d'établir un bilan. C'est la première fois qu'un empereur se trouve dans un tel contexte, avec de tels pouvoirs s'étendant pour ses biens patrimoniaux autant. Le tout face à des personnages d'envergure (François Ier, Henry VIII, Süleyman II...).
En lisant l'évêque de Pampelune, il est frappant de constater combien le siècle est "inquiétant", Badoer détend un peu plus.
Je constate aussi que les faits récents font oublier le "tout".
La fuite d'Innsbrück (infâmante), Metz et la trève de Vaucelles sont autant d'échecs. Déclarer maintenant que Maurice de Saxe ainsi que Brandebourg sont "passés à l'ennemi" est un peu juste (ceci me fait songer au mauvais procès du connétable de Bourbon).
Milan s'inscrit plus -pour Charles Quint- dans une question d'équilibre politique et ceci on pourra le noter tout au long de l'histoire à venir.
Le bilan de Braudel est qualifié d'"équitable", j'ai un peu de mal :
[ … Charles V a plus qu'à moitié perdu en méditerranée contre les Turcs ; il n'a ni gagné ni perdu contre la France ; il a faussement gagné en Angleterre... ]
Sans dérouler les événements on ne peut comprendre ces "à moitié... définitivement... complètement...". Charles V n'est qu'un pouvoir qui passe et déchiqueter ainsi un moment d'histoire est étrange et porte à l'uchronie : sans doute eut-il "complètement" gagné en méditerranée si la France de François Ier avec Süleyman II etc.
Concernant les Ottomans, la prise de Belgrade fera sauter un verrou ce qui ouvre la route vers la Hongrie, la prise de Rhodes compliquait les communications entre l'Espagne et l'Empire. Une chance, Vienne représentait le point extrême où pouvaient parvenir et subsister l'armée ottomane, chance aussi que les campagnes ne se faisaient qu'entre Avril et le début de l'hiver. Mais il semble que de tout ceci, les Etats n'ont cure tant occupés à débattre de la "véritable foy".
De plus ce sont les états de l'archiduc qui sont en danger (Hongrie royale voire Autriche), alors...

En 1529, l'archiduc Ferdinand ne recevra aucun soutien de la Diète ni de son aîné qui, déjà n'avait pas obtenu en début d'année les subsides demandées. C'est la fameuse année de la "protestation" des Stände et Charles s'aperçoit soudain l'importance de l'affaire Luther, constatant à quel point il est mis en question dans sa fonction de gardien de la foi et protecteur du christianisme. Il analysera à de multiples reprises cet échec.

Lettre à Ferdinand, Bruxelles, 10 juin 1554
[Monseigneur mon bon frère,
Plus je pense aux troubles de la Germanye, moins vois-je qu'il y aye autre moyen pour y procurer repos assuré, ou pour modérer les dictes troubles et éviter que la confusion ne procède de mal en pis, que par diète et assemblée universelles des estatz, en laquelle l'on puisse aimablement consulter sur le commun remède, à quoi les princes et estatz se devraient trouver tant plus voluntaires, comme il n'y a nul de qui ces années passées et la présente, n'aye eu probable crainte d'être assaillis, et plusieurs qui le sont été ruinés et détruits.

Charles V constate qu'en effet les princes n'ont plus confiance et craignent de n'être payés que de paroles.

Et Dieu scait si pour le zèle et affection que je porte au Saintct empire et nation germanique, et pour le respect que je dois tenir à votre soubstenement et établissement de notre maison d'Autridche, joint aussi ce qu'il m'importe pour le voisinage de mes pays patrimoniaux, je désirerais pour procurer le dit remède y intervenir en personne ; mais pour vous confesser pleinement ce que je sens, ni ma disposition, ni l'état de mes affaires tel que par votre prudence vous pouvez assez considérer, ne le permettent pour maintenant. Et me grieveroit grandement que pour ce respect, et à faute de pouvoir faire ce voyage, la dite Germanye vient à souffrir. Ce que considérant déjà dès long temps, et mêmes connaissant clairement qu'il serait impossible de si tôt me y pouvoir trouver, je me déterminai de vous requérir, que pour non plus différer la dite diète, et non scandaliser les estatz, multipliant davantage la prorogation d'icelle, vous voulsissiés prendre la peine de, sans mettre temps entre deux davantage, vous y trouver en personne pour y traiter les affaires, puisque vous connaissez clairement combien il vous importe d'y donner bonne provision, afin que votre autorité vous demeure plus entière et que vos pays n'en viennent à souffrir plus largement.
L'empereur insiste pour que son frère se rende à Augsbourg, il lui a envoyé des instructions sur chaque point qui sera traité à la diète, il craint en effet que les princes ne se déplacent pas si lui ou son frère sont absents ; aussi a-t-il prévenu les princes de la présence de l'archiduc.
Et en ceci entends-je que vous procédez comme roi des romains … et comme vous feriez si j'étais en Espagne et non en mon nom et mon pouvoir mien en particulier. Et pour vous dire la cause sincèrement …. c'est seulement pour le respect du point de la religion, auquel j'ay scrupules que je vous ay si particulièrement et pleinement déclaré... ne faisant doute que de votre part … vous regarderez de non y consentir chose que puisse griever votre conscience...]

On peut constater combien le problème religieux est difficile pour l'empereur et combien il en est conscient.
C'est sur le très long terme que l'on récoltera les fruits des options de Charles V et celles de son cadet, en Autriche.
Les générations suivantes présenteront souvent des archiducs et empereurs qui n'auront pas autant de sens politique ou feront passer les problèmes inhérents à leur patrimoine avant ceux de l'Empire.

Merci encore pour ces liens vraiment très porteurs.
:wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Août 2018 22:28 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1471
Localisation : Belgique
Rebecca,

grace à vous, j'ai recherché ce soir toute l'histoire des Habsbourgs et spécialement celle de la branche autricienne. Et maintenant je comprends mieux ce que vous écrivez sur la guerre de trente ans.
Et merci encore pour l'éclaircissement sur, de nouveau, les frères Charles et Ferdinand.

Cordialement, Paul.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB