A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Avr 2017 14:54

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
Message Publié : 18 Avr 2013 4:26 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2519
merci à tous de vos précisions. pour la précision des réglementations, j'y vois plus la pérenité des traditions des corporations que l'anticiation d'une culture industrielle d standardisation mais c'est un autre sujet.

Sinon en trainant sur le net j'ai trouvé un débat sur le forum "napoléonIer.org" dont je vous livre l'extrait (de 2007) le plus intéressant (qui fait néanmoins l'impasse sur la création de l'école de St germain en 1809) :


"Napoléon a tenté à plusieurs reprises, dès sa prise de pouvoir, de ramener la haute noblesse dans l'armée. Dès 1800, il appelle les volontaires fortunés à former un escadron de "Guides de l'armée de Réserve", les fameux "Canaris". Mais ils sont détestés de l'armée républicaine, et nombreux sont ceux qui se font blessés en duel. Napoléon supprime rapidement l'unité.

En 1805, il crée les Vélites de la Garde. Cette fois, l'idée n'est pas trop mal reçu, car ceux-là doivent d'abord se plier aux caprices des "vieux de la Veille" qui leur servent d'instructeurs. Pensant avoir réussi à faire admettre l'idée d'une nouvelle forme de cadet, Napoléon récidive fin 1806 avec les gendarmes d'ordonnance, qui rencontrent un grand succès parmi la haute noblesse: des grands noms comme Montmorency, La Bedoyère, ... s'y retrouvent. Napoléon leur promet le privilège de garder sa personne ou le grade d'officiers dans la ligne à l'issue de leur service dans cette unité. Les premiers escadrons font campagne en 1807, mais à Tilsitt, où Napoléon veut les mettre en avant lorsque les Gardes Impériales deux Empereurs font tables communes, les officiers de la Garde et les maréchaux viennent faire savoir à Napoléon, sans détour, qu'ils n'accepteront pas les passes-droits accorder à la noblesse.
Sous la pression, Napoléon dissout de nouveau cette unité. Seul le premier ou les deux premirs escadrons (de mémoire) purent entrer dans la Garde ou obtenir leur brevet d'officier dans la ligne, les autres furent simplement versés dans la ligne.

C'est en 1813 que Napoléon revient à la charge. La société et l'armée française ont eut l'occasion de s'habituer à la nouvelle noblesse impériale et de modérer leur républicanisme, de plus les pertes subies en Russie sont telles qu'on ne peut plus se montrer regardant sur l'origine des officiers. Il promulgue donc début 1813 un décret prévoyant la formation d'un régiment de Gardes du Corps cuirassé, qui aurait pour mission de veiller sur sa personne et ses palais, et qu'il recrutait uniquement dans l'ancienne noblesse. Mais l'organisation demande trop de temps et d'argent au moment où Napoléon a un besoin urgent d'hommes et de chevaux: il décide donc de la formation de quatre régiments de Gardes d'honneur, parmi les plus riches de France (donc noblesse et bourgeoisie), avec la promesse de sélectionner les plus méritants en fin de campagne pour former son régiment de Gardes du Corps. Mais il semble encore craindre la réaction de la Garde, car contrairement à une idée répandue, la Gardes d'honneur, rattachés à la Garde impériale, n'en firent jamais parti. Leur statut resta flou jusqu'à la fin de 1813, Napoléon refusant de trancher entre Clarke (ministre de la Guerre, en charge des troupes de lignes) et Drouot (major-général de la Garde) qui tout deux tentaient de les "refiler" à l'autre pour ne pas avoir à les ravitailler. Ce n'est qu'à la fin de 1813, ayant appris la conspiration des Hollandais et Vendéens du 3e régiment de Gardes d'honneur à Tours, que Napoléon décida définitivement de les placer dans la ligne ...

L'idée d'attirer autour de lui l'anciennen noblesse ne date donc pas d'hier ... Mais Napoléon a longtemps eu à compter avec l'hostilité de l'armée, et particulièrement la Garde, jalouse de ses privilèges, peu pressé de voir revenir les "Messieurs".

Mais je pense que le problème venait surtout des "unités nobles", pas des nobles eux-mêmes. De nombreux officiers d'une haute noblesse ont servi dès le début dans les armées impériales, et avaient la confiance et même souvent l'affection de leurs troupes, particulièrement dans la cavalerie: d'Hautpoul, Piré, Nansouty, Colbert, Latour-Maubourg, ...
Inidividuellement, ils ne semblaient donc pas poser de problème, sauf peut-être qques cas particuliers parmi les plus pistonnés (certe sans doute de plus en plus nombreux sous l'Empire), le malaise venant des unités qui leur étaient réservées et des privilèges qui étaient attachés à ces mêmes unités ... "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Avr 2013 11:00 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3829
Citer :
Il promulgue donc début 1813 un décret prévoyant la formation d'un régiment de Gardes du Corps cuirassé, qui aurait pour mission de veiller sur sa personne et ses palais, et qu'il recrutait uniquement dans l'ancienne noblesse.


A ma connaissance, aucun décret propre à la formation de gardes du corps n'a été promulgué. De plus, au regard du décret du 3 avril relatif au Gardes d'honneur et à la lettre de janvier 1813 retranscrite plus haut où Napoléon confirme le projet de formation de cette unité, les gardes du corps n'étaient pas réservés à la seule ancienne noblesse.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Oct 2014 20:33 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2519
Je déterre ce sujet car j'ai découvert un ouvrage italien sur la garde royale qui indique une première initiative "aristocratique" de Bonaparte : le 26 septembre 1797 le général Bonaparte crée 13 compagnies de " hussards de la réquisition " composées de jeunes gens riches non volontaires devant s'équiper à leurs frais...

Je lis mal l'italien mais je crois comprendre que pour l'historien ( Emmanuelle Pigni), le grand Homme pensait sans doute que les notables italiens étaient trop démilitarisés et/ou trop peu patriotes pour que le recrutement volontaire puisse suffire. En appelant sous les drapeaux (sans possibilité de remplacement) des fils de famille il souhaitait constituer à terme une élite dévoué à son régime et au nouvel État qu'il avait fondé.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Oct 2014 21:07 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3829
25 septembre 1797 :

"Article 1er. — Vous ferez connaître aux généraux de division Masséna, Serurier, Joubert, Bernadotte, Delmas, Baraguey d'Hilliers et Brune, que mon intention est qu'ils forment une compagnie de hussards de 20 à 30 jeunes gens, qui s'habilleront, s'équiperont, s'armeront et se monteront à leurs frais.
Art. 2. — Immédiatement après le reçu du présent ordre, les généraux de division nommeront les 20 ou 30 jeunes gens, parmi les plus riches, qui doivent composer la compagnie, nommeront les officiers et attacheront un maréchal des logis français pour servir d'instructeur.
Art. 3. — Dix jours après la signification que le général de division aura faite à ces jeunes gens, ils devront avoir leur cheval équipé à la hussarde, leur uniforme, leur paire de pistolets et leur sabre, sous peine d'être condamnés à payer 6000 francs de contribution extraordinaire.
Art. 4. — Ces jeunes gens, sous quelque prétexte que ce soit, ne pourront point se faire remplacer.
Art. 5. — S'il se présentait un plus grand nombre de jeunes gens de bonne volonté que 30, et qui s'équiperaient à leurs frais, la compagnie pourrait être portée jusqu'à 60.
Art. 6. — Chaque compagnie sera composée d'un capitaine, un lieutenant, un maréchal des logis, deux brigadiers et vingt, ou plus, hussards.
Art. 7. — Il ne leur sera accordé d'autre paye ni d'autre indemnité que la ration pour leur cheval.
Art. 8. — Le général Dugua enverra à chaque général une description de l'uniforme que ces jeunes gens doivent porter."

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Oct 2014 7:58 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1662
Autre angle d'études : par l'individu lui-même : l'exemple des jeunes gens de l'aristocratie désireux de s'engager militairement malgré les tentatives familiales de les en dissuader (cf Ségur)
Ensuite, comment les grandes victoires du début sont accueillies dans le Faubourg St Germain (indifférence ou secrète fierté (ou assumée), là encore Ségur où un de ses aïeux reconnait qu'Iéna venge Rossbach)

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2014 5:14 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 1913
Localisation : Versailles
Existait-il ailleurs en Europe des unités militaires composées sur le seul critère de la fortune des soldats et non sur celui de la naissance ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Jan 2017 15:32 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2519
Je reviens tardivement sur ce terrain mais j'ai trouvé deux sources qui donnent quelques précisions sur les velites.

Tout d'abord un livre de Marco Saint Hilaire qui indique que les vélites, initialement conçus pour la formation des officiers, furent ensuite réduits au recrutement des sous officiers. Ce qui crée un parallèle avec les vélites de la garde royale italienne.

Ensuite une thèse sur les officiers de l'empire qui confirme que les vélites ne constituaient pas une voie privilégiée de formation des officiers. Au contraire, le prix de leur pension (200 francs par an pour l'infanterie) était bien inférieur à celui de saint Cyr (1000 francs par an) . Il s'agissait donc plutôt d'une voie offerte aux classes moyennes qui ne pouvaient payer à leurs enfants la "spéciale".

C'est à lire ici
http://digitalbooks.napoleon.org/book/T ... nThese.pdf


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Jan 2017 18:29 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3829
Aigle a écrit :
Tout d'abord un livre de Marco Saint Hilaire qui indique que les vélites, initialement conçus pour la formation des officiers, furent ensuite réduits au recrutement des sous officiers.


L'arrêté du 21 janvier 1804 créant les deux corps de vélites dit ceci :
"Art. 8. Ceux des vélites qui se seront distingués par leur conduite, leur instruction, leur aptitude, leur tenue et leur zèle, pourront être admis dans la garde du gouvernement, avant d'avoir atteint l'âge et le nombre d'années de service exigés pour faire partie de ladite garde ; ils pourront aussi être choisis, tant par le ministre de la guerre que par les chefs de corps, pour remplir les emplois de fourrier, de caporal ou brigadier dans la ligne; ils pourront aussi être admis, comme pensionnaires, à l'école spéciale militaire."

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Jan 2017 18:47 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2519
Merci cher Cyril de cette précision. Les vélites n'avaient donc pas vocation à former des officiers de façon systématique et automatique. Est ce bien votre lecture ?

D'autre part j'ai trouvé dans la thèse de Lèvent une phrase qui me laisse perplexe car je ne trouve pas le texte d un décret du 26 août 1811 qui permettrait aux anciennes familles nobles de retrouver leurs titres (j'en ai trouvé un autre à cette date relatif aux français servant à l'étranger) .


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Jan 2017 9:52 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3829
Aigle a écrit :
Merci cher Cyril de cette précision. Les vélites n'avaient donc pas vocation à former des officiers de façon systématique et automatique. Est ce bien votre lecture ?


Le corps des vélites était une voie privilégiée pour devenir officier, mais la sortie de ce corps n’offrait pas de manière automatique une sous-lieutenance. Mon rappel du décret du 21 janvier 1804 répondait à ce passage « les vélites, initialement conçus pour la formation des officiers » ; qui aurait pu faire penser qu’un vélite devenait de fait officier quand il quittait cette unité.

Aigle a écrit :
D'autre part j'ai trouvé dans la thèse de Lèvent une phrase qui me laisse perplexe car je ne trouve pas le texte d un décret du 26 août 1811 qui permettrait aux anciennes familles nobles de retrouver leurs titres


Ce décret concernait les départements de l’Arno, des Apennins, des Bouches-de-Meuse, des Bouches-de-l’Elbe, des Bouches-de-l’Escault, des Bouches-de-l’Issel, des Bouches-du-Wesser, des Bouches-du-Rhin, de la Doire, de l’Ems-Occidental, de l’Ems-Oriental, de l’Ems-Supérieur, de la Frise, de Gênes, de la Lippe, de Marengo, de la Méditerranée, de Montenotte, de l’Ombrone, du Pô, de Rome, du Simplon, de la Sesia, de la Stura, de Trasimène, du Taro, de l’Issel-Supérieur et du Zuyderzée. Par ce décret, les possesseurs de titres féodaux avant la réunion à l’Empire avaient la possibilité d’obtenir de nouveaux titres de l’Empire en remplacement de ceux qu’ils ne pouvaient pas conserver.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2017 11:06 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2519
merci encore cher Cyril

comme on dit en fac de droit, il faut toujours retourner au texte... J'ai trouvé cet article 12 du décret organisant les vélites à cheval (30 fructidor an XIII). Il est encore plus restrictif que celui des vélites à pied (arrêté consulaire du 30 ventôse an XII) car il se borne à offrir un accès à la garde ...

"12. Ceux des vélites qui se seront distingués par leur conduite, leur aptitude, leur tenue et leur zèle pourront être admis dans la garde impériale avant d'avoir atteint l'âge et le nombre d'années de service exigé pour faire partie de ladite garde."
https://www.1789-1815.com/leg_mil_1805.htm

aucune mention d'une eventuelle sous-lieutenance ...ni d'un accès à saint Cyr.

mais cela nous ouvre une autre perspective : l'idée d'un recrutement de jeunes gens des classes moyennes dans la garde en parallèle des recrutements de vieux troupiers de la ligne ...

peut on y voir apparaître l'idée de faire de la garde une pépinière de futurs sous-officiers ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2017 15:45 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3829
A propos de pépinière de sous-officiers issus de la Garde, on peut citer la création des bataillons de fusiliers-sergents, de voltigeurs-caporaux et de tirailleurs-caporaux :
"Mon Cousin, le ministre de la guerre vous fera connaître l’ordre par lequel je viens de former un bataillon de fusiliers-sergents, composé de quatre compagnies ou 800 hommes, choisis parmi les meilleurs sujets de mes régiments de fusiliers, et deux bataillons d’égale force de voltigeurs-caporaux et de tirailleurs-caporaux, choisis parmi les meilleurs sujets de mes tirailleurs et conscrits. Mon intention est de placer ces trois bataillons à Fontainebleau et de leur donner une instruction particulière. Par cette organisation, mon but est d’avoir sous la main 800 sergents pouvant servir à la composition de deux cent dix compagnies, et 1 600 caporaux pour un pareil nombre de compagnies ; ce qui me formerait les cadres de trente ou quarante bataillons."
(Napoléon à Berthier, 31 décembre 1810)

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB