Nous sommes actuellement le 26 Oct 2020 3:03

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 28 Jan 2017 14:43 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 29 Sep 2007 16:06
Message(s) : 300
Localisation : RENNES
Image

Plus un système de transmission est vital plus il faut prévoir quoi faire s’il n’est plus opérant. A Trafalgar les communications étaient importantes pour les deux camps : pour Nelson qui planifiait une manœuvre innovante et pour Villeneuve qui avait deviné ce plan. Tous deux ont donc expliqué à leurs capitaines comment réagir en cas de rupture momentanée des liaisons.

Amiral Nelson :
« Quant aux capitaines, si pendant le combat ils ne peuvent apercevoir ou comprendre parfaitement les signaux de leur amiral, qu’ils se rassurent : ils ne peuvent mal faire, s’ils placent leur vaisseau bord à bord d’un vaisseau ennemi. »

Amiral Villeneuve :
« …tout Capitaine qui ne serait pas dans le feu ne serait pas à son poste… et un signal pour l’y rappeler serait pour lui une tache déshonorante. »

Il apparait immédiatement que les deux solutions sont les mêmes, elles sont par ailleurs très bien pensées. Aujourd’hui on parlerait de PCA (plan de continuation d’activité) et de PRA (plan de reprise d’activité). En effet la consigne donnée ne doit pas simplement assurer la continuation au mieux de la manœuvre en cours mais surtout permettre au chef de reprendre facilement sa manœuvre dès que les liaisons reprendront. Avec cet ordre, ils pourront deviner où sont leurs vaisseaux et ce qu’ils font mais surtout ils les trouveront tous dans la même attitude. Un PCA du type : « faites aux mieux » ne contiendrait pas un PRA.

Sur la forme les deux phrases sont pourtant très différentes et font apparaître la qualité de meneur d’hommes de Nelson. Sa phrase contient à la fois le PCA, le PRA et la motivation des capitaines.

L’amiral souhaita naturellement transmettre le troisième élément à ses matelots. L’idée n’est pas nouvelle, sur terre cela correspond à une proclamation distribuée indépendamment des ordres et qui était lue par chaque chef d’unité. Cette année 1805 voit deux exceptions à cette séparation entre ordres et motivation.

Napoléon à Austerlitz fait lire sa proclamation par ses chefs d’unité mais y intègre son plan de bataille : «Pendant qu’ils marcheront pour tourner ma droite, ils me présenteront le flanc».
Il mélange deux messages qui ne devraient pas arriver sur le même support, la conséquence est qu’il dévoile son plan à l’ennemi. S’il le fait ce jour-là c’est qu’il y trouve plusieurs intérêts car il est trop tard pour que l’ennemi change son plan mais assez tôt pour qu’il l’applique en doutant de sa réussite.

Nelson fait le contraire, souhaitant adresser lui-même sa proclamation il utilise un moyen conçu pour transmettre des ordres : les pavillons. Le problème est qu’il n’est pas conçu pour.
Nelson le sait, bien sûr, ce qui explique certainement un aspect mystérieux de son message :
« England confides that every man will do his duty » (l’Angleterre a confiance dans le fait que chaque homme fera son devoir).

Le message commence par « England » ce qui est inapproprié pour une marine comprenant des contingents d’Irlande, d’Écosse et du Pays de Galles. D’ailleurs le bon terme aurait été « the king » ou simplement « King » mais il n’existe pas de code signifiant uniquement « the king » il aurait donc fallut l’épeler ce qui aurait été plus long.

L’idée qu’une source doive adapter son message au support est un problème car il implique que quelqu’un comme Nelson se tienne au courant de toutes les contraintes des divers systèmes de transmission. En informatique le modèle OSI a défini sept couches permettant de décharger les applications de ces problèmes, soit en les réglant, soit en remontant des alertes à l’application.

Image

Ce qui ressemble à la septième couche serait ici le lieutenant John Pasco, officier communications de Nelson. Celui-ci reçoit le message à transmettre suivit d’un paramètre : « aussi rapidement que possible ». pour tenir compte de cette contrainte, Pasco suggéra à Nelson que soit substitué à confides le mot expects déjà présent dans le livre de codes et lui évitant de devoir l’épeler. Nelson approuva le changement.

La couche application (7) Pasco, informée des contraintes de sa couche présentation (6) propose à l’application Nelson une modification du message. Celui-ci accepte et la couche application modifie le mot et transmet le message aux couches inférieures :
« England expects that every man will do his duty » (l’Angleterre attend que chaque homme fera son devoir)

Image
Le message de Nelson selon le « Telegraphic Signals of Marine Vocabulary » de Popham.

Le fait d’utiliser moins de symboles, et donc un dictionnaire plus important, pour envoyer un même message s’appelle « augmentation de valence », c’est un rôle attribué à la couche 1. Ici nous sommes plutôt dans le cas où des symboles spécifiques sont créés pour exprimer plus simplement les mots les plus souvent utilisés, cette fonction s’appelle compression, elle est dévolue à la couche présentation (on notera au passage que le signal pour « do » prend autant de pavillons que s’il avait été épelé).

La traduction des symboles était tenue secrète dans un livre plombé pour pouvoir être jeté à la mer. Nous sommes en présence d’une méthode de chiffrement associée à un système d’effacement des clefs.
Ici le chiffrement se fait en même temps que la compression, s’il était fait avant, la compression n’aurait pas pu avoir lieu puisqu’on aurait transmis une suite de lettres d’aspect aléatoire. C’est pour cela que le chiffrement se fait aussi dans la couche présentation. Il pourra cependant être fait dans les couches basses si on souhaite cacher autre chose que le message (par exemple le nom de la source ou du destinataire).

On note aussi un mauvais fonctionnement de la couche présentation qui aurait dû supprimer le terme “that” devenu inutile. Cela aurait pu être fait sans dialogue avec les couches supérieures puisque cela ne change pas le sens du message.
Ce n’est pas le cas du remplacement de « confide » par « except » car il supprime presque l’intérêt du message qui ressemble maintenant à celui de Villeneuve. Nous verrons que cela aura des conséquences.

Suivant la visibilité, les pavillons était montés successivement sur le même mât (transmission série) ou simultanément sur plusieurs mâts (transmission parallèle) ce rôle est attribué à la couche physique (1), la couche liaison (2) veillant à ce que tous les pavillons soient descendus avant que de nouveaux soient montés.
Les vaisseaux se déplaçant en une ou plusieurs lignes, le message était retransmit de proche en proche. Ce rôle peut être attribué à la couche 2 si la transmission se fait par le même système de fanions et le même nombre de mâts, dans les autres cas on considère que l’on change de réseau et une couche 3 « réseau » est nécessaire.

Le navire source (HMS Victory) étant le plus gros de la flotte, certains vaisseaux n’avaient pas assez de hauteur de mâts pour retransmettre le message sous la même forme. On dirait aujourd’hui qu’ils ont un MTU inferieur (maximum transmission unit). La bonne solution était de fragmenter les messages en morceaux plus petits ce qui est le rôle de la couche 3.
Ce jour-là certains « petits » navires remontèrent jusqu’à la couche présentation pour simplifier le message en : « England expects every man to do his duty » (l’Angleterre attend que chaque homme fasse son devoir). C’est ainsi qu’en utilisant pour une proclamation un système prévu pour des ordres, Nelson finit par transmettre le message de Villeneuve au lieu du sien.

Un pavillon particulier servait à acquitter le message, une seconde méthode d’acquittement consistait à le répéter intégralement (on parle aujourd’hui de collationner). Ce dialogue étant assuré entre unités adjacentes directement connectées, il est à charge de la couche 2.

Bien avant cet acquittement les marins expérimentés de Nelson traduisirent le message et l’intention de l’amiral et une immense clameur s’éleva de chaque navire. Nous voyons qu’ici il s’agit d’un acquittement de bout en bout qui est le rôle de la couche 4 « transport », ce qui permet de le faire transiter par une couche 3, seule apte à changer de réseau (passage du réseau pavillons au réseau voix).

Ce qui est intéressant ici est que les défauts du système de transmission ont été compensés par le fait que les matelots connaissaient bien leur amiral.

On pense souvent que plus la capacité d’un système de transmission est faible moins le message doit suivre la voie hiérarchique. C’est souvent vrai mais il ne faut pas oublier qu’une structure hiérarchique stable et respectée permet de transmettre des ordres complexes avec beaucoup moins de mots.
Pour exemple deux ans plus tard à Eylau, Napoléon est dans une situation désespéré et pense que la seule solution est de rassembler tous les cavaliers disponibles pour les jeter ensembles sur l’attaque Russe.
Alors qu’il dispose d’un moyen de communication idéal puisque son interlocuteur (Murat) est à portée de voix, il déclenche la plus grosse charge de cavalerie de l’histoire par un simple : « Nous laisseras-tu dévorer par ces gens-là ?». De même à Austerlitz le déclenchement de l’offensive décisive sur le centre de l’armée ennemie se fit par la retransmission jusqu’au plus bas de la hiérarchie de « En avant nom de Dieu ! ».
Par comparaison, le message envoyé à Grouchy par Soult à Waterloo pourrait être réduit de moitié si on ôtait les formules de politesses.

Si un message ne doit pas être trop long il ne doit pas non plus être trop court. Après la victoire, la phrase de Nelson fut reprise dans des chansons populaires, la plus célèbre y ajouta les mots « ce jour » :
« England expects that every man this day will do his duty ».
Ceci ne changeait rien au sens mais permettait d’ajouter des pieds au vers pour qu’il colle à la mélodie. En transmission, le fait d’ajouter des données inutiles pour régler un problème de transmission s’appelle le bourrage. La couche qui les a ajoutées est censée les supprimer à la réception.

Pour en revenir au message de Nelson voici la fin de message :

Image
Ce tableau de Turner montre la phrase sur le mât pendant la bataille.

Le dernier mot « duty » n’était pas non plus dans le dictionnaire et dut être épelé. Nous pourrions être surpris que les mots « Roi », « confiance » et « devoir » n’aient pas été prévus. Le dictionnaire ne contenait pas tous les mots souvent utilisés mais tous les mots souvent utilisés pour les phrases nécessitant une réaction rapide (en temps réel dit-on aujourd’hui).
De nos jours cette priorisation de l’information en fonction de son usage et non de son importance s’appelle la QOS mais elle est plutôt mise en œuvre dans les couches basses.

Le tableau de Turner ne respecte pas la vérité historique puisque le fameux message fut hissé avant la bataille.
Il aurait dû représenter le dernier message envoyé par Nelson à Trafalgar :
« engage the enemy more closely » (« engagez l’ennemi d’encore plus près »).
Nelson ordonna que ce signal soit maintenu au haut du mât mais les pavillons du signal furent détruits pendant la bataille.

Nous avons vu que le rythme de montée et descente des pavillons était assuré par la couche 2. Pour maintenir plus longtemps un signal il a fallu un ordre de l’application. Une couche devait mémoriser ce maintien et prévoir un système pour décider le moment où ils seraient descendus (arrivée d’un autre message, fin de la bataille…). Ce maintien n’impliquait pas que les navires relais maintiennent également leurs pavillons en place, il s’agît donc d’une gestion de bout en bout qui est assurée par la couche session (5).

Difficile de dire si ce dernier message eut un impact positif à Trafalgar mais il eut des conséquences désastreuses cent-dix ans plus tard.

Nous sommes dans les environs du Dogger bank en 1915, une rencontre a eu lieu entre les flottes Allemande de Hipper et Britannique de Beaty. Le plus puissant navire allemand, le Blücher, est durement touché, Hipper l’abandonne et ordonne la retraite. Beaty demande à ses navires rapides de le poursuivre, y compris les croiseurs de bataille et il ordonne à son navire le plus lent, l’Indomitable, de s’occuper du Blücher.

Nous voyons ici qu’un bon système de transmission doit disposer d’un système d’adressage qui permet de signaler à qui est destiné le message. L’adresse est dite « unicast » lorsqu’on vise un seul correspondant (ici l’Indomitable) et « broadcast » lorsqu’on s’adresse à tous (cas du message de Nelson), dans le cas qui nous occupe ici, le message s’adresse à un groupe de navire, on parle donc de « multicast ».

Le Lion, navire de Beaty, également touché doit se laisser distancer. Il n’a plus d’électricité et doit communiquer par pavillons comme Nelson. En informatique cela signifierait que les couches 2 radio et signal lumineux ont informé la couche 3 que leurs couches 1 ne fonctionnaient plus. La couche 3 a donc choisit la liaison par pavillons malgré son coût plus élevé.

Bientôt on croit voir un périscope près des poursuivants, Beaty demande à la flotte un virage de 90° à bâbord. S’apercevant que la manœuvre risque de l’éloigner trop des poursuivis il décide de limiter le virage à 45°.

On revoit ici la notion de « temps réel ». Le temps d’envoyer la correction, les navires auront entamé leur virage. Une correction ne serait pas interprétée de la même manière suivant l’avancement de chaque navire et créerait un désordre difficile à réorganiser.
Beaty pourrait oublier le « temps réel » et attendre la fin de la manœuvre pour demander un autre virage, mais lequel ? Et cela ralentirait autant la flotte que ne pas donner d’ordre.
Beaty trouve la solution pour rester dans la manœuvre « temps réel » en envoyant ce message : « course NE ». L’ordre peut être exécuté immédiatement par tous les navires quelque soit l’avancement de leur virage. L’idée est excellente, l’erreur de Beaty sera de vouloir l’améliorer.

Il devine que l’ordre va surprendre et pense à ajouter un message pour confirmer sa pensée :
« engage the enemy’s rear » (engagez l’arrière de l’ennemi) pour qu’ils comprennent qu’ils ne doivent pas l’attendre. Puisqu’il doit faire vite avant que le virage soit terminé il envoie les deux messages simultanément.

C’est une erreur qui revient à changer le protocole de sa couche 2 qui n’est donc plus compatible avec les couches 2 de ses correspondants. Le mieux qu’on puisse espérer d’une incompatibilité est une coupure de liaison. Beaty n’aura pas cette chance.

Le commandant des croiseurs de bataille juge le message dans son ensemble : (engage l’arrière de l’ennemi au NE) or le Blucher est justement au NE, il comprend donc qu’il faut l’achever. Pas fous, les navires plus légers le suivent (ils ne vont pas attaquer seuls la flotte ennemie).
Beaty s’en aperçoit et essaie de corriger mais veut en faire trop en copiant le dernier message de Nelson à Trafalgar : « Engage the enemy more closely ».

l’idée n’est pas mauvaise car un des paramètres du délai de transmission (on dit "transfert") d’un message est le temps de traitement du récepteur. Le message de Nelson étant connu de toute la marine britannique, il pouvait ainsi être reconnu beaucoup plus vite qu’un autre.
Le problème est que les codes de pavillons ont changé depuis un siècle et ce message n’existe plus en version compressé, on propose donc « keep near the enemy » (restez proche de l’ennemi). Coup de chance, ce message est plus clair, « keep » sous-entendant un reproche sur l’attitude actuelle alors que « Engage the enemy more closely » risquait d’être interprété comme « approchez-vous du Blücher »
Malheureusement les navires étaient déjà trop loin pour recevoir ce message. Les allemands ont réussi à s’échapper.

Bien avant ces événements, l’autre phrase de Nelson réapparu dans une grande bataille navale. La marine de l’amiral japonais Togo avait été formée à partir de matériel et d’instructeurs Britanniques. Le japon prévoit donc un fanion unique pour signifier la phrase de Nelson qu’il modifie ainsi :
« The fate of empire rest on the outcome of this battle. Let each man do his utmost » (Le destin de l’empire dépend de cette bataille, que chaque homme fasse de son mieux). Exactement un siècle après Trafalgar, l’amiral Togo le fera hisser avant de se ruer sur la flotte russe à Tsushima. Après sa victoire écrasante, le signal restera célèbre sous la désignation de « flag Z » (Z existe-t-il en japonais ?).

L’utilisation de ce seul pavillon Z améliore la compression et ainsi le délai de transmission. Il ne s’agît pourtant pas d’une qualité de compression puisque ce signal n’était que très rarement hissé : combien de batailles pouvaient remettre en cause le destin de l’empire japonais ?
La rapidité du signal n’a pas non plus d’intérêt au moment où il est hissé, elle a même un défaut : la longueur du décodage de Nelson a ménagé un léger suspens pour ses équipages qui a probablement aidé à l’effet de motivation qu’il souhaitait insuffler.

Une quarantaine d’années plus tard, l’amiral Nagumo attaque Pearl Harbor. Alors que ses bombardiers attendent la fusée éclairante qui les lancera du pont d’envol, l’amiral, en souvenir de son illustre prédécesseur, décide d’envoyer le fameux pavillon Z.
Il reçoit immédiatement des réclamations de ses adjoints qui craignent qu’une erreur d’interprétation sème le chaos. Les signaux avaient changé depuis et le pavillon « Z » n’avait plus la même signification.

Nagumo le savait mais pensait que son allusion serait comprise. Le panache a du bon mais il doit être contenu dans le message pas dans le système de transmission.

Bob


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 18:44 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7255
Bravo pour cette analyse magistrale !

Moi qui me suis cogné un peu les couches ISO quand je faisais de l'informatique, j'apprécie la performance à sa juste valeur. En prime c'est passionnant, cette mise en correspondance avec des situations réelles. (et sur des systèmes de transmission somme toute assez primitifs.)

Vous êtes ingénieur réseau ? (En tous cas vous avez trempé dedans jusqu'au cou ! :mrgreen: )

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 19:43 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4583
Localisation : Berry
Moi je n'ai pas compris grand chose mais ça a l'air solide et intéressant ;)

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Jan 2017 12:43 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 29 Sep 2007 16:06
Message(s) : 300
Localisation : RENNES
Pierma a écrit :
Bravo pour cette analyse magistrale !

Moi qui me suis cogné un peu les couches ISO quand je faisais de l'informatique, j'apprécie la performance à sa juste valeur. En prime c'est passionnant, cette mise en correspondance avec des situations réelles. (et sur des systèmes de transmission somme toute assez primitifs.)

Vous êtes ingénieur réseau ? (En tous cas vous avez trempé dedans jusqu'au cou ! :mrgreen: )


Merci Pierma

Je travaille effectivement dans le domaine mais je ne prendrai pas le risque de faire lire ce texte à des collègues, de peur de passer pour un hérétique lol


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Jan 2017 12:21 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3433
Bob d artois a écrit :
Napoléon à Austerlitz fait lire sa proclamation par ses chefs d’unité mais y intègre son plan de bataille : «Pendant qu’ils marcheront pour tourner ma droite, ils me présenteront le flanc». Il mélange deux messages qui ne devraient pas arriver sur le même support, la conséquence est qu’il dévoile son plan à l’ennemi. S’il le fait ce jour-là c’est qu’il y trouve plusieurs intérêts car il est trop tard pour que l’ennemi change son plan mais assez tôt pour qu’il l’applique en doutant de sa réussite.



L'intérêt que Napoléon trouve à ce message (destiné également à être publier dans le Moniteur) est avant tout de se faire passer aux yeux de l'armée et de l'opinion française et européenne, pour un génial stratège capable de lire dans les intentions de l'ennemi comme dans un livre ouvert.
Bob d'Artois, on retranscrivant le message tel que vous l'avez fait, vous ne faites en effet que reprendre un écrit de propagande : la vision prémonitoire de la fameuse proclamation à l’armée du 1er décembre (rédigée le 30 novembre) : « Les positions que nous occupons sont formidables; et, pendant qu'ils marcheront pour tourner ma droite, ils me présenteront le flanc », n’est en vérité qu’une modification (réalisée suite à la bataille) du texte original qui disait de manière anodine : « Les positions que nous occupons sont formidables; et, pendant qu'ils marcheront sur nos batteries, je veux faire attaquer leurs flancs. »
Les mythes ont la vie dure...

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Jan 2017 14:56 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 21 Juil 2016 16:04
Message(s) : 42
Pour le message de Nelson à Trafalgar, nous ne serons jamais ce qu'il en fut vraiment ; seuls le récit de Pasco décrit le changement du message, or ce dernier avait été chargé par Nelson des communications, conformément à l'habitude de l'amiral de nommer le plus ancien lieutenant à ce poste. Ce faisant, c'est un lieutenant moins gradé que lui qui a pris la place de premier lieutenant et qui a obtenu une promotion au rang de capitaine de vaisseau. Pasco avait tout intérêt à attirer l'attention sur lui pour tenter d'obtenir si ce n'est une promotion, au moins un commandement dans les années de vaches maigres qui ont suivi Trafalgar. S'associer au message de Nelson, beaucoup plus pensé pour la postérité et la publication dans la Gazette que pour motiver les équipages, était un coup à tenter.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 14:11 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 29 Sep 2007 16:06
Message(s) : 300
Localisation : RENNES
En effet Cornelis le seul fait dont on puisse être sûrs, est le contenu du message puisqu’il été vu par beaucoup de monde. Je ne sais pas si je me vanterais d’avoir fait changer « confide » en « except » le message y perd beaucoup, mais il est vrai que sans cela je n’aurais pas connu le nom de Pasco.

Peut-être avez-vous le renseignement que je cherche. On trouve des auteurs qui expliquent que England était usuellement utilisé pour les britanniques mais le bon terme n’aurait-il pas été « king » ?
C'était ses "ships" pourtant (HMS)

N’a-t-il pas utilisé "king" pour les mêmes raisons que « confide », parce qu’il ne pouvait parler au nom du roi sans que ça vienne du roi ou parce qu’il ne voulait pas le faire (Nelson n’était pas très bien vu par la monarchie je crois) ?

Bob


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 16:41 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7255
Bob d artois a écrit :
En effet Cornelis le seul fait dont on puisse être sûrs, est le contenu du message puisqu’il été vu par beaucoup de monde. Je ne sais pas si je me vanterais d’avoir fait changer « confide » en « except » le message y perd beaucoup, mais il est vrai que sans cela je n’aurais pas connu le nom de Pasco.

Non pas "except" ("sauf") mais "expect" ("attend", ici "attend de")

Je connaissais le fameux "England expects every man to do his duty" mais j'ignorais tout de cette genèse du message.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 17:17 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 21 Juil 2016 16:04
Message(s) : 42
Bob d artois a écrit :
En effet Cornelis le seul fait dont on puisse être sûrs, est le contenu du message puisqu’il été vu par beaucoup de monde. Je ne sais pas si je me vanterais d’avoir fait changer « confide » en « except » le message y perd beaucoup, mais il est vrai que sans cela je n’aurais pas connu le nom de Pasco.

Peut-être avez-vous le renseignement que je cherche. On trouve des auteurs qui expliquent que England était usuellement utilisé pour les britanniques mais le bon terme n’aurait-il pas été « king » ?
C'était ses "ships" pourtant (HMS)

N’a-t-il pas utilisé "king" pour les mêmes raisons que « confide », parce qu’il ne pouvait parler au nom du roi sans que ça vienne du roi ou parce qu’il ne voulait pas le faire (Nelson n’était pas très bien vu par la monarchie je crois) ?

Bob


Je ne connais pas assez bien les usages de l'époque. Nelson avait une mauvaise réputation générale due à son aventure extra-conjugale avec lady Hamilton et dans la Navy pour sa propension à tirer la couverture à lui.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 18:15 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3433
Bob d artois a écrit :
On trouve des auteurs qui expliquent que England était usuellement utilisé pour les britanniques mais le bon terme n’aurait-il pas été « king » ?


A l'origine, n'était-ce pas le mot "Nelson" qui avait été évoqué ?

Bob d artois a écrit :
il ne faut pas oublier qu’une structure hiérarchique stable et respectée permet de transmettre des ordres complexes avec beaucoup moins de mots.
[...]
à Austerlitz le déclenchement de l’offensive décisive sur le centre de l’armée ennemie se fit par la retransmission jusqu’au plus bas de la hiérarchie de « En avant nom de Dieu ! ».


Sans doute faites-vous référence ici à « La vie militaire sous l’Empire », de Blaze :
« Depuis le général en chef jusqu'au caporal, quand il s'agit de marcher à l'ennemi, chacun se sert de la même formule : "Saint nom de Dieu en avant ! en avant saint nom de Dieu ! " Cela se comprend d'un bout de la ligne à l'autre ; à Marengo, à Austerlitz, à Wagram, etc., on ne fit pas d'autres frais d'éloquence.»

Si les harangues entraînant les marches offensives, au niveau des échelons les plus bas pouvaient être succinctes, les ordres précédant l’attaque de Soult sur le plateau de Pratzen ne se résumèrent pas à quelques paroles viriles.
Ainsi, dans son rapport à Berthier rédigé 16 décembre 1805, Soult rappelle les dispositions prises préalablement à sa marche :
« Sa Majesté me donna ordre, à huit heures du matin, [d’] attaquer [l’ennemi].
A cet effet, la division du général Saint-Hilaire, qui était formée en avant du village de Puntowitz, eut ordre de marcher sur trois lignes, de passer un ravin qui descend de Pratze sur Kobelnitz, et de s’emparer du plateau en arrière et à gauche de Pratze, où la gauche du centre de l'ennemi et la droite de son aile gauche s’appuyaient. Il fut expressément recommandé au général Saint-Hilaire de ne diriger aucune troupe sur Pratze, quoique ce village fut fortement occupé par l’ennemi.
Le général Vandamme, dont la division était en avant du village de Girsikowitz, aussi formée sur trois lignes, eut ordre en même temps, de marcher à l'ennemi, d’attaquer son centre en se rapprochant du village de Pratze, mais d’en rester à une bonne portée, pour isoler les troupes ennemies qui étaient en tête du village, et ainsi les mettre entre les deux divisions. Mais comme il était à prévoir que dans son attaque le général Saint-Hilaire trouverait de grandes difficultés à surmonter, et qu’il aurait le plus de troupes à combattre, la brigade de gauche de la 3e division, composée des 18e et 75e régiments de ligne, et du bataillon des tirailleurs corses sous les ordres du général Levasseur, dut rester en réserve en avant de Kobelnitz, pour soutenir au besoin l’attaque du général Saint-Hilaire, empêcher que l’ennemi se portât sur ses derrières, et aussi pour s’opposer à tous les mouvements de troupes qu’il eût pu faire de Sokolnitz sur Kobelnitz, pour prendre à dos la brigade de droite de la troisième division.
Il fut expressément recommandé aux généraux de division de rester constamment sur deux lignes de bataille et une d’infanterie légère, et de conserver les bataillons en colonne, par division, à distance de peloton, afin qu’en toutes circonstances, ils fussent en mesure de former le carré pour s'opposer à la cavalerie, et aussi pour que leurs mouvements puissent s’opérer avec plus de rapidité. »

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 18:33 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3620
Localisation : Versailles
Pierma a écrit :
Bob d artois a écrit :
En effet Cornelis le seul fait dont on puisse être sûrs, est le contenu du message puisqu’il été vu par beaucoup de monde. Je ne sais pas si je me vanterais d’avoir fait changer « confide » en « except » le message y perd beaucoup, mais il est vrai que sans cela je n’aurais pas connu le nom de Pasco.

Non pas "except" ("sauf") mais "expect" ("attend", ici "attend de")

Je connaissais le fameux "England expects every man to do his duty" mais j'ignorais tout de cette genèse du message.


Sans vouloir jouer au traducteur professionnel, je crois plutôt que "expects" ne signifie pas "attendre" dans le sens "j'attends que le train passe" mais plutôt de façon assez impérative quelque chose de plus proche de "exige" - ou plutôt "j'attends de vous que vous réussissiez votre mission"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 18:37 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 14354
Localisation : Alsace, Colmar
Bob d artois a écrit :
N’a-t-il pas utilisé "king" pour les mêmes raisons que « confide », parce qu’il ne pouvait parler au nom du roi sans que ça vienne du roi ou parce qu’il ne voulait pas le faire (Nelson n’était pas très bien vu par la monarchie je crois) ?

Bob


S'il désirait redorer son blason, il aurait pu mettre king. Sauf qu'on sait depuis longtemps que l'appel au pays, à la mère-patrie (désolé, mais si à l’époque le terme ne veut pas dire grand chose, l'idée est là), bref à la défense de notre pré carré et de ce qu'il représente à toujours été une motivation forte. On peut changer de roi, on ne change pas de patrie ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 19:41 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3620
Localisation : Versailles
Narduccio a écrit :
Bob d artois a écrit :
N’a-t-il pas utilisé "king" pour les mêmes raisons que « confide », parce qu’il ne pouvait parler au nom du roi sans que ça vienne du roi ou parce qu’il ne voulait pas le faire (Nelson n’était pas très bien vu par la monarchie je crois) ?

Bob


S'il désirait redorer son blason, il aurait pu mettre king. Sauf qu'on sait depuis longtemps que l'appel au pays, à la mère-patrie (désolé, mais si à l’époque le terme ne veut pas dire grand chose, l'idée est là), bref à la défense de notre pré carré et de ce qu'il représente à toujours été une motivation forte. On peut changer de roi, on ne change pas de patrie ...


une question à Narduccio et au-delà

le Roi Georges III n'était il pas gravement impopulaire en particulier dans les classes populaires ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 20:26 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7255
Narduccio a écrit :
Bob d artois a écrit :
N’a-t-il pas utilisé "king" pour les mêmes raisons que « confide », parce qu’il ne pouvait parler au nom du roi sans que ça vienne du roi ou parce qu’il ne voulait pas le faire (Nelson n’était pas très bien vu par la monarchie je crois) ?

Bob


S'il désirait redorer son blason, il aurait pu mettre king. Sauf qu'on sait depuis longtemps que l'appel au pays, à la mère-patrie (désolé, mais si à l’époque le terme ne veut pas dire grand chose, l'idée est là), bref à la défense de notre pré carré et de ce qu'il représente à toujours été une motivation forte. On peut changer de roi, on ne change pas de patrie ...

Motivation d'autant plus forte que par opposition "England" souligne qu'en face c'est la flotte française, l'ennemie de toujours.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 20:33 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3433
Pierma a écrit :
en face c'est la flotte française, l'ennemie de toujours.


A noter que 44 % des "Français" d'en face étaient Espagnols. :wink:

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB