A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 25 Sep 2017 12:44

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 78 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 07 Sep 2016 18:43 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2156
Localisation : Versailles
Pierre Branda dans sa biographie de Joséphine note que celle ci avait su séduire tout le monde, nobles et roturiers, parisiens et provinciaux, riches et pauvres par la façon dont elle assumait sa position de "consulesse" puis d'impératrice. Son aimable et élégante dignité aurait contrasté favorablement avec l'arrogante légèreté de la dernière Reine ... Et aurait donc utilement contribué à faire accepter aux français le retour des formes monarchiques. Son époux l'ayant consciemment poussé dans cette voie !

Je n'y avais jamais pensé mais il est en effet notoire que Marie Antoine était très impopulaire alors que Joséphine semble avoir été assez aimée !

Qu'en pensent les experts de la période ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Sep 2016 0:30 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5986
Je ne sais plus où j'ai lu cette réflexion d'un grognard, qui exprimait une opinion sans doute assez répandue dans les rangs : "Il n'aurait pas du quitter sa vieille, elle lui portait bonheur."

Evidemment ce n'était pas une opinion de cour, mais Joséphine semble avoir été populaire dans l'armée.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Sep 2016 17:00 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2156
Localisation : Versailles
En complément je vous propose deux documents.

Tout d'abord le récit du décès de Joséphine par le comte Beugnot, directeur général de la police du Roi restauré

«La mort de Mme de Beauharnais a excité généralement des regrets. Cette femme était née avec de la douceur et quelque chose d'élégant et d'aimable dans les manières et l'esprit. Elle n'était pas sans instruction et sans quelque goût des beaux-arts. Malheureuse à l'excès durant le règne de son mari, elle s'était réfugiée contre ses brutalités et ses dédains dans la culture de la botanique et avait été assez loin dans cette science aimable. Depuis sa retraite, elle avait fait de Malmaison un séjour enchanteur et riche de trésors de plus d'un genre. Le public était instruit des combats qu'elle livrait pour arracher des victimes à Bonaparte, et lui avait su gré d'avoir embrassé ses genoux pour sauver le duc d'Enghien. Seule au milieu de ces Corses fastueux, elle parlait la langue des Français et devinait leurs coeurs. La bonne compagnie lui donne des regrets. Le peuple, qui ne veut pas permettre aux personnages un peu fameux de mourir de leur mort naturelle, veut qu'elle ait été empoisonnée. La vérité est que, mal disposée mercredi dernier, lorsque l'empereur de Russie l'honora de sa visite, elle fit des efforts pour accompagner ce prince dans ses jardins et qu'elle a gagné un refroidissement dont elle a été si mal traitée qu'elle a succombé après quatre jours de maladie. Son fils, le prince Eugène, n'a point fait imprimer de billets de part, mais il en a envoyé à la main de fort modestes et où il a éludé la difficulté de donner des titres à sa mère. Il s'est retiré avec sa soeur dans la terre de Saint-Leu qui appartient à cette dernière.»

Et ensuite, cet acte de décès

"Mil huit cent quatorze le deux juin à dix heures du matin.
Acte de décès de l'impératrice Joséphine, née Marie Joséphine Rose Tasher de Lapagerie le vingt quatre juin mil sept cent soixante huit, mariée à Napoléon Bonaparte Général en chef de l'armée d'Italie le huit mars mil sept cent quatre vingt seize, sacrée et couronnée Impératrice le Deux Décembre mil huit cent quatre, décédée dans son salon (sic) de la Malmaison, commune de Rueil, le vingt neuf mai dernier à midi. Sur la déclaration faite à nous par messieurs André de la Bonninière - marquis de Beaumont âgé de cinquante deux ans, Grand cordon des ordres de la couronne civile de Bavière et de la Fidélité de Bade, membre de la Légion d'honneur française... et de Pierre-Louis de Busset, âgé de soixante dix huit ans, ancien maréchal de camp, au service de France, chevalier de l'ordre Royal et militaire de St- Louis, tous deux domiciliés à Rueil, Et ont signé. Constaté et donné lecture de l'acte par nous Léonard Alexis Bertin maire de cette commune faisant les fonctions d'officier public de l'Etat civil soussigné..."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 9:07 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2566
Merci cher Jérôme pour ces témoignages émouvants.

Quant à votre question initiale, je suggère d'en élargir un peu la portée ...on peut imaginer plusieurs pistes ...

Bonaparte a pu en effet avoir le projet conscient de gagner la sympathie générale et l'appui à son projet monarchique personnel en présentant à l'opinion publique l'image d'un couple quasi royal (ou pseudo royal) exemplaire et s'inscrivant en opposition au couple si décrié Louis XVI Marie Antoinette...c'est votre hypothèse si je vous comprends bien...

Ou bien à l'inverse le Premier Consul et son épouse ont pu vouloir agir sans arrière pensée autre que de cultiver leur popularité en opposition à l'austérité odieuse des conventionnels ou à la légèreté arrogante de Barras ...

Ou tout simplement Joséphine a pu pu vouloir faire oublier son passé de dame galante du Directoire ..

Ou un peu de tout cela à la fois ? Brenda ne développe-t-il pas son analyse ?

Pour ma part, j'y vois un point souvent débattu : l'empire n'est pas l'anticipation des régimes autoritaires voire totalitaires du XXe siècle ...mais au contraire dans la perspective de la modernisation des vieilles structures monarchiques. Une sorte de despotisme éclairé chimiquement pur si j'ose dire ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 10:28 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3965
« Elle était douée d’un caractère bienveillant et d’un tact social tout particulier. »
(Metternich, Mémoires)

« Elle possédait […] de la finesse, une grande habitude de la bonne société, une grâce inimitable, et sa prononciation un peu créole ajoutait beaucoup de charmes à sa conversation. »
(Lavalette, Mémoires et souvenirs)

« On l'avait toujours aimée parce que jamais personne ne fut si bonne. Sa prévenance envers tout le monde fut la même, étant impératrice qu'elle l'avait été auparavant; elle donnait avec profusion et avec tant de bonne grâce, qu'on aurait cru être impoli que de ne pas accepter : on ne pouvait entrer chez elle sans en revenir comblé. Elle n'a jamais nui à personne dans le temps de sa puissance; ses ennemis eux-mêmes en ont été protégés; il n'y a presque pas eu un jour de sa vie où elle n'ait demandé quelque grâce pour quelqu'un que souvent elle ne connaissait pas, mais qu'elle savait mériter son intérêt; elle a établi un grand nombre de familles et, dans ses dernières années, elle était entourée d'une peuplade d'enfants, dont les mères avaient été mariées et dotées par ses bontés. »
(Savary, Mémoires)

« Son humeur était toujours égale; elle était douce et bonne, affable et indulgente avec tout le monde, sans acception de personnes. […]
Son exquise politesse, son grand usage du monde et de la cour et de leurs innocents artifices lui faisaient toujours trouver, à commandement, ce qu'il y avait de mieux à dire et à faire. »
(Méneval, Napoléon et Marie-Louise - Souvenirs historiques)

« [Joséphine] avait toujours été bonne, simple et sans prétention. »
(Rapp, Mémoires)

« L'impératrice Joséphine avait brillé de son dernier éclat dans cette réunion de souverains étrangers auxquels elle avait fait les honneurs de la France. Un poète a dit que la vertu sur le trône était la plus belle image de la Divinité. Pour appliquer assez justement cette pensée à l'impératrice Joséphine, il n'y avait peut-être qu'à substituer le mot bonté au mot vertu; car la bonté était sa vertu la plus éminente. Personne, en effet, ne pouvait prouver mieux qu'elle combien le charme extérieur de la bonté supplée à ce qui commence à manquer dans les agréments personnels, comme aussi à ce qui manque à la supériorité de l'esprit. L'élégance et plus encore l'obligeance de ses manières répandaient sur elle l'espèce de dignité qui convenait à l'habitude de ses rapports, soit avec ceux qu'une illustration héréditaire plaçait au premier rang en Europe, soit avec ceux qu'une illustration plus moderne ne rendait cependant pas moins exigeants. »
(Mollien, Mémoires)

« Dans des positions si distantes, je l'avais trouvée la même, affable, sincère, bienveillante, élégante dans l'exercice de ces qualités aimables, et d'une élégance qui n'était qu'à elle. On se sentait sous le charme en sa présence; on l'écoutait avec une sorte de ravissement, parce que la grâce se révélait dans sa démarche comme dans ses paroles.
[…]
Je croyais un peu, que Joséphine était la fortune de l'Empereur, et par conséquent de la France, et que si jamais elle se séparait de son époux elle emporterait cette fortune avec elle. »
(Beugnot, Mémoires)

« Je ne gagne que des batailles, et Joséphine, par sa bonté, gagne tous les cœurs. »
(Napoléon cité par Bausset, Mémoires anecdotiques sur l’intérieur du palais)

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 10:36 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 900
Guillemin se serait étouffé à la lecture de ces compliments hagiographiques :) On se demande bien pourquoi il n'y a pas eu de procès en canonisation !

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 10:50 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3965
Jefferson a écrit :
Guillemin se serait étouffé à la lecture de ces compliments hagiographiques :) On se demande bien pourquoi il n'y a pas eu de procès en canonisation !


En bon antinapoléonien primaire, Guillemin a l’étouffement facile; mais je me plais en effet aussi à l'imaginer, entre deux propos malhonnêtes, à se gonfler théâtralement d'émoi à la lecture de tels passages... lol

Plus sérieusement, j'ai ici insisté sur les passages concernant la bonté de l'Impératrice ; mais il n'y a pas que des qualités à lire : les mémorialistes notant souvent le peu d'esprit de l'Impératrice. Voilà de quoi redonner le sourire à ce pauvre Guillemin. :rool:

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 11:03 
C'est quand même bien elle, de l'avis même de l'Empereur, qui a obtenu le rétablissement de l'esclavage...


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 11:04 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3965
Jean R a écrit :
C'est quand même bien elle, de l'avis même de l'Empereur, qui a obtenu le rétablissement de l'esclavage...


"De l'avis même de l'Empereur" ?
Pouvez-nous nous dire où Napoléon a dit cela, s'il vous plait ?

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 11:09 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 900
L'historiographie a tordu le cou à cette histoire d'un lobby colonial réuni autour de Joséphine, qui aurait soufflé à Bonaparte sa politique en matière d'esclavage. Il n'a pas eu besoin d'elle pour cette affaire.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 11:18 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3965
Un scoop peut-être ? :wink:

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 14:10 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2156
Localisation : Versailles
Aigle a écrit :
Merci cher Jérôme pour ces témoignages émouvants.
..

Ou un peu de tout cela à la fois ? Brenda ne développe-t-il pas son analyse ?

Pour ma part, j'y vois un point souvent débattu : l'empire n'est pas l'anticipation des régimes autoritaires voire totalitaires du XXe siècle ...mais au contraire dans la perspective de la modernisation des vieilles structures monarchiques. Une sorte de despotisme éclairé chimiquement pur si j'ose dire ...


Je remercie aigle de ses réponses. Pour l'analyse de Brenda, un bon résumé ici


http://www.culture-tops.fr/critique-eve ... 9QFwH8aySM

Éléments clefs :
"Pierre Branda évoque, aussi, la complicité du couple impérial. Ambitieux tous deux, ils étaient complémentaires. A chacun son champ de manoeuvre : à l'un la politique, à l'autre les relations sociales. Et l'impératrice tint son rang avec subtilité, élégance et humanité malgré les coups de sort dont elle fut frappée. Pierre Branda redonne ainsi vie à une personnalité aux multiples facettes, donc moins superficielle qu'elle n'y laissa paraître."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 14:16 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3965
Jefferson a écrit :
On se demande bien pourquoi il n'y a pas eu de procès en canonisation !


Ne la surnomma-t-on pas « Notre-Dame des Victoires » ?
« La foule était immense. On se pressait, on se heurtait pour mieux voir.
« Tiens, c'est sa femme !. C'est son aide-de-camp ! Comme il est jeune ! et elle donc, comme elle est jolie !...
– Vive le général Bonaparte ! s'écriait le peuple. Vive la citoyenne Bonaparte ! elle est bonne pour le pauvre monde !
- Oui, oui, disait une grosse femme de la halle, c'est bien Notre-Dame-des-Victoires, celle-là ! »
(Mme d’Abrantès, Mémoires)

« Notre-Dame » n’aurait-elle pas été magnifique aux bras de cet autre Saint aux traits parfaits ?
Image

lol

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 14:27 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 900
Haha. Je ne connaissais pas cette histoire de saint Napoléon, tiens ! Merci !

Je ne sais pas ce que vaut Vincent Petit, mais pour ceux qui veulent quelques éléments pour ce sujet :

http://www.cairn.info/revue-napoleonica ... age-59.htm

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 14:38 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3965
Pour rebondir sur les éloges des contemporains cités plus haut et continuer à faire plaisir à Guillemin (et Jefferson), voici quelques extraits de bôô discours tenus lors de l’inauguration de la statue de Joséphine à Fort de France, en Martinique, le 29 août 1859 :

« Il y a surtout quelque chose que la Religion aime à saluer dans Joséphine, c'est l'auréole du malheur qui vint orner son front habitué à ceindre le diadème impérial, c'est le courage avec lequel elle supporta son infortune, ce sont les vertus qu'elle pratiqua dans sa retraite, c'est le soin qu'elle prit des malheureux.»
(extrait du discours de l’évêque de Saint-Pierre et de Fort de France)

« Après le Te Deum de la victoire vient la fête pacifique. Celle de ce jour est destinée à rendre hommage à une souveraine qui a brillé autant par ses vertus privées que par le haut rang qu'elle occupait dans le monde.
[…]
Si l'auguste Joséphine est restée populaire, non seulement à la Martinique qui s'enorgueillit de lui avoir donné le jour, mais dans la France entière où son souvenir est encore si vivant, ce n'est pas seulement parce que ce souvenir rappelle la bonté, la bienfaisance et toutes les vertus privées dont elle était ornée. C'est aussi parce que la croyance populaire lui attribuait une influence sur nos destinées, sorte de lien mystérieux qui existait entre elle et la France »
(extrait du discours du gouverneur de la Martinique)

« Vous avez entendu l'éloquent éloge que M. le Gouverneur vient de faire du caractère et des vertus de Joséphine. Belle, bonne, aimable, gracieuse, son plus beau titre à notre admiration c'est d'avoir été la digne épouse, la compagne chérie du plus grand génie que les siècles aient vu paraître; son plus beau titre à notre reconnaissance, c'est d'avoir été l'aïeule de Sa Majesté Napoléon III, et d'avoir légué à la postérité, dans la personne de son petit-fils, le sauveur de la France, le libérateur de l'Italie.
Honneur au pays qui a vu naître Joséphine ! Gloire à la Martinique qui peut la compter au nombre de ses célébrités ! Vous n'ignorez peut-être pas que Sainte-Lucie avait la prétention d'être considérée comme le pays natal de Joséphine. Pour moi, je ne vois dans cette circonstance qu'un hommage de plus qu'on a voulu lui rendre; et ma présence ici, aujourd'hui, vous fait voir sous quel point de vue j'envisage la question. En effet, Joséphine est si grande, si digne d'admiration que les îles de l'Archipel se disputent l'honneur de lui avoir donné le jour.»
(extrait du discours du gouverneur de Sainte-Lucie)

« La Martinique, ce sol généreux qui a produit tant de nobles cœurs, tant de grands caractères, tant d'esprits élevés. La Martinique inaugure aujourd'hui la statue de Sa Majesté l'Impératrice Joséphine, la plus éclatante de ses célébrités.
[…]
Honneur donc à la créole Impératrice qui a marqué parmi les sommités de l'univers et du sein de laquelle se sont épanchés la gloire et le bonheur de la patrie ! honneur à la contrée qui lui a donné le jour ! Habitants de la Martinique, que cette œuvre d'art ne vous inspire pas seulement des sentiments de légitime orgueil ; qu'elle exalte votre patriotisme, qu'elle symbolise le lien qui vous unit à notre sublime métropole et à ce foyer de lumières et de prospérité qu'on appelle l'Empire. »
(extrait du discours du gouverneur de la Guadeloupe)

« Dans sa prévoyante sagesse, le ciel s'était plu à répandre sur l'impératrice Joséphine ses dons les plus précieux : douceur, bonté, affabilité, bienveillance, charité, en un mot, toutes les qualités du cœur et de l'esprit qui font de la femme un être angélique sur la terre, et sur le trône, une providence et un modèle des douces et rares vertus qui attirent l'affection des peuples.
[…]
Grande Impératrice, nous vous saluons ! La Martinique est heureuse et fière de posséder sous le manteau impérial la statue de l'immortelle Créole des Trois-Ilets. Puisse votre image vénérée protéger et porter bonheur aux habitants de ce beau pays !
[…]
Admirons l'œuvre de l'habile artiste, qui a su reproduire avec autant d'exactitude que de vérité les traits de notre grande souveraine ; voyez comme elle est belle et gracieuse ; ne dirait-on pas qu'elle revoit la Martinique avec ce bonheur et cet amour que l'on conserve toujours pour le pays qui nous vit naître ? »
(extrait du discours du maire de Fort de France)

Le long de la grille entourant le monument, quatre arcs de triomphe avaient été érigés. Chacun était orné respectivement des mots suivants :
« De ce peuple enivré, saluant ton retour,
Illustre Joséphine, entends les cris d'amour ! »

« La grâce et la bonté, d'une double auréole,
Ceignent le noble front de l'illustre Créole. »

« Pour son pays natal quel noble attachement !
Pour son illustre époux quel pieux dévouement ! »

« Joséphine, par toi le pays illustré,
Devait ce monument à ton nom vénéré. »

Gravures de la cérémonie :
Image

Image

La statue :
Image







Aujourd’hui, la statue de Joséphine ressemble à ça :
Image


O tempora, o mores !


Un fil en rapport : viewtopic.php?f=60&t=39290

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 78 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB