A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 18 Déc 2017 0:34

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 10 Sep 2016 11:45 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 28 Août 2016 18:45
Message(s) : 62
Elgor a écrit :
Moi ce qui m'interpelle c'est pourquoi les britanniques ont cru devoir saborder l'implacable. Voici un navire qu'ils ont pris en 1805 et qu'ils ont entretenu jusqu'en 1949 soit pendant 144 ans . Ils ont bien entretenu le Victory de Nelson et pour eux l'implacable (ex duguay-trouin) correspondait à une prise de guerre lors d'une victoire.

Je conçois que le gouvernement français n'ait pas voulu de ce bâtiment, c'était un navire symbole de défaite et l'humiliation de 1940 était beaucoup trop proche pour en rajouter. Mais pour les anglais ? qu'elle est la raison qui leur a fait prendre cette décision ?


Ce navire avait déjà été sauvé par des fonds privés:
En 1908, l’Implacable, qui a 108 ans, entre dans la liste des vaisseaux à vendre aux démolisseurs mais le roi Edward VII intervient. Un millionnaire, Goeffrey Cobb, industriel du charbon, dont le père avait déjà sauvé le HMS Foudroyant de Nelson, s’associe à plusieurs hommes influents du pays afin d’obtenir un peu de répit pour le vaisseau. Finalement il n’est pas vendu aux démolisseurs mais « prêté » à Cobb en 1911. Remis en état à minima en 1912 aux frais de Cobb, il sert de base aux adolescents et des scouts marins.
En 1924, Cobb n’ayant plus les moyens pour subvenir à l’entretien, demande une expertise qui révèle la nécessité de disposer de 25 000 £ pour garder le navire à flot. On fait appel aux dons, ces dons permettent de réparer le vaisseau en 1926/27. Cobb voulait que les jeunes Anglais comprennent la part que la Marine britannique avait eue dans l’histoire de l’Angleterre. Pour ce projet, on aménage le vaisseau. Le pont supérieur, devient aire d’activité de plein air, l’ancien second pont sert de salle de réunion, concerts, de séance d’instruction et d’enseignement. On y trouve aussi le réfectoire. L’avant de ce pont est réservé aux cuisines et à la boulangerie. Le premier pont (le plus bas) est dégagé de bout en bout, il sert de dortoir pour 250 jeunes. Dans les vastes cales, on installe des magasins, des caisses pour l’eau douce, les moyens de production d’électricité et de chauffage ainsi que des pompes électriques. Les officiers et le personnel d’instruction sont logés aux extrémités du deuxième pont.

Mais l’argent manque et en 1930, le maire de Londres lance un nouvel appel de fond suivi d’un second par le duc d’York en 1931. On avait besoin de 10 000 £ pour les grosses réparations et 20 000 £ pour l’entretien. On ne reçoit que 11 000 £ mais le comité créé par Cobb continue son travail d’éducation. Cobb meurt en 1931 bouleversant le projet car il en était l’animateur mais aussi le principal donateur. En juin 1932, l’Implacable est remorqué vers Portsmouth et on le mouille près du HMS Victory, son vieux compagnon de combat tout juste restauré dans son dock, sauvé de justesse en 1816 de la démolition.
Il accueillera 2 500 jeunes entre 1932 et 1934. Grâce à l’intervention de la veuve de Cobb, on amarre la frégate Le Foudroyant (ex-Trincomalee) près de l’Implacable. Les activités fonctionnent bien mais le vaisseau vieillit et il faut qu’il repasse à l’arsenal. On envisage même de récupérer des éléments de charpente sur des vaisseaux moins anciens et de remplacer une par une les pièces avariées.
La 2e guerre mondiale arrive, les fonds sont employés ailleurs, les jeunes gens aussi. La guerre se termine, épargnant L’Implacable, il est alors le plus ancien vaisseau du monde encore à flot. En janvier 1947, on le désarme définitivement car il ne sert plus.

La guerre a provoqué d’immenses dommages en Angleterre comme ailleurs et un formidable effort est nécessaire pour la reconstruction des pays. La Royal Navy consent des sacrifices financiers pour l’entretien du Victory mais n’ignore pas l’état de l’Implacable : une expertise annonce une somme de 300 000 £ pour sa remise en état. Le comité essaie de donner un nouveau souffle à son activité et on proposera même de remettre le vaisseau en état et de le regréer puis de l’amarrer à Greenwich à l’emplacement de la « Ship Tavern » détruit lors des bombardements de Londres. Mais le coût est bien trop important et le projet est abandonné.

En février 1949, un journal, le News Chronicle12 pose officiellement la question (pas innocente et destinée à le sauver) : que faire du vaisseau ? S’il ne s’agissait que d’un vaisseau anglais, la question ne se poserait pas, on le démolirait ou on l’enverrait par le fond mais c’est un vaisseau qu’on a pris aux Français il y a presque 150 ans. Ne faudrait-il pas rendre le vaisseau à la France, sa mère-patrie ?
En mars, un parlementaire français pose la question au secrétaire d’état à la marine et, parallèlement, la CCI de Cherbourg visite le vaisseau et le déclare capable de rejoindre la France
En mai, le Times propose officiellement de remettre le vaisseau à la France plutôt que de le détruire. Un comité est créé en France pour le retour du vaisseau à Rochefort et le musée Salorgues de Nantes se propose également de l’accueillir.

En juin, la réponse officielle du secrétaire d’état à la marine parait au journal officiel : "Il n’est pas question d’un retour en France du vaisseau Le Duguay-Trouin. La réalisation d’un tel projet nécessiterait des frais de premières réparations et de remorquages évalués à 225 millions de francs sans compter les frais d’entretien du bâtiment dans le port où il sera ancré. Il ne s’agit donc là d’une opération qui ne peut être envisagée en l’état actuel des crédits militaires". A décharge, les crédits sont rares, la nécessité de reconstruire la Marine Nationale dans le contexte de la guerre d’Indochine et la notion de patrimoine qui n’est pas encore à l’ordre du jour dans la Marine (ni ailleurs).

Le saborder était mieux à mon avis que le laisser pourrir comme le Foudroyant commandé par Nelson sur une plage!

Image

Image

Image

Une bien triste fin!!

Cordialement

_________________
Jeunes gens, écoutez le vieillard que les vieillards écoutaient lorsqu'il était un jeune homme"
(Auguste)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 14:54 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3998
Olivier Guéhéneuc a écrit :
Le saborder était mieux à mon avis que le laisser pourrir comme le Foudroyant commandé par Nelson sur une plage!


Tel n'était pourtant pas le destin prévu pour ce vaisseau. c'est plus la nature que la volonté des hommes qui a condamné le Foudroyant à son triste sort.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 18:26 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Oct 2007 9:34
Message(s) : 3648
Localisation : Myrelingues la brumeuse
Merci de ces informations. Je comprend mieux

_________________
C'est l'ambition qui perd les hommes. Si Napoléon était resté officier d'artillerie, il serait encore sur le trône.

Mr Prudhomme


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2016 19:37 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 28 Août 2016 18:45
Message(s) : 62
Drouet Cyril a écrit :
Olivier Guéhéneuc a écrit :
Le saborder était mieux à mon avis que le laisser pourrir comme le Foudroyant commandé par Nelson sur une plage!


Tel n'était pourtant pas le destin prévu pour ce vaisseau. c'est plus la nature que la volonté des hommes qui a condamné le Foudroyant à son triste sort.


C'est vrai

Le Foudroyant était un 80 canons lancé en mars 1798 et navire amiral de Nelson de 1799 jusqu'a 1801
Ce vaisseau a été utilisé comme navire de protection statique à Plymouth jusqu'en 1860, puis comme bateau école à l'entrainement de l'artillerie jusqu'en 1884.
Vendu en 1891 pour 2300Livres à un certain J Read, qui le revend à un chantier de destruction allemand. Devant les protestations publiques, il est racheté restauré pour 20 000 Livres, il devient un bateau d'exhibition. En juin 1897 alors qu'il est remorqué sur Blackpool , une tempête se lève il se décroche et va s'échoué sur la cote. Apres avoir vainement essayé de le renflouer, ses canons sont retirés et vendu 200 Livres, et le bois utilisé pour fabriquer des meubles .

Cordialement

_________________
Jeunes gens, écoutez le vieillard que les vieillards écoutaient lorsqu'il était un jeune homme"
(Auguste)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB