A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 17 Août 2017 16:38

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 10 Mars 2017 13:33 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 897
Il me semble qu'on peut parler de résistance (c'est à dire insurrection légitime), dès lors qu'il y a une oppression durement ressentie. Ce sont plutôt les opprimés (ou qui se représentent comme tels) qui parlent de résistance.

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 24 juin 1793 :

Article 33. - La résistance à l'oppression est la conséquence des autres Droits de l'homme.

Article 34. - Il y a oppression contre le corps social lorsqu'un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.

Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mars 2017 15:18 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
Ceci fait plaisir de se sentir moins seul dans l'approche du mot "résistance".
"Naturel", voici un adjectif qui me plaît : c'est naturel...

Jefferson a écrit :
le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Tout est dit.
Certains, du fond où ils logent désormais, vont se voir un peu mis à l'honneur.

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mars 2017 17:01 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3962
ezio-auditore a écrit :
Ceci fait plaisir de se sentir moins seul dans l'approche du mot "résistance".
"Naturel", voici un adjectif qui me plaît : c'est naturel...


Par là, Delgrès ne fait que se référer à l'article 2 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 où "la résistance à l'oppression" est définie comme un "droit naturel et imprescriptible de l'Homme".

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mars 2017 18:37 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3962
Je reviens sur les considérants du décret de Fismes :
"Considérant que les généraux alliés ont déclaré qu'ils passeraient par les armes tous les paysans qui prendraient les armes"

Sans doute faut-il voir là une évocation de l'ordre redu par Blücher, le 21 février précédent :
"Art. 3. Chaque habitant qui sera découvert avec des armes à lui appartenant, après la publication du présent, sera arrêté et transporté au quartier-général, où il ne sera point seulement reconnu pour un homme qui nuit à la tranquillité de ses concitoyens, mais comme un espion envers les alliés ; et sa punition sera, d'après son crime, soit qu'on le juge à mort, ou pour être exilé en Sibérie.
Art. 4. Si un habitant, les armes à la main, se permettait quelque excès envers un militaire, sa punition sera la mort, ses biens confisqués et sa maison démolie.
Art. 5. La maison d'où on tirera avec une arme à feu, et où on trouvera des armes ou munitions, sera démolie.
Art. 6. Si on entend un coup de feu dans un quartier, où on ne pourrait découvrir sur le champ l'auteur, on prendra dans la commune quatre otages parmi les habitants les plus fortunés, qui seront échangés vingt-quatre heures après l'arrestation contre les criminels; dans le cas où on ne pourrait les découvrir, ils seront conduits en Sibérie.
Art. 7. Si dans quelques communes il se formait quelques bandes armées, leurs maisons seront brûlées, et eux exécutés comme ci-dessus."

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mars 2017 22:42 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15308
Localisation : Alsace, Colmar
ezio-auditore a écrit :
Je crois qu'au final, c'est mon titre qui peut induire en erreur.
Il semble que pour la grande majorité, la "résistance" quelle qu'elle soit est définie avec l'appel du 18 juin.
Que certains n'aient pas attendu de Gaulle pour "résister" à travers des actes, ces personnes n'ont pas de nom.
Un autre exemple : le ghetto de Varsovie, le mot "résistance" est très absent on évoque plutôt "l'insurrection" du ghetto.
Bien sûr, la résistance initie souvent des insurrections et les insurrections sont souvent signe d'une "résistance" mais il semble que ceci ne soit pas la manière de voir les choses pour la majorité.

Pierma a écrit :
De bonne guerre, mouais... A la condition préalable que les soldats se comportent correctement. (Vae victis !)

"A la vérité, il y avait un peu d'indiscipline dans l'armée (française). La cavalerie pillait les territoires qu'elle traversait et revendait les chevaux qu'elle parvenait à se procurer..."
(Davout à Berthier - Posen : 10 novembre 1806)


Usuellement, dans de nombreux ouvrages, on parle de résistance des populations, mais si on parle de la Résistance, il s'agit du mouvement de résistance aux nazis durant la SGM.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mars 2017 23:19 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Fév 2017 21:50
Message(s) : 257
Localisation : Liège (Belgique)
ezio-auditore a écrit :
Il semble que pour la grande majorité, la "résistance" quelle qu'elle soit est définie avec l'appel du 18 juin.
Que certains n'aient pas attendu de Gaulle pour "résister" à travers des actes, ces personnes n'ont pas de nom.

Ce n'est pas de Gaulle qui a inventé la résistance. Elle s'est pratiquée en Belgique durant la Première Guerre mondiale. Le terme est employé par les historiens pour caractériser l'action d'Edith Cavell fusillée en 1915 ou de Gabrielle Petit fusillée en 1916.
En 1932, Martial Lekeux publie un roman intitulé Passeurs d'hommes consacré à ceux qui aidaient les Belges qui voulaient rejoindre l'armée à partir de la Belgique occupée en passant la frontière hollandaise. Je ne me souviens pas si cet auteur employait le terme "résistance", mais l'idée d'une continuation du combat en territoire occupé par l'ennemi est bien présente dans ce roman.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mars 2017 23:30 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2438
On en parle peu mais déjà en 14/18 ou en 70/71 il y a eu des résistances dans nos territoires envahis ,occupés ,rançonnés,pillés et il y a eu nos martyrs fusillés ou morts en déportation et la résistance d'une Louise de Bettignies ,on l'a bien vue se transformer en insurrection comme chez Emilienne Moreau en 14/18....Tiens :des femmes......


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mars 2017 1:08 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
Narduccio a écrit :
Usuellement, dans de nombreux ouvrages, on parle de résistance des populations, mais si on parle de la Résistance, il s'agit du mouvement de résistance aux nazis durant la SGM.

Dans le titre il était impossible de ne pas utiliser la "majuscule" ; "résistance" est le premier mot.
C'est pour ceci que dans mes posts le mot "résistance" ne commence pas par une "majuscule".

Merci pour ces renseignements.

S'il me semble naturel, qu'un individu ou un groupe d'individus prennent les armes pour leur liberté ou leur défense, je ne trouve pas qu'il soit du meilleur conseil d'un gouvernement de les y inciter en évaluant ce qui est bien et ce qui est mal, en ficelant le tout de mots vides de sens vu le contexte.
J'y vois même une certaine inconscience venant des pouvoirs pour ne pas dire plus, d'autant que bien souvent ceux qui ordonnent sont loin de donner un quelconque exemple : leurs intérêts les appellent ailleurs.

Il n'y a donc aucun encadrement légal. Dommage pour certains, nés trop tard. %1 Tant mieux pour ceux qui gagnent au finish, ils pourront "faire l'Histoire" et même parfois l'écrire. Ils seront vus comme des références incontournables, des trésors pour la postérité. Il semblerait que la postérité justement commence à être fâchée avec ceci.
Il est difficile "d'aimer" l'Histoire sans s'interroger sur le "pourquoi" de ce choix et s'il faut être honnête, bien souvent les raisons profondes restent là où personne n'ira voir.
:-|

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mars 2017 6:49 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3962
ezio-auditore a écrit :
S'il me semble naturel, qu'un individu ou un groupe d'individus prennent les armes pour leur liberté ou leur défense, je ne trouve pas qu'il soit du meilleur conseil d'un gouvernement de les y inciter


Napoléon n’est pas le seul :
« Je viens replanter les aigles autrichiennes sur la terre du Tyrol dans laquelle reposent tant de mes glorieux ancêtres. Conduit par ces sentiments, je proclame, dans cette ancienne terre des Habsbourg qui nous avait été ravie, le retour de cette constitution chère à tous et le rétablissement des quatre états. J’appelle la noblesse, le clergé, les bourgeois et les paysans au pied du trône qui a été de tous temps un lieu de consolation et de refuge. Je ne vous demande rien que des armes et le cœur des anciens Tyroliens, et assez d’énergie pour préférer quelques dangers et quelques fatigues à la servitude actuelle et à un avenir encore plus triste. En vérité, je ne souhaite que votre salut.
[…]
Vous vous trouvez appelés à jouer un des premiers rôles dans ce grand et saint combat ; et comment serait-il possible, Tyroliens, que vous n’y fussiez point disposés ? Je vous connais, Tyroliens, moi qui ne suis étranger à aucune de vos vallées ni à aucune de vos alpes. Je suis assuré que vous vous montrerez dignes de vos aïeux, dignes de la plus haute confiance, dignes de notre suprême attente. »
(L’archiduc Jean, 2 avril 1809)


« La trahison de quelques chefs de l’armée et un vertige passager des soldats ont forcé votre Roi de quitter Paris. Cette capitale et la France avaient cependant joui de plus de bonheur depuis une année que dans les vingt-cinq précédentes. Nos dangers demandent du courage et de l’énergie. La guerre la plus cruelle est un état plus supportable que le gouvernement sous lequel l’usurpateur vient de nouveau vous subjuguer. Armez-vous donc ! Du moins vous le faites pour la cause de votre Roi, de vos lois et de tous les hommes honnêtes de votre malheureuse patrie. »
(Appel du duc de Bourbon à la Vendée, 24 mars 1815)


Pour revenir à la Campagne de France, voici les mots qu’aurait tenus Napoléon le 14 mars 1814 face à Marmont :
« Le mouvement des armées, les besoins des troupes et l'indiscipline causaient la désolation des pays qui étaient le théâtre de la guerre et de nos opérations depuis deux mois. Les troupes françaises contribuaient, pour leur bonne part, aux souffrances des habitants. J'en parlai à l'Empereur, et je m'apitoyai sur leur sort. L'Empereur me répondit ces propres paroles qui ne sont pas sorties de ma mémoire :
« Cela vous afflige? Eh ! mais il n'y a pas grand mal ! Quand un paysan est ruiné et que sa maison est brûlée, il n'a rien de mieux à faire que de prendre un fusil et de venir combattre. »
(Marmont, Mémoires)

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mars 2017 9:33 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Fév 2017 21:50
Message(s) : 257
Localisation : Liège (Belgique)
Voici un extrait du texte "Patriotisme et endurance" écrit par le cardinal Mercier, primat de Belgique, à l'occasion de Noël 1914 :
Citer :
Vous pouvez résister à l’occupant allemand en faisant de petites actions tous les jours. Vous avez non seulement le droit de résister mais le devoir par comparaison aux troupes belges qui continuent à se battre ou à chaque famille qui endure l’occupation. Mais il ne faut pas le faire de manière inconsidérée.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mars 2017 13:57 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
Merci pour les exemples extérieurs à la France.

Comment ceci se passait sur le terrain ?
L'Armée avançait, considérait donc que "passée", le terrain n'était plus la Prusse ou la Pologne (on peut décliner) mais une sorte de réserve qui se devait de ne pas bouger.
Existait-il dans les Armées, des personnes dont le rôle était de bien faire comprendre (placards etc.) ce qu'il en serait de toute résistance active ou passive ?
J'ai trouvé ceci :
- https://www.napoleon.org/histoire-des-2 ... er-empire/

[... On appelle les jeunes gens de dix-huit ans que Napoléon déclare » très propres à défendre l'intérieur « , mais il ne les laisse pas s'attarder dans les dépôts.]
C'est à dire ? Ils sont dirigés vers l'extérieur de la France ?

[... Les appels sur les classes 1808 à 1810 forment l'armée de Wagram. Les cadres et l'instruction font défaut ; les vieux régiments sont dans la Péninsule, loin de l'Empereur ; les nouveaux sont près de lui, mais jeunes et sans cohésion. L'armée de Wagram disparaît à son tour dans les neiges de Russie.]
Phrase de l'Empereur : [... On voit bien, monsieur, que vous n'étiez pas à Wagram, dit-il avec mépris.].
On peut comprendre, si les soldats n'étaient pas même formés qu'en effet les batailles posaient plus de problèmes.
En jouant un peu des mois, se peut-il que sur deux années, il y ait trois levées ?

Existera-t-il des insurrections suite à une résistance à la conscription en France ?
Existera-t-il des insurrections autres et de plus grande ampleur dans les pays traversés par la GA ?

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mars 2017 20:33 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5953
ezio-auditore a écrit :
[... Les appels sur les classes 1808 à 1810 forment l'armée de Wagram. Les cadres et l'instruction font défaut ; les vieux régiments sont dans la Péninsule, loin de l'Empereur ; les nouveaux sont près de lui, mais jeunes et sans cohésion.

"Je vais à Vienne avec mes grandes bottes et mes petits conscrits."
Inexpérimentés tant qu'on voudra, ils ont bel et bien pris Vienne et gagné à Wagram.
Citer :
Phrase de l'Empereur : [... On voit bien, monsieur, que vous n'étiez pas à Wagram, dit-il avec mépris.].
On peut comprendre, si les soldats n'étaient pas même formés qu'en effet les batailles posaient plus de problèmes.

Vous pourriez indiquer pourquoi il a prononcé cette phrase. Elle est intéressante parce qu'elle montre que Napoléon ne méprisait pas ses adversaires, même vaincus.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Mars 2017 7:40 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3962
ezio-auditore a écrit :
Comment ceci se passait sur le terrain ?
L'Armée avançait, considérait donc que "passée", le terrain n'était plus la Prusse ou la Pologne (on peut décliner) mais une sorte de réserve qui se devait de ne pas bouger.



Une fois l’armée ennemie repoussée, toute forme de résistance armée au sein du territoire ainsi abandonné ne relevait plus des lois de la guerre touchant les troupes régulières.
Des proclamations explicites pouvaient précéder l’invasion. Je pense par exemple à celle lancée depuis Alexandrie, le 2 juillet 1798, dès le débarquement effectué :
« Mais malheur, trois fois malheur à ceux qui s’armeront pour les Mameluks et combattront contre nous ! Il n'y aura pas d'espérance pour eux : ils périront.
Article 1er Tous les villages situés dans un rayon de trois lieues des endroits où passera l’armée enverront une députation pour faire connaître au général commandant les troupes qu'ils sont dans l‘obéissance, et le prévenir qu‘ils ont arboré le drapeau de l’armée, bleu, blanc et rouge.
Art. 2. Tous les villages qui prendront les armes contre l’armée seront brûlés. »


D’autres proclamations pouvaient être lancées par la suite pour signifier que l’avertissement premier n’était pas un simple écrit :
« Article 1er. Les habitants du village d‘A'lqàm ayant assassiné l‘aide de camp Jullien et 15 Français qui l’escortaient, ce village sera brûlé.
Article. 2. Le général de brigade Lanusse partira, demain au soir, avec 500 hommes de sa division et un aviso, et se rendra à A'lqàm pour exécuter cet ordre. Tous les bestiaux, grains, qui pourraient s'y trouver, seront embarqués et confisqués au profit de la République. S‘il peut parvenir à arrêter les cheiks, il les mènera en otage au Caire. Il livrera le village au pillage, de manière qu’il ne reste aucune maison entière.
Il fera connaître, par une proclamation qu'il répandra dans les villages voisins, qu’A'lqàm a été brûlé pour avoir assassiné des Français qui naviguaient sur le Nil. »
(Bonaparte, ordre du 25 août 1798)



ezio-auditore a écrit :
Existera-t-il des insurrections suite à une résistance à la conscription en France ?


On peut évoquer les mouvements ayant touché la Vendée fin 1803.
Ainsi, le général Gouvion, inspecteur général de la gendarmerie, rapporta l'affaire d'Aizenay :
« Le 8 frimaire [30 novembre], les rebelles se portèrent en armes sur le lieu de la conscription et mirent en fuite la commission chargée de cette opération. Le maréchal des logis de gendarmerie de cette résidence ainsi que deux chasseurs furent grièvement blessés. Le premier mourut des suites de ses blessures. Piveteau qui commandait le rassemblement, fut arrêté par le lieutenant de gendarmerie Bourgeois, jugé et condamné à mort. »

Bonaparte ordonna alors la constitution de colonnes mobiles chargées de parcourir le pays.
Le 25 décembre, le Premier Consul écrivait à Régnier :
« Je vous renvoie, Citoyen Ministre, votre correspondance de l'Ouest. Ecrivez au général Gouvion qu'il faut faire des exemples ; que je pense qu'il doit tomber une centaine d'individus, car il y avait bien cent coupables. Les chefs doivent être jugés à mort par la commission militaire et exécutés. Les autres, qui n'ont été qu'égarés, quoique d'ailleurs la sévérité des lois les condamne à mort, seront envoyés, par ordre de la commission, à Luxembourg, pour être employés aux travaux. L'humanité et la sûreté publique veulent qu'il y ait des exemples. »

La commission militaire instaurée en vertu d'un arrêté datant du 2 décembre jugea 95 personnes (57 de Vendée, 18 des Deux-Sèvres, 12 de Loire-Inférieure, 5 du Maine-et-Loire, 1 du Morbihan, 1 de l'Ille-et-Vilaine et 1 du Cher).
9 furent condamnées à mort, 61 aux travaux forcés, 2 envoyées à l'armée, et 23 mises en liberté.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Mars 2017 7:56 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3962
Pierma a écrit :
Citer :
Phrase de l'Empereur : [... On voit bien, monsieur, que vous n'étiez pas à Wagram, dit-il avec mépris.].
On peut comprendre, si les soldats n'étaient pas même formés qu'en effet les batailles posaient plus de problèmes.

Vous pourriez indiquer pourquoi il a prononcé cette phrase.


C'est tiré des mémoires de Beugnot :
« On délibérait en un conseil d'en haut sur le choix de la princesse dont on demanderait la main pour l'Empereur. Les suffrages se partageaient, à ce qu'il paraît, entre trois princesses, au nombre desquelles était l'archiduchesse Louise. M. le comte de Cessac, qui assistait au conseil, combattait autant qu’il le pouvait le choix d'une archiduchesse. Il citait un exemple funeste, et récent encore, d'une archiduchesse partageant le trône de France, et il finissait par dire que la politique ne conseillait pas cette alliance, parce que l'Autriche n'était plus une puissance.
« L'Autriche n'est plus une puissance ! reprit vivement l'Empereur ; on voit bien, monsieur, que vous n'étiez pas à Wagram. »


Pierma a écrit :
elle montre que Napoléon ne méprisait pas ses adversaires, même vaincus.


Tout dépend l'adversaire...

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Mars 2017 18:52 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3962
Drouet Cyril a écrit :
Pierma a écrit :
elle montre que Napoléon ne méprisait pas ses adversaires, même vaincus.


Tout dépend l'adversaire...


...et du moment.

Quelques exemples :

Les insurgés du Tyrol : "ces ours des montagnes"
(Bulletin du 24 mai 1809)

« Le peuple d'Espagne est vil et lâche, à peu près comme j’ai connu les Arabes»
(Napoléon à Joseph, 9 septembre 1808)

« Nous avons été continuellement harcelés par des nuées d’Arabes, qui sont les plus grands voleurs et les plus grands scélérats de la terre»
(Bonaparte au Directoire exécutif, 24 juillet 1798)

« [il faudra au Tsar] tuer un million de Turcs, mais qu'est-ce que cela ? »
(Gourgaud, Journal de Sainte-Hélène)

« Les Napolitains sont la plus vile canaglia [canaille] du monde. »
(O’Meara, Napoléon dans l’exil)

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB