A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 16 Juil 2018 19:26

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 111 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 3:29 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 480
Dans ce cas-là, l'on devrait régler le différend aux votes. Comme sur Wikipedia!
De Dalgonar ou Jefferson, celui qui a raison serait celui qui emporterait le plus de suffrages!
:mrgreen: Bon, ok, je sors :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 7:17 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 1141
Le problème, c'est qu'il est impossible de trancher sur certains points : si j'ai définitivement raison (jusqu'à preuve du contraire) sur l'usage du mot "Terreur" (avec la majuscule) et du syntagme "gouvernement de la terreur", "terreur" commençant à qualifier le gouvernement révolutionnaire ou la période de son activité quelques mois après thermidor, Robespierre demeurera à jamais inaccessible. Il n'y a pas de vérité définitive à son sujet. Tout ce que l'on peut juger, c'est la rigueur d'un raisonnement.

On peut indéniablement dire que "quelque chose s'est passé sous Robespierre" est un biais de raisonnement, puisque Robespierre n'a jamais "régné", on peut dire que citer le numéro 3 du Vieux Cordelier comme une dénonciation de Desmoulins contre Robespierre et le système de terreur qu'il aurait présidé est aussi une erreur, puisque Robespierre et Desmoulins n'étaient pas encore brouillés à ce moment là, mais quant à savoir ce que Robespierre pensait des conséquences de la loi de prairial an II, qu'il avait soutenue, ce qu'il a pensé de la mort de Danton ou de ce qui s'est dit au CSP le 27 juin 1794 pour que Robespierre en claque la porte pour ne plus y revenir, on ne le saura jamais.

Parce que la plus grande partie de ses papiers personnels a été détruite par ses assassins, justement.

Si on n'approchera jamais assez de la vérité sur certains points, on peut au moins éviter d'écrire de trop grosses bêtises.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 9:12 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 70
Bonjour Jefferson,

Puisque vous revenez à la discussion, je me permets en toute humilité de signaler à nouveau une erreur dans les propos rapportés, et c'est toujours avec humilité que je recommande la prudence face à des extrapolations qui seraient inutiles dans une discussion qui étonnamment déchaîne les passions (pour éviter la réinterprétation et éviter le risque des citations erronées, faire un usage de l'outil "citer" du forum est à recommander pour tous, comme pour moi-même et je vais essayer de l'appliquer).

Jefferson a écrit :
citer le numéro 3 du Vieux Cordelier comme une dénonciation de Desmoulins contre Robespierre et le système de terreur qu'il aurait présidé est aussi une erreur, puisque Robespierre et Desmoulins n'étaient pas encore brouillés à ce moment là


Attention: j'ai cité les numéros 3, 4, 6 et 7, et n'ai jamais avancé une attaque personnelle de Desmoulins contre son ami Robespierre, ni même contre le Comité de Salut Public. C'est en page 4 de ce fil, chacun pourra relire. Ces citations du Vieux Cordelier de Desmoulins avaient pour unique but de bien montrer que l'on dénonçait déjà le climat de terreur avant Thermidor, pour contrer l'argument que ce concept avait été "inventé" par les Thermidoriens pour discréditer Robespierre (Tallien en particulier). Il existe une réécriture de l'histoire après Robespierre, comme il existe une réécriture constante de l'histoire. Tous les historiens ne sont pas d'accord entre eux, et heureusement.

Desmoulins dénonce dans ces citations les atteintes à la liberté de la presse, à la liberté de pensée, plaide contre des pratiques de "despote", pour la clémence. Il reconnaît même qu'il a été bon dans le passé de la révolution de suspendre les libertés, mais plaide pour que cela cesse.

Je reconnaît que la phrase "mort sous Robespierre" est incomplète, et l'on devrait écrire "Desmoulins, mort sous le gouvernement du Comité de Salut Public de l'an II, où siègent Robespierre, Couthon, Barère, Saint-Just, Collot d'Herbois, Billaud-Varenne, Lindet, Jeanbon Saint André, Prieur de la Côte d'Or, Prieur de la Marne".

Jefferson a écrit :
Le problème, c'est qu'il est impossible de trancher sur certains points (...) Robespierre demeurera à jamais inaccessible. Il n'y a pas de vérité définitive à son sujet.


Nous sommes d'accord là-dessus. On peut cependant faire crédit à Robespierre d'une grande lucidité d'esprit et d'une intelligence qui le démarquait.

Aussi,
Jefferson a écrit :
savoir ce que Robespierre pensait des conséquences de la loi de prairial an II, qu'il avait soutenue (...) on ne le saura jamais


On peut raisonnablement penser que quand un Robespierre réfléchissait à une loi, dans le climat qui régnait alors, il essayait d'en bien imaginer les conséquences. La rigueur de son raisonnement n'a pas à être a priori mise en doute.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 10:16 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 1141
Citer :
Je reconnaît que la phrase "mort sous Robespierre" est incomplète, et l'on devrait écrire "Desmoulins, mort sous le gouvernement du Comité de Salut Public de l'an II, où siègent Robespierre, Couthon, Barère, Saint-Just, Collot d'Herbois, Billaud-Varenne, Lindet, Jeanbon Saint André, Prieur de la Côte d'Or, Prieur de la Marne".

La phrase "mort sous Robespierre" n'est pas incomplète. Elle est fausse.

Votre pirouette maladroite n'est pas à votre honneur, vraiment.

C'est pour cela que je ne souhaite pas poursuivre avec vous cette conversation. Vous multipliez les approximations, les déclarations vagues. Vous ne reconnaissez pas vos erreurs factuelles, et elles sont nombreuses. Comme vous ne parvenez pas à reconnaître que que vous aviez tort sur le sujet de départ de notre conversation, qui était la "terreur", avec ou sans majuscule, et la qualification de la période du gouvernement révolutionnaire comme celle du "gouvernement de la Terreur" par les Thermidoriens.

Et je ne parle que d'erreurs factuelles. Si on parle de vos approximations, on n'est pas rendus.

Ce n'est absolument pas grave de se tromper, ça m'arrive régulièrement. Le problème, c'est d'affirmer des choses de manière péremptoire en les fondant sur des approximations ou des erreurs factuelles, et de refuser ensuite de les reconnaître quand on vous les met sous le nez. Quand je me trompe, moi, je le reconnais. Et je fais mon mea culpa.

Parfois de mauvaise grâce, parce que ce n'est jamais plaisant d'avoir bataillé sur des arguments qu'on découvre soudainement bancals, mais je le fais.

Bien à vous.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 11:10 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 70
Jean-Clément Martin place une rupture nette en avril 1794. Jusqu'en avril 1794, "on peut dire que Robespierre est un des membres du Comité SP parmi d'autres. Les décisions qu'il prend ont été prises en accord avec les autres membres du Comité de Salut Public". Ensuite, "Ce qui se passe est différent. L'historien se rend bien compte que se met en place autour de Robespierre une montée du pouvoir de Robespierre et de ses amis" (...) avec Prairial, "la Convention se rend compte que le tribunal Révolutionnaire sera contrôlé par le CSP" "Tous les pouvoirs parisiens sont capitalisés par des proches de Robespierre.", conférence de Jean-Clément Martin, le 7 mars 2018 à La Roche Sur Yon, "Réalités de la Terreur en France, 1792-1795", minute 27 et suivantes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 12:08 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 1141
Dalgonar a écrit :
Jean-Clément Martin place une rupture nette en avril 1794. Jusqu'en avril 1794, "on peut dire que Robespierre est un des membres du Comité SP parmi d'autres. Les décisions qu'il prend ont été prises en accord avec les autres membres du Comité de Salut Public". Ensuite, "Ce qui se passe est différent. L'historien se rend bien compte que se met en place autour de Robespierre une montée du pouvoir de Robespierre et de ses amis" (...) avec Prairial, "la Convention se rend compte que le tribunal Révolutionnaire sera contrôlé par le CSP" "Tous les pouvoirs parisiens sont capitalisés par des proches de Robespierre.", conférence de Jean-Clément Martin, le 7 mars 2018 à La Roche Sur Yon, "Réalités de la Terreur en France, 1792-1795", minute 27 et suivantes.


Vous êtes sur quel sujet, du coup, avec ce nouvel argument d'autorité ? Qu'entendez-vous démontrer ?

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 12:25 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4737
Localisation : Bade-Württemberg
Loin de moi l'envie de m'immiscer dans le tour personnel que prend parfois ce débat, mais une véritable question de néophyte m'est venue à vous lire : l'historiographie a clairement fait de Robespierre le chef sinon officiel, du moins officieux, du comité de salut public entre juillet 1793 et juin 1794. Jefferson semble indiquer que c'est beaucoup plus compliqué que cela, et je veux bien le croire au vu de son érudition sur le sujet. Mais cela m'amène malgré tout à demander : quelle place occupait réellement Robespierre dans le dispositif ? Etait-il l'autorité principale à laquelle les autres se ralliaient généralement ? Etait-il obligé de négocier constamment afin de conserver des appuis suffisants pour l'être ? Ou bien n'était-il qu'une personnalité plus "médiatique" et donc exposée parmi un aréopage très égalitaire quant à l'influence et au poids politiques ?

Merci de vos précisions.
Cordialement,

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 12:52 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 70
CEN_EdG a écrit :
l'historiographie a clairement fait de Robespierre le chef sinon officiel, du moins officieux, du comité de salut public entre juillet 1793 et juin 1794.


Des éléments de réponse ont été donnés dans les ouvrages cités un peu plus haut. Le CSP n'avait effectivement pas de hérarchie officielle et délibérait en secret. On ne peut donc savoir avec certitude qui était en minorité ou non dans leurs délibérations si un désaccord advenait entre les 11 hommes. Mais Jean-Clément Martin reconnaît qu'après avril 1794, on peut objectivement constater une montée du pouvoir de Robespierre et de ses amis dans tous les pouvoirs parisiens, ce qui entraîna sa chute le 27 juillet.

Pour la période d'avant, dans la même conférence, JC Martin mentionne ceci: "Quand on voit l'attitude précisément de Robespierre, jusqu'en decembre 1793, on le voit soutenir Hébert". "Puis a partir de décembre 93 il commence à s'en retirer, jusqu'au moment ou il va l'envoyer à l'echaffaud." Hébert est guillotinné le 24 mars 94.

https://www.facebook.com/matthieu.boisd ... =2&theater


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 13:20 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4737
Localisation : Bade-Württemberg
Très bien, mais y a-t-il consensus parmi les historiens sur cette analyse ? Et je déduis de vos propos que la primauté de l'"Incorruptible" au sein du comité concerne donc la période avril-juin 1794, ce qui est court par rapport à la période classiquement désignée sous le nom de "Terreur". Qu'en était-il avant ? Etait-il déjà un "primus inter pares" ou une individualité aux côtés de onze autres, ni plus ni moins influente ? Que savez-vous de son penchant "hébertiste" si jamais les délibérations étaient tenues secrètes ?

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 15:27 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 1141
CEN_EdG a écrit :
Très bien, mais y a-t-il consensus parmi les historiens sur cette analyse ?


Absolument pas. Il y a très peu de consensus sur un personnage aussi clivant que Robespierre. Pour le reste, je laisse Dalgonar vous répondre, puisque votre question concerne ses dernières interventions.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 02 Mai 2018 15:32 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4737
Localisation : Bade-Württemberg
Je suis preneur de votre avis plus qu'autorisé sur le sujet également, Jefferson. Même si j'ai cru comprendre que votre position était bien plus nuancée sur le rôle du personnage, au moins jusqu'à avril 1794.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 03 Mai 2018 0:03 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 70
CEN_EdG a écrit :
Très bien, mais y a-t-il consensus parmi les historiens sur cette analyse ? Et je déduis de vos propos que la primauté de l'"Incorruptible" au sein du comité concerne donc la période avril-juin 1794, ce qui est court par rapport à la période classiquement désignée sous le nom de "Terreur".


L'historien que j'ai choisi de citer, Jean-Clément Martin, l'a été pour une raison: outre son parcours (CNRS, professeur émérite à la Sorbonne, une trentaine d'ouvrages), il est membre de la Société des Etudes Robespierristes et s'attache à longueur d'ouvrages depuis des années à défaire la "légende noire" de Robespierre. C'est donc a minima chez un auteur comme lui que l'on pourra trouver un plus petit dénominateur sur les responsabilités qu'occupait Robespierre notamment au moment de ce qu'il est convenu d'appeler la terreur.

La période d'avril-juillet 94 (le mois de juillet est important, il faut l'inclure) est courte, en effet. Mais c'est la période qui a minima fait consensus sur la position de primus inter pares de Robespierre par rapport aux autres membres du CSP. Quelques mois en cette période c'est beaucoup, quand des changements radicaux de pouvoir peuvent s'opérer en quelques heures. Et cette période précise est riche en événements. Le décret de Prairial, à laquelle les noms de Robespierre, Couthon et Barère sont attachés (et si quelqu'un a écrit que Robespierre n'était pour rien dans cette loi, j'aimerais que l'on donne la citation et la référence de l'ouvrage), ce décret a été promulgué précisément à cette période. De l'avis de tous il constitue une progression dans la répression étatique qu'on a pu appeler la terreur. Prairial est un tournant. En ceci, au moins, il semble qu'il y ait consensus. L'historiographie a pu appeller cette période la "grande terreur".

Pour répondre rapidement aux autres questions:
CEN_EdG a écrit :
Qu'en était-il avant ? Etait-il déjà un "primus inter pares" ou une individualité aux côtés de onze autres, ni plus ni moins influente ? Que savez-vous de son penchant "hébertiste" si jamais les délibérations étaient tenues secrètes ?


Avant avril 94: Robespierre est appelé à faire partie du CSP le 27 juillet 93, donc il fait déjà partie des instances gouvernant le pays depuis 8 mois. Soit il était un brillant homme d'Etat et alors il a évidemment pesé dans les décisions du CSP pendant cette période, soit il est présenté comme n'ayant aucun poids ou opposé aux décisions prises... Mais a-t-on les moyens de l'affirmer? Si oui, des références d'ouvrages précis seraient bienvenues.

Avant sa nomination au CSP, il était tout de même un membre éminent de la Convention, dont il a d'ailleurs été Président. Donc un homme politique de premier plan. Peut-on dire dans le même temps que Hébert était très influent et que Robespierre ne l'était pas?

J'ai relevé la citation de J-C Martin sur le penchant hébertiste de Robespierre car cela m'a aussi paru très intéressant, et que JC Martin est un des historiens qui connaissent le mieux la période et le personnage. Pour plus de précision, il faudrait interroger les ouvrages de M. Martin ou lui-même.

Je ne suis pas un spécialiste, je ne parle que sous le contrôle d'ouvrages référencés. La discussion n'est intéressante que si l'on évite l'invective personnelle, si l'on reste absolument rigoureux dans les citations des uns et des autres en respectant les guillements, et si l'on s'astreint à étayer le propos de références sérieuses et précises (auteur et titre). Je serai ravi d'apprendre davantage sur la période grâce à un dialogue respectueux ici, à condition que les critiques soient constructives, étayées, et rigoureuses. Si on s'arroge le droit d'invectiver en prenant les gens de haut et de dire à la volée "vous dites beaucoup de bêtises", il faut avoir au moins la qualité de les pointer précisément et sans déformer ni travestir, et d'apporter des éléments de contradiction tangibles et référencés.

C'est peut-être fatiguant, mais prendre la peine de le faire est un minimum.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 03 Mai 2018 7:20 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 1141
Dalgonar a écrit :
CEN_EdG a écrit :
Très bien, mais y a-t-il consensus parmi les historiens sur cette analyse ? Et je déduis de vos propos que la primauté de l'"Incorruptible" au sein du comité concerne donc la période avril-juin 1794, ce qui est court par rapport à la période classiquement désignée sous le nom de "Terreur".


L'historien que j'ai choisi de citer, Jean-Clément Martin, l'a été pour une raison: outre son parcours (CNRS, professeur émérite à la Sorbonne, une trentaine d'ouvrages), il est membre de la Société des Etudes Robespierristes et s'attache à longueur d'ouvrages depuis des années à défaire la "légende noire" de Robespierre. C'est donc a minima chez un auteur comme lui que l'on pourra trouver un plus petit dénominateur sur les responsabilités qu'occupait Robespierre notamment au moment de ce qu'il est convenu d'appeler la terreur.


Ce n’est pas exact. JCM est membre de la Société des Etudes robespierristes, mais s’il est en effet un historien honnête quand il évoque la figure de Robespierre, il ne s’est jamais « attaché à longueur d’ouvrage depuis des années à défaire la légende noire de Robespierre ». Il s’est même récemment heurté assez vivement avec de fervents robespierristes, à la suite d'une recension assez négative de son dernier ouvrage, le premier qu’il consacrait à Robespierre.

Ce n’est donc pas « a minima chez un auteur comme lui que l'on pourra trouver un plus petit dénominateur sur les responsabilités qu'occupait Robespierre notamment au moment de ce qu'il est convenu d'appeler la terreur ». Mais un auteur honnête, avançant avec prudence et évitant les caricatures, très certainement.

Dalgonar a écrit :
La période d'avril-juillet 94 (le mois de juillet est important, il faut l'inclure) est courte, en effet. Mais c'est la période qui a minima fait consensus sur la position de primus inter pares de Robespierre par rapport aux autres membres du CSP.


Pourriez-vous nous dire quelques mots sur cette position de primus inter pater de Robespierre au CSP d’avril à juillet 94 ? C'était une question importante de CEN_EdG et vous n'y répondez pas.

Dalgonar a écrit :
Quelques mois en cette période c'est beaucoup, quand des changements radicaux de pouvoir peuvent s'opérer en quelques heures. Et cette période précise est riche en événements.


Tout à fait.

Dalgonar a écrit :
Le décret de Prairial, à laquelle les noms de Robespierre, Couthon et Barère sont attachés (et si quelqu'un a écrit que Robespierre n'était pour rien dans cette loi, j'aimerais que l'on donne la citation et la référence de l'ouvrage), ce décret a été promulgué précisément à cette période.


Personne je crois n’a jamais mis en doute les responsabilités de Robespierre dans loi de prairial an II.

Dalgonar a écrit :
De l'avis de tous il constitue une progression dans la répression étatique qu'on a pu appeler la terreur. Prairial est un tournant. En ceci, au moins, il semble qu'il y ait consensus. L'historiographie a pu appeller cette période la "grande terreur".


Ca semble évident.

Dalgonar a écrit :
CEN_EdG a écrit :
Qu'en était-il avant ? Etait-il déjà un "primus inter pares" ou une individualité aux côtés de onze autres, ni plus ni moins influente ? Que savez-vous de son penchant "hébertiste" si jamais les délibérations étaient tenues secrètes ?


Avant avril 94: Robespierre est appelé à faire partie du CSP le 27 juillet 93, donc il fait déjà partie des instances gouvernant le pays depuis 8 mois. Soit il était un brillant homme d'Etat et alors il a évidemment pesé dans les décisions du CSP pendant cette période, soit il est présenté comme n'ayant aucun poids ou opposé aux décisions prises... Mais a-t-on les moyens de l'affirmer? Si oui, des références d'ouvrages précis seraient bienvenues.


Pouvons-vous envisager une position médiane ? A-t-on le droit seulement d'envisager une position médiane ?

Dalgonar a écrit :
Avant sa nomination au CSP, il était tout de même un membre éminent de la Convention, dont il a d'ailleurs été Président. Donc un homme politique de premier plan. Peut-on dire dans le même temps que Hébert était très influent et que Robespierre ne l'était pas?


Et ? « Il a été président […] donc c’est un homme politique de premier plan ». Vous nous en diriez un peu plus sur ce poste de président de la Convention nationale et le prestige qui lui était attaché ?

Dalgonar a écrit :
CEN_EdG a écrit :
Que savez-vous de son penchant "hébertiste" si jamais les délibérations étaient tenues secrètes ?

CEN EdG

J'ai relevé la citation de J-C Martin sur le penchant hébertiste de Robespierre car cela m'a aussi paru très intéressant, et que JC Martin est un des historiens qui connaissent le mieux la période et le personnage. Pour plus de précision, il faudrait interroger les ouvrages de M. Martin ou lui-même.


CEN_EdG n'aura donc pas non plus sa réponse à cette importante question. Vous auriez une référence, que nous puissions aller chercher nous-mêmes dans l'ouvrage en question ?

Dalgonar a écrit :
Si on s'arroge le droit d'invectiver en prenant les gens de haut et de dire à la volée "vous dites beaucoup de bêtises", il faut avoir au moins la qualité de les pointer précisément et sans déformer ni travestir, et d'apporter des éléments de contradiction tangibles et référencés.

C'est peut-être fatiguant, mais prendre la peine de le faire est un minimum.


J'ai pointé précisément vos erreurs factuelles et vos approximations, mais vous n'en tenez pas compte. C'est bien dommage. Ce serait tellement plus simple si vous arriviez avec un honnête "je ne connais pas grand chose à cette période, pouvons-nous discuter de Robespierre, de la terreur, du gouvernement révolutionnaire et des responsabilités des uns et des autres".

Mais vous préférez ferrailler pour je ne sais quelle raison.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Dernière édition par AnonymeJ le 03 Mai 2018 7:31, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 03 Mai 2018 7:29 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4737
Localisation : Bade-Württemberg
Je vous remercie de vos efforts, mais effectivement certaines de mes questions sont laissées sans réponse.
Entre autres :
- Etait-il déjà avant avril 1794 un "primus inter pares" ou simplement une individualité aux côtés de onze autres, ni plus ni moins influente ? Sa fonction de président de la Convention semble indiquer qu'il avait un poids supérieur, mais enfin, aujourd'hui, tout le monde connaît Angela Merkel ou Benyamin Netanyahou, personne le président de la république d'Allemagne ou d'Israël...
- Que savez-vous de son penchant "hébertiste" jusqu'à la toute fin 1793 si jamais les délibérations étaient tenues secrètes ?

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les hommes de la Terreur
Message Publié : 03 Mai 2018 9:13 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 1141
Je vais laisser Dalgonar vous répondre, mais un mot sur la fonction de président de la Convention. Il était élu pour quinze jours, par appel nominal, non renouvelable avant une quinzaine. Il n'était rien d'autre qu'un président de séance. Robespierre a été président deux fois en août 93 et juin 94. Ce qui ne dit pas grand chose de sa popularité. Qui connaît Elie Lacoste qui lui succéda en juin 94 ? Il y a eu plus de 50 présidents de la Convention entre septembre 92 et juillet 94.

Concernant la popularité de Robespierre, elle est indéniable. C'était un homme très influent, comme je l'avais dis plus haut. Quand il entra au Comité le 27 juillet 1793, il était le révolutionnaire le plus populaire "dans la classe des artisans et des petits gens dont il [possédait] la confiance entière. Il était le chef incontesté de la sans-culotterie, surtout depuis la mort de Marat. Il [n'entra] pas seul au Comité. Il [avait] derrière lui la plupart des militants, tous ceux qui [formaient] le noyau résistant des clubs [...]. Albert Mathiez, La Révolution française, 1922-1927.

C'est Couthon qui fit appeler Robespierre, qui aurait accepté "contre son inclinaison".

Il semblerait incroyable qu'il ne fut "que" l'un des hommes du CSP. Ses immenses qualités personnelles, sa force de travail, son dévouement, son désintéressement, firent qu'il était l'un des hommes les plus influents du moment. Mais pour autant, il n'avait aucune préséance au sein du Comité, et sa vision d'une démocratie sociale n'était pas partagée par ses collègues, en dehors de Saint-Just évidemment. Carnot et Barère étaient plutôt conservateurs, Collot d'Herbois et Billaud Varenne penchaient du côté d'Hébert. À partir de novembre 1793, cela devient un problème puisque Robespierre et Hébert prennent leurs distances. Ils se brouillent surtout sur la déchristianisation, mais l'influence d'Hebert chez les sans-culottes et dans les clubs en fait un rival de Robespierre. Ils se rejoignent sur un certain nombre de points, mais Hébert, c'est un peu le nouveau Marat : il veut aller beaucoup plus loin que Robespierre dans l'exercice de la violence politique.

Robespierre conserve jusqu'à la fin le soutien populaire, surtout après les grands procès des Hébertistes et des Dantonistes, mais pas celui de ses camarades au Comité pour lesquels il avait parfois des mots durs et la critique facile. Les hommes du Comité ne s'entendaient guère, et ils n'ont évité la division que pressés par l'urgence du moment. Quand le calme commence à revenir, les rivalités deviennent plus criantes.

Il est évident que pour beaucoup de Français à l'époque, et ce sur toute la période du gouvernement révolutionnaire, Robespierre est l'homme fort du gouvernement. Dans les représentations populaires (et même dans les papiers anglais), il est certainement le chef du gouvernement. Il est la figure la mieux connue. La réalité de ce pouvoir est toutefois sujette à discussion, ne serait-ce que quand on voit la facilité à le faire tomber.

Cette popularité a joué fortement contre lui dans les mois qui ont suivi thermidor : ce fut d'autant plus facile de lui faire porter le chapeau alors que ses collègues aux Comités partageaient toute la responsabilité de la mise en œuvre de la violence d'Etat. D'une dictature collégiale, on a fait la dictature d'un homme et de sa coterie.

Je laisserai Dalgonar développer la situation de Robespierre au sein du Comité entre avril et juillet 1794, puisqu'il a évoqué le sujet dans sa dernière intervention.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 111 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB