Nous sommes actuellement le 13 Août 2020 18:38

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 19 Juil 2020 19:39 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 344
Localisation : En Mayenne
D'un point de vue institutionnel, la France était, à ce qu'il me semble, dans une situation de vide barométrique. L'Empire n'existait plus depuis le 4 septembre.
La République proclamée le même jour à Paris et le Gouvernement de défense nationale formé par les députés de Paris n'avaient aucune légitimité et ne pouvaient être qualifiés d'institutionnels. C'est d'ailleurs pour cela que Bismarck n'a pas voulu traiter avec eux et n'a consenti un armistice que pour laisser le temps de procéder à des élections.
L'assemblée élue le 8 février en présence de l'ennemi n'avait d'autre mandat que de mettre fin à la guerre. La majorité royaliste de cette assemblée, qui ne faisait pas mystère de sa ferme intention de rétablir la monarchie, peut difficilement, selon moi, être qualifiée d'institution républicaine.
Le pacte de Bordeaux, motivé en partie également par les difficultés qu'il y aurait à faire s'accorder les deux branches de la famille des Bourbons, consistait d'ailleurs à ne pas trancher du régime politique à adopter pour la France avant la conclusion du traité de paix, et, si j'ai bonne mémoire, la libération du territoire. Ce n'est que parce qu'on n'avait pas trouvé une autre formulation compréhensible à l'étranger qu'on a donné à Thiers le titre de président de la république, alors qu'il n'était, aux yeux de tous, que le président du pouvoir exécutif.
Mais ce n'est que mon opinion et cela n'a pas force de vérité...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juil 2020 22:08 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 6391
Localisation : Provinces illyriennes
Effectivement, mais rien d'autre n'a été proclamé en France depuis le 4 septembre 1870 en dehors de la République.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juil 2020 22:15 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mars 2020 20:19
Message(s) : 82
Localisation : Poitou
b sonneck a écrit :
D'un point de vue institutionnel, la France était, à ce qu'il me semble, dans une situation de vide barométrique. L'Empire n'existait plus depuis le 4 septembre.
La République proclamée le même jour à Paris et le Gouvernement de défense nationale formé par les députés de Paris n'avaient aucune légitimité et ne pouvaient être qualifiés d'institutionnels. C'est d'ailleurs pour cela que Bismarck n'a pas voulu traiter avec eux et n'a consenti un armistice que pour laisser le temps de procéder à des élections.
L'assemblée élue le 8 février en présence de l'ennemi n'avait d'autre mandat que de mettre fin à la guerre. La majorité royaliste de cette assemblée, qui ne faisait pas mystère de sa ferme intention de rétablir la monarchie, peut difficilement, selon moi, être qualifiée d'institution républicaine.
Le pacte de Bordeaux, motivé en partie également par les difficultés qu'il y aurait à faire s'accorder les deux branches de la famille des Bourbons, consistait d'ailleurs à ne pas trancher du régime politique à adopter pour la France avant la conclusion du traité de paix, et, si j'ai bonne mémoire, la libération du territoire. Ce n'est que parce qu'on n'avait pas trouvé une autre formulation compréhensible à l'étranger qu'on a donné à Thiers le titre de président de la république, alors qu'il n'était, aux yeux de tous, que le président du pouvoir exécutif.
Mais ce n'est que mon opinion et cela n'a pas force de vérité...


Il me semble que les contemporains avaient conscience d'être en république, même s'ils savaient cette république en sursis. Je n'ai jamais lu de textes d'époque évoquant un quelconque sentiment de vide juridique. Par contre, beaucoup pensaient qu'un régime monarchique finirait par triompher.

_________________
La classe des sots politiques est, de toutes les classes de sots, la plus sotte (Alexandre Erdan).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Juil 2020 7:37 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1783
Jean-Marc Labat a écrit :
Des livres étaient parus, j'en ai encore un ou deux, notamment sur la bataille de Champigny puisque j'habite le coin, mais là, rien.

Et chez les riverains Parisiens du XXème, proches de la Place de la Nation, qui se souvient de Buzenval ?

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Juil 2020 9:15 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9342
Localisation : Région Parisienne
Et ceux de la rue Chanzy dans le XIème.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Juil 2020 9:34 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 344
Localisation : En Mayenne
JMTARDIF a écrit :
Il me semble que les contemporains avaient conscience d'être en république, même s'ils savaient cette république en sursis. Je n'ai jamais lu de textes d'époque évoquant un quelconque sentiment de vide juridique. Par contre, beaucoup pensaient qu'un régime monarchique finirait par triompher.

Emile Zola, qui fut aussi journaliste, a suivi les séances de l'Assemblée nationale à Bordeaux, puis à Versailles, pour le compte du journal La Cloche.
Dans la première de ses chroniques, datée du 13 février 1871, il signale que lors de la séance d'ouverture : "Alors Jules Favre se lève, et, d'une voix grave et émue, au nom de ses collègues, il remet entre les mains de l'Assemblée les pouvoirs du gouvernement de défense nationale (...) Puis le gouvernement et les ministres ont remis leurs démissions entre les mains du président. Ils restent en fonction jusqu'à ce qu'un pouvoir régulier les ait remplacés".
La république autoproclamée le 4 septembre a donc cessé d'exister et il appartient à la nouvelle assemblée de décider de la suite. Cette assemblée a si peu l'intention d'établir la république, que dans la chronique datée du 16 février, Emile Zola rend compte de deux incidents qui ont perturbé la séance :un premier lorsque le député Floquet a interpelé le président : " Il faut vous dire que Floquet a commencé son interpellation par ce mot terrible : " Citoyens ! ", qui a éclaté dans la salle comme un coup de tonnerre. Est-ce que ces gens-là se croient en république ! ". Le second lorsqu'un député s'est plain de ce que l'assemblée avait été insultée : quelqu'un, dans la foule, avait crié Vive la République ! " C'est pour eux la plus grande des injures. Ils ne veulent pas qu'elle vive. La majorité rurale, ne pouvant encore crier " Vive le roi ! " crie, avec un jésuitisme exquis : " Vive la France ! ". Qui espèrent-ils tromper ? ".
Dans la chronique du 17 février, Emile Zola écrit : " Ils ont nommé M. Thiers chef du pouvoir exécutif, sous l'autorité de l'Assemblée et sous le contrôle des ministres qu'il est chargé de choisir. Et voilà la première pelletée de terre jetée sur la fosse de la République. Nous les entendrons une à une sonner sourdement. Quand la bière sera cachée, on installera un trône sur le tertre funéraire ".
Dans la chronique datée du 18 février, il écrit encore : " Dans une lettre de remerciement lue à l'Assemblée, M. Thiers a pris le titre de président, chef du pouvoir exécutif de la République française. Un membre de la gauche a fait remarquer que M? Thiers n'avait pas été du tout nommé président de la République. M. Grévy a dit que le titre devait sans doute être rétabli ainsi : chef du pouvoir exécutif, présidant le conseil des ministres ".
Mais on sort maintenant du cadre de la période "Second Empire" et je vais arrêter là.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Juil 2020 15:45 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 29 Jan 2013 17:21
Message(s) : 179
Bonjour

Il y a quelques temps, j'avais jeté un oeil sur ce que ma bibliothèque avait comme documents sur la guerre de 1870. J'avais notamment trouvé quelques témoignages et livres d'histoire locale, publiés dans les années suivant la défaite (je vis en Eure-et-Loir, où on a eu quelques épisodes notables).

Mais b sonneck a raison :
Citer :
2- Cette guerre a été totalement éclipsée par la Grande Guerre, dont elle fut la conséquence.
On n'a quasiment plus de témoignages ou d'histoire locale sur cette guerre à partir de 1914.

La Guerre de 1870 a été un traumatisme. Mais la Grande Guerre a été encore pire, et l'a clairement remplacée dans la mémoire collective. D'autant que la victoire de 1918 a effacé la défaite de 1871.

_________________
Le secret de la tactique, c'est dix contre un, et par derrière ! Tout le reste n'est que littérature.
(un professeur de l'Ecole Supérieure de Guerre, années 30)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juil 2020 1:01 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 17 Nov 2009 21:37
Message(s) : 92
Localisation : Ardennes
Bonjour,

Juste pour inscrire une parenthèse et faire le lien avec le message initial, je signale l'ouvrage suivant qui remettra le souvenir de 1870 dans le temps de la IIIe République:

:arrow: https://journals.openedition.org/rha/7600

Et un article pour un temps plus long:

:arrow: https://p4.storage.canalblog.com/45/55/1243198/122729003.pdf

Leur auteur, l'historien Jean-François Lécaillon, tient aussi un blog qui propose d'autres articles sur ce thème. Sur le même média, il recense les événements liés aux commémorations de la guerre franco-allemande dans les semaines à venir:

http://memoiredhistoire.canalblog.com/archives/2019/05/27/37269909.html

C'est un post de 2019 et il n'a été que peu mis à jour mais il donnera peut-être connaissance à certains de manifestations qui se dérouleront à proximité de chez eux. Pour info, le colloque prévu en septembre à Sedan, sur la guerre de siège en 1870-71, est repoussé à février 2021.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Juil 2020 7:24 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mars 2020 20:19
Message(s) : 82
Localisation : Poitou
b sonneck a écrit :
JMTARDIF a écrit :
Il me semble que les contemporains avaient conscience d'être en république, même s'ils savaient cette république en sursis. Je n'ai jamais lu de textes d'époque évoquant un quelconque sentiment de vide juridique. Par contre, beaucoup pensaient qu'un régime monarchique finirait par triompher.

Emile Zola, qui fut aussi journaliste, a suivi les séances de l'Assemblée nationale à Bordeaux, puis à Versailles, pour le compte du journal La Cloche.
Dans la première de ses chroniques, datée du 13 février 1871, il signale que lors de la séance d'ouverture : "Alors Jules Favre se lève, et, d'une voix grave et émue, au nom de ses collègues, il remet entre les mains de l'Assemblée les pouvoirs du gouvernement de défense nationale (...) Puis le gouvernement et les ministres ont remis leurs démissions entre les mains du président. Ils restent en fonction jusqu'à ce qu'un pouvoir régulier les ait remplacés".
La république autoproclamée le 4 septembre a donc cessé d'exister et il appartient à la nouvelle assemblée de décider de la suite. Cette assemblée a si peu l'intention d'établir la république, que dans la chronique datée du 16 février, Emile Zola rend compte de deux incidents qui ont perturbé la séance :un premier lorsque le député Floquet a interpelé le président : " Il faut vous dire que Floquet a commencé son interpellation par ce mot terrible : " Citoyens ! ", qui a éclaté dans la salle comme un coup de tonnerre. Est-ce que ces gens-là se croient en république ! ". Le second lorsqu'un député s'est plain de ce que l'assemblée avait été insultée : quelqu'un, dans la foule, avait crié Vive la République ! " C'est pour eux la plus grande des injures. Ils ne veulent pas qu'elle vive. La majorité rurale, ne pouvant encore crier " Vive le roi ! " crie, avec un jésuitisme exquis : " Vive la France ! ". Qui espèrent-ils tromper ? ".
Dans la chronique du 17 février, Emile Zola écrit : " Ils ont nommé M. Thiers chef du pouvoir exécutif, sous l'autorité de l'Assemblée et sous le contrôle des ministres qu'il est chargé de choisir. Et voilà la première pelletée de terre jetée sur la fosse de la République. Nous les entendrons une à une sonner sourdement. Quand la bière sera cachée, on installera un trône sur le tertre funéraire ".
Dans la chronique datée du 18 février, il écrit encore : " Dans une lettre de remerciement lue à l'Assemblée, M. Thiers a pris le titre de président, chef du pouvoir exécutif de la République française. Un membre de la gauche a fait remarquer que M? Thiers n'avait pas été du tout nommé président de la République. M. Grévy a dit que le titre devait sans doute être rétabli ainsi : chef du pouvoir exécutif, présidant le conseil des ministres ".
Mais on sort maintenant du cadre de la période "Second Empire" et je vais arrêter là.


Merci pour ce témoignage. Vous avez raison, nous sortons du cadre du fil. Je ne sais pas s'il existe déjà un fil sur la présidence d'Adolphe Thiers.

_________________
La classe des sots politiques est, de toutes les classes de sots, la plus sotte (Alexandre Erdan).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 15 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB