Nous sommes actuellement le 30 Mai 2020 18:43

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Garde Nationale mobile
Message Publié : 04 Oct 2006 4:44 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juin 2006 19:28
Message(s) : 453
Bonjour,

Je souhaiterai avoir des infos concernant la fameuse "garde Nationale mobile" créée de toute pièces par le Maréchal Niel en 1868.
Quels étaient ses effectifs et son organisation générale pour chaque département au moment du déclenchement de la guerre de 70?
Avant la loi organique du Maréchal Niel sur l'armée en 1868, à part dans quelques départements de l'Est, il paraitrait que la garde nationale n'était réellement organisée que dans la capitale et les départements de la Seine (22 bataillons et 4 escadrons de "soldats-citoyens"), région politiquement peu sur...Le corps des sapeurs-pompiers de Paris (1 régiment de 1 500 hommes à 2 bataillons) était rattaché semble-t-il à la Garde Nationale.
Il est connu que cette armée de réserve était très peu instruite et était loin d'etre l'égale de la "landwehr" prussienne, mieux organisée et entrainée.
En fait, j'aurai voulu connaitre son ordre de bataille au moment de l'ouverture des hostilités en juillet-aout 1870...

Cordialement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Oct 2006 9:36 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9226
Localisation : Région Parisienne
Rousset en fait une bonne analyse dans son historique sur la guerre de 70. A consulter sur Gallica.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Mobile 1870
Message Publié : 05 Oct 2006 20:00 
Bonsoir,

D’après d’anciennes notes (références oubliées), seuls sept régiments de la Garde Nationale Mobile étaient équipés en septembre 1870, avec pour effectifs :

7ème régiment : 1er, 2ème et 3ème bataillons du Tarn, regroupant 4.255 hommes, intégrés à la deuxième armée de Paris ;
8ème régiment : Trois bataillons de Charente inférieure, avec 5.900 fantassins et 600 artilleurs à la première division du XVI corps de l’armée de la Loire ;
26ème régiment : Bataillons d’Ille et Vilaine, avec 8.976 fantassins et 400 artilleurs ; bataillons 1 à 5 intégrés à la deuxième armée de Paris ;
28ème régiment : 3ème, 4ème et 5ème bataillons à l’armée de Paris, regroupant 2.300 fantassins et 420 artilleurs ;
(les 1er et 6ème bataillons rejoignant la Normandie) ;
29ème régiment : Trois bataillons de mobiles du Maine et Loire, 2.618 hommes à la deuxième division du XV corps de l’armée de la Loire ;
32ème régiment : Trois bataillons du Puy de Dôme, 1.555 hommes. Le premier bataillon à la troisième armée de Paris ; les autres à la troisième division du XV corps de l’armée de la Loire ;
35ème régiment : Bataillons de Vendée ; 6.152 hommes en quatre bataillons à la deuxième armée de Paris ;
36ème régiment : Trois bataillons de la Vienne, 4.470 hommes à la troisième armée de Paris.

Leur nombre passe à 67 en octobre 1870 et atteint (ou dépasse) le 103ème régiment (Nord) à la fin de la guerre.

Martinien – Etat nominatif des officiers tués ou blessés dans la première partie de la campagne, du 25 juillet au 29 octobre 1870 – cite les noms d’officiers de la mobile lors des combat de :

Metz, 27 août 1870 (Mobile de la Moselle) ;
Chalampé sur le Rhin, 1er septembre 1870 (Mobile du Haut Rhin) ;
Moulins les Metz, 21 octobre 1870 (Mobile de la Moselle) ;

Défense de Phalsbourg, août 1870 (Mobile de la Meurthe, 1er bataillon) ;
Défense de Toul, août-septembre 1870 (Mobile de la Meurthe, artillerie) ;
Citadelle de Laon, 9 septembre 1870 (Mobile de l’Aisne, 3ème bataillon et artillerie) ;
Défense de Strasbourg, août-septembre 1870 (Mobile du Bas Rhin, infanterie et artillerie) .


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Oct 2006 0:39 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1091
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Il ne faut pas confondre la Garde Nationale et la Garde Nationale Mobile qui comptait
le 4 Septembre 1870
321 Bataillons dont 174 formant 58 Régiments, les 6 premiers constitués par les 18 Bataillons de Mobiles de la Seine
le 28 Janvier 1871
346 000 Mobiles en 109 Régiments et 54 Bataillons

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Oct 2006 12:20 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juin 2006 19:28
Message(s) : 453
Encore une fois mon ami Loic est venu à mon secours!
Un peu comme Mac-Mahon à Magenta...
Merci encore pour cet ordre de bataille complet.
j'ai cependant une autre question: comment était organisée la Garde Nationale sédentaire (celle chargée de la défense des places fortes du pays)?
cordialement.

_________________
"Vous êtes de la merde dans un bas de soie" (Napoléon à Talleyrand).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 21:28 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1091
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
D'autres détails
Garde Nationale Mobile
le 4 septembre 1870 321 Bataillons sur le papier
entre le 4 et le 17, 75 Bataillons de Province rejoignent à Paris les 18 de la Seine
25 autres sont dans des villes assiégées
203 dans les Armées de Province dont
111 en 38 Régiments (35 ternaires, 3 binaires)
sur les 92 autres 70 plus 44 nouveaux Bataillons formeront 42 Régiments (41 ternaires, 10 binaires, un avec un seul bataillon et donc 22 Bataillons independants)
32 bataillons supplémentaires seront levés

125 Batteries d'Artillerie plus 31 (en fait 12 de mitrailleuses) levées par la suite dont seulement 33 serviront dans les Armées en campagne

un seul et unique Régiment de Garde Mobile à cheval, 4 Escadrons, formés à Périgueux en decembre 1870 puis porté à 6 Escadrons en janvier 1871

3 Compagnies du Génie plus le 3e Bataillon de Mobiles de la Loire transformé en "Bataillon du Génie de la Garde Mobile"

Garde Nationale
divisée en Garde Nationale Mobilisée et Garde Nationale Sedentaire, cette dernière se limitant à un rôle de defense statique purement local,
pour la appelée à participer aux opérations, un decret du 25 novembre organise 11 Camps d' entraînement :
Saint Omer, Cherbourg, Conlie, La Rochelle, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille, Clermont-Ferrand, Lyon, Nevers
le 1er Mars 1871 estimée à 578 900 hommes, la Garde Nationale (mobilisée) s'articule en
754 Bataillons en Province rassemblés en 223 Légions, 16 Régiments et 11 Bataillons parmi lesquels
21 dans des villes assiégées, 7 en Algérie, 354 dans les Camps ou leurs departements et 367 engagées dans les Armées en campagne
plus 57 Batteries d'Artillerie.

Il faut isoler le cas de la
Garde Nationale de la Seine
au début du conflit 51 Bataillons de Gardes Nationaux Parisiens
12 août 1870 9 sont créés (=60)
6 septembre 1870 60 nouveaux créés (tous à 8 Cies, 1500 hommes en théorie)
au lieu de 120 la Capitale alignera 260 Bataillons mais avec des effectifs trés variables (350 au 229e, 2600 au 116e) et 22 Bataillons sans armement transformés en unités auxiliaires du Génie
la Garde Nationale de Paris forme 59 Régiments à 4 Bataillons (104 000 hommes plus 227 000 en Réserve)

L'unique Légion à cheval (4 Escadrons) fut dissoute en janvier 1871

Légion du Génie Auxiliaire de la Garde Nationale formée le 7 novembre 1870 : 2 Bataillons de 8 Cies de 100 hommes

Louis Delperier
Osprey MAA 237 French Army 1870-1871 (2)

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Oct 2006 9:17 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juin 2006 19:28
Message(s) : 453
C'est encore plus que je n'espèrais.
Merci encore mon cher Loic!D'autant plus que je souhaitais savoir si la garde mobile possèdait des unités d'artillerie ou de cavalerie.
En fait, nos unités de réserve en 1870 étaient aussi nombreuses que celles de la landwehr prussienne (mais évidemment moins bien entrainées et équipées, car formées pour la plupart de soldats improvisés).Je comprends mieux maintenent pourquoi la France a pu résister pendant encore 4 mois et demi face à l'envahisseur allemand et a pu ainsi remonter dans l'estime de l'Europe toute entière en présentant à l'ennemi une armée déguenillée et sans instruction militaire (remportant même des victoires tactiques comme à Orléans ou Bapaume).

_________________
"Vous êtes de la merde dans un bas de soie" (Napoléon à Talleyrand).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Oct 2006 16:58 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1091
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Et n'oublions pas les Francs-Tireurs, figure mythique de la guerre, qui hanteront l'imaginaire collectif allemand jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale
pour les puristes dans les Rousset sur Gallica signalés par Jean-Marc il y'a des Ordres de Bataille, même celui de la trés exotique Armée des Vosges de Garibaldi que je recherchais depuis des semaines avec ses Chasseurs Egyptiens, Legion Italienne, Compagnie Espagnole et tutti quanti
:loupe: :prie: :up:

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Oct 2006 18:46 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juin 2006 19:28
Message(s) : 453
Oui je sais et j'ai déjà imprimé ces ordres de bataille on ne peut plus complets (y compris ceux des états allemands du sud...)!!!
A noter aussi que le lieutenant-colonel Rousset a écrit une histoire du siège de Paris très intéressante...
Cordialement.

_________________
"Vous êtes de la merde dans un bas de soie" (Napoléon à Talleyrand).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Mai 2007 15:55 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
Déplacé

LAJOINIE a écrit :
J'ai trouvé récemment l'éloge funèbre de mon arrière grand-père, né en 1849 et mort en 1908 dans lequel j'apprend qu'en qualité de Garde mobile de la Dordogne il faisait partie de la Société des Vétérans des armées de terre et de mer 1870-71 à la 73° section de Belvés.
Mon ascendant avait 21 ans en 1870. Il se marie en 1876, ce qui laisse à supposer qu'il a fait une conscription de 5 ans.
J'aimerais savoir, si cela est possible, comment étaient organisés les gardes mobiles de ce département (régiment, bataillon) et savoir s'ils ont participés aux combats.
Il semble qu' un nombre conséquent de "moblots" soient restés sédentaires par manque de moyens (habillement, armes, munitions) et d'instruction.
Les sociétés de vétérans semblaient avoir, au-dela du maintien de la fibre patriotique, une fonction mutualiste (retraite). Qui pourrait m'en dire plus sur ces sujets? Merci d'avance.


_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2007 2:57 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1091
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Il y'a une Garde Nationale Mobile et une Garde Nationale Sedentaire, celle-ci se limitant à la defense locale,
Les Gardes Nationaux Mobiles du Périgord ont formé le 22e Régiment de Marche de Mobiles, il a combattu dans le 16e Corps d'Armée de la 2e Armée de la Loire, mais il se peut que le Departement ait formé quelques unités de plus. Je n'ai pas de documents sur le nombre de Bataillons levés dans chaque departement.

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2007 23:21 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1091
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Loïc a écrit :
Garde Nationale Mobile
3 Compagnies du Génie (de l'Isère, de la Haute Marne, du Haut Rhin formée durant le siège de Belfort)
le 3e Bataillon de Mobiles de la Loire transformé en "Bataillon du Génie de la Garde Mobile"
Garde Nationale de la Seine
22 Bataillons sans armement transformés en unités auxiliaires du Génie
Légion du Génie Auxiliaire de la Garde Nationale formée le 7 novembre 1870 : 2 Bataillons de 8 Cies de 100 hommes


Autres formations du Génie de la Garde Nationale & des Francs-Tireurs :
à Paris
Corps du Génie Volontaire (Cdt Flachat)
Bataillon des Mineurs Auxiliaires du Génie (Cdt Jacquot, 200 ouvriers du service des carrières de Paris)
Corps Francs des Pompiers armés des Chemins de Fer de l'Est

Levées dans les Departements
Corps du Génie de Rouen (Cdt Oursel)
Corps Auxiliaire du Génie de Saint Etienne (Cdt Garnier)
Ouvriers du Génie de Lisieux (Capt Brechet)
Compagnie Franche du Génie de Toulouse
Volontaires du Génie de l'Indre (Capt Hercam)
Volontaires du Génie de Tours (Capt Autixier)
Travailleurs du Génie de Loire Inférieure (Cdt Coupry)
Compagnie du Génie de Clamecy (Capt Berthaud)
Sapeurs du Génie de Haute Savoie (Capt Pompée)
Génie Auxiliaire de l'Armée de Bretagne
Compagnie du Génie & Compagnie de Pontonniers du Corps Franc de l'Etoile
Compagnie du Génie Auxiliaire Italien & Compagnie de Pontonniers de l'Armée des Vosges
Corps d'Ouvriers du Génie (Hamel)
Corps des Chemins de Fer de l'Armée du Rhin (Capt Freund)
Compagnie de Coupeurs de Chemins de Fer des Ardennes(Capt Deligny)
2e Compagnie d'Ouvriers destructeurs des voies ferrées du Gard (Capt Maubernard)
Compagnie Franche d'Ouvriers de la Haute Loire (Capt Chavelon)
Corps d'Ouvriers du Haut Rhin (Capt Huguelin)

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Mai 2007 20:04 
Bonsoir,
Peu de choses à ajouter à la réponse de Loïc au sujet des bataillons de la garde mobile de la Dordogne :
Les trois bataillons formant le 22ème régiment de la garde mobile ne sont équipés que courant octobre 1870, intégrant d’abord la brigade d’infanterie Maurice de la division mixte du 15ème corps, puis la première brigade Gaulard/Desmaisons de la 2ème division d’infanterie Barry du 16ème corps – avec le 7ème bataillon de marche de chasseurs à pied et le 31ème de marche d’infanterie.
La division participe à la bataille de Coulmiers, le 9 novembre 1870, à la gauche du 15ème corps ; retardée devant Saintry par le feu ennemi, elle repousse une charge de cavalerie et engage un duel d’artillerie avant d’avancer et, vers midi, d’atteindre Saintry. A 14 heures, la brigade soutenue par la première division se lance à l’assaut du château de Coulmiers, pris après de durs combats à 16 heures (mort du colonel de Foulonges du 31ème de marche). Le 16ème corps perd 1.069 hommes dans la journée (*), contre 550 au 15ème, et s’établit en camp retranché autour d’Orléans.
(*) Tués : cinq officiers, 141 soldats ; blessés : 37 officiers, 918 hommes ; disparus : 220.
A Loigny, le 2 décembre, la division Barry échoue devant Beauvilliers et le château de Goury et sa retraite précipitée isole les deux autres divisions du 16ème corps qui sont écrasées. (Quelques éléments se maintiennent néanmoins sur la crête de Terre Noire). Retraite, le 3, sur Bricy, puis le 4, sur Boulay, Beaugency et Mer.
Lors de la bataille de Villorceau-Josne, (Beaugency-Cravant), le 8 décembre, la 2ème division dispersée au-delà de Mer ne participe pas aux combats. Elle recueille, après Vendôme, les débris de la 3ème division Maurandy et de la division Peytavin (15ème corps) qui avaient tenté de résister au parc de Chambord, et évacue Blois le 12, rejoignant Chanzy devant Le Mans le 16.
Quelques éléments de la division sont intégrés à la colonne du général de Jouffroy qui guerroie en direction de Vendôme entre le 27 décembre et le 7 janvier.
Les restes de la division rétrogradent le 8 sur Chahaignes défendue le lendemain contre la 20ème division allemande forte de 8.000 hommes, au prix de 12 officiers et 350 tués, blessés et disparus.
Les débris du 16ème corps, réduits à 6.000 hommes retraitent le 13 en direction de Laval.

(Un 21ème corps est constitué début décembre qui comprend, (1ère division) une formation de francs-tireurs volontaires de la Dordogne).

Un site consacré aux associations de vétérans de 1870-71 : http://veterans.free.fr/index.htm
Cordialement.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Mai 2007 21:49 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1091
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Pour ce qui est des Francs-Tireurs de la Dordogne, il y'a eu 4 corps
Compagnie de Francs-Tireurs de la Dordogne Cdt Legros
Volontaires de la République Capt Clergeant
Francs-Tireurs du Capt Lafarge
Eclaireurs à cheval Capt Brousseaud

Citer :
Garde Nationale
un decret du 25 novembre 1870 organise 11 Camps d' entraînement :
les quatre premiers sont des camps stratégiques fortifiés destinés à recevoir jusqu'à 200 000 hommes
Saint Omer
Cherbourg
Marseille (d'abord le Pas des Lanciers puis Les Alpines aujourd'hui Les Alpilles)
La Rochelle
les autres jusqu'à 60 000 hommes
Conlie
Bordeaux
Toulouse
Montpellier
Clermont-Ferrand
Nevers
Lyon (Sathonay)

Avis aux régionaux de l'étape, on identifie sans difficulté Sathonay pour Lyon, Conlie et les Alpilles mais sait on où étaient installés ces grands camps pour 60 000 hommes dits de "La Rochelle, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Clermont-Ferrand et Nevers" ?
Ayant decouvert un "camp de Pont-du-Château", j'ai supposé que ce devait être celui aménagé pour Clermont Ferrand (?)

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Juin 2007 18:32 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1091
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Petites précisions sur ces 4 Camps de Stratégiques de 250 000 hommes et surtout sur les 7 de 60 000 hommes qui nourrissent le plus ma curiosité, sauf celui de Conlie pour l'Armée de Bretagne qui est bien connu
Stéphane Audoin-Rouzeau dans 1870 La France dans la Guerre a écrit :
le premier camp de province fut, en octobre, celui de Conlie (...) un second camp fut créé en novembre à Toulouse pour les troupes du Sud-Ouest, puis l'idée fut généralisée à la fin du mois : 11 camps devaient être installés pour concentrer et instruire les mobilisés mais aussi les éléments d'active restés dans les depôts et même les corps francs (...) mais l'installation des camps d'instruction fut un tel échec qu'on ne put jamais y appeler toutes les troupes destinées initialement à s'y rendre (..) début février le camp le plus rempli, à Bordeaux, ne comptait que 13 000 hommes, à Montpellier il n'y en avait que 3000


George Sand le 17 janvier 1871 a écrit :
nous avons des nouvelles du camp de Nevers qui a coûté tant de travail et d'argent, il n'a qu'un défaut, c'est qu'il n'existe pas
le Général, l'Etat-Major, les médecins sont là logés dans les châteaux du pays mais il n'y a pas de soldats ou il y'en a si peu qu'on se demande à quoi sert ce camp, les officiers sont devorés d'ennui et d'impatience

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB