A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Nov 2017 10:51

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Auteur Message
Message Publié : 10 Juil 2015 16:18 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2240
Localisation : Versailles
Je signale à l'attention du Forum : l'été en enfer de Nicolas Chaudun


"De 1870, on conserve le souvenir d'un désastre. D'autres ont suivi, comblant l'abîme où la guerre avait précipité Napoléon III. L'été en enfer est l'histoire de ce plongeon vertigineux, le "road movie", en quelque sorte, de l'errance impériale, chaotique, solitaire, et si cruelle qu'elle érige la gabegie en véritable tragédie classique." Actes Sud


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Juil 2015 10:54 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 857
Juste une petite image pou voir à quoi ressemble l'ouvrage :

Image

A noter que c'est un Roman historique... :rool:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Août 2015 17:02 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2240
Localisation : Versailles
Oulligator a écrit :
Juste une petite image pou voir à quoi ressemble l'ouvrage :

A noter que c'est un Roman historique... :rool:


Pas du tout

Ou l'ouligator est il allé cherché cette histoire de roman ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2015 10:42 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 857
C'est peut-être une erreur de ma part, mais je crois bien avoir vu sur un site de commerce en ligne que la description disait roman...mais je peux me tromper...Je vais de ce pas vérifier tout cela... :rool: :oops:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2015 10:49 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 857
Oui en fait quand j'avais fait ma recherche sur Amazon.fr (et que je viens de refaire maintenant) on tombe sur l'ouvrage mais classé a Livres/Littérature/Romans historiques...J'en ai conclu peut-être un peu rapidement que c'était un roman... Mais pour ma défense, j'a été induit en erreur.. Vous l'avez lu Jérôme ?? La description parle d'une sorte de road movie... Qu'en est-il ?

L'auteur est connu pour avoir écrit une biographie du baron Haussmann.

Lien vers la page d'un site de commerce en ligne

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2015 10:56 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 857
Pour plus de clarté : voila ce que dit le résumé sur le site en ligne :

Citer :
De 1870, on conserve le souvenir d'un désastre. D'autres ont suivi, comblant l'abîme où la guerre avait précipité Napoléon III. L'été en enfer est l'histoire de ce plongeon vertigineux, le "road movie", en quelque sorte, de l'errance impériale, chaotique, solitaire, et si cruelle qu'elle érige la gabegie en véritable tragédie classique.

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Jan 2016 21:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Oct 2009 17:55
Message(s) : 1328
Barak Obamo a écrit :
Un ouvrage est paru récemment sur l'incendie de Limoges de 1864.

Image

Résumé :

Citer :
" L'incendie de Limoges donnera à l'histoire locale une de ses dates mémorables ", écrivait Pierre Laforest en 1864, l'année même de ce terrible événement au retentissement national et même international. En effet, en l'espace d'une nuit, le quartier des Arènes se trouvant entre la place d'Aine et la place de la Motte fut entièrement anéanti par les flammes. Si aujourd'hui, 150 ans après, peu de personnes se souviennent de ce fait tragique, la ville de Limoges est encore marquée par l'empreinte de ce gigantesque brasier qui vit la reconstruction entière de cette partie du centre-ville, donnant naissance à plusieurs rues - après en avoir vu disparaître d'autres. Cet ouvrage se propose, au travers d'une étude réalisée par l'historien Romain Valadour et complétée d'une riche iconographie, de vous plonger dans le Limoges de cette époque avant, pendant et après le drame du grand incendie.


Une interview radiophonique de l'auteur ici : https://rcf.fr/culture/livres/lincendie-de-limoges

_________________
[...] Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie
Et l'aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants...

Renaud, Mistral gagnant, 1985.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juil 2016 10:59 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mars 2003 11:49
Message(s) : 92
Localisation : virtuellement : Allassac (19) Manoir des Tours / Paris (75) 20 rue dauphine et 22 rue de l'arbre sec
Disponible chez votre libraire ou sur les sites marchands du web :

Image

Image

Image

_________________
« UT DILIGARIS A TUIS, TUOS AMA »
« Aime les tiens, tu seras aimé d'eux »
Gui du Faure de PYBRAC 100ème quatr .


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Nov 2017 9:57 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Nov 2017 16:22
Message(s) : 3
Bonjour à tous,
En ce qui concerne le Second Empire, j'ai un ouvrage à vous soumettre. Ce livre est directement lié à une exposition qui s'est déroulée à Ajaccio dans la "Maison Bonaparte". Je vous met toutes les informations:

Napoléon III et la Corse
Notables du Second Empire

du Musée national de la Maison Bonaparte
éd. Albiana/Musée national de la Maison Bonaparte 2017
128 pages
26,5 x 24 cm

Pièce jointe :
notableforum.jpg
notableforum.jpg [ 252.21 Kio | Consulté 54 fois ]


Quatrième de couverture:
"L’exposition Visites impériales, Napoléon III et Eugénie à Ajaccio, présentée à la Maison Bonaparte au printemps 2012, avait donné une idée de la bienveillance de ces souverains envers la Corse et de l’empreinte durable que cette visite prestigieuse avait laissée dans la mémoire ajaccienne. À cette occasion, nous avions entrevu l’importance du rôle de Napoléon III dans le développement et l’enrichissement de la Corse au xixe siècle d’une part, et d’autre part l’importance des grandes familles de notables qui entouraient le souverain et dont la prééminence dans la société corse allait perdurer jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Ce sont cette sollicitude impériale et cette implication des élites insulaires dans l’avenir de l’île que nous évoquons cette fois.

Nous avons mis l’accent surtout sur les grandes familles du Sud. Le musée de Bastia ayant programmé une exposition sur le Second Empire dans les prochaines années, il sera plus à même de valoriser le rôle de ces Gavini, Casabianca, Orenga, Valery, Piccioni et autres notables du nord de la Corse que nous avons néanmoins effleurés dans notre propos.

Auparavant ? un exceptionnel xviiie siècle que l’on a pu qualifier de Siècle d’or de la Corse : la révolte contre Gênes, les grands généraux de la nation, le royaume de Théodore de Neuhoff, l’État et la constitution démocratique de Paoli, la naissance de Napoléon Bonaparte… Excusez du peu : la Corse sort de la périphérie de la Méditerranéenne pour entrer avec fracas dans l’histoire européenne !

Ce qui marque avant tout le Second Empire en Corse, ce sont dix-huit années de paix associées à un intérêt réel du souverain – un Corse de nouveau ! – aux destinées de l’Île.

Jamais jusqu’à cette période, la Corse n’aura connu pareille prospérité : la sollicitude impériale, le développement de l’île enfin encadré par des fonctionnaires compétents, par des élites capables et soutenues, par des études et des rapports de grande qualité, par des investissements financiers conséquents, par des réalisations structurantes : routes, ports, chemins de fer… la Corse entre à sa façon dans l’ère industrielle. Sa démographie double, au moins dans les principales villes, son agriculture se modernise, et l’on voit se développer tant des activités artisanales et manufacturières de qualité, qu’une implication dans de grands projets métallurgiques. C’est le temps de ces Abbatucci, Conti, Bacciochi, Ornano et Franceschini-Pietri que nous évoquons ici.

C’est aussi une période de mutation culturelle intense : la Corse tourne le dos à l’Italie pour se rapprocher du continent français. Cela ne se fait pas sans heurts, tant les circuits avec l’Italie étaient anciens, et ils ont été réactivés par l’arrivée massive d’intellectuels italiens proscrits durant la Restauration. Mais ces rapports sont différents selon les secteurs. Si pour la langue française, les institutions culturelles (opéras, théâtres et musées) s’engagent résolument dans la voie de la francisation, la réalité est différente dans le domaine de l’architecture : le modèle italien prédomine, parce qu’il règne aussi sur l’enseignement des Beaux-Arts à Paris.

Jean-Marc Olivesi, conservateur du musée de la Maison Bonaparte"

Voilà, j'espère que l'ouvrage vous intéressera :)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB