Nous sommes actuellement le 14 Juil 2020 10:36

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Est-ce que Napoléon III peut être considéré comme partisan de l'unité italienne et comme un des ses fondateurs?
oui 71%  71%  [ 5 ]
abstention 14%  14%  [ 1 ]
non 14%  14%  [ 1 ]
Nombre total de votes : 7
Auteur Message
Message Publié : 14 Jan 2003 20:27 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 07 Jan 2003 12:45
Message(s) : 799
Vittorio Emanuele II, Victor-Emmanuel II est le roi du Piémont et de Sardaigne. Garibaldi, un patriote italien a décidé de réunifier l'antique Italia, divisé en plusieurs parties, partiellement autrichiennes. Il veut installer le royaume d'Italie dirigé par Victor-Emanuel avec pour capitale Turin (et plus tard Rome). Or sa tâche est très difficile: repoussé d'inombrables fois des terres conquises, il doit attaquer les Autrichiens, les différents seigneurs de petits Etats, le Pape et même les Français. Cependant il va réussir: presque 20 années plus tard! Et Napoléon III ne joue pas un mince rôle dans l'affaire: c'est lui qui a envoyé de l'aide au Pape et c'est lui qui va, après de longues réflexions et retardements lancer une campagne victorieuse contre les Autrichiens, qui s'arrêtera avec l'armistice de Villafranca. Par la suite, l'empereur Franz-Joseph va lui donner la Lombardie qu'il donnera à son tour à Vittorio-Emanuele I de l'Italie. Et Garibaldi va continuer... La dernière partie manquante de l'Italie sera la Vénitie: elle sera accordé par Franz-Joseph (François-Joseph) à Napoléon III pour sa neutralité dans la guerre austro-prussienne. L'Italie est faite. Cependant elle perdra la Savoie et Nice à la France...
Cette page devra vous mener à écrire un message au sujet de Vittorio-Emanuele, de son ministre Cavour, de Garibaldi, de la belle comtesse de Castiglione et, pour ne pas l'oublier, Napoléon III.
Cette page s'adresse à tout le monde, mais surtout aux Italiens qui sont sur ce site.

Fialin


Dernière édition par Fialin le 28 Fév 2004 22:47, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Jan 2003 21:39 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Oct 2002 9:36
Message(s) : 40
j'ai voter oui, et rien à ajouter à votre éxposé :wink: :arrow:

_________________
Linux c'est bieng, mangez en !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Jan 2003 18:37 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 07 Jan 2003 12:45
Message(s) : 799
Je vous remercie Murat pour votre confiance. Malheureusement le texte est encore incomplet et des dates manquent. J'éspère que vous et d'autres m'aideront à me fournir ces précisions.
Merci

Fialin


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Jan 2003 21:15 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Mai 2002 17:02
Message(s) : 36
Localisation : N Italia / Monza
Je pense que sans Napoléon III l'unité de l'Italie serait eté renvoyée des beaucoup années avec sérieux problemes pour les équilibres politiques de l' Europe ( un autre Kossovo ou Serbia peut etre)
Mantenaint j'ai préparé un petit texte sur l'unification des deux Siciles (Sicilie)


Je pense que l'unité de l'Italie, après beaucoup des siècles, était devenue inéluctable, mais le probleme était comme unifier l'Italie ?
En effett dans le nord de l'Italie les temps et le peuple étaient plus murs que dans le sud.
Certainement le royaume de Naples était vieux et pourri et le pape roi était anachronistique.
Mais le sud était beaucoup différent de le nord de l'Italie. Aussi aujourd'hui est différent.
Beaucoup de personne avaient et ont pensée que le fédération est la forme de gouvernement meilleur pour l'Italie. Louis Napoléon avait aussi cette convinction, un des primiérs.
Mais le Piemonte , avec l'aide de la maçonnerie Anglais, faisait une politique de invasion de le sud et pendant beaucoup des années ils y furent des fort répressiones et puis encore des problemes de intégration pour tout le XX siécle. Ainsi l'état de l'Italie est un état de l'assistance au lieu de etre un état fédéral

Emilia

(pardon pour mon français)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Jan 2003 10:03 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 07 Jan 2003 12:45
Message(s) : 799
Cher Emilia,
j'ai lu votre message: je crois que le problème de l'époque étaient les relations des différents Etats de l'Italie avec d'autres puissances mondiales de l'époque qu'on devait respecter: ainsi certains royaumes étaient protégés par l'Autriche, le Pape ou encore l'Empire Ottomane. Napoléon III, en tant que bon diplomate devait essayer de constuire une Italie en prenant soin de tous ces Etats, alors que Vittorio Emanuele préférait l'unifier le plus rapidement possible. Et comme vous le disiez, les Etats du Nord étaient plus mûrs, parce qu'ils voulaient déjà depuis longtemps se débarrasser de l'Autriche et qu'ils avaient, plus que les autres Etats d'Italie, appris les idées de la Révolution sous Bonaparte et le Premier Empire dont ils faisaient partie.
Le vrai problème était donc avant tout la tutelle de l'Autriche.

Fialin

(votre français est très bien!)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Jan 2003 21:38 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Mai 2002 17:02
Message(s) : 36
Localisation : N Italia / Monza
Je pense que Louis Napoléon avait pris la décision de la guerre ensemble le Piemonte, pourquoi autrement le risque était quel d'une Autriche que aurait envhai le Piemonte. La France aurait trouvé l'ennemi a la porte !
Mais puis il y a la "légende" carbonara , Louis Napoléon aurait craindré la vengeance des carbonari ( voir les attentats de Orsini et de Pianori)
Je ne crois pas a cette "légende" , je pense au lieu que LN avait compris que le probleme italienne était explosif et que la prémiere défense est l'attache.
que vous pensé a cett propos ?

Emilia


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Jan 2003 13:11 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 07 Jan 2003 12:45
Message(s) : 799
Chère Emilia,
Je pense que Napoléon III était encore carbonaro dans ses idées. Cependant il avait appris à connaître les règles de la diplomatie et avait modéré ces idées trop révolutionnaires. En tant que carbonaro il aurait attaqué l'Autriche tout de suite en 1852, mais en tant que très bon diplomate il ne pouvait pas agir sur-le-champ. Il devait d'abord jouer entre Cavour et Metternich, car l'Autriche aurait été une menace importante s'il avait agi trop vite. Ainsi il a propulsé toujours la question italienne. Cavour était déjà assez énervé lorsque l'Empereur l'a invité à prendre les bains auprès de la fontière franco-italienne. Naturellement ce n'était pas un voyage de plaisir...

Fialin


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Jan 2003 21:48 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Mai 2002 17:02
Message(s) : 36
Localisation : N Italia / Monza
Comme on dit, Paris vaut bien une messe , en cet cas Nizza et Savoia.
Mais je ne compris pas bien cette question de "carbonaro", il est une question de coeur ? LN a sacrifié la vie des sous soldats pour un coup de couer?
Moi je incline pour raisons plus rationnelles, mais puet etre que je ne compris pas la mentalité de l'époque

A propos je rende hommage au sacrifice des soldats français


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 29 Jan 2003 16:31 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 07 Jan 2003 12:45
Message(s) : 799
Je vais vous donner une explication, mais je ne sais pas si elle est juste.
Le jeune Louis-Napoléon va devenir carbonaro car il est indigné que l'Italie soit occupé par les Autrichiens et il veut la libérer. Mais plus tard sa politique va changer de but: La France avait depuis toujours peur d'un encerclement du pays par les Habsbourg et plus tard par les Hohenzoller. Il va donc essayer de créer une forte puissance au sud-est du pays, l'Italie. Celle-ci doit devenir un allié de la France et doit empêcher que les Prusso-Autrichiens gardent le monopole de l'exploitation des ports de l'Italie, s'ouvrant sur l'Orient. Je pense que Napoléon III voulait sortir son pays de l'étreinte des Prussiens et Autrichiens qui depuis François Ier bloquaient son pays.

Fialin


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Fév 2004 5:24 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Oct 2003 21:45
Message(s) : 139
Localisation : Paris
Si j'avais pu répondre au sondage, j'aurais bien entendu voté oui.

Fialin a écrit :
Celle-ci doit devenir un allié de la France


De ce point de vue, on ne peut pas dire que l'opération ait été une franche réussite : "Mentana a tué Magenta". Et l'hostilité italienne à la France survivra bien après la chute de l'Empire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Fév 2004 10:45 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 6362
Localisation : Provinces illyriennes
Absolument et ainsi bon nombre d'idées de Louis-Napoélon Bonaparte ont été partiellement ou mal exécutées par Napoléon III. Comme quoi, la pratique du pouvoir réserve souvent des surprises.
La même observation peut être fournie par la "grande pensée du règne", à savoir la création de l'empire mexicain, qui fut un échec sans précédent.
Si Napoléon III n'avait pas cédé à son électorat catholique, il aurait fait de l'Italie sa meilleure alliée et ne se serait pas trouvé seul en 1870.
De même en intégrant l'Autriche et la Bavière juste après la campagne d'Italie à une entente européenne contre la Prusse, bien des choses auraient été évités. Il a bien tenté de la faire, mais en 1868-69, ce qui était bien trop tard : Sadowa avait marqué la suprématie de la Prusse dans le monde germanique et l'Autriche en était exclue. :cry:

duc de Raguse.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Fév 2004 23:13 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 07 Jan 2003 12:45
Message(s) : 799
Napoléon III se décide effectivement parfois trop tard. Cependant je suis d'avis qu'il a, même s'il ne les a pas mené à terme, vu 1870, du moins commencé la plupart des projets de Louis-Napoléon. Cependant quelque chose l'empêche dans ses décisions en tant qu'Empereur ce qui ne 'avait point dérangé lorsqu'il était captif à Ham: le peuple. En effet le règne de Napoléon III se base exclusivement sur le peuple et comme l'écrit le jeune Louis-Napoléon, un Bonaparte doit abandonner son trône lorsque le peuple ne veut plus de lui...
Et ce peuple était en majorité catholique. Le trône reposait sur les catholiques français et les offenser, c'était enlever les pieds au trône. Voilà donc le premier problème, Napoléon III devait s'attacher les catholiques et ne pas les contrarier. Second problème, c'est que la religion chrétienne catholique était encore et toujours dirigée par les organes de l'Église et par eux par le Pape. Sans le Pape, cette religion était impensable, le grand pontife, le successeur de saint Pierre était le père spirituel de son Église, et donc le chef des catholiques. Il savait donc user des fidèles pour ses profits, profits qui n'étaient pas toujours très spirituels, mais concernaient aussi son État qu'il avait reçu de Pépin le Bref et duquel il ne voulait à aucun prix perdre le pouvoir temporel...et les fidèles obéissaient, apparemment pour maintenir la foi, en vérité pour maintenir le pouvoir séculier du Pape.
Maintenant le troisième problème, résultant des deux précédents: en 1859 la campagne est lancée contre l'Autriche et la France vainc. Après l'Autriche, un des prochains adversaires est l'État de l'Église. Et naturellement le Pape peut compter sur le soutien des catholiques français. Et naturellement ceux-ci sont prêts à jeter bas tout adversaire du Pontife et des États pontificaux. Et naturellement Napoléon III doit céder pour ne pas voir son trône s'écrouler...et pour garder la confiance de son peuple, il entretient même, contre toute logique diplomatique, une garnison à Rome pour défendre celle-ci contre le reste de l'Italie! Napoléon III avait le choix: perdre un allié ou perdre le pouvoir. Il a préféré perdre un allié. N'est-ce pas compréhensible?
Louis-Napoléon écrivait sur le peuple, Napoléon III devait se l'attacher.

Bien à vous,

Fialin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Mars 2004 2:05 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 24 Fév 2004 1:02
Message(s) : 123
Localisation : PARIS
N'oublions pas que Napoleon III ,héritier de la pensée napoleonienne ,se souvenait que Napoleon Ier était également Roi d'Italie couronné de la Couronne de Fer des rois lombards à Milan en 1805 , pour les italiens du XIX siècle Napoleon Ier était le créateur de ce nouveau royaume qui couvrait à peu pres l'Italie actuelle moins le Sud (royaume de Naples et des Deux-Siciles) ;une grande partie de la famille Bonaparte, apres 1815 demeurait en Italie , le frere ainé de Napoleon III -entre autres- avait rejoins les carbonnari , un grand nombre d'italiens ,avaient combattus dans l'armée imperiale etc... tout cela créé des liens .... et Napoléon III en tant que neveu du premier "roi d'Italie" ne pouvait ne pas soutenir l'idée de Victor-Emmanuel II d'autant plus que la famille de Savoie s'etait montrée fidèle à "Napoleone I re d'Italia" dont les pieces de monnaie circulaient encore en Italie . En soutenant Cavour Napoleon III restait fidèle à lui-même et au souvenir de son oncle . Quant au problème des catholiques francais vis a vis du Pape c'est un faux problème pour masquer l'opposition de certains milieux francais à l'unité italienne., car si les francais étaient catholiques les italiens l'etaient encore plus et cela ne les empechaient pas de souhaiter l'unité italienne . Enfin un autre detail qui en dit long sur la reconnaissance des italiens envers Napoleon III ,bon nombre de villes italiennes possèdent une "Via Napoleone III" à commencer par Rome .....
L'auteur de ces lignes est descendant par son père d'une famille pièmontaise installée à Paris depuis 1812 et par sa mère , arrière petit-fils d'un Cent-Garde originaire de Normandie . l'Histoire se reflete aussi dans les familles ....i

_________________
"Pour savoir où l'on est , et prévoir où l'on va ;il faut connaitre d'où l'on vient"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Mars 2004 18:06 
attention à ne pas se tromper sur l'origine des états pontificaux....


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Mars 2004 18:52 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 07 Jan 2003 12:45
Message(s) : 799
A qui faites-vous référence?

En ce qui concerne le message de Cent-Garde je ne sais pas s'il est nécessaire de revenir jusqu'à Napoléon Ier pour commenter le projet d'unification que Napoléon III a, cependant l'idée est intéressante.

En outre je serais bien content d'avoir la réponse du duc à mon message...

Bien à vous,

Fialin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB