A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 19 Oct 2017 17:23

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Juin 2007 14:34 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Quelques ouvrages sur l'histoire de l'Inde.

D'abord, M. Angot, L'Inde classique, chez Belles Lettres ; je sais que cette collection est loin de plaire à tout le monde, notamment en raison de son parti prix esthétique basique, mais comme on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent en matière de vulgarisation sur l'Inde, cet ouvrage est à signaler car il est plutôt bon (par rapport à ce qu'on est susceptible d'en attendre).

Sinon un dictionnaire : L. Frédéric, Dictionnaire de la civilisation indienne, Robert Laffont, Bouquins, 1987 (pourquoi pas).

Pour la pensée indienne, qui ne manque pas d'intéresser les curieux de nos contrées avides "d'orientalisme", j'ai une petite préférence pour M. Biardeau, L'hindouisme, Anthropologie d'une civilisation, Flammarion (Champs), 1997.

A signaler aussi dans la collection Quadrige des PUF deux dictionnaires forts intéressants sur les littératures de deux grandes civilisations asiatiques :
* P.-S. Filliozat et al., Dictionnaire des littératures de l'Inde, 2001 ;
* A. Lévy et al., Dictionnaire de la littérature chinoise, 2000.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Juin 2007 16:51 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Une épaisse synthèse sur la Corée ancienne qui vient de paraître, avec une deuxième partie composée par une édition critique de sources:

Image


Citer :
This volume presents two histories of the early Korean kingdom of Paekche (trad. 18 BCE-660 CE). The first, written by Jonathan Best, is based largely on primary sources, both written and archaeological. This initial history of Paekche serves, in part, to introduce the second, an extensively annotated translation of the oldest history of the kingdom, the Paekche Annals (Paekche pon'gi). Written in the chronicle format standard for the traditional official histories of East Asia, the Paekche Annals constitutes one section of the Histories of the Three Kingdoms (Samguk sagi), a comprehensive account of early Korean history compiled under the editorial direction of Kim Pusik (1075-1151). Although these two representations of Paekche history differ markedly, the underlying problem faced by both the twelfth-century and the twenty-first-century historian is essentially the same: fashioning a responsible, encompassing, and reasonably coherent history of the kingdom from meager, and often disparate and fragmentary, evidence.

Included in the volume are 22 appendixes on problems in Paekche history; a concordance of proper names, official titles, omens, and weights and measures; a glossary of geographical names; and six historical maps of the kingdom showing its changing boundaries.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Juin 2007 17:25 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 04 Avr 2005 12:44
Message(s) : 70
Localisation : Bibliothèque de l'Université Invisible, Ankh-Morpork
En cours de lecture, History of Tibet dirigé par Alex McKay, chez RoutledgeCurzon, en trois volumes. Voici le descriptif :

Citer :
Image
A monumental work in three volumes analysing the early, medieval and modern periods of Tibetan history from a variety of perspectives. Along with key documents and treatises, the volumes include wide-ranging contributions from more than 70 scholars, including pioneers such as Sir Charles Bell and Eric Teichmann, and over 130 articles from Hugh Richardson, R.A.Stein, David Snellgrove, Samten Karmay, David Seyfort Ruegg, and Geoffrey Samuel, to Melvyn Goldstein, Donald Lopez, Matthew Kapstein, and Georges Dreyfus and others, and including a selection of translated, previously unpublished, and long out-of-print material, plus maps and illustrations.

Volume One covers the early period to c.AD 850 and the Yarlung Dynasty. Volume Two covers the medieval period from c.850-1895 and the development of the Buddhist Paramountcy; and Volume Three covers the modern period from 1895-1959 and the encounter with modernity.


Bon c'est très copieux et très complet et on s'embourbe parfois dans des articles assez arides. Exemple, le chapitre 2 du tome I : Se: preliminary notes on the distribution of an ethnonym in Tibet and Nepal. Bon c'est très bien, mais c'est clairement réservé aux spécialistes (en même le temps, c'est un bouquin de spécialiste, alors...) et pour un début d'ouvrage ça annonce clairement la couleur. Et comme on peut le lire ci-dessus, on ne retrouve que du beau monde dont toute personne ayant déja lu des ouvrages sur le Tibet a déja croisé les noms un jour où l'autre.
On peut consulter le sommaire et lire l'introduction générale ici.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Juin 2007 9:44 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Je signale le très beau (et très cher :cry: ) catalogue de la non moins belle exposition du Grand Palais (qui joue les prolongations jusqu'au 8 juillet, allez- y vous ne serez pas déçus) consacrée à l'Inde des Guptas.

Image
Image

Pour les moins fortunés, on peut se replier sur le très bon Découverte Gallimard consacré à l'Inde classique par Amina Okada et Thierry Zéphir:

Image

Citer :
Présentation de l'éditeur:

Au terme du premier grand empire de son histoire – celui des Maurya (fin IV&esup siècle-début IIe siècle av. J.-C.) –, l'Inde connaît, du Ier au IIIe siècle de notre ère, les puissants pouvoirs des Kushâna, au nord, et des Sâtavâhana, au sud. Mais c'est l'époque des empereurs gupta, du IVe au VIe siècle, qui marque l'apogée de la civilisation indienne classique. Amina Okada et Thierry Zéphir nous font découvrir cette époque de tolérance religieuse et de raffinement esthétique sans précédent. Sous ces souverains vishnuites, bouddhisme, hindouisme et jaïnisme coexistent en harmonie. Les sciences se développent, les traités esthétiques et techniques se fixent. La littérature et le théâtre rayonnent, servis par le génie du poète Kâlidâsa, que l'on associe au règne de Chandragupta II. L'art atteint alors ses plus hauts sommets, dont témoignent les grandioses sculptures de Mathurâ, les effigies altières et épurées des buddha et bodhisattva sculptés de Sârnâth ou les peintures murales d'Ajantâ, quintessence de l'esthétique gupta et expression majeure du génie indien. Ces canons plastiques et ces modèles iconographiques perdureront au fil des siècles. Leur écho s'étendra au-delà des frontières indiennes, du Népal à l'Asie du Sud-Est et de l'Afghanistan à l'Asie centrale.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Sep 2007 18:42 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Quelques parutions récentes sur la Chine:

-Atlas de la Chine par T. Sanjuan (récent auteur du beau Dictionnaire de la Chine contemporaine chez Armand Colin).

Image

Citer :
Présentation de l'éditeur:

Les mutations que connaît la Chine doivent-elles faire peur ? Que les Chinois passent de la bicyclette à l'automobile, et c'est le marché mondial de l'industrie et des carburants qui s'en trouve ébranlé. Le gigantisme de cette nation qui figure aujourd'hui parmi les premières puissances mondiales joue un effet d'accélérateur. Pour prendre la juste mesure de ces changements, cet atlas joue avec les échelles et les représentations du territoire. Le plan d'un quartier avec ses ruelles ou le modèle de la ville écologique mettent en évidence le développement urbain contrasté de Shanghai, Hong Kong ou Pékin. Dans un autre bloc d'immeubles, l'implantation des commerces révèle l'émergence d'une classe moyenne et urbaine avec ses valeurs propres, devenue propriétaire de son logement qui découvre les plaisirs du temps libre et aspire à un nouveau mode de vie. Mutations accélérées du développement urbain, mais aussi certainement d'une identité nationale complexe, en proie aux inégalités qui se creusent : éclatement du monde rural, pauvreté et nouveaux riches, modernisation des institutions et autoritarisme, Chine continentale et insulaire avec Hong Kong et Taiwan, minorités et régionalisme avec la question du Tibet, Chine mondialisée avec sa diaspora et son entrée dans le jeu des puissances économiques, énergétiques et militaires. Synthétique et précis, cet atlas est un repère essentiel pour comprendre le nouveau visage de la Chine.


-Chez Fayard, sous le titre Société et pensée chinoises aux XVIe et XVIIe siècles , un résumé des cours de Jacques Gernet au Collège de France.

-Enfin, le dernier numéro de la revue Hérodote (La Découverte) est consacré à la Chine.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Sep 2007 20:54 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 04 Avr 2005 12:44
Message(s) : 70
Localisation : Bibliothèque de l'Université Invisible, Ankh-Morpork
Lu et bien aimé, l'Atlas des guerres d'Indochine, 1940-1990 de Hugues Tertrais chez Autrement, dans la collection Atlas/Mémoires. Comme souvent chez cet éditeur, un bouquin très instructif avec des cartes claires.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Sep 2007 13:39 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Nouvelle parution dans la collection Fayard-Ceri:

Image

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 30 Sep 2007 8:49 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 21 Jan 2007 19:34
Message(s) : 120
Localisation : Hauts de Seine
Florian a écrit :
-Chine, le nouveau centre du monde ? de Catherine Coulomb aux éditions de l'Aube.

C'est un point de vue bien français , en tout cas, européen, de croire que la France , ou l'Europe, était le centre du monde et qu'il ne l'est plus.
Les chinois , eux , ont toujours pensé qu'ils étaient eux, depuis des millénaires, le centre du monde .
Dans notre époque de mondialisation, on persiste malheureusement à ignorer ou mépriser les autres civilisations.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Fév 2008 7:20 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Vient de paraître chez Autrement:

Image

Présentation de l'éditeur:

Citer :
ANGKOR VIIIe – XXIe siècle

Les temples dispersés dans le périmètre archéologique d’Angkor au Cambodge ont tout pour exciter l’imagination. Leur nombre et leur disposition laissent supposer une prestigieuse capitale, unique par son ampleur comme par la dimension de l’empire qu’elle était censée dominer. Mais leur architecture pétrie de culture indienne, le sourire des visages sculptés dans la pierre comme les bas-reliefs racontant une histoire non écrite ne sont que des traces : ajoutant au mystère, ils ont été repris par la forêt qui, parfois, ne desserre pas son étreinte sur la pierre : vers la fin de notre Moyen Age, il y a quelque cinq siècles, cette capitale a en effet été abandonnée. Y a-t-il continuité entre l’ancien empire khmer et le Cambodge actuel ? depuis qu’ils ont été redécouverts, au XIXe siècle, les temples ont en tous cas focalisé l’attention sur cette partie de l’Asie : leur étude et leur restauration ne sont pas pour rien dans le développement de l’Orientalisme français, leur image – toujours présente dans la littérature et le cinéma – se confond souvent avec celle de l’Indochine coloniale et, depuis l’indépendance, leur silhouette orne le drapeau national, tous régimes confondus. Après plus de vingt ans de guerre et de tragédie nationale, Angkor ressurgit à nouveau, fixant tout à la fois l’intérêt des nouveaux dirigeants du pays, l’expertise des instances internationales chargées de la sauvegarde patrimoniale et l’attention du tourisme international. Le nouvel ensemble urbain de Siem reap – Angkor s’affirme : les ruines, pour beaucoup rétablies dans leur ancienne splendeur, les représentations auxquelles elles ont donné lieu, et des générations de ville s’y confondent dans une forêt de symboles.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Fév 2008 7:32 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Parution chez Fayard:

Image

Présentation de l'éditeur:

Citer :
L’Asie centrale est une terre de légendes, un berceau de la civilisation parmi les plus grands : le nom de Samarcande, les céramiques turquoise, les cavaliers immortalisés par Kessel, la bravoure des basmatchis… Mais la légende est aujourd’hui rouillée comme les ferrailles abandonnées par le reflux du communisme. Les dégâts sont immenses : la mer d’Aral mutilée sinon morte, les laboratoires de guerre bactériologique abandonnés à tous vents, la pollution nucléaire invisible.
Surtout, ce sont les hommes des cinq républiques – Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Tadjikistan – qui se trouvent aujourd’hui au cœur d’un tourbillon politique, idéologique et économique. Des régimes autoritaires désespèrent leurs sujets et forment un terreau pour l’islamisme ; les « routes de la Soie » sont remplacées par de grand’routes du gaz et du pétrole – mais aussi de la drogue… Les puissances extérieures s’empressent au chevet d’une douloureuse transition économique : Américains, Chinois, Turcs, Iraniens, Russes, notamment, qui font un retour remarqué.
Pierre Chuvin, René Létolle et Sébastien Peyrouse font appel à l’histoire, à l’économie et à la géopolitique pour comprendre en profondeur ces pays toujours méconnus, pour qui la dissolution de l’URSS en 1991 fit naître de grands espoirs et surtout de grandes craintes.
L’Asie centrale bout, pour l’heure sans exploser. Qu’en sera-t-il demain, sur cette ligne de séismes politiques qui va du Cachemire au Caucase ?

Pierre Chuvin, premier directeur de l’Institut français d’Etudes sur l’Asie centrale à Tachkent (1993-1998), puis professeur à l’université de Paris-X, est directeur de l’Institut français d’études anatoliennes à Istanbul. Il a dirigé Les Arts de l’Asie Centrale (Citadelles & Mazenod, 1999) et est également l’auteur de Samarcande, Boukhara, Khiva (Flammarion, 2001).
René Létolle, géologue, professeur émérite à l’université de Paris-III, est le co-auteur de Aral (Springer, 1993).
Sébastien Peyrouse, chercheur associé au Central Asia and Caucasus Institute (John Hopkins University, Washington D.C.) et à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), Paris, est notamment l’auteur Des chrétiens entre athéisme et islam. Regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et post-soviétique (Maisonneuve et Larose, 2003).

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Avr 2008 16:13 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Image

Citer :
État grand comme six fois la France, peuplé de plus d'un milliard d'habitants, l'Union indienne poursuit depuis le début des années 1990 une ascension économique qui entraîne de multiples changements et intègre le pays au sein d'un système mondial en cours d'émergence. Les bouleversements occasionnés par la fulgurante ascension économique de l'Union indienne sont sensibles à tous les niveaux : de la société, qui voit notamment apparaître un large ensemble de couches moyennes, du territoire, dont l'organisation connaît de profondes mutations, en passant par la structure économique du pays qui présente une évolution radicale. L'objectif de cet ouvrage est d'éclairer l'ensemble de ces changements, en tentant de proposer une image des différenciations du territoire indien une soixantaine d'années après l'Indépendance, alors que l'Inde devient un partenaire incontournable pour les nations développées et une puissance à prendre en compte en Asie et dans le monde. Grâce à des cartes à diverses échelles et à l'aide d'une grille d'interprétation fine, il s'agit de présenter l'inscription physique des mutations en cours en mettant en avant non seulement les villes et les territoires, donc les populations, qui bénéficient de la croissance, mais aussi ceux qui restent en retrait du développement.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Avr 2008 14:00 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Deux nouveaux titres dans la collection Planète Inde:

Image

Citer :
Ils sont présents en Inde depuis les débuts du christianisme, leurs plus anciennes communautés se réclament même de l'apôtre saint Thomas. D'autres tirent leur origine des multiples missions venues d'Europe, comme celle de saint François Xavier, ou occupations portugaise, française, britannique. Ils sont aujourd'hui vingt-quatre millions dispersés dans l'immense nation indienne, de confessions et rites divers, mais tous marqués par le système des castes que certains acceptent et que d'autres rejettent. Tous aussi partagés entre leur héritage culturel indien, et une fois encore parfois perçue comme étrangère. Catherine Clémentin-Ojha, l'une des meilleures spécialistes de l'anthropologie religieuse indienne, nous brosse un portrait vivant de cette minorité haute en couleur, qui nous offre un autre visage du christianisme. Elle relate son histoire complexe et décrit les enjeux sociaux, politiques et religieux d'une présence chrétienne à la fois si enracinée et toujours insolite, dans une Inde contemporaine en pleine mutation


Image

Citer :
La religion des sikhs remonte à la prédication du saint-poète Nânak, qui se fit le propagateur d'une foi monothéiste aspirant à dépasser hindouisme et islam : " L'Un est mon Krishna, mon Allah/Pour l'hindou comme pour le Turc, c'est Lui qui décide. " Le sikhisme, qui représente aujourd'hui la cinquième religion du monde avec presque vingt millions d'individus, est également l'incarnation d'une identité régionale forte, celle du Panjab, région clé de l'histoire de l'Inde, à la confluence des mondes indien et iranien. L'assassinat d'Indira Gandhi par ses gardes sikhs en 1984, et le port traditionnel du turban par de nombreux croyants sont presque les seuls éléments connus du public français sur cette minorité dont l'histoire interfère avec celle du sous-continent indien, et dont la diaspora est aujourd'hui importante. Denis Matringe, directeur de recherche au CNRS, vient combler cette lacune avec un véritable ouvrage de référence, aussi vivant qu'érudit.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Mai 2008 9:59 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Je signale la nouvelle édition (en moins cher) de La dynamique du Japon, ouvrage collectif réunissant des auteurs de divers horizons, qui permet d'en savoir plus sur ce pays depuis le milieu du XIXe siècle (tout en regrettant parfois que les articles ne remontent pas un peu plus loin dans le temps), tant sur le plan politique, militaire que culturel. Très instructif.

Image

Citer :
1853 : les " bateaux noirs " du contre-amiral Perry forcent deux cent cinquante ans d'isolement nippon. De faible superficie, montagneux à 80 %, soumis à des séismes continus, à des typhons réguliers, constitué d'un ensemble d'îles éloignées et solitaires dans le Pacifique, le Japon possède peu de ressources et ne revient dans le jeu politique international que contraint et forcé. 1980 : le Japon est à la deuxième place des économies mondiales. Destin extraordinaire, souvent qualifié de " miraculeux ". Mais qu'est-ce que ce " miracle japonais " ? Tout puissant qu'il soit, le Japon saura-t-il relever les défis du XXIe siècle, face à la Chine et aux risques de conflagration dans la turbulente Asie du Nord-Est ? Dans La Dynamique du Japon, Jean-François Sabouret et une trentaine de spécialistes de six nationalités différentes livrent une fine lecture historique du destin japonais depuis 150 ans. Où il est démontré que le temps perdu se rattrape et que l'on peut être moderne sans être Occidental...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Mai 2008 14:25 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 03 Mai 2008 6:35
Message(s) : 30
Zunkir a écrit :
Je signale la nouvelle édition (en moins cher) de La dynamique du Japon, ouvrage collectif réunissant des auteurs de divers horizons, qui permet d'en savoir plus sur ce pays depuis le milieu du XIXe siècle (tout en regrettant parfois que les articles ne remontent pas un peu plus loin dans le temps), tant sur le plan politique, militaire que culturel. Très instructif.


Bonjour,

...et merci de l'info, mon exemplaire étant dans un état lamentable ( à force d'être lu) depuis mon dernier séjour là-bas :wink: il a en écrit également d'autres sur le Japon...à lire absolument...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire de la Chine
Message Publié : 23 Mai 2008 19:42 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 23 Mai 2008 19:06
Message(s) : 9
Il y'a aussi de Danielle Ellisseef "l'histoire de la Chine", édité aux éditions du rocher, et qui est très bien fait. Elle vient également d'édité tout récemment un Manuel, destiné aux élèves de l'école du Louvre, mais pour tout le monde aussi, qui traite de l'art et de l'histoire Chinoise. Il est très bien illustré, il présente de nombreux objets qui expliques le us et coutumes, l'art chinois en général, mais qui s'arrête malheureusement au début de la dynastie Tang (un prochain tome est prévu pour la suite).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB