A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Jan 2017 5:23

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 29 Août 2008 16:50 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Oct 2005 13:47
Message(s) : 157
Pour ceux qui comme moi rêve de la mythique route de la soie, je vous conseille l'incontournable livre de Luce Boulnois (1963) "La route de la soie, dieux, guerriers et marchants" aux éditions Olizante.

Bonne lecture ! B)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Sep 2008 18:54 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Parution chez Tallandier:

Image

Présentation de l'éditeur:

Citer :
Mégapoles surpeuplées, transports saturés, violence des rapports sociaux, totale soumission à la hiérarchie masculine : les Japonais, c’est bien connu, vivent comme des fourmis. Inépuisable créativité, solidarité nationale, coutumes séculaires, sens de l’honneur et du service, perfectionnisme, discrétion et politesse : le Japon, c’est une évidence, est le joyau de l’Extrême-Orient. Paradoxe ? Peut-être. Incompréhension ? Certainement. Qu’on ne s’y trompe pas : l’Archipel, sorti exsangue de la Seconde Guerre mondiale, est devenu en l’espace de quelques décennies la deuxième puissance économique planétaire, le pionnier des innovations technologiques, une référence culinaire et un formidable creuset artistique. Pourtant, il demeure un nain politique et diplomatique. Cette contradiction, entre un rayonnement commercial, technique ou culturel et un pouvoir d’influence géostratégique étriqué, reflète l’ambivalence polymorphe de la civilisation nippone. Le Japon, qui cultive les contrastes, qui s’enorgueillit de marier harmonieusement modernité et traditions ancestrales, paraît illisible. Reste la réalité. Témoin alerte et passionnée, Karyn Poupée scrute la vie quotidienne des Nippons et décrypte les ressorts historiques et socioculturels du fonctionnement troublant de cette société unique. L’auteur peint ainsi, par petites touches, un tableau nuancé du pays du Soleil-Levant et de ses habitants. Génie de l’électronique, capitaine d’industrie philanthrope, mangaka, créateur d’humanoïdes, consommatrice insatiable, homme politique nationaliste ou yakusa, la galerie des acteurs du théâtre japonais est ainsi restituée dans toute sa diversité, sa subtilité et sa poésie.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Sep 2008 21:09 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 04 Avr 2005 12:44
Message(s) : 70
Localisation : Bibliothèque de l'Université Invisible, Ankh-Morpork
Ça n'a apparemment pas été évoqué ici, mais je souhaitais faire l'éloge de la collection Guides des civilisations des éditions Les Belles Lettres, dans laquelle on peut notamment trouver les titres suivants : Le Viêtnam ancien d'Anne-Valérie Schweyer, Le Siam de Michel Jacq-Hergoualc'h, Les Khmers de Bruno Dagens et La Birmanie, l'âge d'or de Pagan de Guy Lubeigt (il y en a bien sûr d'autres, notamment sur l'Inde classique et la Chine ancienne, mais je ne les ai pas lus).
Image Image Image Image
Tous les ouvrages de la collections sont organisés de la même façon, c'est-à-dire thématiquement et non chronologiquement. Du coup on peut bien sûr les chapitres à la suite, mais aussi dans l'ordre qu'on veut. On a donc des chapitres purement historiques (qui auraient mérité d'être développés un peu plus, c'est parfois un peu léger mais bon...) auxquels succèdent des chapitres sur l'organisation politique et sociales, l'économie, la religion, les arts... Il est donc très facile de retrouver une information dans ce genre de guide, d'autant plus qu'en fin d'ouvrage on retrouve plusieurs index (général, par personne, par lieu), des notices biographiques et bien sûr une bonne bibliographie sur le sujet.

_________________
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire de la Chine
Message Publié : 21 Oct 2008 10:52 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 24 Avr 2008 9:11
Message(s) : 6
Localisation : paris
Bonjour,
un très bon livre pour commencer à comprendre comment arriva la décadence de la chine jusqu'à son ouverture sous Deng Xiaoping:
- John King Fairbank :La grande révolution chinoise 1800-1989

il raconte très bien la condition de vie "féodale" des masses laborieuses, les différentes révoltes (les taipings sont très intéressants, mélange de christianisme et de confucianisme), l'arrivée des nouvelles idée occidentales, et enfin la création d'une révolution paysanne .
de plus, sa lecture est agréable car bien traduit en français.

sinon, il est affligeant de remarquer a quel point il est difficile trouver de bon livre en français sur les civilisations loin de nous... que font les traducteurs?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Mars 2009 20:10 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Parution d'un Dictionnaire de l'Inde chez Larousse:

http://www.editions-larousse.fr/Service ... l_Inde.pdf

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2009 13:47 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 04 Avr 2005 12:44
Message(s) : 70
Localisation : Bibliothèque de l'Université Invisible, Ankh-Morpork
Je signale l'excellent ouvrage de Laurent Deshayes intitulé Tibet (1846-1952) : les missionnaires de l'impossible et édité chez Les Indes Savantes en 2008.
Image

Dans cet ouvrage, Laurent Deshayes nous amène dans le Kham, le Tibet oriental, et nous présente les efforts désespérés des missionnaires français de la Société des Missions Étrangères de Paris (SMEP) pour s'y installer et répandre la bonne parole. Le pari était d'autant plus difficile que la situation locale et même internationale n'a jamais réellement été propice. Lorsque les missionnaires arrivent, il leur faut d'abord passer à travers les mailles du filet chinois qui tente de les bloquer dans les territoires contrôlés par les Européens puis atteindre les Marches tibétaines. Celles-ci sont divisées en une myriade de petites royaumes, principautés et seigneuries souvent opposées les unes aux autres. Théoriquement elles relèvent toutes soit de la Chine, soit du Tibet, mais en pratique elles agissent le plus souvent en toute indépendance, les représentants chinois n'étant généralement présents que pour arbitrer les différends entre Chinois ou entre Chinois et Tibétains, leur autorité étant des plus incertaine. De même, les efforts de centralisation croissante de Lhassa se heurtaient à une farouche volonté d'indépendance : si le Dalaï-lama était universellement respecté en tant que personnage religieux, son influence politique était souvent rejetée.

_________________
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juin 2009 17:03 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Parution à la rentrée aux Belles Lettres:

Image

Citer :
Le Royaume ermite, tel était au XIXe siècle le nom donné à la Corée par les Occidentaux qui ne pouvaient y pénétrer. Y régnait toutefois une dynastie, alors vieille de plus de quatre siècles, qui avait choisi le confucianisme comme idéologie et édifié selon ses conceptions un état original, le Choson.
Le livre trace un tableau de l'histoire, de la société, de la culture de ce pays sur une période de cinq siècles (1392-1897). Si l’influence de la Chine est très présente, ne serait-ce que par la langue écrite officielle qui est le chinois classique, le royaume garde une particularité marquée, un mode de vie original qui se reflète dans la demeure ou l’habillement. Il surprend aussi par une réalité sociale étonnante, l’importance de l’esclavage et l’existence d’une aristocratie tout à la fois instruite, riche et puissante.
Il est abusif, et il peut être fâcheux, de confondre Coréens et Chinois ou Coréens et Japonais. Ce livre cherche à éviter pareille méprise et à rendre une profondeur historique à un pays et à une culture encore négligée en France.


SOMMAIRE:
Avant-propos et mode d'emploi du guide

La Corée du Chosŏn

I- L'histoire
Durant cinq siècles, en dépit des drames et des transformations, le pays vit dans un cadre d'une grande stabilité, charpenté par une idéologie apparemment consensuelle qui imprègne tout peu à peu. Dans le même temps, pour vivre en paix, il cherche à s’isoler de ses voisins et du monde.

II- L’espace
Le royaume s’inscrit dans un monde où la Chine occupe le centre et la place dominante ; en dehors de ses relations avec son suzerain les contacts sont volontairement très limités. Le pays tend à vivre en autarcie comme ses communautés rurales, cela en fait un espace fermé comme le sont ses villes et ses administrations enceintes de murs.

III- La société
À la différence de ses voisins, Chine et Japon, l’esclavage joue un rôle important dans une société hiérarchisée, fondamentalement rurale, où la classe dirigeante possède tout à la fois le savoir, le pouvoir et la fortune et où les possibilités de mobilité sociale sont extrêmement limitées.

IV- L’organisation politique
Le Chosŏn est un État bureaucratique régi par des lois écrites, administré par une bureaucratie elle-même minutieusement réglementée. Tôt organisée, cette administration n’a guère varié dans sa conception et dans sa structure.

V- La vie économique
L’économie repose, aussi bien matériellement qu’idéologiquement, sur l’agriculture destinée à fournir les denrées de base. Dans ce système, l’artisanat et le commerce qu’il faut étroitement surveiller faute de pouvoir s’en passer, sont relégués dans une position subalterne. Cependant les guerres japonaises et mandchoues ont provoqué un ébranlement qui mène à des changements.

Le Coréen

VI- Le temps
Le calendrier tout comme la dénomination du temps ou nombre de conceptions de la vie et de la mort portent la marque profonde de la culture chinoise.

VII- Les croyances, la vie religieuse
Le confucianisme fonctionne comme une quasi-religion qui cherche à se substituer au chamanisme populaire et au bouddhisme rabaissé mais qui ne parvient souvent qu’à transformer les rites en l’honneur des nombreuses divinités.

VIII- Les lettres
Penser et parler dans une langue, écrire dans une autre, constituent une situation paradoxale où l’élite lettrée vénère et imite le passé d’un pays auquel elle se soumet.

IX- Les arts et les techniques
Pour un aristocrate lettré, les arts relèvent de la manipulation du pinceau : la calligraphie, la composition de la poésie, certaines sortes de peinture. La musique et la danse sont liées aux rites ; l’architecture ou la céramique ressortit à l’artisanat. Les techniques sont subalternes.

X- La vie privée
La famille étendue joue un rôle fondamental et sa perpétuation est ressentie comme une obligation morale et sociale. La maison, l’habillement, le comportement furent de plus en plus modelés sur des critères confucéens.

Annexes

Repères biographiques : (par ordre alphabétique)

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Juil 2009 10:18 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Parution aux PUPS:

Image

La Royauté d’Oudong
Réformes des institutions et crise du pouvoir dans le royaume khmer du XVIIe siècle
Grégory Mikaelian

À la suite du traumatisme provoqué par la prise de leur capitale par les Thaïs, en 1594, les dynastes khmers refondent leurs institutions en adoptant les techniques de gouvernement des vainqueurs. Si, dans le premier xviie siècle, la mise en place d’une réforme médiatisée par des codes autorise un redressement spectaculaire de l’appareil d’État, elle entraîne de telles tensions politiques que le pays finit par sombrer dans la guerre civile au cours du second xviie siècle. En imposant un système d’encadrement rigide des hommes, la Couronne a contrarié les structures sociales autochtones préexistantes, déclenchant ainsi une crise structurelle du pouvoir. Fondé sur l’exploitation de 19 codes juridiques khmers du xviie siècle, restés jusqu’ici ignorés ou rarement étudiés, en raison d’une transcription itérative sur des supports périssables mettant en doute leur fiabilité, cet ouvrage met en évidence le fonctionnement politique des royautés post-angkoriennes.

Grégory Mikaelian est spécialiste d’Histoire moderne de la péninsule Indochinoise. Chargé de recherche au CNRS (Centre Asie du Sud-Est, UMR 8170), c’est son premier livre, tiré de sa thèse de doctorat. Il est par ailleurs co-auteur avec Saveros Pou, de Rāmakerti I – « La gloire de Rāma ». Drame épique médiéval du Cambodge (2007).

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Juil 2009 16:39 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Avr 2009 22:13
Message(s) : 9
Bonjour,
je m'intéresse actuellement à l'Antiquité asiatique (pas toute l'Asie seulement la partie est donc Asie de l'Est et Asie du Sud-Est) et je suis donc à la recherche de livres sur l'Antiquité chinoise, mongole, coréenne, japonaise, vietnamienne, indonésienne... voire un livre d'intro qui aborderait toute la partie Est de l'Asie d'un coup ! Mais malheureusement, je constate que les livres d'Histoire sur cette partie de l'Asie se cantonne bien souvent à l'ère moderne :(
J'en appelle donc à votre aide pour savoir si vous en connaitriez :) Dans ma grande détresse, les livres anglais m'intéressent également (s'ils sont un minimum accessible quand même lol )
Amicalement,
Axylin


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Juil 2009 19:21 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 04 Avr 2005 12:44
Message(s) : 70
Localisation : Bibliothèque de l'Université Invisible, Ankh-Morpork
Ça dépend ce que vous désignez par Antiquité asiatique. Si vous parlez de la période contemporaine de l'Antiquité gréco-romaine, je ne sais pas trop. Si vous parlez de l'époque "classique" de chaque civilisation, il y a toujours La Chine classique d'Ivan P. Kamenarovic paru aux Belles Lettres dans la collection Guides belles lettres des civilisations.
Image
Je ne l'ai pas lu, mais s'il est du même tonneau que les autres ouvrages de la collection, il doit fournir une bonne approche de la période. Vous pouvez aussi consulter les ouvrages sur le Viêtnam et les Khmers évoqués plus haut.

_________________
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juil 2009 9:35 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3211
Sur la Chine antique et médiévale, il faut noter la parution récente d'un livre dans la collection des manuels de l'Ecole du Louvre, toujours très pratique et complète. Apparemment un seconde volume va sortir qui débutera aux Song.

Image

Présentation de l'éditeur :

Citer :
Ce premier volume couvre la période ancienne de l'histoire et de l'art chinois, du Ve avant notre ère à la fin du 1er millénaire de la nôtre, en faisant la part belle à l'actualité : actualité des découvertes archéologiques, actualité des angles de vue, inspirés des travaux de sinologie et d'histoire sociale les plus récents. Le livre, dans la droite ligne des méthodes d'enseignement et de recherche de l'Ecole du Louvre, vise à mettre en lumière de manière vivante la nature, le sens et la valeur spécifique des créations, au sein de la civilisation qui les a portées. L'ouvrage, dans le schéma de la collection des " Manuels de l'Ecole du Louvre " riche désormais de plusieurs titres, présente d'abord une nécessaire introduction historique, un corpus de 100 notices : les pièces étudiées, souvent récemment découvertes, dont la connaissance et la compréhension sont indispensables, bénéficient d'une iconographie exceptionnelle fournie très majoritairement par les institutions chinoises, enfin une série de sections consacrées notamment à l'histoire des rencontres Orient-Occident, à des dossiers de cartes, de plans et de croquis, et à l'indispensable bibliographie comprenant les ressources électroniques disponibles sur Internet.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juil 2009 3:31 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Avr 2009 22:13
Message(s) : 9
Rincevent a écrit :
Ça dépend ce que vous désignez par Antiquité asiatique. Si vous parlez de la période contemporaine de l'Antiquité gréco-romaine, je ne sais pas trop. Si vous parlez de l'époque "classique" de chaque civilisation, il y a toujours La Chine classique d'Ivan P. Kamenarovic paru aux Belles Lettres dans la collection Guides belles lettres des civilisations.
Image
Je ne l'ai pas lu, mais s'il est du même tonneau que les autres ouvrages de la collection, il doit fournir une bonne approche de la période. Vous pouvez aussi consulter les ouvrages sur le Viêtnam et les Khmers évoqués plus haut.


En fait je parle de la période commençant avec l'arrivée de l'écriture chez ces civilisations asiatiques à environ -200 av. JC (qui est considéré d'après ce que j'ai pu lire comme la fin de l'Antiquité asiatique avec, entre autres, le début de l'ère impériale chinoise) :)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juil 2009 9:17 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3211
Dans ce cas l'ouvrage dont j'ai donné la référence dernièrement devrait vous intéresser. Sinon il y a toujours le premier tome du Monde chinois de Gernet réédité en poche récemment, qui lui aussi va jusqu'aux Tang. Le seul livre en français couvrant spécifiquement la période qui vous intéresse est La Chine Antique, de E. Steens, daté de 1989 et aujourd'hui épuisé, dont je n'ai jamais su trop quoi penser de la qualité, n'étant pas un grand connaisseur du sujet. Après si vous avez accès à une bonne bibliothèque ou bien beaucoup d'argent à dépenser, vu que vous êtes anglophone il reste la Cambridge History of Ancient China. Après pour des ouvrages moins chers en anglais, je ne sais pas, je vérifierai.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juil 2009 13:50 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Avr 2009 22:13
Message(s) : 9
Zunkir a écrit :
Dans ce cas l'ouvrage dont j'ai donné la référence dernièrement devrait vous intéresser. Sinon il y a toujours le premier tome du Monde chinois de Gernet réédité en poche récemment, qui lui aussi va jusqu'aux Tang. Le seul livre en français couvrant spécifiquement la période qui vous intéresse est La Chine Antique, de E. Steens, daté de 1989 et aujourd'hui épuisé, dont je n'ai jamais su trop quoi penser de la qualité, n'étant pas un grand connaisseur du sujet. Après si vous avez accès à une bonne bibliothèque ou bien beaucoup d'argent à dépenser, vu que vous êtes anglophone il reste la Cambridge History of Ancient China. Après pour des ouvrages moins chers en anglais, je ne sais pas, je vérifierai.


Et bien merci beaucoup :)
Vu le prix du livre anglais je pense toutefois me tourner vers le livre de Gernet et pourquoi pas, plus tard, vers le livre de Steens en approfondissement :P

Sinon, connaissez d'autres livres sur cette même période concernant les autres pays d'Extrême-Orient (Corée et Mongolie surtout) ?
En tout cas, je vous remercie de vos réponses précédentes :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juil 2009 15:39 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3211
Sur la Corée il y a cet ouvrage intéressant : Hyung Il Pai, Constructing "Korean" Origins: A Critical Review of Archaeology, Historiography, and Racial Myth in Korean State Formation Theories, Harvard, 2001. Il s'agit en fait d'une critique de l'approche des origines de la Corée par des spécialistes nationalistes qui vont chercher l'ethnie coréenne là où il n'y a pas lieu de le faire tout ça pour mieux l'ancrer dans le territoire qu'elle peuple actuellement. Quoi qu'il en soit, à ma connaissance l'étude de la Corée de cette période est peu avancée. Si vous voulez une vue d'ensemble des régions d'Asie orientale durant le dernier millénaire avant notre ère, le mieux est encore de se tourner vers les deux volumes correspondants à cette période dans la collection l'Histoire de l'humanité de l'Unesco, malgré leur ancienneté ils restent fort pratiques.

Sinon sur l'Asie du sud-est il y a : Charles Higham, The Bronze Age of Southeast Asia, Cambridge (Mass.), 1996 ; je ne l'ai jamais lu mais je connais la référence.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 84 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB