A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Oct 2018 2:46

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 142 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 16 Nov 2016 12:36 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6855
Au petit matin à l'école où va mon père, un gamin arrive et dit, l'air pas bien dans son assiette : "J'ai vu deux grosses buches près de la ferme des... mettons Dupont."

C'est une ferme un peu à l'écart, le long de la départementale. L'instit demande au maire d'envoyer quelqu'un voir ce qui se passe. On y trouve les corps d'un couple. Selon toute probabilité, ils ont été abattus par des "résistants" venus du sud-ouest, qui ont demandé leur chemin très tôt au village.

Pour quelle raison ? On ne le saura jamais. Sans doute du genre : " Vous avez payé à boire aux Allemands en pleine débandade" ou alors un ragot de village les décrivant comme collabos.

Les FFI assassins montaient rejoindre une unité constituée, sur le front.

Le fils de ce couple, comme tous les gars du village, combattait déjà contre la poche de Colmar avec l'armée de Lattre.

Un épisode inaperçu - allez donc retrouver les coupables, et avec quelles preuves ? - qui montre que certains résistants avaient au minimum la haine des collabos, si ce n'est l'envie de tuer.

Cela se passait au début de l'hiver 44, en Côte d'Or, sur la route entre Champlite et Langres.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 12:48 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Il y avait un fort ressentiment de la population au sujet de ce qu'ils avaient subit durant les 4 années précédentes... Cela n’excuse rien, mais explique certaines choses.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 15:21 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1375
Narduccio a écrit :
Nier une réalité n'est jamais bon. A la fin de la SGM, il y a eu des excès de la part de résistants ou de pseudos-résistants (ceux que l'on a nommé les résistants de la 25ème heure). On ne peut nier ces faits. On peut expliquer qu'ils ont été limités pour diverses raisons.
Il ne faut pas nier la réalité, nous sommes d'accord. Oui, il y a eu des excès, des exécutions sommaires et des crimes crapuleux sous couvert de lutte contre l'occupant. Mais non, une femme qui s'était compromise avec des Allemands n'était pas systématiquement exécutée. Et non, la police ne torturait pas systématiquement les collabos arrêtés, surtout que les arrestations arbitraires, exécution sommaires et autres traitement inhumains étaient avant tout le fait d'éléments incontrôlés et non de la police officielle qui est passée de l'autorité de Vichy à celle du GPRF. Certes, elles était plus brutale que la police d'aujourd'hui, mais il ne faut pas la confondre avec la police allemande et la milice.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 17:49 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 17 Juin 2013 18:20
Message(s) : 527
Barbetorte a écrit :
Narduccio a écrit :
Nier une réalité n'est jamais bon. A la fin de la SGM, il y a eu des excès de la part de résistants ou de pseudos-résistants (ceux que l'on a nommé les résistants de la 25ème heure). On ne peut nier ces faits. On peut expliquer qu'ils ont été limités pour diverses raisons.
Il ne faut pas nier la réalité, nous sommes d'accord. Oui, il y a eu des excès, des exécutions sommaires et des crimes crapuleux sous couvert de lutte contre l'occupant. Mais non, une femme qui s'était compromise avec des Allemands n'était pas systématiquement exécutée. Et non, la police ne torturait pas systématiquement les collabos arrêtés, surtout que les arrestations arbitraires, exécution sommaires et autres traitement inhumains étaient avant tout le fait d'éléments incontrôlés et non de la police officielle qui est passée de l'autorité de Vichy à celle du GPRF. Certes, elles était plus brutale que la police d'aujourd'hui, mais il ne faut pas la confondre avec la police allemande et la milice.


Il y a torture et torture. Je n'ai nullement confondu les mauvais traitements ou tortures de la police française avec les tortures de la Gestapo et de la Milice (desquelles je n'ai pas dit un mot). La police française n'arrachait pas les ongles, ne mutilait pas. Mais j'ai lu (je crois me souvenir que c'est notamment dans le livre de Gille Perrault sur Roland Farjon, "La longue traque", mais je me trompe peut-être) que la police française "malmenait les collabos de façon systématique et encore plus musclée qu'elle ne malmenait les malfaiteurs [je me cite].

Hortense Larcher ne s'est pas seulement "compromise" avec les Allemands. Dans une toute petite ville elle a eu une liaison affichée avec le chef de la Gestapo locale, coupable d'avoir torturé à mort, à un endroit où la résistance a été très active, où un officier allemand a été abattu et où des otages ont été exécutés. Je trouve invraisemblable (mais je me trompe peut-être - je ne demande qu'à m'instruire) qu'elle ne soit pas boycottée par toute la société locale, qu'elle puisse faire ses courses tranquillement, qu'elle puisse se balader en ville comme si de rien n'était. Et je trouve même peu vraisemblable qu'elle ne soit pas en taule. Elle pourrait avoir quitté Villeneuve. Mais, à Villeneuve même, il me semble peu vraisemblable qu'elle ne soit pas incarcérée et interrogée par la police sur Müller.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 18:15 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 2033
Bonjour

Je lis que nombre d'entre vous sont passionnés par cette série. Pour ma part, je n'ai jamais réussi à "rentrer" dedans.
Très certainement parce que ça fait trop "série".

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 20:09 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1899
Hugues de Hador a écrit :
Bonjour

Je lis que nombre d'entre vous sont passionnés par cette série. Pour ma part, je n'ai jamais réussi à "rentrer" dedans.
Très certainement parce que ça fait trop "série".


Je ne dirais pas que je suis "passionné" par cette série mais je trouvais le concept "une saison par année" intéressant. De plus, et jusqu'aux épisodes récents (à l'exception et comme le dit Daniel dans son message, de la "geste" de la milice lors de la saison précédente), je trouvais les personnages bien campés, les situations sans trop d'exagération et dans l'ensemble un bon "rendu" de la période.
Je ne doute pas bien sûr qu'il y ait eu des exactions à la libération, et d'ailleurs pas toujours commises par ceux que l'on pourraient comprendre, sinon excuser. Mais là n'est pas le problème. On voit d'ailleurs fort peu d'excès et le fait de fusiller quelques miliciens ne me semble pas si "choquant" que cela (aïe, le politiquement correct!). On voit aussi quelques femmes tondues mais pas davantage... Bref, une populace en colère et avide de vengeance mais qui "modère" ses excès.
Par contre, la façon dont sont traités le procès de l'ancien maire et du sous-préfet, puis l'exécution de ce dernier me semblent très complaisantes. Même l'ex-policier (Marchetti?) nous semble tout à coup presque sympathique, enfermé qu'il est dans sa cellule à attendre son exécution. On ne voit plus que des pauvres types qui s'acharnent à faire fonctionner le système parce qu'ils ne connaissent que ça mais qui ne sont pas plus méchants que d'autres après tout...
Je ne pense pas qu'on se soit trouvé d'un côté ou de l'autre "par hasard", je ne pense pas qu'on coche des noms sur une liste pour "en sauver" d'autres et je ne pense pas non plus qu'un système, quel qu'il soit, puisse être une excuse à la torture et au crime de masse. Je veux bien m'apitoyer sur le sort de tel ou tel individu à condition que sa culpabilité soit mise en évidence. Ce genre de sujet a été magistralement traité par Louis Malle dans "Lacombe Lucien" mais là, ce n'est pas le cas.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 20:29 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1375
jovien a écrit :
Il y a torture et torture. Je n'ai nullement confondu les mauvais traitements ou tortures de la police française avec les tortures de la Gestapo et de la Milice (desquelles je n'ai pas dit un mot). La police française n'arrachait pas les ongles, ne mutilait pas. Mais j'ai lu (je crois me souvenir que c'est notamment dans le livre de Gille Perrault sur Roland Farjon, "La longue traque", mais je me trompe peut-être) que la police française "malmenait les collabos de façon systématique et encore plus musclée qu'elle ne malmenait les malfaiteurs [je me cite].

Hortense Larcher ne s'est pas seulement "compromise" avec les Allemands. Dans une toute petite ville elle a eu une liaison affichée avec le chef de la Gestapo locale, coupable d'avoir torturé à mort, à un endroit où la résistance a été très active, où un officier allemand a été abattu et où des otages ont été exécutés. Je trouve invraisemblable (mais je me trompe peut-être - je ne demande qu'à m'instruire) qu'elle ne soit pas boycottée par toute la société locale, qu'elle puisse faire ses courses tranquillement, qu'elle puisse se balader en ville comme si de rien n'était. Et je trouve même peu vraisemblable qu'elle ne soit pas en taule. Elle pourrait avoir quitté Villeneuve. Mais, à Villeneuve même, il me semble peu vraisemblable qu'elle ne soit pas incarcérée et interrogée par la police sur Müller.
Là, je vous suis.

En ce qui concerne les cas similaires à celui d'Hortense Larcher, on les regardait bien sûr de travers. Il aurait été plus réaliste de lui faire quitter la région et lui faire refaire sa vie en un lieu où l'on n'avait jamais entendu parler d'elle.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 21:04 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1850
cush a écrit :
Hugues de Hador a écrit :
Bonjour

Je lis que nombre d'entre vous sont passionnés par cette série. Pour ma part, je n'ai jamais réussi à "rentrer" dedans.
Très certainement parce que ça fait trop "série".


Je ne dirais pas que je suis "passionné" par cette série mais je trouvais le concept "une saison par année" intéressant. De plus, et jusqu'aux épisodes récents (à l'exception et comme le dit Daniel dans son message, de la "geste" de la milice lors de la saison précédente), je trouvais les personnages bien campés, les situations sans trop d'exagération et dans l'ensemble un bon "rendu" de la période.
Je ne doute pas bien sûr qu'il y ait eu des exactions à la libération, et d'ailleurs pas toujours commises par ceux que l'on pourraient comprendre, sinon excuser. Mais là n'est pas le problème. On voit d'ailleurs fort peu d'excès et le fait de fusiller quelques miliciens ne me semble pas si "choquant" que cela (aïe, le politiquement correct!). On voit aussi quelques femmes tondues mais pas davantage... Bref, une populace en colère et avide de vengeance mais qui "modère" ses excès.
Par contre, la façon dont sont traités le procès de l'ancien maire et du sous-préfet, puis l'exécution de ce dernier me semblent très complaisantes. Même l'ex-policier (Marchetti?) nous semble tout à coup presque sympathique, enfermé qu'il est dans sa cellule à attendre son exécution. On ne voit plus que des pauvres types qui s'acharnent à faire fonctionner le système parce qu'ils ne connaissent que ça mais qui ne sont pas plus méchants que d'autres après tout...
Je ne pense pas qu'on se soit trouvé d'un côté ou de l'autre "par hasard", je ne pense pas qu'on coche des noms sur une liste pour "en sauver" d'autres et je ne pense pas non plus qu'un système, quel qu'il soit, puisse être une excuse à la torture et au crime de masse. Je veux bien m'apitoyer sur le sort de tel ou tel individu à condition que sa culpabilité soit mise en évidence. Ce genre de sujet a été magistralement traité par Louis Malle dans "Lacombe Lucien" mais là, ce n'est pas le cas.
Je lisais les commentaires relatifs à ce topic, concernant une série que je n'ai jamais regardée, et m'est venu à l'esprit ce film de Louis Malle, et j'allais justement en parler (comme quoi !) :

Image

Louis Malle a dû essuyer moult critiques concernant son film parce qu'il eut le "malheur" de ne pas présenter une vision simple/simpliste et "propre" de l'Occupation (le bon et les méchants etc. et c'est d'ailleurs le titre d'un film de Claude Lelouch sur le même sujet !) : effectivement, le film est "troublant" parce qu'il est ambiguë. Il était difficile d'accepter cette interprétation d'une des périodes les plus sombres de l'Histoire de France (et encore proche).

http://www.ina.fr/video/I04321481

Personnellement, un des plus grands films sur l'Occupation, avec "L'Armée des Ombres" (Melville) et "Monsieur Klein" (Losey), avec un Delon magistral, et cette scène d'intro, froide et impitoyable, qui résume en 3 minutes toute l'horreur de cette période (parce qu'il n'y a pas besoin de ce pathos insupportable d'un film comme "La Rafle").

PS : L'acteur principal de "Lacombe Lucien" se tuera à 20 ans dans un accident de bagnole. Quel destin !

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Nov 2016 23:39 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 17 Juin 2013 18:20
Message(s) : 527
cush a écrit :
Hugues de Hador a écrit :
Bonjour

Je lis que nombre d'entre vous sont passionnés par cette série. Pour ma part, je n'ai jamais réussi à "rentrer" dedans.
Très certainement parce que ça fait trop "série".


Par contre, la façon dont sont traités le procès de l'ancien maire et du sous-préfet, puis l'exécution de ce dernier me semblent très complaisantes. Même l'ex-policier (Marchetti?) nous semble tout à coup presque sympathique, enfermé qu'il est dans sa cellule à attendre son exécution. On ne voit plus que des pauvres types qui s'acharnent à faire fonctionner le système parce qu'ils ne connaissent que ça mais qui ne sont pas plus méchants que d'autres après tout...
Je ne pense pas qu'on se soit trouvé d'un côté ou de l'autre "par hasard", je ne pense pas qu'on coche des noms sur une liste pour "en sauver" d'autres et je ne pense pas non plus qu'un système, quel qu'il soit, puisse être une excuse à la torture et au crime de masse. Je veux bien m'apitoyer sur le sort de tel ou tel individu à condition que sa culpabilité soit mise en évidence. Ce genre de sujet a été magistralement traité par Louis Malle dans "Lacombe Lucien" mais là, ce n'est pas le cas.


Le sous-préfet, dans les épisodes précédents, est apparu comme pleinement coupable. Quant à Marchetti, il est apparu comme archi-coupable. De même Müller.
.Je trouve que c'est une force de la série que de nous montrer qu'un assassin est aussi un homme, avec des traits attachants. Marchetti, on a déjà vu avec Rita qu'une femme pourrait l'aimer, Müller est intelligent et séduisant, quant au sous-préfet, c'est au moment du procès qu'il révèle de la dignité et du courage.
Pourquoi vouloir présenter un assassin sous un jour odieux en tout ?

Lacombe Lucien, je trouvais que c'était de la provoc de Louis Malle, une de plus. Son collabo membre de la police allemande torturait des résistants en toute innocence, comme s'il ne savait pas qu'il faisait quelque chose de mal, ou en tout cas de contesté. Il était totalement implausible.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Nov 2016 11:06 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1899
Je n'ai pas la même lecture mais au moins ça permet le débat!
Je rejoins Robert Spierre pour "M Klein" qui montre la déportation sous un jour glacé, sans fausse pudeur mais aussi sans sentiment inutiles. Magnifique film.
Pour revenir à cette série, le fait de montrer que les collabos sont aussi des êtres humains n'est pas choquant en soi bien sûr mais il y a deux points qui me posent problème: dans ces derniers épisodes, ils apparaissent comme des "salauds" par hasard, si ce n'est par accident. Si l'autorité avait été du bon côté, ils auraient été des héros et ce n'est pas du tout la vision que j'ai de l'époque comme je le dis dans mon mail. Ceux qui étaient à Londres n'y étaient pas "par hasard" et ceux qui ont résisté ne l'ont pas fait non plus par hasard. Collaborer, ça a d'abord été un choix et on peut peut-être l'expliquer et le comprendre dans les toutes premières semaines de Vichy. Mais dès la mise en œuvre des lois anti-juives et autres, ce choix n'est tout simplement plus défendable. Laisser entendre que ces hommes (le sous-prefet, l'ancien maire, le flic) sont tout simplement pris dans une mécanique et deviennent des salauds parce qu'ils choisissent de servir l'état "légitime" n'est à mon sens pas vrai. Ils deviennent et sont des salauds parce qu'ils cautionnent les lois raciales, la répression à tout va, le déni de toute justice équitable. Lors du procès, les remarques ironiques de Muller remettent au même plan les accusés et les juges. Servier montre effectivement une certaine dignité et un certain courage et le maire toute son humanité.
Ajoutez qu'en parallèle, Schwarz qui a eu un comportement plus qu'honorable replonge dans des magouilles plus ou moins nauséabondes avec son ex, le jeune chef du maquis fait l'aveu de sa faiblesse et même de sa lâcheté lors de l'assaut, que les communistes sont montrés sous un jour douteux, Bériot et le préfet s'adonnent aux petits jeux de la magouille politique... Bref, les gentils d'hier sont les "pourris" de demain et les "pourris" d'hier ne sont finalement que des hommes trahis par leur besoin de "faire au mieux"...
C'est ce discours, dans une série pour tous, et sans autre explication (et il faudrait des heures!) que je conteste.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Nov 2016 11:25 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
cush a écrit :
Collaborer, ça a d'abord été un choix et on peut peut-être l'expliquer et le comprendre dans les toutes premières semaines de Vichy. Mais dès la mise en œuvre des lois anti-juives et autres, ce choix n'est tout simplement plus défendable. Laisser entendre que ces hommes (le sous-prefet, l'ancien maire, le flic) sont tout simplement pris dans une mécanique et deviennent des salauds parce qu'ils choisissent de servir l'état "légitime" n'est à mon sens pas vrai. Ils deviennent et sont des salauds parce qu'ils cautionnent les lois raciales, la répression à tout va, le déni de toute justice équitable. Lors du procès, les remarques ironiques de Muller remettent au même plan les accusés et les juges. Servier montre effectivement une certaine dignité et un certain courage et le maire toute son humanité.


Il y a des gens qui se sont laissés porter par l'habitude, qui ont continué leurs vies "comme avant". Et effectivement, leur comportement à été jugé incompréhensible par bien d'autres contemporains. Par exemple, lors de la remontée de la vallée du Rhône, un général à la surprise de voir débarquer 2 officiers français qui expliquent qu'ils font partie de l'armée d'armistice, on les avait cantonnés dans la région. Une partie de leurs hommes ont déserté, certains pour rejoindre les maquis, d'autres la milice, eux avaient continué à faire partie de l'armée et à obéir aux ordres qu'ils ne recevaient plus. Et comme l'ancienne Autorité avait disparu et qu'apparemment la Première Armée représentait la nouvelle Autorité, ils venaient se mettre à disposition, prêts à servir...

Le général concerné les a renvoyés chez eux!

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Nov 2016 11:47 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1899
Narduccio a écrit :

Il y a des gens qui se sont laissés porter par l'habitude, qui ont continué leurs vies "comme avant". Et effectivement, leur comportement à été jugé incompréhensible par bien d'autres contemporains. Par exemple, lors de la remontée de la vallée du Rhône, un général à la surprise de voir débarquer 2 officiers français qui expliquent qu'ils font partie de l'armée d'armistice, on les avait cantonnés dans la région. Une partie de leurs hommes ont déserté, certains pour rejoindre les maquis, d'autres la milice, eux avaient continué à faire partie de l'armée et à obéir aux ordres qu'ils ne recevaient plus. Et comme l'ancienne Autorité avait disparu et qu'apparemment la Première Armée représentait la nouvelle Autorité, ils venaient se mettre à disposition, prêts à servir...

Le général concerné les a renvoyés chez eux!


D'accord avec vous, certains se sont laissés porter par l'habitude, la routine... Mais établir des listes, choisir des noms, organiser la déportation de citoyens à la seule raison de leur religion, ce n'est pas se laisser porter par l'habitude. C'est clairement faire le choix d'un nouveau système basé sur des règles et des lois fondamentalement (au sens premier) différentes de celles du système précédent. Je ne prétends pas établir de degré dans la culpabilité bien sûr mais il me semble qu'un Laborde qui ordonne à la flotte de se saborder plutôt que rallier est sans doute autant coupable mais moins criminel qu'un Servier qui couche des noms sur une liste d'otages à fusiller ou qui organise la déportation des juifs d'une petite ville de province.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Nov 2016 12:47 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 17 Juin 2013 18:20
Message(s) : 527
cush a écrit :
Pour revenir à cette série, le fait de montrer que les collabos sont aussi des êtres humains n'est pas choquant en soi bien sûr mais il y a deux points qui me posent problème: dans ces derniers épisodes, ils apparaissent comme des "salauds" par hasard, si ce n'est par accident. Si l'autorité avait été du bon côté, ils auraient été des héros et ce n'est pas du tout la vision que j'ai de l'époque comme je le dis dans mon mail. Ceux qui étaient à Londres n'y étaient pas "par hasard" et ceux qui ont résisté ne l'ont pas fait non plus par hasard. Collaborer, ça a d'abord été un choix et on peut peut-être l'expliquer et le comprendre dans les toutes premières semaines de Vichy. Mais dès la mise en œuvre des lois anti-juives et autres, ce choix n'est tout simplement plus défendable. Laisser entendre que ces hommes (le sous-prefet, l'ancien maire, le flic) sont tout simplement pris dans une mécanique et deviennent des salauds parce qu'ils choisissent de servir l'état "légitime" n'est à mon sens pas vrai. Ils deviennent et sont des salauds parce qu'ils cautionnent les lois raciales, la répression à tout va, le déni de toute justice équitable. Lors du procès, les remarques ironiques de Muller remettent au même plan les accusés et les juges. Servier montre effectivement une certaine dignité et un certain courage et le maire toute son humanité.
Ajoutez qu'en parallèle, Schwarz qui a eu un comportement plus qu'honorable replonge dans des magouilles plus ou moins nauséabondes avec son ex, le jeune chef du maquis fait l'aveu de sa faiblesse et même de sa lâcheté lors de l'assaut, que les communistes sont montrés sous un jour douteux, Bériot et le préfet s'adonnent aux petits jeux de la magouille politique... Bref, les gentils d'hier sont les "pourris" de demain et les "pourris" d'hier ne sont finalement que des hommes trahis par leur besoin de "faire au mieux"...
C'est ce discours, dans une série pour tous, et sans autre explication (et il faudrait des heures!) que je conteste.


Je ne suis pas d'accord avec vous pour Marchetti : il n'apparaît nullement comme un homme qui est devenu collabo par respect du pouvoir légal (même si c'est le discours qu'il tient quand il attend son exécution). Il apparaît nettement comme un assassin et je dirai, pour employer un mot vague, un psychopathe. C'est particulièrement le cas quand il conduit la fille avec laquelle il couche à se pendre. Et c'est ce que lui dit courageusement Mme Morhange quand il l'interroge : qu'il aime dégrader, tourmenter, avilir.

Comme je l'ai écrit, je trouve que n'est pas très plausible le fait que Jeannine Schwartz, collabo de première et veuve du maire ultra-collabo, passe au travers de l'épuration parce qu'au dernier moment elle a subventionné le maquis. Et effectivement, ça salit de façon peu plausible le camp des non-communistes. Le but de la série, là, évidemment, est de dramatiser.


A part ça, en général il y a quand même eu des gens qui sont devenus collabos par hasard, et d'autres résistants par hasard, je veux dire que, si pour beaucoup des uns et des autres il y avait une très grande logique dans leur choix, pour d'autres, ce qu'ils étaient permettait l'hésitation. Par exemple, tel pacifiste de gauche pouvait se laisser tenter par la collaboration, tel homme de droite anti-démocratique pouvait hésiter entre pétainisme et France libre, etc. Et évidemment des hésitations pour des causes non politiques. Tel homme était courageux, tel autre ambitieux, etc.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Nov 2016 13:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1375
cush a écrit :
Ce genre de sujet a été magistralement traité par Louis Malle dans "Lacombe Lucien" mais là, ce n'est pas le cas.
Les sujets de la série "Un village français" et du film "Lacombe Lucien" sont tout de même différents. "Un village français" est une oeuvre historique censée décrire la vie d'une localité sous l'occupation tandis que "Lacombe Lucien" est une étude de caractère. Louis Malle a choisi de faire vivre son personnage sous l'occupation, mais il aurait tout aussi bien en faire un petit caïd de banlieue contemporain. "Un village français" se veut représentatif d'une époque et de la population française, ce qui n'est pas le cas de "Lacombe Lucien", et je pense que c'est faire un mauvais procès à Louis Malle que de lui reprocher une certaine complaisance envers les "collabos". Je le pense d'autant plus que j'ai trouvé le personnage de Lacombe Lucien tout à fait détestable et que je l'aurais trouvé tout aussi détestable dans un autre contexte.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Nov 2016 13:55 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1886
cush a écrit :
un Laborde qui ordonne à la flotte de se saborder plutôt que rallier

Oui
et pour dissiper toute ambigüité, il ne se définissait pas comme un Anglophobe mais comme un Anglophage !!!

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 142 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB