A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Jan 2018 15:40

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Cezanne et moi
Message Publié : 09 Oct 2016 21:02 
En ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2354
Localisation : Versailles
Un sujet assez inhabituel : l'amitié d'un écrivain et d'un peintre, Zola et Cézanne , tout au long de leur vie. Je suis incapable de juger de la qualité du scénario mais j'ai beaucoup apprécié les costumes et les décors alors que les dialogues m'ont paru un peu trop contemporain, avec forces grossièretés !

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_g ... 33662.html

De façon assez inhabituelle en notre époque de politiquement correct, l'image de Zola n'est pas très positive ! Heureusement un petit message à la fin du film rappelle son engagement en faveur de justes causes !

Et comme le film est subventionné par la région Provence Alpes Côte d'Azur, il y a de très belles vues des paysages sous un ciel impeccablement bleu - il ne pleut jamais sur la méditerranée ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cezanne et moi
Message Publié : 10 Oct 2016 7:35 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2009 17:07
Message(s) : 427
Je l'ai vu il y a quelques jours. Pour résumer mon opinion, je trouve que c'est un film honnête et bien fait sans plus (au moins on ne s'ennuie pas). Au niveau du récit, c'est à la longue un peu fatigant car le scénario essaie d'éviter un récit trop linéaire en ayant recours à de fréquents "flash back" et à certains moments on n'est plus trop sûr de l'endroit où se situe telle ou telle scène (mais je ne sais pas si il aurait été plus intéressant de faire autrement)

Pour l'image, il y a une tentative (amha) de reconstituer par moment des paysages vus à travers la perception qu'on a des tableaux de Cézanne. D'où les couleurs saturées des ciels de Provence, la terre ocre presque rouge, etc... À d'autres moments il y a des tentatives de reconstitutions de l'atmosphère de tableaux d'autres peintres qu'avait fréquenté Cézanne (mention particulière aux bords de Marne et aux "canotiers" de Renoir...).

Pour le fond, c'est plus compliqué. Tout s'articule autour de la brouille de Cézanne avec Zola lors de la parution du roman "L'oeuvre" de ce dernier (en gros, Cézanne se considérait décrit comme un "raté" par Zola). Si on connait déjà un peu l'histoire de cette brouille, qu'on a lu le roman et des commentaires à ce sujet, il ne faut pas trop s'attendre à trouver beaucoup plus d'explications dans le film (qui hésite un peu entre l'aspect intello/didactique et le besoin de rester simple et accessible au grand public).

Juste pour donner mon point de vue sur le fond, ce que j'ai aimé dans le film c'est qu'il propose une vision amha honnête en renvoyant dos à dos les deux compères. La description de Zola n'est pas spécialement "à charge", simplement c'était un intello (honnête mais intello quand même) qui avait une amitié profonde et sincère pour Cézanne. Mais qu'il le veuille ou non, sur le fond Zola restait un bourgeois (libéral mais bourgeois quand même) qui s'était intégré naturellement dans la société de son époque. En peinture, il croyait sincèrement comprendre Cézanne mais qui pouvait vraiment comprendre à cette époque la vision d'un Cézanne (qui éclatait littéralement tous les codes de la peinture) ? Les arts des deux hommes étaient de nature trop différente et il aurait fallu que Zola soit lui même peintre (ou anarchiste :wink:) ou que Cézanne soit aussi romancier. D'où l'histoire d'une amitié déchirante de deux hommes qui ne se situaient pas sur un même plan, tant au niveau caractère qu'au niveau art. Et ce point ressort assez bien du film.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cezanne et moi
Message Publié : 10 Oct 2016 9:43 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 08 Mars 2009 21:18
Message(s) : 250
Localisation : Lutèce
Vu aussi ce week-end, et mon impression est plutôt positive. J'adhère complètement aux points énoncés ci-dessus, et j'ajoute quelques bémols : le personnage de Zola est joué par un acteur trop jeune pour incarner un tel géant : la maturité n'est pas qu'une histoire de barbe, d'embonpoint bourgeois et de lorgnons, et sur ce point, je trouve que Guillaume Canet est loin d'être le meilleur choix : j'aurais mieux vu un acteur de la stature d'un André Dussolier dans ses belles années pour un tel rôle. Gallienne, en personnage hirsute et mal dégrossi profondément attaché à Zola, est nettement mieux et ajoute à ses rôles ciné une performance dont il n'a pas à rougir. (Pierre Niney, lui aussi si fier de pouvoir ajouter "de la Comédie-Française" ne peut pas en dire autant). Chez Gallienne, un vrai homme de lettres à l'écran, cela se voit. Le film évite la caricature Tintin&Haddock (dans le sens, une amitié indéfectible entre un homme engagé et volontaire et un être torturé aux cheveux mal peignés), non sans écueil parce que le traitement de la carrière de Cézanne est assez léger.
Sur ce point dont je peux nettement plus parler, j'ai trouvé qu'il y avait assez peu d'éléments faisant référence à son évolution artistique en fonction de ses déplacements entre Paris et le Jas de Bouffan, dans sa Provence qui lui est chevillée au corps. L'accent est davantage mis sur l'impression visuelle connue du grand public dès qu'on prononce le nom de Cézanne : en gros, des pommes et une montagne, sans préciser laquelle (je ne me rappelle pas avoir entendu distinctement le nom de "Sainte-Victoire", ma mémoire me fait-elle défaut ?). Et on évite bien de s'interroger sur le sens de ses pommes par exemple. Rien sur le rôle de passeur de Cézanne vers la modernité du XXe et l'ouverture vers le Cubisme, dont Picasso et Braque feront leur beurre. On passe complètement sous silence la révolution plastique que cela représentait, en parallèle (et en opposition) avec l'Impressionnisme, de construire une peinture par le volume et non par la couleur. Les nus tubulaires (et révolutionnaires) de Cézanne, son appréhension de la perspective par des éléments qu'il qualifiait de "figures simples" sont littéralement absents de l'ensemble du film. Pourtant, on ne nous épargne pas les séances de nus et l'approche charnelle qu'en avait le peintre qui campe dans ces moments-là une vraie image d'Épinal d'artiste maudit. La citation de la fin, par le grand Matisse, ne rattrape pas hélas ce manque. L'oeuvre de Zola, dont de larges extraits sont cités, est nettement mieux traitée alors même que le beau rôle dans le film revient quand même à Cézanne.

_________________
"Je souhaite que les conquérants à venir apprennent à ne pas dépouiller les villes qu'ils soumettent, et à ne pas faire des calamités d'autrui l'ornement de leur patrie"

Polybe, Histoires, Livre IX (chap.3).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cezanne et moi
Message Publié : 10 Oct 2016 10:49 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2009 17:07
Message(s) : 427
Je suis aussi assez d'accord avec ce que vous dites. Pour l'âge et l'étoffe des acteurs (le casting :wink:), oui je pense que ça aurait pu être mieux mais je dirais que ça ne m'a pas franchement gêné (je préfère aussi l'interprétation de Galienne, mais celle de Canet m'a paru honorable).

Pour l'aspect du manque de présentation de la peinture de Cézanne et de son importance, c'est vrai que ça m'a un peu gêné mais surtout parce que ça faisait déséquilibré par rapport à Zola. Je crois que le problème du film est double. D'abord, il vise un grand public et doit donc être didactique et quelqu'un qui a priori ne connait ni Zola ni Cézanne doit pouvoir comprendre (ceci dit je pense pas que le titre l'attire :wink:).

Mais surtout, le sujet principal devait rester l'affrontement/amitié entre les deux hommes. La description du romancier était relativement facile à faire en quelques plans : on lui fait lire ou dire des extraits, tout le monde peut comprendre (et je pense que beaucoup plus de gens connaissent mieux Zola que Cézanne.

La vision du peintre aurait été nettement plus compliquée à traiter en ne prenant pas plus de temps. Comment par exemple faire comprendre rapidement à un spectateur pas spécialement amateur de peinture, le Cézanne précurseur du cubisme ? Il faudrait pour cela tout un film consacré uniquement à Cézanne (comme par exemple "Le mystère Picasso" de Clouzot ou plus romancé comme "La vie passionnée de Vincent Van Gogh" de Minelli).

Ceci dit (et c'est pour ça que je pense que ce n'est pas un très grand film) peut-être qu'un excellent metteur en scène s'appuyant sur un excellent scénario y serait arrivé. Mais là ils n'ont même pas essayé (ou peut-être les tentatives ont-elles été jugées mauvaises et coupées lors du montage).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB