A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Nov 2018 19:40

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : [Cinéma] Au revoir là-haut
Message Publié : 21 Oct 2018 19:26 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Jan 2008 12:56
Message(s) : 113
Localisation : France
Bonsoir à tous, je m'étonne qu'on n'ai pas ouvert de sujet ici à propos de ce film que j'ai visionné pour la première fois la semaine dernière.

Quel est votre avis, principalement sur le début du film où l'on assiste à une reconstitution d'une partie du champ de bataille de novembre 1918.

J'ai toujours tendance à penser, et ARLH me conforte dans cette idée, que les images d’Épinal sur la guerre de 14 avec les charges suicides, les officiers sanguinaires et la boucherie gratuite et insensée sont les seuls rengaines que l'on nous servira dans ce genre de films.

Le scénario du lieutenant, qui fait la loi dans son secteur (un simple lieutenant quand même! il n'a pas de capitaine au dessus ou d'adjoint chefs de sections a coté au pire? ) qui décide juste parce qu'il a entendu deux coups de feu sur ses hommes de lancer un assaut général soutenu par son artillerie, sans ordre de ses supérieurs? A quel moment est ce crédible?

De même la vue plongeante sur le no mans land en suivant le chien manque cruellement de cadavres, il est très propre ce front, et bien sec pour un neuf novembre 1918...

_________________
"Chacun fait à un moment ou à un autre de sa vie, sa rencontre avec l'Histoire" Pierre Miquel
http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.fr


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Oct 2018 20:59 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1702
Localisation : Vienne (86)
La qualité, et le réalisme, de ce film ne se juge pas à ce niveau. Il doit se juger au niveau du contexte social au lendemain de l’armistice. Il faut regarder la dimension patriotique d'après guerre, terriblement contradictoire, où on glorifie les morts pendant que l'on trouve les vivants pratiquement encombrants alors qu'ils ont eux aussi contribué à gagner la guerre.
La focalise ne se faisant pas sur ceux qui restent mais sur ceux qui ne sont plus, par conséquent le sentiment d'abandon est terrible.
Pour conclure le sordide ne se trouve pas là où on l'attend, entre deux ou trois officiers en plus, ou un no mans land avec ou sans cadavres il se trouve sur la capacité d'une société à faire, de ceux revenus de l'enfer, des invisibles.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Oct 2018 22:11 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Jan 2008 12:56
Message(s) : 113
Localisation : France
Je parlais des détails purement historiques, étant spécialiste de la première guerre mondiale, cette façon de présenter la guerre, une fois de plus dans un assaut complètement ubuesque, m'a choqué.

Sur le fond, l'histoire est belle, j'ai apprécié ce film, mais je regrette qu'on nous ressorte encore ce genre de vision purement "tactique" de la guerre de 14/18.

_________________
"Chacun fait à un moment ou à un autre de sa vie, sa rencontre avec l'Histoire" Pierre Miquel
http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.fr


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Oct 2018 8:12 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1702
Localisation : Vienne (86)
Molitor a écrit :
Je parlais des détails purement historiques, étant spécialiste de la première guerre mondiale, cette façon de présenter la guerre, une fois de plus dans un assaut complètement ubuesque, m'a choqué.


Oui je comprends ! et c'est toute la difficulté de l’exercice !
Faire coïncider une production littéraire avec des exigences cinématographiques, sans que l'un et l'autre ne soient dénaturés, est loin d'être simple.
Un Pradel flanqué d'un ou plusieurs subordonnés n'est plus ce magnifique salaud représentant la cupidité et le cynisme ultime, tout comme un front garni de cadavres ne représenterait pas le silence de ceux qui ne sont plus et l'absence de ceux qui s’appètent à revenir.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Oct 2018 8:49 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 622
Molitor a écrit :
Je parlais des détails purement historiques, étant spécialiste de la première guerre mondiale, cette façon de présenter la guerre, une fois de plus dans un assaut complètement ubuesque, m'a choqué.

Sur le fond, l'histoire est belle, j'ai apprécié ce film, mais je regrette qu'on nous ressorte encore ce genre de vision purement "tactique" de la guerre de 14/18.


C'est la différence entre film et documentaire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Oct 2018 13:17 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 16 Juin 2011 9:30
Message(s) : 58
Molitor a écrit :
Le scénario du lieutenant, qui fait la loi dans son secteur (un simple lieutenant quand même! il n'a pas de capitaine au dessus ou d'adjoint chefs de sections a coté au pire? ) qui décide juste parce qu'il a entendu deux coups de feu sur ses hommes de lancer un assaut général soutenu par son artillerie, sans ordre de ses supérieurs?

Je n'ai pas vu le film que vous évoquez, mais j'ai pensé exactement la même chose en voyant très récemment "Capitaine Conan" de Bertrand Tavernier, où le lieutenant Conan (dans la 1ère moitié du film) m'a paru très "autonome", sans chefs à proximité.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Oct 2018 15:52 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1913
Stavrog a écrit :
j'ai pensé exactement la même chose en voyant très récemment "Capitaine Conan" de Bertrand Tavernier, où le lieutenant Conan (dans la 1ère moitié du film) m'a paru très "autonome", sans chefs à proximité.

Oui, mais plausible s'agissant d'un chef de commando de nettoyeurs (un peu à part par rapport aux autres chefs de section)
Autre horreur filmée montrant 1418 n'importe comment : Le Collier Rouge (Cluzet)

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Oct 2018 20:56 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1702
Localisation : Vienne (86)
bourbilly21 a écrit :
Stavrog a écrit :
j'ai pensé exactement la même chose en voyant très récemment "Capitaine Conan" de Bertrand Tavernier, où le lieutenant Conan (dans la 1ère moitié du film) m'a paru très "autonome", sans chefs à proximité.

Oui, mais plausible s'agissant d'un chef de commando de nettoyeurs (un peu à part par rapport aux autres chefs de section)
Autre horreur filmée montrant 1418 n'importe comment : Le Collier Rouge (Cluzet)


Il me semble que Darnan était un nettoyeur des tranchées !

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Oct 2018 7:36 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1913
nico86 a écrit :
Il me semble que Darnand était un nettoyeur des tranchées !

à vérifier mais je ne crois pas,
excellent volontaire pour mener avec succès des patrouilles et coup de main chez l'ennemi en ramenant des prisonniers, çà oui !

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Oct 2018 12:04 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Jan 2008 12:56
Message(s) : 113
Localisation : France
bourbilly21 a écrit :
Stavrog a écrit :
j'ai pensé exactement la même chose en voyant très récemment "Capitaine Conan" de Bertrand Tavernier, où le lieutenant Conan (dans la 1ère moitié du film) m'a paru très "autonome", sans chefs à proximité.

Oui, mais plausible s'agissant d'un chef de commando de nettoyeurs (un peu à part par rapport aux autres chefs de section)
Autre horreur filmée montrant 1418 n'importe comment : Le Collier Rouge (Cluzet)


Oui et la hiérarchie est très présente autour de lui dans le film avec Bernard le Coq qui joue de Sève, Berléand qui joue le chef de bataillon, et même s'il ne leur montre pas bcp de respect, il leur rend des comptes. Dans ARLH, Pradel est seul dans son PC, il gère (au moins, et en voyant l'assaut, on dirait un bataillon) une compagnie et sans officier avec lui...

_________________
"Chacun fait à un moment ou à un autre de sa vie, sa rencontre avec l'Histoire" Pierre Miquel
http://www.notrehistoire-mamemoire.blogspot.fr


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Oct 2018 12:32 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 13 Avr 2006 23:08
Message(s) : 336
Localisation : Haute-Vienne
Citer :
J'ai toujours tendance à penser, et ARLH me conforte dans cette idée, que les images d’Épinal sur la guerre de 14 avec les charges suicides, les officiers sanguinaires et la boucherie gratuite et insensée sont les seuls rengaines que l'on nous servira dans ce genre de films.

Le scénario du lieutenant, qui fait la loi dans son secteur (un simple lieutenant quand même! il n'a pas de capitaine au dessus ou d'adjoint chefs de sections a coté au pire? ) qui décide juste parce qu'il a entendu deux coups de feu sur ses hommes de lancer un assaut général soutenu par son artillerie, sans ordre de ses supérieurs? A quel moment est ce crédible?

De même la vue plongeante sur le no mans land en suivant le chien manque cruellement de cadavres, il est très propre ce front, et bien sec pour un neuf novembre 1918...


Parce qu'un film n'est pas et n'a pas vocation à être un documentaire ou un essai historique.

En particulier ce film... parce qu'il a un message à faire passer, et quel message! Ce n'est en outre pas un film sur la guerre mais sur ses conséquences et leurs aspects sociaux. J'avais lu avec stupeur quelque chose sur les trafics de cadavres et de cercueils à la sortie de la guerre, ce qu'avait représenté le business des monuments (qui a permi à certains de s'enrichir une deuxième fois sur le dos des morts) aux morts qui renforcent encore l'inhumanité de cette guerre. Et j'ai trouvé ça très pertinent de le montrer à l'écran (même si cet officier sanguinaire reconverti en homme d'affaire sans scrupules, mauvais sur tous les points, est très caricatural et aurait mérité un chouillas de nuances).

Comme déjà dit, la guerre a été une période si difficile qu'on a voulu mettre sous le tapis ses aspects les plus dérangeants après guerre. C'est intéressant d'en parler.

Un film, comme toute oeuvre d'art, n'a pas à se soucier de l'objectivité et de la rigueur scientifique de l'historien, ce n'est pas son but ni son propos.

Les erreurs historiques sont bien plus dérangeantes quand elles sont involontaires ou plus généralement quand elles sont des clichés utilisés sans raisons et qui n'ont pas été réinterprétés (ici le cliché de l'assaut suicide et de l'officier sanguinaire sont utilisés sciemment.... et si c'est un cliché, il n'est pas totalement faux non plus! (il me vient en mémoire les attaques inutiles du Chemin des dames ou de la Somme (alors que les années précédentes avaient montré le prix et l'inutilité de tels assauts), ou celui qui donna lieu aux exécutions de Flirey)... Que ces hommes ont été méprisés et sacrifiés sans état d'âme durant 4 ans, et avec peu d'égard voire du mépris pour ceux qui en sont revenus avec des séquelles. Que ce passage soit réaliste ou non, il incarne cet aspect de la Grande Guerre). Par exemple, les clichés sur certaines périodes (Moyen Age) ou groupes (les pirates du XVIIIème siècle) sont souvent des idées reçues dues à une ignorance généralisée sur ces sujets ou à une volonté mercantile de conforter le public dans ses clichés.

Ici, c'est certes un cliché, mais il est utilisé pour une raison.

J'ai en tous cas trouvé ce film assez beau et poétique, touchant également (le sort des gueules cassées m'a toujours fortement ému), cinématographiquement bien réalisé, et j'aime beaucoup Dupontel.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB