A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 24 Avr 2018 6:06

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 26 Juil 2017 21:50 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2524
Localisation : Versailles
Le débat sur le cinéma de propagande a conduit à évoquer" l'armee des ombres" de Melville. Largement apprécié de nos jours ce film n'a pas été bien accueilli. S'agissait il d'un film gaulliste ? Était il décalé par rapport à l'ambiance post 68 ?

Pour lancer le débat, je propose de partir de cette analyse :
https://www.avoir-alire.com/l-armee-des ... ue-du-film

"Mal aimé à sa sortie, L’armée des ombres est redécouvert actuellement par une nouvelle génération qui en goûte toutes les saveurs, ainsi que sa dimension à la fois profondément humaine et tragique. Par-delà toutes les polémiques, il s’agit ni plus ni moins d’un chef d’œuvre."

Et

"L’armée des ombres n’a pas vraiment convaincu les critiques de l’époque qui se sont braqués à cause d’une séquence londonienne où le cinéaste rend un hommage appuyé – et un peu ronflant il faut bien le dire – au général De Gaulle. Or, le film est sorti un an après les événements de mai 68 et quelques mois après le départ du général. Dans une France qui aspirait à autre chose, une œuvre telle que celle-ci a donc été accueillie tièdement, voire franchement rejetée car taxée d’académisme. Pourtant, à revoir de nos jours, L’armée des ombres ne méritait pas telle opprobre. Certes, il s’agit d’une œuvre vantant la Résistance, mais Melville filme tout de même ces hommes comme des gangsters qui se doivent d’éliminer les traitres. "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juil 2017 7:33 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1810
Jerôme a écrit :
Melville filme tout de même ces hommes comme des gangsters qui se doivent d’éliminer les traitres. "

Incroyable !
On n'insulte pas le Bison, l'un de mes personnages préférés !!

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juil 2017 7:36 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2524
Localisation : Versailles
J'ai trouvé ici une autre analyse

" Le film est mal accueilli par la critique. Certains, comme le cinéaste et critique Jean-Louis Comolli, y voient « le plus bel exemple cinématographique de l’art gaulliste ». Les lionceaux de la Nouvelle Vague ne pardonnent pas à Melville son académisme, lui qui les a éblouis par son audace formelle dans Le Silence de la mer ou Deux hommes dans Manhattan. Leur dogmatisme les fait passer complètement à côté de l’épure formelle de Melville et du travail de Pierre Lhomme à la photographie.

En fait, le film survient à la fois au meilleur et au pire moment. En positif, il jouit de la possibilité de traiter le sujet sans pâtir d’une diffusion restreinte comme La Sentence de Jean Valère dix ans plus tôt, ou L’Enclos d’Armand Gatti en 1961. À l’inverse, la jeunesse et le public « progressiste » de la France de 1968 ne sont pas enclins à plébisciter une œuvre qui encense le général de Gaulle au point de voir le parti communiste totalement absent du film. La scène londonienne, dans laquelle une pâle doublure du général est sollicitée, constitue sans doute le seul raté du film, mais elle alimente une controverse disproportionnée.

Au même moment, un écrivain comme Romain Gary est victime d’un ostracisme semblable de la part de la gauche, une méprise compréhensible lorsque l’on mesure ce qui se joue autour de l’image gaullienne, des affiches hagiographiques aux caricatures, en passant par les conférences de presse télévisées. "

https://www.reseau-canope.fr/cndpfilead ... s/le-film/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juil 2017 16:06 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mai 2009 21:52
Message(s) : 1321
Localisation : Belgique
Jerôme a écrit :
Le débat sur le cinéma de propagande a conduit à évoquer" l'armee des ombres" de Melville. Largement apprécié de nos jours ce film n'a pas été bien accueilli. S'agissait il d'un film gaulliste ? Était il décalé par rapport à l'ambiance post 68 ?

Il faudrait déjà savoir exactement ce que vous entendez par film gaulliste...
Personnellement, je connaissais un certain cinéma américain reaganien, typique de son époque (celle des années 1980). Mais, jamais je n'avais entendu parler d'un cinéma gaulliste ou gaullien... Et vu les maigres références que je retrouve sur le Net, il semble que pratiquement personne n'utilise cette expression.
En conséquence, il faudrait commencer par expliquer ce que vous vous voulez dire.

Et en quoi L'armée des ombres serait-il plus ou moins gaulliste que... Disons, La Bataille du rail (1945) et Paris brûle-t-il ? (1966) de René Clément ?

_________________

Quand il s’agit d’argent, tout le monde est de la même religion. (Voltaire)



Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juil 2017 16:59 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2524
Localisation : Versailles
Lord Foxhole a écrit :
Jerôme a écrit :
pratiquement personne n'utilise cette expression.
En conséquence, il faudrait commencer par expliquer ce que vous vous voulez dire.

Et en quoi L'armée des ombres serait-il plus ou moins gaulliste que... Disons, La Bataille du rail (1945) et Paris brûle-t-il ? (1966) de René Clément ?


Effectivement que signifient les mots "film" et "gaulliste" ? Vaste question... Un esprit subtil penserait certainement que ce sont des œuvres qui adhèrent ou promeuvent les actes et les idées du général de Gaulle ? Ou qui reposent sur la vision de la France et du monde de ce général ?

Jean Tulard avait le premier je crois dans son dictionnaire du cinéma qualifié Paris Brûle t il de film gaulliste !

Ici "le cinéaste et critique Jean-Louis Comolli, y voit « le plus bel exemple cinématographique de l’art gaulliste ». " allons donc demander à ce monsieur ce qu'il voulait dire !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juil 2017 22:56 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15875
Localisation : Alsace, Colmar
Jerôme a écrit :
Lord Foxhole a écrit :
Jerôme a écrit :
pratiquement personne n'utilise cette expression.
En conséquence, il faudrait commencer par expliquer ce que vous vous voulez dire.

Et en quoi L'armée des ombres serait-il plus ou moins gaulliste que... Disons, La Bataille du rail (1945) et Paris brûle-t-il ? (1966) de René Clément ?


Effectivement que signifient les mots "film" et "gaulliste" ? Vaste question... Un esprit subtil penserait certainement que ce sont des œuvres qui adhèrent ou promeuvent les actes et les idées du général de Gaulle ? Ou qui reposent sur la vision de la France et du monde de ce général ?

Jean Tulard avait le premier je crois dans son dictionnaire du cinéma qualifié Paris Brûle t il de film gaulliste !

Ici "le cinéaste et critique Jean-Louis Comolli, y voit « le plus bel exemple cinématographique de l’art gaulliste ». " allons donc demander à ce monsieur ce qu'il voulait dire !


Replongez-vous dans la doxa gaulliste et regardez à nouveau L'armée des ombres... Pour les gaullistes, la résistance est idéalisée et tout le monde, sauf les collaborateurs, est de manière active ou passive en faveur de la lutte contre l'occupant... Un film gaulliste n'aurait pas montré des gens qui vont tuer un autre résistant car il risque de parler ... C'était montrer un visage bien négatif de la Résistance. Si on analyse le film, il y a plusieurs passages où l'on égratigne d'une manière ou d'une autre l'idéal gaulliste... L'armée des ombres est un film "gaulliste" pour ceux qui ne l'ont pas vu

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2017 8:17 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2671
Tout le monde fait, chers amis, comme si ce film était sorti du néant dans les années 1960...alors qu'il est tiré d'un livre ....de Kessel publié ...à Londres pendant la guerre ...ce livre n'est certes pas un manuel de propagande officielle de la France libre mais décrit la Résistance en fonction de ce qu'on pouvait et voulait en savoir dans ces années là et dans ces milieux là...

Sur ce livre injustement méconnu, j'ai appris récemment que le personnage qui dans le film est joué par Paul Meurisse aurait été inspiré d'un philosophe socialiste (Jean Cavailles) qui était très proche de Blum.

Je crois aussi que le tournage du film avait bénéficié de petits coups de pouce de l'Administration ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Juil 2017 0:51 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mai 2009 21:52
Message(s) : 1321
Localisation : Belgique
Aigle a écrit :
Tout le monde fait, chers amis, comme si ce film était sorti du néant dans les années 1960...alors qu'il est tiré d'un livre ....de Kessel publié ...à Londres pendant la guerre ...ce livre n'est certes pas un manuel de propagande officielle de la France libre mais décrit la Résistance en fonction de ce qu'on pouvait et voulait en savoir dans ces années là et dans ces milieux là...

Sur ce livre injustement méconnu, j'ai appris récemment que le personnage qui dans le film est joué par Paul Meurisse aurait été inspiré d'un philosophe socialiste (Jean Cavailles) qui était très proche de Blum.

Le livre de Kessel est effectivement sorti en 1943... Et Jean-Pierre Melville, avait lui même rejoint les forces de la France Libre (il a participé entre autres, au débarquement de Provence, en août 1944).
Ceci dit, même en ignorant ces faits, le film de Melville m'a toujours frappé par son réalisme sombre et les situations dramatiques... C'est très éloigné de la guerre, presque " fraîche et joyeuse " décrite dans les films de René Clément. Ce sont des ambiances très différentes.

Quand Melville montre des résistants agissant de manière impitoyable, il est clair qu'ils ne peuvent faire autrement face à des ennemis tout aussi impitoyables... La guerre n'est pas montrée sous un angle idéalisé.
Maintenant, est-ce que ça rend le film plus ou moins " gaulliste " que ceux de René Clément, pour moi, c'est difficile à dire...
D'autant plus qu'en tant que Belge, le concept de gaullisme m'a toujours paru difficile à comprendre exactement.

_________________

Quand il s’agit d’argent, tout le monde est de la même religion. (Voltaire)



Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Juil 2017 18:30 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2524
Localisation : Versailles
Aigle a écrit :
Je crois aussi que le tournage du film avait bénéficié de petits coups de pouce de l'Administration ...


De quoi s'est il agi ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB