A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 27 Juin 2017 20:13

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 07 Déc 2014 1:07 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15148
Localisation : Alsace, Colmar
Les maladies ont une histoire. Elle débute souvent par le patient zéro, soit le premier humain qui aurait contacté la maladie. On a beaucoup raconté de choses sur le Sida, donc pour certains médecins, trouver le patient zéro était primordial pour comprendre d'où venait la maladie (et cela peut souvent être utile pour la guérir). BE : VIH : l'origine de la pandémie identifiée

Citer :
"Nous avons un devoir moral, au nom des 36 millions de personnes décédées du sida, de comprendre ce qui a permis à cette pandémie, la plus dévastatrice des temps modernes, de prendre des proportions gigantesques". Tel était le souhait formulé par Jacques Pépin, professeur au Département de microbiologie et d'infectiologie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke (UdeS), lors de la publication de son livre The Origins of Aids en 2011.

Trois ans plus tard, le professeur Pépin est au nombre d'un groupe de chercheurs qui, dans un article paru dans la prestigieuse revue scientifique Science lève le voile sur la genèse de cette pandémie sans précédent.

Selon le groupe, elle aurait pris naissance à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC) - alors le Congo belge - au cours des années 1920. "L'étude que nous publions précise la dynamique d'évolution du virus dans la ville de Kinshasa avec un niveau impressionnant de détails. Elle permet également de mieux cerner la progression de la maladie dans l'espace et dans le temps", explique le professeur Pépin.

Selon la publication, plusieurs facteurs, dont l'urbanisation rapide et le déploiement d'un réseau de chemins de fer, ont favorisé l'émergence du virus dans la capitale du Congo belge et sa dissémination sur son territoire entre les années 1920 et 1960. Le virus aura donc été confiné à cette région de l'Afrique pendant presque cinq décennies avant de se propager dans le reste du monde à la fin des années 1970. Rappelons que le VIH a été détecté pour la première fois aux Etats-Unis en 1981.

...

A la recherche du patient zéro
Maintenant que le site du développement de la pandémie du VIH se précise, d'autres questions continuent d'habiter nos chercheurs. Il reste, entre autres, à déterminer avec précision le lieu d'origine du patient zéro, c'est-à-dire de la toute première personne infectée par le VIH. L'hypothèse qui prévaut actuellement est celle d'un chasseur de brousse qui se serait contaminé en dépeçant un chimpanzé infecté. Une visite ultérieure dans un hôpital ou un centre de santé aurait alors été l'élément déclencheur de la vaste épidémie qui allait suivre.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 8:11 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2559
D'une certaine façon, il vaut mieux que le Sida ne se soit pas répandu immédiatement car, à l'époque, les dégâts auraient été infiniment plus graves. Les progrès médicaux et pharmaceutiques modernes ont relativement permis de les limiter.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 11:56 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2009 17:07
Message(s) : 401
Info très intéressante ! Je me souviens lorsque l'information est apparue dans les journeaux (en 1981) et je n'aurais jamais soupçonné qu'elle avait débuté en fait 50 ans auparavant.

Ce que j'aimerais savoir c'est quelles sont les méthodes employées dans ce genre d'étude pour déterminer si tel ou tel individu des années '30 était atteint ou non du Sida ? Ils ont analysé des ossements ?

Sinon, ne connaissant rien au sujet, la page wikipedia suivante (sans doute mise à jour récemment) m'a paru intéressante : [url]http://fr.wikipedia.org/wiki/Origine_du_virus_de_l%27immunodéficience_humaine[/url]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 12:42 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15148
Localisation : Alsace, Colmar
Gér@rd a écrit :
Ce que j'aimerais savoir c'est quelles sont les méthodes employées dans ce genre d'étude pour déterminer si tel ou tel individu des années '30 était atteint ou non du Sida ? Ils ont analysé des ossements ?


Le lien que vous avez posté donne la réponse :
Citer :
En octobre 2014, une vaste étude statistique de l’ensemble des données génétiques disponibles sur le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) vient confirmer que l'épidémie humaine a démarré à Kinshasa en 1920 et retrace les facteurs et les étapes du développement de cette épidémie en République démocratique du Congo (RDC)


En fait, le virus ne cesse d'évoluer. Il perdrait même de sa virulence. Il "suffit" donc de faire un arbre "généalogique" des diverses mutations. A partir de cet arbre on peut calculer la distance génétique entre les diverses versions et le temps entre chaque mutation qui s'est inscrite dans le génome du virus. A partir de cela on peut trouver la date d'apparition. Et la zone qui possède le plus de variants, doit être la zone d'origine du virus.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 13:32 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2009 17:07
Message(s) : 401
Narduccio a écrit :
Gér@rd a écrit :
Ce que j'aimerais savoir c'est quelles sont les méthodes employées dans ce genre d'étude pour déterminer si tel ou tel individu des années '30 était atteint ou non du Sida ? Ils ont analysé des ossements ?


Le lien que vous avez posté donne la réponse :
Citer :
En octobre 2014, une vaste étude statistique de l’ensemble des données génétiques disponibles sur le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) vient confirmer que l'épidémie humaine a démarré à Kinshasa en 1920 et retrace les facteurs et les étapes du développement de cette épidémie en République démocratique du Congo (RDC)

Ah ok... J'avais bien lu cette phrase mais n'avais pas compris en quoi consistaient ces données génétiques analysées (je n'y connais rien en génétique, faudrait que je my mette).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 14:53 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15148
Localisation : Alsace, Colmar
Gér@rd a écrit :
Ah ok... J'avais bien lu cette phrase mais n'avais pas compris en quoi consistaient ces données génétiques analysées (je n'y connais rien en génétique, faudrait que je my mette).


Pour faire simple, l'ADN et l'ARN mutent sans cesse. On sait que certaines mutations ne se font que dans un sens, alors que certaines peuvent se faire dans 2 sens. Et on sait que les organismes vivants éliminent les mutations létales. Ou plutôt, comme ils meurent quand ils ont des mutations trop négatives, ces mutations se trouvent éliminées d'elles-mêmes.

Admettons qu'on a un gène A. Ensuite, ce gène mute en donnant 2 formes différentes A1 et A2. Qui ensuite mutent en A1', A1" et A1'" (pour A1) et A2' et A2" (pour A2). On peut faire un arbre généalogique. Sachant que le virus a continué de muter dans sa population d'origine (les singes) mais d'une manière différente parce que les conditions sont différentes. On peut donc remonter jusqu'au virus originel en faisant de la rétro-ingénierie génétique. Et en comparant les diverses souches et leurs distances génétiques respectives, on estime le temps depuis la séparation des souches humaines et des souches simiesques.

Après, si on veut affiner le résultat, il faut aller à la chasse aux échantillons. Pour diverses raisons des médecins ont gardé des échantillons de matériels humains (des bouts de corps conservés dans divers liquides). Il faut savoir que certains liquides dégradent le matériel génétique. Ce qui interdit toute analyse ADN. Mais, dans de bonnes conditions certains échantillons restent exploitables. Donc, l'une des phases ultérieures peut être une chasse aux échantillons et analyse des échantillons intéressants pour trouver des traces éventuelles du virus. D'une autre coté, on peut faire une analyse médico-historique classique en fouillant dans un tas de dossiers pour trouver des gens qui ont des symptômes qui peuvent s'apparenter aux manifestations du Sida. En fait, l'idéal serait un mix des 2 solutions, l'une étayant l'autre et vice-versa.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 18:33 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2009 17:07
Message(s) : 401
Merci Narduccio pour cette explication très claire ! J'étais effectivement loin d'imaginer la possibilité de cette méthode en partant d'une base de donnée génétique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 23:30 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5826
jibe a écrit :
D'une certaine façon, il vaut mieux que le Sida ne se soit pas répandu immédiatement car, à l'époque, les dégâts auraient été infiniment plus graves. Les progrès médicaux et pharmaceutiques modernes ont relativement permis de les limiter.

Il serait intéressant de comprendre comment cette maladie a pu rester endémique au Congo belge pendant 20 ans, et pourquoi justement elle ne s'est pas répandue plus tôt.

Si quelqu'un a déjà répondu je m'en excuse, je n'ai pas relu tout le sujet.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Déc 2014 17:11 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 04 Mai 2010 14:51
Message(s) : 663
La question de l’hôte importe pour la virulence. Le virus HIV (cousin du HTLV) est un virus de singe :passage accidentel chez l'humain : mutation etc... Il faut alors plusieurs "aller -retour" inter-espèces pour obtenir une virulence et une contamination maximum. Des signes cliniques associés au Sida étaient connus depuis longtemps (cryptosporidiose, maladie de Kaposi déjà relié aux homosexuels) mais le lien de causalité entre ces signes, l'immunodéficience (non détectable en 1920) et un virus a mis longtemps à émerger.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Déc 2014 21:03 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Juin 2009 10:56
Message(s) : 5495
Localisation : Limoges
C'est un sujet qui a été abordé dans ce documentaire sur arte récemment

http://www.arte.tv/guide/fr/051599-000/ ... -coloniale

Pour l'émission :

http://future.arte.tv/fr/hiv-sa-vraie-histoire

Cela m'avait aussi sidéré de voir combien cette histoire virale était longue avant sa propagation mondiale. Néanmoins cela pose la question pertinente des nouvelles réalités de notre monde en voie de "globalisation". Les diverses alertes virales récentes depuis les grippes jusqu'à ebola en sont de bons exemples également et invite au parallèle avec les autres pandémies mondiales qui émaillent l'Histoire, à une époque où pourtant les contacts étaient largement moins intenses qu'aujourd'hui.

_________________
Scribant reliqua potiores, aetate doctrinisque florentes. quos id, si libuerit, adgressuros, procudere linguas ad maiores moneo stilos. Amm. XXXI, 16, 9.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Fév 2015 18:36 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Jan 2015 16:08
Message(s) : 84
Chers amis,bonjour,

La question soulevée est très intéressante et elle contient de façon "non apparente" des sous questions .
En effet l'origine du HIV est l'Afrique Sub Sahélienne ... et plus précisément celle de "hier" .
Et "hier"... c'était en Afrique Sub Sahélienne un tout autre monde ...
. Les moyens de communications étaient rares .
. Les zones échappant à tout contrôle étaient très étendues .
. Les Archives déjà peu nombreuses, ont pour la plupart assez mal résisté aux "indépendances" respectives .
. L'extrapolation des données conservées à l'ensemble de la population est un exercice très acrobatique,car les populations recensées (population urbaine) sont sensiblement différentes par leurs modes de vie avec le reste de la population qui elle échappe à tout contrôle statistique (population sylvestre) .

Pour ce qui est de l'HIV il y a encore une autre hypothèse : la vaccination "anti polio" . Or "sur place" la culture de la souche de polio se faisait sur des reins de singes verts,que l'on sait aujourd'hui (mais pas "hier") susceptibles d'être infectés par l'HIV .
Si vous suivez cette hypothèse,vous allez tomber sur un leurre statistique : effectivement la zone de vaccination recouvre la zone initiale d’apparition des premiers cas de SIDA.
Mais c'est oublier "autre chose" ... On ne vaccinait que les grands centres ,et on ne tenait des registres pour les maladies "bizarres" que dans les "grands centres" . Donc "forcément" vous allez retrouver les "grands centres" partout ...mais en soi,cela ne veut strictement rien dire .....

Pour ce qui est des questions de recherche des virus,vous avez la chance avec les pays anglo saxons (et leurs colonies): en cas de décès "curieux",la recommandation était (et est toujours ) de recueillir de façon "stable" des échantillons de sang-urine-foie,rein...
Mais une fois encore,vous avez le "biais d'interview" précédemment signalé : pour que l'on puisse recueillir et exploiter de nos jours des échantillons il faut :
a) que le décès paraisse "suspect",cad non attribuable à une cause "normale" de décès... or en Afrique,à cette époque... les causes de mortalité étaient très nombreuses ...et n'inquiétaient pas grand monde....
b) qu'il y ait sur place des moyens humains et matériels pour prendre les échantillons (+ le temps pour le faire).
c) qu'il y ait moyen de les acheminer de façon exploitable dans un centre où l'échantillon sera conservé convenablement avec sa fiche d'accompagnement .

Vous avez donc toutes les chances de n'avoir dans votre étude que des échantillons urbains et peu d'échantillons originaires de la forêt .

Néanmoins la recherche des premières souches serait extrêmement intéressantes pour la modélisation des différentes zones virales ,à fin de déterminer leur pourcentage de chance de muter,et à quelle vitesse .
Toutes les zones ne sont pas susceptibles de muter à la même vitesse ,et en fin d'étude,vous allez trouver des zones relativement stables (et très intéressantes pour servir de cibles tant à un test diagnostic qu'à un traitement constant) ,et des zones relativement instables ,tout aussi intéressantes (par exemple pour créer des tests ou des médicaments non pas dirigé vers l'HIV "actuel" ,mais l'HIV susceptible de survenir "demain" ).

_________________
Faire son Devoir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB