A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Nov 2017 18:17

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 14 Avr 2017 15:44 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15478
Localisation : Alsace, Colmar
marc30 a écrit :
@Nardu et Jérôme : merci de vos réponses qui coïncident . Vous devriez faire équipe


Pas tout à fait, car je soutiens qu'il n'y avait pas de vrai accord. La CGT et l'Administration ne s'étaient pas rencontrées en disant : "on va faire comme cela". Les opposants à la CGT ou à l'administration prétendent qu'il y a un accord, mais il s'agit en fait d'une espèce de pacte de non-agression mutule et implicite. L'absence de développement du téléphone est une conséquence de la non-volonté de l'administration de ne pas rechercher le conflit avec la CGT. Ce n'est pas une politique choisie, déterminée. Officiellement, on développe en fonction des moyens mis à disposition par le gouvernement. Et, il faut reconnaitre que le gouvernement a aussi sa part de responsabilité car il a priorisé d'autres investissements.

Il faut aussi comprendre que la capacité d'investissement d'un pays est ce qu'elle est. A l'époque, on ne va pas trop chercher de l'argent auprès des actionnaires. On cherche auprès des banques. Quant au gouvernement, il fait des budgets équilibrés où les dépenses ne dépassent pas les recettes.

Du coup, la situation est la résultante des 2 causes, le gouvernement ne désire pas investir plus et de toute façon on ne veut pas entrer en guerre contre la CGT. Si on l'avait voulu, on aurait pu mener une autre politique, ou passer un accord avec la CGT où on renforçait les équipes en charge du développement du réseau au niveau de ce qu'on allait supprimer par ailleurs. Bref, il est faut de prétendre que la cause du non-développement du réseau français n'est causé que par le blocage de la CGT et la non-volonté de l'administration de forcer ce blocage. Il y a d'autres raisons, et l'une d'entre elles est que l'on n’investit pas assez dans le secteur pour développer plus la téléphonie en France. Quand on décidera que le secteur est prioritaire, en très peu de temps la France brulera les étapes et proposera des sauts technologiques assez intéressants. Sauts technologiques qu'il était facile de faire en France parce que le réseau était obsolète. Les autres pays étant dans une autre situation, les solutions "à la française" ne les intéresseront pas et la France se retrouvera obligée de mettre en place les solutions normalisées internationale.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Avr 2017 15:52 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2238
Localisation : Versailles
Jerôme a écrit :
marc30 a écrit :
Jerôme a écrit :
Il y avait un accord entre le ministère des finances, celui des postes et la CGT pour bloquer tout investissement dans ce domaine .


Je ne comprends pas cette phrase. @Jérôme : pouvez vous M'expliquer comment la CGT passait des accords avec Bercy ?


D'abord il ne s'agissait pas à l'époque de Bercy mais de la rue de Rivoli ! :P

Ensuite, la logique administrative et politique de l'époque était la suivante : la CGT défendait avec une grande efficacité l'armée des facteurs et des postiers, ultra-syndiqués et dont un jour de grève avait un effet catastrophique sur l'économie nationale. Le courrier ne se borne pas aux lettres d'amour mais inclut aussi les envois de factures, de chèques et de contrats !
Pour avoir la paix avec la CGT le ministre des PTT privilégiait absolument les postiers et se désintéressait radicalement du téléphone.
Le ministère des finances refusait de financer les investissements sur le budget de l'Etat - vieille obsession de l'équilibre budgétaire. Il refusait aussi d'emprunter pour cela. Il n'avait pas de contact explicite avec la CGT mais une alliance implicite ("objective" en termes marxistes) pour ne pas développer le téléphone.
Je crois aussi que jouait un peu le fait que le téléphone relevait de corps d'ingénieurs peu prestigieux - rien à voir avec les X mines ou X Ponts ! donc aucune aura dans les cercles dirigeants du pays !

Comme l'a dit Faget, Pompidou a brisé tout cela en créant une caisse autonome qui a reçu le droit d'emprunter massivement pour financer la modernisation du réseau. cette caisse remboursait sa dette en percevant une fraction des recettes du téléphone. Et comme le matériel était souvent importé, Pompidou a aussi créé une (ou plusieurs ?) entreprise française de fabrication de câbles, de centraux, etc ...

cela s'appelait la politique industrielle gaullo-pompidolienne !


Si Narduccio daigne prendre le temps de lire ce que j'ai essayé d'expliquer plus ou moins clairement ci dessus il verra que je ne parlais pas d'accords explicites mais " d'alliance implicite".... Je n'ai jamais dit que la CGT allait rencontrer les énarques de Rivoli en secret pour bloquer l'essor du téléphone !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Avr 2017 16:21 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15478
Localisation : Alsace, Colmar
Jerôme a écrit :
Si Narduccio daigne prendre le temps de lire ce que j'ai essayé d'expliquer plus ou moins clairement ci dessus il verra que je ne parlais pas d'accords explicites mais " d'alliance implicite".... Je n'ai jamais dit que la CGT allait rencontrer les énarques de Rivoli en secret pour bloquer l'essor du téléphone !


Jerôme a écrit :
Le retard du téléphone dans notre pays était un véritable scandale. Alain Peyrefitte en a parlé dans un de ses livres : pour avoir une ligne chez soi sans attendre des années il fallait souvent être pistonné par un député ! Les experts estimaient que cet outil n'était qu' "un passe temps pour femme oisive". Il y avait un accord entre le ministère des finances, celui des postes et la CGT pour bloquer tout investissement dans ce domaine. Ça a commencé à bouger sous Pompidou .


C'est ce que vous avez écrit. Les opposants, soit à la CGT, soit à la politique gouvernementale parlent "d'accord", or, dans les faits, il n'y avait pas d'accord formel, le terme "alliance implicite" est effectivement plus juste. En fait, cela arrangeait les "affaires" des 3 parties. Le ministère des finances investissait l'argent là où il le pensait plus salutaire pour l'industrialisation du pays, le ministère des postes maintenait un gros effectif de postiers et donc voyait l'importance relative de son ministre augmenter et la CGT gardait une base syndicale élevée. Mais, il ne faut pas minimiser la non-volonté gouvernementale et/ou politique. Bref, administration et gouvernement ne voyait pas de raison à développer le téléphone en France. Et parce qu'ils n'y voyaient pas d'intérêt, ils pensaient que ce n'était pas la peine d'ouvrir un front syndical contre la CGT pour développer une politique à laquelle ils n'adhéraient pas. Le "pacte implicite de non-agression" existait parce que l'on ne voyait pas de raisons de développer l'automatisation du téléphone. Ce n'est pas parce qu'il y avait un tel pacte que le téléphone ne se développait pas en France. En fait, il me semble que nous ne sommes pas tout à fait d'accord sur ce qui est la cause ou la conséquence. Je pense que s'il y avait eu une volonté gouvernementale de développer le téléphone, le pseudo-pacte de non-agression aurait volé en très peu de temps et, soit ou aurait trouvé un arrangement avec la CGT, soit cela aurait été un cassus-belli supplémentaire.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Avr 2017 18:31 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4494
Localisation : Allemagne
Quand on connait l'ouverture d'esprit proverbiale de la CGT (sic), n'y avait il pas le souci de perdre le soutien des milliers d'opératrices qui risquaient de perdre leur emploi par suite de l'automatisation ?

_________________
"La faculté de prévoir appartient à celui qui se souvient." ( Léon Bérard)
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie..." ( Renan à Déroulède )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB