Nous sommes actuellement le 18 Sep 2019 8:33

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 62 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 20 Jan 2019 19:05 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Pour rire un peu, par cette froide journée d'hiver ;)
C'est sur un bateau anglais que le Capitaine, dans le but de le former, demande à un midship de faire le point. Après un moment plutôt long il donne en tremblant son résultat au Capitaine. Ce dernier lui dit, d'une voix de stentor : "Découvrez vous, Monsieur, vous êtes en plein milieu de la cathédrale Saint-Paul :!: :!: :!:

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 20 Jan 2019 19:35 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Août 2014 10:25
Message(s) : 101
Un grand classique !

Faget a écrit :
Pour rire un peu, par cette froide journée d'hiver ;)
C'est sur un bateau anglais que le Capitaine, dans le but de le former, demande à un midship de faire le point. Après un moment plutôt long il donne en tremblant son résultat au Capitaine. Ce dernier lui dit, d'une voix de stentor : "Découvrez vous, Monsieur, vous êtes en plein milieu de la cathédrale Saint-Paul :!: :!: :!:


Pièce jointe :
Description du fichier : Vignette du Trésor de Rackham Le Rouge (Hergé)
Le trésor de Rackham Le Rouge.jpg
Le trésor de Rackham Le Rouge.jpg [ 194.98 Kio | Consulté 1522 fois ]

Le capitaine Haddock moque le point effectué par les Dupont/d (Le trésor de Rackham Le Rouge par Hergé)

_________________
Quaerendo invenietis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 21 Jan 2019 0:51 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1558
Dalgonar a écrit :
Les anciens étaient si habitués que le mouvement du bateau ne leur posait pas de problème. J'ai eu la chance de naviguer en 2016 avec Robin Knox-Johnston, et il s'est amusé à faire une droite de hauteur pour expliquer le fonctionnement du sextant; on n'a pas arrêté pas le bateau. Dans une course, cela coûterait beaucoup de temps. Son concurrent de toujours, Moitessier, naviguait au sextant. Il a beaucoup et magnifiquement écrit, et je ne me souviens pas qu'il se mettre à la cape pour faire le point. Je crois avoir lu qu'il lui arrivait en fin de journée de ne pas pouvoir mesurer car la hauteur des vagues cachait un soleil déjà assez bas. Au début des années 90, il disait qu'il n'achèterait un GPS que pour vérifier ses mesures au sextant. lol
Les équipages de super-tankers ont peut-être un peu oublié les bateaux qui bougent dans tous les sens mais les marins-pêcheurs et les marins de la Royale qui sont embarqués sur de petits bâtiments comme les patrouilleurs ou les chasseurs de mines savent encore très bien ce que c'est que de se faire branler en mer (c'est le terme usuel, à prendre dans son sens premier comme le font les Québecois). A dimensions comparables, les navires à moteur roulent plus que les voiliers.

Ce que Moitessier avait du mal à voir en fin de journée à cause des vagues serait plutôt l'horizon que le soleil : s'il ne voit pas le soleil, a fortiori il ne voit pas l'horizon. Sur un bateau bas sur l'eau, selon l'état de la mer, la vision de l'horizon est saccadée. Dans le creux, il faut attendre d'être porté par la vague suivante, une fois en haut, on a trois secondes avant de redescendre. Cela ne facilite pas l'opération mais ne l'empêche pas. Pourquoi parle-t-il du soleil et de la fin de journée ? Peut-être voulait-il prendre l'azimut du soleil exactement à son coucher pour contrôler son compas. Car on évite généralement de viser le soleil quand il est très bas.

En ce qui concerne le thermomètre comme instrument d'aide à la navigation, je n'en avais jamais entendu parler, mais je viens de tomber sur un document faisant état de l'utilisation par Benjamin Franklin qui a travaillé à l'étude et la cartographie du Gulf Stream, d'un thermomètre pour un tel usage. Je ne pense pas que cela ait été beaucoup employé même si la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur du courant peut atteindre 8 °C au large de la Floride, ce qui est considérable. Je pense qu'il est au moins aussi aisé de détecter le courant par la modification de la couleur de la surface.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 21 Jan 2019 1:35 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 420
Localisation : Loin
Barbetorte a écrit :
Les équipages de super-tankers ont peut-être un peu oublié les bateaux qui bougent dans tous les sens mais les marins-pêcheurs et les marins de la Royale qui sont embarqués sur de petits bâtiments comme les patrouilleurs ou les chasseurs de mines savent encore très bien ce que c'est que de se faire branler en mer

Je confirme, même sur de plus gros bâtiments. Le pont d'une frégate anti-sous-marine peut disparaître entièrement sous les vagues puis émerger comme un bouchon pendant des heures par mer hachée dans la grosse houle atlantique. Et en roulis, disons qu'il arrive que les assiettes volent à l'heure des repas.

Pour Moitessier, vous avez raison, ce devait être l'horizon. Pour la température des courants, sa fiabilité dépend du gradient de température. C'est très fiable pour des courants forts et à fort gradient. C'est une technique utilisée aujourd'hui en course pour confirmer qu'on se trouve dans le bon courant.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 21 Jan 2019 8:53 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1558
Non, Monsieur, les assiettes ne volent pas parce que le maître d'hôtel, qui connaît son métier, a sorti les fixe-assiette.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 21 Jan 2019 13:15 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 420
Localisation : Loin
Haha. Oui, mais tout ne se passe pas toujours comme prévu ;)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 0:15 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1558
Léonard59 a écrit :
Pour parer ces erreurs relatives, on a très vite deviné une méthode efficace : multiplier les mesures et en faire la moyenne. Seul problème, cela impose de rester plus longtemps en panne pour avoir un point de référence fixe. Donc, on perd du temps. Mais, on peut aussi multiplier les gens qui font des mesures ... Mais cela suppose que sur le navire il y ait plusieurs personnes ayant ces capacités. Sur un esquif qui a 5 à 10 marins, il y a souvent une, voire deux personnes ayant les connaissances nécessaires à faire le point. Sur un navire de ligne, un certain nombre d'officiers ont suivi des cours sur la navigation, on peut donc réaliser plusieurs points en même temps et faire des statistiques en éliminant les 2 mesures extrêmes et en faisant la moyenne des autres
J'ai essayé de vous dire pourquoi cela ne tient pas debout. Visiblement, je n'ai pas été compris. Je reprends en repartant depuis le début.

Tout d'abord, rappelons le sujet : le sextant aux temps modernes, soit de 1730 à 1800.

Un point astronomique satisfaisant serait un point qui donnerait la latitude et la longitude avec une précision satisfaisante.

Avec le sextant, on peut désormais mesurer la latitude avec une bonne précision, de l'ordre de 5 minutes d'arc de méridien avec un bon sextant en laiton, certainement un peu moins avec un octant en bois, mais là n'est pas le problème. Les moyens de détermination de la latitude satisfont aux besoins. Le sextant est un instrument précis et facile à utiliser. Des relevés au sextant ne nécessitent notamment pas de mettre en panne.

Le gros problème n'est pas la mesure de la latitude mais la mesure de la longitude. La précision de cette dernière implique une bonne connaissance du temps. C'est un problème d'horloge et non un problème d'instrument d'optique. Une solution au problème s'annonce lorsque l'horloger Harrisson présente son chronomètre H4 en 1761, dont les performances vers la fin du siècle permettent enfin la mesure de la longitude. Mais ce n'est qu'un prototype. Dans les premières années du dix-neuvième siècle, les chronomètres de marine restent rares et coûtent cher. Ils ne sont pas produits en série. Ce n'est qu'en 1815 que les bâtiments de la marine britannique commencent à en être systématiquement dotés. Les marines marchandes mettront encore plus de temps. Dans les dernières années du dix-huitième siècle, la mesure de la longitude commence à se pratiquer, mais cela reste expérimental.

Jusqu'à la fin du siècle on s'est donc, sauf rares exceptions, contenté de rechercher seulement la latitude. Cela se fait en mesurant la hauteur du soleil à midi. Cela ne prend que quelques minutes. C'est la mesure la plus facile à faire parce que la vitesse verticale du soleil lors de la mesure est nulle. Il n'est évidemment pas possible de la répéter. Si l'on veut par sécurité ne pas se reposer sur une seule mesure, il faut faire appel à une ou deux autres personnes qui opèreront en même temps, à condition qu'il y ait plusieurs sextants à bord. J'ignore quelles étaient les pratiques il y a deux siècles. Mais au cours du vingtième, on se contentait d'une seule mesure de la méridienne.

Sur les quelques navires où l'on faisait le point sur la latitude et la longitude, on le faisait généralement de nuit par la méthode des distances lunaires. Une prise estimée douteuse pouvait être renouvelée, mais on ne multipliait pas les calculs. N'était prise en compte que la mesure estimée par avance la mieux exécutée. Les calculs étaient extrêmement fastidieux.

Le maniement du sextant ne pose aucun problème de formation. Deux heures d'explications et d'exercices suffisent, ensuite il faut un peu d'entraînement. La formation des navigateurs porte sur la théorie mathématique et la pratique des calculs. Le manque de formation des officiers dans la première moitié du dix-neuvième siècle explique en partie la lenteur de la marine marchande à adopter une pratique systématique de la navigation astronomique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 17:25 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 1117
Barbetorte a écrit :
J'ai essayé de vous dire pourquoi cela ne tient pas debout. Visiblement, je n'ai pas été compris. Je reprends en repartant depuis le début.

Tout d'abord, rappelons le sujet : le sextant aux temps modernes, soit de 1730 à 1800.


Dès le début vous êtes parti du principe que tout ce que je disais, c'était des conneries. Et vous avez contredit systématiquement ce que j'ai écrit, même quand quelques lignes plus tard vous écrivez la même chose, même si c'est avec d'autres mots.

Effectivement, le sujet est le sextant, les mathématiques dans une dimension historique. Vous restreignez le sujet au sextant. Or, si on veut comprendre l'apport du sextant, il convient de parler de ce qu'il y avait avant et en quoi l'arrivé du sextant à changé la vie des marins.

Lesextant a écrit :
Bonsoir,

Je travail en ce moment sur un TPE avec plusieurs camarades. Nos thèmes imposés sont mathématiques et histoire/géographie, et nous avons par conséquent choisi comme sujet "Le sextant", instrument qui a révolutionné l'art de la navigation et qui comporte également de nombreux aspects mathématiques.

Cependant, je m'adresse à vous car je trouve que nous manquons d'informations historiques, malgré de nombreuses recherches à travers divers ouvrages mis à notre disposition et de part et d'autre de la toile. J'aimerais ainsi vous demander si quelqu'un serait capable de nous donner davantage de détails historiques sur cet instrument, ou alors directement nous renvoyer vers des personnes qui s'y connaissent dans le domaine. Précisions : Nous nous intéressons à l'utilisation de l'instrument uniquement durant les Temps Modernes (ce qui rend compliqué de trouver de nombreuses informations), et aussi à la manière dont le sextant a révolutionné la navigation à cette époque.

Merci d'avance pour votre attention à l'égard de mon message.

Bonne soirée.


Je vous remercie de signaler qu'on n'a su faire de points précis qu'à partir du moment où on a su se placer exactement en longitude et en latitude. Or, l'élément essentiel pour la longitude, c'est la connaissance précise du décalage de l'endroit où l'on est par rapport à une référence... et comme vous l'avez signalé, ce sont les horloges de précisions qui vont résoudre le problème. Mais, il parait que l'on ne doit parler que du sextant ... Or, durant la période, dont vous rappellez les bornes, on a aussi beaucoup utilisé un autre instrument : l'arbalète étant son nom commun en ce qui concerne la navigation. Mais, VOUS avez décrété que j'étais HS. Le créateur du sujet ne semble pas s'être plaint des informations que j'ai apporté ...

Bien au contraire :
Lesextant a écrit :
Bonsoir,

Merci de vos nombreux retours. Ils nous sont d'une grande utilité.

Concernant l'ouvrage de François Bellec sur "L'histoire universelle de la navigation", quel tome serait le plus judicieux ?

Par ailleurs, si je me réfère à vos divers réponses, le sextant n'a donc pas véritablement révolutionné la navigation, c'est-à-dire que cette amélioration de précision n'a donc pas contribué à de nouveaux voyages/découvertes en soi ?

En m'excusant à nouveau du dérangement,

lesextant


Si on considère que le sextant révolutionne la navigation, ce qui est la question posée par lesextant, il faut comparer le sextant avec son prédécesseur et dire en quoi le sextant modifie les pratiques. Il est plus pratique d'usage et il permet d'obtenir une meilleure précision. Est-ce une révolution ? Si on considère que durant plusieurs siècles avant l'apparition du sextant de nombreux marins ont pratiqué la navigation hauturière astronomique, la réponse serait : non. Ils ont su se contenter des outils qu'ils avaient pour aller d'un point A à un point B. Car, en pratique, le fait de savoir où on se trouve en mer n'a pas trop d'importance, ce qui est capital est de savoir si on suit la bonne route et qu'on va vers le bon port. Désolé de rappeler un fait aussi trivial, mais il ne me semble pas inutile de le rappeler au point où on en est dans cette discussion.

Alors quelle est l'utilité du sextant ? Là je persiste à dire que la grande différence entre les hommes de l'époque considéré et leurs prédécesseurs est : le navire. Il est plus gros, il permet d'aller plus loin, et il est plus rapide... Vous jugez que c'est un détail qui n'est pas pertinent. Je ne suis pas du même avis. Vous auriez pu argumenter que les navigateurs ont toujours été à la recherche d'outils plus performants et plus pratiques. Effectivement, on voit la filiation dans les outils qui permet d'aller vers plus de performance, une meilleure praticité et ... une diminution constante de l'erreur relative...

La diminution de l'erreur relative fait qu'au bout du voyage on a plus de chances d'arriver près du but et de perdre moins de temps à chercher son port. Il ne faut pas oublier que la plupart des premiers marins hauturiers font des voyages marchands, moins on perd de temps et plus on peut faire de voyages (bon, ce n'est pas tout à fait vrai car parfois il fallait attendre que le vent souffle dans le bon sens).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 18:51 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 697
Barbetorte a écrit :
Le maniement du sextant ne pose aucun problème de formation. Deux heures d'explications et d'exercices suffisent, ensuite il faut un peu d'entraînement. La formation des navigateurs porte sur la théorie mathématique et la pratique des calculs.
Un peu hors-sujet, et sans doute le savez-vous déjà, mais la Navy US et les autres marines de guerre j'imagine, ré-apprennent à utiliser le sextant. Dans le cadre de la guerre électronique, être dépendant du GPS comme peuvent l'être des soldats en 2018 devenait problématique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 19:13 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 420
Localisation : Loin
A noter qu'en ce moment même se rejoue l'incroyable course Golden Globe Challenge: autour du monde en solitaire, sans GPS et au sextant. Sur 18 partants, il n'en reste plus que 6 (!) dont le Français Jean-Luc van den Heede, 73 ans, en tête! Il a quelques tours du monde à son actif, dont une deuxième place au Vendée Globe. Le règlement de cette course fait que ce n'est plus une surenchère technologique: les bateaux sont limités en matériaux, architecture et équipements.

Image
Jean-Luc van den Heede


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 19:24 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 1117
Dalgonar a écrit :
A noter qu'en ce moment même se rejoue l'incroyable course Golden Globe Challenge: autour du monde en solitaire, sans GPS et au sextant. Sur 18 partants, il n'en reste plus que 6 (!) dont le Français Jean-Luc van den Heede, 73 ans, en tête! Il a quelques tours du monde à son actif, dont une deuxième place au Vendée Globe. Le règlement de cette course fait que ce n'est plus une surenchère technologique: les bateaux sont limités en matériaux, architecture et équipements.

Image
Jean-Luc van den Heede


Bravo à eux. Merci


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 19:55 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6010
Vézère a écrit :
Barbetorte a écrit :
Le maniement du sextant ne pose aucun problème de formation. Deux heures d'explications et d'exercices suffisent, ensuite il faut un peu d'entraînement. La formation des navigateurs porte sur la théorie mathématique et la pratique des calculs.
Un peu hors-sujet, et sans doute le savez-vous déjà, mais la Navy US et les autres marines de guerre j'imagine, ré-apprennent à utiliser le sextant. Dans le cadre de la guerre électronique, être dépendant du GPS comme peuvent l'être des soldats en 2018 devenait problématique.

Je poursuis le HS : Il ne s'agit pas forcément de guerre électronique, ça peut être aussi dans le cadre de la guerre de l'espace, dans laquelle Trump a annoncé des investissements, les Russes ayant mis au point une sorte de satellite tueur. (Le risque c'est un flingage - éventuellement réciproque - de satellites GPS et Glonass.)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 20:39 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1558
Vézère a écrit :
Barbetorte a écrit :
Le maniement du sextant ne pose aucun problème de formation. Deux heures d'explications et d'exercices suffisent, ensuite il faut un peu d'entraînement. La formation des navigateurs porte sur la théorie mathématique et la pratique des calculs.
Un peu hors-sujet, et sans doute le savez-vous déjà, mais la Navy US et les autres marines de guerre j'imagine, ré-apprennent à utiliser le sextant. Dans le cadre de la guerre électronique, être dépendant du GPS comme peuvent l'être des soldats en 2018 devenait problématique.
Non, je ne le savais pas. Mais je ne suis pas étonné. Il y a en effet un risque qu'il faut se préparer à affronter. Les autres armées sont encore plus menacées parce qu'elles sont en plus susceptibles de ne plus pouvoir utiliser le GPS sur décision américaine. C'est pour échapper à la dépendance des Etats-Unis qu'ont été lancés les programmes Hélios (imagerie par satellite) et Galileo (satellites de navigation). Autre inquiétude : l'impulsion électronique nucléaire qui rend plus vulnérables les armes dont les systèmes de commande électromécaniques d'antan ont été remplacés par des systèmes électroniques beaucoup moins robustes.

Je tiens à préciser que ma phrase que vous citez était suivie de : La formation des navigateurs porte sur la théorie mathématique et la pratique des calculs. Qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit. Le maniement du sextant est une chose. La navigation astronomique en est une autre, comme savoir conduire une voiture n'est pas savoir en changer l'embrayage. Si besoin est, on peut expliquer rapidement à n'importe qui comment mesurer la hauteur d'une étoile. Mais cela ne suffit pas pour faire le point. Les données brutes recueillies au moyen du sextant devront être traitées pour donner la position du navire et il faut un peu plus de deux heures de formation pour savoir le faire. Cela étant, on a tout de même fait en sorte de rendre la pratique du point accessible à des gens qui n'ont pas de connaissance en trigonométrie sphérique. En France, ce fut l'oeuvre d'un officier de la Marine Nationale, Marcq Saint-Hilaire qui, reprenant une méthode proposée par l'Américain Sumner en 1837, a élaboré des tables de calcul (la Table 900 éditée par le Service Hydrographique de la Marine) que l'on utilise en suivant un mode d'emploi très simple. Cette méthode a été adoptée en 1875. Au siècle précédent, l'abbé de Lacaille avait eu le même souci et conçu un outil comprenant des tables de calcul et des abaques qui devaient permettre au plus grand nombre de navigateurs de faire le point par la méthode des distances lunaires. Borda, qui lui a succédé, avait une conception plus élitiste. Selon lui, les marins devaient savoir ce qu'ils faisaient et qu'ils aient suivi une formation mathématique approfondie. Tout cela pour dire que sextant et horloge étaient un préalable mais qu'il a fallu aussi définir les méthodes adéquates pour s'en servir et que cela a pris beaucoup de temps


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 22 Jan 2019 22:18 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
De grands Anciens m'ont raconté que dans les compagnies méharistes au Sahara, il arrivait parfois que l'on fasse le point au sextant. Un souvenir plus récent datant des années 1970, lors de manœuvres j'étais près d'un groupe d'artilleurs et un officier a utilisé un sextant pour s'exercer. J'ignorai que cet instrument était en dotation dans les régiments d'artillerie. Déjà à l'époque en Europe c'était du perfectionnisme (vu la précision des cartes) et de nos jours tout est simplifié....mais brouillable.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le sextant
Message Publié : 23 Jan 2019 0:28 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1558
Léonard59 a écrit :
Dès le début vous êtes parti du principe que tout ce que je disais, c'était des conneries. Et vous avez contredit systématiquement ce que j'ai écrit, même quand quelques lignes plus tard vous écrivez la même chose, même si c'est avec d'autres mots.
Je vous renvoie la balle. Dès le début vous m'avez fait un procès d'intention, réfutant d'avance tout ce que je peux dire et dénaturant systématiquement tous mes propos. Si je vous contredis systématiquement, c'est parce que vous proférez systématiquement des énormités. Vous commencez très fort, alors que nous parlons de navigation, en me reprenant sur un ton doctoral après que j'ai employé le mot estime, manifestant à l'évidence que vous ignorez la signification de ce terme qui fait partie du vocabulaire maritime .

Léonard59 a écrit :
Mais, il parait que l'on ne doit parler que du sextant ... Or, durant la période, dont vous rappellez les bornes, on a aussi beaucoup utilisé un autre instrument : l'arbalète étant son nom commun en ce qui concerne la navigation. Mais, VOUS avez décrété que j'étais HS.
Si vous aviez parlé de l'arbalète, ce n'aurait pas été HS et cela aurait été très intéressant, mais vous n'avez pas parlé de l'arbalète. Si vous pouviez dire en deux mots ce qu'on pouvait en attendre, cela m'intéresserait parce que je n'ai rien lu à ce sujet. Me semble-t-il, elle devait être précise à un demi-degré près. Mais c'est peut-être inexact. Si votre ouvrage sur l'histoire de la navigation peut nous renseigner, ce serait une bonne occasion de donner enfin une information concrète qui serait vraiment au cœur du sujet.

Léonard59 a écrit :
Le créateur du sujet ne semble pas s'être plaint des informations que j'ai apporté ...
Il n'est pas revenu. Je crains que vous ne lui ayez embrouillé l'esprit. Il a un devoir scolaire à rendre. Il serait regrettable qu'il soit jugé HS par le professeur. Mais surtout, en lisant ces inepties : Pour parer ces erreurs relatives, on a très vite deviné une méthode efficace : multiplier les mesures et en faire la moyenne. Seul problème, cela impose de rester plus longtemps en panne pour avoir un point de référence fixe. Donc, on perd du temps. Mais, on peut aussi multiplier les gens qui font des mesures ... Mais cela suppose que sur le navire il y ait plusieurs personnes ayant ces capacités., il en tirera la conclusion qu'il faut mettre en panne pour utiliser un sextant et qu'un opérateur peut s'y reprendre à plusieurs fois mais que cela prend du temps. En fait, on ne met pas en panne. Mais vous avez raison sur le temps qu'on perd à s'y reprendre sur la méridienne : c'est 24 h d'attente entre deux mesures. Ben oui, 12 h 00' 00'', ce n'est pas 11 h 59' (trop tôt) ni 12 h 01' (trop tard). Quand on ne sait pas, on ne dit rien. On se retient d'imaginer.

Léonard59 a écrit :
Si on considère que le sextant révolutionne la navigation, ce qui est la question posée par lesextant, il faut comparer le sextant avec son prédécesseur et dire en quoi le sextant modifie les pratiques. Il est plus pratique d'usage et il permet d'obtenir une meilleure précision. Est-ce une révolution ? Si on considère que durant plusieurs siècles avant l'apparition du sextant de nombreux marins ont pratiqué la navigation hauturière astronomique, la réponse serait : non. Ils ont su se contenter des outils qu'ils avaient pour aller d'un point A à un point B. Car, en pratique, le fait de savoir où on se trouve en mer n'a pas trop d'importance, ce qui est capital est de savoir si on suit la bonne route et qu'on va vers le bon port. Désolé de rappeler un fait aussi trivial, mais il ne me semble pas inutile de le rappeler au point où on en est dans cette discussion.
Le BCG est-il une révolution ? Si on considère que durant plusieurs siècles avant son apparition les gens ne sont pas tous morts de la tuberculose, la réponse serait : non. Ils ont su se contenter des conditions sanitaires existantes.
Ce qui est capital quand on navigue est de ne pas se vautrer sur les cailloux. Désolé de rappeler un souci aussi trivial. Vacciné du BCG, Chopin ne serait pas mort prématurément de la tuberculose et avec un sextant, l'amiral Showell serait rentré sain et sauf à Portsmouth.

Léonard59 a écrit :
Alors quelle est l'utilité du sextant ? Là je persiste à dire que la grande différence entre les hommes de l'époque considéré et leurs prédécesseurs est : le navire. Il est plus gros, il permet d'aller plus loin, et il est plus rapide... Vous jugez que c'est un détail qui n'est pas pertinent. Je ne suis pas du même avis. Vous auriez pu argumenter que les navigateurs ont toujours été à la recherche d'outils plus performants et plus pratiques. Effectivement, on voit la filiation dans les outils qui permet d'aller vers plus de performance, une meilleure praticité et ... une diminution constante de l'erreur relative...
L'utilité du sextant est une bonne question.
Réponse : il sert à mesurer des distances angulaires, hauteur du soleil ou d'étoiles par rapport à l'horizon ou distance angulaire entre deux astres, ces données donnant des informations nécessaires pour connaître sa position, ce qui aide à ne pas se vautrer sur les cailloux.

Le sextant présente deux avantages essentiels par rapport aux instruments l'ayant précédé : il est utilisable dans des conditions de mouvements de la plate-forme plus défavorables et il est plus précis. En l'absence de garde-temps suffisamment fidèles qui ne seront disponibles que plus tard, il permet enfin d'obtenir un résultat de calcul de la longitude qui soit exploitable. Le reste n'est que littérature. Faites de la littérature si vous voulez, mais répondez tout de même à la question.

Léonard59 a écrit :
La diminution de l'erreur relative fait qu'au bout du voyage on a plus de chances d'arriver près du but et de perdre moins de temps à chercher son port. Il ne faut pas oublier que la plupart des premiers marins hauturiers font des voyages marchands, moins on perd de temps et plus on peut faire de voyages (bon, ce n'est pas tout à fait vrai car parfois il fallait attendre que le vent souffle dans le bon sens).
Cela fait partie de l'intérêt d'avoir de bons instruments de navigation mais le souci premier était la sécurité. En Angleterre comme en France, les efforts accomplis en vue d'une amélioration des moyens de navigation l'ont été en premier lieu au profit de la marine militaire.

Faget a écrit :
De grands Anciens m'ont raconté que dans les compagnies méharistes au Sahara, il arrivait parfois que l'on fasse le point au sextant. Un souvenir plus récent datant des années 1970, lors de manœuvres j'étais près d'un groupe d'artilleurs et un officier a utilisé un sextant pour s'exercer. J'ignorai que cet instrument était en dotation dans les régiments d'artillerie. Déjà à l'époque en Europe c'était du perfectionnisme (vu la précision des cartes) et de nos jours tout est simplifié....mais brouillable.
Je l'ai aussi entendu dire. Une personne en plein désert dans une zone sans aucun relief se trouve dans une situation identique à celle d'un marin en haute mer. Ce moyen n'est utilisable que si l'étendue vue par l'observateur est une portion de sphère. Cette condition est réalisée si la limite entre la terre et le ciel dessine un arc de cercle, cet arc de cercle étant l'horizon, et qu'il connait l'altitude où il se trouve par rapport à cet horizon. Je ne crois pas que ce soit utilisable en Europe parce qu'il y a toujours du relief et qu'on ne voit jamais d'horizon.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 62 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 12 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB