Forum Histoire - Passion Histoire
http://passion-histoire.net/

Le versorium de William Gilbert
http://passion-histoire.net/viewtopic.php?f=72&t=41392
Page 1 sur 1

Auteur :  genetic [ 10 Mai 2019 18:03 ]
Sujet du message :  Le versorium de William Gilbert

Bonjour

Au 16ème siècle, William Gilbert a découvert les vertus attractives de différents métaux (soufre, verre, résine, etc...).

Il a découvert cela grâce à un instrument: le versorium. Une sorte d'électroscope.

J'aimerais savoir comment est né ce versorium.

Je ne trouve d'information nulle part.

En plus, Gilbert avait écrit des explications sur ses découvertes mais il parait qu'elles ont été brulées lors de l'incendie de Londres en 1666.

Auteur :  Pierma [ 10 Mai 2019 23:11 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

genetic a écrit :
Bonjour

Au 16ème siècle, William Gilbert a découvert les vertus attractives de différents métaux (soufre, verre, résine, etc...).

Soufre, verre, résine,... qui ne sont pas des métaux.

Je ne suis pas expert en chimie, mais qu'appelez-vous les "vertus attractives" ?

Auteur :  genetic [ 11 Mai 2019 2:45 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

Pierma a écrit :
genetic a écrit :
Bonjour

Au 16ème siècle, William Gilbert a découvert les vertus attractives de différents métaux (soufre, verre, résine, etc...).

Soufre, verre, résine,... qui ne sont pas des métaux.

Je ne suis pas expert en chimie, mais qu'appelez-vous les "vertus attractives" ?


J'appelle "vertus attractives" le fait pour le versorium, qui est une sorte de tige en métal monté sur un pivot, de se tourner vers la matière comme le souffre dès que celui ci est placé proche du versorium.

Dans l'antiquité, on pensait que seule l'ambre frottée avait des "propriétés attractives" en attirant par exemple des petits morceaux de paille.

Auteur :  Darwin1859 [ 11 Mai 2019 8:48 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

genetic a écrit :
J'appelle "vertus attractives" le fait pour le versorium, qui est une sorte de tige en métal monté sur un pivot, de se tourner vers la matière comme le souffre dès que celui ci est placé proche du versorium.


Soufre (et non souffre). Il s'agit de mettre en évidence l'électricité statique, et de la comparer au magnétisme. Le versorium est un electroscope développé en 1600 par William Gilbert (1544-1603), médecin de la reine Elisabeth.

Le versorium était une simple aiguille libre de pivoter sur un axe comme une aiguille de boussole, et d'être attirée par les corps chargés en électricité statique. Comment il est né? De l'esprit curieux de Gilbert, qui travaillait sur ces phénomène connus (l'ambre effectivement, qui réagit au frottement comme le plastique que nous connaissons: en se chargeant), et en essayant diverses matières.

Image
Versorium

Les travaux empiriques de Gilbert ont influencé Kepler et Galilée sur le magnétisme terrestre.

Image
William Gilbert

Auteur :  genetic [ 11 Mai 2019 10:24 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

Darwin1859 a écrit :
genetic a écrit :
J'appelle "vertus attractives" le fait pour le versorium, qui est une sorte de tige en métal monté sur un pivot, de se tourner vers la matière comme le souffre dès que celui ci est placé proche du versorium.


Soufre (et non souffre). Il s'agit de mettre en évidence l'électricité statique, et de la comparer au magnétisme. Le versorium est un electroscope développé en 1600 par William Gilbert (1544-1603), médecin de la reine Elisabeth.

Le versorium était une simple aiguille libre de pivoter sur un axe comme une aiguille de boussole, et d'être attirée par les corps chargés en électricité statique. Comment il est né? De l'esprit curieux de Gilbert, qui travaillait sur ces phénomène connus (l'ambre effectivement, qui réagit au frottement comme le plastique que nous connaissons: en se chargeant), et en essayant diverses matières.

Image
Versorium

Les travaux empiriques de Gilbert ont influencé Kepler et Galilée sur le magnétisme terrestre.

Image
William Gilbert

D'accord, mais il me semble que le versorium a d'abord été utilisé par Gilbert durant ses expériences sur le magnétisme.

Image

L'anglais Robert Norman venait de découvrir l'inclinaison magnétique et Gilbert voulait prouver l'existence du magnétisme terrestre.

Auteur :  Pierma [ 11 Mai 2019 10:55 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

Merci Darwin. C'est très clair.

"Attiré par la matière" je me demandais de quoi parlait Génétic. (C'était si difficile de parler d'électricité statique, ou du champ magnétique terrestre ? Votre propos était si opaque que j'ai cru à une histoire de pseudo-science. A vrai dire j'ignorais ce qu'est, ou était, un électroscope. Aiguille aimantée, là aussi, c'est trop simple ?)

Auteur :  Léonard59 [ 11 Mai 2019 12:14 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

Pierma a écrit :
Votre propos était si opaque que j'ai cru à une histoire de pseudo-science


On constate que certains auteurs modernes restent sciemment sur du vocabulaire ancien, et cela est à ce moment-là de la pseudoscience. En fait, les théories de William Gilbert sont en phase avec son époque, il est à la pointe de la recherche. Ses travaux ont été complétés par d'autres par la suite. Pour un esprit non-scientifique de l'époque, voir un objet tourner pour être attiré par un morceau d'ambre qu'on avait frotté avec un chiffon, c'était quelque chose de surnaturel, qui dépassait ce que lui montrait ses sens. Maintenant, cela nous semble évident. Mais, cela n'a pas toujours été le cas.

Auteur :  Pierma [ 11 Mai 2019 13:28 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

Léonard59 a écrit :
Pierma a écrit :
Votre propos était si opaque que j'ai cru à une histoire de pseudo-science


On constate que certains auteurs modernes restent sciemment sur du vocabulaire ancien, et cela est à ce moment-là de la pseudoscience. En fait, les théories de William Gilbert sont en phase avec son époque, il est à la pointe de la recherche. Ses travaux ont été complétés par d'autres par la suite. Pour un esprit non-scientifique de l'époque, voir un objet tourner pour être attiré par un morceau d'ambre qu'on avait frotté avec un chiffon, c'était quelque chose de surnaturel, qui dépassait ce que lui montrait ses sens. Maintenant, cela nous semble évident. Mais, cela n'a pas toujours été le cas.

Oui, je vous suis bien.

Dans le vocabulaire ancien, je compterais "l'électroscope" (un mot que j'ignorais, malgré une maîtrise de physique) un terme qui a pu avoir son importance à une époque où on cherchais à détecter et comprendre les manifestations de l'électricité.

Comme ce n'est plus un sujet majeur, cet "instrument" n'a plus rien d'avant guardiste, et je pense que le terme est tombé en désuétude. "Une aiguille aimantée" ça va très bien.

Auteur :  Quodlibet [ 11 Mai 2019 18:12 ]
Sujet du message :  Re: Le versorium de William Gilbert

Bonjour,

Pierma a écrit :
Dans le vocabulaire ancien, je compterais "l'électroscope" (un mot que j'ignorais, malgré une maîtrise de physique) un terme qui a pu avoir son importance à une époque où on cherchais à détecter et comprendre les manifestations de l'électricité.

Comme ce n'est plus un sujet majeur, cet "instrument" n'a plus rien d'avant guardiste, et je pense que le terme est tombé en désuétude. "Une aiguille aimantée" ça va très bien.

De plus experts que moi apporterons des précisions, mais un électroscope n'a rien à voir avec une aiguille aimantée: celle-ci détecte un champ magnétique, un électroscope détecte une charge électrique (qu'un électromètre mesure).

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectrom%C3%A8tre

J'ai souvenir d'avoir vu au lycée un électroscope a feuilles d'or, et ce n'est pas si ancien :wink: . Incidemment, la découverte du polonium et du radium par les Curie a été possible grâce au perfectionnement par Pierre Curie de l'électromètre à quadrants de Kelvin.
Bien à vous

Page 1 sur 1 Le fuseau horaire est UTC+1 heure
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
https://www.phpbb.com/