A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 15 Déc 2017 9:15

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 92 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 19 Mars 2013 8:30 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3997
Citer :
des généraux qui avec assurance déclarent qu'il y a armistice


Réponse du berger à la bergère : deux jours plus tard, à Hollabrün, Murat se fit pareillement berner par Koutouzov en pleine retraite sur d’hypothétiques promesses d’armistice.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Mars 2013 13:14 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3997
Réponse furieuse de l'Empereur dès le lendemain :

"Il m'est impossible de trouver des termes pour vous exprimer mon mécontentement. Vous ne commandez que mon avant-garde et vous n'avez point le droit de faire d'armistice sans mon ordre ; vous me faites perdre le fruit d'une campagne. Rompez l'armistice sur-le-champ et marchez à l'ennemi. Vous lui ferez déclarer que le général qui signe cette capitulation n'a point le droit de le faire ; qu'il n'y a que l'empereur de Russie qui ait ce droit ; toutes les fois cependant que l'empereur de Russie ratifierait ladite convention, je la ratifierai. Mais ce n'est qu'une ruse ; marchez, détruisez l'armée russe ; vous êtes en position de prendre ses bagages et son artillerie. L'aide de camp de l'empereur de Russie est un polisson ; les officiers ne sont rien quand ils n'ont point de pouvoirs ; celui-ci n'en avait point ; les Autrichiens se sont laissé jouer pour le passage du pont de Vienne ; vous vous laissez jouer par un aide de camp de l'empereur ; je ne conçois pas comment vous avez pu vous laisser jouer à ce point."


A noter que, dans le même dessein, des rumeurs d'armistice firent aussi leur apparition du côté prussien l'année suivante, après Iéna.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Mars 2013 22:44 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3997
J’ai évoqué plus haut les rumeurs d’armistice qui furent lancées suite à la bataille d’Iéna.

Là encore, la fureur de Napoléon fut grande :
« L'Empereur témoigne son mécontentement au général de division Klein et au général de brigade Lasalle, et Sa Majesté ordonne que cette marque de son mécontentement soit mise à l'ordre de l'armée, pour avoir laissé passer deux colonnes ennemies qui étaient coupées, ayant l'un et l'autre l'extrême simplicité de croire ce que le général ennemi Blücher leur a dit qu'il y avait un armistice de six semaines.
Depuis quand est-ce par le canal de l’ennemi que Sa Majesté fait porter ses ordres ?
L'Empereur se flatte que de pareilles erreurs ne seront plus commises ; les lois militaires prononcent les plus grandes peines contre ces officiers dans un cas pareil ; mais la peine la plus sensible pour un officier de la Grande Armée est de n'avoir pas concouru en tout point à l’entier succès des opérations. »

(Ordre du jour du 19 octobre 1806)

Dans son rapport en date du 16, Lasalle reconnut bien qu’un parlementaire prussien était venu lui annoncer un armistice (auquel il affirme ne pas y avoir trop ajouté foi), mais force est de reconnaître que la brigade française en question, en raison de la disproportions des effectifs, n’était guère en mesure de s’opposer aux forces ennemies.

Le 11e Bulletin du 19 octobre oublia finalement Lasalle. Seul Klein fut égratigné :
« Le général prussien Blücher, avec cinq mille hommes, a traversé la division de dragons du général Klein, qui l'avait coupé. Ayant allégué au général Klein qu'il y avait un armistice de six semaines, ce général a eu la simplicité de le croire. »

De son côté Soult se montra plus perspicace. Rapport du 16 octobre :
« Ce matin, en arrivant à Gross-Sommern, j'ai été instruit qu'une colonne ennemie forte de 12 000 hommes en était partie à sept heures et même que Sa
Majesté le roi de Prusse y avait couché ; j'ai fait de suite suivre la direction qu'avait prise cette colonne en se retirant, et sur le soir j'ai encore pu l'atteindre à Greussen, ayant ses lignes formées et paraissant prête à soutenir le combat.
Lorsque l'avant-garde a été à portée de cette colonne, un parlementaire s'est présenté et a déclaré au nom du général Kalkreuth, commandant en chef l'armée prussienne, qu'il croyait qu'une trêve ou armistice avait été conclue entre Sa Majesté l'Empereur et le roi de Prusse, et qu'il avait même reçu ordre de son souverain de ne point faire feu sur les troupes françaises si elles se présentaient ; ce parlementaire m'a, en outre, fait prier de vouloir bien accorder à ce sujet une conférence à M. le général Kalkreuth.
M'étant rendu aux avant-postes, le général Kalkreuth m'a répété la même chose, et m'a dit qu'il garantissait sur son honneur que des propositions d'armistice avaient été faites et qu'il croyait même qu'elles avaient été acceptées par l'Empereur, et m'a prié en conséquence de n'engager aucune affaire jusqu'à ce que des ordres aient été donnés à ce sujet ; il m'a même dit qu'hier au soir le général Klein à la tête de la division qu'il commande, et qui s'était porté sur le flanc de la colonne prussienne en se dirigeant sur Weissenssee, n'avait pas fait d'objection pour laisser passer ses troupes, sur l'assurance qu'il lui avait donnée que la trêve devait être conclue.
N'ayant reçu aucun ordre ni avis à ce sujet, j'ai dû trouver fort étrange que le général Kalkreuth me fît pareille proposition, mais n'étant point encore en mesure pour l'attaquer, parce qu'il n'y avait que la cavalerie d'arrivée, et que l'infanterie ne pouvait être en présence qu'une demi-heure avant la nuit, j'ai prolongé l'entretien jusqu'à ce qu'elle fût rendue, et pour cela je lui ai fait des propositions telles que j'étais bien assuré qu'il ne les accepterait pas : de faire arrêter la marche de toutes les colonnes prussiennes, desquelles il se disait le général en chef, qui pouvaient être en mouvement sur la rive gauche de l'Elbe, soit qu'elles aient été à la bataille ou non, et que dans le cas que l'armistice (conclu à ce qu'il me disait) ne le fût pas, la colonne qu'il commandait serait prisonnière de guerre.
Le général Kalkreuth et un autre général qui était avec lui ont répondu qu'ils préféraient tous mourir que de consentir à un pareil déshonneur; mais ils consentaient à la première proposition si j'avais voulu leur permettre de prendre sur les derrières une position qui les mît à même de se procurer des vivres, et ils demandaient aussi que l'armée française arrêtât ses mouvements.
Avec de pareilles prétentions de part et d'autre, et de mon côté étant sans pouvoir pour rien promettre, il était difficile de s'entendre ; aussi, j'ai rompu l'entretien aussitôt que j'ai appris que l'infanterie arrivait, et j'ai dit au général Kalkreuth que ne pouvant me regarder comme prévenu de l'existence d'un armistice, quoiqu'il en fût lui-même persuadé, je ne cesserais de le poursuivre, et que j'agirais en conséquence des instructions que j'avais reçues. Nous nous sommes alors séparés, et, un instant après, j'ai fait attaquer les troupes qu'il avait devant Greussen ; elles ont été culbutées, nous sommes entrés dans la ville et nous avons fait quelques prisonniers ; j'ai mis ensuite un parti à la poursuite de la colonne, pour la fatiguer sans cesse pendant la nuit, l’empêcher de faire du chemin et la tenir à portée pour demain matin ; aussi j'espère qu'avant d'être à Nordhausen, je l'aurai entamée »

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Mars 2013 10:49 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3997
L'arrestation de Froté de ses compagnons :

Au soir du 15 février 1800, Frotté, accompagné de six compagnons d’armes, muni de sauf-conduits en bonne et due forme, se présente, comme il avait été prévu lors de rencontres préliminaires, à Alençon, afin de négocier la paix.
Là, la discussion s’engage avec le général Guidal. Ce dernier, prétextant la nécessité d’en référer à son supérieur le général Chambarlhac, se retire. Il vient de finir de jouer son sinistre rôle.
Il est minuit. Des grenadiers, cachés dans l’hôtel, pénètrent alors dans la salle et s’emparent du général chouan. Raison invoquée ? Les sauf-conduits expiraient le jour même à minuit…

Désarmés et fouillés, les prisonniers sont transportés en pleine nuit et sous bonne escorte (1 800 hommes) vers Verneuil qui n’est atteint que le 18.
Laborde, aide de camp du général Lefèvre (le futur maréchal), commandant de la 14e division militaire, apporte alors un ordre stipulant de constituer sur-le-champ une commission militaire.
La séance dure à peine quatre heures. Verdict : la mort.
A 17 heures, Frotté et ses six compagnons sont fusillés.

Réaction de Bonaparte, deux jours plus tard, dans sa lettre à Berthier, ministre de la Guerre :
« Je vous prie, citoyen ministre, d’écrire aux généraux Guidal et Chambarlhac une lettre de satisfaction sur la conduite qu’ils ont tenue dans la 14e division militaire.»

A noter que si le Premier Consul se félicita du lâche piège tendu au général chouan, son frère, Louis, alors chef de brigade au 5e régiment de dragons et à qui on proposait la présidence de la commission militaire, montra une plus digne attitude et refusa l’offre en ces termes :
« Je ne suis soldat que depuis bien peu d’années, mais j’en sais assez sur l’honneur militaire pour ne pas compromettre mon nom dans une pareille iniquité. »

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Mars 2013 12:38 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1881
Drouet Cyril a écrit :
J

Le 11e Bulletin du 19 octobre oublia finalement Lasalle. Seul Klein fut égratigné :
« Le général prussien Blücher, avec cinq mille hommes, a traversé la division de dragons du général Klein, qui l'avait coupé. Ayant allégué au général Klein qu'il y avait un armistice de six semaines, ce général a eu la simplicité de le croire. »


Blücher ?? celui de Waterloo ??

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Mars 2013 12:45 
Hugues de Hador a écrit :
Drouet Cyril a écrit :
J

Le 11e Bulletin du 19 octobre oublia finalement Lasalle. Seul Klein fut égratigné :
« Le général prussien Blücher, avec cinq mille hommes, a traversé la division de dragons du général Klein, qui l'avait coupé. Ayant allégué au général Klein qu'il y avait un armistice de six semaines, ce général a eu la simplicité de le croire. »
Blücher ?? celui de Waterloo ??
Oui.


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Mars 2013 12:56 
Tant qu'on y est, j'avais noté ce qui suit dans Tabari, Les quatre premier califes (Sindbad) :
An 30 de l'Hégire (652/653). Le Khorassan (entre l'Iran et l'Afghanistan actuels), récemment soumis à l'Islam, se révolte. Une forte armée arabe sous la conduite d'un général du nom de Saïd, assiège entre autres la ville de Tamisa. Les habitants proposent leur soumission à la condition que "pas un seul homme" de la garnison ne soit tué. Accepté. Après, voici, transposé en français, le subtil raisonnement de Saïd. "Ne pas tuer" est équivalent à "épargner". Donc on "ne tue pas" un seul homme, on "épargne" un seul homme... et on massacre tous les autres.


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Mars 2013 13:11 
Et une compilation de ruses de la Guerre d'Algérie, dans les deux camps : http://pagesperso-orange.fr/daruc/divers/algerie.htm


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Mars 2013 14:51 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3997
Citer :
Blücher ?? celui de Waterloo ??


Il s'agit bien du même. La poursuite s'acheva peu après la prise de Lubeck. Pris en tenaille entre les Français et la frontière danoise, Blucher fut contraint à la capitulation, le 6 novembre, à Ratkau.
Image

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juil 2013 0:04 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 26 Juin 2013 0:29
Message(s) : 213
Selon la légende, qui cherche à expliquer le pourquoi de la présence d'une tête de chèvre sur le heaume de Skanderbeg, durant le siège de Krujë assiégée par les Ottomans, le stratège albanais aurait eut l'idée de mettre une chandelle sur chaque corne des chèvres du lieu et de les allumer durant la nuit.
Les trucs croyant à une sortie en masse se ruèrent vers les lumières, uniquement pour être pris de revers par les albanais.

J'aime aussi beaucoup la ruse de Du Guesclin lors de la prise d'un chateau tenu par les Anglais : se déguisant en femmes et bucherons portant le bois pour chauffer les bains, ils réussirent à rentrer avec leurs armes. La subtilité ayant ses limites, Du Guesclin se serait exclamé une fois entré dans la place " Fils de ribaudes, voici le bois pour chauffer votre bain, mais c’est de sang que je remplirai la baignoire !"
Ceci dit j'ose à peine imaginer Du Guesclin grimé en femme. La garnison devait vraiment être en manque pour faire rentrer pareille compagnie...Enfin certains aiment les poils :mrgreen:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juil 2013 5:34 
LSCatilina a écrit :
Selon la légende, qui cherche à expliquer le pourquoi de la présence d'une tête de chèvre sur le heaume de Skanderbeg, durant le siège de Krujë assiégée par les Ottomans, le stratège albanais aurait eut l'idée de mettre une chandelle sur chaque corne des chèvres du lieu et de les allumer durant la nuit.
Hannibal, coincé par Fabius en position défavorable, avait déjà fait ça avec des vaches (ou des bœufs), pour s'échapper. C'est peut-être ce qui a inspiré la légende ?


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Juil 2013 12:16 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Lors du pillage de Rome par les gaulois en - 390, les romains assiégés au capitole et au bord de la famine, jettent du pain aux gaulois pour leur faire croire qu'ils ne manquent pas de vivre. La ruse réussit, Brennus traite avec une délégation et accepte de se retire contre un tribut.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Juil 2013 13:04 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Juil 2007 13:23
Message(s) : 367
Localisation : Tours
A Metz ils ont tenté la même chose lors du siège, mais ça n'a pas arrêté Attila.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Déc 2013 10:13 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3997
Extrait des Mémoires de Rossignol :

"Nous cherchâmes d'accord ensemble à prendre l'ennemi dans ses propres projets [l'armée vendéenne menant alors la campagne d'outre-Loire devait selon les républicains recevoir sous peu des renforts anglais et émigrés du côté de Cancale].
[...]
Nous avions résolu qu'aussitôt que l'on apercevrait l'ennemi, on ferait amener sur plusieurs points le drapeau blanc, afin de lui donner à connaître que l'armée royaliste était maîtresse de ces contrées.
[...]
Nous avions aussi résolu de faire paraître, sur plusieurs des hauteurs où seraient placés les drapeaux blancs, beaucoup de laboureurs et de femmes pour mieux les tromper."

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Jan 2016 21:03 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Mars 2011 19:30
Message(s) : 85
cush a écrit :
je crois que le concept de "Maskirovka" mérite aussi une palme: à partir de fin 42, début 43 et dans une bonne part grâce à la Maskirovka, les Soviétiques ont toujours frappé là où on ne les attendaient pas forcément ou ils ont réussi à faire planer le doute sur le véritable point d'impact... Ce qui explique en partie le sentiments des Allemands d'avoir été littéralement "submergés" par des hordes sans fin alors que le rapport de force global sur l'ensemble du front est est toujours resté aux alentours de 2:1, tout au moins jusqu'en 44.


Joukov a usé de cette "technique" lors de la défense de Moscou en 1941 (confection de faux chars en bois) et à d'autres occasions comme lors de la bataille de Khalkhin Gol contre les japonais (en 1939).
Les différentes actions consistaient à utiliser les système radio pour transmettre de fausses informations (en sachant que l'ennemi écoutait) ; à utiliser des haut-parleurs émettant le bruit de travaux de terrassement ; à réaliser des déplacement de véhicules (chars, aviation...) la nuit afin d'habituer l'ennemi aux déplacements et ainsi, ne pas lui permettre de déceler les véritables mouvements offensifs.
Egalement, lors des manœuvres préparatoires, certaines troupes ne se déplaçaient que de nuit et étaient systématiquement camouflées à chaque arrêt.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 92 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB