Nous sommes actuellement le 21 Août 2019 1:32

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 116 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8
Auteur Message
Message Publié : 07 Fév 2019 19:19 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 1068
Moi, je rapporte l'anecdote. Le gars, il nous dit qu'il a loupé son saut, qu'il a du ouvrir le ventral et qu'il a accepté de sauter dans la foulée. Les détails ... perdus dans les limbes du temps. C'était bien durant son service, donc dans un cadre militaire. Ma question serait donc, est-ce réel qu'on refaisait sauter tout de suite dans une unité de parachutistes ceux qui loupaient un saut ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Fév 2019 19:33 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 420
Localisation : Loin
Ah ok, donc il a ouvert le ventral. C'est déjà largement plus compréhensible. ;)
J'aimerais bien aussi avoir les détails des ex-paras. Par exemple, pliaient-ils et vérifiaient-ils eux-mêmes leur matériel? La hauteur de 100m est-elle plausible? Les instructeurs et cadres étaient-ils "durs mais responsables" avec les recrues et comment traitaient-ils les incidents: par la recherche de causes ou par-dessus la jambe? Craignaient-ils des répercussions en cas d'accident mortel d'une recrue?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Fév 2019 20:03 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 1068
Dalgonar a écrit :
J'aimerais bien aussi avoir les détails des ex-paras. La hauteur de 100m est-elle plausible?


Comme je 'lai dit, sur l'arrière de la base de Metz-Frescaty, on voyait un terrain où parfois venaient manœuvrer les paras. Pour ce que je m'en souviens, ce n'était pas des bérets rouges et ils larguaient du matériel. Une première passe à assez basse altitude pour larguer les colis, puis ils montaient un peu plus haut pour larguer les hommes lors de la seconde passe. Mais, de là où on les voyait, il ne nous semblait pas qu'ils fusent très haut. J'ai appris par la suite qu'il fallait se méfier de ces impressions car on avait tendance à sous-estimer l'altitude. Mais, j'ai lu ensuite que les largages militaires se font à altitude réduite pour diverses raisons.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Fév 2019 20:35 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 420
Localisation : Loin
Oui. 100m me paraît impossiblement bas pour sauter. Attendons d'avoir des retours des ex-paras du forum.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Fév 2019 21:24 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Voila ce que j'ai trouvé dans Google à la rubrique "Parachutisme militaire".

" La hauteur (et non l'altitude) de largage normale est de 400 m. L'abaissement, c'est-à-dire la perte de hauteur nécessaire à l'ouverture du parachute est de 50 m. La durée de la descente est de moins d'une minute. Dans certaines situations opérationnelles, le largage peut s'effectuer à 200 m mais l'utilisation du parachute de secours en cas de dysfonctionnement devient alors aléatoire. La hauteur (et non l'altitude) de largage normale est de 400 m. L'abaissement, c'est-à-dire la perte de hauteur nécessaire à l'ouverture du parachute est de 50 m. La durée de la descente est de moins d'une minute. Dans certaines situations opérationnelles, le largage peut s'effectuer à 200 m mais l'utilisation du parachute de secours en cas de dysfonctionnement devient alors aléatoire. "

Comme je l'ai déjà dit il y a quelques jours, ce n'est pas parce que j'ai fait six sauts en parachute (en automatique) en septembre 1958, que je veux être considéré comme le gourou en parachutisme du Forum. En outre ce serait parfaitement indécent par rapport à mes camarades qui ont servi dans des régiments paras et qui ont plusieurs centaines de sauts à leur actif, notamment en commandé.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Fév 2019 21:32 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Dalgonar a écrit :
Ah ok, donc il a ouvert le ventral. C'est déjà largement plus compréhensible. ;)
J'aimerais bien aussi avoir les détails des ex-paras. Par exemple, pliaient-ils et vérifiaient-ils eux-mêmes leur matériel? La hauteur de 100m est-elle plausible? Les instructeurs et cadres étaient-ils "durs mais responsables" avec les recrues et comment traitaient-ils les incidents: par la recherche de causes ou par-dessus la jambe? Craignaient-ils des répercussions en cas d'accident mortel d'une recrue?

Les parachutes étaient pliés par des soldats spécialisés, mais qui sautaient aussi pour les responsabiliser. La vérification de l'harnachement était faite par les moniteurs qui étaient des sous-off haut de gamme, super sympa. Et puis il faut savoir ce qu'était l'ambiance et le moral de l'école de parachutisme de Pau en Septembre 1958, juste avant le réferendum. C'était une belle usine où ça pétait le feu lol

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Fév 2019 22:24 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Juin 2012 17:37
Message(s) : 160
Pour rebondir sur la question du "baptème de l'air", plusieurs de mes camarades ont effectué leur premier vol durant leur BPM. C'était assez amusant de les entendre dire qu'ils avaient décollé six fois, mais jamais atterris.

Pour l'anecdote, j'ai effectué trois sauts le premier jour et le quatrième le lendemain. L'avion étant en vrac les suivants ont du attendre quelques jours...Ce qui m'a permis de me rendre à Biarritz, d'aller piquer une tête et de surtout prendre un superbe coup de soleil intégral. Au point que les sangles du parachute (que je serrais très fort...) étaient difficilement supportables lors des sauts suivants.

Pour ce qui est des hauteurs, je crois que dans le cadre du brevet "chef de section TAP", il y a désormais un saut en dessous de 200 mètres. Pour le BPM classique, j'ai le souvenir que nous avions sauté à 300 mètres car le plafond était bas. Mais je ne peux le garantir.

_________________
TBPLTNT Chic à Cyr!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Fév 2019 23:57 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2827
Pour les anecdotes, sachez qu'au moins deux aviateurs, l'un allemand, l'autre anglais ont, au cours de la 2ème guerre mondiale, sauté sans parachute et s'en sont sortis...... l'un a vu sa chute amortie par des branches de hauts sapins couverts de neige et s'est retrouvé au sol sur une très grosse couche..... l'autre, l'Allemand, avait pu atterrir au sommet d'une grosse meule de paille en Ukraine....... En revanche mon père avait vu au cours de la 1ère guerre un aviateur allemand sauter de l'avion en perdition au dessus d'un canal, rater son coup et s'écraser à cheval sur le mur d'enceinte du cimetière de Dunkerque.......


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Fév 2019 0:19 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5879
Sir Peter a écrit :
l'un a vu sa chute amortie par des branches de hauts sapins couverts de neige et s'est retrouvé au sol sur une très grosse couche.....

Je me souviens avoir lu l'histoire de cet Anglais. Il était mitrailleur sur une forteresse volante descendue en flammes.
Coup de chance incroyable. En revanche les SS qui l'ont trouvé lui ont mis la trempe de sa vie ! :rool:

(Les aviateurs alliés n'étaient pas très populaires en Allemagne. Dans certaines villes bombardées il y a eu des cas de lynchage.)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Fév 2019 6:24 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 420
Localisation : Loin
Deux cas pendant la 2eGM (comme ça on n'est plus hors chrono):

Lieutenant Ivan M. Chisov, russe
Janvier 1942: Chisov pilote un Ilyushin 4, et est attaqué par 12 Messerschmitts. Pour échapper aux tirs, parachute au dos, il saute en chute libre à 21,980 ft (7000m), car il pense ouvrir à 1000ft. Il perd conscience pendant sa chute et atterrit dans un ravin neigeux avec une fracture du pelvis, mais vivant. Il repart en vol 3 mois plus tard.

Nicholas Alkemade
23 Mars 1944: Nick Alkemade de la RAF était dans la tourelle de mitrailleuse de queue d'un bombardier AVRO Lancaster bomber. De retour d'une mission il est attaqué par des Junkers JU-88. Alkemade est coincé dans la tourelle de l'avion en flammes, son parachute est dans la carlingue. A 18000 pieds (6000m) il saute, préférant une mort instantanée à être brûlé vif. Il atterrit dans de hauts sapins, dont les branches flexibles ont amorti sa chute progressivement. L'épaisse couche de neige a également amorti. Il s'en sort avec une foulure. Capturé, il n'est pas cru par la Gestapo, qui ne trouve pas de parachute et croit à un espion, jusqu'à ce qu'ils trouvent l'épave avec les parachutes brûlés. Alkemade est mort en 1987.

Ces cas sont remarquables et sont bien entendu deux exceptions aux circonstances extraordinaires. C'est ce qui s'appelle avoir une baraka de c..., à brûler des cierges à tous les saints pour le restant de ses jours.

Image

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicholas_Alkemade
D'autres:
http://www.cieldegloire.com/insolite_002.php


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Fév 2019 22:17 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1617
Pour répondre à Faget j'ai eu l'honneur de suivre une PMP à Vincennes en 1980 sous la houlette de l'inoubliable sergent Chef Vandelanoote, personnage haut en couleur nous appelant Mes Seigneurs, évoquant sans cesse les retournements de voilures et les déchirures de coupoles...

Prépa théorique à Vincennes et 4 sauts à Orléans Bricy (2 en NordAtlas et 2 en Transall)
Inoubliable

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 116 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB