A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Sep 2017 6:08

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : La croyance dans le progrès
Message Publié : 01 Sep 2014 18:35 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1519
Localisation : Lyon-Vénissieux
A partir de quand en France et en occident on a cru au "progrès" c'est à dire à cette idée que les progrès technologiques, scientifiques et autres laissaient apparaitre un avenir meilleur ?
Il est certain que cette idée existait dès le 18° siècle avec par exemple le célèbre livre de Condorcet "Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain", paru en 1794.

Mais à partir de quand exactement cette idée de progrès est apparue et s'est répandue dans l'opinion publique ?
Et quels en ont été les principaux propagandistes ?
(j'avais posée une question quelque peu similaire il y a peu sur l'histoire de l'optimisme en France)
Voir plus bas dans le sous-forum

Et question subsidiaire, à partir de quand cette confiance dans le progrès à reculé ?
Il me semble que c'est au 20° siècle avec ces deux apocalypses que sont les deux guerres mondiales. Par contre durant les années 1950/1960 il semble bien que la croyance dans le progrès a repris des forces notamment avec la conquête spatiale.
Ensuite durant les années 1970 les écologistes ont mis en avant les dangers du progrès technologique et scientifique, puis aujourd'hui la croyance dans le déclin et la décadence s'est imposée, tout du moins en France.

Auriez-vous des précisions sur cette question du progrès qui me semble à de l'importance ?

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Sep 2014 19:25 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Août 2014 22:07
Message(s) : 40
Localisation : Ici et là
Cette question me semble bien posée, d'autant que vous citez Condorcet, qui pour moi, est un grand philosophe. Je dirai donc qu'il faudrait rechercher la réponse dans les écrits des philosophes, et dans l'impact qu'ils ont pu avoir dans la société.

... les philosophes, leur impact, mais aussi les classes sociales... Comment un ouvrier ressentait-il le progrès en période de paupérisme ? comme un serf ?
... la question est limitée à l'occident, je n'évoquerai donc pas les pays colonisés et ceux que l'on dit émergeants.

On peut discuter de cette question éternellement. En tout cas, nul doute qu'on y a cru pendant les 30 glorieuses en occident, et la conquête spatiale n'était en mon sens, qu'un infime détail !

Si nous devons seulement évoquer les élites et les dirigeants, la réponse est beaucoup plus facile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Sep 2014 19:57 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 01 Oct 2012 10:48
Message(s) : 353
Il me semble qu'on peut remonter plus loin que Condorcet , avec Fontenelle et ses "Entretiens sur la pluralité des mondes"
Il est le premier auteur sérieux à avoir affirmé "Un jour on ira sur la Lune"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Sep 2014 20:11 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Août 2014 22:07
Message(s) : 40
Localisation : Ici et là
taloslecyborg a écrit :
Il me semble qu'on peut remonter plus loin que Condorcet , avec Fontenelle et ses "Entretiens sur la pluralité des mondes"
Il est le premier auteur sérieux à avoir affirmé "Un jour on ira sur la Lune"


Certes, mais il faudrait savoir si la question est limitée aux intellectuels et aux élites...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Sep 2014 20:29 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1519
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
Certes, mais il faudrait savoir si la question est limitée aux intellectuels et aux élites...


Mieux vaut élargir la question à toutes les catégories sociales.
Il serait aussi intéressant de savoir pourquoi tantôt l'idée de progrès l'a emporté, et tantôt l'idée de déclin.
Pour un pays comme les Etats-Unis l'idée de progrès a me semble t-il été tout le temps dominante sauf peut-être durant les années 1970.

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Sep 2014 20:51 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 01 Oct 2012 10:48
Message(s) : 353
Ipso facto , elle est limitée à ceux qui ont écrit et dont les écrits nous sont parvenus
On voudrait bien connaitre l'avis des Ioniens , mais si peu nous est parvenu d'eux......
Au Moyen-Age , connait-on la position des principaux philosophes sur la question ?
L'Antiquité croyait l'age d'or , et le Moyen-age à la Parousie , mais il est possible que des esprits plus libres aient cru au Progrès : j'ai quelques pistes ....


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Sep 2014 21:49 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15366
Localisation : Alsace, Colmar
Ben moi, je trouve la question très mal formulée. Parce qu'on a toujours cru dans le "progrès" et qu'il y a toujours eu des opposants à ce "progrès". D'ailleurs plutôt que "le", il faudrait plutôt écrire "les". J'ai lu dernièrement la critique d'un livre qui traite de la question.

Image

Très bien documenté. Effectivement, il ne nous reste que les traces des oppositions écrites ou dont on a une relation écrite. Et l'opposition aux progrès s'est manifestée de tous temps et dans tous les milieux. D'après l'auteur, c'est souvent une contestation sociale contre les modifications qu'elle entrainera dans la société de l'époque.
Citer :
La modernisation industrielle et technique a suscité la critique dès son origine. Loin d'être confinée à un ensemble d'hurluberlus grincheux, effrayés par toute nouveauté, cette critique a pris des formes diverses que l'historien François Jarrige nous raconte dans un livre tout à fait fascinant. Mêlant histoire des machines, analyse économique, politique, littérature et cinéma, avec une érudition sans pareille, il nous entraîne dans son récit qui démarre dès le XVIIIe siècle.
Machinisme et catastrophisme

Jean-Jacques Rousseau décrit les ravages des techniques industrielles naissantes qu'il considère comme un symbole de vanité à l'égal du luxe. En 1840, l'historien Jules Michelet dénonce ce "machinisme", le mot est de lui, déjà contesté sur le terrain par des révoltes populaires, dont celle du célèbre Ned Ludd qui aurait brisé la machine à tisser de son maître, ouvrant la voie aux émeutes de 1811-1812 en Angleterre. Ces ouvriers ne refusent pas les machines et la mécanisation, mais les nouvelles méthodes qui privilégient le travail déqualifié.

Au cours du XIXe siècle, la critique commence à porter sur les catastrophes que provoquent les machines et les nouveaux risques liés aux accidents, aux effets négatifs de l'industrialisation sur la santé et, déjà, aux dégâts qu'elle provoque sur les milieux naturels. Les machines à vapeur et le gaz d'éclairage dans les espaces urbains font débat. Charles Fourier, s'appuyant sur les dérèglements du climat, dénonce dans un texte de 1822 le "déclin de la santé du globe".

Chez les économistes, Jean de Sismondi reconnaît que le progrès technique permet de rendre le travail plus productif, mais il est également source d'un avilissement de la force de travail, d'un accroissement des risques de surproduction et des souffrances sociales. Dans la première édition parue en 1817 de ses Principes de l'économie politique, David Ricardo souligne les bienfaits des machines, dont l'introduction permet de lutter contre les rendements décroissants. Mais dans la troisième édition de 1821, il insiste sur les effets pervers de court terme qu'elles peuvent avoir sur la classe ouvrière.


A certains moments, le rapport de force semble changer. Mais, à aucune période on n'a pu durablement s'opposer au progrès. Aucune ? Peut-être la Chine ou le Japon à l'époque où ils se ferment. Et encore, les historiens modernes relativisent de plus en plus l'impact de cet immobilisme. Ces sociétés ont quand même évoluées, moins vite qu'aux époques précédentes, mais l'immobilisme total est une vue de l'esprit.

En fait, il n'y a pas un moment où serait née cette "croyance" dans le progrès, comme il n'y a pas un moment ou serait née une opposition à la toute puissance de cette croyance dans le progrès. Je sais, de nos jours de nombreuses personnes se croient obligées de prétendre que durant les 30 glorieuses on avait foi dans le progrès. Consultez des archives et vous verrez que ce progrès faisait autant peur à l'époque qu'il fait peur aujourd'hui et pour les mêmes raisons peu ou prou.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Sep 2014 21:49 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Nov 2010 13:22
Message(s) : 330
Localisation : lorraine
Si l'on en croit la thèse de Pierre Hadot, on peut répondre "de tout temps".

En effet, pour Pierre Hadot, l'Homme doit lutter contre la Nature où "tout ce qui vit meurt".
Il s'agit alors de maîtriser la Nature pour avoir un avenir meilleur. Cette maîtrise peut être mécanique (technologique) mais la magie sera également longtemps acceptable.

_________________
Omnia disce, videbis postea nihil esse superfluum


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB