A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 11 Déc 2017 7:02

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message : Re:
Message Publié : 20 Juin 2008 20:45 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 05 Juin 2008 16:46
Message(s) : 11
Tom Stahler a écrit :
Citer :
(THOR AND THE MIDGARD SERPENT)

By Thorskegga Thorn

The battle between a monster and a hero is a common theme throughout the world's mythology. We have Saint George and the Dragon, Indra and the Vritra, Apollo and the Python, Jehovah and the Leviathan and in all these basic myths good pulverises evil. There is one exception, Thor's conflict against the World Serpent ends in a draw, or does it?
According to Norse tradition the World Serpent (Jormungandr) was one of three monstrous children of Loki (the trickster god) and the giantess Angrboda. The serpent grew at an alarming rate and the gods threw him into the sea. In the depths of the ocean the serpent continued to grow until he encircled the earth and lay with his tail in his mouth. Up to now Snorri Stulusson's rendition of the Norse serpent myth has been taken as genuine pagan belief. The gist can be summarised as follows...
Thor disguises himself as a young boy and pays a visit to the Giant Hymir. During Thor's stay Hymir decides to go on a fishing trip. Thor wants to go with him and Hymir reluctantly agrees providing that his guest finds his own bait. Thor finds Hymir's biggest ox and pulls its head off.
They both set out to sea in Hymir's fishing boat. Thor rows out too far and Hymir begins to panic in case the Midgard Serpent attacks them. Thor gets out the ox's head, fastens it to a sturdy hook and hurls it over the side. The serpent takes the bait straight away and pulls back in fury as the hook bites into its mouth. Thor exerts his divine strength, his feet reaching to the bottom of the sea and draws the writhing serpent up to the boat. Fearing for his life Hymir cuts the line allowing the serpent to escape. Thor throws his hammer at the retreating serpents head but misses, furious he knocks Hymir into the sea.
The prophecy of Ragnarok tells that Thor's failure to kill the serpent bodes disaster. The serpent will be Thor's death and bereft of their defender the other gods will fall victim to an army of giants and monsters.
It is vital to remember that Snorri was a Christian historian writing in 1220 AD, over two hundred years after the conversion. His book the 'Edda' was written to preserve the dying art of Viking poetry. To do this he was forced to quote a huge amount of mythological material. He was treading a very fine line and I believe that he deliberately tampered with some of the myths to make them more acceptable to a Christian audience.
So what does he actually write on Thor's failure?
'...the serpent sank into the sea. But Thor threw his hammer after it, and they say that he struck off its head by the sea-bed. But I think in fact the contrary is correct to report to you that the Midgard Serpent lives still and lies in the encircling sea.'
Snorri implies that this is his own interpretation of the tale and everyone else holds Thor to be victorious. The other major version of this myth from the 'Poetic Edda' describes the scene thus...
'Doughtily drew - undaunted Thor On board the boat - the baneful worm; His hammer hit - the high hair fell (head) Of greedy Garm's - grisly brother (the serpent). Then screeched all scars - and screamed all fiends, Then shook and shivered - the shaggy hills, In the sea then sank - that serpent again.'
In this poem the outcome is fairly ambiguous but no mention.is made of Hymir cutting the line and Thor does manage to land his hammer on the serpents head. From this I would read that he is successful. The two versions of the serpent myth are given completely different contexts.
Snorri links his to the tale of Thor's humiliation at the court of the giant king Utgardaloki. Thor is asked if he can lift the king's cat to prove his strength, the cat being the Midgard Serpent disguised by magic. Thor is unable to lift more than one of the cats paws from the ground and sets out immediately on his expedition to kill the Midgard Serpent to recover his dignity.
This is a very derogatory picture of Thor showing him to be rash and rather unintelligent. The three impossible tasks Thor is given at the giant's court display Thor's powers to the full and terrify the giants. It is very typical of Snorri to attempt to link these two separate tales with Thor's somewhat temporary embarrassment.
In the Poetic Edda Thor and Tyr are sent to Hymir's hall to fetch a cauldron for brewing ale for the gods. The lay is very fragmented and seems to combine many different myths. The fishing episode occurs in the middle of the cauldron myth and has little connection to the main story other than Hymir's involvement. The lay's lack of continuity is highlighted by the temporary disappearance of Tyr for the duration of the sea voyage.
Snorri manages to contradict himself further when he lists kennings for Thor and provides fragments of far older poems describing the same scene. The first is attributed to a poet called Gamli...
'While Bilskirnir's lord (Thor) who never nursed treachery in his heart, did quickly destroy the sea-bed-fish (serpent) with gorge-whale's (giant's) bane (Thor's hammer).'
This fragment could refer to either the fishing story or to Ragnarok but the second quotation taken from the work of Ulf leaves no doubt...
'Vidgymnir of Vimur's ford (Thor) struck the ear-bed (head) from the shining snake by the waves.'
Ulf's poem survives in fragments elsewhere and can be dated to 983, making it the oldest surviving Norse lay. The poem gives a description of a wood carved mural from the hall of Olafr Pa showing deeds of gods and heroes. In both these extracts Thor is clearly triumphant.
Another kenning for Thor is 'Sole Slayer of the Serpent'. Any account of this conflict given in the past tense should refer to the fishing story while any account given in the future tense is from the prophecy of Ragnarok. Hence the very early quotation from Gamli above must refer to Thor fishing for the serpent.
It should be noted that Thor shows no fear of the serpent whatsoever and he is completely confident of his ability to deal with the situation. After all, why shouldn't he be when armed with his magical hammer which is capable of carving valleys out of mountains at a single blow and which never misses its mark?
The fishing myth is frequently compared to the battle between Indra and Vritra of Hindu tradition and the two myths may have a common Indo-european origin. Vritra is a great serpent which lies at the source of major rivers and prevents them from flowing to the land of men. The land becomes dry and infertile and the followers of Indra pray to their god to intercede with the serpent. Indra gathers his strength and attacks the serpent wielding his thunderbolt. The serpents belly is slit open and the waters are released, replenishing the land. This battle between the forces of nature takes place every year. Although the fishing myth is certainly not an annual event there are many similarities between these two stories. Both gods are associated with weather and battle, both fight a serpent and both use a thunderbolt as a weapon.
The basic 'dragon' myth records a sky god defeating an Earth-threatening monster and making the world a safer place for mankind. This underlying concept is actually evident from the poetic kennings employed in the Poetic Edda. The serpent is called 'su er goth fia' 'the one who the gods hate' while Thor is titled 'vinr verlitna' 'friend of the race of men' suggesting a conflict between good and evil.
This would tie in with the connection between Thor and St Michael the slayer of the Apocalypse dragon during the conversion of Scandinavia. The name of the Midgard Serpent 'Jormungandr' was used in place of the Biblical name Leviathan in the medieval period, while in Surrey a folktale survives describing a battle between Thor and Satan.
It is possible that the appearance of the Midgard Serpent at Ragnarok was inspired by accounts of St Michael's fight against the dragon. The two predictions have much in common but where the Christian saint can walk away triumphant the pagan god can conveniently be disposed of.
It is clear from the number of surviving sources that this myth was immensely popular in the Dark age period. This is also reflected in the survival of three monuments depicting Thor fishing for the Midgard Serpent. The finest of these is in Gosforth church, Cumbria and may have been a section of a grave stone.
It clearly shows Thor with the ox head and the giant Hymir. The scene is frozen just before the serpent takes the bait and Hymir is shown brandishing his bait knife ready to cut the line.
Another stone from Hordum Ty, Denmark illustrates the same scenario. The stone is badly damaged and only a hint of the serpents coils survive below the boat. Thor's feet are shown protruding through the bottom of the boat confirming Snorri's account. Again Hymir is poised with his knife ready to cut the line.
A third stone from Altuna, Sweden shows a very different interpretation of the story. This time Thor is shown alone in the boat with no giant to interfere in his plans. He holds the fishing line towing the ox head and the enraged serpent and in his other hand he brandishes his hammer.
Before attempting to strike at the serpent Thor has to haul on the rope with both hands to draw in the serpent to the surface, he can only reach for his hammer once the serpent is secured against the boat. Thus we are shown Thor in the very act of giving the death blow. As in the Danish stone, Thor's foot protrudes from the bottom of the boat, witness to his exertion of divine power.
In connection with Ulf's description of a wooden carving of the fishing scene, these depictions appear to invoke Thor's role as protector of mankind and therefore protector of the dead. In this context they must all represent Thor's unquestioned victory over the serpent.
It is obvious from this amount of evidence that in all versions of the original myth Thor succeeds in killing the serpent and returns in triumph to Asgard. But what about Ragnarok when the presence of the Midgard Serpent is vital to remove Thor from the battlefield? The following account is given by Snorri...
'Odin will make for Fenris Wolf, and Thor will advance at his side and be unable to aid him because he will have his hands full fighting the Midgard Serpent... Thor will be victorious over the Midgard Serpent and will step away from it nine paces. Then he will fall to the ground dead from the poison which the serpent will spit at him. The wolf will swallow Odin.'
Therefore if the serpent is already slain Thor would be free to kill Fenris and the whole concept of the 'doom of the gods' collapses. The prophecy of Ragnarok is a fairly obvious attempt by a Christian poet to give the pagan gods a glorious and honourable death. The lives of gods and monsters are swapped in a most unrealistic way.
Turville-Petre suggests that the fishing myth was changed when Scandinavia was influenced by Christian ideas of good and evil. As a symbol of evil the serpent had to survive to the end of the world. He also agrees with the connection between the Christian dragon myth and Jormungandr's appearance at Ragnarok.
Many other researchers have glossed over the Ragnarok myths, attributing them to the gloom and hardship of dark age life. It's time these myths were seriously re-evaluated and given proper consideration by pagan and historian alike.
Several interpretations have been attributed to the serpent myth. Robert Gleninning gives a wonderfully detailed interpretation of the myth but his blow by blow attempt to explain the symbolism of each tiny element of the story leaves me far from convinced. He basically sees it as a nature myth with sexual overtones.
I personally feel that the simplest explanations are the best. Jormungandr represents an ancient evil force which threatened mankind and Thor kindly disposed of. The myth puts across Thor's strength and protective role in a very powerful way. There may also be a connection between Hymir's terror of the open sea and the Norsemen's reliance on sea travel after the supposed 'death' of the serpent.


Voilà ce texte très intéressant mais seulement en anglais, désolé.




j'ai traduit le texte en francais voicie la traduction fait par un transaltor



THOR ET LE SERPENT DE MIDGARD)

Par l'Epine de Thorskegga

Le combat entre un monstre et un héros est un thème commun à travers la mythologie du monde. Nous avons George de Saint et le Dragon, Indra et le Vritra, Apollon et le Python, Jéhovah et le Léviathan et dans tous ces mythes fondamentaux bons pulvérise le mal. Il y a une exception, un conflit de Thor contre les fins de Serpent Mondiales dans un dessine, ou fait-il ?

Selon la tradition nordique le Serpent Mondial (Jormungandr) était un de trois enfants monstrueux de Loki (le dieu de fourbe) et l'Angrboda de géante. Le serpent a grandi à un taux qui alarme et les dieux l'a lancé dans la mer. Dans les profondeurs de l'océan que le serpent a continué à grandir jusqu'à ce qu'il a entouré la terre et pose avec sa queue dans sa bouche. Jusqu'à maintenant l'interprétation de Stulusson de Snorri du mythe de serpent nordique a été prise comme la conviction païenne authentique. L'essentiel peut être résumé comme suit...

Thor se déguise comme un jeune garçon et paie une visite au Hymir Gigantesque. Pendant Hymir de séjour de Thor décide de continuer un voyage de pêche. Thor veut aller avec lui et Hymir consent avec regret fournir que son invité trouve son propre appât. Thor trouve le plus grand boeuf de Hymir et tire sa tête de.

Ils les deux série hors à la mer dans le bateau de pêche de Hymir. Les rangs de Thor hors aussi loin et Hymir commence à affoler au cas où les assauts de Serpent de Midgard les. Thor obtient hors la tête du boeuf, l'attache à un crochet fort et le lance sur le côté. Le serpent prend l'appât tout de suite et ramenent en arrière dans la fureur comme le crochet mord dans sa bouche. Thor exerce sa force divine, ses pieds atteignant au fond de la mer et dessinent le serpent tortillant jusqu'à le bateau. Craindre pour son Hymir de vie coupe la ligne permettant au serpent pour s'échapper. Thor lance à son marteau aux serpents reculant dirige mais manque, furieux il cogne Hymir dans la mer.

La prophétie de Ragnarok dit que cet échec de Thor tue le désastre de mecs de serpent. Le serpent sera la mort de Thor et privé de leur défenseur que les autres dieux tomberont la victime à une armée de géants et de monstres.

C'est vital pour se rappeler que Snorri était une écriture d'historien chrétienne dans 1220 ANNONCE, plus de deux cent ans après la conversion. Son livre que l' « Edda » a été écrit conserver l'art mourant de poésie de Viking. Pour faire ceci il a été forcé à citer une quantité énorme de matériel mythologique. Il marchait une très belle ligne et je crois qu'il a touché exprès avec de des mythes pour les faire plus acceptable à une audience chrétienne. Donc qu'écrit-il en fait sur l'échec de Thor ?

‘...The serpent a coulé dans la mer. Mais Thor a lancé son marteau après lui, et ils disent qu'il a rayé sa tête par les fonds marins. Mais je pense en fait que le contraire est correct de vous être sous l'autorité de que le Serpent de Midgard habite des calme et mensonges dans la mer entourant ›.

Snorri implique que ceci est sa propre interprétation du conte et tous les autres tient Thor pour être victorieux. L'autre version majeure de ce mythe du ‹ Edda Poétique › décrit la scène ainsi...

‹ A dessiné vaillamment - Thor nullement ébranlé Sur monte le bateau - le ver néfaste ; Son succès de marteau - les hauts cheveux sont tombés (la tête) De Garm avide - le frère horrible (le serpent). Alors a poussé des cris aigus toutes cicatrices - et a crié tous démons, a secoué Alors et a frissonné - les collines poilues, Dans la mer a coulé alors - ce serpent encore ›.

Dans ce poème l'issue est assez ambiguë mais aucuns mention.j'ont fait de Hymir coupant la ligne et Thor gère pour atterrir son marteau sur les serpents dirige. De ceci je lirais qu'il est réussi. Les deux versions du mythe de serpent sont données contextes complètement des différents.

Snorri relie le sien au conte d'humiliation de Thor au tribunal du le roi Utgardaloki gigantesque. Thor est demandé s'il peut soulever le le roi chat pour prouver sa force, le chat est le Serpent de Midgard déguisé par la magie. Thor est incapable de soulever plus qu'une des pattes de chats du sol et les séries hors tout de suite sur son expédition pour tuer le Serpent de Midgard pour reprendre sa dignité.

Ceci est une image très dérogatoire de démonstration de Thor pour lui être l'éruption et plutôt inintelligent. Le trois tâches impossible Thor est donné au tribunal du géant affiche les pouvoirs de Thor au plein et terrifie les géants. C'est très typique de Snorri pour tenter de relier ces deux contes séparés avec l'embarras de Thor un peu temporaire.

Dans l'Edda Thor Poétique et Tyr sont envoyé au hall de Hymir pour prélever un chaudron pour brasser de bière pour les dieux. Le laïque est très fragmenté et semble combiner beaucoup de mythes différents. L'épisode de pêche arrive au milieu du mythe de chaudron et a la petite connexion à l'histoire principale autrement que l'engagement de Hymir. Le manque laïque de continuité est souligné par la disparition temporaire de Tyr pendant le voyage de mer.

Snorri gère pour se contredire plus quand il énumère kennings pour Thor et fournit des fragments de plus vieux poèmes extrêmes décrivant la même scène. L'est premièrement attribué à un poète Gamli appelé...

‹ Pendant que le seigneur de Bilskirnir (Thor) qui n'a jamais soigné la traîtrise dans son coeur, a détruit rapidement la mer-lit-le poisson (le serpent) avec gorge-whale (géant) le fléau (le marteau de Thor). ›

Ce fragment pourrait se référer à l'histoire de pêche ou à Ragnarok mais la deuxième citation prise du travail d'Ulf part sans aucun doute...

‹ Vidgymnir de Vimur ford (Thor) a frappé l'oreille-lit (la tête) du serpent qui brille par les vagues ›. Le poème d'Ulf survit dans les fragments et peut être ailleurs daté à 983, le faisant le plus vieux norrois survivant pose. Le poème donne à une description d'un bois a taillé la peinture murale du hall d'actions de démonstration de Pa d'Olafr de dieux et d'héros. Dans les deux ces extraits Thor est clairement triomphal.

Un autre kenning pour Thor est ‹ l'Assassin Seul du Serpent ›. N'importe quel compte de ce conflit donné dans le temps passé doit se référer à l'histoire de pêche pendant que n'importe quel compte donné dans le temps futur est de la prophétie de Ragnarok. Donc la citation très première de Gamli au-dessus de doit se référer à la pêche de Thor pour le serpent.

Il devrait être noté que Thor ne montre pas de crainte du serpent que ce soit et il est complètement confiant de sa capacité pour traiter la situation. Après tout, pourquoi il ne doit pas être quand armé avec son marteau magique qui est capable de tailler de vallées des montagnes à un coup seul et qui ne manque jamais sa marque ?

Le mythe de pêche est fréquemment comparé au combat entre Indra et à Vritra de tradition hindoue et les deux mythes peut avoir une origine indo-européenne commune. Vritra est un grand serpent qui ment à la source de rivières majeures et les empêche de coule à la terre d'hommes. La terre devient sèche et stérile et les partisans d'Indra prient à leur dieu pour intercéder avec le serpent. Indra rassemble sa force et attaque le serpent maniant son coup de foudre. Le ventre de serpents est la fente ouvre et les eaux sont relâchées, remplissant la terre. Ce combat entre les forces de nature intervient tous les ans. Bien que le mythe de pêche est certainement pas un événement annuel il y a beaucoup de similarités entre ces deux histoires. Les deux dieux sont associés avec le temps et le combat, les deux combat un serpent et les deux usage un coup de foudre comme une arme.

Le mythe fondamental de « dragon » enregistre un dieu de ciel battant un monstre de Terre-Menaçant et faire le monde un lieu plus sûr pour l'humanité. Ce concept fondamental est en fait évident du kennings poétique a employé dans l'Edda Poétique. Le serpent est appelé ‹ le fia de goth d'er de su › ‹ le l'un que les dieux détestent › pendant que Thor est intitulé ‹ vinr verlitna › ‹ l'ami de la course d'hommes › suggérant un conflit entre bon et diabolique.

Ceci lierait dans avec la connexion entre Thor et St Michael l'assassin du dragon d'Apocalypse pendant la conversion de Scandinavie. Le nom du « Jormungandr » de Serpent de Midgard a été utilisé au lieu du Léviathan de nom Biblique dans la période médiévale, pendant que dans Surrey qu'un conte populaire survit décrivant un combat entre Thor et Satan.

C'est possible que l'apparence du Serpent de Midgard à Ragnarok a été inspirée par les comptes de combat de Michael de St contre le dragon. Les deux prédictions ont beaucoup dans commun mais où le saint chrétien peut marcher loin triomphal le dieu païen peut être liquidé d'une manière commode.

C'est clair du nombre de survivre de sources que ce mythe était extrêmement populaire dans la période de période Sombre. Ceci est aussi reflété dans la survie de trois monuments peignant la pêche de Thor pour le Serpent de Midgard. Le plus beau de ceux-ci sont dans l'église de Gosforth, Cumbria et pourrait avoir été une section d'une pierre grave.

Il montre clairement Thor avec la tête de boeuf et le Hymir gigantesque. La scène est gelée juste avant que le serpent prend l'appât et Hymir est montré pour brandir son couteau d'appât prêt à couper la ligne.

Une autre pierre de Hordum Ty, Danemark illustre le même scénario. La pierre est mal endommagée et seulement une allusion des bobines de serpents survit au dessous du bateau. Les pieds de Thor sont montrés pour dépasser par le fond du bateau confirmant le compte de Snorri. Encore Hymir est prêt avec son couteau prêt à couper la ligne.

Une troisième pierre d'Altuna, Suède montre une interprétation très différente de l'histoire. Ce Thor de temps est montré seul dans le bateau avec aucun géant pour interférer dans ses projets. Il tient la ligne de pêche tractant la tête de boeuf et le serpent exaspéré et dans son autre main il brandit son marteau.

Avant de tenter de frapper au Thor de serpent doit la prise sur la corde avec les deux mains pour dessiner dans le serpent à la surface, il peut atteindre seulement pour son marteau une fois le serpent est obtenu contre le bateau. Ainsi nous sommes montrés Thor dans l'acte même de donner le coup de grâce. Comme dans la pierre danoise, le pied de Thor dépasse du fond du bateau, le témoin à son effort de pouvoir divin.

A propos de la description d'Ulf d'un tailler en bois de la scène de pêche, ces représentations apparaissent invoquer le rôle de Thor comme le protecteur d'humanité et donc le protecteur du mort. Dans ce contexte ils doivent représenter la victoire de Thor incontestée sur le serpent.

C'est évident de cette quantité de preuve qui dans toutes versions du Thor de mythe original arrive à tuer le serpent et les retours dans le triomphe à Asgard. Mais et Ragnarok quand la présence du Serpent de Midgard est vitale pour enlever Thor du champ de bataille ? Le compte suivant est donné par Snorri... ‹ Odin fera pour le Loup de Fenris, et Thor avancera à son côté et est incapable de l'aider parce qu'il aura ses mains sa lutte de pleine le Serpent de Midgard... Thor sera victorieux sur le Serpent de Midgard et marchera loin de lui neuf rhythmes. Alors il tombera au sol mort du poison que le serpent crachera à lui. Le loup avalera Odin ›.

Donc si le serpent est tué déjà Thor serait libre de tuer Fenris et le concept entier du ‹ la ruine des dieux › les effondrements. La prophétie de Ragnarok est une tentative assez évidente par un poète chrétien pour donner une mort glorieuse et honorable aux dieux païens. Les vies de dieux et de monstres sont remplacées dans une façon la plus peu réaliste.

Turville-peter suggère que le mythe de pêche ait changé quand Scandinavie a été influencée par les idées chrétiennes de bon et diabolique. Comme un symbole de mal que le serpent a dû survit à la fin du monde. Il est aussi d'accord avec la connexion entre le mythe de dragon chrétiens et avec l'apparence de Jormungandr à Ragnarok. Beaucoup de chercheurs autres ont poli sur les mythes de Ragnarok, les attribuant à l'obscurité et à la tribulation de vie de période sombre. C'est le temps ces mythes étaient sérieusement reévalue et la considération correcte donnée par le païen aussi bien que l'historien.

Plusieurs interprétations ont été attribuées au mythe de serpent. Robert Gleninning donne à une interprétation merveilleusement détaillée du mythe mais son coup par la tentative de coup pour expliquer le symbolisme de chaque petit élément des feuilles d'histoire me loin de convaincu. Il le voit fondamentalement comme un mythe de nature avec les connotations sexuelles. Je me sens personnellement que les explications les plus simples sont le meilleur. Jormungandr représente une force diabolique ancienne qui a menacé l'humanité et Thor a liquidé gentillement. Le mythe met à travers la force de Thor et le rôle protectif dans une façon très puissante. Il aussi peut y avoir une connexion entre la terreur de Hymir de la mer ouverte et la confiance de Scandinaves sur le voyage de mer après la « mort » présumée du serpent.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ragnarokk, début ou fin?
Message Publié : 22 Juin 2008 19:56 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Juin 2005 9:41
Message(s) : 209
Merci de cette traduction, amateur de cette mythologie j'y ai trouvé beaucoup d'interêt

_________________
Sic transit gloria mundi


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ragnarokk, début ou fin?
Message Publié : 22 Juin 2008 20:41 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2007 13:07
Message(s) : 383
Bonjour,

Je tiens tout d'abord à préciser que ce thème est loin d'être ma spécialité. Du reste, je rejoint Bernie sur de nombreux points. Ainsi, il faut se garder d'interpréter ces épisodes complexes à la lueur de notre propre héritage culturel et donc relativiser l'importance à donner à cette question (ce qui ne veut pas dire que le sujet n'est pas intéressant, bien au contraire même):

1) Tout d'abord -et c'est le plus évident- nous avons à faire à des traditions (très) tardives et fortement transformées par le filtre du christianisme médiéval.

2) Aussi car cette question du temps aurait peut être parue étrange ou pour le moins différentes à ces "Nordiques". En effet, il est fort probable (de la même manière que le montre Marcel Detienne & J.-P. Vernant avec Hésiode) que ces personnes concevaient leur monde et donc l'écoulement du temps d'une manière totalement différente de la notre, à travers de référents culturels qui nous sont pour la plupart inconnus. oAinsi il est possible que cette question du "début ou de la fin" n'est pas eu de sens pour ces gens (je ne l'affirme pas, c'est juste une hypothèse). Il est en outre possible que le Ragnarokk ne soit pas un événement qui se déroule dans un temps précis. De la même manière, c'est peut être une lutte permanente. Ainsi, il y a par exemple plusieurs façons d'envisager un cycle ...

3) Enfin, les comparaisons entre les différentes religions et mythologie n'ont jamais donné grand chose, au delà de la surface du moins. Ainsi, même Levi-Strauss confessait ses propres doutes face à ses conclusions et interprétations des mythes (ici on peut rejoindre le point numéro 2 et renvoyer à Foucault).

En espérant que ma très très modeste contribution serve à quelque chose face aux grands érudits du sujet que je lis avec un grand plaisir.

_________________
"Un monde ne saurait être fictif par lui-même, mais seulement selon qu'on y croit ou pas." - Paul Veyne


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ragnarokk, début ou fin?
Message Publié : 27 Juin 2008 22:06 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 05 Juin 2008 16:46
Message(s) : 11
Harfang a écrit :
Merci de cette traduction, amateur de cette mythologie j'y ai trouvé beaucoup d'interêt


j'ai utiliser un transaltor de traduction automatique


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ragnarokk, début ou fin?
Message Publié : 28 Juin 2008 9:45 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 05 Nov 2007 12:53
Message(s) : 476
Le premier constat de l'article que tu as traduit n'est pas juste. Saint-Georges et le Dragon ou Apollon et le Python, par exemple, ne sont pas des histoires du biens qui tuent le mal, mais de prise de possession d'un territoire. Le Dragon et le Python sont des génies du lieu. Si l'Eglise a transformé le dragon en représentation du diable, c'est pour s'approprier les croyances populaires.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ragnarokk, début ou fin?
Message Publié : 27 Nov 2016 19:40 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mai 2015 14:12
Message(s) : 311
Localisation : Isère
Comme je passais sur ce sujet, j'en profite pour y ajouter un récit du Ragnarök que j'avais écrit pour un concours de nouvelles; en effet, sur internet on ne trouve pas de belle version de cet épisode remarquable, plutôt le simple enchaînement des évènements. C'est une version écrite dans un style volontairement outré qui plaira aux âmes wagnériennes mais peut-être pas aux amateurs de nouveau-roman. J'en suis même sûr...
Dans tous les cas je trouve que ça ajouterai une version plus vivante du mythe et plus moderne (le récit n'est pas au futur ici). Je vous prie de m'excuser pour certaines libertés prises par rapport à ce que l'on sait de la mythologie germanique. En ce qui concerne les Walkyries par exemple.

En espérant ajouter quelque chose d'utile et que vous ayez un certain plaisir lors de la lecture.

Bien à vous.



Le Ragnarök

« Les dieux sont condamnés et la mort est la fin ». (Edda)



Il y eut trois hivers, chacun étant un vieillard plus terrible, plus ridé, plus glacial que le précédent. Ils passèrent tour à tour semant la faim, le froid, la désolation. Les animaux ne se montrèrent plus jamais ; ensuite, les peuples furent accablés de coups terribles : le malheur régna en maître, les maladies tels de rapides et silencieux serpents frappèrent toute vie. Le vol, le mensonge, la déloyauté et la fourberie furent autant de vassaux apportés par ces trois hiver. Les pires choses se produisirent, les pères tuaient leurs fils, chacun dans la noirceur d'un monde glacé et sans saveur convoita d'un œil aussi fourbe et mauvais que Loki son voisin ; les batailles se firent plus nombreuses, la terre se nourrissait d'un sang maudit. Le fort battit le faible, les dieux se déchirèrent tout comme les hommes, ils ne leur apportèrent nul secours tant leur aveuglement était grand. Ce fut le temps de la hache, des cieux bas et lourds et des viles actions. Nulle créature joyeuse ne se montra dès lors, les nains creusèrent plus loin leurs cavernes se coupant ainsi du monde.

Tout cela était inéluctable. Il y eu enfin ce jour, cette aube que personne ne voulait voir. Deux loups fils de l'énorme Fenrir que l'on confondit avec la nuit ouvrirent leurs gueules béantes, l'un avala le soleil, l'autre la lune. Toutes les étoiles s'éteignirent et il n'y eu plus d'autre lumière que les deux paires d'yeux de ces frères voraces. Alors, la terre se souleva, énorme, dans un craquement inouï, les arbres, déjà accablés par le gel et la neige furent déracinés, même les plus vigoureux qui osaient encore de leur insolentes verdures résister au funeste destin. Les océans, lâchés par le serpent Jörmungand qui se libéra la queue se soulevèrent et de leur masse ils se déversèrent sur les terres - déjà éprouvées - dans un cataclysme gigantesque et une musique barbare. On entendit alors plus que le craquement des sapins brisés, les cris d'hommes tués, les roches libérées des montagnes qui roulaient et se fracassaient comme un furieux orage, des pans entiers de solides glaciers foudroyés qui s'écrasaient dans un bruit assourdissant de verre brisé. Le feu s'invita aussi et ravagea de ses langues affamées les forêts.

Là, le serpent Jörmungand, qui entourait la terre et avait connu le marteau de Thor gagna le rivage en sortant des mers démontées Son corps vert sombre, aux écailles que nulle lame ne pouvait érafler se traîna en se tordant hideusement. Il se cambra et fit entendre un appel guttural qui sortit des tréfonds de son corps gonflé de haine, de colère et de vengeance. A son cri mémorable répondit l'énorme loup Fenrir que les dieux avaient attaché comme un vulgaire chien. Ses muscles roulèrent nerveusement, ses pattes aux griffes enracinées dans la terre s'y agrippèrent puissamment. En même temps qu'il poussa son hurlement rauque à faire trembler les ténèbres elles-mêmes, la chaîne que les nains avaient forgée avec mille et mille choses se brisa d'un coup, explosant follement. Il entama sa course, droite, effrénée pour rejoindre les forces mauvaises. Il laissa un sillage désolé où les animaux pleurèrent à son passage. Ses yeux énormes dont aucun mortel ne pouvait supporter le regard, fixaient l’horizon et sa destination ; sa gueule écumante comme une tempête brûlait d'une rage indescriptible. Loki, le fourbe, se détacha à son tour, subtil dans sa vengeance. Sa libération sonna comme un fausse note hideuse dans un morceau jusque là harmonieux.
Tous les géants sentant leur heure proche trépignèrent d'une folle envie de tuer, ils quittèrent leurs montagnes et refuges crasseux, bientôt suivis par tous les guerriers du mal : dragons, bêtes sauvages enivrées, cavaliers revenus des mondes infernaux crachant le feu. Ils furent menés par Surt le plus hideux et le plus fort des géants, semant les flammes et la lave. Il y avait aussi les massifs géants de glace. Pire encore, du monde des morts – ceux des morts indignes - aux demeures d'acier et aux grilles hurlantes déferlèrent les fantômes décharnés en hayons des maudits, des lâches, des traîtres, des vindicatifs, des criminels..., part immonde de l'humanité ressortie, guidée par Garm, le chien féroce au collier d'ombres hurlantes, attachées entre elles. La horde venait de loin mais elle se rapprochait, pleine d'une rage insupportable : la fin annoncée depuis longtemps !

Heimdall, gardien du monde des dieux, du haut de l'arc-en-ciel scintillant, de sa vue et de son ouïe fine entendit au loin les guerriers de l'ombre qui commençaient à peine à se mettre en marche. Il s'empara de Gjallarhorn et souffla à s'en déchirer les poumons. Cette note fut noble, grave, puissante et résonante, portant le message du Ragnarök et du devoir à accomplir dès lors. Les dieux et déesses s'armèrent tous en réponse à cet appel dont ils savaient depuis la naissance qu'elle percerait un jour le ciel souillé. Dans un silence pesant, ils mirent des cottes d'armes impossibles à décrire tant elles se paraient de motifs magnifiques. Les écus, boucliers ronds décorés et rondaches furent à leur tour saisis, et enfin toutes les armes extraordinaires, sorties de leur coffres de bois brut. Toutes ces merveilles étaient œuvre des nains, forgerons chevronnés et minutieux, disposant des métaux les plus rares. Odin, fier dans sa lourde cape rouge, entouré par ses corbeaux de jais et de ses chères filles guerrières prit sa lance qui ne manquait jamais sa cible. Son œil unique, observait avec une sagesse étonnante Thor qui enroulait sa main puissante autour de Mjöllnir. L'immense demeure sculptée dans le bois, parée d'entrelacs divins chargés d'une signification cachée, le Valhalla, s'anima à son tour. Ses six-cent-quarante portes d'or s'ouvrirent, les plus nobles guerriers, les plus fiers hommes en sortirent par flots entiers et résolus. Tous ceux morts l'épée à la main, dans l'honneur, choisis de longue date par les Walkyries qui ne se trompaient jamais. Ils avaient festoyé encore et encore dans la grandes salle et s'étaient affrontés chaque jour en prévision de l'aube fatale, à présent ils devaient honorer leur serment : défendre le monde au côté des Ases. Les meilleurs d'entre eux, les grands combattants des temps jadis, revêtus de peaux d'ours d'argent et de loups de sang, allèrent en premier de leurs jambes puissantes à la bataille, torse nu, peints en vert de motifs complexes, armés d'une lourde hache à deux mains, chargée des exploits de son porteur. D'autres partirent à même vitesse, portant lance d'estoc et épée à double tranchant, le bouclier en avant, couvert de runes magiques tracées dans les veines du bois qui prenait vie pour la lutte. Ils criaient leurs exploits, leurs aventures et la noblesse de leur lignage sur le chemin qui menait au champ de bataille. L'armée de hommes et de Ases semblait gigantesque et invincible mais celle des forces sombres l'était plus encore, animée par nul autre but que la destruction.

L 'armée des dieux arriva la première à Vigrid, le champ de bataille, plaine immense qui attendait avec impatience l'affrontement final. Ils se déployèrent : les dieux commandaient chacun une compagnie de l'armée divine, ils étaient épaules contre épaules avec les hommes, égaux dans le mur de boucliers. Des archers furent déployés à l'arrière, l'arc déjà bandé, prêt à tirer. En première ligne allèrent des guerriers choisis, les porteurs de haches qui ralentiraient la charge maléfique. Le gros des troupes (avec les dieux) se déploya afin de pouvoir former le mur de bouclier. Les monstres, Loki et toute leur hideuse suite avancèrent peu après, ils ne prirent pas même le temps de s'arrêter pour reprendre leur souffle. Ils crièrent d'un seul et même braillement rauque, la plaine en fut ébranlée et les bannières si nombreuses des dieux furent pour bon nombre arrachées des hampes. Sans ordre ils foncèrent aveuglément ; de l'autre côté, les milliers de carnyxs, de trompes et de martèlements de boucliers répondirent d'une clameur plus grande encore. La noble armée forma rapidement, tel un verrous qui se ferme le mur de boucliers, le plus grand et solide qui n'ai jamais existé, aussi résistant que les murailles d'Asgard, pas seulement par sa force pure mais par une solide résolution, commandé par les dieux en personnes ! Un instant, un rayon d'une chaude lumière d'or perça les ténèbres installées, il se refléta sur le mur de boucliers plaqué de métaux précieux et vermeils, aveuglant ainsi les maléfiques créatures, les arrêtant dans leur charge frénétique. Mais le serpent, le loup et toutes les autres créatures énormes le cachèrent et il se retira aussi vite qu'il était apparu. Les meilleurs Heinherjar, les porteurs de haches partirent dans une première charge puissante. Une fois dans la mêlée ils accomplirent maintes et maintes prouesses et massacrèrent chacun des rangs entiers de ces horribles créatures, certains même tuèrent quelques géants, exploit que seul les dieux parvenaient à réaliser. Mais tous une fois recouverts d'un sang sombre furent finalement tués ou moururent d'épuisement. L'armée de Loki restait malheureusement toujours aussi nombreuse... la masse déchaînée se rua alors sur le mur de bouclier et sur les dieux, les hommes décharnés s'aidant de leurs longs doigts griffus et crispés pour escalader les écus. Garm sauta à la gorge du dieu de la guerre Tyr - manchot depuis qu'il avait laissé sa main en gage à Fenrir. Le dieu l'affronta à main nues et ils s’entre-tuèrent dans un flot de sang. Thor, énorme, brandit Mjöllnir et frappa encore, encore et encore le serpent infini, son ennemi de toujours qui se tordait follement, immense tempête verte, ruant, claquant brutalement, soulevant et écrasant tous les guerriers à proximité, jusqu'à lui écraser la tête dans un hurlement sauvage de soulagement et de victoire. Il jeta à bas le monstre cria encore d'allégresse oubliant un instant la mêlée et le sort qui était sien, il s'élança de son ardeur légendaire afin de se ruer sur un nouvel ennemi. Il fit trois pas plus lents chacun que l'autre ; puis vaincu par le venin brûlant, qui dégoulinait et suintait sur sa côte que Jörmungand lui avait craché tout le long de la lutte, il s'effondra pesamment pour ne plus jamais se relever, lâchant son marteau. Le guetteur du Bifrost, Heimdall, fonça sur Loki qu'il détestait plus que quiconque. Leur affrontement fut d'une durée incomparable, ils brisèrent épées sur épées, écus sur écus et moururent de leurs blessures en même temps, tombant dans un râle l'un sur l'autre.

Odin, le sage, armé comme personne vêtu de courage, casqué d'intelligence, botté de force alla sur Fenrir, le plus redoutable adversaire, il brandit Gungnir et même le monstre eût peur de cet instrument implacable. Pourtant, à ce moment, Odin le dieu des dieux, trembla de sa main comme n'importe quel homme, sachant que la lutte était perdue d'avance, perdue depuis qu'il était né. Fenrir n'eut, lui, aucune hésitation, sa charge fut terrible, il renversa le dieu de son corps terrible et l'engloutit - non sans mal - dans sa mâchoire béante, tunnel de mort, véritable fournaise. Le dieu du silence et de la vengeance, Vidar, empli de douleur, de colère et d'une rage calme tua la bête froidement avec les même coups puissants et répétés, il lutta longtemps, arracha de ses muscles luisants déchirés par l'effort surhumain la gueule du loup dans un craquement dégoûtant. Freyr, le dieu de la vie toujours accompagné de son sanglier roux Gullinbursti se mesura au géant de feu Surt mais il fut vaincu et consumé dans les flammes dévorantes, lâchées de toute la haine de leur porteur... Pendant encore des jours la bataille se prolongea, indécises comme le sont souvent les mêlées, la plaine résonna des coups répétés du fer contre le fer, de la clameurs de ces deux troupes immenses, décidées à écraser l'adversaire jusqu’au dernier homme, la terre, dégoûtée vomit le sang qu'elle ne pouvait plus boire tant elle en était pleine, les combattants pataugeaient dans un sang infâme, mélangé à une terre meuble, les montres et leur suite s'y complaisaient et noyaient parfois les Heinherjar dans le sang qui pouvait être celui de leur famille ! Le champ de bataille se couvrit de monceaux de corps des guerriers des deux bords, de lambeaux de bannières innombrables comme autant de brins d'herbe, de blessés implorant la fin et des cadavres des dieux sur ceux des géants qu'ils avaient occis. Tous s’entre-tuèrent. La plupart des dieux trouva la mort dans cet affrontement infernal, tous gisant dans la même boue : hommes, dieux, monstres...

Le grand frêne Yggdrasil, qui reliait des ses ramures sacrées les neuf mondes défailli, rongé depuis longtemps par un mal ancien. Alors les mondes s'écroulèrent, engloutis dans les océans, le pont d'Asgard disparut et tous les hommes d'alors moururent. Le combat héroïques des Ases et des hommes du Valhalla avait-il été vain ?


Le soleil éclaira d'une vive lumière les lambeaux de terre qui avaient échappé au cataclysme universel, la terre reverdit. Pendant un moment, qui semblait une seconde ou une éternité, il n'y eu aucun bruit... Seulement les brins d'herbes qui poussaient. Il y avait peu, le monde succombait dans des grondements mémorables et des cris déchirants; là, rien, l'éveil après un cauchemar, un silence béni, les cascades se remirent doucement à couler, ce n'était pas de gigantesques chutes arrogantes, juste un tapis d'eau fluide produisant une musique lointaine, la vie refaisait une apparition bien timide, en douceur dans un élan inconnu, un lent crescendo musical... Dans ce fugace et inespéré lever de soleil sur ces terres d'espoir, se montrèrent alors les deux seuls humains épargnés qui s'étaient cachés dans les branches rassurantes d'Yggdrasil : Lif et Leifhtrasir, ce furent avec quelques animaux rescapés les premiers à fouler de leurs pas innocents ce nouveau monde, encore engourdis dans la fureur aveugle de l'ancien ; tout cela sonnait comme un timide réveil. Certains dieux avaient également survécu à l'affrontement : trois fils d'Odin Vidar, Vali et Hoenir, deux fils de Thor Modir et Magni, qui conservèrent le marteau enchanté de leur père et enfin Balder « le dieu bon ». Quand le vent se remit à souffler et la nature reprendre son ancien cycle, un souffle énorme mais rassurant arracha du sol une bannière loqueteuse, seule et oubliée, dans un tourbillon résolu elle s'envola, brisée, en un lointain souvenir...
Soudain, les quelques hommes et dieux sentirent une force nouvelle et libérée les animer. Ensemble ils reconstruisirent un nouveau monde et la création suivit la destruction... 






PS: je suis désolé j'ai publié, par erreur un message de trop juste avant celui-ci :oops: . La modération peut-elle le supprimer afin d'éviter ce doublon inutile ?
Merci.

_________________
Þat skal at minnum manna
meðan menn lifa


Cela restera dans la mémoire des hommes
tant qu'ils vivront (pierre de Runby, Upland)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB