Nous sommes actuellement le 22 Oct 2019 18:48

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 28 Sep 2007 0:02 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1911
Localisation : Nanterre
J'ai souvent entendu dire que certaines langues sont plus adaptées que d'autres à la science et la philosophie.
Par exemple, dans le musée de l'Institut du Monde arabe, on attribue à cette langue une part dans l'essor scientifique du monde arabo-musulman, grâce à la capacité de l'arabe à faire dériver plusieurs mots d'une seule racine de trois lettres, par modification des voyelles, doublement des consonnes ou ajouts de préfixes.

J'ai aussi entendu dire cela à propos de l'allemand, pour sa capacité à créer des concepts nouveaux par contraction de mots.

Personnellement, je pense que si la langue donnait un avantage quelconque dans un domaine, elle saurait le conserver. Or, ce n'est pas le cas puisqu'on a trouvé des scientifiques et des philosophes parlant toutes les langues.

J'aimerais avoir votre avis là-dessus.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Sep 2007 0:38 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2007 22:09
Message(s) : 597
Certaines langues sont peut-être plus aptes à vulgariser les sciences que d'autres mais l'essor de celles-ci vient plus souvent d'une volonté de transmettre le savoir.

Ensuite, une langue comprise du plus grand nombre aura bien sûr un impact plus important.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Sep 2007 15:09 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 09 Août 2005 17:34
Message(s) : 3661
Localisation : Marseille
La pensée et la langue grecques ne monopolisent pas l'aptitude à la spéculation philosophique... Le peu que je découvre de la pensée chinoise pour les besoins de la réélaboration de la thèse de doctorat d'un ami chinois m'amène à découvrir d'autres modes de pensée totalement étrangers aux catégories philosophiques issues du monde occidental... et, au demeurant, tout autant aptes à manier la "chose" philosophique!

_________________
"Le doute est le premier pas vers la conviction" (al-Ghazali, mort en 1111).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 10 Oct 2007 22:43 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1911
Localisation : Nanterre
Pour le Chinois, cela ne m'étonne pas. L'écriture même est une accumulation de symboles (jusqu'à l'intérieur des idéogrammes). Pour les philosophes, cela doit permettre de relier facilement les concepts entre eux.

Mais a priori, je partage l'opinion de Sedullos, et je pense que la prédominance d'une langue vient de la volonté politique de la part des castes dirigeantes d'une société de l'employer et de l'imposer partout.

Dans le même ordre d'idée, on peut se demander si certaines langues sont ou non prédisposées à la poésie.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 10 Oct 2007 22:53 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 09 Août 2005 17:34
Message(s) : 3661
Localisation : Marseille
Citer :
Dans le même ordre d'idée, on peut se demander si certaines langues sont ou non prédisposées à la poésie.

Pour ma part, j'aurais tendance à penser que toutes les langues sont aptes à servir de vecteur à la poésie, et ce, de manière parfois tellement spécifique qu'on a du mal à transposer la poésie d'une langue dans une autre langue (en fait, la meilleure traduction d'un poème A dans une langue A, c'est un autre poème A'dans une langue B).

_________________
"Le doute est le premier pas vers la conviction" (al-Ghazali, mort en 1111).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 11 Oct 2007 14:35 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Jan 2007 20:12
Message(s) : 576
Localisation : Région parisienne
En effet, plutôt que prétendre que certaines langues sont plus disposées que d'autres à la philosophie, je crois plus volontiers que la langue, dans sa structure et sa conception, peut être un vecteur plus aisé pour tel ou tel mode de pensée (dialectique, logique, analytique, etc...). Cependant, les contacts culturels favorisent de toute façon l'échange de pensées conceptuelles. En d'autres termes, une langue peut très bien s'approprier une philosophie qui ne lui correspondait pas a priori. C'est même une condition pour son enrichissement et son ouverture.

_________________
Ne parlez jamais sèchement à un Numide.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Déc 2007 11:10 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Jan 2006 13:02
Message(s) : 123
Localisation : Divodorum (Metz)
Avant l'avènement de l'islam et de l'expansion arabe par la conquête de territoires, la langue arabe possédait peu de mots des domaines scientifiques, techniques et philosophiques. Les Arabes ont donc procédé aux néologismes, en se servant surtout du grec il me semble.
Il est vrai que, selon leurs histoires, certaines langues sont moins adaptées que d'autres à la philosophie mais il suffit de procéder aux néologismes pour évoluer, soit en empruntant à d'autres langues (comme le français récemment a repris des termes du sanskrit) soit en formant de nouveaux mots à partir d'autres de sa propre langue...

_________________
"Namēchtlapaloa, namēchciyauhquetza, namēchciyappōhua.": Je vous salue, je vous souhaite la bienvenue, je vous encourage.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Déc 2007 12:46 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 09 Août 2005 17:34
Message(s) : 3661
Localisation : Marseille
Citer :
Il est vrai que, selon leurs histoires, certaines langues sont moins adaptées que d'autres à la philosophie

Si l'on entend par "philosophie", celle à laquelle nous a formés notre culture hellénico judéo chrétienne, d'accord. Mais dans l'absolu, il me semble que toute civilisation sécrète la langue dont elle a besoin pour vivre. Le problème survient lorsqu'il s'agit d'élargir les horizons en y incluant d'autres "logiciels".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Mai 2019 13:37 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 541
Anecdote: Aron disait avoir appris le grec et l'allemand car ce sont les "langues philosophiques" qui lui étaient nécessaires pour lire les auteurs les plus importants pour lui. Ce pragmatisme est une piste.

On ne peut qu'être d'accord avec Yves-Marie Deshays sur la capacité de diverses langues à "manier la chose philosophique". Mais je partage le propos d'"Aspasie mineure" sur les vecteurs plus aisés. De même qu'en informatique, il existe beaucoup de langages de programmation, tel langage sera préféré à tel autre pour telle tâche précise.

On ne peut séparer l'étude le la philosophie et l'étude des auteurs qui ont écrit la grande majorité des livres de philosophie. Si on définit "la philosophie" comme un exercice de questionnement sur des concepts abstraits, une recherche de réponses dans une pensée logique incluant une présentation du cheminement de la pensée pour arriver à des réponses ou à de nouvelles questions, cela n'inclut pas les écrivains moralistes qui se contentent de donner leurs aphorismes, leurs réponses et maximes, ni les fondateurs de religions. Or, le confucianisme et le taoïsme de Lao-Tseu semblent davantage s'apparenter à cela.

On ne peut pas dire que l'étude de la philosophie se soit fermée au monde, en général, puisque c'est un exercice de questionnement et d'ouverture. Nombre de classiques pointent vers cinq langues: le grec, le latin, le français, l'anglais et l'allemand (Platon, Aristote, Descartes, Pascal, Kant, Hume, Locke, Bentham, Hobbes, Schopenhauer, Leibniz, Marx, Hegel, Nietzsche, etc)...

Il y a des philosophes qui ont fait école en d'autres langues, mais comparativement beaucoup moins. La philosophie telle qu'elle est enseignée de nos jours a également intégré quelques auteurs de langues non européennes: Maïmonide (Andalou juif de langue arabe), Averroès (Andalou musulman de langue arabe), ou Avicenne (persan).

On peut constater l'importance de ces 5 langues, et se demander si les autres langues, qu'elles soient européennes ou non, ont engendré la même profusion. Y a-t-il autant d'ouvrages influents en langue espagnole, italienne, russe ou chinoise, et précisément quels sont-ils?

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB