A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Août 2018 20:23

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 31 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 14 Juin 2009 8:31 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2817
Localisation : Lorraine
Statistiques sur les noms des lycées lorrains (calculées à partir des listes de cette source)
Quelques précisions:
- Je n'ai pris en compte que les lycées publics, pour ne pas fausser le résultat par la surreprésentation des personnalités religieuses. On peut quand même noter que plusieurs établissement publics portent le nom de personnalités religieuses (Le jésuite explorateur Marquette, Jeanne d'Arc).
- Un nom porté par plusieurs établissements est pris en compte plusieurs fois, sauf s'il s'agit d'un LG et de son LP associé.
- Il faut ajouter 15 établissements portant des noms géographiques ou institutionnels.
- Entre parenthèses: dont les noms de personnalités régionales.
- Certains noms sont difficiles à classer dans une seule catégorie (ex: Jeanne d'Arc: politique ? militaire ? Religieux ? Malraux: politique ? Ecrivain ? ...)
- Deux noms ont résisté à mes recherches: Hélène Bardot et Paul Dassenoy; si vous savez qui ils sont...


Image

On peut faire plusieurs constatations:
- La proportion élevée de noms "régionaux" (ou nationaux mais à racines lorraines): plus de 50 % du total, et surtout pour la période d'avant 1789. 100 % chez les militaires, probablement parce que la Lorraine fut une terre de combats et de forteresses.
- La surreprésentation du XXème siècle, plus à lui tout seul que l'ensemble de toutes les périodes précédentes.
- Les artistes (peut-être plus consensuels...) l'emportent haut la main sur les politiques ou les scientifiques.

Il serait intéressant que d'autres fassent le même travail pour leur région (possible à partir du site indiqué), on pourrait certainement tirer des conclusions très intéressantes. Mais c'est assez long à faire...

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 9:54 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Très intéressant, même si à mon avis parfois il doit être difficile de déterminer si la personnalité est prise pour son origine locale ou pour sa portée nationale. Prenez Jules Ferry. A St-Dié, c'est clairement son origine qui prévaut. Ailleurs, j'ai comme un doute... Faire des classements est complexe mais éclairant.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 10:12 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2817
Localisation : Lorraine
Citer :
Prenez Jules Ferry. A St-Dié, c'est clairement son origine qui prévaut

Oui, comme Mangin à Sarrebourg par exemple; pourtant, j'ai classé Mangin dans les régionaux et pas Ferry. C'est un parti-pris: des centaines probablement d'établissements scolaires portent le nom de Ferry partout en France, Mangin n'est représenté qu'à Sarrebourg... et Marrakech (où il peut aussi être considéré comme le régional :wink: )

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 10:48 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2008 14:42
Message(s) : 2844
Plantin-Moretus a écrit :
Citer :
Prenez Jules Ferry. A St-Dié, c'est clairement son origine qui prévaut

Oui, comme Mangin à Sarrebourg par exemple; pourtant, j'ai classé Mangin dans les régionaux et pas Ferry. C'est un parti-pris: des centaines probablement d'établissements scolaires portent le nom de Ferry partout en France, Mangin n'est représenté qu'à Sarrebourg... et Marrakech (où il peut aussi être considéré comme le régional :wink: )


Il est intéressant de voir à quel niveau d'établissement on donne un nom. Verlaine à Metz n'a droit qu'à un collège, il est pourtant plus messin que Georges de Latour.

_________________
Alceste

Que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants... ne soient pas des signaux de haine et de persécution...

La prière de Voltaire, Traité sur la tolérance, Chapitre XXIII


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 12:00 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant

Inscription : 17 Oct 2003 18:37
Message(s) : 5767
Je m'étais amusé autrefois à googler sur des noms qui reviennent avec une constance lancinante en banlieue parisienne; ça donne des avalanches d'écoles Françoise Dolto, des régiments de CES Pierre Brossolette, des wagons de lycées Jean Moulin. Et beaucoup plus rarement d'autres combinaisons.
Il n'existe pas un site qui donne des stats par personne ? il me semble autrefois avoir vu passer un lien sur le sujet...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 12:33 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Je viens de commencer pour l'Alsace et déjà 3 constatations.
Premièrement : 100% des établissements religieux portent des noms de saints ou de personnages d'Église. Eux, au moins, ils ne pratiquent pas l'ouverture.
Deuxièmement : il y a un petit biais. Quand l'un des lycées les plus prestigieux de Mulhouse est privé et qu'il porte le nom de Jeanne d'Arc, il est évident qu'il empêche n'importe quel établissement public de porter le même nom.
Troisièmement : connaissant un peu les anciens noms que portaient certains établissement de Mulhouse et sa région dans les années 70, je constate des différences très nette entre les anciens établissements et ceux qui ont été construits ou nommés par la suite.
Par exemple, seuls quelques lycées avaient été baptisés et il s'agit de noms prestigieux : Montaigne, Schweitzer, Lavoisier.
Les autres avaient un nom plus prosaïque, j'ai ainsi fait mes études au Lycée Technique d'État Mulhouse (LTEM pour les intimes :wink: ) et ce n'est que plus tard qu'il devint le Louis Armand. Pour d'autres on utilisait le nom de la rue dans laquelle ils se trouvaient. Parfois, cela est resté, ainsi le Roosevelt se nomme ainsi parce qu'il est sur le boulevard Roosevelt. Mais, j'ai connu une époque où la plaque à l'entrée ne disait pas Lycée Roosevelt. D'autres durent baptisés avec des noms plus prestigieux. Ainsi, j'ai eu plusieurs collègues qui allèrent étudier à l'établissement situé à la rue du fil à Mulhouse. On disait fréquemment d'Untel qu'il était au collège ou au lycée de la rue du fil. Maintenant, c'est devenu le lycée Charles Stoessel.

Pour revenir à mon propos, ceux qui furent nommés avant les années 80, portent majoritairement des noms prestigieux et à part le lycée Schweitzer, il s'agit de noms qui ne sont pas d'origine régionale. Ceux nommés après, portent tout un nom en rapport avec la région.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 21:18 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Plantin-Moretus a écrit :
Bon, 1873, c'est l'ordre moral
En 1973, la chambre comporte 400 députés monarchistes contre 150 républicains. Elle prépare activement le retour de la monarchie, la république étant considérée comme provisoire. C'est la "république des ducs". Pas étonnant qu'on ait des lycées Henri IV et Louis-le-Grand. Quand à débaptiser ensuite, difficile pour des rois assez admis par la république, d'autant que ces lycées ont des élèves bien placés et qui tiennent à être anciens élèves de ces établissements de prestige, le nom étant un signe de qualité. Un signe de "noblesse" dans la République! lol

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 22:32 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2008 14:42
Message(s) : 2844
On pourrait aussi remarquer que le premier lycée de filles créé en 1886 s'appelle Fénelon et là ce n'est pas la république monarchique. On a peut-être voulu rendre hommage aux idées avancées de Fénelon en matière d'éducation des filles tout en rassurant les hardis parents qui mettraient les filles au lycée plutôt qu'au couvent.

_________________
Alceste

Que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants... ne soient pas des signaux de haine et de persécution...

La prière de Voltaire, Traité sur la tolérance, Chapitre XXIII


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2009 23:39 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Alain.g a écrit :
Plantin-Moretus a écrit :
Bon, 1873, c'est l'ordre moral
En 1973, la chambre comporte 400 députés monarchistes contre 150 républicains. Elle prépare activement le retour de la monarchie, la république étant considérée comme provisoire. C'est la "république des ducs". Pas étonnant qu'on ait des lycées Henri IV et Louis-le-Grand. Quand à débaptiser ensuite, difficile pour des rois assez admis par la république, d'autant que ces lycées ont des élèves bien placés et qui tiennent à être anciens élèves de ces établissements de prestige, le nom étant un signe de qualité. Un signe de "noblesse" dans la République! lol


Vous devriez vous porter volontaire pour faire partie des commissions qui servent à baptiser les lieux et qui existent dans la plupart des conseils municipaux de grandes villes. Je pense que vous les amuserez beaucoup. lol lol

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Juin 2009 7:26 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Oct 2004 9:14
Message(s) : 2059
Localisation : village des Pyrénées
Il y a aussi des modes pour baptiser les lycées et collèges : Georges Brassens (décédé) et Pierre Perret (vivant) semblent avoir le vent en poupe. Ce qui ne pourra pas gêner les amoureux des "Langues, noms et mots".

Le baptême (ou débaptême) d'un lieu public est souvent étonnant. Je lis dans le Nouvel Obs, sous la plume de la veuve d'un ancien déporté de Bourbourg, que la rue des Martyrs-de-le-Résistance a été débaptisée. je serais curieux de connaitre les motivations de cette décision.

_________________
"La vie des hommes qui vont droit devant eux, renaitraient-ils dix fois en dix mondes meilleurs, serait toujours semblable à la première. Il n'y a qu'une façon d'aller droit devant soi." (Pierre Mac Orlan)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Juin 2009 14:33 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Narduccio a écrit :
Vous devriez vous porter volontaire pour faire partie des commissions qui servent à baptiser les lieux et qui existent dans la plupart des conseils municipaux de grandes villes. Je pense que vous les amuserez beaucoup. lol lol
Le sujet concerne les "prestigieux lycées de la République" et leur dénomination n'est jamais évoquée dans les commissions municipales dont vous parlez, pour la simple raison que les lycées relèvent depuis plus de 20 ans des Régions et que c'est elles qui font le choix du nom pour les nouvelles constructions, avec l'accord du Recteur. Les commissions municipales traitent des "hommages publics" de compétence municipale. 8-|

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Juin 2009 21:08 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Alain.g a écrit :
Narduccio a écrit :
Vous devriez vous porter volontaire pour faire partie des commissions qui servent à baptiser les lieux et qui existent dans la plupart des conseils municipaux de grandes villes. Je pense que vous les amuserez beaucoup. lol lol
Le sujet concerne les "prestigieux lycées de la République" et leur dénomination n'est jamais évoquée dans les commissions municipales dont vous parlez, pour la simple raison que les lycées relèvent depuis plus de 20 ans des Régions et que c'est elles qui font le choix du nom pour les nouvelles constructions, avec l'accord du Recteur. Les commissions municipales traitent des "hommages publics" de compétence municipale. 8-|



EH bien alors, portez-vous volontaire pour les mêmes commissions qui existent aussi à la plupart des échelons. Il y a souvent une commission composé d'un responsable administratif et de quelques représentants de divers services, de divers partis et de plus en plus souvent de la "société civile". Le choix est dans 90% des cas validé en séance plénière et souvent le président ne fait que transmettre le choix de la commission en donnant un avis favorable. Il est très rare qu'il se permette de donner un avis défavorable.

La plupart du temps, les membres de la commission, surtout les administratifs ont tendance à être des éléments modérateurs. Ils savent qu'un nom audacieux va causer des soucis et qu'une débaptisation coûte cher. Bien entendu, il y a parfois des maires, présidents de conseils, etc, qui pour diverses raisons veulent que tel ou tel nom soit donné à un bâtiment plus ou moins important de leur ville/département/région. S'il arrive qu'un établissement soit disponible (qu'il n'a pas été baptisé officiellement, en clair), on va donner ce nom à un bâtiment. Mais, parfois, le bâtiment, ou l'ouvrage, ou la voie n'est pas estimée assez prestigieux(ses).
Il y a lors trois choix: on débaptise (contre l'avis des administratifs) un ouvrage jugé suffisamment important. La seconde, consiste à scinder une rue, avenue pour donner le nouveau nom à une portion. Une partie de la voie garde l'ancien nom, et une autre partie le nouveau. La troisième solution ? On promeut un bâtiment ou une voie au "niveau supérieur".
Ainsi, telle ville qui avait une Avenue de Gaulle décida de nommer une voie du nom de Mitterand après sa mort. Mais, voilà, il n'y avait pas d'avenue sans nom, ni de projet de nouvelle avenue. On envisagea de scinder l'avenue de Gaulle en 2 pour nommer une moitié avenue Mitterand. Mais, cette solution ne convenait, ni à droite, ni à gauche. On finit par nommer une voie médiane en cours de réalisation qui aurait du s'appeler rue machinchose, du nom d'avenue Mitterand et tout le monde fut content. Sauf, un riverain de la nouvelle voie qui déclarait avoir toujours voter contre Mitterand et honnir le personnage qui essaya de monter une association pour que l'on change de nom à la voie. Mais, son association ne reçut pas beaucoup d'adhésions et ne reçu aucun soutien politique d'aucun parti anti-miterrandien.

Il y a quelques années, en été quand les journaux ont tendance à ne pas savoir comment remplir leurs pages. Mon quotidien régional avait fait un article assez documenté sur l'art de nommer les bâtiments et les voies. On y apprenait que la plupart des responsables politiques ont appris à se méfier comme la peste de ses histoires de noms. Il est facile de focaliser une opposition si on choisi un nom trop orienté. Donc, le choix actuel porte sur des noms qui recueille un certain consensus. Si en plus, le personnage a un rapport avec l'histoire locale.
Mais, en faisant la liste pour l'Alsace, j'ai noté une divergence assez grande entre Strabourg et le reste de l'Alsace. A Strasbourg, ville qui se veut internationale et européenne, on trouve des noms plus connus et moins alsaciens que dans le reste de l'Alsace. Il y a ainsi un lycée Le Corbusier, Louis Pasteur, Stanislas ou Jean Rostand. Mais on y trouve aussi un lycée international (sans autre nom).

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Juin 2009 21:16 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
A noter que De Gaulle fut, pour pas mal de petits villages, le premier personnage à donner son nom à une rue. Après la mort du Grand Charles, nombre de patelins qui ne possédaient que des "rues de la mairie" "rue de la gare" etc en nommèrent une du nom du Général.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juin 2009 23:38 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2007 22:09
Message(s) : 652
Dédé a écrit :
Le baptême (ou débaptême) d'un lieu public est souvent étonnant. Je lis dans le Nouvel Obs, sous la plume de la veuve d'un ancien déporté de Bourbourg, que la rue des Martyrs-de-le-Résistance a été débaptisée. je serais curieux de connaitre les motivations de cette décision.


Dédé, aux vues de la localisation de Bourbourg, l'idée qu'un tel "sacrifice" au nom de l'entente franco-allemande puisse aller jusque-là vous aurait-elle aussi effleuré l'esprit ? J'avoue que ça peut paraître saugrenu et même inenvisageable mais je n'ai pû m'empêcher de concevoir que ce pourrait être un morceau d'explication, après vous avoir lu. 8-|

_________________
Attila fit assassiner Bleda pour devenir l'hunnique empereur. :rool:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Juin 2009 10:42 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Sedullos a écrit :
Dédé a écrit :
Le baptême (ou débaptême) d'un lieu public est souvent étonnant. Je lis dans le Nouvel Obs, sous la plume de la veuve d'un ancien déporté de Bourbourg, que la rue des Martyrs-de-le-Résistance a été débaptisée. je serais curieux de connaitre les motivations de cette décision.


Dédé, aux vues de la localisation de Bourbourg, l'idée qu'un tel "sacrifice" au nom de l'entente franco-allemande puisse aller jusque-là vous aurait-elle aussi effleuré l'esprit ? J'avoue que ça peut paraître saugrenu et même inenvisageable mais je n'ai pû m'empêcher de concevoir que ce pourrait être un morceau d'explication, après vous avoir lu. 8-|


Je ne crois pas trop. Du moins, les contacts réguliers que l'on a avec des Allemands au niveau communal montre qu'ils seraient plutôt choqués si on faisait cela et surtout pour espérer leur plaire. J'ai pas l'impression qu'ils rigolent avec le devoir de mémoire.Alors, si en plus on leur dit que c'est pour leur complaire, là je pense qu'ils se lèveraient et quitteraient la salle tout simplement.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 31 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB