A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 27 Juin 2017 9:42

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 73 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
Message Publié : 29 Jan 2011 18:14 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Pédro a écrit :
Pour faire un peu avancer le débat je demanderais à un prof de Limoges de m'expliquer précisément les évolutions vocaliques possibles de dareikos et de denarius histoire d'avoir un aperçut linguistique de la chose.


Je crains que la réponse ne soit assez rapide ... En tout cas repassez ici faire un compte-rendu ce sera apprécié.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Jan 2011 18:22 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Tant que j'y suis je signale l'article sur le darique de l'Encyclopaedia Iranica, comme toujours avec cette encyclopédie il est de bonne tenue et fait bien le tour de la question : http://www.iranica.com/articles/daric


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Oct 2011 17:46 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Oct 2009 17:55
Message(s) : 1328
Stephen(tsm)thomas a écrit :
Jean-Marc Labat a écrit :
J'ai nettoyé autant que faire se peut en essayant de garder le sel des interventions. Il est inutile de continuer sur l'origine du dinar, la personne qui a causé la fermeture du sujet a été bannie.


>:)

Mais, la guerre continue...

http://mejliss.com/2011/01/28/passion-h ... tionnel-fn


Je viens de découvrir ça en surfant sur le web, ça me choque cet amalgame. N'y a t-il aucun moyen de faire au moins changer le titre dans ce forum, car c'est de la calomnie qui nous englobe tous, de la diffamation ! >:(

_________________
[...] Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie
Et l'aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants...

Renaud, Mistral gagnant, 1985.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Mai 2012 23:46 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 15 Mai 2012 0:42
Message(s) : 58
Salut a tous et merci pour ce fabuleux forum dont on apprend tant
L'héritage Latin et Grec au Maghreb continue dans la langue locale pleine de mots Italiques (dont une part est Latine) et Helleniques, ajoutons a ceci que les sciences dures dans les écoles et universités s'aprennent en Français avec beaucoup de termes scientifiques en Grec

Cet héritage se rencontre aussi dans la toponomie et l'onomastiques

Je ne suis pas linguiste mais j'ai lu beaucoup de livres sur la linguistique et je maitrise 6 langues (Arabe, Persan, Turc, Français, Italien, Anglais) et je suis en train de réaliser un dictionnaire sur le dialecte Arabe Tunisien (étant Tunisien) avec , chaque fois que c'est possible et dans la mesure des langues que je connais, une explication étymologique
Au contraire de ce que je pensais au début il ya peut etre vers le 100 milles de mots dialectaux Tunisiens (les mots arabes non utilisés dans notre dialecte ne figurent pas)
Voila une spéculation personelle sur le mot Tunisien "fankoush" qui veut dire pain, des que j'ai mis ce mot, m'est venu a l'esprit le Français "pain" puis en googlant j'ai trouvé le Latin "panceus" qui serait selon moi le progéniteur de notre "fankoush"
Pour la toponomie, rien que dans ma région natale "Mahdia", on a "rejish" du Latin "regius" et aussi "hibun" du Grec "hippone"
Le nom Romain de Mahdia fut "aphrodisium" qui selon Oxford's etymological dictionary of the English language est un mot Grec issu du phoenicien ashtart, selon les linguistes comparatistes (enfin une partie d'eux) le proto indo-europpéen h2aster (étoile) viendrait du sémitique "ishtar"=vénus (ancien arabe ashtrt, hebreux esther, arabe thuraya et aussi berbere ithri; le berbere étant une langue "parasémitique" en quelque sorte)


Des 24 wilayas Tunisiennes
3 sont grecques (monastir de monasterion, nabel de neapolis, bizerte de hippos zarytus mais zarytus serait un mot iranique alan voulant dire jaune)
2 sont latines (zaghwan de ziqua et beja de vaga)
les 19 restants sont pour la plupart d'étymologie arabianique avec 2 d'origine libyque/tamazight/berbere, 1 d'origine iranique Alane (wilaya d'Ariana) et 3-4 a l'étymologie ambigue/méconnues


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Mai 2012 23:56 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2011 8:48
Message(s) : 283
Localisation : Alsace
Parasémitique, rien que ça, je veux bien en discuter sur un autre sujet. Si la linguistique et l'étymologie était aussi simple, vous pensez bien que ça ne servirait plus à rien de faire d'aussi longues études et que ce n'est donc pas à la portée de tout les amateurs..


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Mai 2012 0:48 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 15 Mai 2012 0:42
Message(s) : 58
salut, je ne parle pas du néant, j'ai lu pres de 500 livres et ouvrages sur la linguisitique
Et les linguistes afrasianistes semblent etre d'accord que le rameau afro-asiatique le plus proche a celui berbere/libyue est le rameau sémitique
Priere voire diagramme et pdf ci dessous


Image

LA PARENTE CHAMITO-SEMITIQUE DU BERBERE :
un faisceau d'indices convergents
Salem CHAKER
mwt "mort" mm(t) "mort/mourir"
wqd "brûler" qqd "passer au feu" et ‡d "cendre"
≤ly "haut" aly "monter, suspendre"
≤yn "source" anu "puits"
≤•ts "éternuer" ∂s "rire"
Ìrq "brûler" r‡/rg "brûler"
p'd "pied" afud "genou"
qr' "crier" ‡r/qqar "appeler/crier"
lsn "langue" ils "langue"
Mais il se poursuit encore à l'intérieur du berbère, quasiment sous nos yeux, puisque la
comparaison des dialectes actuels, ou l'examen des séries dérivationnelles, permettent très souvent de
restituer une troisième - voire une seconde - consonne "faible" (Basset 1948 ; Prasse 1957) :
b)- Disparition pan-berbère de radicales /w/ ou /y/, représentant elles mêmes souvent d'anciennes
consonnes postérieures ou labiales chamito-sémitiques : tter "mendier", qqen "lier", ffe‡ "sortir",
ssen/issin "savoir", ffer "cacher"... tous bilitères à première radicale tendue, dans lesquels la tension
initiale est la rémanence d'un ancien /w/ radical initial, comme l'attestent tous les dérivés verbaux et
nominaux apparentés, à vocalisme initial /u/ constant, voire à /w/ radical conservé :
tter → tuttra, suter < WTR ; qqen → tuqqna/u‡un, as‡wen/tawe‡ni < WΩN ; ffe‡ → tuff‡a, ufu‡,
ssufe‡ < WFΩ ; ssen → ussun, tussunt, amussen/amusnaw, tamusni < WSN ; ffer → tuffra, ufur <
WFR...
c)- Disparition dialectale (berbère nord) de radicales /w/ (ou /h/ ?), /y/ :
- a‡ "prendre" < aw‡ ; annay/ny "voir" < hny/wny ; ks "paître" < KSW ; tasa/awsa "foie" ;
tala/tahala "fontaine/source" < HLW (?).
d)- Vocalisation régionale de radicales /w/ et /y/ traitées en /u/ et /i/ stables ou instables :
- ttu "oublier" (berb. nord) < itaw-ttew (touareg) ; tti < tty "retourner, renverser"
- kabyle : ndu (nda) "baratter" < ndw (touareg, Maroc)
- fsu "bourgeonner, s'épanouir" < fsw/fsy
- ddu "aller (avec) < ddw < wdw : Cf. touareg : idaw-ddew "aller en compagnie" et Maroc : tawada
"marche, fait d'aller"
- amenzu "précoce" d'un radical nzi < nzy "être au matin, être le premier" (touareg).
e)- Chute dialectale de radicales labiales ou nasales :
- kabyle, Maroc central... : kker, "se lever" < nker (touareg, Maroc)
- kabyle (local.) : ages "ceindre" < bges
- berb. nord : ass "jour", mais chleuh (localement) : asf "jour", dans lequel on décèle un ancien
nominal déverbatif (nom d'instrument en s-) du radical F/FW "faire jour" ; d'où : ass < asf < *a-S-FW
= "période de jour".
- touareg, chleuh, kabyle : kf/fk "donner" > Maroc central, Mzab, Ouargla : aš "donner" (aš < ak(k) <
kf/fk). A noter que la forme intermédiaire ak(k) est attestée, y compris dans les parlers ayant fk/kf,
3
comme radical du thème d'aoriste intensif : kabyle : ttakk, chleuh : akka, touareg : hakk
(<*WKF/WFK).
f)- Assimilations et fusions dialectales de consonnes consécutives de localisation voisine :
- md > nd > dd : mdy > ndy > addy (> ady) "tendre un piège"
- ld > ll : ldy > lly "tirer, ouvrir"
- sk > šš : isker > iššer "ongle" ; iskew > iššew "corne" ; uÒkay > uššay "lévrier"...
- tk/dk > ©© > šš : ∂kr > •tkr > šša® > aša® "remplir" et, très probablement : *tkš > kš (touareg) > ©©
(kabyle) > šš (chleuh) "manger" (la dentale initiale étant confirmée par la forme pan-berbère de
l'intensif : tatt/tett, que l'on peut supposer issu d'un *tatkš).
Même pour les monolitères les plus fondamentaux et les plus stables à travers l'ensemble
berbère, il est souvent possible de montrer qu'ils proviennent d'anciens trilitères :
- ili/l "posséder" (pan-berbère), mais kabyle : ayla "propriété, bien" et touareg (et kabyle) : tilawin
"possessions, biens, femmes" autorisent à poser un radical primitif : *YLW "posséder".
- iri/r "aimer/vouloir" (pan-berbère), mais touareg méridional (local) : erh "aimer/vouloir", Ghad. eber
et chleuh : tayri "amour", amarg "nostalgie, poésie" permettent de poser une racine *WRY ou *YRW.
- ini "dire" (pan-berbère), mais le prétérit nni/nna (pan-berbère) et l'aoriste intensif touareg ganna sont
la trace de deux autres consonnes radicales (< *YNW/WNY ?).
- i∂ "nuit" (berbère nord), mais iße∂ Ghadames et éhe∂ touareg indiquent l'existence d'une ancienne
radicale initiale, confirmée par les données morphologiques : annexion à voyelle constante, sing. : yi∂ ;
plur. a∂an > wa∂an-wu∂an). La forme particulière (-an) du suffixe de pluriel (i∂/a∂an) est, elle aussi,
l'indice d'une autre radicale, qui a laissé sa trace dans le timbre de la voyelle /a/ (< /w/, /h/ ?). D'où : i∂
< *YWΔ ou *YΔW).
En définitive, l'examen - interne ou externe - des radicaux non trilitères du berbère montre que
beaucoup d'entre eux peuvent être ramenés à des séquences de trois consonnes. Ces correctifs apportés,
on aboutit pour le berbère à un état de choses somme toute assez comparable à celui du sémitique
: une prévalence nette des racines lexicales triconsonantiques, qui n'exclut pas, bien entendu, un
noyau de vrais bilitères que l'on postule aussi généralement à un stade proto-sémitique. Mais, et c'est
sans doute là une pierre d'achoppement à tout progrès en matière de comparatisme berbère, le travail
de reconstruction lexicale est à peine ébauché ; on en devine plus ou moins les grandes lignes ; dans
quelques cas favorables, la restitution des formes primitives est d'ores et déjà acquise, mais pour
l'essentiel du fonds des radicaux à une ou deux consonnes, les recherches de diachronie interne restent
à faire. Il nous manque toujours un dictionnaire étymologique du berbère (où, à tout le moins, des
principales racines berbères) qui permettrait une comparaison lexicale systématique avec les langues
apparentées.
2. LA FORMATION DU MOT : Racine/Schème/Thème
Le modèle sémitique classique (Cantineau 1950) de formation du mot (nom/verbe) sur la base
de l'association d'une racine (exclusivement consonantique) et d'un schème (verbal ou nominal), défini
par une séquence vocalique discontinue (amalgamée à la racine) et d'éventuels morphèmes préfixés
et/ou suffixés, s'applique tel quel au berbère. De plus, les morphèmes schématiques affixes du berbère
appartiennent aux mêmes classes phonologiques qu'en sémitique : nasales et dentales. Ces associations
"racine + schème" constituent un inventaire fini de thèmes (nominaux et verbaux) qui sont très
comparables, sur le plan des formes et des fonctions, dans les deux branches de la famille.
On abordera plus loin (§ 3) la question des thèmes verbaux et l'on se limitera ici aux schèmes
nominaux déverbatifs. En berbère, l'inventaire paraît en être beaucoup plus réduit qu'en sémitique
puisqu'il ne compte que trois ou quatre formes bien vivantes. Soient les verbes ag°em "puiser" et krez
"labourer" ; on recense les déverbatifs suivants :
- un nom d'action verbal (abstrait) : takerza > tayerza = "labour" ; ag°am, tug°min =
"puisage" ;
- un nom d'agent : amkraz = "laboureur" ; anag°am = "puiseur" ;
- un nom d'instrument : askrez > azkrez = "charrue" (ou "soc") ; asag°em = "instrument de
puisage = amphore".
Pour les verbes de qualités stables, on relève aussi :
- un adjectif : izwi‡/zegg°a‡ = "être rouge" → azegg°a‡ = "rouge" ; im‡ur/meqq°er = "être
grand" → ameqq°ran = "grand".
4
A travers ces quelques exemples représentatifs, on peut aisément constater qu'au niveau des
morphèmes (ici les préfixes), les schèmes berbères ne sont pas sans analogie avec les matériaux
sémitiques.
Le "nom d'agent" berbère à la forme fondamentale m(a)-CCaC ; en sémitique, le préfixe maest
celui du nom de lieu ou d'instrument. Or, en berbère, de nombreux déverbatifs à préfixe m- sont
des noms d'instruments : amaddaz = "maillet" < ddez = "piler, frapper à coup de maillet". La valeur
primitive du préfixe m(a)- "ce qui/celui qui (effectue le procès X)" autorisait les deux interprétations
(instrument/agent) et permet de comprendre la divergence entre les deux groupes ainsi que la relative
fluidité du signifié de ce schème en berbère.
Le nom d'instrument ("ce avec quoi s'effectue le procès X") berbère a un préfixe
caractéristique s- dans lequel on reconnait le morphème s- du "factitif" berbère et sémitique. On notera
que cet élément existe aussi en berbère en tant qu'unité indépendante dont le lien avec le déverbatif
instrumental est transparent : la préposition s "avec" (instrumental) ; en berbère, (a-) s-krez s'analyse
en conséquence immédiatement en : "(ce) + avec + labourer" (= "charrue").
Les principaux schèmes d'adjectif (Cf. chap. 2) ont des correspondants sémitiques assez nets :
- l'adjectif en CC:aC (tension de la 2ème radicale) renvoie certainement au schème sémitique à
redoublement consonantique (sur C2) : nom d'agent qatta:l, thème verbal à redoublement (causatif ou
intensif).
- le suffixe -an, à la marque d'adjectif semitique -n/-a:n (Brockelmann 1910 : 126 ; D. Cohen
1983 : 445).
On pourrait également être tenté d'identifier en berbère un "nom concret" (de forme plutôt
variable) ; ainsi kabyle :
a•t•tan "maladie", à côté de : a∂an "fait d'être malade"
abagus "ceinture", à côté de : abgas "fait de se ceindre",
mais il résulte dans la plupart des cas de l'évolution sémantique d'un ancien nom d'action devenu
concret (ex : afrag, du verbe freg "clôturer", signifie à la fois "cloture" et de "action de clôturer") ou,
surtout, d'anciens thèmes nominaux que l'on décèle effectivement au niveau formel, mais qui n'ont
plus aucune existence fonctionnelle synchronique. En d'autres termes, il y a eu un nombre bien plus
élevé de schèmes nominaux que ceux que l'on peut encore considérer comme vivants. Une proportion
très importante du lexique berbère entre dans un système de régularités de signifiants (= d'anciens
schèmes), sans que l'on puisse attribuer, en synchronie, un quelconque signifié stable, à ces
récurrences (Cf. Taïfi 1990). C’est bien souvent seulement la comparaison avec le sémitique qui
permet d’identifier ces schèmes comme tels (ainsi CC:uC, schème de participe passif).
Le berbère, sur ce point, se distingue donc nettement du sémitique : le principe de formation
du lexique selon le modèle "racine + schème" est encore bien perceptible en berbère ; c'est même, en
diachronie, le principe général sous-jacent à la morphogénèse du lexique. Mais, en synchronie, ce
réseau est profondément délabré par l'action de nombreux facteurs ou tendances générales :
a)- Tendance à la rupture des liaisons signifiantes et signifiées des dérivés par rapport à leur
base-racine, induite par les évolutions phonétiques et la "dérive" sémantique des dérivés : ainsi, chleuh
sudu, "aller à cheval" n'a plus de lien sémantique immédiat avec sa base : ddu "aller" ; de même,
kabyle : ssi‡ "allumer" < a‡ "prendre" ; ssefk "falloir" < fk "donner" et touareg : amawa∂ "adolescent"
< awe∂ "parvenir"...
b)- A l'autre bout du système, la disparition des racines ou - ce qui revient au même - leur
évolution phonétique et sémantique entraîne également de larges failles dans le système. Un terme
fondamental comme (berbère nord) : argaz = "homme" est une forme désormais quasiment isolée bien
qu'il s'agisse (en diachronie) d'un dérivé issu de rgz "marcher", verbe conservé par le seul touareg et
absolument inconnu des dialectes qui ont argaz = "homme". De même, as‡wen "lien, cordelette" est
bien sûr un nom d'instrument issu d'une racine ΩWN/WΩN qui n'est plus vivante sous cette forme
précise : le verbe "lier, attacher" est partout devenu qqen, estompant la liaison avec le dérivé. Le verbe
pan-berbère ‡ly "tourner autour/passer par dessus" a pris en kabyle le sens de "tomber" ; de ce fait, il
n'y a plus, pour le locuteur kabyle, de relation immédiate entre ce verbe et le nom d'instrument tisse‡lit
"barrière < obstacle que l'on doit contourner ou enjamber"...
c)- Les emprunts massifs et continus à d'autres langues brisent l'unité et la logique du
système : de nombreuses "cases" d'une série dérivationnelle théorique sont occupées par des emprunts
5
qui n'entrent naturellement pas dans le réseau indigène de relations formelles entre base et dérivés (Cf.
chap. 9).
Lionel Galand (1974 : 99) a très clairement synthétisé les évolutions et la situation présente du
berbère sur ce plan :
« Le berbère a limité partout, surtout dans les parlers du nord, le pouvoir de motivation qui revient aux
racines et aux schèmes. Tandis que les premières relient des "familles" souvent moins nombreuses, la valeur des
seconds n'est plus toujours perceptible. Chaque mot tend à vivre sa vie propre [...]. En termes saussuriens,
l'évolution fait du berbère une langue moins "grammaticale" et plus "lexicologique".»
Mais le système a bien été, dans un stade plus ancien encore bien discernable, du même type ("racine
+ schème" = thème) qu'en sémitique.
Au niveau global de l'organisation du synthème nominal ou verbal, il apparaît également que
la structure générale du mot en berbère est assez proche de celle que l'on dégage pour le sémitique (D.
Cohen 1983 : 452-453/Galand 1983 : 470-471) :
Séquence-type du Nom berbère
Genre/Nombre - Etat - Préfixe de dérivation - RACINE+SCHEME - (Genre/Nombre) + (personnel) -
(déictique)
Les préfixes de genre et d'état distinguent le berbère du sémitique, mais on a toutes les raisons de
penser qu'il s'agit de développements relativement récents en berbère et l'on a formulé depuis longtemps
(Vycichl 1957 et Prasse 1974 : 11-33 ; et ici même, chap. 4) des hypothèses diachroniques qui
en esquissent l'histoire. Sur ce point, on constate d'ailleurs des phénomènes assez parallèles en
couchitique avec l'apparition secondaire d'un article (Zaborski 1986).
Séquence-type du Verbe berbère
(Personne) - Préfixe de dérivation - RACINE+SCHEME - (Personne) - (Genre)
En berbère, contrairement au sémitique, le verbe n'a pas de suffixes de mode : la catégorie en est
inexistante dans le système verbal fondamental. D'autre part, il n'y pas dans l'état actuel de la langue,
contrairement à ce qui se passe en sémitique, de distinction généralisée pour les marques personnelles
entre un paradigme préfixé (à l'"inaccompli") et un paradigme suffixé (à l'"accompli") : le berbère
fonctionne avec une série indifférenciée de préfixes/suffixes à tous les thèmes verbaux.
Les divergences sur le plan de l'organisation séquentielle du mot entre le berbère et le
sémitique sont donc réelles, mais elles paraissent toutes nettement périphériques, i.e. induites par des
développements secondaires spécifiques à chaque branche au niveau des marques les plus extérieures :
les portions centrales des formes verbo-nominales obéissent à une logique combinatoire identique dans
les deux groupes.
3. LE SYSTEME VERBAL
Des thèmes primitifs
Dans ses grandes lignes, le système verbal berbère commun - tel que l'on peut le reconstituer
par comparaison des données dialectales actuelles - présente un parallélisme de structure frappant avec
celui du sémitique (et du chamito-sémitique). Comme ce dernier, il oppose deux thèmes primitifs à
valeur aspectuelle (Cf. chap. 5), distingués généralement par un jeu d'alternance vocalique :
Proto-berbère
Aoriste ~ Prétérit
y-azzel : il court y-uzzel : il a couru
y-©© : il mange y-©©a : il a mangé
Au plan sémantique, les deux thèmes, conventionnellement dénommés "aoriste" et "prétérit"
par les berbérisants, recouvrent une opposition aspectuelle qui n'est pas sans rappeler le couple
sémitique classique "accompli" (= prétérit)/"inaccompli" (= aoriste), même si l’on hésite à appliquer
cette terminologie au berbère (Cf. chap. 5 et 6).
Les oppositions vocaliques entre thème prétérit et aoriste sont très diverses (pour une étude
d'ensemble, voir Basset 1929), mais en même temps très stables à travers l'ensemble du domaine - ce
qui implique une grande ancienneté. Elles semblent difficilement réductibles à un jeu relativement
simple et systématique de distinctions schématiques tel que celui que l'on a proposé pour le sémitique
6
et le chamito-sémitique (par ex. : Diakonoff 1965/1988). Tout au plus pourrait on dire, en termes de
tendance, que le vocalisme /a/ (< CCaC ?) est sans doute le plus caractérisque du prétérit (=
"accompli"). En fait, la situation berbère est certainement brouillée - pour les bilitères et les
monolitères surtout - par l'incidence de nombreuses évolutions phonétiques : réduction de timbres
vocaliques (/a/ > zéro), disparition d'anciennes consonnes radicales qui ont interféré avec les timbres
vocaliques thématiques primitifs, induisant un système d'alternances complexes, souvent doubles.
Malgré les évolutions et renouvellements importants dans les dialectes actuels (Galand 1977),
cette structure binaire demeure encore très perceptible en synchronie dans le système ternaire de base
puisqu'il est clair que le thème "intrus" (aoriste intensif) est directemment issu de l'aoriste simple :
Berbère commun
Aoriste Intensif ← [Aoriste] ~ Prétérit
y-ttazzal [y-azzel] y-uzzel
il court il a couru
i-tett [y-©©] y-©©a
il mange il a mangé
Comme on l'a vu au chap. 5, le système a connu bien d'autres évolutions, dont la plus générale
est la stabilisation de la combinaison du préverbe ad avec les thèmes d'aoriste. On constate ainsi que
les évolutions les plus anciennes et les plus générales du système se ramènent pour l'essentiel à une
démultiplication des formes dans la zone de l'aoriste ("inaccompli"), processus parallèle à celui qu'ont
connu beaucoup de langues sémitiques au cours de leur histoire.
Même si l'identification sémantique - synchronique et diachronique - des oppositions ne fait
pas l'unanimité des berbérisants, le système des formes de base du verbe berbère rappelle donc, par de
nombreux aspects, celui du sémitique.
Des thèmes secondaires
Sur les thèmes primitifs, se greffent une série de thèmes secondaires (ou dérivés), parmi
lesquels on peut opposer, selon un modèle très général en chamito-sémitique (D. Cohen 1968 : 1306) :
a)- Des dérivations purement sémantiques (ou expressives), concernant des "manières du
procès". En berbère, il s'agit de procédures lexicales, peu productives et dont l'étude relève plutôt de la
diachronie : redoublements divers, affixes expressifs (Chaker 1980).
b)- Des dérivations grammaticales, formant un système fermé, concernant le mode de
participation du sujet - l'orientation du prédicat verbal, donc la syntaxe de l'énoncé.
Derrière une apparente profusion de formes, la dérivation d'orientation s'organise en berbère, comme
en (chamito)-sémitique, autour de trois pôles essentiels (Cf. chap. 6) :
- l'orientation externe = "factitif" ou "causatif" (transitivant)
- l'orientation interne = "passif" (intransitivant)
- l'orientation mixte = "réciproque" ou "réfléchi"
La structure générale du système de la dérivation verbale berbère est donc elle aussi quasiment
identique à celle du sémitique.
Du point de vue des signifiants, les marques dérivationnelles (d'orientation) berbères
présentent une très grande parenté avec les morphèmes correspondants sémitiques : il s'agit dans les
deux cas de préfixes (mono-) consonantiques dentals ou nasals :
- le "factitif" berbère est caractérisé par un préfixe s- (sifflante sourde). Le sémitique pour sa
part recourt à un préfixe s-, š- > h- ;
- le "passif" berbère se forme par préfixation d'un préfixe dental sourd ttw-, tt- (on peut
soupçonner le morphème ttw- d'être un ancien complexe de deux morphèmes initialement distincts : tt
+ w-). En sémitique, le préfixe t- a valeur de passif ou de réciproque selon les verbes ;
- en berbère, les morphèmes m-/n- (primitivement en distribution complémentaire selon un
critère phonologique) et my- (que l'on peut également suspecter d'être une combinaison de deux
morphèmes : m + y-/m + w-) ont, comme en sémitique, les valeurs de réciproque ou de passif selon les
verbes.
L'aoriste intensif
Du point de vue historique et comparatif, ce thème verbal mérite un examen particulier : il
manifeste une convergence formelle, fonctionnelle et historique très révélatrice avec d'autres branches
7
du chamito-sémitique. Comme on l'a vu (chap. 5), ce thème est une ancienne forme dérivée
("dérivation de manière") à valeur durative ou itérative qui a été totalement intégrée dans le jeu des
oppositions de base du verbe. Les facteurs explicatifs de cette recomposition sont sans doute multiples.
Deux causes concomitantes peuvent a priori être évoquées :
- la tendance naturelle à l'insistance et à l'emphase a dû conduire à un suremploi de l'intensif,
banalisé et généralisé au détriment du thème simple ;
- l'évolution phonétique a fait disparaître (au minimun elle a estompé) le support vocalique de
l'opposition aoriste (simple)/prétérit pour une catégorie très importante de verbes (CCC, trilitères à
voyelle zéro). Ces verbes, qui sont partout majoritaires, ont complètement perdu la distinction
thématique primitive dans les dialectes berbères nord et l'ont maintenu de manière très ténue et labile
(/∞e/-/∞a/ ?) en touareg. Le recours à l'intensif, forme à marque lourde (voir ci-dessous), a dû être un
palliatif à l'effondrement de la distinction. L'aoriste intensif est venu progressivement remplacer
l'aoriste dans le couple "aoriste (simple)"/"prétérit", menacé de disparition par confusion phonique.
Mais, l'aspect le plus intéressant est dans la forme et la configuration de cet intensif. Les
marques caractéristiques en sont de deux types (on néglige ici les éventuelles modifications
vocaliques, bien quelles soient très éclairantes pour l'histoire des thèmes) :
- préfixe tt-/t- sur le thème d'aoriste : awe∂ "parvenir" → ttawe∂ ; nker "se lever" → ttnkkar ;
azzel "courir" → ttazzal...
- tension d'une consonne radicale (C2 pour les trilitères) : krez "labourer" → kerrez ; tension
de C1 ou C2 pour les bilitères : gen "s'allonger/dormir" → ggan ; r‡ → reqq "brûler"...
Ces deux signifiants de l'intensif (préfixes tt-/tension consonantique) sont des morphèmes qui
appartiennent aux paradigmes de la dérivation dans toutes les langues chamito-sémitiques.
- Le redoublement consonantique (sur C2), est très répandu comme marque d'intensivité et/ou
de répétition : arabe kasara "casser" → kassara "casser menu"...
- Le préfixe tt-/t- est l'un des outils les plus utilisés de la dérivation verbale chamito-sémitique.
En sémitique, il intervient surtout dans la dérivation d'orientation ("réfléchi"/"passif"), alors qu'en berbère
on le rencontre pour les deux types de dérivation (tt-intensif et tt(w)- "passif").
Le matériau est le même mais fait l'objet d'une utilisation et d'une répartition différentes. Or,
cette indifférenciation berbère du morphème tt- se rencontre également en sémitique (Akkad) et en
couchitique où il a aussi les deux fonctions ("dérivation"/"flexion", selon la terminologie de Voigt
1987). Le parallèle couchitique va encore plus loin puisque la distribution (prédominante, mais non
absolue) de tt-/tension consonantique en berbère paraît recouper tendanciellement celle qui existe en
couchitique : tt- marque l'intensif pour les verbes intransitifs, la tension consonantique pour les
transitifs.
Il y a donc, entre les systèmes verbaux berbère et chamito-sémitique, à la fois un très net
parallélisme général d'organisation et des ressemblances décisives du matériau morphologique.
4. LES PARADIGMES PERSONNELS
Les marques personnelles du verbe
Comme dans tout le chamito-sémitique, le verbe berbère est obligatoirement accompagné d'un
indice de personne conjoint (qui n'est donc pas, en toute rigueur, un "pronom"). Cette donnée, à elle
seule, ne suffit évidemment pas à établir une parenté puisqu'on retrouve des faits semblables dans une
infinité d'autres langues, à commencer par le latin et les langues indo-européenne anciennes. En
revanche, la ressemblance des signifiants de ces marques personnelles est beaucoup plus significative.
Sans qu'il y ait identité complète, les recoupements avec le sémitique sont très larges : 5 sur 7 des
formes fondamentales sont identiques :
Berbère Sémitique (préfixes)
Sing. 1. ----‡ '----
2. t----d/∂ t----
3. masc. y---- y----
fem. t---- t----
8
Plur. 1. n---- n----
2. t----m t----
3. ----n y----
Si l'on ne considère que les formes du singulier qui sont à l'évidence (en berbère comme dans
l'ensemble chamito-sémitique) à la base du paradigme, la convergence est encore plus flagrante : 3
formes sur 4 sont identiques. David Cohen a souvent insisté sur le fait que l'identité croisée, hautement
spécifique, que constitue les morphèmes de la 2ème personne et de la 3ème de féminin peut être
considérée comme un indice décisif de la parenté des systèmes. La divergence sur la 1ère personne du
singulier provient sans doute d'une réfection berbère consécutive à la disparition des articulations laryngales
dans cette langue (Cf. § 6) ; cette 1ère personne à vélaire pourrait bien être le correspondant
du suffixe personnel palato-vélaire -k attesté pour la 1ère personne dans les langues sémitiques occidentales-
sud (sud-arabique et ethiopien). Après la disparition des articulations postérieures, le berbère
a dû puiser dans le paradigme des indices personnels de la conjugaison à suffixes.
Car parallèlement à la conjugaison personnelle par préfixes, caractérisant le thème verbal
"processif" (le futur "inaccompli" du sémitique), le chamito-sémitique a dû possèder pour le thème de
statif-duratif (> "accompli"), une conjugaison à indices personnels suffixés. Ce statif semble avoir été
un thème nominal, combiné à un morphème personnel suffixé (D. Cohen 1968 : 1308). Cette distinction
entre indices personnels préfixés et suffixés reste bien représentée en sémitique (préfixes à
l'inaccompli, suffixes à l'accompli).
Ce second versant de la conjugaison personnelle ne se retrouve pas tel quel en berbère, mais
on y relève pourtant des faits qui ne sont pas sans analogie et pourraient être la trace de cette ancienne
situation. Le berbère connait une conjugaison personnelle à suffixes pour les verbes d'état (qualités
stables) au thème de prétérit (= "accompli"). Et, convergence encore plus troublante, cette souscatégorie
sémantique de verbes forme son prétérit sur un thème qui peut être lui aussi nominal : on le
rencontre notamment dans l'adjectif et dans certains autres thèmes nominaux plus rares (ancien nom
d'agent...). Ainsi : "être rouge" : aoriste = izwi‡ ; prétérit = zegg°a‡ ; adj. = a-zegg°a‡
Sans nous aventurer à prendre position en un domaine dont, comme le disait D. Cohen (1972 :
48), « on connaît la redoutable complexité [...] qui a conduit à proposer des théories fort diverses », il
est permis de constater que les données berbères évoquent étrangement les formes les plus
anciennement connues du sémitique (Akkad) et celles que l'on a proposées pour le chamito-sémitique
(D. Cohen : 1968).
Certes, les conditions et les formes actuelles de cette conjugaison par suffixes sont différentes de celles
que l'on reconnait pour le (chamito)-sémitique ; en berbère, elle ne concerne qu'une classe restreinte de
verbes alors qu'elle est générale en sémitique. Les signifiants des indices personnels suffixés berbères
sont très spécifiques. Seules deux formes de la série pourraient être les correspondants de marques suffixées
du sémitique :
1ère pers. sing. berb. : -‡ sém. : -k
2ème pers. sing. berb. : -d/∂ sem. : -t
Mais il est néanmoins probable que la convergence n'est pas fortuite. Cette conjugaison très
particulière des verbes d'état - qui n'est actuellement bien représentée qu'en kabyle - a été répandue
dans tout le berbère à un stade antérieur : même les dialectes (Maroc) qui l'ont complètement perdue
l'ont connue il y a moins de dix siècles (Cf. chap. 11). De plus, de nombreux indices prouvent qu'elle
concernait un nombre bien plus important de verbes que maintenant. On peut donc légitimement admettre
que la situation berbère est un reflet, sans doute remodelé sur le plan des signifiants, ou un
développement parallèle, de l'état ancien chamito-sémitique opposant deux conjugaisons personnelles :
série à préfixes pour l'aoriste (= "inaccompli") et série à suffixes au prétérit (= "accompli").
L'évolution de la langue ayant mené par la suite à la constitution d'un système mixte (préfixessuffixes)
unifié et au maintien résiduel des suffixes pour le prétérit d’une catégorie sémantique limitée,
celle des verbes d'état.
Les affixes personnels régimes
Les morphèmes personnels affixes du nom et du verbe (directs et indirects) présentent des
ressemblances encore plus marquées avec les autres branches du chamito-sémitique :
Berbère Sémitique (Akkad) Egyptien
9
Sing.
1. ----y/w ----ya/i ----y
2. masc. ----k ----k(a) ----k
fem. ----km/m ----k(i) ----©
3. masc. ----t/s ----s(u) ----f
fem. ----tt/s ----s(a) ----s
Plur.
1. ----n‡/‡ ----ni ----n
2. masc. ----k°n/wn ----kun(u) ----©n
fem. ----k°nt ----kin(a) ----©n
3. masc. ----tn/sn ----sun(u) ----sn
fem. ----tnt/snt ----sn ----sn
Là encore, l'inventaire du singulier est à la base du paradigme global et les formes de féminin sont un
développement de celles du masculin : le matériau élémentaire, entièrement commun aux différents
groupes de la famille, se ramène à la série fondamentale suivante :
1° pers. = -y ; 2° pers. = -k ; 3° pers. = -s/t.
Les pronoms personnels indépendants
Berbère Arabe Akkad
Sing.
1. nkk 'ana: 'ana:ku
2. masc. kayy 'anta 'atta
fem. kmm 'anti 'atti
3. masc. ntta/nta huwa su:
fem. nttat hiya si:
Plur.
1. nk°ni nahnu ni:nu:
2. masc. k°nwi 'antum attunu
fem. k°nmmti 'antunna attini
3. masc. nitni huma sun(u)
fem. nitnti hunna sina
En dehors des deux 1ères personnes (nkk, nk°ni), les systèmes attestés sont en apparence
étrangers l'un à l'autre et l'on doit admettre qu'ils ne sont effectivement pas hérités d'un prototype
commun. La construction des paradigmes s'est nécessairement faite séparément dans chacune des
deux branches. Mais l'analyse des pronoms berbères permet d'affirmer qu'ils sont formés à partir des
éléments de la série des suffixes personnels (Cf. supra), éventuellement associés à un élément support
à base nasale (n-/ni-/-ni) qui évoque immédiatement celui du sémitique 'an- (D. Cohen 1983 : 457) :
- kayy < -k - k°nwi < -k°n (< k + n)
- kmm < -k (+ m) - nitni < -tn (+ ni)
- ntta/nta < -t (+ n) - nitnti < -tnt (+ ni)
La différence réside dans ce que le berbère a exploité le paradigme des affixes personnels régimes
pour construire sa série de pronoms indépendants, alors que le sémitique a eu recours à celui des préfixes
personnels du verbe et à des déictiques pour les 3èmes personnes.
5. QUELQUES MORPHEMES : genre, nombre, adjectifs, déictiques et interrogatifs
a)- Les deux marques les plus fréquentes et les plus générales de la morphologie verbonominale
berbère se retrouvent dans toutes les autres branches du chamito-sémitique, notamment en
sémitique (Brockelmann 1910 : 126-134), avec cependant une fréquence moindre et un rôle sans doute
moins important dans cette branche :
-t : [sem. -(a)t] : marque fondamentale du féminin (nom, pronom, verbe) :
am‡ar "vieillard" → t-am‡ar-t "vieille"
ntta "lui" → ntta-t "elle" ; nitni "eux" → nitn-t-i "elles"
dda-n "ils sont allés" → dda-n-t "elles sont allées".
En berbère, ce suffixe -t semble également avoir été à date ancienne un indice de pluriel (ou de
collectif ?) verbo-nominal :
ddu "va !" (impératif 2° sing) → ddu-t "allez !" (2° plur.) ;
10
zegg°a‡-it = forme indifférenciée du pluriel du prétérit des verbes d'état (kabyle) : "nous, vous,
ils, elles sont rouges"
Cette relative ambivalence fonctionnelle ancienne correspond aussi à la situation sémitique où la
désinence de féminin -(a)t sert à l'expression du collectif et de l'abstrait (Brockelmann 1910 : 128).
-n : [sem. -a:n] : principale marque du pluriel (nom, pronom, verbe) :
am‡ar "vieillard" → im‡ar-n "viellards" ;
y-dda "il est allé" → dda-n "ils sont allés"
t/tt "le/la" (pronom affixe 3ème pers. sing. → (plur.) t-n/t-n-t "les".
b)- Le suffixe adjectival d'origine ("nisba") -i:y, si caractéristique du sémitique, serait lui aussi
attesté à l'état de traces en berbère, selon WernerVycichl 1952 : des formes comme chleuh : afasi ou
même kabyle : yeffus/ayffus "droit/droite" sont peut-être à analyser comme des complexes : afus
"main" + -y "adjectiveur" (avec éventuelle métathèse en kabyle).
c)- Les deux déictiques sémitiques les plus primitifs (Brockelmann 1910 : 121) se retrouvent
en berbère avec des fonctions similaires :
Sém. ha: / berb. : ha-, morphème présentatif, auquel se combinent les marques du paradigme
des suffixes personnels :
ha-t/ha-tt "le/la voici"...
En berbère, il a très souvent tendance à se réduire à la voyelle /a/, d’où le kabyle : a-t-(an) "le voici",
au lieu de ha-t-(an) ; ce qui permet d’envisager un lien avec le déictique pan-berbère de proximité -a,
qui est certainement à l’origine de la marque initiale obligatoire du nom berbère (ancien morphème de
définitude ; Cf. chap. 4).
Sém. n = "là" / berb. : -n (et variantes : -in...) suffixe démonstratif d'éloignement (= "là, làbas")
et affixe de mouvement (éloignement) du verbe (= "vers là-bas", "au loin").
d)- Le déictique caractéristique du sémitique occidental δa:/δi: se retrouve peut-être aussi dans
le berbère : -(a)d, suffixe (nominal) de proximité ("ci") et d, affixe de mouvement (rapprochement) du
verbe, et peut-être même dans le morphème de prédication d (phrase nominale : d + Nom = "c'est X/il
y a Y"), qui pourrait être un ancien présentatif.
e)- L'interrogatif berbère le plus fondamental a également un correspondant immédiat en
sémitique : ma/mi = "quoi/qui", qui est à la base de toutes les formes dialectales particulières (ma,
man, matta, uma, umi...), renvoie immédiatement au sémitique : ma/mi = "quoi" (Brockelmann 1910 :
123-124).
D'autres interrogatifs berbères ont des pendants sémitiques nets :
- locatif berbère "où ?" = -ani- : ani-da "où", m-ani "où", s-ani "vers où", an(i)-si "d’où", aniwr
"vers où", ani-‡r "vers où"...) : sémitique 'N(Y)/'(Y)N "où" (D. Cohen 1970/76 : 24).
- interrogatif sémitique 'ayy- "quel/quelle" (D. Cohen 1970 : 16) : berbère (a)y, support de
détermination berbère (± "que"), base de plusieurs interrogatifs kabyles : ay-n, ay-‡r "pourquoi ?"...
6. LA PHONOLOGIE
Le système phonologique (consonantique) fondamental du berbère (Basset 1946 et 1952 ;
Galand 1960 ; Prasse 1972), comparé à celui du sémitique (Cantineau 1960), apparaît comme un
système fortement réduit. Les lacunes principales sont les suivantes :
a)- Disparition presque totale des ordres postérieurs : laryngales, pharyngales et même
partiellement vélaires. Les phonèmes d'arrière attestés dans la langue actuelle proviennent presque tous
d'emprunts à l'arabe, en dehors de quelques cas d'origine expressive (onomatopées, interjections...).
Seul le touareg a relativement bien conservé la laryngale /h/ dans le lexique courant (Prasse 1969),
encore qu'une partie au moins des attestations ne soient pas primitives mais résultent de traitements
locaux d'autres phonèmes (/w/ et /z/).
b)- Pas de distinction fondamentale entre un ordre dental et un ordre inter-dental : les interdentales
actuelles de la plupart des dialectes méditerranéens (kabyle, rifain, Maroc central
partiellement...) proviennent de la spirantisation d'anciennes occlusives. Même si l'on soutenait
(comme O. Rössler) la thèse inverse de l’antériorité des spirantes, il n'y a pas, en base, d'opposition
entre spirantes et occlusives correspondantes dans les zones dentales et palatales.
11
c)- Réduction de la série des pharyngalisées à deux unités fondamentales : /Â/ et /∂/. Les autres
"emphatiques" que l'on rencontre dans tous les dialectes contemporains s'expliquent soit par un
emprunt à l'arabe (le plus souvent), soit par une emphatisation conditionnée par la présence d'une
"emphatique vraie", d'une vélaire ou d'une pharyngale qui ont aussi une puissante action de
vélarisation et de postériorisation les consonnes avoisinantes. Les exceptions à ce schéma d'explication
sont rarissimes et doivent être traitées de manière spécifique (emprunts sémitiques très anciens, résidus
de stades linguistiques antérieurs, emphatisation expressives...) ; on pense notamment à deux ou trois
exemples pan-berbères de /®/ et de /Ò/ pharyngalisés non prévisibles : eÒk "construire, enterrer", uÒkay
> uššay "lévrier", ta®akna "tapis"...
En fait, le seul trait de structure qui pourrait refléter la parenté chamito-sémitique du berbère
en matière phonologique est l'existence de cette série (très réduite) de pharyngalisées dans la zone
dentale. On retrouve donc en berbère les triades dentales caractéristiques du sémitique
(sourde/sonore/pharyngalisée ; M. Cohen 1935) :
t d ∂
s z Â
En berbère, comme en sémitique, la pharyngalisée est fondamentalement indifférente à l'opposition de
voix : la tendue berbère correspondant à /∂/ est /•t•t/ et l'on sait par divers indices dialectologiques et
diachroniques convergents que /∂/ et /Â/ ont alterné avec /•t/ et /Ò/ (Galand 1973). Il convient cependant
de signaler qu'en berbère ces pharyngalisées sont caractérisées par une instabilité certaine et ancienne :
on relève, même dans le fonds lexical le plus fondamental, des alternances entre pharyngalisées et
non-pharyngalisées pour un même radical lexical (/d/-/∂/, /s, z/-/Â/). Ainsi :
∂fr = "suivre" / dffir = "derrière",
∂s-•ts = "rire" / dess (intensif) (kabyle)
aydi = "chien" / i∂an = "chiens" (pan-berbère),
uzzal = "fer" (berb. nord) / taÂuli = "fer, arme" (touareg)
sku = "enterrer" (touareg) / aÂekka "tombe" (pan-berbère)
De nombreuses oppositions lexicales actuelles pourraient ainsi procéder d'une phonologisation
secondaire (et d'une lexicalisation) de formes expressives à emphatisation selon le modèle évident en
kabyle : azrem "serpent" / aÂrem "boyau". On comparera dans cette optique :
ader "descendre, baisser" / ∂er "tomber", a∂ar "pied" ;
azar "grains, fruit, figue" / tiÂurin "raisin" (plur.)
asur "veine, nerf" / aÂar "racine, veine",
izi "mouche" / iÂi "vésicule biliaire"
azen "envoyer, dépêcher" / uÂun "diviser, partager"...
Aussi ne peut-on exclure que les pharyngalisées soient, au moins en partie, secondaires : d'origine
expressive et/ou étrangère (longs contacts avec des langues sémitiques). Quoiqu'il en soit, il faut
s'attendre à des correspondances imparfaites et complexes entre emphatiques sémitiques et berbères.
La mise en parallèle, sur la base des correspondances qui se dégagent à partir de l'Essai de
Marcel Cohen (1947), des deux systèmes phonologiques fait bien apparaître les lacunes berbères et les
incertitudes de la mise en rapport des phonèmes dans le lexique et, par voie de conséquence, dans
l'établissement de règles de correspondances phonétiques générales univoques.
Correspondances phonétiques probables
Sémitique ⇔ Berbère Sémitique ⇔ Berbère
' Ø t t
h Ø d d
•t ∂/•t (d/t)
Ì Ø (k)
≤ Ø θ t (s/z)
δ d
x Ø (g) •θ t (?)
‡ Ø (g) d d (d/z)
k k
g g (‡) p f > Ø
q ‡/q b b > Ø
12
š s (š/z) r r (l)
s s (z) l l (r)
z z (s) n n
Ò ∂ (z/s) m m (n)
y y > i > Ø w w/y > Ø
spécifique.
Pour le système vocalique berbère - sous réserve de l'opposition de durée qui ne paraît pas être
primitive en berbère (les faits touaregs procèdent certainement de la phonologisation et de la
grammaticalisation de phénomènes à l'origine expressifs), la correspondance est immédiate avec le
reste du chamito-sémitique : le vocalisme berbère est fondamentalement ternaire, comme celui que l'on
postule pour la proto-langue commune :
/i/ /u/
/a/
Les phonèmes d'aperture moyenne (/é/, /o/) qui existent dans certains dialectes "orientaux" (touareg,
Libye, Tunisie) sont d'apparition récente (Prasse 1984) et résultent certainement de la phonologisation
d'anciennes variantes conditionnées..
7. LE LEXIQUE
Sur la base de l'Essai de Marcel Cohen, les recoupements lexicaux entre berbère et sémitique
peuvent être estimés à un pourcentage de 19 % (chiffre fondé sur 521 notions). On obtient un chiffre
avoisinant 20 % à partir de la liste-diagnostic de 116 notions de David Cohen (1970), adaptée de celle
des 100 notions de Swadesh. Les convergences n'atteignent que 10 % pour le couple berbère/égyptien
et 13,5 % pour le couple berbère/couchitique. Ces résultats sont à considérer comme l'indice net d'une
parenté berbère/chamito-sémitique : bien que ces pourcentages soient faibles, ils sont néanmoins supérieurs
au seuil que l'on peut attribuer à des recoupements aléatoires non significatifs (selon Swadesh ±
5% ; Cf. Hymes 1960).
Ils indiqueraient aussi une proximité (lexicale) du berbère plus grande avec le sémitique qu'avec les
autres branches de la famille, ce qui confirmerait les indications de la comparaison grammaticale. Mais
on ne peut exclure que le pourcentage plus élevé soit dû à la présence en berbère d'emprunts
sémitiques très anciens - notamment puniques. Des mots comme iles "langue", isem "nom", qui font
partie de la liste-test, sont suspects : l'identité de forme et de signification avec le sémitique est si
immédiate qu'il y a lieu de les traiter avec circonspection. Il en va de même pour la majorité des noms
de nombres berbères (2, 5, 6, 7, 8, 9 ; Zavadovskij 1974) qui pourraient provenir d'un emprunt massif
au sémitique. Quelques indices culturels militent en faveur d'une telle hypothèse : la numération
primitive des Berbères était probablement quinaire (5 = afus "main") : il a donc pu y avoir emprunt de
la numération décimale et d'une majorité des noms de nombres au punique (de 5 à 9).
Ces chiffres de recoupements lexicaux sont bas, très bas même si l'on tient compte de
l'existence de cette probable couche d'emprunts sémitiques anciens : ils excluent absolument que l'on
intègre le berbère dans l'une des autres branches de la famille - notamment le sémitique, comme l'avait
soutenu un temps Rössler (1952) - puisqu'ils sont très inférieurs à ceux que l'on trouve entre les
langues sémitiques elles-mêmes, pour lesquelles les pourcentages avoisinent parfois 80 % ! Mais s'ils
sont significatifs d'une parenté entre les deux fonds lexicaux, il s'agit d'une parenté lointaine. C'est
d'ailleurs ce que montre de manière claire la répartition des rapprochements que donnait Marcel Cohen
(1947 : 50) : le berbère n'intervient que dans ± 235 cas, alors que les chiffres sont bien plus élevés
pour le sémitique (± 450), l'égyptien (± 370) et le couchitique (± 340). Bien qu'on puisse aussi invoquer
en l'occurrence la mauvaise connaissance lexicographique que l'on avait alors du berbère, on
peut quand même voir là un indice numérique assez net du caractère relativement spécifique du
lexique berbère.
On notera que ces valeurs quantifiées ne permettent aucune inférence directe de type
glottochronologique : elles ne sont pas obtenues par la comparaison de deux langues réelles entre elles,
mais par celle de deux "proto-langues" ("berbère commun"/"sémitique commun") puisque la recherche
13
des recoupements lexicaux s'appuie, simultanément, sur toutes les langues sémitiques et tous les
dialectes berbères. L'utilisation de ces chiffres, dans le cadre de la glottochronologie sans réexamen
des bases de la méthode serait donc imprudent.
Le lexique berbère : trace d'un substrat non chamito-sémitique ?
La divergence assez marquée entre les fonds lexicaux du berbère et du reste du chamitosémitique
contraste fortement avec les convergences très nettes que l'on a pu constater au niveau des
systèmes grammaticaux. De cette apparente contradiction est née, dès la fin du siècle dernier, une idée
qui continue à être défendue par certains spécialistes (notamment Werner Vycichl chez les
berbérisants : 1982, 1983...) : le berbère serait une langue "mixte", constituée à date très ancienne par
association d'un superstrat (= grammaire) proto-sémitique à un substrat (= fonds lexical) autochtone,
mal identifié ("méditerranéen"...).
Cette idée (berbère = langue mixte), sans préjuger des problèmes théoriques et concrets qu'elle
soulève, paraît insuffisamment fondée. En premier lieu, on sait que même dans les domaines linguistiques
les mieux connus et les mieux établis comme l'indo-européen, le nombre des racines
lexicales communes aux différentes branches que l'on peut attribuer sans conteste au lexique primitif
ne dépasse pas quelques dizaines d'unités... Tant sont importants et aléatoires en matière de lexique les
processus d'évolution et de renouvellement, en particulier dans des régions à histoire (humaine, culturelle,
politique...) très tourmentée.
eut bien sûr imaginer, dans des situations de contacts étroits, des emprunts de
morphèmes isolés, voire même de certains paradigmes restreints, mais il est difficile de concevoir
l'emprunt en bloc de toute une grammaire. Marcel Cohen affirmait déjà nettement :
« La seule échappatoire serait d'admettre que le système appartient en propre à un des groupes et a été
emprunté totalement par les autres : mais il faudrait montrer qu'un tel emprunt d'ensemble d'une morphologie est
possible, et d'en donner des exemples probants observés de manière irréfutable : il ne semble pas que quiconque
le puisse.» (1933 : 11).
La perspective "langue mixte" associant une grammaire d'origine A à un lexique d'origine B
paraît très problématique. Les exemples souvent cités sont rarement convaincants. Il y a toujours un
seuil de contacts et d'invasion lexicale au-delà duquel on passe à l'autre langue. C'est encore ce que
l'on constate au Maghreb dans le contact arabe-berbère : malgré la pression énorme de l'arabe, il n'y a
pas de forme "intermédiaire" stabilisée qui constituerait un "arabo-berbère" combinant une grammaire
berbère et un lexique arabe (ou l'inverse : une grammaire arabe et un lexique berbère !). On sait
toujours si l'on a affaire à du berbère (ou à de l'arabe). La rupture, quand elle se produit, est brutale et
radicale : on abandonne le berbère pour l'arabe. En termes sociolinguistiques, il n'y a pas "emprunt de
grammaire" mais changement de langue. Bien entendu, la langue qui disparaît laisse des traces, plus
ou moins importantes, dans la langue subsistante, mais cette idée d'un "emprunt global de grammaire"
semble difficilement faire sens. Ce n'est que dans des situations sociolinguistiques très particulières, du
type de celles qui sont à l'origine de la formation des pidgins et des créoles, que l'on peut parler de
langue "mixte". Mais on constate alors toujours une destructuration profonde, un effondrement général
du système grammatical, en particulier de la morphologie, qui est réduite à sa plus simple expression.
Ce n'est évidemment pas le cas du berbère dont la grammaire présente une forte cohérence et une
complexité morphologique incompatibles avec un tel schéma, dans lequel il n'y pas "emprunt de la
grammaire" mais recomposition totale.
Mais, surtout, on s'attendrait à trouver quelque confirmation positive de ce caractère
prétendument hétérogène de la langue au niveau des données lexicales. Or, comme on l'a vu, une
proportion déjà significative du vocabulaire de base berbère renvoie à des formes chamito-sémitiques
indiscutables. Et, comme on a essayé de le montrer lors de l'examen de la structure de la racine (§ 1) et
du système phonologique (§ 6), il est à peu près certain que la spécificité du lexique berbère est plus
apparente que réelle. L'usure phonétique très accentuée du berbère a transformé d'anciennes racines
chamito-sémitiques communes en unités à 1 ou 2 consonnes, qu'il est, de ce fait, devenu difficile de
comparer avec le correspondant sémitique, égyptien ou couchitique. Car il est vrai que la forme
extérieure immédiate d'une part importante du lexique berbère est profondément différente de celle qui
prédomine en sémitique. A partir de lexèmes berbères comme ul "coeur" (racine : L) ou imi "bouche"
(racine : M), l'établissement de correspondances avec le sémitique (en l'occurrence : LBB et FWM) -
donc l'administration de la preuve d'une parenté - n'est pas évidente ! Mais le berbérisant a la certitude,
à travers leur morphologie, que ces monolitères proviennent d'anciens bi- voire de trilitères.
14
Plus largement, une simple exploration, très superficielle, des fascicules parus du Dictionnaire
des racines sémitiques de David Cohen permet de recenser plusieurs dizaines de formes ayant de
grandes chances d'êtres apparentées à des radicaux berbères. On relève en outre dans la formation de
certains secteurs du lexique berbère une convergence très significative avec le sémitique, qui ne laisse
aucun doute sur l'origine de cette partie du vocabulaire. On admet depuis longtemps qu'un certain
nombre de racines trilitères sémitiques procèdent du développement, par répétition de la dernière
radicale ou suffixation d'un phonème, d'anciennes séquences bilitères. La chose est bien connue pour
les bases évoquant les idées de "couper", "trancher", "séparer"... On retrouve en berbère des données
similaires (Chaker 1981/a), souvent pour les mêmes zones sémantiques, mais avec des matériaux
phonologiques spécifiques, ce qui ne peut avoir d'autre explication que l'héritage parallèle des bases
bilitères, avec retraitements et élargissements propres à chaque groupe :
- "couper", "trancher" = palato-vélaire + dentale (occlusive/constrictive) + 3ème consonne :
‡tes "couper" ; gdem/gzm "couper" ; gdez "converger, rencontrer" ; gzy "entailler, scarifier" ;
gzer "être en hostilité"...
- "séparer", "enclore", "trier", "nettoyer" = labiale (/f/) + liquide + 3ème consonne :
freg "enclore" ; fry/frw "séparer, couper" → tafruyt "poignard" ; frek "séparer, apaiser,
sauver" ; fre∂ "nettoyer" ; fres "émonder, nettoyer" ; fren "trier, choisir" ; ifrir "surnager, apparaître"...
- "s'épanouir", "s'ouvrir", "ouvrir", "étaler", "défaire" = labiale (/f/) + dentale (occlusive/constrictive) +
3ème consonne :
fsy "défaire" ; fsw "s'épanouir" ; fser "étendre" ; ftek "percer" ; fte‡ "étendre"; ftes "émietter" ;
fty "multiplier"...
- "marcher, piétiner, fouler" = /r/ + palato-vélaire + 3ème consonne :
rgz "marcher" ; rky, "piétiner, fouler" ; rke∂ "piétiner, danser" ; rkes "danser"; rkeš "écraser" ;
rkem "piétiner, fouler"...
- "couler", "filer", "serpenter" = sifflante + liquide (/r, l/) + 3ème consonne :
azrem "serpent, ver" ; aÂrem "intestin, boyau" ; srem "avoir la diarrhée" ; zry "passer" ; zreg
(et formes secondaires : izireg, zrureg...) "filer, tracer un trait" ; sry "étirer, peigner" ; sru "filer" ;
aslem "poisson" ; touareg : eser "défaire" ; asi:ra "bande étroite" ; ...
Les séries berbères qui précèdent constituent des développements tout à fait comparables à
ceux que l'on rencontre en sémitique à partir des bases bilitères similaires : BD-, FT- / GD-, QT- , QS-
/ RG- / FR- /SR-... (on en trouvera des exemples abondants D. Cohen 1970/76).
Certes, l'identité chamito-sémitique des matériaux grammaticaux berbères est plus
immédiatement apparente et démontrable que celle du lexique, mais tout indique que cette divergence
grammaire/lexique est superficielle et qu'elle a souvent été exagérée. On peut raisonnablement postuler
que la partie "résistante" du vocabulaire berbère pourra, peu à peu, être rapportée au chamitosémitique
à mesure que la reconstruction interne du berbère et des autres groupes progressera. La
résolution de ce problème lexical berbère nous renvoie, une fois encore, au préalable incontournable
de l'élaboration d'une grammaire historique du berbère et d'un dictionnaire étymologique des racines
berbères... En disposant de tels instruments, il sera possible d'établir des règles de correspondances
phonétiques plus précises entre le berbère et le reste du chamito-sémitique et de mesurer alors valablement
le degré d'unité ou de divergence des lexiques.
La thèse d'une origine majoritairement non chamito-sémitique du lexique berbère ne paraît pas
avoir en définitive de fondement positif. L'action d'un substrat "non identifié" ne pourrait être
envisagée qu'au niveau phonétique : sur ce terrain, le berbère diverge sensiblement du reste de la
famille linguistique (surtout du sémitique) par une réduction importante de l'inventaire des phonèmes -
qui rend si problématique la comparaison lexicale. Et l'on pourrait effectivement y voir l'influence
d'une (ou de plusieurs) langue(s) non chamito-sémitique(s) antérieure(s). Encore que des processus
phonétiques assez comparables se rencontrent également à l'intérieur même du sémitique...
Le diagnostic de M. Cohen (1933 : 11) pour l'ensemble du chamito-sémitique peut-être encore
repris tel quel pour caractériser les relations du berbère avec le reste de la famille :
« ...la concordance d'ensemble dans un système passablement dissymétrique est évidente. L'abondance
des oppositions réalisées partout de la même manière exclut l'idée que les concordances puissent provenir d'un
hasard. Il n'y a qu'une explication valable, c'est l'unité génétique des langues considérées...».
15
Non seulement tous les sous-systèmes grammaticaux constituant le coeur de la langue présentent des
parallélismes de structure flagrants avec le sémitique et les autres groupes mais, surtout, l'essentiel du
matériau morphologique mis en oeuvre dans la grammaire du berbère se retrouve en sémitique et/ou
dans les autres branches de la famille. Et lorsque les paradigmes grammaticaux ne concordent pas, leur
analyse étymologique permet de les ramener à des constituants primitifs communs : tous les matériaux
de base de la morphologie verbale, nominale et pronominale du berbère ont des correspondants sémitiques
ou chamito-sémitiques.
« L'appartenance du berbère au groupe des langues chamito-sémitique n'est plus contestable et n'est
guère contestée »
écrivait il y a quelques années Lionel Galand (1983 : 463). On peut même être plus affirmatif et
considérer que cette parenté est positivement démontrée par tout un ensemble de faits centraux dans le
système grammatical et des concordances lexicales d'ores et déjà nombreuses.
Et, redisons-le, l'explication par l'emprunt ne peut être sérieusement envisagée. Au niveau des données
grammaticales concrètes, les spécificités du berbère sont suffisamment marquées, par rapport au sémitique
notamment, pour qu'il soit exclu d'identifier ou de faire dériver l'un de l'autre : il y a des
convergences et des recoupements, mais jamais identité (formelle et fonctionnelle) directe et complète
entre les deux ensembles, qui, seule, pourrait autoriser à parler d'emprunt de tel ou tel paradigme.
Le berbère a puisé dans un même stock primitif de morphèmes que les autres branches de la
famille, pour aboutir à des organisations souvent parallèles, mais parfois aussi très spécifiques. Autrement
dit, le berbère met en oeuvre de manière indépendante des matériaux provenant d'un fonds
commun antérieur et il faut toujours remonter à ce stade antérieur pour expliquer
*


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Mai 2012 1:02 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 11 Juin 2007 19:48
Message(s) : 2402
Léandros a écrit :
Si la linguistique et l'étymologie était aussi simple, vous pensez bien que ça ne servirait plus à rien de faire d'aussi longues études et que ce n'est donc pas à la portée de tout les amateurs.


Je ne suis pas trop d'accord pour laisser carte blanche aux seuls linguistes et refuser le débat avec des étymologies plus aléatoires.
Des linguistes qui racontent des conneries enrobées de technicité incompréhensible pour le commun des mortels, il y en a aussi un sacré paquet (cf. Faucounau pour donner un exemple d'adepte de la théorisation farfelue à tout va).
Et pour le second point, l'étymologie "populaire" est une tendance naturelle, instinctive qui existe depuis la nuit des temps (aaah les belles étymologies de Varron ! :mrgreen: ). Un forum de discussion est justement l'occasion pour tout à chacun de s'initier aux méthodologies des linguistes, d'apprendre à les soupeser et de les confronter à d'autres domaines, en particulier pour ce qui nous concerne justement les données historiques, qui sont régulièrement oubliée dans ces débats très théoriques. Combien de théories grossières ne croise-t-on pas dans des bouquins de géographie ou d'histoire pourtant sérieux et offrant des références...

L'étymologie pour l'étymologie, donc issue uniquement de l'imagination des linguistes, est à mes yeux justement vouée à l'impasse, puisqu'ils travaillent non sur des phrases et des structures (ce qui est leur métier) mais sur de simples mots voire des syllabes, qui peuvent être interpréter à l'infini en fonction de l'objectif recherché. Des connections, des parallèles peuvent être imaginés dans tous les sens, dans toutes les langues, il n'existe aucune garantie dans la linguistique seul pour l'étymologie, il lui faut absolument le secours de l'histoire, donc des textes correctement interprété, pour espérer canaliser l'imagination par des éléments concrets. A l'inverse, leurs techniques, en particulier sur l'évolution vocalique, permettent d'invalider beaucoup de théories amateurs. Les uns ont besoins des autres, ne laissons pas le monopoles aux seuls techniciens, surtout sur un forum.

En plus, c'est plutôt amusant de se livrer à ce genre d'exercice et d'y aiguiser son esprit critique, avec un minimum de sérieux et de travail, bien entendu.

Edit pour nurimosrati :
Ce long copié-collé impersonnel est très désagréable, pratiquement illisible. Mieux vaudrait simplement mettre un lien vers le document en question (en l'occurrence http://www.centrederechercheberbere.fr/ ... atisme.pdf) accompagné d'un résumé perso pour lancer le débat. Un pavé haché avec notes imbriquées et alphabets non occidentaux odieusement déformés comme celui-ci ne sera sans doute pas lu et a de fortes chances de tuer un échange dans l’œuf.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2012 16:24 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 15 Mai 2012 0:42
Message(s) : 58
Salut a tous
Je suis Tunisien étudiant en médecine mais je connais 8 langues
Je travaille actuellement sur un dictionnaire étymologique du dialecte Arabe Tunisien (derja/tunsi) ainsi que dictionnaire étymologique des toponymes Tunisiens
2 remarques
1/Il existe pres de 100 milles mots Tunsi (cad mots dialectaux et ne sont pas inclus les mots Arabes standard-je rapelle qu'il ya pres de 6mln mots arabes standards-au dictionaire lisan al arab écrit au 13 eme siecle figurent a peu pres 5.5 mln mots Arabes)
2/Plus de 90% des mots Tunsi sont d'origine Arabe, le reste est principalement Français et Italien avec peu de Persan et a moindre mesure du Berbere

J'ai pu trouvé jusque la 2 mots Latin au dialecte Tunsi
1/fornaq du latin fornax=une chambre de feut ou on fit cuire les tetes et pattes du bétail pour éliminer les poils (puis on en fait par exemple un couscous a la langue, pattes, yeux, cerveau etc de l'agneau)
2/fankush=petit pain du Latin Panceus

Je suis membre de goupes linguistiques avec le pseudo pier van trink, vous pouvez trouvez quelques uns de mes recherches ci dessous (il y figure des linguistes de renommée mondiale comme Bomhard, Fleming, Fournet, Starostin...)
http://tech.groups.yahoo.com/group/Nostratic-L/

Vous pouvez me trouver aussi dans des dizaines de sites blogs et forums traitant de question de linguistique, histoire, climat, politique, musique, cuisine, religion, médecine, mythologie, sport, folklore, sport (pres de 20 milles messages en pres de 7 ans)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2012 16:40 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Mars 2010 16:23
Message(s) : 1162
Localisation : Paris
Cher nurimosrati, tous les intervenants sur ce forum ne sont pas historiens et y viennent pour leur passion : cela ne les empêche pas d'adopter la rigueur d'une démarche scientifique... Par ailleurs, si vous tenez à vous présenter, je vous signale qu'il existe une rubrique spéciale agora où vous pourrez y indiquer vos passions. Pour ma part, je ne vois pas ce que ce post apporte à la discussion... :-|
Par contre votre très long post mérite d'être commenté et épluché : pourquoi ne le feriez-vous pas méthodiquement en présentant chacune de vos idées, voire hypothèses, les unes après les autres ? c'est ce que semblait vous signaler Thersite, il me semble.

_________________
Il n'y a pas de littérature sans liberté politique

Memoriam quoque ipsam cum voce perdidissemus, si tam in nostra potestate esset oblivisci quam tacere


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2012 17:34 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 15 Mai 2012 0:42
Message(s) : 58
Je voulais juste ajouter qu'il existent au moins 2 mots Latins au dialecte Tunisien (fornaq et fankush)
Selon Arnaud Fournet "tborna" (taverne) serait aussi un emprunt au Latin "taberna" mais probablement c'est un emprunt a l'Italien "taverna"* ou au Castillan "taberna"

*il existe des mots empruntés a l'Italien ou le "v" devient "b"[veranda=>"beranda"] (il ya aussi des cas ou le "v" est conservé comme aussi "veranda"=>"veranda" dans quelques régions du pays)

Mais on ne peut pas etre sur car il n'ya presque rien de manuscrits berberes pre-islam


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2012 17:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Mars 2010 16:23
Message(s) : 1162
Localisation : Paris
Il me semble que les Numides parlaient un dialecte lybico-punique... et le grec et le latin.

_________________
Il n'y a pas de littérature sans liberté politique

Memoriam quoque ipsam cum voce perdidissemus, si tam in nostra potestate esset oblivisci quam tacere


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2012 23:49 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2011 8:48
Message(s) : 283
Localisation : Alsace
Non, les numides parlaient une langue libyque qui n'est pas une langue sémitique contrairement au punique, mais bien entendu les élites parlaient le punique, le grec et plus tard le latin qui s'est généralisé.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Mars 2013 8:46 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1113
Localisation : Corsica
Les mots arabes d'origine grecque ou latine
http://projetbabel.org/pages/index.php? ... grec_latin

دينار dīnār : “denier, dinar”, de denarius, “denier”, via le bas grec δηνάριον.

Les mots arabes d'origine persane
http://projetbabel.org/pages/index.php? ... ine_persan

Mots arabes d’origines diverses
http://projetbabel.org/pages/index.php? ... ne_diverse


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 73 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB