Nous sommes actuellement le 13 Août 2020 17:30

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Les bienfaiteurs des hôpitaux
Message Publié : 31 Juil 2020 6:47 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3508
Localisation : Versailles
Je ne sais pas vraiment où placer mon intervention.

Mais je voulais appeler l'attention Sur une tradition ancienne : rendre un hommage perpétuel aux personnes ayant fait un don (ou un legs ?) à une institution charitable.

Un exemple ici (Toulouse) :

https://www.chu-toulouse.fr/que-nous-ap ... -portraits
https://www.chu-toulouse.fr/qui-sont-le ... s-hospices

"Au cours du XVIème siècle et tout au long du XVIIIème siècle, les bienfaiteurs des hospices, souvent très généreux, ont été nombreux à faire don ou legs de tout ou partie de leurs biens sous forme matérielle ou pécuniaire.

Une fondation créée le 21 mars 1557 assurait à ces généreux donateurs des messes pour le repos de leur âme et le droit d’avoir leur portrait exposé.

Ces portraits de bienfaiteurs vont, pendant quatre siècles, orner les grandes salles des malades, les salles d’honneur et les couloirs des hospices, mais aussi des Maisons de Charité de Toulouse.
Réalisés en général après le décès du donateur, ces tableaux, même s’ils n’ont pas de valeur artistique reconnue, ont été pendant des siècles des témoignages des costumes et des figures passées.

Les grandes salles patrimoniales de l’Hôtel-Dieu exposent aujourd’hui les représentations des personnages sur lesquels les informations sont les plus fournies tels la Duchesse d’Angoulême en visite aux hôpitaux et Firmin Pons.

Des recherches sont menées afin de découvrir les autres personnalités représentées. Sur près de 90 tableaux au total, des informations ont été trouvées sur un peu plus d’une dizaine d’entre eux : notamment sur la nature ou le montant des dons ou legs au profit des hospices et maisons de charité."

La galerie du cloître de l’hôpital de Lyon abrite des « tables pour inscrire les noms des bienfaiteurs des hospices », tables qui donnent une liste de 1482 à 1932 et dont la première plaque fut exécutée en 1855.

L’hôpital de Dourdan possède une plaque en marbre indiquant la liste des bienfaiteurs de 1681 à 1941 !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Juil 2020 11:05 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 344
Localisation : En Mayenne
Comment résister au plaisir d'évoquer, à ce propos, le cas assez pittoresque de ce chef de bataillon, né en 1777 et décédé en 1843, qui avait fait toutes les campagnes de 1792 à Waterloo. Célibataire, il avait légué à l'hospice Saint-Julien, de Laval, les 9 métairies (valeur totale estimée à l'époque à 525.000 francs) dont il s'était rendu acquéreur dans son pays, en Mayenne. Pour que son souvenir ne se perde pas, il prit deux dispositions.

1- En stipulant dans son testament : « Je demande à être enterré à l’angle sud et occidental donnant sur la route stratégique de Cossé et sur un chemin communal du champ du Grand Mottais, dépendant de la métairie de Pouesse en la commune de Quelaines, à quatre ou cinq mètres des haies. Je destine six mille francs pour y élever un monument ou tombeau, qui sera entretenu aux frais de l’hospice Saint-Julien de la ville de Laval ».
Le monument est toujours visible, à environ 800 après la sortie du bourg de Quelaines (oùil était né), sur la route de Cossé-le-Vivien. la légende veut qu'il ait été enterré avec son cheval et son chien, mais ce n'est que la légende.
Pièce jointe :
Goussin-Lacroix.jpg
Goussin-Lacroix.jpg [ 63.01 Kio | Consulté 487 fois ]

2. En faisant graver, sur l'une des faces du monument : " L’hospice Saint-Julien de la ville de Laval, possesseur des biens fonds du donateur enterré en ce lieu sur sa demande, est chargé d’entretenir ce monument funéraire ".
On n'est jamais si bien servi que par soi même !...

En bisbille forte avec le curé de Cossé-le-Vivien, commune voisine où il avait été conseiller municipal, il expliquait dans son testament que : : « Je n’ai rien donné à l’hospice de Cossé-le-Vivien, par opposition aux prêtres qui tendent au pouvoir par toutes leurs actions… En repoussant l’autorité des prêtres, j’ai légué la plus grande partie de ma fortune à l’hospice Saint-Julien de la ville de Laval, dont les administrateurs, choisis parmi les citoyens, ne se laissent sûrement dominer par aucune classe d’hommes ».

De même, en procès avec un aristocrate local, il avait la rancune tenace et stipula également que : « mon intention bien formelle en testant est que dans aucun cas ni pour aucun motif, même avec autorisation, il soit aliéné ou échangé à quelque époque que ce soit, aucun bien ni parcelle des biens que je viens de léguer ; et si les administrateurs de l’hospice Saint-Julien de la ville de Laval oubliaient jamais cette disposition, le présent testament deviendrait nul pour ce qui le concerne et profiterait, à quelque époque que ce soit, pour tout le bien fond, à l’hospice civil de Craon. J’ai voulu aussi que la belle et bonne métairie de Teillay, qui touche le château de ce nom, tombé en ruine, ne soit échangée contre d’autres biens avec l’homme à particule auquel elle n’a jamais appartenu ».

L'hôpital de Laval, successeur de l'hospice Saint-Julien, est encore, de nos jours, bénéficiaire du legs et a dû faire procéder, il y a plusieurs années, à la rénovation du monument funéraire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Juil 2020 12:13 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7020
Les volontaires de l'an II, et celui-là avait continué jusqu'à Waterloo, avaient gardé une sérieuse hostilité envers la noblesse et les curés ! :mrgreen:

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Juil 2020 20:29 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3508
Localisation : Versailles
Un autre exemple : l'Hôtel Dieu de Clermont Ferrand ici

https://patrimoine.auvergnerhonealpes.f ... c20967e1bc


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Août 2020 8:51 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 896
Un autre exemple que les alsaciens connaissent bien:.
Je ne me souviens plus à quelle année s'arrêtait la plaque des donateurs dans le hall d'entrée.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Août 2020 11:00 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 891
Localisation : Nevers
Un donateur parmi d'autres :
Émile Clerget, "peintre, graveur, grand ami des arts et des artistes", lègue en 1904 à l'Hôpital de Nevers une rente d'un million de francs-or ainsi qu'une propriété foncière, située à 10 km de Nevers, afin d'en faire un "asile". En contrepartie l'asile devait accueillir des "artistes âgés et sans fortune". La condition est tombée en désuétude avec l'avènement de la Sécurité Sociale, et l'Asile de Corcelles n'existe plus depuis les années 90. Le nom d'Émile Clerget a été donné à une EHPAD dépendant du Centre Hospitalier de l'Agglomération de Nevers. Son nom figure évidemment en bonne place sur la plaque des donateurs accrochée dans la chapelle aujourd'hui désaffectée de l'ancien hôpital (aujourd'hui déménagé).

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Août 2020 11:33 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 896
Et comment ne pas citer les mythiques Hospices de Beaune?
l'anti Etat-Providence absolu.
Sans jugement de valeur de ma part, précisons-le


Après avoir un peu vécu, beaucoup voyagé et testé plusieurs systèmes hospitaliers, il me semble qu'on peut en dégager 3 types:
- l’hôpital de marché -j'ai connu, je ne recommande pas
- l’hôpital d'Etat ou assimilé
- l'hôpital de bienfaisance, où des riches s'achètent qui une réputation sur 3 générations, qui une place au paradis -selon les époques, croyance et latitudes.

En France, nous avons eu les systèmes II et III qui ont cohabité très longtemps. Initiatives royales ou de l'Eglise (un héritage de l'Empire romain, d'ailleurs: Constantin avait imposé aux évêques de tenir au minimum un hospice par diocèse), ou bienfaiteurs (ah, le Père Madeleine des Misérables!)

La Sécurité Sociale de 1945 et dans une certaine mesure l'ordonnance Debré de 1958 sur la création des CHU ont quelque peu éteint le modèle III. Certes, nous avons encore un vrai réseau de cliniques privées, mais dans la mesure où elle sont le plus souvent conventionnées et contrôlées par l'Assurance Maladie, elles s'assimilent largement au II. Et les dons ne forment plus leurs revenus principaux, loin s'en faut.

C'est dommage, car lorsqu'il s'agit de trouver des fonds pour la santé (et surtout pour la santé), faire appel au snobisme des puissants est bien souvent plus efficace que collecter l'impôt. Au minimum, cela peut être une cerise sur la gâteau non négligeable.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB