A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Août 2018 6:01

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 15 Sep 2016 21:37 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 09 Jan 2012 18:53
Message(s) : 116
Dans l'histoire plusieurs aventuriers ont tenté de créer leurs propre royaume. Je pense que cela peut être intéressant d’évoquer ces tentatives avortées ou non.

Par exemples:

*Royaume d'Araucanie et de Patagonie.
Antoine de Tounens, ancien avoué à Périgueux, débarque en 1858 au port de Coquimbo, au Chili, et, après avoir passé quelque temps à Valparaíso et Santiago, il se dirige vers l'Araucanie, à partir du port de Valdivia. Il entre en contact avec le lonco (chef militaire mapuche) Quilapán, qui s'enthousiasme pour son projet de fonder un État pour le peuple mapuche, afin d'être en mesure de résister à l'armée chilienne — la guerre d’Arauco faisant alors rage. Quilapán accorde à Antoine de Tounens un droit de passage sur ses terres, interdites aux huincas (Chiliens). Étant parvenu à obtenir le soutien des indigènes Mapuches, Antoine de Tounens fonde le 17 novembre 18601, le « Royaume d'Araucanie » lors d'une assemblée mapuche. Il dote le nouvel État d'une constitution et se fait élire2 ou s'autoproclame3,4,5 « roi » sous le nom d'Orélie-Antoine Ier. Trois jours plus tard, il décrète l'union de l'Araucanie et de la Patagonie, fixant comme limites au désormais « Royaume d'Araucanie et de Patagonie » le río Biobío et le rio Negro au nord, l'océan Pacifique à l'ouest, l'océan Atlantique à l'est et le détroit de Magellan au sud.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_d%27Araucanie_et_de_Patagonie


*Andorre
Le 6 juillet 1934, le Russe Boris Skossyreff se proclama roi du gouvernement d’Andorre sous le nom de Boris Ier. Le 14 juillet, un groupe de la guardia civil10 dirigé par le marquis Silva de Balboa, entra en Andorre, l'arrêta pour l'expédier vers Barcelone, plus tard vers Madrid pour être expulsé vers le Portugal.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27Andorre



*Tentative de coup d'Etat en Dominique. Opération red dog. 1981

Celui ci ils méritent qu'on le cite pour le côté extrêmement "extravagant" de cette tentative.
L'opération Red Dog (« opération Chien rouge ») était le nom de code d'une invasion de la Dominique par des dirigeants du Ku Klux Klan, Don Black et Wolfgang Droege, et l'ancien premier ministre dominicais Patrick John (en). L'invasion avait pour but de remettre Patrick John au pouvoir.

Le 27 avril 1981, Black, Droege et sept autres personnes ont été arrêtées par des agents fédéraux américains à La Nouvelle-Orléans alors qu'ils se préparaient à embarquer sur un navire avec des armes automatiques, des fusils, des pistolets, de la dynamite, des munitions et un drapeau nazi.

Le plan était d'affréter un bateau pour la Dominique et de rejoindre Patrick John et son armée improvisée. En février 1981, le capitaine du bateau que les membres du Ku Klux Klan essayaient de louer sous couvert d'une opération de la CIA a contacté le Bureau of Alcohol, Tobbaco, Firearms and Explosives, menant à l'arrestation de Patrick John en Dominique le 25 avril et à celle de Black, Droege et de leurs associés le 27 avril.

Selon une analyse de Stanley Barrett datant de 1987, le but de l'opération n'était pas tant d'établir un régime ségrégationniste que de mettre en place des commerces lucratifs (casinos, prostitution et drogue).




Autant dans certains cas, ces tentatives sont le fruit d'illuminé, autant dans le cas d'Andorre, je me dis qu'il s'en est fallu de peu pour que Boris reste au pouvoir.
Je me demande si vous avez connaissance dans l'histoire de ce type de tentative ou un aventurier arrive plus ou moins à prendr ele pouvoir et créer un nouvel Etat ou une nouvelle dynastie?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Sep 2016 5:12 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
Il y a eu une histoire aux Comores, où un dictateur a pris le pouvoir, avec l'aide du mercenaire Bob Denard. C'était dans les années 80. Je n'ai pas suivi en détail, mais il me semble que Bob Denard et ses mercenaires ont essayé ensuite de prendre le pouvoir sur les iles.

C'était après l'indépendance. (Le fameux référendum aux Comores, où seule une ile, celle de Mayotte, a choisi de rester française. - les autres, qui revendiquaient d'échapper à l'oppression du pouvoir colonial français, ont rapidement sombré dans une misère noire, alors que ces iles, si elles étaient gouvernées et administrées de façon ordonnée, constitueraient un des lieux touristiques de l'océan indien. Bon, passons, c'est un cas d'école.)

La France n'avait en théorie plus rien à voir avec les problèmes des Comores - et d'ailleurs très satisfaite financièrement et politiquement de ne plus avoir la charge de cette "colonie" - mais le fait qu'un mercenaire français très connu essayait de s'y tailler un royaume faisait désordre. Du coup on a envoyé une unité de la Légion. Il a été arrêté - il a fait le choix de "ne pas combattre le drapeau français", la belle formule pour continuer à rouler les mécaniques - et ramené en France, où il a été condamné à une peine assez légère. (L'affaire était un vrai sac de noeud, entre dictateur, hommes de main du dictateur, et mercenaires.)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Sep 2016 8:12 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 21 Juil 2016 16:04
Message(s) : 50
Tounens en Patagonie, c'est complètement du vent : une proclamation constitutionnelle dans la ferme d'un colon français, avec le soutien de quelques Mapuches qui ne connaissent pas le concept de monarchie...

En Andorre, il faut placer les choses dans le contexte : le suffrage universel venait à peine d'être instauré, le système des grandes familles "tenait" encore le pays. Boris Ier n'aurait pas fait long feu à partir du moment où il n'aurait pas pu financer les familles. Et vu son projet, faire de l'Andorre un paradis fiscal, on n'a pas trop à le regretter.

Plus anciennement, il y a eu Théodore de Neuhoff en Corse (1736), proclamé roi quand il débarqua avec un navire plein d'armes pour aider les Corses en révolte contre les Gênois, bien vite abandonné quand il devint clair que les Gênois ne seraient pas défaits rapidement.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Sep 2016 9:55 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 2010
Roussel de Bailleul ( ? - 1078)


Contraint à l'exil pour une sombre affaire, Roussel de Bailleul part pour l'Italie du Sud chercher fortune.
Il se met au service de Roger Bosse dans sa conquête de la Sicile musulmane et on le retrouve notamment à la célèbre bataille de Cérami en 1063. Plus tard, pour des raisons inconnues, peut-être à la recherche de terres et de gloire pour son propre compte, il se rend à Byzance avec une troupe de mercenaires franco-normands et sert l'Empire byzantin.

Il fait partie des troupes mercenaires byzantines d'Asie Mineure, composées entre-autres de Normands et d'une partie de la Garde varanguienne, composée de Varègues et de Norvègiens mais aussi d' Anglo-Danois venus d'Angleterre après Hastings (1066).
En 1071, il participe à la grande bataille de Manzikert au côté de l'empereur Romain IV Diogène contre les Turks. La bataille est un désastre pour l'empereur.

En effet, la défaite est en grande partie causée par des trahisons au sein même des mercenaires (composés également de Turks) dont Roussel, qui s'entendent secrètement avec les ennemis Turks. Romain Diogène est capturé par ces derniers qui peuvent déferler en Anatolie.

Voulant profiter de la guerre entre les Turks et les Grecs pour se tailler un état indépendant au coeur de l'Anatolie. Roussel de Bailleul se révolte alors qu'il accompagne Isaac Comnène et entreprend la conquête de la Lycaonie et de la Galatie pour son propre compte à la tête de 3000 normands.

Isaac Comnène, pris entre deux feux, est défait par les Seldjoukides à Qaisariya.
L'empereur Michel VII Doukas envoie alors en Anatolie une nouvelle armée commandée par son oncle, le César Jean Doukas.
Celui-ci rencontre Roussel de Bailleul près d'Amorium (Ammuriye) et est à son tour défait et capturé par les normands. Roussel de Bailleul poursuit sur sa lancée et va mettre à sac Chrystopolis (Scutari) en face de Constantinople.

Pour justifier ses actes avec un prétexte de légitimité, il proclame son prisonnier, Jean Doukas empereur contre son neveu Michel VII.

A ce moment, Michel VII prend la décision terrible de s'allier avec les forces seldjoukides de Sulaimân ibn Qutulmish, un lieutenant de Malik Shâh pour contrer l'installation des Normands en Anatolie.

En 1074, Une énorme armée turque pénètre en Cappadoce et met en déroute les 3000 Normands de Roussel de Bailleul au mont Sophon. L'arrivée du général Byzantin, Alexis Comnène, met fin à l'aventure normande en Anatolie.

Avec l'aide d'un général Seldjoukide, il tend un piège à Roussel de Bailleul qui finit par être capturé. Libéré après paiement d'une rançon, il retrouve son domaine, se révolte une nouvelle fois mais doit se soumettre à l'empereur (1076).
La fin de sa vie reste obscure, et il meurt en 1078, peut-être empoisonné.

Cette première tentative de création d'un état normand à l'est est un échec. Par contre l'implantation turque en Asie Mineure s'est largement affermie et l’Empire Byzantin ne cessera plus de lutter contre ceux-ci.

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Sep 2016 13:48 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Déc 2006 15:45
Message(s) : 287
On a aussi un bel exemple avec les faux dimitri en Russie.
En 1591, le tsarevitch Dimitri (plus jeune file d'Ivan le terrible) meurt sans descendance (il avait 8 ans) tandis que son frère le tsar Fédor 1er est stérile et "simplet" (le vrai pouvoir est assuré par un conseil de régence). Du coup la mort de Fédor en 1598 laisse un trou dans la succession normale du pouvoir et marque le "temps des troubles", une période agitée qui durera jusqu'en 1613 avec l'arrivée des Romanov au pouvoir.
Le problème c'est que la mort du tsarevitch est assez mystérieuse (peut-être un assassinat) et que les successeurs de Fédor 1er sont assez contestés et impopulaires.

Du coup pas mal d'aventurier essayent de se faire passer pour le tsarevitch Dimitri, on en compte ... 4 (dont deux qui se sont déclaré être Dimitri en même temps :mrgreen: )

Le premier faux Dimirti est Grégori Otrepiev qui réussira à régner un an sur la Russie.

[copier coller de wikipedia:]
Sur la recommandation de son grand-père Elizari Zamiatnia, il est accepté au monastère de Tchoudov (ru). Il s'enfuit ensuite de Moscou pour réapparaître à la laure des Grottes de Kiev. Là, les Zaporogues l'aident à entrer en contact avec les cosaques du Don. De là, il part en Pologne, où [...] Il entre ensuite en contact avec le prince Adam Wisniewiecki, et le convainc qu'il est le fils d'Ivan IV le Terrible ; Wisniewiecki le mène alors auprès de Georges Mniszek (en), au château de Sambor. Celui-ci lui accorde alors la main de sa quatrième fille, Marina Mniszek. Georges Mniszek organise ensuite une rencontre entre Grégori Otrepiev, Claudio Rangoni et Sigismond III de Pologne, au terme de laquelle Grégori reçoit l'appui du roi polonais, contre l'engagement de convertir la Russie au catholicisme.

En octobre 1604, Grégori [...] entre en Russie. Il rallie à lui toutes les couches sociales, mécontentes du gouvernement du tsar Boris Godounov et surtout lassées par la famine qui sévit depuis 1601. Les Cosaques révoltés de l’hetman Khlopko se joignent à lui, ainsi que les paysans ruinés qui fuient le servage et errent dans les steppes. Dimitri reçoit aussi l’appui des éleveurs, chasseurs et nomades des steppes qui supportent mal leur sujétion à l’Empire (Tchouvaches, Bachkirs, Mordves).

Après divers revers militaires, il entre victorieux à Moscou le 30 juin 1605 après que, Boris Godounov subitement mort, sa veuve Maria Grigorievna et son fils Fédor II ont été assassinés. Proclamé tsar sous le nom de Dimitri II, il poursuit la politique menée par Ivan le Terrible, mais, afin de ne pas mécontenter ses partisans, n'exige pas de privilèges particuliers pour l'Église catholique.

Le 18 juillet 1605, il est reconnu par sa "mère", la tsarine Maria Fiodorovna Nagaïa, dernière épouse d'Ivan IV, puis il est couronné par le patriarche Ignace, le 30 juillet, dans la cathédrale de l'Assomption à Moscou.

Son action réformatrice suscite, par ailleurs, de forts mécontentements chez les boyards et les ecclésiastiques ; ceux-ci rejoignent le parti de Vassili Chouiski, apparenté à la dynastie des Riourikides, qui trame patiemment un complot contre le jeune tsar.

Par ailleurs, le roi Sigismond III de Pologne est mécontent de l'attitude de Dimitri, qui tarde à tenir ses promesses de lui céder certains territoires russes, autant que de convertir la Russie au catholicisme.

Le 24 avril 1606, Marina Mniszek entre à Moscou, au milieu d'un cortège qui paraît, aux yeux des moscovites, comme une provocation. Pour les Russes, elle semble une invasion de l'Empire russe par des étrangers, d'autant que certains soldats polonais se laissent aller à des exactions. Le mariage de Dimitri II et Marina a lieu le 8 mai 1606.

Dimitri II meurt assassiné le 17 mai 1606, à six heures du matin. Son corps est dépecé et ses cendres sont tirées au canon en direction de la Pologne.

[fin du copier coller de wikipedia]

L'histoire des trois autres Dimitri est moins bien connue et il ne réussiront pas à prendre le pouvoir (je vous renvoi à wikipedia pour plus amples informations), bien que le deuxième Dimitri aie réussi a régner sur une grande partie de la Russie pendant deux ans.
Un point que j'aime bien, est qu'il réussit à libéré Marina Mniszek, la femme du premier Dimitri ... qui le reconnaîtra comme son époux :mrgreen:
Cela lui permettra de prouver son identité et de convaincre quelques indécis. Il aura même un enfant de Marina Mniszek. Mais il finira lâcher par ses partisans (notamment les polonais) quand le roi de Pologne revendiquera le trône pour lui même.

Dans l'histoire russe, on retrouve ainsi pas mal de faux tsars dans les périodes troublées, mais souvent ils se contentent de razzier quelques régions puis se font prendre ou disparaissent.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Sep 2016 20:06 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 09 Jan 2012 18:53
Message(s) : 116
Royaume des Sedangs

Le royaume des Sedangs est un royaume éphémère que l’aventurier français Marie-Charles David de Mayrena créa en 1888 dans l’arrière-pays de l’Annam, en Indochine française. Il s'auto-proclama Marie Ier, roi des Sedangs. La France ne reconnut jamais ce royaume, qui disparut en 1889 avec la fuite de Mayrena et le début d’une expédition militaire française dans les hauts plateaux d’Annam. Le royaume des Sedangs fut donc une micronation éphémère.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_des_Sedangs


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Oct 2016 17:49 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Déc 2013 19:33
Message(s) : 612
Localisation : Mon blason devrait vous en donner une petite idée...
Bonjour à tous!
Bon sang, l'histoire du royaume d'Araucanie est absolument dingue! Le plus dingue dedans n'étant pas qu'un aventurier parti aux Colonies se soit autoproclamé roi d'un territoire avec le soutien de ses autochtones, mais bien que l'histoire soit arrivée jusqu'à nous, connue, relayée et même alimentée par d'autres personnages qui se sont revendiqués successeurs de ce premier roi! Songez que l'Araucanie avait un drapeau, un hymne, des ordres de chevalerie, et que même aujourd'hui encore, un siècle et demi après, il se trouve encore des gens pour se déclarer successeurs ou contester la légitimité des successeurs déclarés!
Dites, c'est que ça m'intéresse, moi! Vous n'auriez pas la recette infaillible pour se faire reconnaître roi et fonder son royaume et sa dynastie? (et accessoirement, vous connaîtriez un lopin où je pourrais installer ça tranquille?) :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
Sinon, pour en revenir à la question initiale de maeuk, quand on y réfléchit bien, Francesco Grimaldi à Monaco et Napoléon Bonaparte en France correspondent exactement à la définition des "aventuriers (qui) ont tenté de créer leurs propre royaume"...

_________________
-Qui suis-je pour discuter avec l'Histoire ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Oct 2016 19:23 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 4006
Camille l'uchronique a écrit :
quand on y réfléchit bien, Francesco Grimaldi à Monaco et Napoléon Bonaparte en France correspondent exactement à la définition des "aventuriers (qui) ont tenté de créer leurs propre royaume"...


"Aventurier", Napoléon a usé du mot : "Depuis Gap jusqu'à Grenoble, j'étais aventurier, à Grenoble, j'étais prince." (Montholon, Récits de la captivité de l'Empereur Napoléon à Sainte-Hélène)

C'était au commencement du Vol de l'Aigle ; en revanche, j'ai bien du mal à voir la même chose dans la marche à l'établissement de l'Empire.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Mars 2018 17:06 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2014 12:27
Message(s) : 434
Pierma a écrit :
Il y a eu une histoire aux Comores, où un dictateur a pris le pouvoir, avec l'aide du mercenaire Bob Denard. C'était dans les années 80. Je n'ai pas suivi en détail, mais il me semble que Bob Denard et ses mercenaires ont essayé ensuite de prendre le pouvoir sur les iles.

Ce n'est pas qu'une histoire Pierma mais toutes celles du procéssus de décolonisation initié à la fin des années 50 par la France et en l'occurence dans cette région du bassin ouest de l'océan Indien, la nécessité clairement exprimée par nôtre état major d'y garder pied et le contrôle de la zone après avoir quitté Madagascar et le port d'attache de toute la marine française au nord de ce territoire, à Diego Suarez.
A cette époque des années 60/70, en pleine guerre froide, et pour ne pas revivre le coup de Fachoda (avec les USA cette fois-ci en concurrents directs, qui militarise à tout-va sa propre île à Diego Garcia) et priverait la France de tout accès et influence sur cet océan, les différents lobbys politiques (et en toute première ligne celui de l'extrême droite-monarchiste anti-décolonisation de l'Action Française et tous les réseaux de la nébuleuse "Françafrique") vont pousser et "manoeuvrer" les différents gouvernements français à replier nos intérêts sur l'archipel des Comores (4 îles) et à manipuler durant la période 73/75 les élites mahoraises (habitants de Mayotte) afin que cette île (et surtout son lagon perçu comme un véritable enjeu stratégique où l'on pourraît bâtir un port en eaux-profondes et au besoin accueillir toute nôtre flotte) se déclare territoire français, à l'inverse des 3 autres, lors d'une consultation populaire totalement instrumentalisée et illégale (non un référendum, ce qui fait que depuis cette date la France est frappée d'une résolution commune de l'ONU, de l'Union Africaine, et des pays du Moyen-Orient exigeant la restitution de cette île à sa sphère géographique, politique et culturelle naturelle) alors que les trois autres îles de Mahéli, Anjouan et Grande Comore déclaraient leur indépendance et fondaient la République Fédérale des Comores (que malgré tout la France continuera à garder sous contrôle via des accords de formation des nouveaux cadres militaires Comoriens en métropole (la garde Présidentielle par exemple qui sous la supervision de nos meilleures barbouzes Bob Denard, ou Jean-Yves Ollivier, entre autres, fera la pluie et le beau temps pendant des décennies aux Comores) et au besoin des opérations mercenaires afin de maintenir à nôtre botte le pouvoir Comorien et avoir la main haute et ferme sur toutes les affaires impliquant la région (voir par exemple celle savoureuse que l'on a nommé "Grand Troc" où la France y à opéré en toute liberté -et impunité- l'échange de l'Uranium enrichi d'Afrique du Sud (frappée d'embargo par la communauté internationale pour cause d'Apartheid) en vue du développement du programme nucléaire Iranien contre tout un arsenal d'armements afin d'aider le pouvoir SudAf à se maintenir et perpétuer.

_________________
“Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux. ”
Sénèque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Mars 2018 19:20 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
Elviktor, votre pavé est tellement emmêlé, avec des erreurs et même un petit fond de complotisme, que je renonce à tout reprendre.

Typiquement, que peut bien signifier ce complot, dans les années 70 :
Citer :
(et en toute première ligne celui de l'extrême droite-monarchiste anti-décolonisation de l'Action Française

En 70 l'Action Française est morte et enterrée depuis longtemps. Quant à ce lobby monarchiste ultra-marin, c'est quoi cette idée ?

La France s'est pris une résolution de l'ONU et de l'OUA pour avoir organisé un référendum à Mayotte ? Elle est bonne, celle-là ! 8-|

- Tout d'abord ce référendum s'est fait sur toutes les iles (au fait, c'est Mohéli, pas Mahéli) et chacune a choisi son destin.
- Si les habitants de Mayotte ont souhaité rester français, on voit mal au nom de quel principe on devrait s'y opposer. C'est le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Cette histoire de "zone géographique naturelle" est une ânerie : la France n'a pas déplacé l'ile et elles échangent entre elles plus que jamais.
- Une vingtaine d'années après le référendum, l'Union des Comores - indépendante, donc - a demandé... à redevenir française. Ce dont on s'est bien gardé, Mayotte nous coûte déjà assez cher.

Parce que c'est le paradoxe de toute l'histoire - en fait non, on a eu le même phénomène d'appauvrissement dans presque toutes nos colonies au moment de l'indépendance - on vit assez bien à Mayotte, tandis qu'on crève la faim dans le reste des Comores. Au point qu'il y a une immigration illégale pratiquement impossible à contrôler, et le plus drôle : aux Comores, ça se fait bien d'aller accoucher à Mayotte, pour que votre enfant ait la nationalité française, c'est devenu un véritable "sport national", là aussi impossible à éviter.

J'aime bien ces accusations de néo-colonialisme proférées en boucle à l'ONU et à l'OUA : allez donc demander à Mayotte s'ils veulent l'indépendance ! :rool: (Ils se plaignent juste que le RSA soit moins élevé chez eux qu'en métropole. Ils ont monté des barricades sur ce thème, il y a quelques années.)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mars 2018 8:28 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2014 12:27
Message(s) : 434
Pierma a écrit :
Elviktor, votre pavé est tellement emmêlé, avec des erreurs et même un petit fond de complotisme, que je renonce à tout reprendre.

C'est drôle parce que c'est exactement la réflexion que je me suis faite à la lecture de vôtre post sur l'histoire de Bob Denard aux Comores (que vous reconnaissez vous-même incertain).

Pierma a écrit :
La France s'est pris une résolution de l'ONU et de l'OUA pour avoir organisé un référendum à Mayotte ? Elle est bonne, celle-là !

Résolution 31/4 — adoptée le 21 octobre 1976 par 102 voix contre une seule (celle de la France) et 28 abstentions
L'Assemblée générale,
Rappelant que l'ensemble du peuple de la République des Comores, par le référendum du 22 décembre 1974, a exprimé à une écrasante majorité sa volonté d'accéder à l'indépendance dans l'unité politique et l'intégrité territoriale,
Considérant que les référendums imposés aux habitants de l'île comorienne de Mayotte constituent une violation de la souveraineté de l'Etat comorien et de son intégrité territoriale,
Considérant que l'occupation par la France de l'île comorienne de Mayotte constitue une atteinte flagrante à l'unité nationale de l'Etat comorien, Membre de l'Organisation des Nations Unies,
Considérant qu'une telle attitude de la France constitue une violation des principes des résolutions pertinentes de l'Organisation des Nations Unies, en particulier de la résolution 1514 (XV) de l'Assemblée générale, en date du 14 décembre 1960, relative à l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, qui garantit l'unité nationale et l'intégrité territoriale de ces pays,
1. Condamne les référendums du 8 février et du 11 avril 1976 organisés dans l'île comorienne de Mayotte par le Gouvernement français et les considère comme nuls et non avenus, et rejette
a) Toute autre forme de référendums ou consultations qui pourraient être organisés ultérieurement en territoire comorien de Mayotte par la France;
b) Toute législation étrangère tendant à légaliser une quelconque présence coloniale française en territoire comorien de Mayotte;
2. Condamne énergiquement la présence de la France à Mayotte, qui constitue une violation de l'unité nationale, de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de la République indépendante des Comores;
3. Demande au Gouvernement français de se retirer immédiatement de l'île comorienne de Mayotte, partie intégrante de la République indépendante des Comores, et de respecter sa souveraineté;
4. Invite tous les Etats Membres à apporter, individuellement et collectivement, une aide efficace à I'Etat comorien et à coopérer avec lui dans tous les domaines pour lui permettre de défendre et sauvegarder son indépendance, l'intégrité de son territoire et sa souveraineté nationale;
5. Lance un appel à tous les Etats Membres afin qu'ils interviennent, individuellement et collectivement, auprès du Gouvernement français en vue de l'amener à renoncer définitivement à son projet de détacher l'île comorienne de Mayotte de la République des Comores;
6. Demande au Gouvernement français d'entamer immédiatement des négociations avec le Gouvernement comorien pour la mise en application des dispositions de la présente résolution.

39e séance plénière
21 octobre 1976

Pierma a écrit :
on vit assez bien à Mayotte, tandis qu'on crève la faim dans le reste des Comores. Au point qu'il y a une immigration illégale pratiquement impossible à contrôler, et le plus drôle : aux Comores, ça se fait bien d'aller accoucher à Mayotte, pour que votre enfant ait la nationalité française, c'est devenu un véritable "sport national", là aussi impossible à éviter...allez donc demander à Mayotte s'ils veulent l'indépendance ! :rool: (Ils se plaignent juste que le RSA soit moins élevé chez eux qu'en métropole. Ils ont monté des barricades sur ce thème, il y a quelques années.)

Il se trouve cher Pierma que je réside à Mayotte, et c'est avec plaisir que je vous y accueillerai si cela vous permettait de mieux appréhender aussi bien la réalité quotidienne et contextuelle de cette île et région que d'en affiner une connaissance, qui au lu de vos propos ci-dessus, apparaîtrait par ici très partiale et partielle.

Cordialement,

_________________
“Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux. ”
Sénèque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mars 2018 12:31 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1307
J'ignore quelles ont été les relations de la France avec la nouvelle république des Comores. Il y a probablement eu quelques turpitudes et un Bob Denard a pu, à certaines occasions, se révéler utile. Mais cela mériterait une analyse plus sérieuse que la soupe indigeste que nous sert Elviktor. L'argument de l'intérêt militairement stratégique de Mayotte ne tient pas. La France dispose déjà de Djibouti. Elle n'a jamais eu ni l'intention ni les moyens de développer une autre base d'intérêt stratégique.

Il est tout à fait exact que, d'un strict point de vue du droit international, voire même du point de vue du droit interne, la question de Mayotte est scabreuse. Il y a bien sûr le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes mais c'est un concept difficile à manier. Dans son ensemble, le peuple comorien a décidé son indépendance sans la moindre ambigüité et cet ensemble inclut la population de Mayotte. Si la République Française est une et indivisible, ce qui est gravé dans le marbre de la Constitution, pourquoi la République des Comores ne le serait-elle pas également ? Qu'on me pardonne de franchir la ligne chronologique, il est contradictoire de dénier aux habitants de la Crimée le droit de se réunir à la Russie et d'affirmer bien haut le droit des Mahorais à rester français.

Il est exact aussi que l'assemblée générale des Nations-Unies a condamné la France à plusieurs reprises (17 résolutions entre 1976 et 1997) sur la question de Mayotte. Mais il faut cependant rappeler que les résolutions de l'assemblée générale des Nations-Unies ne sont pas contraignantes. Seules le sont celles du Conseil de Sécurité.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mars 2018 14:47 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
Elviktor a écrit :
Il se trouve cher Pierma que je réside à Mayotte, et c'est avec plaisir que je vous y accueillerai si cela vous permettait de mieux appréhender aussi bien la réalité quotidienne et contextuelle de cette île et région que d'en affiner une connaissance, qui au lu de vos propos ci-dessus, apparaîtrait par ici très partiale et partielle.

Cordialement,

Merci. J'en prends bonne note. :wink:

Je ne l'ai pas mentionné, mais je me suis fait la même réflexion que Barbetorte à propos de Djibouti. Et à vrai dire, on se demande aujourd'hui ce que sa présence à Mayotte peut rapporter à la France ? (J'avoue que je n'en sais pas assez pour répondre.)

Et je me demande : souhaiteriez-vous, vous-même, devenir citoyen de l'Union des Comores ?

Barbetorte a écrit :
Si la République Française est une et indivisible, ce qui est gravé dans le marbre de la Constitution, pourquoi la République des Comores ne le serait-elle pas également ? Qu'on me pardonne de franchir la ligne chronologique, il est contradictoire de dénier aux habitants de la Crimée le droit de se réunir à la Russie et d'affirmer bien haut le droit des Mahorais à rester français.

Perso, - tant pis pour la limite chronologique - que les habitants de la Crimée se sentent russes ne m'a pas choqué. Bon, après on peut discuter des méthodes de Poutine... :rool:

"Une et indivisible" est l'argument que les partisans de l'Algérie française opposaient à De Gaulle, l'accusant de forfaiture pour l'abandon de trois départements "français". Alors que cette prétendue appartenance de l'Algérie au territoire français était une fiction, rien de plus.

Je ne connais pas assez les conditions dans lesquelles la France a été amenée à organiser un référendum à Mayotte pour le justifier. En revanche, cette idée que l'ensemble des 4 iles constituerait une union "une et indivisible" ne me paraît pas constituer un principe absolu.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mars 2018 16:50 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2596
A propos du royaume d'Araucanie, j'ai bien connu Jean Raspail, personnage pittoresque mais qui, en fait, ne croyait guère aux histoires qu'il racontait, et m'écrivait sur un superbe papier à en-tête où il avait fait graver les armes (imaginaires) du Consulat de Patagonie... Il a actuellement 92 ans.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mars 2018 17:21 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Déc 2006 15:45
Message(s) : 287
La résurrection de ce topic m'a rappelé l'existence de Norton 1er qui a créer la première dynastie des empereurs des ... états-unis d’Amérique.

On ne sait pas énormément de choses sur Norton, mais sa vie est passionnante. Il est né en Angleterre vers 1819, puis a passé sa jeunesse en Afrique du sud puis a émigré à San Francisco en 1849. Il est alors un homme d'affaire respecté mais perd sa fortune à cause de mauvais investissements. Il quitte alors San Francisco pour quelque temps puis revient et ... se proclame empereur des états unis (et protecteur du Mexique).

En temps qu'empereur, il publie des édits dans les journaux (abolissant le congrès ou les partis démocrate et républicain, ou ordonnant la construction d'un pont entre San Francisco et Oakland). Bien entendu ces décret ne seront jamais pris au sérieux et n'eurent aucun impact, mais la popularité de Norton 1er augmenta petit à petit au sein de la ville de San Francisco, donnant quelques anecdotes savoureuses.

Ainsi, Norton 1er lança sa propre monnaie qui était acceptée dans beaucoup de magasins de la ville. Il était toujours reçu en place d'honneur au théâtre où bien encore les restaurant qu'il fréquentait affichait sur leur façade une pancarte indiquant "Par Autorisation de sa Majesté Impériale, l’Empereur Norton 1er des États-Unis".

Il visitait souvent la ville en uniforme (uniforme qui finit par lui être payé par la ville) et inspectait son état. Lors d'une de ces visite, un policier l’arrêtât pour qu'il soit envoyé dans un asile. Mais la police reçut énormément de plaintes pour l’arrêt de l'empereur. Norton 1er fut donc libéré et celui-ci, bon prince, accordât son pardon impériale au policier qui l'avait arrêté. Depuis ce jour, les policiers saluèrent l'empereur lorsqu'ils le croisait.

A sa mort, des habitants de la ville se cotisèrent pour lui payer un enterrement digne de lui et une petite foule l’accompagnât (certaines sources mentionnent 30.000 personnes).

Cette dynastie est donc un peu particulière et on ne sait toujours pas si Norton 1er était atteint de schizophrénie, ou était juste un excentrique géniale. Toujours est-il qu'il fut le premier et le seul empereur des états-unis :mrgreen:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB