A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 17 Août 2017 4:51

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 15 Déc 2016 9:30 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1509
Localisation : Lyon-Vénissieux
Bonjour

Durant une bonne partie du 20° siècle les prix ont été contrôlés en France pour limiter l'inflation, jusqu'à ce que le gouvernement de Jacques Chirac supprime ce contrôle des prix en 1986. (heureuse décision ! :mrgreen: )
Il serait intéressant d'avoir des précisions sur les modalités de ce contrôle des prix.

Quand a t-il commencé, durant la guerre de 14 ?
(sachant qu'il y avait déjà eu un contrôle des prix durant la révolution (Loi du Maximum général)).
Et durant l'entre deux guerres, notamment les années 1930 quand il y a eu déflation, les prix étaient-ils contrôlés ?
Si les vendeurs ou entrepreneurs ne tenaient pas compte de ce contrôle des prix et augmentaient trop leurs tarifs, quelles étaient les sanctions ?
Y avait-il une "police des prix" avec des fonctionnaires chargés de surveiller et punir les vendeurs ?
Comment était-il possible de contrôler tous les milliards et les milliards de prix auxquels s'échangeaient les biens et les services dans l'économie française ?

Merci de vos contributions qui permettraient de mieux comprendre l’histoire économique de la France.
:mrgreen:

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Déc 2016 9:45 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1509
Localisation : Lyon-Vénissieux
Je me permets de poser une question subsidiaire, on a parfois accusé le contrôle des prix de pousser les industriels français à fabriquer des produits bas de gamme du fait de l'impossibilité de vendre plus cher.
Que faut-il penser de cette accusation ?

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Déc 2016 15:25 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 12 Nov 2009 21:20
Message(s) : 476
Localisation : Gard
Le contrôle des prix aurait été établi je crois en 1939. Après guerre on a jamais osé le lever (même de Gaulle !) par peur de l'inflation . Il a fallu le courage de barre et Giscard pour franchir le pas vers 1979 ou 1980. Chirac en 86 a simplement abroger les textes légaux qui permettaient ce contrôle


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Déc 2016 15:26 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 12 Nov 2009 21:20
Message(s) : 476
Localisation : Gard
Pouzet a écrit :
Je me permets de poser une question subsidiaire, on a parfois accusé le contrôle des prix de pousser les industriels français à fabriquer des produits bas de gamme du fait de l'impossibilité de vendre plus cher.
Que faut-il penser de cette accusation ?


On peut soutenir l'exact opposé. Comme les prix des produits neufs étaient libres, les industriels avaient plus intérêt à créer du neuf plus qu'à améliorer le vieux


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Déc 2016 16:59 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5952
marc30 a écrit :
Comme les prix des produits neufs étaient libres, les industriels avaient plus intérêt à créer du neuf plus qu'à améliorer le vieux

Ce qui laisse entière la question séculaire : pourquoi les constructeurs automobiles français n'ont-ils jamais réussi à se placer dans le haut de gamme ?

A part ça j'ai des doutes sur la possibilité d'un contrôle effectif de TOUS les prix. C'est trop facile à contourner et il faudrait une armée de contrôleurs pour y arriver. La première idée qui vient à l'esprit est celle de créer des variantes, ou des options, pour échapper à la contrainte. La France de ces années là n'était pas l'Union Soviétique et les rayons des hypermarchés, sans tomber dans le foisonnement actuel - dont le but est d'occuper la plus grande longueur de linéaire - étaient déjà bien achalandés.
Comment voulez-vous contrôler les prix dans des hypermarchés où il pouvait y avoir, à l'époque, au moins 30 000 références ? Et puis, dans certains secteurs comme l'habillement, comment voulez-vous contrôler que les prix de la saison d'été qui vient sont les mêmes que l'an dernier ? ça n'a pas de sens.

Je pense que le contrôle effectif des prix ne concernait qu'un nombre donné d'articles, sur le principe du panier de la ménagère. A commencer sans doute par les produits de première nécessité.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Déc 2016 17:26 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15307
Localisation : Alsace, Colmar
Pierma a écrit :
Ce qui laisse entière la question séculaire : pourquoi les constructeurs automobiles français n'ont-ils jamais réussi à se placer dans le haut de gamme ?


Sauf que entre les 2 guerres, le haut de gamme est pratiquement squatté par des marques françaises. Marques qui n'arriveront pas à se relever après 1945. Bugatti, Delage, Voisin, Hispano-Suiza, et j'en oublie.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Déc 2016 17:49 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mai 2015 14:12
Message(s) : 306
Localisation : Isère
Alors, j'ai deux ou trois infos. Avant VGH, le contrôle des prix était généralisé à l'ensemble des produits. Des contrôleurs, nombreux semble-t-il pouvaient tomber à l'improviste, de cette manière la loi était respectée. Ensuite, Giscard limita cette restriction aux produits de première nécessité, "ceux de la ménagère" comme vous le dites Pierma, engageant sur une voie libérale.

Il y avait dans les années 1960 (et avant peut-être ?) une émission télévisée, "Jeanne achète" (petit jeu de mot :mrgreen: ) qui permettait de bien connaître les prix fixés sur ces produits de bouche, pour ne pas "se faire arnaquer". Une sorte de sensibilisation qui encourageait au sens civique. En effet les gens pouvaient, en bonne connaissance des prix, rappeler le commerçant à l'ordre en cas de fraude et contacter les inspecteur afin de signaler le contrevenant (si le commerçant abusait délibérément sur les prix). On encourageait les gens à se montrer vigilants et à ne pas hésiter à se défendre; ainsi, l'émission finissait toujours par ce petit rappel: Et, soyez fermes sur les prix !
Il y avait les contrôleurs d'une part mais aussi une politique volontariste, passant par de l'information qui visait à solliciter le sens civique de chacun et à le rendre acteur.


PS: infos données par mon père (et pas d'un livre d'Histoire donc désolé pour la superficialité des informations), qui avait en gros 10 ans quand cette émission était diffusée (milieu des années 1960).

_________________
Þat skal at minnum manna
meðan menn lifa


Cela restera dans la mémoire des hommes
tant qu'ils vivront (pierre de Runby, Upland)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Déc 2016 7:34 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 297
Une étape nécessaire, qui nous paraît absolument évidente aujourd'hui, fut l’étiquetage obligatoire. C'est Pinay qui l'a mis en place.
Ce qui n'allait pas du tout de soi. Mes grand-parents disaient, par exemple: "c'est scandaleux, imaginez que vous repérez une étiquette où le commerçant a mis par erreur 100 FF au lieu de 1000 FF, il vous suffit d'aller chercher un agent de police, et vous pouvez acheter le produit pour 10% de sa valeur!!!!"
C'était surtout la fin d'une activité aussi vieille que l'humanité... le marchandage!
Dans la même veine, Pinay a imposé l'affichage des prix à l'extérieur des restaurants.

A partir du moment où les prix sont affichés, le consommateur peut se protéger lui-même, et les contrôles deviennent moins nécessaires. Il deviennent aussi beaucoup plus faciles. Donc, moins besoin d'une armée de fonctionnaires, mais je vous garantis que ces services -fournis- auparavant existaient bel et bien.

Cela avait commencé avec les "Comités de Surveillance des prix" instaurés par le Front Populaire, loi du 19 août 36.
Pendant la guerre, cette administration s'appelait le Service de Contrôle Économique. En charge non seulement du contrôle des prix, mais aussi de celui du rationnement. Autant vous dire que les inspecteurs étaient moins populaires que ceux du fisc. Ils étaient chargés de faire appliquer la loi dite "Charte des Prix" du 1er Septembre 1939. Le corps lui-même des contrôleurs est créé par Laval par décret en 1940. Il a été mis à forte contribution à la Libération, surtout par le gouvernement Blum qui voulait l'utiliser comme outil de baisse des prix. Exemple inattendu de la continuité de l’État par delà les régimes.

Cette administration après-guerre s'est rendue de plus en plus détestable. Déjà que pour tout le monde, c'était synonyme de Vichy, collaboration et rationnement (on peut voir en fait ce qu'il en était réellement). Les agents avaient gardé des habitudes d'intimidation ou de provocation qu'ils avaient apprises sous l'Occupation, au temps où Bousquet utilisait leurs services dans la lutte contre le marché noir. Et en plus, ils avaient une propension à faire du chiffre et dresser des PV à tout va.

Il y a eu des grèves de commerçants contre eux, des bureaux saccagés, des agressions physiques. Le corps -SCE, SCP, DGCE, DGCEE- lui-même a été dissous, je dirais l'année où Pierre Poujade a été élu, et les fonctionnaires répartis.

Le contrôle des prix existe encore partiellement aujourd'hui, mais c'est surtout par l'angle fiscal que l'on garde le contrôle -comme on peut- sur deux notions restantes:
- l'interdiction de vente à perte
- les prix de transfert, véritable bijou dont le but affiché est l'évasion fiscale

PS: un membre de ma famille a travaillé pour le SCE quelques mois pendant la guerre, de retour de captivité et avant de retrouver un métier "honnête". Et bien, il ne l'a jamais dit à ses enfants. Cela n'était pas une chose dont on se vantait.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 9:20 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1509
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
Il a fallu le courage de barre et Giscard pour franchir le pas vers 1979 ou 1980

Il me semble pourtant que les socialistes avaient aboli le contrôle des prix autour de 1985 ???

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 19:05 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 01 Jan 2017 16:12
Message(s) : 12
Peut-être une petite confusion avec la suppression de l'échelle mobile des salaires vers 1982


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Fév 2017 19:23 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2438
Le poids du pain, en relation avec le prix, était rigoureusement contrôlé.Chaque boulangerie avait une balance de comptoir et l'on vous rajoutait la "pesée" si nécessaire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB