A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 18 Déc 2017 19:12

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 02 Mai 2017 14:48 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 315
Selon Peter Boehringer, fondateur de la Deutsche Edelmetall-Gesellschaft, la société allemande des métaux précieux et co-leader avec l'Association des Contribuables Allemands de la campagne pour rapatrier les réserves d'or allemandes stockées à New-York, Londres et Paris, on peut sérieusement se demander si les réserves d'or accumulées par la RFA dans les années 50 et 60 à New-York comme résultat de ses excédents commerciaux libellés en Dollars ne seraient pas de simples créances, comptabilisées mais jamais concrétisées en barres physiques.

P. Boehringer s'appuie pour affirmer cela sur des années de réponses évasives de la Bundesbank :
- elle n'a fourni aucun numéro de série de ses barres, autorisé aucun audit indépendant de ses réserves (même de ses propres chambres fortes à Francfort) et aucune photo des livraisons des barres théoriquement rapatriées de New-York et Paris depuis 2013
- et d'autre part Boerhinger dans un article le 31 décembre dernier s'appuie sur une dépêche publiée en décembre de l'agence de presse allemande DPA-AFX, et dont il pense qu'elle a été rédigée par la Bundesbank elle-même.
Que dit cette dépêche reprises par tous les organes de presse allemand ?
par exemple cet article de la FAZ (cf dernière ligne du 5ème paragraphe) :http://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/bundesbank-holt-deutsches-gold-heim-14037240.html
Elle emploie le terme technique Goldforderungen = créances en or, et non pas barres en or.

Boerhinger en conclut que les réserves allemandes entreposées depuis les années 50 à New-York n'ont jamais été que des créances comptables. Des promesses de papier.

L'article sur le site du GATA est ici :
http://www.gata.org/node/17075

Le site du comité d'action Holt unser Gold heim! / Rapatriate our gold / Rapatrions notre or, se trouve là :
http://www.gold-action.de/archive.html
Et la traduction de ses articles et documents en anglais ici :
http://www.gold-action.de/campaign.html


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Mai 2017 12:21 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 315
Un nouveau document a été découvert dans les archives du Département d'Etat.
https://history.state.gov/historicaldocuments/frus1969-76v31/d61

Il s'agit d'un long mémorandum écrit en mars 1974 pour le secrétaire d'Etat Henri Kissinger et adressé en copie au sous-secrétaire d'Etat au Trésor pour les affaire monétaires, Paul Volcker (futur Président de la Federal Reserve de 1979 à 1987).

Ce document montre la volonté des Etats-Unis d'empêcher les pays européens d'accroître l'usage de l'or dans le système financier international. Il est intitulé "Gold and the Monetary System: Potential U.S.-E.C. Conflict" Son auteur est Sidney Weintraub.

Le contenu du mémorandum et ses enjeux sont résumés dans l'article que vient de lui consacrer le Gold Anti Trust Action Committee ici :
http://www.gata.org/node/17361


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Nov 2017 4:05 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 340
Qintero a écrit :
A noter que les importations américaines ont permis de hausser les exportations ouest-européennes et japonaises, non seulement vers les Etats-Unis mais aussi entre ces économies puisqu'après avoir exporté aux USA, un Européen va par exemple importer de Belgique ou de France, c'est une dynamique qui se met en place. La France a donc directement et indirectement, profité des importations américaines, ce qui l'a en fin de compte aidé à rembourser ses dettes de guerre.


Je reprends la suggestion de dépolluer le fil sur l'économie française en 45.
Revenons ici à la période Bretton Wood: est-ce que les économies européennes ou japonaises finançaient l'économie US sur la période?

Je vois bien le mécanisme ci-dessus... encore faut-il que la balance commerciale de ces pays avec les USA soient effectivement excédentaire! Était-ce le cas?
L'Italie était puissamment exportatrice dans ces années-là, cela me paraît envisageable.
Le Japon, l'Allemagne?
Quant à la France: l'économie française des années 50 est exsangue, et l'inflation dont nous avons parlé dans l'autre fil est aussi la conséquence de notre dépendance aux importations. Je ne crois vraiment pas que l'on ait exporté grand chose vers les USA dans ces années-là.

Du vin, certainement. Dans les années 50, l'on trouvait à Bordeaux des voitures américaines comme celles du cinéma, que l'on n'aurait trouvé nulle part ailleurs: les négociants bordelais avaient du dollar.

(Ce qui donne l'occasion de souligner un point capital: les USA sont le seul pays qui importe dans sa monnaie nationale, ce qui change tout, puisque les règles traditionnelles du marché n'opèrent plus: les importations, même excessives, n'ont pas pour conséquence de dévaluer la monnaie)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Nov 2017 7:30 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2293
Localisation : Versailles
Vézère a écrit :
(Ce qui donne l'occasion de souligner un point capital: les USA sont le seul pays qui importe dans sa monnaie nationale, ce qui change tout, puisque les règles traditionnelles du marché n'opèrent plus: les importations, même excessives, n'ont pas pour conséquence de dévaluer la monnaie)



Sans vouloir jouer à l'expert, je crois que De Gaulle était aussi très agacé par le fait que la surévaluation du dollar permettait aux entreprises américaines d'acheter à bas prix des entreprises françaises.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Nov 2017 13:05 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 315
Vézère a écrit :
Qintero a écrit :
Je ne crois vraiment pas que l'on ait exporté grand chose vers les USA dans ces années-là.

Du vin, certainement. Dans les années 50, l'on trouvait à Bordeaux des voitures américaines comme celles du cinéma, que l'on n'aurait trouvé nulle part ailleurs: les négociants bordelais avaient du dollar.

(Ce qui donne l'occasion de souligner un point capital: les USA sont le seul pays qui importe dans sa monnaie nationale, ce qui change tout, puisque les règles traditionnelles du marché n'opèrent plus: les importations, même excessives, n'ont pas pour conséquence de dévaluer la monnaie)


Les négociants du Bordelais ont entrepris une action de promotion de leurs vins aux Etats-Unis après-guerre qui fut un très grand succès.
( Souvenir de ma lecture du passionnant livre Le Vin de Bordeaux, Cet Inconnu de Gaston Marchou (1973) )

Ceci dit le volume global de ce que la France exportait vers les Etats-Unis à cette époque ne devait pas peser bien lourd.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Nov 2017 14:11 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 315
Si nous avons ici des spécialistes d'histoire économique, ou mieux encore des professeurs d'économie, anglophones, je serai curieux d'avoir leur avis sur les articles du financier Eric de Carbonnel
paru sur le site qu'il a tenu de 2008 à 2011 Market Skeptics et notamment sur le rôle exact de l'Exchange Stabilization Fund.

Un extrait d'un des articles de Eric de Carbonnel ici :


In a massive power grab, the treasury drafted a bit of legislation in 1934 called Gold Reserve Act, in which it gave itself tremendous powers at the expense of the Federal Reserve.

The Gold Reserve Act of 1934 hijacked control of the monetary policy by:


A ) Transferring possession of all the nations gold to the treasury.

B ) Giving the Treasury primary responsibility for official foreign exchange operations.

C ) Creating the Exchange Stabilization Fund (ESF), a political slush fund under "the exclusive control of the Secretary of the Treasury" with broad statutory authority "to deal in gold, foreign exchange, and other instruments of credit and securities"


http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent--angl-le-pillage-de-l-or-de-l-amerique.aspx?article=2931417908G10020&redirect=false&contributor=Eric+de+CarbonnelCommentaires1_pnComContenu_208

http://www.marketskeptics.com/aboutmarketskeptics


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Nov 2017 18:38 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 23 Mai 2015 14:22
Message(s) : 76
Vézère a écrit :
Je vois bien le mécanisme ci-dessus... encore faut-il que la balance commerciale de ces pays avec les USA soient effectivement excédentaire! Était-ce le cas?
L'Italie était puissamment exportatrice dans ces années-là, cela me paraît envisageable.
Le Japon, l'Allemagne?
Quant à la France: l'économie française des années 50 est exsangue, et l'inflation dont nous avons parlé dans l'autre fil est aussi la conséquence de notre dépendance aux importations. Je ne crois vraiment pas que l'on ait exporté grand chose vers les USA dans ces années-là.

Du vin, certainement. Dans les années 50, l'on trouvait à Bordeaux des voitures américaines comme celles du cinéma, que l'on n'aurait trouvé nulle part ailleurs: les négociants bordelais avaient du dollar.

(Ce qui donne l'occasion de souligner un point capital: les USA sont le seul pays qui importe dans sa monnaie nationale, ce qui change tout, puisque les règles traditionnelles du marché n'opèrent plus: les importations, même excessives, n'ont pas pour conséquence de dévaluer la monnaie)

Je crois qu'il ne faut pas raisonner en terme de "niches". Dans les flux internationaux de biens et capitaux tout est interconnecté. L'entreprise qui vend du vin dégage du bénéfice, les ouvriers consomment, tout ça alimente la croissance du secteur bancaire et marchand, ainsi de suite. Et ça il faut le démultiplier dans chaque entreprise concernée par ces échanges internationaux, les effets sont multiplicateurs dans un système intégré et mondial (du moins dans les pays non-isolés). La crise de 1929 a montré l'importance de ces flux, et la suite n'a fait que le confirmer.
De plus importer n'est pas synonyme de pure consommation stérile, ce qui ne pouvait être fabriqué en Europe pour améliorer la productivité, était importé d'ailleurs, mais au final la productivité augmentait. Les entreprises ont pu même copier des produits importés ou s'en inspirer. Le recul de la part du commerce américain montre que le système n'était pas fondamentalement handicapant pour les entreprises européennes.
Les USA n'ont bien entendu pas été le moteur entier de la croissance mondiale, mais dans mon message que vous citiez, je pondérais seulement l'aspect uniquement négatif qui ressortait du rôle des Etats-Unis dans cette période.


Quant au dollar, les monnaies sont en concurrence, le dollar est devenu la monnaie de référence certes. Mais vu les potentialités de l'industrie américaine, pas sûr qu'un dollar plus faible eut été une catastrophe pour les produits américains, ni même un avantage pour l'économie française.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Déc 2017 3:27 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 340
Quintero a écrit :
Quant au dollar, les monnaies sont en concurrence, le dollar est devenu la monnaie de référence certes.

Pas de concurrence dans ces années là, et le dollar est bien plus qu'une monnaie de référence, c'est une monnaie-étalon.
Qu'on en juge:
Le dollar est indexé sur l'or
Les monnaies indexées sur le dollar.
La parité monnaie locale-dollar ne peut pas varier de +- 10%. Pour une variation supérieure, il faut une autorisation préalable du FMI et de la BIRD.
Les Banques Centrales ne peuvent pas acheter ou vendre de l'or par elles-mêmes, elle doivent passer par le dollar.

La Banque de France va user de divers stratagèmes pour contourner la règle. Par exemple celui-ci: un volume significatif de pièces d'or ont été fondues en lingots juste avant et pendant la guerre.
En re-frappant des napoléons d'or, cela permet, sans changer le volume d'or disponible en France, d'augmenter la masse monétaire en douce, puisque le napoléon s'échange avec une prime par rapport à sa valeur au poids.
Mais il faut être discret:
- la mise en circulation des pièces est confiée à un courtier parisien compréhensif
- depuis 1946 la Banque de France est maintenant 100% nationalisée. Quoi de plus facile, pour cet organisme d’État, de demander à l’Hôtel des Monnaies, autre organisme d’État, de frapper des pièces? L'hôtel des Monnaies va utiliser les coins de 1914. De sorte que, si l'on ne peut pas parler de fausse monnaie, car le poids et le titre de ces pièces sont justes, ces pièces sont tout de même frappées avec un faux millésime, pour se fondre dans la circulation, et que jamais personne ne puisse prouver que Bretton-Woods est piétiné en France.

Et il y a d'autres techniques toute aussi croquignolettes.
Exemple: les douaniers (fonctionnaires d’État, hé hé) sont enjoints à se montrer très, très tolérants sur l'or qui passe la frontière suisse.

En fait, sous la IVème République, les Français croient avoir leur propre monnaie, mais en réalité ils n'ont pas de souveraineté monétaire. Et le vrai détenteur du pouvoir monétaire cherche à imposer des programmes drastiques de maîtrise de la dépense publique, sans y parvenir il est vrai. Nihi novi sub sole


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Déc 2017 19:39 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 23 Mai 2015 14:22
Message(s) : 76
Oui d'accord mais au vu de la surface économique des Etats-Unis, le dollar était amené à devenir la 1ère monnaie de référence dans le monde, l'histoire ne commence pas à Bretton Woods. Avec l'introduction définitive des changes flottants, beaucoup de banques centrales continuent de fixer leur monnaie par rapport au dollar, les financiers spéculent dessus, beaucoup de personnes dans le monde utilisent cette monnaie dans leur vie quotidienne, il sert de devise de réserve, il est la monnaie dans les transactions pour la plupart des matières premières, si cela n'est pas la loi du marché ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB