Nous sommes actuellement le 24 Oct 2020 21:39

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Exploitation et gestion du bois
Message Publié : 11 Oct 2020 0:48 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Avr 2019 16:24
Message(s) : 69
A part depuis une centaines d'années. Le bois a toujours été la base de l'activité humaine : maisons, feu, outils, supports, meubles, murs, même les assiettes... tout était en bois avant.
Et cela servait également les militaires : armes, châteaux, engins de guerre, murs de protection et les navires. Les navires valaient des forêts entières.

Comment était géré le bois au moyen âge ou pendant l'antiquité ?

Y avait-il des forêts uniquement réservées pour l'utilisation militaire ?

Ou alors peut-être qu'avant il y avait tellement de forêts qu'il n'y avait aucun besoin de se poser la question.

J'ai une petite pensé pour la bataille de Salamine en 480 av J.C où les Perses avait engagé 1.000 navires face a 320 trières grecques 8-| Est-ce que vous vous rendez compte ? A cette époque lointaine on pouvait aligner 1.000 bateaux de guerre juste pour une bataille !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2020 9:35 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 2035
Localisation : Nanterre
Quelques réponses un peu fouillis.

Quand on parle du bois, il faut bien distinguer la destination. L'usage pour la vie quotidienne n'a rien à voir avec la construction navale ou l'architecture.

Pour ces dernières, tous les bois ne se valent pas et l'approvisionnement était un enjeu politique et économique. Le Liban, par exemple, a fait du cèdre son emblème car son bois est une denrée connue depuis l'antiquité.
J'avais entendu au cours d'une conférence que lors des croisades, les flottes musulmanes en Méditerranée étaient construites à partir du bois d'Europe centrale vendu par Venise.

Pour mettre sur pied une flotte capable de damer le pion à la Royal Navy, Louis XIV fait planter des forêts et ce n'est qu'à la fin de son règne et sous Louis XV puis Louis XVI avec la guerre d'indépendance américaine que l'on en récoltera les fruits.

De même, j'ai lu dans les récits de La Saussaye sur l'épopée napoléonienne que Napoléon a profité des canons dont les affûts en bois avaient été mis à sécher dans les arsenaux sous Louis XVI. Ces affûts feront cruellement défaut après la campagne de Russie.

Pour la consommation courante, je sais qu'au Moyen Age, le ramassage du bois et des produits des arbres était très réglementés - la forêt est vue comme un territoire dangereux, où on ne s'aventure que pour des missions précises. Les charbonniers, qui transforment le bois en combustibles, vivent en marge des villages. Un épisode de Sacré Moyen Age décrit un long procès pour la possession de rognures de haies.

Voilà, j'espère que ça vous ira pour débuter.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2020 10:45 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 473
Localisation : En Mayenne
Pour l'Antiquité et le Moyen-Âge, je ne sais pas.
Pour le XIXe siècle, j'avais été frappé, à la lecture du Bulletin des lois (que j'ai consulté page à page, de 1821 à 1910, à la recherche d'autres informations n'ayant rien à voir avec le bois), par le fait que les communes n'avaient pas la libre disposition des forêts et bois dits "communaux", et que des ordonnances ou décrets étaient nécessaires pour les autoriser à pratiquer des coupes, dans des parcelles désignées avec précision, et que ces autorisations étaient généralement accompagnées de prescriptions tout aussi précises pour le reboisement après la coupe.
Il y avait là, visiblement, une longue tradition de gestion très directive et contrôlée à l'échelon national de la ressource forestière. A quand cela remontait-il ? Je ne saurais le dire et ne n'ai pas cherché à le savoir. La répétition et la persistance de ces ordonnances et décrets tout au long du siècle m'avaient juste frappé l'esprit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2020 13:42 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Avr 2019 16:24
Message(s) : 69
Nebuchadnezar a écrit :
Quelques réponses un peu fouillis.

Quand on parle du bois, il faut bien distinguer la destination. L'usage pour la vie quotidienne n'a rien à voir avec la construction navale ou l'architecture.

Pour ces dernières, tous les bois ne se valent pas et l'approvisionnement était un enjeu politique et économique. Le Liban, par exemple, a fait du cèdre son emblème car son bois est une denrée connue depuis l'antiquité.
J'avais entendu au cours d'une conférence que lors des croisades, les flottes musulmanes en Méditerranée étaient construites à partir du bois d'Europe centrale vendu par Venise.


C'est bien que je me disais, l'approvisionnement du bois avait une énorme valeur, peut-être le pétrole aujourd'hui.
J'espère que les musulmans ne comptait pas que sur l'importation pour avoir du bois, ils possédaient quand même beaucoup de navires d'ailleurs.

Nebuchadnezar a écrit :
Pour mettre sur pied une flotte capable de damer le pion à la Royal Navy, Louis XIV fait planter des forêts et ce n'est qu'à la fin de son règne et sous Louis XV puis Louis XVI avec la guerre d'indépendance américaine que l'on en récoltera les fruits.

De même, j'ai lu dans les récits de La Saussaye sur l'épopée napoléonienne que Napoléon a profité des canons dont les affûts en bois avaient été mis à sécher dans les arsenaux sous Louis XVI. Ces affûts feront cruellement défaut après la campagne de Russie.


Voilà c'est exactement ça que je voulais entendre ! Le bois était géré précieusement par le pouvoir.

Nebuchadnezar a écrit :
Pour la consommation courante, je sais qu'au Moyen Age, le ramassage du bois et des produits des arbres était très réglementés - la forêt est vue comme un territoire dangereux, où on ne s'aventure que pour des missions précises. Les charbonniers, qui transforment le bois en combustibles, vivent en marge des villages. Un épisode de Sacré Moyen Age décrit un long procès pour la possession de rognures de haies.

Voilà, j'espère que ça vous ira pour débuter.


Oui en effet ça me va très bien.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2020 13:47 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Avr 2019 16:24
Message(s) : 69
b sonneck a écrit :
Pour l'Antiquité et le Moyen-Âge, je ne sais pas.
Pour le XIXe siècle, j'avais été frappé, à la lecture du Bulletin des lois (que j'ai consulté page à page, de 1821 à 1910, à la recherche d'autres informations n'ayant rien à voir avec le bois), par le fait que les communes n'avaient pas la libre disposition des forêts et bois dits "communaux", et que des ordonnances ou décrets étaient nécessaires pour les autoriser à pratiquer des coupes, dans des parcelles désignées avec précision, et que ces autorisations étaient généralement accompagnées de prescriptions tout aussi précises pour le reboisement après la coupe.
Il y avait là, visiblement, une longue tradition de gestion très directive et contrôlée à l'échelon national de la ressource forestière. A quand cela remontait-il ? Je ne saurais le dire et ne n'ai pas cherché à le savoir. La répétition et la persistance de ces ordonnances et décrets tout au long du siècle m'avaient juste frappé l'esprit.


Excellent ! Le bois était tellement précieux qu'il était finement contrôlé par l'administration.
Des fois on peut se dire que la puissance potentiel d'un pays se voit dans la taille et la gestion de ses forêts.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2020 15:43 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9427
Localisation : Région Parisienne
Les édits des rois de France sur la gestion des bois commencent au début du XIVe siècle pour culminer avec Colbert. Le bois sert à tout et est une denrée relativement rare. Le Parisien refuse longtemps le charbon de terre, et la forêt française recommencera à grandir lorsque l'usage de celui-ci se généralisera, au XIXe.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2020 23:11 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 2035
Localisation : Nanterre
Il y a pas mal de textes quand on recherche sur le net.

Voici un passionnant : Forêts d'Europe au Moyen Age, de Philippe Braunstein.

Ce n'est que jusqu'au XIIIe siècle, et encore, le texte mentionne la Loi Gombette, qu'il serait opportun de consulter que les défrichements sont assez libres. Après, la crainte de la pénurie apparaît, ce qui pousse rois et seigneurs à réglementer l'utilisation de la forêt, ce qui génère de nombreux conflits avec les paysans et les bourgeois.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2020 5:46 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3620
Localisation : Versailles
Sans être un spécialiste, je me souviens d'avoir lu que les forêts étaient des sources de revenus importants pour leur propriétaire (en particulier l 'État pour les forêts domaniales). Je crois même qu 'un hectare de forêts rapportait plus qu'un hectare de pre ou de champ cultivé !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2020 9:38 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 806
Un "dessous des Cartes" avait été consacré à ce thème en 2012

Pièce jointe :
Forêts copy.jpg
Forêts copy.jpg [ 229.11 Kio | Consulté 330 fois ]

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2020 10:14 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 897
Localisation : Nevers
Pour le Moyen-Âge, je renvoie à la lecture de Roland Bechmann :
    Les racines des cathédrales : l'architecture gothique, expression des conditions du milieu, Paris, Payot, 1981 (nombreuses rééditions).
    Des arbres et des hommes : la forêt au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1984.

Parmi les points qui m'avaient particulièrement frappé à l'époque de ma lecture :
1/ une gestion de prédateur de la forêt jusqu'à la période romane, qui conduit à la pénurie de bois de forte section au milieu du 12ème siècle ; Suger crie au miracle lorsqu'il trouve les bois de forte section, dont il a besoin pour Saint-Denis, à moins de vingt lieues du chantier,
2/ l'apparition au court du 12ème siècle d'une gestion raisonnée des forêts ... en même temps que l'émergence d'un style d'architecture infiniment plus économe en bois, en particulier de bois de forte section : rien de comparable entre les lourds cintres et étaiements nécessaires à la construction de plein cintres continus, et les demi-cintres légers et volants (=réutilisables) nécessaires aux croisées d'ogives et autres arcs-boutants ...

Je passe sur la multiplicité des phénomènes et des conditions que Bechmann développe savamment dans ses deux ouvrages (climat, économie et urbanisation, philosophie et esthétique, etc.) et qui concourent au changement d'époque et de style.

Pour en rester dans la construction des édifices religieux, il semble bien que, pendant longtemps, les plus ambitieuses constructions ont été facilitées lorsque les commanditaires ecclésiastiques étaient eux-mêmes les propriétaires de sources d'approvisionnement, bois et forêts. On se rappelle aussi que le plus lourd des coûts pour une construction a longtemps été celui du transport des matériaux (bois, pierre, fer).

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2020 13:05 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Avr 2019 16:24
Message(s) : 69
Nebuchadnezar a écrit :
Il y a pas mal de textes quand on recherche sur le net.

Voici un passionnant : Forêts d'Europe au Moyen Age, de Philippe Braunstein.

Ce n'est que jusqu'au XIIIe siècle, et encore, le texte mentionne la Loi Gombette, qu'il serait opportun de consulter que les défrichements sont assez libres. Après, la crainte de la pénurie apparaît, ce qui pousse rois et seigneurs à réglementer l'utilisation de la forêt, ce qui génère de nombreux conflits avec les paysans et les bourgeois.


Merci, c'est un bijoux ce lien

Jerôme a écrit :
Sans être un spécialiste, je me souviens d'avoir lu que les forêts étaient des sources de revenus importants pour leur propriétaire (en particulier l 'État pour les forêts domaniales). Je crois même qu 'un hectare de forêts rapportait plus qu'un hectare de pre ou de champ cultivé !


Ah bon ? A l'époque le marché du bois ça devait vraiment être quelque chose quand même. Il y avait si peu de bois et pourtant un si grand besoin.

Darwin1859 a écrit :
Un "dessous des Cartes" avait été consacré à ce thème en 2012

Pièce jointe :
Forêts copy.jpg


Attendez mais c'est une plaisanterie ? C'est ça l'espace des forêts en 1850 ? 8-| C'est incroyable, il y avait rien du tout !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2020 13:40 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Juin 2009 10:56
Message(s) : 5477
Localisation : Limoges
Adrian a écrit :
Attendez mais c'est une plaisanterie ? C'est ça l'espace des forêts en 1850 ? C'est incroyable, il y avait rien du tout !


Il me semble que le minimum de couverture forestière en France correspond à l'année 1878, de tête. C'est en effet assez impressionnant. Si vous avez l'occasion essayez de consulter des recueils de cartes postales de la fin du XIXe et du début du XXI siècle de l'endroit où vous vivez, vous verrez que le paysage est pelé par rapport à aujourd'hui.

_________________
Scribant reliqua potiores, aetate doctrinisque florentes. quos id, si libuerit, adgressuros, procudere linguas ad maiores moneo stilos. Amm. XXXI, 16, 9.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2020 13:52 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 897
Localisation : Nevers
Adrian a écrit :
Attendez mais c'est une plaisanterie ? C'est ça l'espace des forêts en 1850 ? 8-| C'est incroyable, il y avait rien du tout !
Le 19ème siècle connaît effectivement un nouvel étiage de la surface boisée en France (et dans les pays voisins ?). A cela deux raisons qui s'alimentent mutuellement : d'une part, la surexploitation forestière qui a sans doute commencé sous l'Ancien Régime, et qui va s'accélérer avec la disparition d'un certain nombre de verrous législatifs suite à l'abolition des privilèges ; d'autre part, la pression démographique qui pousse à accroître les espaces cultivés au détriment de la forêt.

Ce recul forestier considérable est particulièrement saisissant dans les régions de basse et de moyenne montagne. Il se traduit notamment par une forte reprise de l'érosion et de l'appauvrissement des sols. L'exemple des massifs des Alpes du sud est à cet égard particulièrement flagrant, avec des conséquences marquées sur la géomorphologie, comme l'accélération du phénomène des roubines en Haute-Provence.

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2020 13:54 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 2035
Localisation : Nanterre
Adrian a écrit :
Attendez mais c'est une plaisanterie ? C'est ça l'espace des forêts en 1850 ? 8-| C'est incroyable, il y avait rien du tout !
Hé oui ! La forêt recouvrait 10% du territoire au XIXe siècle. Aujourd'hui, nous en sommes à 25%.

Il serait intéressant de retrouver les études sur la surface forestière au Moyen Age mentionnée dans le texte de Braunstein. Sur ce forum, on a plusieurs fois signalé qu'à l'époque de la Guerre des Gaules, la forêt n'était pas beaucoup plus étendue qu'aujourd'hui. On peut donc en conclure que la couverture forestière de la France a beaucoup oscillé, et que la moindre exploitation massive a un impact très visible.

Dans le même ordre d'idée, la consommation de bois de l'Espagne pour maintenir à flot (littéralement) son empire a entraîné la quasi-désertification du territoire.

Jean-Mic a écrit :
Pour en rester dans la construction des édifices religieux, il semble bien que, pendant longtemps, les plus ambitieuses constructions ont été facilitées lorsque les commanditaires ecclésiastiques étaient eux-mêmes les propriétaires de sources d'approvisionnement, bois et forêts. On se rappelle aussi que le plus lourd des coûts pour une construction a longtemps été celui du transport des matériaux (bois, pierre, fer).
Tout-à-fait. Braunstein indique qu'un cours d'eau est indispensable pour la bonne exploitation d'une forêt, ce qui fait que la Forêt Noire a été longtemps épargnée.

Je viens de consulter la Loi Gombette
Citer :
Titre XIII. Des défrichements
Si un Bourguignon ou un Romain a fait des défrichements dans une forêt restée en commun, il devra remettre à son copropriétaire un égal espace de terrain dans cette forêt. Après quoi, il jouira seul et sans partage du morceau de fonds qu'il a défriché.

Titre XXVIII. De la faculté générale de couper du bois
Art. 1 - Si un Bourguignon ou un Romain n'a point en propre de forêt, il aura la libre faculté de couper, dans une forêt quelconque, du bois pour son usage aux arbres morts et aux arbres de ceux qui ne portent aucun fruit, et le maître de cette forêt ne pourra s'y opposer.
Art. 2 - Mais si quelqu'un, sans la permission du maître, coupe un arbre fruitier dans une forêt qui ne lui appartient pas, il sera tenu de payer au maître de la forêt un sou d'or pour chaque arbre coupé. La même règle sera observée pour des pins ou des sapins.
Art. 3 - Si c'est un esclave qui s'est rendu coupable de ce fait, il recevra la bastonnade, et son maître ne pourra être l'objet d'aucune poursuite à ce sujet.
Art. 4 - Si quelqu'un s'est opposé à ce qu'un individu coupât le bois nécessaire à son usage, aux arbres morts ou non fruitiers, et lui a saisi des gages, il devra restituer 3 fois la valeur de ces gages et payer une amende de 6 sous d'or.
Il est intéressant de voir qu'au Ve siècle, le ramassage du bois est déjà réglementé. Il est intéressant de voir que le défrichement est mentionné.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB