A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 11 Déc 2018 3:02

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 11 Fév 2015 14:02 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 25 Avr 2011 17:49
Message(s) : 134
Dans l'introduction de son ouvrage récent Croissance zéro, comment éviter le chaos ? l'économiste Patrick Artus écrit ceci :

Citer :
Pendant la plus grande partie de l'histoire de l'humanité, la production par tête n'a quasiment pas augmenté. La seule croissance enregistrée était due à l'augmentation de la population. C'est seulement au milieu du XVIIIIème siècle que les choses ont commencé à bouger.

Ces affirmations sont-elles vraiment exactes ? Certes au 18ème siècle a commencé un mouvement très saisissant, mais on parle aussi pourtant de croissance - certes moins importante - à d'autres périodes, aux 10ème 11ème siècle en Europe, au 16ème siècle etc.
Qu'en est-il à votre avis ? Existe-t-il des travaux documentés, sérieux sur cette question (estimation de l'évolution de la « production par tête » avant la Révolution Industrielle) ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Fév 2015 15:45 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 10 Mars 2006 4:35
Message(s) : 351
Il se trompe assez lourdement, ou plutôt il simplifie à outrance une thèse ancienne et beaucoup critiquée.

En gros, les grandes recherches des Annales avaient débouchées avec Le Roy Ladurie sur une conclusion, celle de l'histoire immobile. En gros, cette thèse voulait que nonobstant certaines périodes de catastrophes suivies de périodes de reprise, il n'y avait pas de croissance économique réelle.

Cette idée se basait surtout sur des calculs de productivité s'appuyant sur quelques régions françaises plus ou moins avancées.

Une des critiques qui a été apporté est que 1. ces régions n'étaient peut-être pas les plus avancées et 2. il y avait des problèmes de calcul.

En gros, quelqu'un comme Larry Epstein a démontré que de nombreuses inventions et améliorations révélaient la présence presque certaines d'une croissance économique appréciable. Il prenait l'exemple du parmesan, soit une grosse tome de fromage se conservant bien et prête à être exportée. La différence pour les paysans émiliens qui les produisaient de la "découverte" du parmesa a dût être important, ils étaient maintenant capables de mettre sur le marché des produits beaucoup plus cher que le mauvais blé qu'ils produisaient précédemment. Evidemment il y a beaucoup d'autres exemples (oranges, houblon, viande...).

Les problèmes de calcul sont moins simple à expliquer, mais en gros l'idée est que les historiens se concentrent sur les choses qui ne bougent pas au lieu de regarder ce qui change. Il y a un très bon livre de Philip T Hoffman sur le sujet qui est résumé par l'auteur dans un article qui se trouve sur persée.

Pour ce qui est d'estimations sur la productivité par tête, les travaux de Robert Allen et de Jan Luiten van Zanden font autorité pour l'Europe et l'Asie. Pour une brillante démonstration d'un fort épisode de croissance entre 1450 et 1550 en Europe, je vous conseille les articles de John Munro (tout en anglais, mais chercher à Price Revolution ça se trouve facilement).

Pour résumer, Patrick Artus se trompe. Là où il a raison, c'est que la croissance était très lente (rarement plus que 1%, mais en général 0.1 ou 0.05%).

Si vous voulez plus de précision ou des détail sur les stats je suis à votre dispo

_________________
Labore Fideque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Fév 2015 17:22 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 25 Avr 2011 17:49
Message(s) : 134
Merci beaucoup pour ces informations.

Très lente sans doute, cette croissance, mais 1% ou même 0,1 pendant cent ans ou cinq cents ans, cela finit par faire...
Bien entendu, il y a eu aussi des périodes de régression : grands conflits, épidémies, intempéries, qui peut-être annulaient en grande partie le bilan. Un chiffrage tentatif lissé sur un ou plusieurs siècles serait alors intéressant, mais j'imagine que cela doit être extraordinairement difficile d'effectuer ce genre de chiffrage pour des périodes très anciennes.


La puce m'avait été mise à l'oreille là-dessus par l'ouvrage, passionnant, de Florian Maazel : Féodalités 888/1180 qui semble penser qu'un certain degré de croissance a été observée pendant la période décrite.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Fév 2015 18:17 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 2082
Bonjour

Croissance très lente 1% ou même 0,1 à toutes les époques et dans toutes les sociétés ( civilisations) ??

Bien à Vous.

_________________
Hugues de Hador.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Fév 2015 20:02 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 10 Mars 2006 4:35
Message(s) : 351
En fait, il est relativement simple de calculer la productivité dans une région donnée, il suffit de prendre en compte les prix, les salaires et ce que l'on pourrait appeler la rente. Si salaire + rente augmente (exprimé en valeur réelle) augmente, il y a croissance.

Le seul problème c'est d'avoir les chiffres. Pour l'Europe occidentale après 1200 c'est jouable. Ailleurs c'est plus compliqué, les recherches restent à faire ou sont en cours pour plusieurs régions comme l'Inde ou la Chine.

Dans d'autres cas c'est plus complexe. Pour le monde musulman avant 1600, on a quelque chose comme une toute petite centaine de prix répartis sur quatre ou cinq pays (pas grand chose donc). Même chose pour la Grèce et pour Rome.

Dans ces cas il faut être inventif. Un professeur américain a ainsi estimé qu'il y avait eu croissance économique au Caire entre le Xeme et le XVeme siècle grâce au changement des noms de famille. En gros, les noms relativement simple (ouvrier, cordonnier, etc) laissaient place à des noms plus compliqués (carreleur, plombier, bottier, sabetier, etc) faisant donc deviner une plus grande spécialisation dans la structure économique, signe de croissance.

Mais en général, j'imagine que Artus ne parlait que de la France et à la rigueur de l'Europe de l'Ouest.

PS quand je parle de 0.1% c'est sur le long terme en prenant en compte les catastrophes et les phases de rattrapage

_________________
Labore Fideque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Fév 2015 22:22 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 25 Avr 2011 17:49
Message(s) : 134
0,1% par an = 22% en 100 ans et 64 % en 500 ans, si je ne me trompe.
En 50 ans, soit une vie humaine, cela fait environ 5%... peu 'visible' donc par les intéressés.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Fév 2015 8:07 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 10 Mars 2006 4:35
Message(s) : 351
oui et non.

Pour humbles qu'ils puissen paraître, il faut parfois beaucoup d'efforts pour conquérir ces 5%. Comment faire pour augmenter la production d'un champ donné de 0.1% par an une fois que les solutions habituelles sont épuisée?

Par ailleurs, ces augmentations sont souvent concentrées dans le temps. Tu gagnes 1%, puis une décennie de stagnation, puis re-1%, etc. L'arrivée d'une plante nouvelle (maïs, murier, patate) ou d'une nouvelle espèce animal (mérinos, vache hollandaise) a aussi cette effet de révolution. Un bon exemple est celui de la technologie militaire. Casser un mur avec les mauvaises catapultes du XIeme siècle risquait de prendre du temps et beaucoup d'argent, la même tache au XVIIIème avec l'artillerie de Bonaparte aurait été plus vite faite et moins chère (on estime l'augmentation de la cadence de feu à 0.5%/an) mais évidemment on n'achetait pas des canons 0.005 fois plus efficaces chaque année.

_________________
Labore Fideque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Fév 2015 8:26 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 25 Avr 2011 17:49
Message(s) : 134
Oui, tout à fait. Parfois des "sauts", parfois de longues périodes de stagnation. Cela dépendait aussi de la période de temps considérée, de la région et des domaines d'activité pertinents pour la vie des intéressés.

On peut aussi penser que l'ambiance générale de "stagnation" ou si l'on préfère de permanence, devait rendre les quelques "sauts" particulièrement spectaculaires parce qu'ils se détachaient sur un fond "constant", alors qu'à notre époque nous sommes sursaturés de "changements" et de 'progrès"...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Fév 2015 15:35 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Maharbbal a écrit :
Pour humbles qu'ils puissent paraître, il faut parfois beaucoup d'efforts pour conquérir ces 5%. Comment faire pour augmenter la production d'un champ donné de 0.1% par an une fois que les solutions habituelles sont épuisée?


Cela dépend de ce que vous nommez "solutions habituelles". Les rendements n'ont cessé d'augmenter au fur et à mesures que les pratiques agricoles évoluaient et s'amélioraient. Certaines des innovations furent notables et se sont accompagnées d'un saut productif. D'autres devaient s'accumuler les unes aux autres avant d'avoir un effet mesurable.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB