Nous sommes actuellement le 30 Oct 2020 17:42

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 30 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 25 Juil 2020 10:47 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 14363
Localisation : Alsace, Colmar
Quand on regarde dans les détails la colonisation a eu 2 faces. Il y a la face sombre du monde colonial qui tente d'obtenir le rendement maximum de ce qu'il pense lui appartenir de droit. Et puis, il y a la face claire, avec les possibilités de promotions dues à l'éducation et qui permet à quelques esprits brillants d'entrouvrir la porte de l'élite. La plupart des "indigènes" qui ont réussi ont souvent un parcours scolaire admirable, où on ne leur souvent pas fait de cadeaux au nom d'une discrimination positive qui n'existait pas.

Dans les mémoires de certains d'entre-eux, on aperçoit un certain entre-deux. Ils sont contents de leur réussite, qu'ils savent devoir à l'enseignement de leurs maîtres d'école, mais aussi à leurs qualités propres. Mais, il perçoivent leur singularité qui fait qu'ils sont entre 2 mondes, n'appartenant pas tout à fait à l'un des deux.

Leur réussite est aussi la réussite d'un système scolaire qui savait détecter les bons éléments et les pousser vers l'excellence. Chacune de ses personnalité a souvent rendu hommage au pédagogue qui a su déceler dans l'enfant qu'ils étaient la pépite en devenir. Et l'accompagner sur le début du chemin vers l'excellence.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 25 Juil 2020 11:16 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 482
Localisation : En Mayenne
Pierma, vous pensez probablement, entre autres, au bachaga Boualam (ou Boualem), assez représentatif sans doute de ces notables ralliés à la France et "ayant intérêt à ce que rien ne change ".

Pour ma part, je le vois représentatif de l'esprit particulier qui pouvait animer des individus de cette contrée et qu'on peut discerner, de façon qui peut surprendre, dans le soutien apporté par l'émir Abd-el-Kader lui même, à la cause française lors de la guerre de 1870.
Deux anecdotes qui m'ont été rapportées par un ancien (aujourd'hui décédé), ayant servi dans l'armée d'Afrique, illustreront cette façon dont pouvaient s'organiser les relations entre individus et conditionner leurs comportements mutuels.
Il avait débuté sa carrière dans ce qu'on appelait les affaires indigènes et sa formation avait commencé par acquérir la maîtrise de l'arabe et du berbère.

Un jour, alors qu'il était assis sur un muret à proximité du bordj où il officiait, un gamin a tiré sur lui avec une carabine à plombs. On le lui a amené manu militari. Il l'a regardé, lui a rendu sa carabine et l'a invité à rentrer chez lui et à se contenter désormais de tirer sur les moineaux, ce qui serait bien moins dangereux pour tout le monde. Le lendemain matin, le gamin est revenu et lui a dit " Je veux m'engager avec toi"...

Plus tard, alors qu'il était officier de renseignement d'un quartier où on recherchait activement à mettre la main sur le chef de la willaya 4, Si Salah (pendant la guerre d'Algérie), il s'est rendu à la maternité au chevet de son épouse, qui l'avait rejoint et venait d'accoucher. Je ne sais plus s'il s'agit de Blida ou de Médéa. Dans le lit voisin, une femme indigène, qui venait également d'accoucher ; au pied de son lit : un homme. Si Salah en personne. Les deux hommes se sont regardés du coin de l'oeil, puis ont quitté la maternité, chacun de son côté...

Il me disait également : la torture, c'était le fait de ceux qui arrivaient de Métropole. Dans l'armée d'Afrique, on ne maltraitait pas les prisonniers, on les avait au baratin. L'ennemi du jour pouvait devenir l'allié de demain.

Tout cela ne prouve rien et ce ne sont que des anecdotes. Mais je ne peux m'empêcher d'y voir, très subjectivement et sans doute à tort, un petit parfum de moeurs féodales.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 25 Juil 2020 12:07 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3629
Localisation : Versailles
Narduccio a écrit :
Quand on regarde dans les détails la colonisation a eu 2 faces. Il y a la face sombre du monde colonial qui tente d'obtenir le rendement maximum de ce qu'il pense lui appartenir de droit. Et puis, il y a la face claire, avec les possibilités de promotions dues à l'éducation et qui permet à quelques esprits brillants d'entrouvrir la porte de l'élite. La plupart des "indigènes" qui ont réussi ont souvent un parcours scolaire admirable, où on ne leur souvent pas fait de cadeaux au nom d'une discrimination positive qui n'existait pas.

Dans les mémoires de certains d'entre-eux, on aperçoit un certain entre-deux. Ils sont contents de leur réussite, qu'ils savent devoir à l'enseignement de leurs maîtres d'école, mais aussi à leurs qualités propres. Mais, il perçoivent leur singularité qui fait qu'ils sont entre 2 mondes, n'appartenant pas tout à fait à l'un des deux.

Leur réussite est aussi la réussite d'un système scolaire qui savait détecter les bons éléments et les pousser vers l'excellence. Chacune de ses personnalité a souvent rendu hommage au pédagogue qui a su déceler dans l'enfant qu'ils étaient la pépite en devenir. Et l'accompagner sur le début du chemin vers l'excellence.


Je suis assez d'accord avec cela.

En précisant un point : cela est sans doute lié à la IIIe République aussi bien dans son côté Jules Ferry que dans son côté "missionnaires" ( les gouverneurs coloniaux soutenaient souvent leur position).

Maintenant si on remonte à plus loin (avant 1848) la question est plus subtile. Notamment au Sénégal (limité à Saint Louis et environs) où existait une classe de mulâtres intermédiaire entre les colons et les indigènes. Aux Antilles, la hiérarchie était plus compliquée encore avec des noirs libres, des mulâtres anciens esclaves ou affranchis, etc...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 25 Juil 2020 13:39 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3629
Localisation : Versailles
Au Sénégal existait une influente communauté mi française mi africaine : les Signares.

Des précisions sont lisibles ici :
https://www.saintlouisdusenegal.com/les-signares/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 25 Juil 2020 22:52 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7272
Narduccio a écrit :
Quand on regarde dans les détails la colonisation a eu 2 faces. Il y a la face sombre du monde colonial qui tente d'obtenir le rendement maximum de ce qu'il pense lui appartenir de droit. Et puis, il y a la face claire, avec les possibilités de promotions dues à l'éducation et qui permet à quelques esprits brillants d'entrouvrir la porte de l'élite. La plupart des "indigènes" qui ont réussi ont souvent un parcours scolaire admirable, où on ne leur souvent pas fait de cadeaux au nom d'une discrimination positive qui n'existait pas.

Dans les mémoires de certains d'entre-eux, on aperçoit un certain entre-deux. Ils sont contents de leur réussite, qu'ils savent devoir à l'enseignement de leurs maîtres d'école, mais aussi à leurs qualités propres. Mais, il perçoivent leur singularité qui fait qu'ils sont entre 2 mondes, n'appartenant pas tout à fait à l'un des deux.

Leur réussite est aussi la réussite d'un système scolaire qui savait détecter les bons éléments et les pousser vers l'excellence. Chacune de ses personnalité a souvent rendu hommage au pédagogue qui a su déceler dans l'enfant qu'ils étaient la pépite en devenir. Et l'accompagner sur le début du chemin vers l'excellence.


Je suis également assez d'accord avec cela. Mais ça ne marche pas pour l'Algérie, où la forte communauté "de souche européenne" tenait à ce que les indigènes restent à leur place. Leur taux de scolarisation était très bas, et les bacheliers musulmans se comptaient sur les doigts de la main.

Lorsque De Gaulle en 58 cherche des cadres musulmans à intégrer à l'administration, à laquelle il veut d'ailleurs redonner toute son autorité, il ne trouve qu'un sous-préfet à nommer dans une petite ville, Mehdi Bellhaddad, qu'il nommera ensuite en 61 préfet de Constantine. (Vomi par les militaires, cible de l'OAS, mais cet homme de bien a fait de son mieux dans le terrible contexte de ces années là.) A part ça, pratiquement personne. "Après 137 ans de présence française !" commente Yves Courrière.

@b sonnek : je comprends et crois volontiers que des anciens des affaires indigènes, ou d'anciens officiers de troupes musulmanes aient gardé une vision fraternelle des "indigènes". Mais la guerre d'Algérie a tout bousculé, et en particulier les militaires y ont pris tous les pouvoirs qu'ils voulaient.

(De Gaulle se mettait dans une colère noire quand on évoquait devant lui "les pouvoirs civils et militaires" en Algérie. Pour lui il y avait le pouvoir politique et les militaires devaient y être subordonnés. - C'est un constante dans sa longue carrière. Lacouture cite un de ses collaborateurs : "Je me suis pris une avalanche... "Sachez, monsieur, qu'il n'y a en France que trois pouvoirs : l'exécutif, le législatif et le judiciaire !" Tout Montesquieu y est passé !")

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 29 Juil 2020 12:58 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Nov 2019 20:27
Message(s) : 87
Bonjour,

Étant actuellement en vacances au bord de l'eau je peine à trouver le temps de suivre ce fil qui m'intéresse beaucoup. En survolant rapidement vos réponses j'ai trouvé ça très très intéressant et les références données bien utiles.

J'avais fait une "synthèse" suite à un numéro de L'Histoire intitulé la France noire (lui : https://www.lhistoire.fr/parution/mensuel-457 ) bien désarticulée aussi par manque de ...temps.
Il va y avoir des redites, désolé par avance.

Côté politique cela donnait:
"Par contraste avec les USA où la GB, des personnalités noires ont été précocement présentes dans la vie politique française".
Pap N.Diaye.

Point sur Jean-Baptiste Belley :
Premier député noir. Sans doute né au Sénégal en 1746 ou 1747, déporté comme esclave à Saint-Domingue dans son enfance, Belley acheta sa liberté, fut élu à la convention nationale en septembre 1793 et y siégea donc, ainsi qu'au Conseil des Cinq-Cents jusqu'en 1797 (cf tableau d'Anne-Louis Girodet).

Louisy Mathieu est le premier esclave affranchi à représenter en 1848 la Guadeloupe à l'Assemblée parisienne.

À la fin du XIXe siècle, des députés noirs des Antilles arrivent grâce à l'essor du socialisme. Ils écartèrent en partie le pouvoir des mulâtres. Ex: Guadeloupe : Hégésippe Légitimus élu député en 1898, surnommé le " Jaurès noir " puis Gratien Candace en 1912 (député et secrétaire d'État)
Martinique : Joseph Lagrosillière élu en 1910

Blaise Diagne élu en 1914 puis Galandou Diouf en 1934

1920: la Martiniquaise Paulette Narval est la première femme noire à étudier à la Sorbonne

Félix Houphouët-Boigny ministre de la Santé du gouvernement Gaillard, avec Gaston Monnerville, président du sénat en 1958
Le 20 mai 1949, en même temps que V.Schoelcher, Félix Éboué, gouverneur général de l'AEF (et petit-fils d'esclaves). Il est le premier "Noir" au panthéon.

" Dès avant la 2GM, la présence d'hommes noirs dans la vie politique française était un fait acquis, ce qui ne fut le cas aux USA qu'en 1928 avec l'élection d'Oscar DePriest à la chambre des représentants, et qu'en 1987 au R.U."
Pap.N diaye.

Ne pas oublier le rôle Senghor sous le gouvernement COTY et DG.

Bonus: sœur Louise Marie de Sainte-Thérèse était peut-être la fille adultérine de Louis XIV. Saint-Simon dit d'elle qu'en voyant le Grand Dauphin " c'est mon frère qui chasse" ; Voltaire que le roi lui donna 20 000 écus lors de son entrée au couvent.
Comment expliquer l'intérêt porté à la cour à celle qu'on appelle la "Mauresse de Moret" ? Comment expliquer que le roi assiste à sa prise de voile le 30 septembre 1695? Pourquoi porte-t-elle dans son nom religieux les noms mêlés du roi et de la reine ?
Serge Aroles dit que sa mère "serait la petite Noire vendue, comme enfant, au Premier comédien de Louis XIII" pour jouer des rôles de "sauvagesse" où le roi a pu la remarquer.
Le dossier Joint 89 aux archives de la bibliothèque Sainte-Genevieve porte la mention manuscrite " La Moresque fille de Louis 14" Mais le dossier est ... vide.
Joël cornette.

Deux questions restent en suspend :
Quid des " noirs " dits de "banlieue" dans l'espace politique français ? L'ascenseur social qu'on dit souvent bloqué a-t-il seulement existé en politique pour les "jeunes de banlieue" (cf plutôt pauvreté et plutôt avec une carte d'identité et un lieu de résidence toujours en France)?
Cela nous emmène peut-être hors chronologie cela dit.

J'avais trouvé cela aussi sur les élites politiques noires en France début XXe siècle:
https://www.cairn.info/revue-vingtieme- ... ge-133.htm


Bonne journée

_________________
Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1775.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 29 Juil 2020 13:17 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9435
Localisation : Région Parisienne
Pensabene a écrit :
Deux questions restent en suspend :
Quid des " noirs " dits de "banlieue" dans l'espace politique français ? L'ascenseur social qu'on dit souvent bloqué a-t-il seulement existé en politique pour les "jeunes de banlieue" (cf plutôt pauvreté et plutôt avec une carte d'identité et un lieu de résidence toujours en France)?
Cela nous emmène peut-être hors chronologie cela dit.



C'est effectivement hors de la limite temporelle du forum.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 29 Juil 2020 15:18 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 916
Pensabene a écrit :
Bonus: sœur Louise Marie de Sainte-Thérèse était peut-être la fille adultérine de Louis XIV. Saint-Simon dit d'elle qu'en voyant le Grand Dauphin " c'est mon frère qui chasse" ; Voltaire que le roi lui donna 20 000 écus lors de son entrée au couvent.
Comment expliquer l'intérêt porté à la cour à celle qu'on appelle la "Mauresse de Moret" ? Comment expliquer que le roi assiste à sa prise de voile le 30 septembre 1695? Pourquoi porte-t-elle dans son nom religieux les noms mêlés du roi et de la reine ?
Oula, mêler cette histoire fantasmée aux autres bien réelles au-dessus, c'est risquer de décrédibiliser l'ensemble.

1/ je ne sais pas si c'est effectivement 20 000 écus, mais Jean-Christian Petitfils a comparé cette dotation à celles d'autres religieuses liées de près ou de loin à la Cour ou à la famille royale: c'est un montant faible, qui traduit une générosité royale comme pour quantité de religieuses, mais certainement pas une reconnaissance familiale quelconque.
2/ Ce n'est pas le roi qui a assisté à sa prise d'habit, mais Mme de Maintenon. On connaît l'intérêt de Mme de Maintenon pour les destinées de toutes sortes de demoiselles.
3/ et si, comme souvent, la vérité était bien plus simple? à savoir ce qu'en a dit le duc de Luynes: un couple de domestiques noirs de la Cour a eu une fille, était bien embarrassé pour l'élever, et avec l'aide de Mme de Maintenon jamais avare de protection, l'ont placée en pension chez des religieuses, où elle a grandi et par la suite pris le voile. Fermez le ban.
On dit que la rumeur est née de ce que beaucoup de monde de la cour l'est allé voir, mais c'est l'inverse qui s'est produit: parce qu'une histoire croustillante était née on ne sait comment, on a voulu voir la curiosité.
Le dernier, Voltaire est allé voir cette dame déjà âgée, pour rajouter son grain de sel à une rumeur déjà vieille de 50 ans.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 29 Juil 2020 19:43 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Nov 2019 20:27
Message(s) : 87
Citer :
C'est effectivement hors de la limite temporelle du forum.

Vous avez raison, même si F.Héran fait remarquer que cela commence avant 2000.

Citer :
1/ je ne sais pas si c'est effectivement 20 000 écus, mais Jean-Christian Petitfils a comparé cette dotation à celles d'autres religieuses liées de près ou de loin à la Cour ou à la famille royale: c'est un montant faible, qui traduit une générosité royale comme pour quantité de religieuses, mais certainement pas une reconnaissance familiale quelconque.
2/ Ce n'est pas le roi qui a assisté à sa prise d'habit, mais Mme de Maintenon. On connaît l'intérêt de Mme de Maintenon pour les destinées de toutes sortes de demoiselles.
3/ et si, comme souvent, la vérité était bien plus simple? à savoir ce qu'en a dit le duc de Luynes: un couple de domestiques noirs de la Cour a eu une fille, était bien embarrassé pour l'élever, et avec l'aide de Mme de Maintenon jamais avare de protection, l'ont placée en pension chez des religieuses, où elle a grandi et par la suite pris le voile. Fermez le ban.
On dit que la rumeur est née de ce que beaucoup de monde de la cour l'est allé voir, mais c'est l'inverse qui s'est produit: parce qu'une histoire croustillante était née on ne sait comment, on a voulu voir la curiosité.
Le dernier, Voltaire est allé voir cette dame déjà âgée, pour rajouter son grain de sel à une rumeur déjà vieille de 50 ans.

Je ne connais rien de tout ça. Je ne demande qu'à vous croire. Malgré tout, ne le prenez pas mal mais avez-vous des sources de ce que vous avancez? Ce que je veux dire, c'est que personnellement je ne fantasme rien, je cite J.Cornette qui est plutôt solide vous en conviendrez... Il aurait pris le risque de se compromettre dans le magazine l'Histoire avec de si lourdes erreurs?
Enfin question sans arrière-pensée: Petitfils est considéré comme un historien?

_________________
Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1775.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 30 Juil 2020 8:45 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 916
Petitfils est historien, sans aucun doute, et sa période de compétence est le XVII-XVIIIe, donc pas de problème.
Vous avez raison, peut-être suis-je trop catégorique et que la question de la mauresse de Moret n'est pas aussi claire que je veux bien le croire.
Pour ne pas polluer le sujet, continuons donc sur l'existant;


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 30 Juil 2020 8:54 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1333
Localisation : Corsica
C'est très curieux cette focalisation récente sur la couleur de peau.
Né en 47, il aura fallu que j'arrive à 73 ans pour voir les noirs qui m'entourent, je ne les avais pas vu avant, quel est ce nouveau besoin soudain de trier, de marquer les différences ?
Chacun doit-il choisir son camp ? pourquoi dois-je voir les noirs ? pourquoi ?
Prochaine étape, les juifs seront à dissocier des blancs. En cherchant bien, ils sont toujours responsables quelque part.
Pour avoir les tendances il suffit d'écouter les paroles du rap, elles annoncent les évolutions, on peut se limiter à l'an 2000. Il y a un très grand malaise.
Qu'en pensent les historiens psychosociologues ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 30 Juil 2020 10:52 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 2035
Localisation : Nanterre
Kurnos a écrit :
Qu'en pensent les historiens psychosociologues ?
Peut-être que la question ne s'est pas posée avant l'immigration africaine "massive" - on devrait plutôt dire visible-, qui date des années 80, et qui fait suite à l'immigration maghrébine qui a commencé dans les années 70.

Cela s'ajoute avec la politique de l'urbanisme avec ses grands ensembles et sa tendance à entasser les populations dans les mêmes quartiers.

Et, avec une pointe de mauvais esprit, n'y a-t-il pas un certain personnel politique pour qui l'histoire de France commence en 1981 (pour être précis : le 10 mai 1981) qui s'est emparé de la question et en a fait son nouveau cheval de bataille, les débats économiques devenant trop compliqués ? ;)

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 30 Juil 2020 13:41 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Nov 2019 20:27
Message(s) : 87
Vézère a écrit :
Petitfils est historien, sans aucun doute, et sa période de compétence est le XVII-XVIIIe, donc pas de problème.
Vous avez raison, peut-être suis-je trop catégorique et que la question de la mauresse de Moret n'est pas aussi claire que je veux bien le croire.
Pour ne pas polluer le sujet, continuons donc sur l'existant;

Mea culpa, je n'avais pas vu l'autre sujet. Ok pour Petitfils. Je prolonge sur l'autre fil alors.

Citer :
C'est très curieux cette focalisation récente sur la couleur de peau.
Né en 47, il aura fallu que j'arrive à 73 ans pour voir les noirs qui m'entourent, je ne les avais pas vu avant, quel est ce nouveau besoin soudain de trier, de marquer les différences ?
Chacun doit-il choisir son camp ? pourquoi dois-je voir les noirs ? pourquoi ?
Prochaine étape, les juifs seront à dissocier des blancs. En cherchant bien, ils sont toujours responsables quelque part.
Pour avoir les tendances il suffit d'écouter les paroles du rap, elles annoncent les évolutions, on peut se limiter à l'an 2000. Il y a un très grand malaise.
Qu'en pensent les historiens psychosociologues ?

Voir dans quel sens? Voir dans le sens où vous n'avez pas l'habitude d'en voir (province?) ou qu'ils étaient mêlés (confondus avec la population) ?

Pour le reste, la réponse est plurielle. Il ne faut pas oublier l'influence grandissante des Etats-Unis avant tout chez les "jeunes" (chez les étudiants dans des facs "engagées" c'est bien visible... Retour de terrain de l'université de Nanterre me concernant), la persistance de deux discriminations insoutenables, celles liées au logement et à la profession pour toute une partie de la population.
Enfin, de manière plus diffuse, il y a eu un vrai tournant avec la French theory, les Post-colonial studies et autre Histoire connectée. D'ailleurs, c'est aussi ce qu'on reproche à M.Foucault c'est-à-dire avoir fait venir des problématiques de campus américains en France. Les dignes héritiers (revendiqués à vrai dire ils étaient trop jeunes à l'époque) du philosophe sont Didier Fassin, Mathieu Potte-Bonneville, Didier Eribon (et d'autres) et pour le champ historique je ne compte plus les historiens qui, de P.Boucheron aux nouveaux doctorants se réclament du philosophe.
On pourrait aussi ajouter des revues "urbaines" et toute une "urban-culture" (hip-hop, séries, films, célébrités, mode...) elles aussi fortement influencées par les Etats-Unis.

Bref, si je devais résumer, une expression revient régulièrement, la Politique du minoritaire.

Parlant régulièrement à des personnes engagées là-dedans, il y a un refus de continuer à être invisibilisé et refus de la discrétion (faire du bruit, se montrer... Quitte à mettre le voile pour "nous embêter")... répondant à votre question sur le regard mais ne répondant pas nécessairement à la République, une et indivisible.

Quant à votre allusions aux Juifs, personnellement je l'évite, tant tout est cela est récupéré par les médias et les politiques comme outil de disqualification systématique. Je ne vois pas non plus le rapport pour être franc car cela ne renvoie pas à une couleur de peau ni à des discriminations au logement et à l'emploi (à priori)... Ou alors il faut évoquer aussi la mise en communauté de cette population, par exemple à Sarcelles (et aujourd'hui davantage les villes autours), la forte endogamie ainsi que des pratiques maritales / familiales contraires, peut-être, elles aussi à la République une et indivisible.

Sur le rap, oui il y a un malaise. Malgré tout, il y a des coups marketing évidents. Insulter la France dans une chanson c'est se faire connaître médiatiquement et gonfler ses ventes. Il ne faut pas oublier aussi tous les rappeurs qui ne sont pas du tout là-dedans.

L'avenir que je me dessine mentalement est plutôt pessimiste. Néanmoins ce fil rappelle combien la République française a été précoce dans la prise en compte des minorités, au moins politiquement. C'est d'abord cela qu'il faut retenir, dire, expliquer... Tout en oubliant pas de dénoncer les discriminations récurrentes au logement et à l'emploi dont sont victimes des millions de personnes françaises.

Je prépare déjà l'avertissement de débordement chronologique. Désolé. Malgré tout, je crois que tout ce que je dis est déjà latent avant 2000.

Citer :
Peut-être que la question ne s'est pas posée avant l'immigration africaine "massive" - on devrait plutôt dire visible-, qui date des années 80, et qui fait suite à l'immigration maghrébine qui a commencé dans les années 70.

Cela s'ajoute avec la politique de l'urbanisme avec ses grands ensembles et sa tendance à entasser les populations dans les mêmes quartiers.

Et, avec une pointe de mauvais esprit, n'y a-t-il pas un certain personnel politique pour qui l'histoire de France commence en 1981 (pour être précis : le 10 mai 1981) qui s'est emparé de la question et en a fait son nouveau cheval de bataille, les débats économiques devenant trop compliqués ? ;)


Massive c'est-à-dire? Il faut peut-être aussi ajouter le mot absorption (par le travail... Ce qui pose problème depuis des décennies).
Sur l'urbanisme, vous avez entièrement raison: le problème est aussi dans le déséquilibre de la mixité... Cela commence aussi il y a des décennies.

Sur Mitterrand, c'est V.G d'Estaing qui pose la première pierre et je pense que vous le savez bien. Quant aux débats économiques, le tournant libéral de 1983 n'a jamais été renié par le personnel de "droite" jusqu'à présent je crois bien. Il y a aussi la question délicate de la construction européenne.

_________________
Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1775.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 30 Juil 2020 15:14 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1333
Localisation : Corsica
Pensabene a écrit :
Voir dans quel sens? Voir dans le sens où vous n'avez pas l'habitude d'en voir (province?) ou qu'ils étaient mêlés (confondus avec la population) ?.

En fait, c'est le contraire, j'ai toujours vécu et travaillé dans un environnement international à Sophia Antipolis. "Toutes" confessions et couleur de peau.
J'habite depuis 40 ans à 50 mètres du lycée international de Sophia, mon fils prenait des cours particuliers de math avec un élève ingénieur noir .... bref le contexte est assez coloré mais la particularité est que ces noirs ont un niveau de vie relativement élevé ce qui "gomme probablement les couleurs".
Il est possible qu'un noir au volant d'une voiture de luxe se voit moins qu'un noir SDF qui traine dans la rue.....

L'immigré riche est transparent, il ne dérange pas.
Le pauvre a toujours senti mauvais, noir ou blanc !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Hommes politiques noirs
Message Publié : 30 Juil 2020 15:25 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9435
Localisation : Région Parisienne
Salauds de pauvres disait déjà Gabin dans la traversée de Paris.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 30 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB