A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 17 Août 2018 3:10

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 03 Juin 2014 15:45 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Si certains responsables connaissaient la vérité sur Staline, le fait de dévoiler en public ses crimes, même sous le sceau du secret, dans un Congrès du parti en plus, a été un choc considérable, y compris pour les communistes. K. a été critiqué pour avoir desservi son pays et le parti.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Juin 2014 16:23 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1307
Alain.g a écrit :
Il fut un temps où dans certains milieux intellectuels ne pas être communiste était un problème pour faire carrière et être admiré. Critiquer était adhérer au fascisme. il y avait un contexte porteur et le réseau communiste était puissant.
Le marxisme avait envahi des pans entiers de la pensée, très présent notamment dans l'université, présenté comme une évidence scientifique disait-on. L' imprégnation n'a jamais cessé tout-à-fait , même après 1989, expliquait J. F. Revel dans ses ouvrages dont le célèbre ni Marx ni Jésus, sans comprendre ce phénomène.
C'est indéniable. Mais c'était limité aux milieux intellectuels. Cela n'atteignait pas les milieux de pouvoir : administrations publiques (sauf enseignement et culture évidemment) et les milieux des affaires. Le quotidien Le Monde donnait le ton. Mais les chefs d'entreprise lisaient plutôt le Figaro, outre la presse économique fort peu marxiste.

J'ai connu successivement deux institutions de l'Etat : celle de l'Education Nationale comme élève et celle des armées comme militaire de carrière. J'ai constaté dans ces deux milieux une application symétrique du devoir de réserve : un professeur ne dit pas exprimer d'opinions de droite dans ses cours, un militaire ne doit pas exprimer d'opinions de gauche.

A contrario, ce qui suit est parfaitement admis.

Un prof de philo à ses élèves : " On s'étonne que des ouvriers votent à droite. Mais c'est facile à comprendre ! On les traite comme des chiens. Alors ils votent comme des chiens. "

Conversations entre militaires :
- Tu lis Le Monde ?
- Ben oui. Je prépare l'Ecole de Guerre. Il faut bien. Mais je n'aime pas du tout ce journal.

" De toutes façons, l'Ecole des Annales, c'est fini. On n'en parle plus." (Les militaires sont très portés sur l'histoire, mais assez sélectifs sur les historiens).

La photo officielle du président Mitterrand arrive par le courrier, destinée à remplacer dans le bureau du commandant celle du président Giscard d'Estaing :
- Tiens ! La photo du président.
- Tu veux mon poing sur la gueule ?

Au lendemain des élections municipales de 1983 : "On a gagné !".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Juin 2014 17:58 
Florian M. a écrit :
Que les dirigeants communistes aient une attitude trouble et douteuse jusqu'à juin 1941 n'importe finalement pas tant que ça si l'on pose la question des causes de la force du communisme en France :
Parce que certains faits ont été oubliés (volontairement ? pour garder une épée de Damoclès contre eux dans le cas où ils passeraient certaines limites ?), qui allaient jusqu'au sabotage de la production d'armements pendant la Drôle de guerre, obéissant (pour ceux qui y ont obéi) à une consigne de Moscou.
http://prisons-cherche-midi-mauzac.com/recherches/ces-quatre-fusilles-de-juin-1940-dont-on-ne-parle-pas-1227 Ca a d'ailleurs été discuté sur PH.


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Juin 2014 18:10 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Oct 2007 9:34
Message(s) : 3648
Localisation : Myrelingues la brumeuse
Ce que je regrette dans la phraséologie de l'ancien PCF ce sont les insultes B) et là dessus il étaient très forts lol avant guerre les sceptiques de gauche étaient soit des "fascistes " soit des "trotskystes, que ceux-ci le soient ou pas . Après guerre c'était plutôt les forces "Hitléro-trotskistes" ou "titistes" et en 1968 des "gauchistes". En fait les insultes envers la droite étaient beaucoup plus conventionnelles :mrgreen:

_________________
C'est l'ambition qui perd les hommes. Si Napoléon était resté officier d'artillerie, il serait encore sur le trône.

Mr Prudhomme


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Jan 2015 9:52 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1682
Christian27 a écrit :
Vous notez que j'ai écrit l'incroyable importance, ceci dans le sens que politiquement parlant les communistes on su exploiter politiquement leur participation, dont je ne me permettrai pas de la juger d'importance ou non en y ajoutant comme le souligne Florian la gloire de la victoire soviétique...ça fait beaucoup.

http://www.herodote.net/20_janvier_1946 ... 460120.php

Reconduit à la tête du gouvernement en novembre, le général de Gaulle hésite à donner un grand ministère au Parti communiste. Finalement, un MRP, Edmond Michelet, hérite de la Défense et un communiste prend la responsabilité des Armements. Les rapports se tendent très vite entre la nouvelle assemblée, imbue de sa légitimité électorale, et le prestigieux chef du gouvernement, qui ne supporte pas les atteintes à son autorité.

En Suisse les communistes, contrairement aux socialistes, n'eurent aucune action positive à revendiquer au cours de la mobilisation, ce qui politiquement a fait que la droite économique a eu le champ libre dès la fin de la guerre. la différence avec la France est flagrante.


Les mouvements communistes ont été électoralement très puissants en Europe de l'ouest là où les élections étaient libres.

En Espagne, il y a la dictature de Franco.

En Allemagne de l'ouest, il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas de parti communiste : celui-ci est interdit. Même si on peut douter qu'il ait rencontré un grand succès vu que l'Allemagne a été en guerre contre l'URSS et qu'elle guerre cela a été.

Le PC italien est plus puissant électoralement que le PCF.

La particularité expliquant l'emprise du PCF, c'est que contrairement au PCI il participe au pouvoir pendant 2 ans à la libération.

C'est aussi l'absence d'un système de valeurs concurrents comme les églises chrétiennes ont pu l'être dans les autres pays démocratiques. La France est le seul pays anticlérical d'Europe de l'ouest et les partis de gauche communient depuis près d'un siècle dans le "bouffage" de curés.
Le communisme français offre une transcendance. Il est une religion sans Dieu avec ses dogmes et ses pompes.

Toute une historiographie communiste et socialiste a rattaché le projet de révolution marxiste au grand événement national qu'à été la révolution française, dont il serait l'aboutissement logique. C'est un puissant facteur de légitimation dans un pays qui a plus que tout autre la passion de l'égalité.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Jan 2015 14:10 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2739
Caesar Scipio a écrit :
Christian27 a écrit :
Vous notez que j'ai écrit l'incroyable importance, ceci dans le sens que politiquement parlant les communistes on su exploiter politiquement leur participation, dont je ne me permettrai pas de la juger d'importance ou non en y ajoutant comme le souligne Florian la gloire de la victoire soviétique...ça fait beaucoup.


En Allemagne de l'ouest, il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas de parti communiste : celui-ci est interdit. Même si on peut douter qu'il ait rencontré un grand succès vu que l'Allemagne a été en guerre contre l'URSS et qu'elle guerre cela a été.
nité.


Où avez vous été chercher cela ?

Lisez wiki :

"En RFA, le KPD continue d'exister en tant qu'organisation séparée du SPD qui, en l'absence d'une pression soviétique, a refusé la fusion. Le KPD de l'ouest existe jusqu'en 1956, date à laquelle le Tribunal constitutionnel fédéral ordonne sa dissolution en tant qu'organisation inconstitutionnelle.
En 1968, l’interdiction est levée et le Parti communiste allemand (Deutsche Kommunistische Partei, DKP) prend la succession du KPD, mais demeure une force politique négligeable. Des militants poursuivent une activité clandestine, mais à partir de 1970 les restes du KPD de RFA se divisent en de nombreuses scissions et deviennent largement insignifiants. En 2009, certains petits groupes se revendiquent comme étant héritiers du KPD."

En 1949 le KPD avait recueilli 5,7% des voix et 2,2 % en 1953.

L'anticommunisme allemand peut s'expliquer de trois façons . D'abord en 1941, les soldats de la Wehrmacht ont pu constater la réalité du niveau de vie soviétique. Ensuite en 1944-45 ils ont pu voir la brutalité de l'armée rouge, fondée sur un mélange de nationalisme et de totalitarisme pas très différent de l'idéologie nationale socialiste. Enfin, ils ont ou observer à partir de 1946 la différence d'efficacite des systèmes capitaliste et socialiste en comparant la RDA et la RFA .


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Jan 2015 14:22 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1682
Mon raccourci était en effet un peu rapide : il a existé une petite décennie avant d'être interdit.

S'agissant du PCF, dans une uchronie où la France aurait militairement résisté à l'Allemagne, on peut imaginer que la France aurait été radicalement anti-communiste.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Jan 2015 17:10 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 22 Sep 2012 5:04
Message(s) : 92
Pouzet a écrit :
Quels sont le facteurs propres à la France qui expliquent cette importance ?
(et que l'on ne retrouve pas dans d'autres pays développés à l'exception de l'Italie)
Le rôle des communistes durant la résistance ? (mais le parti communiste était déjà très important avant guerre)
La tradition révolutionnaire française ?
La dureté des rapports sociaux en France ?


La tradition révolutionnaire française, surtout. Sans négliger les rapports étroits que nouaient
les intellectuels russes avec la France et leur amour pour ce pays. Beaucoup de ceux qui ont
fait la première révolution russe avaient séjourné en France, si ma mémoire est bonne, et ce
sont inspirés des idées qui faisaient le lit de la révolte.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2016 4:06 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1748
Localisation : Lyon-Vénissieux
Je me permets de faire remonter ce sujet très intéressant, en posant une question subsidiaire, quels étaient les départements ou l'ont votait le plus communiste ?
(par exemple lors des élections législatives de 1978)

Merci de vos aimables contributions.
:mrgreen: :mrgreen:

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2016 17:37 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 915
@Pouzet
Voila déjà quelques cartes. Je n'ai pas dans le livre La France qui vote de Frédéric Bon et Jean-Paul Cheylan la carte des législatives de 1978.

Image

Image



Image

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2016 20:18 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1748
Localisation : Lyon-Vénissieux
Merci cher(e) Oulligator de ces cartes passionnantes.
On constate donc que les grands bastions du communisme sont le Limousin, la région parisienne, la Provence, notamment.
Très intéressant !
:mrgreen: :mrgreen:

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2016 20:56 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
Il manque un bastion. (parce que la carte est de 56, je pense.) Jusqu'au durcissement de la guerre d'Algérie précisément en 56, Alger votait fortement communiste.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2016 22:24 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 915
Pour voir l'évolution quelques années après, voila carte des élections législatives de 1986 :

Image

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Nov 2016 18:25 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juil 2007 10:16
Message(s) : 888
Localisation : Aix en Provence
Il me semble qu'à part dans les pays nordiques et anglo-saxons, les partis communistes ont fait florès en Europe continentale dès le milieu des années 30. L'ouvriérisme des partis communistes séduisait les prolétaires et l'URSS, à cette époque, bénéficiait d'une aura incomparable pour les masses ouvrières européennes.
La résistance communiste à l'occupant nazi, dans toute l'Europe occupée, après l'attaque de l'URSS par le Reich, fut une caisse de résonnance sans précédent pour l'idéologie communiste, les communistes étant magnifiés dans leur geste résistante contre les nazis, résistance qui fut réelle mais amplifiée considérablement par la propagande des partis communistes, ce qui donna une aura incomparable à tous les communistes, après-guerre.
Premier parti après-guerre dans beaucoup de pays, le parti communiste français, via de nombreuses organisations satellites qui maillaient le tissu social français, a pérennisé son influence jusqu'au début des années 80. Il faut se rappeler que le score de Marchais, 15 %, à l'élection présidentielle de 1981, fut considéré comme un grave échec par les communistes. La chute de l'URSS et, surtout, la fermeture des grandes ensembles industriels français à partir des années 80, va enlever aux communistes leur électorat ouvrier traditionnel. L'idéologie communiste, déclinante, étant surtout peu en phase avec les nouvelles valeurs consuméristes et individualistes qui caractérisent, aujourd'hui, notre société tertiarisée.

_________________
Dieu ne joue pas aux dés !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Nov 2016 19:55 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1748
Localisation : Lyon-Vénissieux
Merci cher Tietie006 de votre intervention qui est très synthétique.
Puisque nous sommes sur le thème du communisme en France, quels ont pu être depuis 1919 les cotés positifs qu'a apporté le communisme à la société française et qui expliquerait logiquement l'importance de ce mouvement de pensé en France ?
Il y a eu sur ce forum un sujet sur "les cotés positifs du communisme en Europe de l'est" (voir viewtopic.php?f=82&t=24603&hilit=communisme+positifs+europe)

Pourquoi ne pas étendre ce sujet à la France en se demandant quels ont été les cotés positifs du communisme en France ?
Je vois pour les fonctionnaires le fameux statut de l'immédiat après guerre, les nationalisations des services publics pour les travailleurs, les augmentations de salaires qui ont obligés les entreprise à se moderniser ???

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB