Nous sommes actuellement le 28 Fév 2021 19:08

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 10 Juin 2019 18:23 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Fév 2019 15:28
Message(s) : 7
Bonjour à tous.

Je suis titulaire d'une licence d'Histoire. Après l'obtention de mon diplôme, j'ai fait le choix de rentrer dans la vie active.
Aujourd'hui, même si je ne regrette pas mon choix qui était lié à certaines problématiques personnelles, je ressens l'envie d'entreprendre un master d'Histoire en enseignement à distance, qui me permettrait d’obtenir un diplôme de niveau 1, nécessaire pour passer certains concours en candidat libre comme le CAPES, tout en travaillant en parallèle de mes études.

Cependant, je ne perçois pas ce diplôme comme une simple feuille de papier, j'ai réellement envie d'enrichir mes connaissances historiques, d'améliorer mes capacités de raisonnement, mon esprit critique, de me confronter à l'étude de sources, à la rédaction d'un mémoire...
Bref, je pense être motivé.

C'est donc dans l'optique d'obtenir des conseils et de discuter de ces formations à distance que je lance ce fil de discussion, qui, je l’espère, pourra intéresser d'éventuels candidats.

-----------------------------------------

Selon le site Diplodata, cinq universités proposent un master recherche en histoire en 2019.
J'ai déposé trois dossiers : à l'université de Nanterre, Caen et Bretagne Sud.
J'ai déjà une réponse favorable de Nanterre et je pense également être pris pour les deux autres, mon dossier étant correct et le nombre de postulants à ce genre de formation, j’imagine, faible.

Avant même de choisir un sujet de mémoire, il va donc falloir que je sélectionne un master... C'est aussi dans le but d'avoir des retours sur ces formations que j'ai lancé ce fil de discussion, n'hésitez donc pas à faire part de vos expériences.

J'ai essayé d'analyser ces trois formations à travers leur livret pédagogique. Hormis des volumes horaires qui diffèrent (seulement 60 heures par semestre pour le master à Bretagne Sud ?!) la structure des masters reste classique : quelques modules, des séminaires et le mémoire de recherche.

Concernant le mémoire, la aussi j'ai des interrogations : sur quels critères devrais-je orienter mon sujet ? Par simple intérêt thématique ? Faut-il "ruser" et choisir des sujets "tendances" (histoire des sensibilités...) ? Devrais-je me contenter d'un cadre classique ou serait-il pertinent de prendre de la distance, de s'aventurer dans des espaces que je connais peu (en étudiant, par exemple, l'image d'un pays asiatique en France durant l'époque moderne.)
Est-ce que je me pose les bonnes questions ?

Merci à celles et ceux qui pourront m'aiguiller, votre aide me sera précieuse.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2019 9:35 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 08 Jan 2014 16:12
Message(s) : 53
Bonjour JG773. Pour ma part, je suis actuellement en M1 à distance à Besançon. Je n'ai pas regardé le contenu des plaquettes des autres masters à distance que tu évoques, mais un des manques à Besançon est qu'hormis le mémoire, on n'a pas de cours ou séminaires sur sa spécialité. Le cursus est entièrement commun à tous les M1 ou M2 à distance, que l'on travaille sur la Grèce Classique, l'Eglise du XIVème ou les paysans du Berry face à la Guerre Mondiale !

Pour le choix du sujet de mémoire, je dirais que, surtout étant dans la vie active en parallèle, les deux premiers critères sont le goût pour le sujet et l'accès aux sources.
Rien ne sert de se "forcer" à prendre un sujet tendance ou original juste pour être tendance ou original ! De même si tu travailles à temps plein dans une ville, c'est sûr qu'un sujet nécessitant d'aller aux archives d'une ville à l'autre bout de la France, c'est un peu voué à l'échec.
Regarde aussi les thèmes de recherches des enseignants de ces différentes facs, cela peut t'orienter, voire même, pourquoi ne pas en contacter certains.

Au plaisir d'échanger si besoin :)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2019 9:53 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 781
Localisation : Paris
JG773 a écrit :
Avant même de choisir un sujet de mémoire, il va donc falloir que je sélectionne un master...

Si vous n'avez pas d'impératif géographique, j'aurais tendance à procéder dans l'autre sens : choisir un sujet de mémoire (ou disons une thématique générale - le suejt définitif sera défini avec un enseignant) et voir dans laquelle des universités mentionnées se trouve le ou la meilleur.e directeur.rice pour vous encadrer et l'offre de formation la plus adaptée à votre spécialité.

Citer :
Concernant le mémoire, la aussi j'ai des interrogations : sur quels critères devrais-je orienter mon sujet ? Par simple intérêt thématique ? Faut-il "ruser" et choisir des sujets "tendances" (histoire des sensibilités...) ? Devrais-je me contenter d'un cadre classique ou serait-il pertinent de prendre de la distance, de s'aventurer dans des espaces que je connais peu (en étudiant, par exemple, l'image d'un pays asiatique en France durant l'époque moderne.)
Est-ce que je me pose les bonnes questions ?

Selon moi, le premier critère est votre intérêt personnel.
Il n'y a pas de stratégie à faire dans ce domaine, d'autant que, si j'ai bien compris, vous faites cette formation par passion, ou dans le but de passer un jour le Capes, bref vous n'avez pas pour objectif de devenir un chercheur qui doit se positionner sur des sujets porteurs pour exister. Vous allez donc commencer par choisir une période dans l'une des quatre canoniques : ancienne, médiévale, moderne ou contemporaine. Et ensuite demandez-vous quel genre de thèmes vous intéresse.

Le second critère est la faisabilité. Pour un mémoire de recherche, vous allez vous confronter à des sources. Il faut donc être capable de les lire et de les comprendre. Vous devez donc choisir le sujet en fonction de vos compétences linguistiques et techniques : pouvez-vous lire des sources en anglais, allemand, latin, chinois, akkadien, etc. ? Etes-vous familier de la paléographie, l'épigraphie, l'archéologie, etc. ? Normalement, avec une formation en licence, vous n'êtes spécialiste de rien de tout ça, mais il faut que l'université dispense des formations adéquates et que vous ayez envie de les suivre.

Les bonnes questions sont donc vos envies (le plus important) et vos compétences actuelles ou susceptibles d'être acquises rapidement.
La "ruse" ne sert à rien, d'autant que vous n'êtes pas en mesure de juger vous-même des sujets "tendances" (il faut baigner en permanence dans un domaine pour savoir ce qui est porteur). C'est le/a directeur/rice que vous contacterez qui vous dira, en fonction de vos envies et compétences, ce qui est faisable et éventuellement ce qui est tendance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2019 21:08 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Fév 2019 15:28
Message(s) : 7
Merci à vous deux pour vos réponses.

Guigui69 : Tu as choisi ce master pour quelle(s) raison(s) au juste, si ce n'est pas indiscret ?
Tu arrives à suivre les cours sans te sentir trop isolé ? Entretiens-tu des contacts avec d'autres étudiants à distance de ta promo. "virtuelle" ?
Dernière question : quelle charge de travail demande ta formation en heures par semaine, approximativement ?

Je n'ai pas envoyé de dossier à l'Université de Franche-Comté parce que les frais de scolarité étaient un peu plus élevés que dans d'autres formations, et, surtout, parce qu'un sujet de mémoire avec biblio. était demandé dans le dossier de candidature et je préférais avoir plus de temps pour réfléchir à cette question.
Je comprends ta déception concernant la spécialisation en fonction de ton sujet.

Merci pour ces conseils, Helios.
Je comprends votre raisonnement, le problème, c'est que je suis pour l'heure très éclectique. Je n'ai pas eu la chance comme certains camarades de promo. d'avoir des affinités thématiques ou chronologiques. Je souhaiterais étudier l'histoire sociale, sans doute sur la période moderne, mais cela laisse des possibilités infinies de sujets.
Je ne souhaite pas faire cette formation uniquement par passion, j’aimerais également qu'elle puisse élargir mes perspectives professionnelles, concours ou pas, raison pour laquelle j’accorde de l'importance au sérieux de la formation. De plus, compte tenu des particularités de l’enseignement à distance, je préférerais être certains que la formation que je vais suivre accompagne convenablement les étudiants sans les laisser totalement livrés à eux-mêmes, d’où l’intérêt d'avoir des retours d'anciens étudiants. Quand je vois par exemple que le volume horaire de la formation à Bretagne Sud est de 60 heures par semestre, je me pose des questions... D'autant plus que cette formation spécialisée sur l'histoire maritime semble intéressante.

Cependant, je comprends à la lumière de vos deux messages que l’intérêt porté au sujet et la faisabilité (compétences et accès aux sources) devraient être mes seules préoccupations pour choisir mon sujet de mémoire.

Encore merci pour vos conseils avisés.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Juin 2019 8:59 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 08 Jan 2014 16:12
Message(s) : 53
Pour te répondre, j'ai pris ce master tout d'abord par rapport à la distance géographique. Je suis sur Lyon qui ne propose rien à distance et me voyais mal aller à Rennes pour les partiels... Et surtout car c'est la seule, ou une des seules facs qui proposent ses sessions de rattrapages fin août. Car de par mon travail, je ne peux jamais passer toutes les épreuves en janvier et mai. Et des rattrapages en juin / début juillet ne m'arrangent pas non plus.
Pour les contacts, c'est sûr qu'on se sent isolé. Mais ça fait 4 ans maintenant, j'ai l'habitude ! Le forum proposé par la fac n'est pas vraiment actif. Mais du coup, il y a un groupe Fb qui permet toute même d'échanger et de se sentir un peu moins seul, mais il n'y presque personne de master inscrit dessus.

Enfin, pour la charge de travail, je ne saurais pas trop estimer, cela dépend aussi de comment chacun gère ses cours. Sur cette partie, elle n'est pas énorme, je me mets vraiment dessus un mois/ un mois demi avant les partiels, à raison de 2 à 3 h par jour en moyenne. Ce qui prend le plus de temps, c'est le mémoire...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juin 2019 20:58 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Fév 2019 15:28
Message(s) : 7
Merci pour ces informations intéressantes Guigui69.
Quel est ton sujet de mémoire, par curiosité ? Donc, tu as également choisi de faire ta licence à distance ? Une réorientation j'imagine ?
Que comptes-tu faire après ton master ?

J'ai été pris pour la formation à Caen mais je ne pense pas y donner suite : j'ai regardé plus en détail le contenu de la formation et il n'y a pas de réel mémoire en M1, juste un travail de recherche qui prépare en amont le vrai mémoire du M2. Cela peut-être une bonne idée pour démarrer la recherche en douceur, mais cela ressemble finalement plus à une quatrième année de licence qu'à une première année de master...

Il me reste donc la fac de Nanterre, qui semble sérieuse et relativement proche de chez moi, et la formation à Bretagne Sud, plus confidentielle, mais qui propose des sujets de mémoire intéressants, dilemme à venir...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Juin 2019 8:54 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 08 Jan 2014 16:12
Message(s) : 53
Oui, j'ai fait aussi ma licence à distance. Au début, j'ai commencé par pur plaisir, sans objectif pro. Et petit à petit, la reconversion a fait son chemin, même si je ne suis pas encore arrêté sur la suite à donner aux événements !
A Besançon aussi, on a qu'un seul mémoire à rendre en M2 uniquement. En M1 il faut seulement en rendre une partie, ou certains profs notent juste à l'avancée des recherches. Et je t'avoue qu'heureusement, je ne sais pas comment j'aurais pu faire un mémoire en M1 avec en plus les cours, le boulot et un peu de vie perso !
Mon mémoire est sur le thème de Lyon à la veille de guerres de religion, entre 1560 et 1562.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Avr 2020 22:35 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Jan 2020 17:59
Message(s) : 28
Bonjour,

Je serais curieux quant à la quantité de travail que demande le master à distance à Caen, si certains d'entre vous ont suivi ce programme. La charge horaire officielle est faible, mais si je ne m'abuse beaucoup de cours sont des séminaires, et donc je suppose qu'il y a un aspect important de recherche ce qui peut être très exigeant en terme de temps (pour bien le faire).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2020 17:07 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Jan 2020 17:59
Message(s) : 28
Bonjour,

Il s'avère que je suis admis en M1 au master d'histoire en EAD de l'université de Bretagne Sud, mentionné plus haut. J'ai aussi fait un dossier pour celui de Caen. Je compte suivre les cours et séminaires d'histoire ancienne et le séminaire d'érudition numérique (s'il est proposé). J'ai l'accord d'un directeur de mémoire pour Caen, et pour l'UBS j'en discute bientôt avec un professeur.

Ils étaient pour moi les deux seuls choix possibles, qui permettent de ne suivre que les cours relatifs à la période qui m'intéresse, et sont proposés en enseignement à distance. Il me semble que le master de l'UBS est plus léger encore que celui de Caen en terme de charge de cours, avec une plus grande place allouée à la recherche. Quelqu'un aurait-il une perspective sur l'enseignement (en général et pour l'histoire ancienne) dans l'un ou l'autre de ces établissements ?

Merci !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2020 18:55 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Fév 2019 15:28
Message(s) : 7
Bonjour,

En tout cas, celui de Nanterre est léger en terme de travail nécessaire. Le seul élément qui prend une charge de travail importante est bien sur le mémoire. Il y a certes un certain nombre de séminaires (surtout au S1) mais les évaluations sont, le plus souvent, des fiches de lecture qui ne demandent pas des journées de recherche...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Déc 2020 18:00 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Jan 2020 17:59
Message(s) : 28
Bonjour,

Je confirme les informations de JG773. Pour ce qui concerne le master de l'UBS, la charge de travail liée aux cours n'est pas très importante. Il y a deux cours d'histoire qu'il faut suivre et qui donnent lieu à une synthèse ou une dissertation, et des séminaires dont il faut aussi faire une synthèse. En revanche, le mémoire constitue un travail beaucoup plus important. C'est exactement ce que je recherchais, donc je suis très content de cette organisation.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2021 19:19 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 31 Déc 2018 11:46
Message(s) : 1
Bonjour à tous,

Je me permets de revenir sur ce post qui m’intéresse au plus haut point.

Âgé de 31ans, j’envisage depuis plusieurs années de reprendre des études. Etant en CDI, je m’oriente vers des études à distance.
Passionné par l’histoire depuis toujours, je souhaiterai par plaisir entreprendre des études dans cette voie.

Je suis particulièrement mordu de la période de la seconde guerre mondiale. Mes nombreuses lectures et recherches sont principalement en rapport avec la déportation et la shoah. J’effectue également à titre personnel des investigations sur la collaboration et la résistance en Haute-Normandie durant l’année 1944.

J’ai un bac +5 (Ecole Supérieure de Commerce) pour lequel j’ai rédigé un mémoire de recherches scientifiques.
Néanmoins, mon cursus scolaire est plus atypique (BEP / BAC PRO / BTS / LICENCE PRO / ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE).

Je souhaite m’orienter vers un master d’histoire à distance afin d’effectuer un mémoire de recherches en lien avec la seconde guerre mondiale.
J’ai vu ceux de Nanterre / UBS / Besançon / Caen.
A priori, celui de Caen correspondrait mieux à mes attentes.

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous qu’au vue de mon cursus, cela est possible d’entrer directement en Master ?
Me conseillez-vous de prendre contact avant toute demande d’inscription avec un directeur de recherche ?

En vous remerciant par avance.

Bon week-end
Aurélien


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2021 12:34 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 08 Jan 2014 16:12
Message(s) : 53
Bonjour Aurélien, à mon avis, avant de contacter un directeur de recherche, voit avec l'administration de l'université si tu peux bien accéder au master directement. À la base, l'entrée en master est sélective, donc venant d'un cursus commercial, j'ignore totalement si ça peut se faire ou pas. (après, je pense qu'ils sont bien moins sélectifs en cursus à distance étant donné qu'on leur ramène des sous sans prendre de places en présentiel...^^)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2021 13:20 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Jan 2020 17:59
Message(s) : 28
Bonjour,

Je pense que je peux apporter quelques éléments de réponse sur le sujet.
Je suis moi-même rentré en master sans avoir de licence d'histoire, mais sur la base de mon diplôme d'école de commerce, donc dans une situation comparable à celle d'Aurélien. (J'étais admis à Caen aussi d'ailleurs). Le principe est que le diplôme d'école est au moins équivalent à une licence en sciences humaines et sociales, dont font en principe partie l'économie et la gestion. Formellement, nombre de masters d'histoire exigent une licence en SHS pour y entrer, pas stricto sensu en histoire. Si ta licence pro est dans un domaine connexe aux SHS c'est encore mieux.

Cependant, cela ne satisfait qu'une exigence d'ordre administratif - le fait qu'il faille une licence pour entrer en master. Il faut en outre pouvoir justifier d'avoir un niveau suffisant en histoire. Juste un diplôme d'ESC, de ce point de vue, ca ne suffit pas. Si tu as eu quelques cours d'histoire contemporaine dans ton cursus, ça, ça peut servir.
Dans mon cas, comme je suis axé sur l'histoire ancienne, je l'ai fait en validant quelques cours d'histoire à Domuni (ce qui avait l'intérêt de pouvoir être fait hors calendrier purement scolaire), en maintenant une liste détaillée de mes lectures et de divers cours/MOOC que j'avais suivis, et puis en justifiant d'un bon niveau en latin/grec.
Je pense que pour ton domaine, si tu peux aussi démontrer une bonne maîtrise de l'anglais et de l'allemand, ça peut bien aider.

Enfin, pour ceux qui travaillent et n'apprécient pas forcément de devoir prendre 2 sem de vacances pour aller passer des exams (lorsque on réside loin de la fac), il faut noter que UBS et Caen n'exigent pas de présentiel pour les exams, alors que Nanterre et Besançon, si.

Bottom line, Aurélien, si dans tes études tu as fait par toi même ce qui pourrait permettre d'entrer en master, alors tu dois avoir assez d'éléments pour le justifier. Il faut bien les rassembler, les évaluer, et les présenter dans ton dossier.

Log


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Fév 2021 19:12 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 31 Jan 2021 18:43
Message(s) : 1
Bonjour à tous !

Je me permets de répondre à mon tour à ce sujet qui m'intéresse et me concerne :).

Je me reconnais parfaitement dans la situation d'Aurélien. J'ai 30 ans et j'ai commencé l'an dernier une licence d'histoire à distance au CTU de Besançon. Je suis donc actuellement en 2ème année de licence et ça se passe très bien.
J'ai également effectué un parcours semblable à ceux d'Aurélien et log : Bac Techno - BTS - Master en ESC.

Je suis dans la vie active depuis quelques années et l'an dernier j'ai eu une certaine nostalgie pour la vie étudiante ^^. Comme beaucoup je suis passionné d'histoire depuis tout petit et j'ai eu envie de me donner des bases solides dans le domaine. Pour moi les lectures indépendantes et les documentaires ne me suffisaient plus, j'avais besoin d'une "trame", d'une vue d'ensemble de l'histoire et de vrais cours enseignés par des professionnels. Quoi de mieux qu'une licence d'histoire pour cela !
A la base ma démarche était donc purement culturelle, j'ai candidaté à Besançon sans stress en me disant "j'essaie la première année et on verra bien". Finalement je suis très content de ce cursus ! Il est très bien organisé, on est suivi de près par la scolarité et les professeurs qui nous considèrent comme des élèves classiques. Nous ne sommes aucunement mis de côté ou délaissés en raison de notre enseignement à distance, ce qui est très appréciable. En plus la gestion de ces études en parallèle de la vie pro se fait très bien et les conditions de validation des semestres sont assez souples. Franchement on peut faire cette licence sans trop de prise de tête.

Maintenant que j'ai bien avancé dans la licence je suis presque sûr de vouloir continuer en master dans la même université (ce que je n'avais pas prévu au départ). Les domaines de recherches des profs habilités sont très variés donc il y a un large choix de sujets.
Actuellement je fais toujours cela pour ma culture personnelle, mais dans un coin de ma tête je me constitue un cursus pour un éventuel changement de carrière dans quelques années. Je n'en suis pas encore là mais c'est une option.

Alors maintenant que j'ai présenté ma situation, je vais répondre concrètement aux interrogations d'Aurélien ^^.
D'abord dans le guide des études d'histoire du CTU de Besançon (que vous pouvez trouver sur le site), voici ce qui est indiqué page 33 :
"Avant de vous lancer dans une quelconque démarche, il est également nécessaire de savoir que seule une licence d’histoire ou de même domaine, Sciences Humaines et Sociales (par exemple : philosophie, sociologie, psychologie…) peut permettre de prétendre à une inscription en Master Histoire."

Voilà, donc pour Besançon les choses sont très claires. Maintenant à mon avis, c'est vrai qu'il faut un bagage solide pour aborder sereinement un master d'histoire. Il faut non seulement des connaissances globales et pointues mais aussi des méthodes de recherche et de rédaction. Ces méthodes sont certes enseignées en Master, mais les bases sont données en licence.

Après je ne sais pas ce qu'exigent les autres universités à ce sujet, mais j'en sais quelque chose, un diplôme d'ESC n'est effectivement pas suffisant pour faire un master d'histoire. Le mémoire qu'on a pu effectuer en ESC n'a clairement pas les mêmes exigences ni les mêmes objectifs qu'un mémoire en histoire (d'après ce que j'ai vu sur les guides et les présentations du Master).
En licence par contre, ton diplôme te permettra de valider d'office des matières annexes comme le droit, l'informatique et les langues étrangères par exemple. En effet, les équivalences sont prises en compte lors de l'inscription, ce qui n'est pas négligeable. Ceci te permettra de te concentrer uniquement sur ce qui t'intéresse vraiment : les matières purement historiques.

Maintenant tout dépend de tes objectifs. Je me permets de te donner des conseils concrets et directs car on a presque le même âge et le même cursus. Sache simplement qu'en master il y a peu de cours d'histoire dans le sens premier du terme. Tu auras des cours de méthodologies et de suivi de mémoire mais assez peu de cours de connaissances purement historiques. De plus, tu travailleras seul sur un sujet très précis que tu devras présenter au fur et à mesure à ton tuteur. Ce diplôme est donc davantage un travail de production que d'acquisition de connaissances.

Pour résumé mon propos, voici ce que je te conseille selon ta situation, tes envies et tes objectifs :

- Si tu souhaites simplement acquérir des connaissances historiques et une base solide dans ce domaine, je te conseille vivement la licence. Toutes les périodes sont abordées, de l'histoire ancienne à l'histoire contemporaine. En plus des cours, tu acquiers de la méthodologie et les profs te donnent une multitude de références bibliographiques très sérieuses pour approfondir tes connaissances.

- Si tu penses avoir déjà une large connaissance historique et que tu veux travailler sur un sujet très précis, alors effectivement le master serait le mieux (si tu trouves une université qui accepte une inscription avec un diplôme d'ESC).

- Si tu souhaites effectuer un changement de carrière à moyen ou long terme, je te conseille de faire la totale ^^ (étant jeune trentenaire, tu as le temps de faire ça dans les règles de l'art :wink: ).

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout et à bientôt ^^.

Victor


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB