A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Mai 2018 9:25

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 15 Juin 2012 10:12 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Oct 2006 22:46
Message(s) : 434
Cette chanson qui a connu le succès que l'on sait et dont le thème essentiel se base sur l'antiracisme.
Quand on l'écoute aujourd'hui on constate 4 choses:

Elle a été écrit durant l'ère Mitterand et le début des campagnes contre le racisme. Donc dans le courant politique de l'époque.
Elle a été écrite pour son public, assez jeune mais aussi en apparence à destination des jeunes filles immigrées de la 2nde génération.
Une chanson faite pour la gauche et plaire au public de gauche avant tout. Bref une chanson très politique.
Aujourd'hui, cette chanson et Daniel Balavoine semblent oubliés et tellement anachroniques avec les problèmes de société que connait la société française actuellement. Pourquoi ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juin 2012 0:13 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1795
Localisation : Nanterre
On entend encore cette chanson sur Nostalgie :wink:
Citer :
Aujourd'hui, cette chanson et Daniel Balavoine semblent oubliés et tellement anachroniques avec les problèmes de société que connait la société française actuellement. Pourquoi ?
Une partie de la réponse est dans les observations, et le texte de la chanson.
Gevaudan a écrit :
Elle a été écrite pour son public, assez jeune mais aussi en apparence à destination des jeunes filles immigrées de la 2nde génération.
De ce côté-là, les rencontres et les mélanges n'ont jamais posé de problèmes en France, comme le montre le taux d'exogamie des Maghrébins : en 1992, selon Emmanuel Todd, 9 % des femmes et 20 % des hommes immigrés ont un conjoint né en France, de deux parents français ; si on considère les enfants arrivés en France avant 15 ans, on obtient 22 % des hommes et 20 % des femmes. C'est une grande différence avec les États-Unis, où les mariages mixtes demeurent rares.

Toutefois, c'est à la fin des années 80 que les termes du problème se modifient : le (non) problème de refus des relations avec les immigrés par les Français "de souche" (désolé pour le vilain mot, quasiment anachronique dans son acception actuelle) est remplacé par celui du refus par les immigrés des normes culturelles et sociétales de la société d'accueil, avec en particulier le retour du contrôle social des filles. En 1989, c'est la première affaire du foulard islamique traitée avec difficulté par Lionel Jospin.
À cela, s'ajouteront les problèmes dû à la montée du chômage, ainsi que par l'effet de ghettoïsation des banlieues.

Bref, pour faire cynique, la petite Laziza a aujourd'hui bien d'autre problème que de danser avec un garçon, qui n'attend que ça : échapper à la vigilance de son grand frère et trouver du travail.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juin 2012 0:27 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15997
Localisation : Alsace, Colmar
Pour bien répondre à cette question, il faudrait empiéter largement sur la frontière chronologique.

Dans les années 80, de nombreux professeurs avaient noté le différence de parcours professionnel entre les "beurs" et les "beurettes". Alors que les premiers avaient tendance a abandonner les études en disant que ça ne servait à rien d'étudier pour devenir chômeur, les filles misaient tout sur l'école. J'avais discuté avec un professeur de mathématique de collège en 1992 : les 5 premières d'une classe de 4ème étaient des filles d'immigrés, suivies par un mix de garçons et de filles qui n'étaient pas des fils ou filles d'immigrés de la première génération. Les derniers de la classe étaient des garçons fils d'immigrés d'origine nord-africaine. Et cela se répétait dans pas mal de classes.

Pour comparer avec la situation de maintenant, il suffit d'ouvrir la presse d'aujourd'hui.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juin 2012 2:30 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 12 Mai 2012 3:13
Message(s) : 929
Citer :
Pour bien répondre à cette question, il faudrait empiéter largement sur la frontière chronologique.


Justement la presse d'aujourd'hui est à manier avec des pincettes. Et tous les débats méritent un regard un minimum objectif ce qui est loin d'être le cas de toute la presse. ;)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juin 2012 7:51 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15997
Localisation : Alsace, Colmar
Saladin a écrit :
Citer :
Pour bien répondre à cette question, il faudrait empiéter largement sur la frontière chronologique.


Justement la presse d'aujourd'hui est à manier avec des pincettes. Et tous les débats méritent un regard un minimum objectif ce qui est loin d'être le cas de toute la presse. ;)


Je ne parlais pas de la presse en général, mais d'un article en particulier qui parle du chômage des enfants d'immigrés. Je précise pour éviter qu'on se fourvoie dans un débat qui n'a pas lieu d'être.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juin 2012 13:52 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 12 Mai 2012 3:13
Message(s) : 929
Au temps pour moi Narduccio,

pour revenir au sujet cette chanson de Balavoine est comme vous l'avez précisez fruit d'un contexte précis. Les combats anti-racistes des années 1980, l'affaire Malik Oussekine, les générations d'enfants d'immigrés français... Aujourd'hui, les questions ne sont plus les même mais les problématiques de fond sont toujours là et ce depuis des décennies.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Juin 2012 20:55 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Oct 2006 22:46
Message(s) : 434
Nebuchadnezar a écrit :
Bref, pour faire cynique, la petite Laziza a aujourd'hui bien d'autre problème que de danser avec un garçon, qui n'attend que ça : échapper à la vigilance de son grand frère et trouver du travail.


Disons 2 choses:

D'abord laziza a bien changé. Soit elle est émancipée soit elle ne l'est pas du tout (problème des banlieues, islamisme).
D'autre part, j'ai l'impression que Daniel Balavoine n'avait pas véritablement conscience de la réalité des jeunes femmes issues de l'immigration musulmane. Ou plutôt n'avait-il pas une vision angélique des choses ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Juin 2012 2:29 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 12 Mai 2012 3:13
Message(s) : 929
Citer :
D'abord laziza a bien changé. Soit elle est émancipée soit elle ne l'est pas du tout (problème des banlieues, islamisme).


La question est de savoir pour vous qu'est ce qu'une Laziza émancipée ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Juin 2012 13:19 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Oct 2006 22:46
Message(s) : 434
Saladin a écrit :
La question est de savoir pour vous qu'est ce qu'une Laziza émancipée ?


Je crois que là on sort un peu du sujet mais pour répondre à votre question, je dirais qu'une laziza émancipée est plutôt une jeune femme de 2012 plutôt que celle de 1985, année de création de la chanson. De plus quand je vois le clip lié à la chanson, j'y vois plutôt comme un amalgame avec les évènements d'Algérie de 1962 et l'OAS.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Juin 2012 15:23 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Il me semble que les paroles de Laziza gardent un sens mais dans un cadre différent:
" Danse avec moi
Que tu vives ici ou là-bas
Ce n'est pas un problème pour moi
L'Aziza, Si tu crois que ta vie est la
Il n'y a pas de loi contre ça
L'Aziza, fille enfant de prophète roi
Ta couleur et tes mots tout me va "

La chanson appelle à passer au dessus des origines et des religions, en citant l'étoile jaune d'une manière indirecte ( "ton étoile jaune c'est ta peau tu n'as pas le choix" ), comme une barrière également à dépasser. Le message est toujours valable.
Il y a toutefois une différence entre 1985 et aujourd'hui, la réticence semble à certains égards avoir changé de côté, elle est maintenant religieuse et celle des pères et frères. C'est donc aux blocages de sa famille que Laziza doit être invitée et non plus aux barrages liés à la peau.
On lit ou entend la chanson autrement qu'en 1985 mais les paroles conservent leur force, un appel au dépassement des différences.
La musique demeure belle, éternelle. Curieux de voir les chansons d'il y a 30 ans revenir en force.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Juin 2012 23:24 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1795
Localisation : Nanterre
Gevaudan a écrit :
D'autre part, j'ai l'impression que Daniel Balavoine n'avait pas véritablement conscience de la réalité des jeunes femmes issues de l'immigration musulmane. Ou plutôt n'avait-il pas une vision angélique des choses ?
Cette réalité n'était pas encore prégnante. L'islamisme s'est imposé graduellement dans les sociétés musulmanes. On ne le répétera jamais assez : ce n'est pas une résistance à la modernité, mais un mouvement récent qui monte en puissance.
En l'occurrence, c'était à l'époque un mouvement lointain, qui ne concernait que l'Iran depuis 1979 - et l'Arabie Saoudite, mais ça, c'était naturel. La véritable prise de conscience aura lieu plus tard, avec d'une part l'affaire du voile avec Jospin en 89, comme je l'ai dit, et à un niveau plus politique en 1991 avec la victoire du FIS aux élections algériennes.

Gevaudan a écrit :
Je crois que là on sort un peu du sujet mais pour répondre à votre question, je dirais qu'une laziza émancipée est plutôt une jeune femme de 2012 plutôt que celle de 1985, année de création de la chanson. De plus quand je vois le clip lié à la chanson, j'y vois plutôt comme un amalgame avec les évènements d'Algérie de 1962 et l'OAS.
En fait, le racisme, à l'époque, le racisme était surtout illustré dans les films et les clips par des agressions physiques, comme dans Dupont Lajoie (1975). D'ailleurs, des faits divers montrent que ces agressions pouvaient être une réalité . Ce n'est que plus tard qu'on s'est mis à le traquer dans des petites phrases ou dans des statistiques de chômage. Les propos de Georges Marchais en 1981 ne seraient plus tenables aujourd'hui : "il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficile leurs relations avec les Français."

Maintenant, pourquoi ne pas afficher le clip en entier pour en faire le commentaire ? Déjà, le titre originale est "L'Aziza".

Le clip s'articule en 4 parties.
  1. Des enfants dans un Maroc de carton-pâte
  2. L'Aziza qui passe sous la Tour Eiffel, d'une démarche conquérante ; vue du chanteur et de son groupe dans une chorégraphie disco dont on se demande ce qu'elle fait là (hé bé, ça nous rajeunit pas tout ça)
  3. L'agression raciste, l'Aziza étant sauvée par le chanteur qui déclenche la foudre avec sa guitare (à l'époque, ça devait paraître crédible lol lol )
  4. Retour au Maroc de l'Aziza et du chanteur, qui font pleuvoir sur les enfants une pluie de billets de banque 8-|
La vision est datée, et paraît aujourd'hui très paternaliste : à l'étranger, il n'y a que des enfants misérables ; la femme courageuse qui va au loin ramener la richesse ; le courageux jeune homme qui la sauve des gros méchants... et le tout sur une musique géniale :wink: Tiens, si je cherchais les Forbans, moi ?

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juin 2012 0:26 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Mai 2012 19:46
Message(s) : 4
Bonsoir,

En tant que grand amateur de la musique de Daniel Balavoine depuis maintenant 7 ans, je me devais à moi même et à la mémoire de Daniel Balavoine de participer à cette discussion et de corriger les inepties de certaines personnes .

Je pense que vous allez trop loin dans l'analyse. Cette chanson a d'abord été faite pour sa compagne, Corinne, juive (c'est pour cela qu'il dit "ton étoile jaune c'est ta peau") d'origine marocaine (c'est pour cela qu'il situe l'action dans une Petite rue de casbah, Au milieu de Casa, l'aziza veut dire en arabe la chose la plus chère (sous entendu au monde). S'il a écrit l'Aziza c'est avant tout pour elle, c'est un chanson pour sa femme, une déclaration d'amour musicale, où il dit que sa campagne est la chose la plus chère qu'il a sur ce bas monde (sens du mot l'aziza).

Après oui, quand on écoute plusieurs fois cette chanson, qui paraît aux premiers abord légère, on prend conscience de sa dimension antiraciste mais attention à ne pas faire de contre-sens n'est-ce pas Gevaudan!!! Balavoine n'a pas écrit L'Aziza pour la gauche et son public. Balavoine était sceptique vis à vis de SOS Racisme «Ce qui me gêne dans SOS Racisme, c'est de chercher à faire croire aux gens qu'on peut mélanger les races sans qu'il y ait le moindre problème, soulignait-il en novembre 1985 à Paris Match. Or, ce qui fait la beauté des races, c'est leur différence. Il y a un énorme fossé entre les races, mais il faut apprendre à le franchir.». En une phrase Balavoine résume ici l'état d'esprit de la chanson n'allez pas chercher plus loin. Ce n'est pas parce que Balavoine a reçu un prix de S.O.S Racisme pour cette chanson que Balavoine était Pro-S.O.S Racisme. Faites attention aux contresens : ne pas faire de la conséquence de la chanson (l'attribution d'un prix par SOS Racisme) une cause de la de la chanson (chanson écrite pour SOS Racisme). L'Aziza n'a pas de message politique, son seul message c'est «L'amour dépasse toutes les barrières d'origine, de religion et de couleur de peau.». Ce n'est pas un message politique mais un message humain.

Cette chanson n'est pas anachronique : Balavoine disait «Je vis avec une femme qui est juive marocaine. Aussi lorsque j'entends certaines personnes dire qu'il faut foutre dehors les immigrés, j'ai peur qu'on me l'enlève.». Balavoine fait implicitement référence à la montée du Front National dans les années 1980, chose ô combien actuelle (l'entrée à l'Assemblée Nationale de deux députés du Rassemblement Bleu Marine et le score de Marine Le Pen à l'élection présidentielle vous le prouvent).

Gevaudan :Sachez que la chanson l'Aziza est loin d'être tombée dans l'oubli. Ce n'est pas parce que votre milieu familial, amical, social, politique ou professionnel ne l'écoute pas que plus personne n'écoute cette chanson aujourd'hui, loin s'en faut.

Cordialement

PS : J'invite tout le monde à lire le livre de Didier Varod Le Roman de Daniel Balavoine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juin 2012 8:49 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Oct 2006 22:46
Message(s) : 434
Nebuchadnezar a écrit :
Cette réalité n'était pas encore prégnante. L'islamisme s'est imposé graduellement dans les sociétés musulmanes. On ne le répétera jamais assez : ce n'est pas une résistance à la modernité, mais un mouvement récent qui monte en puissance.
En l'occurrence, c'était à l'époque un mouvement lointain, qui ne concernait que l'Iran depuis 1979 - et l'Arabie Saoudite, mais ça, c'était naturel. La véritable prise de conscience aura lieu plus tard, avec d'une part l'affaire du voile avec Jospin en 89, comme je l'ai dit, et à un niveau plus politique en 1991 avec la victoire du FIS aux élections algériennes.


Certes mais ce que je voulais dire par là, c'est que le quotidien des femmes musulmanes étaient loin d'être aussi rose que dans la chanson.

Gevaudan a écrit :
En fait, le racisme, à l'époque, le racisme était surtout illustré dans les films et les clips par des agressions physiques, comme dans Dupont Lajoie (1975). D'ailleurs, des faits divers montrent que ces agressions pouvaient être une réalité . Ce n'est que plus tard qu'on s'est mis à le traquer dans des petites phrases ou dans des statistiques de chômage. Les propos de Georges Marchais en 1981 ne seraient plus tenables aujourd'hui : "il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficile leurs relations avec les Français."
Maintenant, pourquoi ne pas afficher le clip en entier pour en faire le commentaire ? Déjà, le titre originale est "L'Aziza".
Le clip s'articule en 4 parties.
  1. Des enfants dans un Maroc de carton-pâte
  2. L'Aziza qui passe sous la Tour Eiffel, d'une démarche conquérante ; vue du chanteur et de son groupe dans une chorégraphie disco dont on se demande ce qu'elle fait là (hé bé, ça nous rajeunit pas tout ça)
  3. L'agression raciste, l'Aziza étant sauvée par le chanteur qui déclenche la foudre avec sa guitare (à l'époque, ça devait paraître crédible lol lol )
  4. Retour au Maroc de l'Aziza et du chanteur, qui font pleuvoir sur les enfants une pluie de billets de banque 8-|
La vision est datée, et paraît aujourd'hui très paternaliste : à l'étranger, il n'y a que des enfants misérables ; la femme courageuse qui va au loin ramener la richesse ; le courageux jeune homme qui la sauve des gros méchants... et le tout sur une musique géniale :wink: Tiens, si je cherchais les Forbans, moi ?


Oui mais quelque part, Daniel Balavoine n'était ils pas en décalage par rapport au temps. Mai 1981 avait marqué une coupure par rapport à l'OAS et aux années 70 de "Dupont-lajoie". En tous les cas, la vidéo me parait très naive ou bien reflète plutôt une vision très personnelle de la vie de D.Balavoine.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juin 2012 9:02 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Oct 2006 22:46
Message(s) : 434
nihil-novi-sub-sole a écrit :
Je pense que vous allez trop loin dans l'analyse. Cette chanson a d'abord été faite pour sa compagne, Corinne, juive (c'est pour cela qu'il dit "ton étoile jaune c'est ta peau") d'origine marocaine (c'est pour cela qu'il situe l'action dans une Petite rue de casbah, Au milieu de Casa, l'aziza veut dire en arabe la chose la plus chère (sous entendu au monde). S'il a écrit l'Aziza c'est avant tout pour elle, c'est un chanson pour sa femme, une déclaration d'amour musicale, où il dit que sa campagne est la chose la plus chère qu'il a sur ce bas monde (sens du mot l'aziza).

Après oui, quand on écoute plusieurs fois cette chanson, qui paraît aux premiers abord légère, on prend conscience de sa dimension antiraciste mais attention à ne pas faire de contre-sens n'est-ce pas Gevaudan!!! Balavoine n'a pas écrit L'Aziza pour la gauche et son public. Balavoine était sceptique vis à vis de SOS Racisme «Ce qui me gêne dans SOS Racisme, c'est de chercher à faire croire aux gens qu'on peut mélanger les races sans qu'il y ait le moindre problème, soulignait-il en novembre 1985 à Paris Match. Or, ce qui fait la beauté des races, c'est leur différence. Il y a un énorme fossé entre les races, mais il faut apprendre à le franchir.». En une phrase Balavoine résume ici l'état d'esprit de la chanson n'allez pas chercher plus loin. Ce n'est pas parce que Balavoine a reçu un prix de S.O.S Racisme pour cette chanson que Balavoine était Pro-S.O.S Racisme. Faites attention aux contresens : ne pas faire de la conséquence de la chanson (l'attribution d'un prix par SOS Racisme) une cause de la de la chanson (chanson écrite pour SOS Racisme). L'Aziza n'a pas de message politique, son seul message c'est «L'amour dépasse toutes les barrières d'origine, de religion et de couleur de peau.». Ce n'est pas un message politique mais un message humain.

Cette chanson n'est pas anachronique : Balavoine disait «Je vis avec une femme qui est juive marocaine. Aussi lorsque j'entends certaines personnes dire qu'il faut foutre dehors les immigrés, j'ai peur qu'on me l'enlève.». Balavoine fait implicitement référence à la montée du Front National dans les années 1980, chose ô combien actuelle (l'entrée à l'Assemblée Nationale de deux députés du Rassemblement Bleu Marine et le score de Marine Le Pen à l'élection présidentielle vous le prouvent).

Gevaudan :Sachez que la chanson l'Aziza est loin d'être tombée dans l'oubli. Ce n'est pas parce que votre milieu familial, amical, social, politique ou professionnel ne l'écoute pas que plus personne n'écoute cette chanson aujourd'hui, loin s'en faut.

Cordialement

PS : J'invite tout le monde à lire le livre de Didier Varod Le Roman de Daniel Balavoine


nihil-novi-sub-sole,

Que vous soyez un fan de Balavoine est une chose mais pour être franc, qui écoute Balavoine ? Peu de monde hormis des gens passionnés comme vous. J'ai aimé certaines de ses chansons mais à vrai dire, il est passé de mode même si certains de ses messages sont encore d'actualité.

Par contre je n'avais pas fais attention à l'origine juive de sa femme mais je pense pas que ce soit le plus important dans la chanson car avant tout elle parle d'amour comme vous dites mais aussi des enfants, de l'immigration, de l'intolérance etc..

Pour le reste, j'avais trouvé que le personnage et la chanson avait été récupéré politiquement.

PS: pardon de ne pas développer plus mais j'ai un problème de clavier et je suis au travail :rool:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juin 2012 21:38 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1795
Localisation : Nanterre
Les artistes ont toujours un temps de retard par rapport à la réalité sociale de leur époque. Ils s'adressent à leur public, qui n'appréhende pas toujours les transformations dont il est l'objet. Il n'est donc pas étonnant que cette chanson, et surtout son clip, brasse des images qui après coup nous paraissent dépassées.
Gevaudan a écrit :
Certes mais ce que je voulais dire par là, c'est que le quotidien des femmes musulmanes étaient loin d'être aussi rose que dans la chanson.
Quotidien rose, certainement pas. Mais la religion est moins présente, ce n'est qu'un reste de traditions. C'est à cette époque que la figure de la beurette caissière de supermarché commence à émerger.
Parallèlement, les premières revendications identitaires apparaissent.

Citer :
Oui mais quelque part, Daniel Balavoine n'était ils pas en décalage par rapport au temps. Mai 1981 avait marqué une coupure par rapport à l'OAS et aux années 70 de "Dupont-lajoie". En tous les cas, la vidéo me parait très naive ou bien reflète plutôt une vision très personnelle de la vie de D.Balavoine.
En même temps, ce n'est qu'un clip : ça ne peut chercher loin. Exprimer un acte raciste sans parole n'est pas évident. Mais cela permet de caser une séquence de sauvetage fantastique à la Michael Jackson :wink:

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB