Forum Histoire - Passion Histoire
http://passion-histoire.net/

Etre une femme
http://passion-histoire.net/viewtopic.php?f=87&t=41429
Page 1 sur 3

Auteur :  Vellavius [ 01 Juin 2019 18:10 ]
Sujet du message :  Etre une femme

Bonsoir,

j'aimerai mettre en débat l'analyse suivante sur la chanson Etre une femme de Michel Sardou (1981).
Une chanson qui n'a pas un docte but et qui doit être prise avec légèreté. Néanmoins, elle s'insère dans un contexte précis, celui de l'évolution de la condition des femmes depuis la fin de la 2nde Guerre mondiale.

Deux thèmes sont présents dans la chanson:
- la conquête de l'égalité des femmes, notamment dans le monde du travail (une quinzaine de métiers, essentiellement tertiaires), mais aussi du pouvoir (présidence, ...), du sport (ceinture marron, ...) et des traits de caractère (Colombine/Arlequin);
- la femme reste vue "traditionnellement", comme une mère (enceinte, ...) mais aussi sous un jour sensuel (charme, robe du soir, ...) et érotique, et bien évidemment sexuel (sans soutien-gorge, panthère, ...), voire avec certains traits de caractère (emmerdeuse, ...).

De ce fait, nous avons une chanson ambivalente, d'où la conclusion suivante: MS avoue, comme beaucoup d'hommes d'alors, qu'il est perdu face à ces changements dû à un mouvement profond et encore en évolution, ses repères volant ainsi en éclats.

Qu'en pensez-vous?

Auteur :  Pierma [ 01 Juin 2019 20:00 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Vellavius a écrit :
MS avoue, comme beaucoup d'hommes d'alors, qu'il est perdu face à ces changements dû à un mouvement profond et encore en évolution, ses repères volant ainsi en éclats.

Le pauv'lapin ! Ses repères volent en éclat ! :rool:

En même temps il est assez de son époque pour se taper ses fans folles d'amour à la chaine. Un journaliste, sans agressivité aucune - il admirait sa personnalité - le révélait au détour d'une phrase : c'était sa propre maquilleuse qui coiffait et maquillait l'heureuse élue du jour.

C'était ainsi, ils le faisaient tous, personne ne s'en formalisait (un Claude François, aujourd'hui, serait attaqué pour pédophilie) les gendarmes n'auraient pas inquiété une vedette reconnue pour des broutilles de ce genre. En clair, Sardou vivait très bien la révolution sexuelle.

Alors ses états d'âmes supposés face à des femmes émancipées... :rool:

Une femme présidente ? Jusqu'ici ça ne s'est jamais produit. Parions que Sardou a su se remettre de ses émotions.

(En 81, jamais une femme n'a été Premier Ministre - il faudra attendre 91, avec Edith Cresson - et les femmes députés se comptent entre elles.) Le pouvoir des femmes évoqué par Sardou est un mythe, l'occasion de faire une chanson originale : "Que je vivais l'étrange drame / d'être une femme".

Citer :
Qu'en pensez-vous?

Excusez-moi, mais franchement je sature de ces sujets pseudo-historiques, qui tournent tous autour de Mai 68 (ses oeuvres et ses pompes, qui auraient fait perdre toute les valeurs morales de base à des adultes "déchainés", donc libérés du carcan du simple bon sens... passons) alors qu'en réalité vous avez ouvert un sujet thématique : le rapport de force - appelons ça ainsi - entre hommes et femmes.

Mais c'est une question qui reste ouverte aujourd'hui. On pourrait se demander quelle a été réellement l'émancipation des femmes, avant et après cette date, jusqu'à nos jours. En fait, c'est un sujet de sociologie. (Difficile de le classer en Histoire des mentalités, cette problématique est d'actualité : on n'est pas sur la perception masculine des femmes à Rome au IIIe siècle. On est aujourd'hui.)

Auteur :  Vellavius [ 01 Juin 2019 21:13 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Pierma a écrit :
Une femme présidente ? Jusqu'ici ça ne s'est jamais produit. Parions que Sardou a su se remettre de ses émotions.

(En 81, jamais une femme n'a été Premier Ministre - il faudra attendre 91, avec Edith Cresson - et les femmes députés se comptent entre elles.) Le pouvoir des femmes évoqué par Sardou est un mythe, l'occasion de faire une chanson originale : "Que je vivais l'étrange drame / d'être une femme".

Tout à fait, Sardou mélange des choses qui sont arrivées et d'autres qui ne le sont pas encore à cette date, ou pas du tout effectivement: pas de présidente de la République; il faut attendre 2017 pour avoir une 1ère femme général, Christine Chaulieu, ...
Je suis entièrement d'accord, il faut évidemment prendre de la distance et critiquer ses propos. Mais je ne suis pas sûr qu'il faille prendre tout çà au premier degré, il s'agit plus d'un ressenti, qu'il convient évidemment de confronter au réel. D'ailleurs, dans sa reprise de 2010, il évoque la parité de 2000 mais pour quel résultat comme vous dites. De même, toujours peu de femmes dans les postes à responsabilité des entreprises par exemple.

Pierma a écrit :
Excusez-moi, mais franchement je sature de ces sujets pseudo-historiques, qui tournent tous autour de Mai 68 (ses oeuvres et ses pompes, qui auraient fait perdre toute les valeurs morales de base à des adultes "déchainés", donc libérés du carcan du simple bon sens... passons) alors qu'en réalité vous avez ouvert un sujet thématique : le rapport de force - appelons ça ainsi - entre hommes et femmes.

Pas de soucis, je suis désolé de vous avoir saturé, ce n'était pas le but. Je ne savais pas trop où mettre le sujet, je suis bien d'accord avec vous. Ma question portait surtout sur en quoi cette chanson est représentative de l'époque.

Pierma a écrit :
Mis c'est une question qui reste ouverte aujourd'hui. On pourrait se demander quelle a été réellement l'émancipation des femmes, avant et après cette date, jusqu'à nos jours. En fait, c'est un sujet de sociologie. (Difficile de le classer en Histoire des mentalités, cette problématique est d'actualité : on n'est pas sur la perception masculine des femmes à Rome au IIIe siècle. On est aujourd'hui.)

1944: droit de vote
1946: égalité en droits reconnue dans le préambule de la Constitution
1956: création du planning familial
1965: une femme mariée peut exercer une profession sans l’autorisation de son mari
1967: loi Neuwirth sur la contraception
1970: l’autorité paternelle devient parentale en 1970; création du MLF
1974: création du secrétariat à la condition féminine
1975: loi sur l'IVG
1979: l’avortement est dépénalisé en 1979
1983: loi sur l'égalité professionnelle
1985: égalité des époux dans la gestion des biens du foyer
2000: loi sur la parité
On voit donc que l'émancipation dans la famille est à peu près complète, les tâches ménagères étant encore largement assurées par mesdames (à hauteur de 80% environ, un constat, pas un jugement;d'ailleurs, selon le sociologue au CNRS Jean-Claude KAUFMANN, l’augmentation de la proportion des hommes dans les tâches ménagères est une « illusion collective », et que dire de l'explosition médiatique en 2018 du concept de "charge mentale"...). Dans le monde du travail, les inégalités persistent (postes à responsabilité, majorité des temps partiels, des salaires les plus bas, inégalités de salaires à poste et qualification égale...).

Auteur :  Barbetorte [ 01 Juin 2019 23:24 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Vellavius a écrit :
il faut attendre 2017 pour avoir une 1ère femme général, Christine Chaulieu, ...
Femmes promues amirales :
2002 : Chantal Desbordes
2012 : Anne Cullere
2014 : Agnès Tessier-Viennois

Auteur :  Loïc [ 02 Juin 2019 0:24 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme Générale

En France la 1ère femme général(e) c'est 40 ans plus tôt Valérie André en 1976

Auteur :  Pierma [ 02 Juin 2019 6:08 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Vellavius a écrit :
1965: une femme mariée peut exercer une profession sans l’autorisation de son mari
1985: égalité des époux dans la gestion des biens du foyer

Tout de même, quelle audace !
Il faut attendre 1985 pour que le mari ne soit plus seul à tenir les cordons de la bourse ! 8-|

Si je l'avais su... (Marié en 79. On ne me dit jamais rien, à moi.) :mrgreen:

Joli travail, Vellavius, cette énumération complète.

Il y a une véritable loi progressiste en 67, celle sur la contraception, de Lucien Neuwirth. (Ancien para SAS français.) C'était évidemment avec l'autorisation du général.

Fervent catholique autant qu'on voudra, De Gaulle estimait que les femmes devaient pouvoir choisir le nombre d'enfants qu'elles se sentaient capable d'élever. Un terrain où on ne l'attendait pas, d'autant, il me semble, que l'Eglise a réagi et marqué sa désapprobation.

Auteur :  Darwin1859 [ 02 Juin 2019 8:41 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

1965: une femme peut ouvrir un compte en banque et signer un chèque

Auteur :  Rebecca West [ 02 Juin 2019 11:16 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Pierma a écrit :
Si je l'avais su... (Marié en 79. On ne me dit jamais rien, à moi.)

Oh ! Une Madame Pierma, 8-| L'almanach des martyrs va s'allonger ! :mrgreen:

Citer :
Fervent catholique autant qu'on voudra, De Gaulle estimait que les femmes devaient pouvoir choisir le nombre d'enfants qu'elles se sentaient capable d'élever. Un terrain où on ne l'attendait pas, d'autant, il me semble, que l'Eglise a réagi et marqué sa désapprobation.

Ce qui est plus étonnant est qu'il semblerait (après avoir vu un documentaire sur Madame de Gaulle) que ce soit elle qui ait soulevé le sujet... Etonnantes aussi les formules employées par le Général avant de signer.
Sur ce sujet (comme sur bcp d'autres) et bien que "croyant", je pense que le Général de Gaulle avait -en bon résistant- fait le tour de la question quant à la place de l'église et à ses interactions dans le champ temporel (pré-science des festivals à venir ? Je l'ignore).
.

Auteur :  Rebecca West [ 02 Juin 2019 11:30 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Vellavius a écrit :
Ma question portait surtout sur en quoi cette chanson est représentative de l'époque.

Elle représente surtout le panel des fans de MS : un peu provoc, un peu dessous de ceinture, un peu droite toute sans voir le mur etc. Dans "J'accuse", par exemple, il n'hésitera pas à lui-même -mais très tard- à changer quelques mots : et oui, l'époque avait évolué, MS pas...
Il est difficile de cerner ce qui est "représentatif" d'une "époque".
Bien sûr la loi sur l'avortement mais, les débats à l'Assemblée -avant le vote- étaient représentatifs de quoi ? D'une époque ? Des hommes en général ? Des politiques en particulier ? De la capacité à ne pas supporter qu'une femme "porte" un projet de loi ? De ne pas vouloir "mettre les mains dans le cambouis eux-mêmes ? Des problèmes plus intimes qui touchent toutes les époques et tous les rapports hommes/femmes ?
Très difficile dans la mesure où les lois sont essentiellement pensées par et pour une société -encore en 81- à clivage et à fantasmes masculins, la preuve ? La chanson que vous citez.
:wink:
.

Auteur :  Jean-Mic [ 02 Juin 2019 11:31 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Jusqu'en 1975, ma mère a été obligée de faire signer par mon père une autorisation de sortie du territoire pour nous emmener en vacances dans un pays voisin. C'était un document officiel à retirer au service d'État-civil de la commune, sur présentation du livret de famille et de la totalité des Cartes d'Identité, qu'il fallait compléter et faire tamponner en deux exemplaires : un qu'on glissait dans la Carte d'Identité (à deux volets à l'époque) et l'autre conservé en Mairie. Bien sûr sa validité était limitée dans le temps.
Elle n'était pas vraiment féministe, mais ça, elle avait de la peine à l'encaisser ; elle trouvait cette mesure particulièrement vexatoire !

Auteur :  Rebecca West [ 02 Juin 2019 11:42 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

.
Là, j'ignorais. Et jamais la question a été soulevée. Pourtant, un rien "soulevait".
Mon père étant dans la marine, ma mère avait un passeport et lorsque je suis allée à l'étranger (avant 1975), il a fallu une autorisation de sortie du territoire (me concernant) ; mon père étant absent, la signature de ma mère a suffi...
Idem pour le vote, il suffisait d'avoir une procuration (normal, là, qu'elle soit signée) ce qui n'a pas empêché le secrétaire de Mairie de faire une réflexion, mais bon, personne n'a "relevé" (stricto sensu, à ce niveau, il aurait fallu se baisser !).
.

Auteur :  Jean-Mic [ 02 Juin 2019 11:43 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Citer :
De Gaulle estimait que les femmes devaient pouvoir choisir le nombre d'enfants qu'elles se sentaient capable d'élever.
Citer :
Ce qui est plus étonnant est qu'il semblerait (après avoir vu un documentaire sur Madame de Gaulle) que ce soit elle qui ait soulevé le sujet...

On a également écrit (André Frossard ?) que le couple avait été très affecté par l'arrivée d'une petite dernière pas vraiment attendue, Anne, de surcroît née handicapée. Mais les mêmes qui relate cet épisode disent combien le couple de Gaulle était aux petits soins pour elle.

Auteur :  Vellavius [ 02 Juin 2019 13:00 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme Générale

Loïc a écrit :
En France la 1ère femme général(e) c'est 40 ans plus tôt Valérie André en 1976


Oups, merci pour cette information. Je viens de retrouver ma source et il s'avère que je n'avais lu que le début de la phrase... "la première femme étoilée d’active dans l’armée de terre depuis 26 ans et la quatrième seulement de l’histoire de l’armée de terre".

Barbetote a écrit :
Femmes promues amirales :
2002 : Chantal Desbordes
2012 : Anne Cullere
2014 : Agnès Tessier-Viennois

Merci également.

pierma a écrit :
Vellavius a écrit :
1965: une femme mariée peut exercer une profession sans l’autorisation de son mari
1985: égalité des époux dans la gestion des biens du foyer


Tout de même, quelle audace !

Il faut attendre 1985 pour que le mari ne soit plus seul à tenir les cordons de la bourse ! 8-|

Si je l'avais su... (Marié en 79. On ne me dit jamais rien, à moi.) :mrgreen:

Ayant aussi appris ça après coup, j'ai été très surpris car dans les faits, c'était déjà le cas.


Merci pour vos contributions; un sujet pas forcément des plus intéressants mais où l'on a pu apprendre quelques points pas forcément inintéressants.
Je retiendrai notamment votre analyse Rebecca West: "une société -encore en 81- à clivage et à fantasmes masculins" mais aussi que MS est vraiment un auteur clivant, même encore aujourd'hui :mrgreen:

Auteur :  Rebecca West [ 02 Juin 2019 13:36 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme Générale

Vellavius a écrit :
"une société -encore en 81- à clivage et à fantasmes masculins"

Il me semble. Prenez les paroles "... 1 femme à la présidence..." : ceci peut être vu comme avant gardiste, précurseur, un peu intelligent (vous déclinez) mais non x 3 ---> RIME
Il faut écouter ce qui suit et voilà. C'est tout. Ce qui se passe dans sa tête ? ? ? Je sais pas... Tous les "hommes" (selon les critères de MS) français debout, ensuite on peut imaginer ce que l'on veut/souhaite.

Citer :
mais aussi que MS est vraiment un auteur clivant, même encore aujourd'hui :mrgreen:

C'est en effet l'essentiel de son fond de commerce. Moi, il me clive pas : j'aime bien écouter "France" et puis, il a de la voix à une époque où respirer fort est à la mode.

Accessoirement, il n'y a pas eu besoin de loi (même à la campagne) ; "on" savait comment éviter d'avoir plus d'enfants que souhaité et depuis des lustres. La "contraception" a seulement fait passer l'officieux à l'officiel et un peu "mécanisé" la contraception.
.

Auteur :  Pierma [ 02 Juin 2019 13:41 ]
Sujet du message :  Re: Etre une femme

Jean-Mic a écrit :
Citer :
De Gaulle estimait que les femmes devaient pouvoir choisir le nombre d'enfants qu'elles se sentaient capable d'élever.
Citer :
Ce qui est plus étonnant est qu'il semblerait (après avoir vu un documentaire sur Madame de Gaulle) que ce soit elle qui ait soulevé le sujet...

On a également écrit (André Frossard ?) que le couple avait été très affecté par l'arrivée d'une petite dernière pas vraiment attendue, Anne, de surcroît née handicapée. Mais les mêmes qui relate cet épisode disent combien le couple de Gaulle était aux petits soins pour elle.

A voir... C'est possible. (Comment diable a-t-il pu savoir que la troisième n'était pas attendue ? Je pense que ce couple ne faisait pas ce genre de confidences. Un membre de la famille ?)

De Gaulle a porté sa croix, en gardant le sourire pour cette enfant trisomique. Des témoins ont raconté (un peu ébahis) qu'il la prenait sur ses genoux, qu'elle adorait jouer avec son képi... elle a appris à dire papa, mais n'a jamais su dire maman ! 8-|

Lorsqu'elle est décédée - en 48 il me semble - De Gaulle et son épouse son restés un moment à prier devant sa tombe, puis De Gaulle a dit :"Venez Yvonne. Elle est comme les autres, maintenant."

Dans la famille, on attribuait ce handicap à une grande frayeur subie par Yvonne, alors qu'elle était enceinte. Résidant à Mayence (ou en Rhénanie, en tous cas) elle avait assisté, très proche, à une rixe très violente entre soldats français et ouvriers allemands. J'ignore si le couple partageait cette conviction.

Page 1 sur 3 Le fuseau horaire est UTC+1 heure
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
https://www.phpbb.com/