A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 26 Avr 2017 1:14

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 422 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 25, 26, 27, 28, 29  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 08 Jan 2017 14:45 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
En complément du post précédent, une vue d'ensemble du salon depuis la porte donnant sur l'escalier d'honneur.

Image

A droite, évocation de la réduction de la statue équestre de Louis XIV par Cartelier et Petitot, commandée par Louis-Philippe, d'abord dans le salon du Premier consul, puis de 1852 à 1867 dans la Galerie de Diane puis remplacée dans cette pièce par la statue du Prince impérial, elle est envoyée dans le salon de la colonne. C'est peut-être le modèle actuellement exposé dans les salles historiques du château de Versailles.

L'évocation du salon de la colonne est donc maintenant dans un état quasiment identique à celui qui existait en 1870.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2017 13:34 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
J'ai poursuivi la reprise des Grands Appartements de réception avec le salon du Premier Consul appelé aussi Salon blanc.

Image

Quelques corrections étaient nécessaires, les voici :
L'élément modifié le plus visible sur la vue ci-dessus est constitué par les cabinets en contre partie. En effet, si l'on suit l'article d'Alexandre Pradère sur les cabinets Boulle ( Revue de l'Art, 1997, n°116. pp. 42-53., disponible sur Persée http://www.persee.fr/doc/rvart_0035-132 ... 6_1_348326)
les dix cabinets du salon du Premier Consul, dont quatre sont dans le salon de l'Abondance à Versailles, étaient constitués de 6 cabinets en partie (4 anciens, 2 copies en 1834) et 4 en contre partie. J'ai donc placé en alternance ces différents cabinets. J'ai également modifié la disposition des vases et des candélabres à partir de photographies prises en 1867, bien que les photographies ne permettent pas réellement de savoir quel était l'état à la fin du Second Empire. L'inventaire mentionne 4 candélabres et 6 vases, disposition que j'ai respectée ici. J'ai repris les lustres afin que leur forme se rapproche encore plus de l'aspect montré par les photographies.

Autre élément : les bustes d'empereurs. En me basant sur les photographies (pas toujours très nettes), l'identification qui en est faite dans l'inventaire de 1855 et les bustes de la série conservée à Versailles, je propose la disposition suivante :
côté salon des maréchaux, Néron (à gauche) et Vespasien (à droite) :
Image

et en face, côté salon d'Apollon, Othon (à gauche) et Tibère (à droite) encadrant la cheminée, en utilisant comme équivalence ceux de Versailles.
Image
Les demi-colonnes servant de gaines ont été corrigées : l'inventaire de 1855 indique qu'elles sont en marbre languedoc avec une base en marbre noir antique.

Ces deux vues montrent aussi les dessus de porte modifiés : en effet les mémoires de travaux de 1852 montrent que les dessus de porte du salon du Premier Consul ont été refaits cette année-là, en installant des copies moulées sur ceux du salon Louis XIV, avec vases, guirlandes et fronton cintré. Si l'on se base sur la vue de l'enfilade du Grand Appartement du Roi sous Louis XIV publiée par G. Fonkenell (p 103), ce fronton était triangulaire jusqu'en 1852. Il me faudra donc reprendre la maquette de l'état Premier Empire.

A gauche : détail de la vue sur l'enfilade par François Chauveau, 1667-1670, au premier plan la porte du salon d'Apollon et par le battant ouvert la porte du salon du premier consul avec le fronton triangulaire ; à droite, état après 1852, avec le moulage du dessus du porte du salon Louis XIV.
Image


Enfin, j'ai trouvé une photo du salon montrant très nettement le décor de la voussure des petits côtés, ce qui m'a permis de compléter le trophée et de réduire la taille des angelots qui étaient trop grands.
Image

détail sur la voussure
Image

Prochaine étape : le salon d'Apollon. La communication des livraisons du mobilier après 1855 m'a permis de reprendre tout l'ameublement de la partie nord : à la place de la table et des quatre fauteuils que j'avais restitué sous le tableau de Mignard représentant le Parnasse, il y avait depuis 1860 un grand canapé de 3,50m de long!

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2017 17:39 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5682
Tout de même, que de merveilles sont parties en fumée à la Commune ! Paris est une ville chanceuse qui a traversé les deux guerres mondiales sans destructions ou presque, il est paradoxal que le seul dégât majeur de l'histoire soit le fait de combats entre Français... :rool:

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Jan 2017 11:55 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 20 Jan 2015 16:23
Message(s) : 15
Cher Hardouin,

Votre sens du détail, ainsi que la précision de votre reconstitution, sont tout à fait remarquables.
C'est pourquoi, je me permets de "corriger" quelques points que vous avez évoqués.

L’inventaire de 1855 évoque 3 cabinets en contrepartie (en non 4). D'ailleurs l'article d'Alexandre Pradère, que vous citez, le confirme.

Autre chose : concernant les candélabres, vous reconstituez parfaitement l'état du début du Second Empire. Mais si vous situez votre reconstitution après 1860, il faut prendre en considération le fait que les 4 candélabres qui étaient dans le Salon d'Apollon ont été déplacés dans le Salon du premier Consul (et donc 4 vases ont été enlevés). Cela est d'ailleurs visibles sur certaines photos.

Enfin, un détail sans importance, vous avez fait une faute de frappe concernant le canapé du Salon d'Apollon : sur l’inventaire il est référencé comme mesurant 3,90m (et non 3,50m).

Encore félicitations pour votre travail exceptionnel.

Bien Cordialement.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Jan 2017 12:47 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 07 Avr 2016 8:06
Message(s) : 95
Pierma a écrit :
Tout de même, que de merveilles sont parties en fumée à la Commune ! Paris est une ville chanceuse qui a traversé les deux guerres mondiales sans destructions ou presque, il est paradoxal que le seul dégât majeur de l'histoire soit le fait de combats entre Français... :rool:

Vous me faites souvenir d'une visite guidée de Notre-Dame de Paris, dans les années 60. Le guide, homme d'une culture remarquable, avait très fortement insisté sur les déprédations commises par les révolutionnaires, les trouvant absolument inexcusables. "Des brutes à marteau qui détruisent les chefs-d’œuvre d'autres Français, c'est abominable", "Nous ne pouvons plus avoir qu'une idée fausse de ce qu'était Notre-Dame avant la révolution, la plupart des sculptures et des statues ayant été saccagées sans rime ni raison. Il n'existe pas de documents permettant de rétablir les choses dans leur état primitif. Viollet-le-Duc a fait de son mieux, mais ces statues, par exemple, sont fantaisistes, on dit même que c'est Viollet-le-Duc lui-même qui s'est fait représenter sous le nom d'un des rois, là-bas à droite, devant nous..."

_________________
Felix qui potuit rerum cognoscere causas.
Virgile, Géorgiques


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 12:52 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
Merci Vincent pour votre vigilance!
Pour les candélabres, je vais prendre le temps de regarder cela et de reprendre le modèle.
Pour les cabinets, j'ai relu attentivement l'article et je me suis rendu compte que j’avais oublié la dernière partie qui mentionne précisément l’historique des cabinets et leur nature (première partie et contre partie).
On a donc, provenant des Tuileries :
-sept cabinets en première partie : deux à Versailles dans le salon de l’Abondance et un troisième dans l’aile du Nord, deux à l’Elysée (bureau du président de la République), un au Ministère des Affaires étrangères (bureau du ministre), tous du XVIIIe et le dernier au mobilier national, déposé au château de Saché, réalisé par Jacob en 1834 en complément des huit existants installés dans ce salon alors salon des Concerts de Louis Philippe
-trois cabinets en contre partie, deux du XVIIIe, à Versailles (aile du Nord au moment de la rédaction de l’article) et au Ministère des Affaires étrangères (bureau du ministre) et un troisième réalisé en 1834 par Jacob (au Louvre salles XIXe) comme pendant de celui en première partie.

J'ai commencé à reprendre le salon suivant, le salon d'Apollon. Comme indiqué plus, haut, un grand canapé de style Louis XIV entre en 1860 dans la pièce, en même temps que 4 canapés plus petits (visibles sur les photos), deux consoles et une table circulaire, à la place du mobilier d'antichambre présent depuis 1852.
J'ai donc réalisé une évocation du canapé, en me basant sur les petits canapés (ou causeuses) visibles sur les photos, et qui sont indiqués dans le registre d'entrée comme du même modèle que le canapé. J'ai également modifié les lustres comme pour le salon du Premier consul.
Image
Je réfléchis également à la reprise des lambris peints qui sont sur fond blanc (et non sur fond d'or comme sur l'évocation ci-dessus), comme le montre l'aquarelle de Fortuné de Fournier reproduite en grande taille dans l'ouvrage de B. Chevallier. Les dimensions de cette reproduction permettent de voir les détails du décor des panneaux peints et ainsi d'envisager une évocation plus proche des originaux des grands panneaux peints d'entre fenêtre.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 13:07 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5682
Quel magnifique travail. Envisagez-vous d'en faire une visite virtuelle, par exemple sous forme de diaporama ?

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 14:01 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
Merci Pierma
Mieux qu'un diaporama, j'en ai fait une visite sous la forme d'une animation video, que j'avais posté il y a quelques mois (début novembre) donc elle ne tient pas compte des modifications faites depuis, mais ça donne une bonne idée de ce que ça pouvait faire que de se promener dans les Tuileries à la fin du Second Empire!
Il suffit de cliquer sur le lien (durée 20 mn environ) et régler la molette en bas à droite de la fenêtre de visualisation sur 720p une fois que la vidéo est lancée :

https://vid.me/3e9o

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 18:25 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5682
Hardouin a écrit :
Mieux qu'un diaporama, j'en ai fait une visite sous la forme d'une animation video, que j'avais posté il y a quelques mois (début novembre)

Ah j'avais zappé l'épisode. Super, je vais regarder ça. Merci.

Edit : je viens de la visionner, c'est un régal !

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Fév 2017 21:18 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
Une première vue du salon d'Apollon avec les lambris modifiés. Pour les grands panneaux de lambris d'entre fenêtre, les photographies et l'aquarelle montrent deux modèles, l'un dans lequel le trophée est surmonté d'une lyre et l'autre d'un soleil. J'ai donc réalisé deux modèles différents avec deux groupes de personnages différents les soutenant.
Pour le tableau de Mignard, j'ai cherché à modifier au mieux une photographie d'une tapisserie réalisée sur le modèle du tableau, pour rapprocher les coloris de ceux d'une peinture.
Les deux consoles "Louis XIV" étaient garnies de plateau en marbre italien de Curinga, d'après le journal des livraisons. Je n'ai pas trouvé de photographie ou de description permettant de savoir quel en est la teinte. Le marbre vert de mer est donc ici un choix arbitraire. Si l'un des nos membres trouvait l'information...

Image


Pour changer un peu de la mise à jour des Grands appartements, j'ai commencé la réalisation de l'appartement d'Eugénie, du côté de l'ancien appartement de la reine.

Je pense qu'il est nécessaire de poster un plan de cet appartement, entre 1852 et 1866 (Bernard Chevallier indique un changement de distribution cette année là : le cabinet de toilette devient un salon bibliothèque, la chambre devient le cabinet de toilette, le cabinet de travail un oratoire et le salon vert devient la chambre d'Eugénie. Les trois premières pièces (salon des valets de chambre, des chambellans et des tapisseries) sont affectées au Prince impérial )
Image

Au débouché de l'escalier (dit de l'empereur), se trouvait le salon de Mars ou salon des valets de chambre. Son décor mural, à base de trophées feints peints en bronze, date de Louis XIV. Il tire son nom de "Salon de Mars", du plafond peint en 1808, on s'en souvient, pour remplacer celui de l'Ancien Régime ruiné, avec pour thème en son centre Mars sur son char.

Vue d'ensemble du salon, état vers 1860 en cours de réalisation
Image

Rappel : le plafond sur le thème de Mars (colorisation de la gravure du plafond par Fontaine d'après le mémoire de Moench)
Image

Le mobilier est connu par l'inventaire de 1855 et trois photographies qui montrent trois des quatre murs du salon.
Montage de deux photographies du salon :
Image

La tenture en damas vert en partie haute, qui datait du premier Empire, encore présente dans l'inventaire de 1851, a fait place à une tenture de velours vert dans celui de 1855. Enfin, six dessus de porte à trophées d'armes en carton pâte doré sur fond de marbre blanc peint (dixit les mémoires de travaux) ont été ajoutés en 1852. Ils sont visibles sur les photos et je les ai donc ajoutés en prenant pour modèle ceux du salon de la guerre à Versailles.
Les torchères en faïence de Sarreguemines à l'imitation du porphyre, du même modèle que celles de la Galerie de Diane, comportaient des lampes Carcel que je n'ai pas encore réalisées. Elles seront bien sûr faites dans la version finale.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Fév 2017 8:41 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
En parallèle de l'achèvement du salon des Pages, j'ai commencé à réaliser l'état mural des deux salons qui le suivent, à savoir le salon bleu ou des Chambellans et le salon des Tapisseries.

Le salon des Chambellans est l'ancien premier salon de l'empereur, devenu salle à manger de Louis XVIII et salon du Conseil de Louis Philippe. Il est tendu d'un "brocart or fond bleu" évoqué ici par un modèle proche. Il remplace les diverses tentures cramoisis qui se sont succédées depuis le Premier Empire dans ce salon. Deux miroirs sont ajoutés en 1852-53 au centre des murs qui n'en possédaient pas, ce qui amène semble-t-il à la suppression du panneau peint orné de chutes de fleurs qui existait au dessus de la cheminée depuis Marie Thérèse. Deux grands lustres à 56 lumières éclairent le salon.

Image

Dans le salon des Tapisseries, ancien Second Salon de l'Empereur, puis salon de famille de Louis XVIII et salon des ministres de Louis Philippe, les modifications de 1852-53 sont encore plus radicales : une cheminée Louis XV remplace la cheminée Empire, suppression des grands panneaux peints autour des miroirs remplacés par une bordure sculptée et dorée surmonté d'un cartouche (sans doute orné du chiffre impérial), avec installation d'un troisième miroir sur le mur du fond ; sur ce mur, création de deux portes, celle de gauche donnant dans la galerie de Diane. Les étoffes de soie ont été remplacées par des tapisseries de la fin du règne de Louis Philippe représentant Fontainebleau, le Palais Royal, Saint Cloud et Pau (ici du bon modèle pour les bordures mais le cartouche central non... j'ai demandé les modèles (qui existent encore, les tapisseries ayant brûlé) au Mobilier National. C'est dans ce salon qu'avaient été disposés deux des meubles d'appui du Grand Cabinet et le mobilier Nemours. quatre petits lustres à 42 lumières éclairent la pièce.

Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Fév 2017 11:13 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 1919
Localisation : Versailles
Félicitations !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Fév 2017 14:27 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
Merci cher Jérôme de manifester votre intérêt pour ce sujet!

J'ai réalisé ce matin le modèle des chaises et des fauteuils "Nemours", livrés par Cruchet, ainsi que la cheminée avec sa bordure de miroir et la borne à capitons. L'atmosphère qui se dégage est très confortable.
Image

Détail sur les sièges Nemours
Image

D'après B. Chevallier, ces sièges Nemours quittent les Tuileries pour Fontainebleau en 1862. Des photographies anciennes les montrent dans le cabinet du conseil. Une partie d'entre eux a été déposée au Louvre. L'ensemble inventorié en 1855 se compose de deux canapés, deux causeuses, 12 chaises et 6 fauteuils (dont 4 grands), couverts en tapisserie de Beauvais. S'y ajoutent :un divan borne couvert de soie cramoisie à capitons, quatre grands fauteuils confortables, douze chaises Louis XVI dossier à lyre et 4 7tabourets de pied... dans un salon qui mesure 7.40m sur 9.70m!
Aux deux meubles d'appui du Grand Cabinet de l'empereur répondent d'autres meubles en bois sombre et bronze doré : une table de famille à balustre central et quatre patins, deux piédestaux Boulle, la table de Carlin saisie chez le Duc de Brissac.
Du côté de l'éclairage, c'est également l'abondance qui domine : outre les quatre lustres, on trouve deux paires d'applique Louis XVI ("en bronze doré à 3 branches, tige du milieu forme gaine surmontée d'une corbeille garnie d'un bouquet de fleurs, branches à tiges de laurier et feuille d'acanthe bassin idem, haut 1 m"), quatre girandoles aux enfants chasseurs, deux flambeaux en bronze ciselé, le flambeau en argent provenant du cabinet de travail de l'empereur et quatre lampes en porcelaine de Sèvres. Au chapitre des porcelaines, on compte 6 vases en porcelaine de Sèvres.
La valeur des différents objets accumulés dans cette pièce est de 155 514,10 francs. A titre de comparaison, la salle du trône avec ses panneaux brodés d'or datant de Napoléon 1er n'est évaluée qu'à 109 290 francs!

Pour disposer les nombreux sièges, je m'appuierai sur le modèle du Grand salon de Saint Cloud, c'est à dire la création de "coins" autour des deux canapés et deux des causeuses. Les deux premiers semblent avoir leur place sous les grandes tapisseries des murs latéraux, et les deux causeuses de part et d'autre de la fenêtre centrale.
Vue vers la fenêtre. Les deux paires de fauteuil occupent l'emplacement qui me semble logique pour les causeuses.
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Fév 2017 19:14 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
Ayant poursuivi la réalisation du mobilier Nemours, avec les deux causeuses (1,20m de long d'après l'inventaire) et les canapés (2,25), je ne résiste pas au plaisir de poster cette vue depuis le "coin" entre les deux meubles d'appui...

Image

Une autre vue depuis la porte donnant sur le salon des Chambellans, avec les 12 chaises Louis XVI à dossier lyre et tapisserie de Beauvais à fleurs fond cramoisi (du modèle de celles présentes à Saint Cloud dans les salons de Vénus et de la Vérité sous le Second Empire, avec une ceinture copiée sur les fauteuils Vaudreuil). Les chenets provenant de Mesdames à Bellevue sont ceux qui se trouvaient dans ce salon (l'autre exemplaire était dans la salle du trône)

Image

Une autre vue d'ensemble depuis la porte donnant sur le salon vert :
Image

La cheminée était garnie d'une pendule dont je n'ai pas trouvé de modèle. J'en poste la description dans l'espoir qu'elle pourra être identifiée
"649- une pendule en bronze doré, sphère bleu azur avec doubles cercles mobiles indiquant les heures et les minutes, surmontée d'un nuage et de deux tourterelles. Sujet "Flore et l'Amour". La dite pendule repose sur une double socle en marbre blanc, le 1er orné de guirlandes de fleurs et des signes du zodiaque, baguette à ruban en bronze ciselé et doré ; le second orné d'un rang de perles bronze idem, mouvement à sonnerie de Lepaute ; haut 0,58, larg 68"

De même je poste le modèle du tapis présent en 1855 :
"10846 : un tapis de pieds en Aubusson velouté grand fond marron, milieu dessin rosace gothique avec fruits, entouré de groupes de fleurs, guirlandes de fleurs et fruits, avec noeud en cablé et glands couleur or. Bordure riche dessin Renaissance et caissons sur fond bleu, ornements avec culots couleur or. aux quatre coins des miroirs style renaissance supportés par deux serpents marins entrelacés, couleur grisaille, Long 9,70 m, larg 6,90m"

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mars 2017 8:35 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 367
Localisation : hirson, aisne, picardie
J'ai achevé l'ameublement du salon, qui est donc maintenant entièrement meublé avec de nombreux éléments d'origine, et complété la réalisation avec les effets de miroirs.

-vue d'ensemble du salon depuis le salon vert, qui montre l'encombrement et le caractère hétéroclite de l'ameublement du salon tel qu'on le retrouve dans les vues du salon de l'impératrice à Saint Cloud, ou dans le salon de musique de Compiègne. L'éclairage est assuré par les appliques d'un modèle proche de celui de l'Empire, quatre lampes Carcel en porcelaine bleu et or, et quatre candélabres "aux enfants chasseurs" à16 lumières (sur le meuble d'appui à gauche) conservés au MN et évoqués ici d'après l'inventaire en attendant un visuel. Deux grands vases en céladon du même modèle qu'une paire conservée à Versailles sont indiqués par l'inventaire, que j'ai placé au centre des meubles d'appui car je ne vois pas où ils pourraient avoir leur place ailleurs. Les vases "seaux" en céladon vert (Louvre) ont de même leur place plutôt ici.
Image

-vue vers la cheminée. J'ai réalisé une évocation de la pendule à partir de la description de l'inventaire et de modèles contemporains, faute de l"avoir trouvée. Deux vases "Renaissance" en céladon vert, mentionnés par l'inventaire, sont de même une évocation pour compléter la garniture. Une question que je me pose : pour obtenir un équilibre chromatique, ne vaudrait-il mieux pas installer les vases en question, verts, entre la pendule et les lampes, bleues?
Image

-vue d'ensemble depuis le fond ; au premier plan le flambeau en argent de Napoléon 1er sur une table de famille reconstituée d'après l'inventaire.
Image

La table de famille, centre d"un "coin" autour d'un des deux canapés. Les deux portes à gauche sont fausses, ce qui permet d'installer beaucoup de meubles autour de cette table.
Image

-La table de Carlin, conservée à Versailles et mentionnée par l'inventaire, a été installée ici en pendant de la table de famille,car plus petite et permettant d'accéder à la galerie de Diane par les portes à droite de l'image.
Image

J'espère avoir bientôt communication des modèles des tapisseries, qui sont conservés au MN, pour achever la reconstitution.
Je pense poursuivre par le petit salon vert, ancien cabinet de travail de l'empereur, qui était meublé avec les sièges de Gustave III, des encoignures de Carlin pour Madame Victoire à Bellevue, ou encore le feu Louis XVI à sujet de chasse de Pitoin, avant de revenir vers le salon des Chambellans et le salon des Pages.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 422 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 25, 26, 27, 28, 29  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB