A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Août 2017 14:36

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 441 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 26, 27, 28, 29, 30
Auteur Message
Message Publié : 16 Juil 2017 13:10 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 381
Localisation : hirson, aisne, picardie
J'ai entrepris la réalisation et l'achèvement des deux enfilades d'appartements impériaux dont font partie les deux salons rose et bleu.

Avant de pénétrer dans ces appartements, quelques précisions sur ces travaux.
On se souvient que lorsque Le Vau transforme la façade du palais dans les années 1660, il conserve les deux terrasses qui encadrent le pavillon central, lesquelles sont supportées par un portique.

La terrasse Nord est supprimée en 1832-1833 par Fontaine, au début du règne de Louis Philippe pour y créer l'escalier d'honneur et la galerie de la Paix. Différents projets sont envisagés pour la terrasse sud, qui doit être également comblée pour rétablir la symétrie, avec notamment l'aménagement d'un appartement pour la reine Marie Amélie au rez de chaussée, et des dégagements pour les grands appartements (salon des concerts et d'Apollon au premier), mais rien ne se fait sous le roi citoyen. La seule mesure prise est la fermeture des arcades par des châssis.
Cette vue d'avant 1856 témoigne de cet état.
Image


C'est au début du règne de Napoléon III que la transformation de la partie sud est réalisée. Les archives témoignent d'un premier projet en 1854 d'aménagement du portique, appelé alors "galerie de pierre", en jeu de paume.
Cependant c'est là que Lefuel propose la création de deux nouveaux appartements impériaux : le portique deviendra l'appartement gouvernemental de l'empereur (avec deux cabinets de travail et le salon du conseil), et au premier la terrasse, fermée, deviendra l'appartement de réception de l'impératrice, communiquant avec les Grands Appartements, avec des pièces de service au dessus. Les deux appartements sont desservis par un nouvel escalier, collé au pavillon central, appelé selon les sources escalier de stuc, nouvel escalier ou escalier de l'impératrice.
Les travaux sont rapidement menés : ils commencent en mai 1856, avec le déménagement de la "mosaïque vénitienne" du sol du portique, envoyée à Fontainebleau, et le gros oeuvre est terminé en septembre 1856.

Reconstitution de la façade de la galerie de pierre après les travaux de 1856-1858. Les lions Médicis ont été installé sous Louis Philippe en 1833.
Image

L'escalier est construit le premier, et achevé en 1857. J'ai consulté le mémoire de la société franco-suisse qui installe les parquets des deux appartements, lesquels sont posés en novembre-décembre 1857, en mosaïque et point de Hongrie. L'appartement de l'empereur est décoré en 1858. Il repose sur deux étages de caves car il a fallu surélever le sol du portique, 2 m plus bas que les pièces côté cour et jardin pour que les pièces de l'ancien appartement de l'empereur soient au même niveau que le nouveau. C'est également pourquoi on installe deux escaliers sur la façade, l'un qui copie en réduction l'escalier de Fontainebleau, placé devant l'une des fenêtres du cabinet du conseil, et qui abrite entre ses rampes une statue en marbre d'Hercule étouffant les serpents, et l'autre, à une rampe droite, qui descend du petit salon qui communiquer avec la chambre de l'empereur et ses pièces annexes (salle de bains et cabinet de toilette). Par ces escaliers, la famille impériale peut se rendre directement dans le jardin réservé. Des balcons en fer forgé sont placés devant les arcades.

Vue de la façade des nouveaux appartements, au devant une partie des parterres des jardins réservés et l'escalier inspiré par celui de Fontainebleau( ici réalisé à partir des plans et coupe des archives et des photos). Les deux arcades à gauche éclairent le salon des aides de camp, les deux suivantes le cabinet du conseil, puis deux pour le second cabinet ou cabinet des dépêches, deux sur le cabinet de travail, et la dernière à droite du lion Médicis sur le cabinet voûté ou petit salon de l'empereur.
Image

Les pièces de l'appartement de l'impératrice sont achevées seulement en 1860 car l'impératrice est très exigeante et fait reprendre de nombreuses fois le travail des artistes.

Vue d'ensemble de la façade sur la terrasse du bord de l'eau
Image


Entrons maintenant dans ces appartement, en commençant par l'appartement de l'impératrice, qui avancera au rythme de la réalisation du modèle virtuel. L'état représenté sera celui des années 1867-1870 pour être cohérent avec la reconstitution des grands appartements.

L'accès à l'appartement de l'impératrice se fait par le vestibule d'honneur, une vieille connaissance!
Image

Rappelons qu'il a été édifié sous Louis XIV par Le Vau. ll a vu passer nombre de révolutionnaires (en 1792, en 1830, en 1848).
La grande modification qu'il a subie est sous Louis Philippe, en 1833, la création d'un passage carrossable qui le traverse d'Est en Ouest, de la cour vers le jardin, et qui a abouti à l'aménagement de deux emmarchements de part et d'autre de ce passage, et nous nous trouvons précisément dans le passage, au pied de l'emmarchement sud.
Les murs latéraux de la partie du vestibule donnant sur la cour sont rythmés par trois arcades. Au sud, vers les appartements, l'arcade centrale est occupée par une niche où figure une statue en marbre de Minerve (ici une évocation, la statue "Minerve à la chouette" au jardin du Luxembourg est quasiment identique à l'originale disparue). A gauche, une porte ouvre sur le salon d'attente et au delà le salon des officiers d'ordonnance et l'appartement du Prince impérial. A droite, une porte fenêtre ouvre depuis 1857 sur l'antichambre de l'escalier de l'impératrice.

Image
Cette antichambre est l'accès principal aux appartements impériaux. Elle sert également d'accès aux "VIP" les soirs de bal en hiver, l'accès principal du "commun" aux salons du premier étage (5000 invités en moyenne) se faisant par l'escalier de Fontaine.

C'est une petite pièce (6.40m de long sur 3.30 de large), toute en profondeur. Son sol est dallé de marbre par l'entrepreneur Gouault en 1858. Le dallage de la maquette a été réalisé à partir du dessin fourni au marbrier et consulté aux AN. Il est donc exact! Ce dallage est composé de carreaux de 18.5 cm de côté, de quatre variétés de marbre : des carreaux de marbre noir de Dinant et rouge griotte-oeil de perdrix qui se détachent sur un fond de marbre blanc de Carrare, le tout encadré de marbre vert de mer.

Les murs rythmés par quatre grandes arcades, de 5 m de haut, au centre de chaque mur.
Vue de l'arcade d'entrée :
Image

A l'arcade d'entrée répond une arcade feinte de glaces, qui permet d'agrandir la pièce. Le battant de droite ouvre sur un couloir en entresol qui longe l'appartement de l'empereur.
Image
J'ai placé devant le fauteuil de veille et une table en bois noirci, qui sont mentionnés dans cette partie du palais dans le registre d'entrée. A gauche de l'entrée se trouve une grande porte sculptée peinte en gris rehaussée d'or, surmontée du chiffre de l'empereur couronné et encadré de deux figures. Elle ouvre sur le salon d'attente, une pièce aux murs tendus de papier peint vert qui s'éclaire sur la cour du Carrousel. Cette porte est encadrée de deux colonnes en marbre de Rance et chapiteaux en marbre blanc de 3.23 m de haut également installées par Gouault à la fin de 1857.

A droite, la quatrième arcade s'abaisse en forme d'arc en anse de panier et s'ouvre sur l'escalier d'honneur. Cet arc en anse de panier permet de dissimuler la quatrième rampe de l'escalier, laquelle couperait l'arcade si celle-ci avait été en plein cintre.
Image
Les murs sont entièrement recouverts de stuc peint façon pierre,réalisés par Bex, qui dessinent des panneaux à tables saillantes encadrés par des pilastres toscans. Le décor figuré est l'oeuvre d'Emile Knecht. Les moulures d'encadrement de la porte et des arcades sont sculptées d'oves et de rais de coeur. Des médaillons encadrés de branches de laurier servent de clés d'arcade. Chaque voussure est organisée autour d'un médaillon central contenant les chiffres N( pour Napoléon) et E (pour Eugénie) entrelacés, encadrés de figures d'enfants dont le corps e poursuit par des rinceaux sur un fond quadrillé ; un cartouche entouré de palmes occupe les angles.
Image

J'ai installé au plafond de cette pièce l'une des deux lanternes en bronze doré signalées en 1861 dans l'escalier, en prenant pour modèle celle photographiée dans le salon des valets de pied (voir plus haut).

Un double portique à colonnes de Rance et Carrare sépare l'antichambre de l'escalier proprement dit.
Image

J'ai pu reconstituer cette antichambre grâce aux mémoires des entrepreneurs (le maçon, le marbrier, les stuctateurs) et grâce à deux vues en coupe sur la longueur et la largeur consultées aux AN qui correspondent à ces mémoires et à une photo (postée plus haut) et un tableau représentant cette pièce et le salon d'audience après l'incendie.
Image

En attendant de pénétrer dans l'escalier, une première vue de la partie basse de l'escalier, avec la statue "le Taureau romain" de Clésinger (1859) et le jardin des Tuileries par les fenêtres.
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2017 13:24 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 381
Localisation : hirson, aisne, picardie
Un petit saut dans le salon vert, que j'ai achevé avant les deux pièces précédentes ^^

Image

L'ensemble du mobilier a été reconstitué sur la base du registre d'entrée. On se n'étonnera donc pas du mélange de style et de couleurs, conforme à ce qui est indiqué par l'inventaire. J'ai placé le mobilier copié sur un mobilier historique le long des murs, et le mobilier "moderne" au centre, comme le montrent les salons de Saint Cloud. J'ai de même placé des jardinières avec des fleurs, pour correspondre aux témoignages contemporains qui indiquent que ces salons croulent sous les porcelaines et les fleurs...

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Août 2017 21:06 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 381
Localisation : hirson, aisne, picardie
Et pour revenir au point de départ de cet appartement, une première vue de l'enfilade depuis la porte de l'escalier vers le salon bleu

Image

On a donc successivement le salon des Huissiers ou antichambre de l'impératrice (et peut être aussi appelé salon grenat), le salon des Dames ou salon vert, le salon d'attente ou salon rose et le salon d'audience de l'impératrice ou salon bleu.
Selon l'usage montré par les photographies de Saint Cloud j'ai disposé les meubles d'ébénisterie mentionnés par les témoignages ou le registre d'entrée entre les fenêtres, encadrés par les deux chaises Louis XVI en bois doré qui figurent dans chaque pièce.

Une autre vue de l'enfilade depuis le salon vert
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Août 2017 15:03 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 381
Localisation : hirson, aisne, picardie
Restitution d'une pratique attestée par la marquise de la Tour Maubourg : l'utilisation des vases en porcelaine de Sèvres du meuble d'appui du salon vert comme porte chapeaux. Les dames du palais étant de service l'après-midi par deux auprès de l'impératrice, j'ai installé deux chapeaux sur les vases...
Image


Une collation leur étant servie l'après midi, j'ai disposé sur la table un plateau avec un service blanc et or au chiffre de l'empereur comme l'est le service ordinaire de la cour impériale. Les livres sur le canapé et la table trépied évoquent une de leurs activités dans ce salon.
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2017 17:28 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 381
Localisation : hirson, aisne, picardie
La salle des Maréchaux un soir de réception, reconstituée pour les besoins du film "la Castiglione" (1954)

Image

lien vers le film, en italien
https://www.youtube.com/watch?v=KlXrZg-8708

Une erreur cependant : l'état reconstitué est celui d'avant 1852, alors que l'action se passe en 1856... mais cela donne une idée de l'encombrement de la salle et de son échelle

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Août 2017 20:31 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 381
Localisation : hirson, aisne, picardie
Une précision concernant le cabinet de toilette de l'impératrice, grâce aux plans des AN.
Le plan de 1860 dit "Lefuel", publié par M Caron montre le cabinet de toilette à la date du plan. L'état montré, qui correspond à la division en trois parties du billard de Louis Philippe comprend le cabinet de toilette lui-même, les armoires des atours (décrites dans l'inventaire de 1855) et l'escalier descendant chez l'empereur.
Les documents des archives montrent que l'état du plan Lefuel est celui de la dernière année de cet état, créé en 1853. En effet en 1860 ont lieu d'importants travaux ayant pour but d'agrandir le cabinet de toilette de l'impératrice : les atours sont alors supprimés et transférés au second étage, au profit du cabinet, tandis que l'escalier est remanié pour s'adapter à la nouvelle configuration (les premières marches longent le mur de la salle du trône (on les distingue sur le plan) au lieu de partir de la sortie du passage du cabinet de travail). Un plan des AN montre le nouveau cabinet , et je l'ai intégré dans le plan de Lefuel pour mieux saisir les modifications :

Image
C'est pour ce cabinet qu'est créé le fameux monte charge dissimulé dans la rosace du plafond et qui permettait de descendre dans le cabinet les robes de l'impératrice directement depuis les atours à l'étage
Il semble que le plan de cette partie du palais soit resté inchangé lors de la conversion du cabinet de toilette en cabinet bibliothèque à l'automne 1866. Cette conversion entraîne bien sûr le démontage du mécanisme du monte charge, dont j'ai trouvé le mémoire aux AN. La seule transformation notable liée à cette nouvelle fonction est le percement de la niche entre colonnes de la façade, proche de la porte d'accès à la chambre, (devenue le nouveau cabinet de toilette) ce qui créée une troisième fenêtre éclairant la pièce.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 441 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 26, 27, 28, 29, 30

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB