Nous sommes actuellement le 03 Août 2020 16:06

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 70 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
Message Publié : 06 Jan 2020 10:17 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1777
Pierma a écrit :
(La galerie d'Apollon est superbe.)

pléonasme ? ;)

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Jan 2020 15:09 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6960
bourbilly21 a écrit :
Pierma a écrit :
(La galerie d'Apollon est superbe.)

pléonasme ? ;)

:mrgreen: :mrgreen:
Bon, alors disons qu'elle brille de mille feux ! :wink:

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Jan 2020 11:34 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 424
Localisation : hirson, aisne, picardie
Des mille derniers feux du palais de Saint-Cloud ;-)

Quelques vues de la visite nocturne du palais à la fin des années 1860 :
.
Une vue générale de la cour du palais.
Image

En se rapprochant un peu, on distingue au premier étage, de gauche à droite les fenêtres des salons de Mercure, la Vérité (au centre), de Vénus et dans l'angle une partie du salon de Mars. Depuis Louis XVI l'accès principal au palais se fait par le vestibule du corps central (sous Monsieur, l'escalier d'honneur était au centre de l'aile gauche de la cour).

Image

Le premier vestibule date de Monsieur avec ses demi-colonnes au centre des quatre murs. Les portes sont peintes couleur bronze. Les dessus de porte à trophées ont été ajoutés par Louis Philippe. Deux statues allongées avaient été placées sur les poêles sous Napoléon III: il s'agit de Vénus d'une part, et Psyché d'autre part, par Huguenin. L'une d'entre elle au moins a survécu à l'incendie (une photo la montre "allongée" sur les cendres) mais semble avoir disparu depuis.

Image


Le second vestibule peint en faux marbre est le lieu où le couple impérial accueille les souverains en visite,  notamment Victoria et le Prince Albert en 1855.
Image

Il faut s'imaginer gravir cet escalier entre deux haies de Cent-gardes alignés contre les deux rampes en marbre de Rance. Tout le décor mural semble être un remploi du décor de la chapelle de Monsieur qui se trouvait ici jusqu'à ce que Mique la transforme en escalier d'honneur. Le décor a été "marbré" sous Louis-Philippe, les pilastres étant dans un premier temps peints en marbre de Rance. Les fenêtres de gauche éclairent un couloir de service qui dessert toutes les pièces du parterre de l'Orangerie, tant  au rez de chaussée (les cuisines du palais) qu'au premier étage (les deux appartements de souverains aménagés en 1855). L'arcade centrale mène à l'antichambre des Grands Appartements.
Image


Vue de l'escalier depuis le palier supérieur et le tableau de Müller représentant la visite de Victoria en 1855
Image

Puis en s'avançant, le vestibule des Grands Appartements.
Image

Le salon de Mars. La voûte est de Mignard, on en voit un des angles, le tableau de la lunette au dessus de la cheminée représentant Mars et Vénus (gravure colorisée d'après Poilly) et le modello de Mignard au dessus de laporte de la galerie d'Apollon conservée à Montpellier  représentant "les plaisirs des jardins".

Image

La galerie d'Apollon, avec tous les vases et les bronzes, pour l'essentiel les bons, et les tableaux en grande partie ceux qui étaient dans la galerie. A droite une des quatre fenêtres donnant sur la chapelle
Image

Une vue de l'extrémité Est avec la statue de Joséphine par Bosio et quelques uns des meubles en laque ou en ébène alignés à 1,18 m par Louis Philippe
Image

Le salon de Diane vu depuis la cheminée. On voit les quatre meubles en laque ou ébène et bronze dorés avec les vases cornet de l'époque de Monsieur (au Louvre) et les éléments reconstitués à partir de la seule photographie et des descriptions d'inventaires (les sièges, les socles des vases, les appliques)
Image

Autre point de vue avec la cheminée en marbre Sainte Baume. Le coffre au dessus du manteau de la cheminée comprenait aussi des moulures en marbre campan rouge signalées par un mémoire d'entretien. Je les ai placées en haut et en bas mais si d'aventure l'un de nos membres avait une idée...
Ce salon en cul-de-sac sous Monsieur est transformé en salon de la chapelle par Mique et la grande porte à gauche ouvre sur la tribune royale (ou impériale) de la dite chapelle.
Image

A la suite du salon de Diane, la chapelle construite par Mique et dans laquelle le couple impérial assiste à la messe tous les dimanches à 11h.

Une vue depuis le vestibule bas de la chapelle :
Image

Une autre vue depuis les fenêtres au-dessus de l'autel, avec au rez de chaussée, dans le fond, le vestibule construit par Louis Philippe en 1841. Il est séparé de la chapelle par trois portes fenêtres garnies de rideaux de vitrage.
Image

La tribune royale est meublée de sièges conservés en partie au musée des Avelines. Dans le fond, par la porte centrale, le salon de Diane. A droite, servant de tribune, la galerie d'Apollon. Les fenêtres de gauche s'éclairent sur l'allée de la Carrière.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2020 19:29 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Déc 2015 13:11
Message(s) : 27
Localisation : Istanbul
Quelle splendeur mon Dieu !

Il va vraiment falloir faire un livre ou je ne sais quoi d'autre de ça !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2020 21:13 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6960
Comte de Vergennes a écrit :
Quelle splendeur mon Dieu !

Il va vraiment falloir faire un livre ou je ne sais quoi d'autre de ça !

+1 Ce travail mérite un public plus large.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2020 12:08 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3467
Localisation : Versailles
Pierma a écrit :
Comte de Vergennes a écrit :
Quelle splendeur mon Dieu !

Il va vraiment falloir faire un livre ou je ne sais quoi d'autre de ça !

+1 Ce travail mérite un public plus large.


Oui !

et il faudrait songer à reconstruire ce palais ! ce serait moins sujet à polémique que de refaire les Tuileries !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2020 12:45 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6960
Jerôme a écrit :
et il faudrait songer à reconstruire ce palais !

Vous n'êtes pas comme l'état, vous avez les moyens, vous ! :wink:

Déjà qu'on a appris à l'occasion de l'incendie de N.D. que les cathédrales pâtissaient du manque de soin... Entretenons déjà ce qui est debout, non ?

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2020 20:48 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Déc 2015 13:11
Message(s) : 27
Localisation : Istanbul
Oui... la France a suffisamment de châteaux, églises, musées et autres monuments, existants qui nécessitent des financements...

Ce genre de projet fantasque, surtout si c'est pour y installer un SPA ou un total haut standing... voyons... non, ou bien lorsqu'on aura un budget capable de le supporter, et pour l'instant ça m'a l'air mal parti !

Je préfère rêver du passé en regardant les merveilles d'Hardouin.

Nous ne pouvons pas tout changer, de ce qui s'est passé autrefois, par contre nous sommes dépositaires des monuments qui se dressent de notre vivant... et nous nous devons de les préserver, du mieux que nous pouvons... pour les générations futures puisse en hériter dans les meilleures conditions possibles.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mars 2020 21:47 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 424
Localisation : hirson, aisne, picardie
:oops:
Je continue la visite par les grands salons du fond de la cour d'honneur!

Revenons vers la galerie.

Une vue de l'entrée de la Galerie, avec les bons tableaux dans les reflets, les deux meubles en laque et la grande borne du salon de Mars. Cette vue permet aussi de voir la peinture de Mignard "la Jalousie et la Discorde", du moins son modello de Montpellier, à son emplacement d'origine.

Image

Vue du salon de Mars vers le salon de Vénus. Les portes ouvertes à droite sont du bon modèle grâce à une photographie communiquée par Bernard Chevallier. J'ai installé dans l'angle de fenêtres en miroirs quatre pliants comme l'indique l'inventaire de 1855.

Image

Le salon de Vénus, avec la porte ouverte sur l'enfilade et dans le fond le lustre de l'escalier de l'Impératrice. C'est l'ancienne salle du trône de Napoléon, transformée en salon du billard à la Restauration, fonction qu'il conserve jusqu'en 1855. Le décor a été entièrement créé en 1838 avec de grands panneaux de style Louis XV réalisés par Huber frère en carton pierre et disposés dans les trois salons. Un mémoire de Moench permet de savoir qu'au dessus du bas lambris en marbre de Rance feint et baguette dorées, ces panneaux dorés étaient rechampis en marbre blanc et brèche violette. De même, Louis Philippe avait fait disposer dans ce salon comme dans les deux suivants des tapisseries d'après l'histoire de Marie de Médicis. Le mobilier est constitué d'un ensemble de sièges du salon de Marie Louise à Monte Cavallo, lesquels, comme beaucoup de meubles réalisés pour ce palais, n'ont pas été livrés en Italie et ont donc été utilisés en France Ils sont recouvert d'une tapisserie, dont le modèle en vert pour la livraison d'origine pour le salon des Ambassadeurs des Tuileries, est passée au marron pour le tissage fait sous Louis Philippe pour ces sièges.On notera aussi la présence de deux écrans, au vu de la largeur de la cheminée (2,60m) avec deux feuilles différentes du même tissage, du Palais des Tuileries. Sur la cheminée figurait une grande pendule de Robin livrée pour Louis XVI à Versailles, et qui a été emportée en Prusse en 1870. Grande car l'inventaire en donne les dimensions : 1,05m de large sur 1,40m de haut!

Les fenêtres sont habillés de lambrequins et de pentes commandés pour la galerie des Guises à Eu, et dont un tissage est livré en 1840 pour Saint Cloud pour les trois salons sur la Cour d'honneur, et conservés par Napoléon III.
L'éclairage est assuré par deux grands lustres et des appliques en bronze doré à 5 bougies et une lampe Carcel, qui étaient fichées dans le médaillon circulaire des panneaux des longs murs.

Des vases bleus encadrant les bustes de Mme Mère et de Charles Bonaparte sont placés sur les consoles en mosaïque de Florence face aux fenêtres

Image

Vue de l'autre côté, avec la console maintenant chez Steinitz, la table à patins réalisée à partir des photographies et les consoles d'entrefenêtre en style Boulle réalisées à partir de ce que l'on en aperçoit sur les photos (un plateau chantourné et les pieds galbés) et la description de l'inventaire ; j'ai utilisé comme modèle celles de la chambre de la reine des Belges au Grand Trianon. Les originaux semblent avoir disparu dans l'incendie. Des vases de porcelaine, japonais, chinois et de Sèvres, ornaient les tables et consoles. Leur identification est peu évidente car le registre d'entrée ne précise pas toujours leur localisation.

Image

Le salon de la Vérité. C'est l'ancienne chambre de Louis XIV, devenu salon des jeux du roi sous Louis XVI. Le décor et le mobilier datent de Louis-Philippe.
D'abord quelques vues de jour. L'année 1869 correspond à la livraison d'une nouvelle console en bois sculpté et doré de style Louis XVI, retrouvée par Bernard Chevallier, qui remplace la grande console-jardinière en porcelaine que l'on voit sur cette vue et sur les photographies du Second Empire. L'emplacement face à la cheminée aura connu au moins trois meubles sous le Second Empire : une des deux commodes du salon des jeux de la reine à Compiègne, puis à partir de 1856 la grande console-jardinière en porcelaine, et enfin une console Louis XVI. En 1869 toujours de nouveaux sièges confortables et une douzaine de chaises Chiavari font leur entrée dans la pièce. Un paire de vases "rhyton" en porcelaine de Sèvres maintenant au Louvre garnissent cette console avec deux vases en céladon et un grand vase central orné du portrait de Napoléon III copié sur celui de Winterhalter (mais pour une raison que j'ignore, Thearender ne l'a pas "reproduit" alors qu'il figure sur le modèle Sketchup. Donc Thearender n'est pas bonapartiste.

A gauche du miroir se trouve l'une des quatre tapisseries de la pièce "L'entrevue du roi et de la reine à Lyon le 9 novembre 1600"
Image

Encadrant la porte de la bibliothèque, on trouve ensuite, à gauche "Henri IV partant pour la guerre d'Allemagne et confie à lareine le gouvernement de son royaume", et à droite "Naissance de Louis XIII, le 27 novembre 1601". La quatrième tapisserie, à droite de la cheminée, représente quant à elle "La réconciliation de Marie de Médicis et de Louis XIII".

Sur les deux encoignures maintenant à Versailles, un buste du roi de Rome (côté cheminée) et du Prince Eugène (côté console).
La porte centrale est ouverte sur la bibliothèqu. Le dessus de porte a été moulé sur celui du salon de Vénus donnant sur le salon de Mars (le mémoire de Huber le dit explicitement) et il est décoré d'un tableau de Jean Nocret représentant trois muses (ici une équivalence)

Image

Les deux consoles d'entrefenêtres semblables à celles du salon de Vénus étaient décorées de deux vases qui sont conservés au musée de Compiègne, à fond vert et or peints en 1852 par Théophile Fragonard, représentant les portraits équestres des deux empereurs d'après des oeuvres d'Horace Vernet : Napoléon 1er à la bataille de Friedland et le prince président quittant Satory

Une vue du plafond reconstitué avec les lustres, ces derniers à partir des photographies. Il combine en 1838 quatre angles représentant un trépied "gardé" par deux figures et douze figures de Dieux et de déesses datant du Premier Empire dans la voussure, encadrées de guirlandes de fleurs sur fond marron, avec un décor ajouté sur ordre de Louis Philippe : des moulures dorées rechampies autour des figures sur fond d'onyx (elles étaient primitivement sur fond de bronze), des têtes et rosaces en carton pierre doré autour des cadres, et surtout le plafond de Coypel "Minerve et la Vérité ou le triomphe de la Vérité", ici une équivalence proche de l'original connu par une gravure avec un riche encadrement de style Louis XIV dont le détail des moulurations correspond à la livraison de Huber. Ce plafond remplace un plafond du Premier Empire représentant une ronde de 12 enfants. Le décor Louis Philippe est conservé par Napoléon III.

Image

. La porte sur la bilbliothèque est fermée, ce qui permet de voir dans le reflet les cantonnières dessinées pour la galerie des Guise à Eu.
Image

Le salon de Mercure, ancien grand cabinet de l'empereur, dont le décor Louisphilippard est très sembable à celui du salon de Vénus. Il devient le salon du billard en 1855.
J'ai réalisé le billard "Louis XIV" à partir des photos et de l'inventaire. De dimensions "modestes" (3,66 m sur 1,96) il est en ébène, marqueterie en écaille, cuivre et étain avec bronzes dorés. Le tapis peau de tigre qui l'entoure est attesté par les photographies. Le porte queue et les tables guéridons sont aussi en style Boulle. La console sous le miroir ( dont le cadre est un moulage de ceux du salon de la Vérité) est un des deux éléments d'une paire livrée pour les Tuileries sous la Restauration et dont l'autre exemplaire est conservé à Versailles. Entre les pieds de la console figure un grand vase de Sèvres encadré de deux rhytons, qui semble perdu, et que j'ai réalisé à partir des photographies et de la description qu'en fait l'inventaire de 1855 (ce qui a permis de restituer les couleurs).Le buste de l'empereur par Canova est le bon. Je n'ai pas trouvé les vases qui ornent la console (et la cheminée), ils ont été réalisés à partir des photos.
Entre les fenêtres, à droite de la vue,  figurent les cabinets à pierre dure de Florence (deux originaux datant de Louis XVI et une copie réalisée par Jacob) qui étaient autrefois présentés dans le Grand cabinet du Dauphin à Versailles. L'ensemble des sièges est constitué par une copie du mobilier Vaudreuil, réalisée sous Napoléon 1er et installés ici quand la pièce était grand cabinet de l'empereur. Ils restent jusqu'en 1870 dans la pièce, le damas cramoisi  qui les couvre étant remplacé sous Louis Philippe par une tapisserie "aux papillons" d'un modèle semblable à celui du salon de la Vérité.

Les deux grands lustres semblent identiques, mais l'inventaire indique que l'un des deux fait 20 cm de moins que l'autre! (2,60 m pour l'un, 2,40 cm pour l'autre).
Image

Vue vers le salon de l'Aurore que l'on distingue par la porte ouverte, portes dont les boiseries ont été reconstituées à partir du mémoire de Huber et une photographie. La cheminée en marbre blanc (du temps de Louis XVI) est ornée de bronzes dorés ajoutés au début de l'Empire. L'écran est conservé, comme les chenets qu'il dissimule, et la pendule que l'on reconnaîtra aisément! Le dessus de porte à gauche est une équivalence de celui réalisé par Jean Alaux et qui représentait la force. Le vase , d'une paire, à gauche sur le cabinet le plus proche de la porte est du bon modèle illustré par B. Chevallier dans son ouvrage.
On voit mieux sur cette vue que sur la précédente le bas-lambris peint en marbre bleu turquin et les fonds de panneaux peints en marbre blanc et brèche violette. Une photographie en haute résolution prise après l'incendie montre très nettement tous les éléments de l'entablement du salon, notamment les deux types de trophées qui figuraient entre les consoles de la corniche, ce qui a permis d'en faire une évocation très précise.
Image

Vue de détail de l'entablement du salon de Mercure après l'incendie (source : wdl.org)
Image

Une vue du plafond du salon de Mercure reconstitué.
Image

Ce plafond a été entièrement créé par Louis Philippe. On le connaît grâce aux inévitables mémoires et également par une photographie (p 279 du livre Florence Austin) qui montre une grande partie des voussures.

Il comprend des parties moulées réalisées par Huber et dorées par Moench, des parties peintes en trompe l'oeil par Moench et 7 tableaux peints par Jean Alaux. Ces peintures sont celles qui donnent leur nom au salon : une peinture centrale représentant Mercure descendant Pandore sur la terre (je pense avoir trouvé le modèle du tableau, ici par Jean Alaux et dont les proportions correspondent exactement à celles du tableau d'origine (3,13 x 2,55), encadré par deux tableaux de génies tenant les attributs de Mercure. Dans les voussures, Les noces de Thétis et Pélée, l'Assemblée des Dieux dans les médaillons ovales sur la longueur de la voussure, Pâris recevant la pomme de Mercure et le Jugement de Pâris dans les médaillons circulaires sur la largeur. Ce sont ici bien sûr des équivalences.

Les tableaux de la voussure sont encadrés de riches moulures à coquilles de style Louis XIV se détachant sur un fond de croisillons dorés comportant en leur centre des rosaces sur fond de laque.

Les voussures des petits côtés sont ornées en leur centre d'un médaillon circulaire. Sous ces médaillons,  on trouve un angelot tenant une lyre assis sur des palmes. et au dessus un cuir avec une coquille encadrée de deux angelots.  qui remplacent  les armes royales de France prévues initialement, "sur ordre du roi" nous dit Huber. Ces médaillons sont insérés dans un cadre rectangulaire et l'espace entre les moulures est orné de trophées en trompe l'oeil. J'ai utilisé ceux de la salle des Hoquetons à Versailles en équivalence.
Les médaillons ovales sont eux aussi surmontés de cuirs et encadrés de trophées. A la place de l'angelot, c'est une tête de satyre entourée de fleurs et de rinceaux qui figure en bas de l'ovale.
J'ai réalisé les angles avec leur décor de rinceaux reposant sur une coquille et surmonté d'une bombe (que j'ai copiée sur celle du dessus de porte du salon de Mars), en m'appuyant sur la photographie et sur le mémoire de Moench qui fourni toutes les dimensions. Insérer une bombe dans le décor était sans doute un moyen de se rattacher à Monsieur, dont c'était le symbole.
Le mémoire de Huber indique qu'il a moulé deux enfants de la voûte de la galerie d'Apollon dans le château pour les reproduire en 12 exemplaires (6 de chaque). J'ai utilisé des angelots très proches de ceux visibles sur les dessins et photographies de la galerie. Huber livre aussi quatre guirlandes, j'ai donc essayé de les placer de la manière la plus logique possible : deux angelots tenant une guirlande aux extrémités du plafond, les deux dernière paire au dessus du médaillon ovale, leur rôle étant de "combler" l'espace entre les peinture de Jean Alaux et les voussures, et aussi de donner un cachet "Louis XIV" au décor. De même, c'est une moulure sculptée moulée sur les cadres des portes du salon de Mars qui entoure le plafond.

Avant de poursuivre au delà du salon de Mercure, un petit retour dans le salon de la Vérité.
Les portes ouvrant sur la bibliothèque sont maintenant ouvertes.
Image

La bibliothèque est une pièce rectangulaire de 9m sur 6, créée par Louis Philippe en 1838. Les archives du domaine conservent deux projets pour cette pièce, l'un avec seulement deux niveaux et le second, pour l'essentiel réalisé, à trois niveaux, mais les deux avec un éclairage zénithal, nécessaire au vu de l'emplacement de la pièce, "coincée" entre les deux bâtiments du corps de logis et l'escalier.

Image

Le décor est entièrement en chêne et bois doré, avec gardes corps en fer partiellement doré. La cheminée en marbre vert de mer est la seule touche colorée. Une porte à droite de cette cheminée ouvre sur l'escalier qui monte aux étages.
L'ameublement montré par les photographies correspond pour l'essentiel à l'inventaire de 1855 et il date de l'époque de Louis Philippe. Une grande pendule Boulle identifiée par B. Chevallier occupe la place centrale sur la cheminée, encadrée de deux vases en porcelaine du Japon. A côté de cette cheminée est placé le "marchepied à 8 degrés en érable se ployant en deux parties et formant table, garni d''équerres et crochets" servant d'échelle de bilbliothèque.
Les sièges sont de trois types : quatre chaises et quatre fauteuils de style Louis XV en chêne à ornements de bronze doré, garnis de damas cramoisi à capitons et six chaises d'un modèle semblable à celui de la galerie d'Apollon, en bois noirci et ornements dorés et garniture cramoisie.

Plusieurs tables sont mentionnées par l’inventaire. La vue montre la table à écrire en acajou de style Louis XVI et une autre de style Louis XV, placées devant la cheminée.

Image

Face à la cheminée figure un « grand fauteuil en bois noir sculpté riche à fronton avec ornements en bronze doré (…) couvert en tapisserie de Beauvais fond brun, dessin personnages dansants » que montre assez nettement une gravure montrant la bibliothèque sous Louis Philippe et dont je me suis servi pour restituer ce siège. La disposition des chaises et fauteuils s’appuie également sur cette gravure.
Au centre de ce côté de la pièce trône une copie du grand bureau de Benneman sur lequel est posé un des douze exemplaires du flambeau en argent de Biennais livrés pour Napoléon 1er.

Image
Les mémoires de Huber et de Moench permettent de savoir que les dessins du projet de bibliothèque et de la gravure correspondent à ce qui a été réalisé pour le couronnement de la pièce. Celui-ci comprend une riche voussure composée de riches médaillons entourés de grappes et d’agrafes, ceinture par un double tore de lauriers le tout doré sur fond blanc.  Un entablement à consoles dorées soutient la verrière dont les parties métalliques sont elles aussi dorées.

La bibliothèque contient environ 10 000 ouvrages, dont la moitié environ a été sauvées par les Prussiens au cours de l’incendie, les plus pièces ayant distribuées   aux officiers au cours de l’occupation du château.

En poursuivant au delà du salon de Mercure, on entre dans la partie "Mique" du château.
Le salon de l'Aurore est l'ancien vestibule de l'appartement de la reine, connu sous le nom de "salon du régulateur" dans le premier tiers du XIXe s. L'inventaire de 1826 indique en effet dans cette pièce "une pendule renfermée dans une boite en acajou, à jour sur trois faces, garnie de glaces et moulures dorées mat ainsi que le tour du cadran, mouvement à secondes et équation pour deux aiguilles, une aiguille au centre du cadran, poids à soussaine (?), échappement à poids, le tout en cuivre ainsi que le balancier et la lentille, avec verge de correction, mouvement de Lepaute, haut 2m, larg 45 cm".
Le décor du salon est constitué d'un revêtement de stuc, d'après le Galignani's guide de 1827.

Image

Dans le cadre des travaux de 1838, c'est cette pièce qui est la plus transformée pour lui donner un caractère Louis XIV. Le décor mural est entièrement refait par Moench, qui réalise un décor de faux marbres Portor pour le bas lambris et les encadrement des panneaux de hauteur, brèche violette pour le fond des panneaux de hauteur et les fonds de l'entablement et Languedoc pour les fenêtres. Huber réalise quant à lui le décor en relief en carton pâte : six chutes d’armes du même modèle composées de trois trophées tenus par des rubans, le cadre des trois tableaux du plafond avec feuilles d’acanthe, tore sculpté de fruits  et feuilles et feuilles d’eau, et des caissons à coquilles et rinceaux qui servent de fond à ces tableaux. Le tout est doré par Moench. La seule photographie conservée de ce salon montre assez nettement tous ces éléments. Les trois portes sont surmontées de bas-relief représentant des victoires dans un style rappelant l’Empire, peintes en or sur fond de brèche violette. Une photographie prise après l’incendie montre celui côté appartement de l’empereur, ce qui permet de conclure qu’il devait être en plâtre ou en stuc.

Le plafond doit son nom à la peinture centrale du plafond, le Lever de l’Aurore, dû à Nicolas Loyr, venu du Louvre et encastré ici sur ordre du roi. Il est encadré par deux autres tableaux du même représentant des amours tenant des guirlandes de fleurs. Ces trois tableaux ont disparu dans l'incendie. Ce sont donc ici des équivalences. Deux lustres à lampe Carcel en bronze doré assurent l'éclairage ; ils sont placés au centre d'un grand caisson sculpté à coquilles et rinceaux, ici réalisé d'après la description des mémoires de travaux, et séparant les trois tableaux.
Image

Le mobilier est également celui de Louis Philippe : deux grands vases en porcelaine de Sèvres forme étrusque, fond gris marbré à anses à tête de bélier occupent le centre des murs des petits côtés. Ils sont posés sur deux piédestaux en marbre noir à camées en biscuit de Sèvres livrés en 1807 pour le cabinet de l’empereur et placés là en 1839 (B. Chevallier). Je les ai restitués à partir de la photographie et de la description de l’inventaire. L’ensemble a disparu dans l’incendie (Schneider raconte avoir vu à leur emplacement une masse informe de chaux) comme les quatre cabinets en laque d’un modèle semblable à ceux de la galerie d’Apollon. Le salon était également meublé d’un ensemble de sièges Empire, sauvé mais vendu, aux bois à motifs dorés sur fond noir imitant la laque de Chine et tapisserie de Beauvais à sujet militaire, comprenant quatre fauteuils et six chaises. Dix cantonnières en velours cramoisi et franges dorées garnissent les fenêtres vraies et fausses et les portes.

Le salon ouvre par trois porte-fenêtres sur l'escalier de la Reine devenu celui de l'Impératrice, aménagé pour Marie-Antoinette en 1786-1787. Entièrement en pierre, son décor est principalement constitué par deux grands bas-reliefs de Deschamps, aujourd'hui conservés au palais royal de Laeken en Belgique, dans le "salon des Clodion".
Image

Une vue d'ensemble du premier étage depuis le salon de l'Aurore, avec le grand bas relief représentant le Triomphe de Flore, par Deschamps et la rampe en acier et ferblanterie dorée:

Image

La partie basse de la cage d'escalier vue depuis le premier étage. J'ai pu savoir récemment que les deux colonnes soutenant le palier, visibles sur le dessin de Fontaine, ont été remplacées par deux paires de colonnes sous Charles X (de mémoire en 1828) et ces colonnes sont indiquées en marbre blanc.

Image

Le vestibule de l'escalier de la Reine, avec ses porte-chapeaux.

Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Mars 2020 11:35 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Déc 2015 13:11
Message(s) : 27
Localisation : Istanbul
Ho ! La bibliothèque est renversante ! Et que dire du "reste"... spectaculaire !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 70 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB