A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 17 Août 2018 18:33

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 08 Jan 2018 23:27 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Août 2013 22:43
Message(s) : 124
Bonjour,

J'ai remarqué plusieurs sujets traitant du CAPLP mais souvent de manière éparse. Ainsi, il me semble indispensable d'aborder de manière plus centralisée ce (trop souvent) concours perçu comme le négatif du CAPES.

Refuge traditionnel des "déçus du CAPES", il n'en demeure pas moins un lieu où la moyenne d'âge est plus élevée. C'est en effet un lieu récurrent de la nouvelle carrière où les ponts sont peut-être plus aisés à franchir que le CAPES.

Tentons de suivre une trame touchant à la vérité et annonçons la couleur directement: décrié par nombre d'universitaires et de capétiens, ce concours est de manière générale plus accessible que le CAPES. On ne travaille pas les mêmes matières certes (l'ajout du français y joue pour beaucoup), mais les jurys semblent de manière générale plus clairvoyants que les lames de fond nizarites de Châlons-en-bulles.

Des informations pratiques:

    - Un professeur de CAPLP Lettres-histoire est d'abord un professeur de français.
    - Le salaire est le même que pour un lauréat du CAPES.
    - Un professeur de CAPLP travaillera moins et gagnera autant, je m'explique: les élèves de pro partent en stage plus d'un mois dans l'année scolaire. Pendant cette période, le professeur de LH peut (et le fait par convenance) faire des visites de stage (de 0 à 10 pour résumer) qui durent moins d'une heure chacune (environ). Malgré tout, cela permet de souffler.
    - Souffler oui... Car les élèves y sont plus difficiles. Une journée en LP sera sans doute plus éprouvante qu'une journée en lycée général. Ils sont dans un même mouvement plus agressifs, mais jouent aussi beaucoup sur l'affectif, ils seront plus agités et soufreront le plus de troubles (les dys-), mais seront moins nombreux par classe. Le mot éducation prendra tout son sens.
    - La percée universitaire y est plus aisée: les recherches sur le lycée pro sont moins nombreuses. Par conséquent, il y a un manque cruel de travaux universitaires sur ce domaine de l'enseignement.

    Lien vers les programmes en histoire géographie: http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/lettres ... C_2017.pdf et en français: http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/lettres ... s_prog.pdf

    Lien vers les sujets de CAPLP de cette année: http://media.devenirenseignant.gouv.fr/ ... 770031.pdf


Ce premier état des lieux me semble une base fragile mais non indécente. Il le fallait.

_________________
" Le cynique est le chien de la vérité, non pas parce qu'il la protègerait comme un gardien fidèle, mais parce qu'il aboie des mots vrais, et qu'il mord avec, parce qu'il agresse les gens à la vérité."
Frédéric Gros, Michel Foucault, PUF, Que sais-je?, 2004.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 10 Jan 2018 0:36 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 25 Juil 2012 16:14
Message(s) : 21
Merci pour ce sujet qui devrait en intéresser plus d'un...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 09 Avr 2018 21:20 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 03 Juil 2011 17:57
Message(s) : 185
Unagi a écrit :
- Un professeur de CAPLP Lettres-histoire est d'abord un professeur de français.
- Un professeur de CAPLP travaillera moins et gagnera autant, je m'explique: les élèves de pro partent en stage plus d'un mois dans l'année scolaire. Pendant cette période, le professeur de LH peut (et le fait par convenance) faire des visites de stage (de 0 à 10 pour résumer) qui durent moins d'une heure chacune (environ). Malgré tout, cela permet de souffler.
- Souffler oui... Car les élèves y sont plus difficiles. Une journée en LP sera sans doute plus éprouvante qu'une journée en lycée général. Ils sont dans un même mouvement plus agressifs, mais jouent aussi beaucoup sur l'affectif, ils seront plus agités et soufreront le plus de troubles (les dys-), mais seront moins nombreux par classe. Le mot éducation prendra tout son sens.

- Pas forcément, il n'y a pas de découpage précis dans le B.O. certains établissements font 2h lettres 2h hg et 30 EMC. (mais 3h 1h30 se fait aussi et après il y a les répartitions liées au besoin de faire 18h prof).
- Effectivement quand les élèves partent en stage on n'a pas classe, j'ajouterai que les copies sont plus rapides à corriger et les effectifs souvent plus bas (mais ce n'est pas une généralité)
- En réalité tout dépend de la spécialité des élèves, j'ai eu des classes en pro plus faciles que des classes en LGT.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 09 Avr 2018 21:49 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
Unagi a écrit :
mais les jurys semblent de manière générale plus clairvoyants que les lames de fond nizarites de Châlons-en-bulles.

Pour ceux d'entre nous qui ne font pas partie de l'Education (Nationale) pourriez-vous préciser à quoi vous faites allusion ?

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 10 Avr 2018 6:03 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Avr 2018 1:39
Message(s) : 1
Effectivement, je confirme tout ce qui est dit, pour peu que l'on soit dans un lycée pas trop difficile, cela peut être la planque. C'est surprenant d'ailleurs que ce concours soit si peu connu. Tout le monde ne pense et ne voit que par le CAPES alors qu'on y bosse plus, avec moins de temps de libre et un salaire équivalent. Enfin, je pense qu'il ne faut pas trop le crier sur tout les toits quand même.
Mon expérience personnelle:
Avantages:
-cours avec des classes de 8 à 14 élèves.
- grandes vacances fin mai car les classes partent en stage.
- d'autres vacances en janvier (stage pour une classe).
- Quasiment aucune correction, ou peu (juste pour les 1ère et terminale), une copie de CAP c'est 10 lignes.
-Visite de stage intéressante car on sort de la classe pour rencontrer d'autres métiers, la "vraie vie" (passer 40 ans dans une salle de classe et ne rien connaître d'autre peut isoler du réel).
-Grande liberté pédagogique étant donné les élèves. Si on le souhaite on peut faire pas mal de projets innovants.

Inconvénients:
-Public qui peut être difficile, mais c'est pareil en collège, et avec 30 élèves dans la classe. Par ailleurs certaines classes peuvent être vraiment bien.
-Cours assez simple, du niveau d'une petite 3ème. C'est un public avec des difficultés d'apprentissage, déficit d'attention, dyslexie...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 10 Avr 2018 20:22 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2714
Localisation : Versailles
Un de mes amis a passé ce concours après une thèse de lettres sur les auteurs juifs greco égyptiens. Il est très heureux de son sort dans un lycée pro à orientation tertiaire. 99% des élèves sont des filles. Pas des intellectuelles mais néanmoins assez dégourdies. En français il propose des chansons style Charles Trenet et parfois quelques bribes de latin ! En histoire les grandes pages de notre passé. Ses élèves se passionnent pour Marie Antoinette !

Une question que signifie l'adjectif "difficiles" dans les réponses qui précédent : paresseux ? Indisciplinés ? Idiots ? ...ou simplement masculins ?

Pour mon ami, la principale difficulté est liée à la maturité sentimentale assez avancée de certaines lycéennes qui n'hésitent pas à mettre en avant leurs charmes de façon parfois provocantes, surtout au printemps ! Ou à l'inverse pensent plus à leur amoureux qu'à leurs cours !

Évidemment si on se passionne uniquement pour Mallarmé et les locomotives à vapeur, c'est certainement moins simple !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 10 Avr 2018 20:25 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2714
Localisation : Versailles
Pierma a écrit :
Unagi a écrit :
mais les jurys semblent de manière générale plus clairvoyants que les lames de fond nizarites de Châlons-en-bulles.

Pour ceux d'entre nous qui ne font pas partie de l'Education (Nationale) pourriez-vous préciser à quoi vous faites allusion ?


Même question !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 27 Avr 2018 22:53 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Août 2013 22:43
Message(s) : 124
Bonjour, je n'avais pas vu ces "retours", ils me font plaisir.

Citer :
- Pas forcément, il n'y a pas de découpage précis dans le B.O. certains établissements font 2h lettres 2h hg et 30 EMC. (mais 3h 1h30 se fait aussi et après il y a les répartitions liées au besoin de faire 18h prof).
- Effectivement quand les élèves partent en stage on n'a pas classe, j'ajouterai que les copies sont plus rapides à corriger et les effectifs souvent plus bas (mais ce n'est pas une généralité)
- En réalité tout dépend de la spécialité des élèves, j'ai eu des classes en pro plus faciles que des classes en LGT.

1. Tout à fait!
2. Cela dépend des séries (pour simplifier grossièrement le tertiaire autour de 30, l'indus à moins de 25, les CAP à moins de 20) effectivement.
3. Tout à fait. Surtout dans plusieurs cas: les élèves de collège, une seconde bien chargée de 35+ élèves ou encore un dépotoir en ES. Ajouter les séries technologiques.

Citer :
cela peut être la planque. C'est surprenant d'ailleurs que ce concours soit si peu connu. Tout le monde ne pense et ne voit que par le CAPES alors qu'on y bosse plus, avec moins de temps de libre et un salaire équivalent. Enfin, je pense qu'il ne faut pas trop le crier sur tout les toits quand même.

Le CAPES demeure l'épreuve reine pour beaucoup. D'ailleurs, il est toujours plus "chic" d'être professeur en général plutôt que de pro, de lycée général que de collège, d'avoir l'agrég que... etc.

Citer :
Mon expérience personnelle:
Avantages:
-cours avec des classes de 8 à 14 élèves.
- grandes vacances fin mai car les classes partent en stage.
- d'autres vacances en janvier (stage pour une classe).
- Quasiment aucune correction, ou peu (juste pour les 1ère et terminale), une copie de CAP c'est 10 lignes.
-Visite de stage intéressante car on sort de la classe pour rencontrer d'autres métiers, la "vraie vie" (passer 40 ans dans une salle de classe et ne rien connaître d'autre peut isoler du réel).
-Grande liberté pédagogique étant donné les élèves. Si on le souhaite on peut faire pas mal de projets innovants.

8 à 14 élèves c'est un rêve. Savourez donc! J'en suis à 30. Pour les copies c'est également variable: ayant quatre classes, deux niveaux, des heures supp', aimant faire des évaluations "intermédiaires" et préparant au BEP j'amoncelle un bon paquet de copies parfois.
Pour la liberté et les visites, quel enrichissement vous avez raison ;)

Citer :
Inconvénients:
-Public qui peut être difficile, mais c'est pareil en collège, et avec 30 élèves dans la classe. Par ailleurs certaines classes peuvent être vraiment bien.
-Cours assez simple, du niveau d'une petite 3ème. C'est un public avec des difficultés d'apprentissage, déficit d'attention, dyslexie...

Farpaitement!

Citer :
Une question que signifie l'adjectif "difficiles" dans les réponses qui précédent : paresseux ? Indisciplinés ? Idiots ? ...ou simplement masculins ?

Pour mes classes et dans pas mal du secteur (banlieue parisienne aidant):
tout ce que vous mentionnez, et ajoutez une homophobie, une misogynie, une agressivité et un antisémitisme. Mais les intensités sont différentes et cela concerne également le collège et le général (moins).

Pour votre ami, je pense qu'il a trouvé le bon créneau et les bon choix. Ils aiment les anecdotes, les histoires au coin du feu et surtout ne pas être pris pour des idiots (ne pas faire Babar).

Citer :
Pour ceux d'entre nous qui ne font pas partie de l'Education (Nationale) pourriez-vous préciser à quoi vous faites allusion ?

C'est assez obscur en effet: un jury de CAPLP sera sans doute plus clément avec vous qu'un jury de CAPES (Châlons étant le QG)
Pour quelles raisons?
Recette:
1. Bannissez la plupart des universitaires.
2. Ajoutez une décontraction générale.
3. Saupoudrez le tout d'un pragmatisme affiché: les parcours de vie étant ce qu'ils sont, une personne ayant effectuée des études de Lettres Classiques sera sans doute en difficulté en géographie. Par conséquence, et parce que cela se "sent" lors d'un oral, un concept oublié sera pardonnable, moins au CAPES.

Pour terminer, une réflexion: le profil des élèves de "général" (collège + LGT) s'est-il professionnalisé ou le profil du lycée pro s'est-il généralisé ?

_________________
" Le cynique est le chien de la vérité, non pas parce qu'il la protègerait comme un gardien fidèle, mais parce qu'il aboie des mots vrais, et qu'il mord avec, parce qu'il agresse les gens à la vérité."
Frédéric Gros, Michel Foucault, PUF, Que sais-je?, 2004.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Ce que revêt le CAPLP
Message Publié : 13 Juil 2018 13:48 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Juil 2009 16:36
Message(s) : 54
Localisation : Haute-Loire
Concernant votre réflexion, qu'entendez-vous par professionnalisation des élèves de LGT ? Au niveau des apprentissages ou de la mentalité des élèves ?

Je ne sais pas si les élèves de pro se sont généralisés, mais c'est ce que tentent les différentes réformes. C'est beau sur le papier, une catastrophe sur le terrain. Le sujet de bac pro en français est une absurdité, les élèves sont de toute façon complètement largués en arrivant dans le supérieur (j'officie des 2 côtés, LP et Licence et un élève de pro se remarque dès le 1er cours) et sont des buses dans leur métier en sortant de leurs 3 ans de bac (bientôt 2 ans puisque la seconde sera dite "de détermination").
Sinon, pour peu que vous soyez dans un Lycée polyvalent, l'institution prend souvent bien soin de rappeler au quotidien à l'élève de pro qu'il est un élève de pro et non de général (valable aussi pour les profs, malheureusement). On ne mélange pas les torchons et les serviettes, vous comprenez ! On enferme donc les élèves déjà "abîmés" par leur parcours dans un état d'esprit de dévalorisation, de rejet, qui mène parfois à des attitudes violentes vis-à-vis de l'institution, des enseignants ou tout simplement de leur scolarité.
Un exemple : cette année, où j'oscillais entre 10 et 24 élèves par classe (des pertes entre la seconde et la première), je ne considère pas avoir accompli ma mission : programme non terminé, élèves difficiles à canaliser (bagarres fréquentes, mais aussi dégradations, menaces...), hiérarchie absente, voire dans le mépris...
En 9 ans d'enseignement, c'est la 1ère fois que je ressens ce sentiment d'échec ! (mais bon, nouvelle année scolaire, nouvel établissement, je compte bien rebondir et de nouveau "me faire plaisir" au boulot)

_________________
"La témérité réussit souvent là où la prudence échoue" (Celse, De la médecine, III, 9)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB