A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 13 Nov 2018 1:13

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 28 Jan 2010 10:53 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Nov 2009 8:50
Message(s) : 609
Bonjour,

Le sujet est "La Turquie kémaliste et les Arabes".

Ne sachant pas si je dois ouvrir un nouveau fils craignant de créer un doublon ou si je dois choisir ce fils craignant un hors-sujet, je préfère continuer sur ce fils et entre deux fautes choisir la moins grave.

En 1928, le gouvernement Kemal décrète que l'alphabet arabe sera remplacé par l'alphabet latin avec les lettres spéciales "ğ Ğ ı ş Ş", cette réforme sera connue sous le nom de Révolution des signes.

Parallèlement (?), il adopte le système de la laïcité française ; la religion n'est pas contestée, mais elle se limite à la sphère strictement privée.

La question que je me pose est de savoir comment l'islam est affecté , en turquie par ces réformes.

- est-ce que tous les textes sont traduits ? Certains sont-il éliminés ?
- comment distinguer un interdit "de la sphère privé" d'un interdit "non privé" alors que l'islam ne fait pas cette distinction ?
- peut-on parler de l'abandon d'un islam politico-religieux vers un islam strictement religieux ?
- est-ce l'islam turque abandonne alors tout juridisme ?

Amicalement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 13:26 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Nov 2009 8:50
Message(s) : 609
je m'excuse de ce nouveau post , ne pouvant éditer

http://www.bibliomonde.com/donnee/turquie-etat-la-religion-119.html

Citer :
Un État laïque ?

La hiérarchie religieuse intégrée dans la bureaucratie ottomane a disparu avec l’ancien empire. En 1924, après avoir instauré la république, Mustapha Kemal a aboli le Califat (l’autorité suprême de l’islam, que les grecs détenaient depuis la prise de La Mecque par les armée ottomane en 1517. Le futur Atatürk a laïcisé l’enseignement, interdit les confréries islamiques (1925) et remplacé la législation d’inspiration coranique par des codes emprunté à des pays occidentaux (la Suisse pour le code civil). Depuis 1928, l’islam n’est plus religion d’État…

Au cours du dernier demi-siècle, l’islam (dans sa version sunnite) a été peu à peu réintroduit par le biais de l’État. Des cours de religions ont réapparu dans les écoles primaires publiques en 1949. L’arabe a été à nouveau autorisé pour l’appel à la prière (1950), les confréries religieuses sont peu à peu sorties de la clandestinité. Des partis politiques d’inspiration islamique sont nés. Dans les années 1970, trois gouvernements ont accueilli des ministres islamistes (dont Necmettin Erbakan)…

Le renforcement de l’islam par le pouvoir turc est surtout le fait de la junte militaire qui a pris le pouvoir en 1980. Dans le dessein de lutter contre le progrès des idées de gauche, le gouvernement militaire a misé sur les islamistes. La constitution de 1982 rend obligatoire l’enseignement coranique (dans sa version sunnite exclusivement) dans toutes les écoles et collèges public. Le gouvernement multiplie les autorisations d’ouverture d’école religieuses (officiellement prévu pour former des imams). ..



Est-ce exact ?

http://www.bleublancturc.com/Franco-Turcs/Islam/Lewis_islam_referme.htm

Citer :
LE POINT : Vous écrivez que, contrairement au christianisme, il n'existe pas dans l'islam de séparation entre le sacré et le profane. Les seules expériences laïques du monde musulman, type Atatürk en Turquie, ont été réalisées contre la religion. L'islam peut-il évoluer sur ce point ?

BERNARD LEWIS : La séparation de l'Eglise et de l'Etat a ses racines dans les Evangiles, mais elle n'a été effective qu'après des siècles de guerres de religion où des chrétiens d'obédiences différentes tentaient d'imposer leur foi et leur autorité ecclésiastique à d'autres chrétiens, par la persécution sur leur territoire ou par les armes à l'extérieur. Les musulmans ont eu et ont encore leurs débats internes, notamment entre sunnites et chiites, mais ceux-ci n'ont jamais, même de loin, approché l'âpreté et la férocité des fanatiques conflits religieux du christianisme. La séparation du spirituel et du temporel a donc été considérée par les musulmans comme un remède chrétien à un mal chrétien qui ne les concernait pas. Certains ont suggéré qu'à l'époque moderne, le monde musulman ayant contracté la maladie des chrétiens, il pourrait songer à s'appliquer leur thérapie.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 13:56 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Nov 2009 8:50
Message(s) : 609
je m'excuse de ne pouvoir éditer.

Est-ce exact ?

http://blog.mondediplo.net/2008-02-29-Vers-une-revolution-de-l-islam-en-Turquie

Citer :
Les hadith sont le principal guide pour les musulmans pour interpréter le Coran et la source de la vaste majorité des lois musulmanes (charia).


Est-ce qu'on peut dire qu'en laïcisant la turquie, M. Kemal a emputé l'islam des hadiths traitant de la Charia ?

Est-ce´que l'on peut dire que la laïcisation de la Truquie par Kémal s'est accompagné d'une réforme religieuse ?

Est-ce exact ? Du temps de M.kemal ?

http://www.cafebabel.fr/article/26845/trans-dve-turecka-v-jednom.html

Citer :
Le kémalisme signifie bien plus que la simple séparation de l’Eglise et de l’Etat. « En Turquie, l’Etat contrôle toutes les activités et les organisations religieuses. Les imams sont payés par l’Etat »

...

(ndr:Le Coran).. contient également des instructions concrètes sur les relations civiles et la vie en société. L’islam implique la soumission absolue et inconditionnelle à Dieu. La loi islamique, la sharia, est supérieure à toute loi temporelle, façonnée par les hommes.



Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 14:18 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 14 Avr 2005 10:11
Message(s) : 2261
Et vous Durand quel est votre avis ? Vous demandez beaucoup et donnez peu...

_________________
« Étudiez comme si vous deviez vivre toujours ; vivez comme si vous deviez mourir demain. » Isidore de Séville


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 14:47 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Nov 2009 8:50
Message(s) : 609
Bonjour Isidore, je vous ai répondu en MP. Amicalement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 14:51 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2007 17:53
Message(s) : 368
Localisation : Athènes (en exil)
Durand78 a écrit :
Bonjour Isidore, je vous ai répondu en MP. Amicalement


Mais vous ne pensez pas que votre point de vue pourrait intéresser les forumeurs? Ou à moins que vous redoutez les quolibets et la modération par vos propos qui sont parfois (souvent) complétement farfelus? Dans ce cas, si vous posez des questions en public et y répondez en privé, vous risquez là encore de vous faire appeler Arthur par qui vous savez.

_________________
"Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables" A. Allais


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 14:54 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Nov 2009 8:50
Message(s) : 609
Bonjour Poly, je vous réponds en MP. Amicalement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 14:57 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2007 17:53
Message(s) : 368
Localisation : Athènes (en exil)
Durand78 a écrit :
Bonjour Poly, je vous réponds en MP. Amicalement


Vous me sidérez par vos propos... Je vous conseille de ne pas répondre en MP aux questions que vous posez sur le forum... et vous me répondez... par MP! 8-|

_________________
"Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables" A. Allais


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2010 16:27 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Polycrate de Samos a écrit :
Durand78 a écrit :
Bonjour Poly, je vous réponds en MP. Amicalement


Vous me sidérez par vos propos... Je vous conseille de ne pas répondre en MP aux questions que vous posez sur le forum... et vous me répondez... par MP! 8-|


Un peu schizo, n'est-ce pas ? ;)

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Jan 2010 9:53 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 11 Juin 2008 14:10
Message(s) : 115
Effectivement, c'est du hors-sujet, puisque le sujet, c'est "La Turquie kémaliste et les Arabes", c'est-à-dire, les rapports entre un Etat (la Turquie kémaliste) et une minorité ethnique/nationale (les Arabes). Alors que la quasi-totalité de vos questions concerne les rapports entre l'Etat turc et la religion musulmane. (et "musulman" ne veut pas dire "Arabe", et vice versa...)

Espérant une relocalisation de cette dernière discussion par les modérateurs, je vais essayer de répondre brièvement à vos questions.

-Pour l'écriture de la langue turque, l'alphabet arabe a été remplacé par l'alphabet latin en 1928. Du coup, c'est une réforme qui ne concerne que la langue turque ; les textes en arabe ont continué à être édités avec des lettres arabes.
Durand78 a écrit :
Est-ce que tous les textes ont été traduits?


Si vous voulez parler de la retranscription des textes en turc édités avec les lettres arabes : Non, c'était impossible, le corpus des oeuvres en turc édités avec "l'ancien alphabet" (l'alphabet arabe) était déjà trop vaste, et il était impossible de retranscrire tout ce corpus avec les lettres latines.

Si vous voulez parler de la traduction des textes arabes en langue turque : Non, il est impossible de traduire tous les textes d'une langue. Mais à partir des années 1940, le gouvernement a soutenu la traduction systématique des "classiques de l'Occident et de l'Orient" ; ainsi, les grands poètes, philosophes ou historiens arabes et persans ont été (re)traduits en turc.

Durand78 a écrit :
comment distinguer un interdit "de la sphère privé" d'un interdit "non privé" alors que l'islam ne fait pas cette distinction ?

D'abord, la politique ne respecte pas toujours la doctrine religieuse. Et le gouvernement kémaliste avait progressivement éliminé les politiciens et les religieux influents qui auraient pu remettre en cause, au nom de l'islam, cette distinction entre le sphère privé et le sphère public.

Ensuite, le système juridique mis en place pendant le dernier siècle de l'histoire de l'Empire ottoman reconnaissait plus ou moins la laïcité. Les tribunaux laïcs ("tribunaux de Nizamiye" et tribunaux de commerce) coexistaient, par exemple, avec les tribunaux de droit religieux depuis les années 1860. Les lois promulgués en Empire ottoman étaient loin d'être des manifestations strictes des lois religieuses. La Turquie républicaine/kémaliste a accéléré et radicalisé ce processus de laïcisation.

Durand78 a écrit :
peut-on parler de l'abandon d'un islam politico-religieux vers un islam strictement religieux ?

Probablement. Mais il faut re-souligner que ce processus a débuté au XIXe siècle.

Durand78 a écrit :
est-ce l'islam turque abandonne alors tout juridisme ?

Oui, pour toutes les questions régies par la législation laïque.

Durand78 a écrit :
Citer :
Le renforcement de l’islam par le pouvoir turc est surtout le fait de la junte militaire qui a pris le pouvoir en 1980. Dans le dessein de lutter contre le progrès des idées de gauche, le gouvernement militaire a misé sur les islamistes. La constitution de 1982 rend obligatoire l’enseignement coranique (dans sa version sunnite exclusivement) dans toutes les écoles et collèges public. Le gouvernement multiplie les autorisations d’ouverture d’école religieuses (officiellement prévu pour former des imams). ..

Est-ce exact ?

Oui, tout à fait.

Bernard Lewis a écrit :
La séparation du spirituel et du temporel a donc été considérée par les musulmans comme un remède chrétien à un mal chrétien qui ne les concernait pas.

Dans la Turquie contemporaine on ne met pas en cause les racines chrétiennes de la laïcité, mais plutôt les paradoxes et les conséquences de ses modes d'application.

Durand78 a écrit :
Est-ce qu'on peut dire qu'en laïcisant la turquie, M. Kemal a emputé l'islam des hadiths traitant de la Charia ?

Est-ce´que l'on peut dire que la laïcisation de la Truquie par Kémal s'est accompagné d'une réforme religieuse ?



Il n'y a pas eu de réforme religieuse, il y a eu une transformation sociale et politique qui a changé les rapports entre la politique et la religion.

Durand78 a écrit :
Est-ce exact ? Du temps de M.kemal ?

http://www.cafebabel.fr/article/26845/trans-dve-turecka-v-jednom.html

Citer :
Le kémalisme signifie bien plus que la simple séparation de l’Eglise et de l’Etat. « En Turquie, l’Etat contrôle toutes les activités et les organisations religieuses. Les imams sont payés par l’Etat »

...

(ndr:Le Coran).. contient également des instructions concrètes sur les relations civiles et la vie en société. L’islam implique la soumission absolue et inconditionnelle à Dieu. La loi islamique, la sharia, est supérieure à toute loi temporelle, façonnée par les hommes.



Oui, c'est exact.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Jan 2010 10:00 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Nov 2009 8:50
Message(s) : 609
Bonjour Lohengrin,

merci pour vos explications, c'est plus clair maintenant.

Amicalement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Juil 2010 0:00 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 02 Juil 2010 16:21
Message(s) : 11
Al-Mutakaddam a écrit :
Il n'empeche qu'ethniquement Hatay etait et est toujours composé d'Arabes , parlant l'Arabe etant Arabe , et par consequent appartenant legitimement et historiquement a la Syrie ou du moins doit etre independant en tant qu'Etat Arabe souverain .


N'est-ce pas là souscrire à la "pureté" ethnolinguistique comme seule base légitime pour la constitution d'un État ? Je suis citoyen suisse. Le fait de côtoyer des germanophones et des italophones ne me pose aucun problème, pas plus qu'à la majorité de mes concitoyens (même si nous les francophones sommes une minorité). Au contraire.
Certes, le gouvernement suisse n'est pas la Turquie kémaliste, et je n'ai à souffrir ni de slogans de type "heureux est celui qui se dit germanophone" (cf. Mustafa Kemal), ni de discrimination basée sur ma langue. Mais il faut faire attention avec ce genre de raisonnement, d'autant que nombre de territoires (la plupart ?), à l'instar de l'ex-Yougoslavie, sont impossibles à diviser selon des frontières ethno-confessionnelles, sauf à recourir à l'épuration ethnique.
Par ailleurs, les États dits "arabes" sont-ils tous complètement arabophones ? La Syrie, l'Irak doivent-ils se séparer de leurs régions à majorité kurde ? Je ne sais pas à quel point les arabophones d'Antakya sont discriminés, mais ceux que je connais sont fiers de leur nationalité, tout en aimant leur seconde langue maternelle, l'arabe, que j'utilise pour converser avec eux.
La question n'est pas seulement de savoir qui de la Turquie ou de la Syrie avait raison, mais aussi de savoir ce que voudrait la population concernée.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Sep 2010 23:46 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 22 Sep 2010 10:23
Message(s) : 95
La thématique de départ porte sur une annexion d'une région à population arabe et d'histoire arabe avec Antioche par l'Etat turc.

Cependant, on n'a pas manqué de parler de l'abandon de l'alphabet arabe pour adopter l'alphabet latin. Il y a différentes raisons à cela : linguistique, orthographique, socio-culturelle, politique, diplomatique, etc., etc.

Cependant, il y a un non-dit très peu connu dans cette réforme. L'historien turc Taner Akçam http://fr.wikipedia.org/wiki/Taner_Ak%C3%A7am le dit dans son livre : Un acte honteux : le génocide arménien et la question de la responsabilité turque éditions Denoël (page 11 de la préface dans l'édition de New York, 2006)

Avec l'abandon de l'alphabet arabe utilisé en osmanli, on créait un écran derrière les nouvelles générations turques : ...non pas seulement par volonté de modernisme, mais aussi pour qu'elles ne soient pas informées sur le génocide arménien de 1915. La presse ottomane, les publications, les décrets, les archives ottomanes leur devenaient très peu accessibles. Il s'agissait de gommer le souvenir des crimes de masse.

Il y a eu des conséquences au niveau d'une vie familiale turque : un turc ne peut pas retrouver et reconnaître à la longue la tombe de son père ou de son grand-père dans le cimetière.

Aujourd'hui au niveau de l'histoire, les Turcs d'aujourd'hui ne sont pas au courant du procès des criminels jeunes turcs à Istanbul en 1919 parce que écrit en caractères arabes :

- http://www.armenews.com/IMG/verdict_pro ... oman_1.pdf

- http://www.armenews.com/IMG/verdict_pro ... toman_.pdf

- http://en.wikipedia.org/wiki/File:Instr ... ril_24.png

Adic (Paris)
#1144


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB