A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Août 2017 5:05

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 120 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 18 Jan 2017 20:09 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1749
Hugues de Hador a écrit :
Il sera décapité au Caire sur ordre du sultan en raison de ses échecs.

Pierma a écrit :
Il y a déjà eu sur ce fil de nombreux exemples du même style. Dur métier que celui de général de l'empire.


Faut reconnaître qu'à ce niveau, ça rigole pas chez les Ottomans !!!

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 19 Jan 2017 17:11 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1738
Localisation : Nanterre
Hugues de Hador a écrit :
Faut reconnaître qu'à ce niveau, ça rigole pas chez les Ottomans !!!
lol lol lol Effectivement, il me semble d'ailleurs que c'était une spécificité de l'empire ottoman. Je n'ai pas de souvenir que cela soit arrivé dans une autre civilisation.

Dans l'imagerie populaire, je pense que cela a contribué à faire du Grand Turc l'archétype du potentat absolu, que ses généraux n'osaient pas contrarier, ni à forte raison concurrencer. Je me demande si cela n'a pas inspiré Dark Vador et sa technique d'étranglement :wink:
Image

Blague à part, pour les Occidentaux, le Grand Turc est la quintessence du monarque oriental, héritier du Grand Roi Perse redouté des Grecs.
En pratique, cela est surtout dû à son organisation très centralisée et performante du moins au début.

Le pouvoir du souverain a quelques limites : dans le domaine législatif, il ne peut s'écarter de la chariah, qu'il est censé défendre. Mais cela lui laisse tout de même de larges domaines (commerce, relations internationales) dans lesquelles il peut théoriquement tout faire.

Le fait est que les principales menaces au pouvoir du Padishah proviennent avant tout de sa famille ou des grands corps comme les Janissaires.

Il me semble en revanche que les Ottomans n'ont pas construits de nouvelles villes. Voyez-vous un contre-exemple ?

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 19 Jan 2017 17:34 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1749
Nebuchadnezar a écrit :
Effectivement, il me semble d'ailleurs que c'était une spécificité de l'empire ottoman. Je n'ai pas de souvenir que cela soit arrivé dans une autre civilisation.


Ben disons que chez les Mongols de Gengis Khan, ça rigolait pas trop non plus.

Et pourtant, le "boss" savait faire preuve de mansuétude. J'ai en mémoire un épisode de ce type et concernant la Bataille de Perwan, été 1221.

Une des rares bataille faisant partie de la campagne contre le Kharezm que les Mongols perdent

Lorsque Chiqi Qutuqu, le général battu, se présente devant Gengis, la ceinture sur ses épaules en signe de soumission et convaincu de sa responsabilité dans la défaite, il attend patiemment la sentence qui ne peut être qu'une sentence de mort.

Mais Gengis khan va surprendre tous le monde. Il se fait expliquer la bataille par son général malchanceux, critique la tactique employée, explique ce qu'il aurait du faire et lui dit que cette défaite sera une leçon dont il tirera profit pour d'autres batailles.

Nebuchadnezar a écrit :
Il me semble en revanche que les Ottomans n'ont pas construits de nouvelles villes. Voyez-vous un contre-exemple ?


En effet, je cherche mais je ne trouve pas d'exemple.

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 19 Jan 2017 17:46 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1738
Localisation : Nanterre
Au XVe siècle en tout cas, l'organisation de l'armée et de sa logistique a de quoi surprendre et inquiéter les Occidentaux.

D'un côté, les troupes d'élite (infanterie des Janissaires, cavaliers) ainsi que l'artillerie et la flotte sont maintenues grâce à une administration centralisée et un système fiscal performant :
  • capitation (djizia) pour les non musulmans
  • impôt foncier : karadj pour les non musulmans, taxe de tenure pour les autres
  • taxes sur la production et le commerce
Je tire cela de ce site.

De l'autre, la masse de la cavalerie des Sipahi est entretenue de manière décentralisée par le système du Timar. Le détenteur d'une concession perçoit les taxes et les utilise pour entretenir une troupe de cavalerie.

De cette manière, l'empire dispose à la fois de nuées de cavaliers archers qui vont dépister, aveugler, harceler puis encercler l'adversaire, et de troupes d'élites qui vont lui porter le coup de grâce en détruisant ses armes lourdes et en prenant ses villes.

En comparaison, à l'époque, le roi de France tente péniblement de mettre en place un impôt permanent, pour l'armée nationale qu'il veut, et qui se développera au détriment des troupes locales.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 19 Jan 2017 17:52 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1749
Nebuchadnezar a écrit :
De l'autre, la masse de la cavalerie des Sipahi est entretenue de manière décentralisée par le système du Timar. Le détenteur d'une concession perçoit les taxes et les utilise pour entretenir une troupe de cavalerie.


Et donc, pour pas se tromper, le 'système du Timar" c'est bien pour les "Timarlı Sipahi" (ou Timariots).

Et pas pour les "Kapıkulu Sipahi" , cavaliers réguliers faisant partie de la "Kapıkulu Ocağı" (littéralement les "esclaves de la Porte")

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 0:40 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
Nebuchadnezar a écrit :
Pour enrichir ce résumé, connaît-on les effectifs de l'armée ?

Les janissaires : 6 000 sous Mehmed II, 12 000 sous Süleyman, 35 000 à la fin du XVIème
Cavalier kapïkulu : 6 000 au XVIè, 20 844 fin XVIIè, 22 169 début XVIIIè
Timârli sipâhi : 90 000 début XVIè

En résumé, les soldats kapïkulu (janissaires, sipâhîs, armuriers, artilleurs) :
1451-1481 : 10 à 12 000
1481-1520 : 12 à 16 000
1520-1590 : 16 à 30 000
1630-1670 : 60 000 – 50 000
1704 : 70 000

Citer :
Tout au long de son histoire, l'armée ottomane semble toujours se battre en supériorité numérique.

Je n'ai que quelques connaissances jusque sous Sélim II.
Supériorité numérique : tout ceci dépend de quelle bataille.
L'armée ottomane par exemple ne viendra jamais à bout des Safavides qui pratiquent une politique de terre brûlée et dont l'armée se dérobe.

Citer :
L'évocation de ce siège permet également de ne pas oublier une composante importante de l'armée ottomane : la flotte de galères, qui lui permet de dominer la Méditerranée orientale.

Aucune grande politique n'est possible sans la maîtrise de la mer. Chez les occidentaux, construire une flotte est lent, cher et encore faut-il que ceux qui la commandent s'entendent dans la tactique à mener.
Quelques mois suffisent aux Ottomans pour mettre sur cales plusieurs centaines de bâtiments (les pertes à Lépante seront remplacées en un hiver : 200 bâtiments dont 130 galères de combat). Les forêts de Bithynie, les montagnes voisines de la mer Noire, la Crimée approvisionnent en bois ; la Bulgarie : bois et fer ; tissus de voilures et tentes (Grèce, Anatolie, Egypte) ; le chanvre et la filasse proviennent des régions humides de la mer Noire, Samsun fournit les cordages ; l'étoupe vient de Thrace et d'Izmit, d'Egypte et de Macédoine donc le calfatage est assuré ; la poix d'Albanie ; de Bulgarie, Valachie et de Thrace vient le suif.
En face, il faut importer.
Vers 1550, Galata compte plus de 120 docks couverts, chacun capable de recevoir deux navires mis sur cales ou abrités pendant la mauvaise saison.
Les Habsbourg doivent constamment discuter avec les amiraux de Naples, Gênes, Venise...
Le vieil arsenal de Bâyâzid Ier à Gallipoli a été agrandi sous Mehmed II, rénové sous Süleyman.

Pour la campagne de Rhodes, 100 vaisseaux sont rassemblés, 135 pour Castelnuovo, 200 pour Malte. Cependant, sur mer, c'est la discipline qui fera la différence. François Ier se défera de Doria, récupéré par les Impériaux : ceci donne déjà le ton.
Avant de se tourner vers la Hongrie, la Porte est déjà maîtresse de la Méditerranée.

Citer :
En Méditerranée occidentale, l'empire anime la guerre de courses contre les états chrétiens en s'appuyant sur ses états vassaux, les républiques pirates barbaresques.

Non, pas essentiellement.
Les divisions internes à l'Occident font l'essentiel du travail, des alliances passées durant l'épisode de la Réforme aident le Grand Turc. On peut même se demander si la Réforme aurait pu autant avancer sans la Porte, elle aurait sans doute fini en un épisode tel l'insurrection cathare.

Citer :
L'empire ottoman ne semble pas être intervenu dans l'Océan Indien. Quelqu'un peut-il confirmer ?

Hugues de Hador a répondu.

Citer :
... et un système fiscal performant :

Certes et tout n'a pu être explicité car il faudrait entrer dans le "découpage" territorial.

Citer :
En comparaison, à l'époque, le roi de France tente péniblement de mettre en place un impôt permanent, pour l'armée nationale qu'il veut...

François Ier ? S'il s'agit de lui, ses bévues et ses obsessions auront beaucoup plus coûté encore. La France a dû payer pour le voir revenir (la gabelle avait été triplée), il faudra de nouveau payer pour le retour des enfants de France et il continuera à s'obstiner dans ses visions italiennes et tant d'autres ratages sans compter la confiance perdue au niveau de ceux qui étaient ses alliés, il fut un temps.

Citer :
il ne peut s'écarter de la chariah,

Il existe les lois "orfi" mais là encore il faudrait expliciter la législation. C'est une vision très occidentale d'imaginer que seule la chari'a commande tout... Cette prise en compte des us et coutumes pour les intégrer à des "Kânûnnâme" est important.
Cependant, le Sultan ne peut pas "tout faire" dans les relations internationales ni dans le commerce.
Pour les menaces familiales, j'ai déjà évoqué la manière d'anticiper le problème.
Pour ce qui concerne la construction, on répare, on renforce. La construction n'est pas l'importance première, elles sont plutôt "reconfigurées".

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 0:48 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1738
Localisation : Nanterre
Hugues de Hador a écrit :
Et donc, pour pas se tromper, le 'système du Timar" c'est bien pour les "Timarlı Sipahi" (ou Timariots).

Et pas pour les "Kapıkulu Sipahi" , cavaliers réguliers faisant partie de la "Kapıkulu Ocağı" (littéralement les "esclaves de la Porte")
Merci beaucoup Hugues ! B)
On voit bien que l'armée ottomane était bien organisée avec des troupes d'élites et de l'autre, des troupes légères nombreuses.

Autre point : au niveau de la démographie, le seul chiffre que j'ai - une évaluation, bien entendue, donne 30-35 millions d'habitants en 1600 - son apogée, pour une superficie de 5 millions de km carrés.
Par comparaison, la France à la même époque, c'est 20 millions d'habitants pour une superficie dix fois moindre.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 10:10 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1749
Hugues de Hador a écrit :
Et donc, pour pas se tromper, le 'système du Timar" c'est bien pour les "Timarlı Sipahi" (ou Timariots).

Et pas pour les "Kapıkulu Sipahi" , cavaliers réguliers faisant partie de la "Kapıkulu Ocağı" (littéralement les "esclaves de la Porte")
Nebuchadnezar a écrit :
Merci beaucoup Hugues ! B)
On voit bien que l'armée ottomane était bien organisée avec des troupes d'élites et de l'autre, des troupes légères nombreuses.


De rien

Et donc, le "système" du Timar est bien une sorte de système féodal. Un petit seigneur reçoit un 'Timar" (fief) qu'il gère à son profit et doit en contre partie fournir un contingent de soldats qu'il équipe à ses frais pour les guerres du Sultan.
Attention : ces soldats ne sont donc pas des esclaves !!!!

Information importante : ces 'petits seigneurs" n'étaient pas tous musulmans.

ci-dessous, deux petits extraits tirés du site indiqué par Nebuchadnezar quelques posts plus haut :

certains membres de la petite noblesse militaire chrétienne des Balkans purent être incorporés dans la classe des "Askeris" ottomans et reçurent des fiefs du sultan, au début sans même avoir dû se plier à la formalité de se convertir à l'Islam. Dans l'Europe ottomane du XVe siècle, un certain nombre de membres de la cavalerie féodale pourvue en terres appartenaient à la petite noblesse chrétienne ; au siècle suivant, presque tous étaient assimilés à l'Islam ottoman." (Bernard Lewis, op. cit., p. 65)



"La société ottomane, société militaire par excellence, accordait plus d'importance à la distinction entre guerriers et non guerriers qu'à la distinction entre musulmans et non musulmans. Nombreux étaient donc les Sipâhî (Timarlı Sipahi) ou cavaliers chrétiens au service de la Porte. Ceux-ci jouissaient des privilèges reconnus aux "Askerî", aux hommes-liges du Sultan : le port d'armes et l'exemption d'impôts, auxquels il faut ajouter l'attribution des revenus d'une tenure ou timâr automatiquement consentie à tous les Sipâhî (Timarlı Sipahi) en échange de l'accomplissement de leurs obligations militaires. Le nombre et la proportion de ces cavaliers chrétiens, d'abord considérables au XVe siècle, décrurent certes rapidement. Toutefois, les chroniques en signalaient encore l'existence deux siècles plus tard." (Thierry Mudry, Guerre de religions dans les Balkans, Paris, Ellipses, 2005, p. 183)



Remarque : un Askeri sous l' Empire Ottoman , est un homme qui fait partie d'une classe d'administrateurs impériaux.

Cette classe d' élite se composait de trois groupes principaux: l' armée , les fonctionnaires de la cour et le clergé religieux . Bien que le terme lui-même signifie littéralement « de l'armée ».

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 12:00 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1738
Localisation : Nanterre
Hugues de Hador a écrit :
Et donc, le "système" du Timar est bien une sorte de système féodal. Un petit seigneur reçoit un 'Timar" (fief) qu'il gère à son profit et doit en contre partie fournir un contingent de soldats qu'il équipe à ses frais pour les guerres du Sultan.


Effectivement, c'est bien un système presque féodal : il est dit sur la page Wikipedia [url="https://en.wikipedia.org/wiki/Timar"]en anglais[/url] que le seigneur timariote devait protéger les paysans, faire la police, superviser la manière dont il devait cultiver la terre et assurer la mise en culture des friches. Sa mission principale était en tout cas de prélever l'impôt et de fournir le contingent de soldats.

Trois aspects le distinguent du système féodal :
  • c'est une charge publique attribuée par décret, (et non un don d'homme à homme en échange d'un hommage)
  • il n'est pas héréditaire,
  • il ne comporte pas de droit de justice : le timariote ne peut condamner un de ses "sujets" sans l'accord d'un juge impérial (pas de cour seigneuriale).
Par ailleurs, il ne me semble pas que le Timar couvrait l'intégralité des terres, mais était destiné à des régions déterminées (frontalières ?). Est-ce vrai ?

Citer :
Information importante : ces 'petits seigneurs" n'étaient pas tous musulmans.
Oui. Il semble que l'empire ottoman a construit une idéologie impérialiste qui transcendait l'appartenance religieuse. On sait qu'une fois l'empereur byzantin vaincu, Mehmet II s'est présenté comme son successeur.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 13:16 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
Nebuchadnezar a écrit :
c'est une charge publique attribuée par décret, (et non un don d'homme à homme en échange d'un hommage)

Par décret et pour un temps limité. N'est pas concédé le territoire et les paysans qui y sont liés mais les dîmes et taxes en argent et en nature à percevoir sur ces derniers. Les obligations militaires sont fixées en fonction du revenu annuel des tîmar alloués :
- Khâss ---> revenus annuels > 100 000 aspres (vizirs, beys)
- Ze'âmet ---> 20 000 à 100 000 aspres (chefs militaires)
- Timâr proprement dit ---> < à 20 000 aspres
Le timariote n'est donc pas un propriétaire, il ne jouit qu'à titre temporaire (3 ans) et contre services de revenus à majorité fiscale. Faire une comparaison avec le système féodal -en ôtant simplement les multiples hommages- me semble étrange.

Citer :
il n'est pas héréditaire

Si parfois.

Citer :
il ne comporte pas de droit de justice : le timariote ne peut condamner un de ses "sujets" sans l'accord d'un juge impérial (pas de cour seigneuriale).

Pour la justice, elle dépend d'un système appliqué à tout l'empire.

Citer :
... mais était destiné à des régions déterminées (frontalières ?). Est-ce vrai ?

Je l'ai lu en effet.
Après le XVIè, les timâr perdent leur intérêts militaires et sont rattachés aux domaines de la couronne ou concédés, ce qui créera une sorte d'aristocratie provinciale, ce qui entraînera de profonds changements socio-économiques.

Citer :
On sait qu'une fois l'empereur byzantin vaincu, Mehmet II s'est présenté comme son successeur.

J'ignorais ceci, comment "son successeur" ? A quel(s) niveau(x) ?

Hugues va certainement nous éclairer sur cette proposition. Merci pour les sources et le recadrage des Askeri. :-)
J'ai trouvé ceci :

[... les sujets du sultan se distinguent selon une portée juridique et idéologique plutôt que sociologique, en deux catégories : les 'asker et les re'âya (tous les producteurs "sujets du souverain" qui soutiennent l'Etat par un prélèvement fiscal sur leur travail)...]

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 15:35 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1738
Localisation : Nanterre
ezio-auditore a écrit :
Les janissaires : 6 000 sous Mehmed II, 12 000 sous Süleyman, 35 000 à la fin du XVIème
Cavalier kapïkulu : 6 000 au XVIè, 20 844 fin XVIIè, 22 169 début XVIIIè
Timârli sipâhi : 90 000 début XVIè

En résumé, les soldats kapïkulu (janissaires, sipâhîs, armuriers, artilleurs) :
1451-1481 : 10 à 12 000
1481-1520 : 12 à 16 000
1520-1590 : 16 à 30 000
1630-1670 : 60 000 – 50 000
1704 : 70 000
Merci, ezio-auditore, ainsi que pour les autres précisions. Il faudrait comparer avec les effectifs de troupes d'autres civilisations (je pointe au hasard les troupes françaises à la bataille de Marignan : 30 000 fantassins, 2500 cavaliers). Ca fait un ordre de grandeur de 100 000 combattants au début du XVIe siècle, avec 10 à 15% de troupes d'élite. Les avantages du double système sont évidents.

ezio-auditore a écrit :
Le timariote n'est donc pas un propriétaire, il ne jouit qu'à titre temporaire (3 ans) et contre services de revenus à majorité fiscale. Faire une comparaison avec le système féodal -en ôtant simplement les multiples hommages- me semble étrange.
Comme je lis souvent que le Timar est un système quasi-féodal, j'essaie d'en comprendre les rouages pour faire apparaître les similitudes et les différences.

Citer :
Citer :
il n'est pas héréditaire
Si parfois.
En fait, un territoire timariote "héréditaire" est simplement reconduit de génération en génération. Théoriquement, c'est donc le sultan qui le réattribue à chaque fois. Il n'y a pas de propriété du titre.

ezio-auditore a écrit :
J'ignorais ceci, comment "son successeur" ? A quel(s) niveau(x) ?
Le sultan nomme un nouveau patriarche pour l'église orthodoxe. De plus, dans les relations diplomatiques, il dénie le titre d'empereur à son "homologue" du Saint Empire Romain Germanique.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 16:54 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
Nebuchadnezar a écrit :
Merci, ezio-auditore, ainsi que pour les autres précisions.

En cherchant, je puis peut-être trouver, lors de batailles, le nombre en face parce-que la chose militaire et moi...

Citer :
En fait, un territoire timariote "héréditaire" est simplement reconduit de génération en génération. Théoriquement, c'est donc le sultan qui le réattribue à chaque fois. Il n'y a pas de propriété du titre.

Merci de cette précision.
J'avais :
[... à quelques exceptions près, le timariote ottoman ne reçoit pas sa dotation à titre héréditaire. Mais à partir du XVIè, la Porte doit parfois accepter qu'un timariote puisse transmettre à son fils la dotation dont il est bénéficiaire. ... Le timâr ottoman n'a rien de commun avec le fief du système féodal occidental.
L'armée "timariale" peut compter quelques 90 000 hommes, début XVIè. L'armement ... arc, bouclier, sabre, lance et masse d'arme. L'armée est saisonnière ... les sipâhi revenant passer l'hiver sur leurs timâr... ] (F. Hitzel : L'Empire ottoman - XV/XVIIIèmes siècles)


Citer :
Le sultan nomme un nouveau patriarche pour l'église orthodoxe. De plus, dans les relations diplomatiques, il dénie le titre d'empereur à son "homologue" du Saint Empire Romain Germanique.

J'ai lu sur le wiki anglais mais pour trouver ceci, il a fallu que je clique sur "Mehmet II" -côté net anglais-, que je lise les références ainsi que "La bataille de Constantinople", j'avais donc déjà posté.
Concernant Charles V, il s'adresse à lui en tant que roi d'Espagne et encore, c'est là le plus sympa...

Kurnos a écrit :
Comment qualifier les méthodes de Khizir Khayr ad-Dîn dit « Barberousse » ?

Comme celle d'un corsaire aux ordres de son maître et des amis de celui-ci.

[Les Ottomans débarquèrent à Marseille en octobre 1534. C'était la première fois que les Français voyaient des navires de guerre turcs. Les habitants furent effrayés par ces étrangers bizarrement accoutrés, parlant une langue incompréhensible et ne buvant pas de vin...]

Ce qui étonne les Français ne semble pas être la barbarie des "étrangers" mais la tournure et l'absence d'ivrognerie. ;) A ce moment, François Ier est toujours dans son "rêve italien". Cependant on commence à gloser en Europe, il faut donc donner bonne figure et en ceci :

[... François Ier choisit Jean de La Forest ... Protonotaire apostolique, abbé de Saint-Pierre-le-Vif-de-Sens et chevalier de Saint Jean de Jérusalem.
Les instructions que reçut La Forest à son départ étaient claires. Il devait d'abord se rendre auprès de Barberousse, l'informer du projet français d'attaquer Gênes
(c'est ce côté obtus du roi de France qui fit que le gênois Doria, un poil chauvin passa aux Impériaux) par la terre et lui demanda de faire de même par la mer. La soumission de Gênes et de la Corse...]
semblait incontournable au roi de France.

[... il (La Forest) devait lui (à Soliman) proposer de proclamer la "paix universelle", à la condition que Charles Quint restituât à la France Gênes, Milan et les Flandres. ... Si l'empereur refusait, on lui ferait la guerre. Soliman verserait à la France un subside d'"ung million d'or", ou bien entrerait en guerre et Barberousse attaquerait la Sicile et la Sardaigne où il établirait un vassal qui paierait tribut au sultan. La Forest devait aussi essayer de dissuader le sultan d'attaquer du côté du Danube car les princes allemands se joindraient alors à l'empereur, au grand dommage du roi de France. ... La Forest débarqua à Istanbul en juin 1535...]

Süleyman est alors en Perse, après la prise de Bagdad (campagne des deux Irak assez néfaste à Pargali). Réaction du sultan de retour à Istanbul : "Comment pourrais-je me fier à votre roi quand il se déclare toujours le défenseur de la foi chrétienne et promet toujours plus qu'il ne peut tenir ?"

- J. Ursu : La politique orientale de François Ier ;
- A. Clot : Soliman le Magnifique ;
- Ch. Duvauchelle : François Ier & Soliman le Magnifique, les voies de la diplomatie à la Renaissance.

Un passage me laisse perplexe :
[Au début du XVIIè, la France obtiendra l'autorisation de protéger les pèlerins chrétiens allant à Jérusalem, ce qui lui assurera un protectorat de fait puis de droit sur les Catholiques, personnes et biens, des pays soumis au sultan, en particulier sur les Lieux saints. De ce jour date la tradition, constamment maintenue par tous les régimes que la France a connus, de défendre la cause des Chrétiens d'Orient.]

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 17:26 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
... toujours sur le timariote et les conflits :

[Le nombre d'hommes et la nature de l'équipement que le timariote doit amener avec lui sont en fonction de l'importance du timâr. Si le timâr est d'un revenu annuel > 4 000 aske (un cheval en vaut 400), le sîpahî doit avoir avec lui un homme muni d'une cotte de mailles (cebelü) ; au-dessus de 15 000 akse, un de ces hommes par fraction de 3 000 akse ; le "subasi" (capitaine, gouverneur d'une ville) un par fraction de 4 000 akse et le sancakbey, un par fraction de 5 000 akse. ... A partir d'un certain revenu (30 000 pour les subasi, 50 000 pour les sancakbey), il est tenu de fournir une armure pour cheval (gecim) ... il doit aussi apporter des tentes dont le nombre et le type dépendent du revenu de sa dotation. Les grands timariotes apportent des tentes pour divers usages : le Trésor, la cuisine, la sellerie etc.
Tout l'équipement est ainsi fixé d'avance et le commandement sait exactement les forces et le matériel sur lesquels il peut compter au moment de la mobilisation. Certains timariotes qui ont des revenus de plusieurs centaines de milliers d'akse amènent des escadrons entiers.
Sous le commandement des subasi, tout le monde rallie à la date fixée, l'étendard du bey qui, la mobilisation achevée, prend le commandement des troupes jusqu'au lieu du rassemblement où le sultan les passe en revue
... le timâr repose sur le principe fondamental de l'Empire ottoman ... Les timâr étaient donc par principe attribués aux soldats qui s'étaient distingués au combat. Le sancakbey ou le beylerbey faisait la proposition et, l'accord de la Porte obtenu, ils délivraient une attestation ; l'attribution était inscrite sur un registre, avec le montant de la dotation. Un fils pouvait hériter du timâr de son père avec l'accord de l'administration, à condition qu'il appartînt à la classe militaire ou fût un esclave du sultan (kul).
Le timâr pouvait aussi être retiré à son titulaire s'il négligeait son service, s'il ne se présentait pas à la mobilisation, s'il se rendait coupable de trahison, de désertion ou de certains délits tels que crime, impiété, mauvais traitement infligé à ses paysans (reay'a), ainsi cette dotation devait être constamment méritée...]

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 17:40 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1749
Il est à noter que, de tous les "Peuples cavaliers nomades" d'Asie centrale (antiquité et Moyen-age) seuls les Magyars (Hongrois) et les Türks Ottomans ont réussi à se sédentariser et à rendre pérenne leur états.

Les premiers se sont christianisés, les seconds se sont islamisés.

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'Empire Ottoman
Message Publié : 20 Jan 2017 17:52 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1738
Localisation : Nanterre
Hugues de Hador a écrit :
Il est à noter que, de tous les "Peuples cavaliers nomades" d'Asie centrale (antiquité et Moyen-age) seuls les Magyars (Hongrois) et les Türks Ottomans ont réussi à se sédentariser et à rendre pérenne leur états.
Effectivement. A mon avis, c'est le trait le plus important de leur civilisation.

Demeurait-il des populations nomades dans l'empire, en dehors de ses marches arabes ou asiatiques ?

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 120 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB