A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Fév 2017 18:24

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 17 Avr 2015 17:38 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Jan 2015 16:41
Message(s) : 16
Je m'intéresse aux relations politiques entre les états subsahariens musulmans et les états d'orient entre le moyen-âge et le XIXème siècle.

L'orient se souciait-il de ces derniers ? Hors esclavage, mais au niveau politique, diplomatique, culturel (sciences, littérature etc...).

Si l'on se réfère à cette carte de 1844 (j'ignore son exactitude) http://www.noelshack.com/2015-16-142928 ... sation.jpg on peut voir beaucoup d'états noirs ayant le statuts d'émirat ou de sultanat, voire même le Sokoto carrément auto-proclamé califat. D'où mon questionnement, les pays noirs musulmans jouissaient-ils d'une autonomie ou devaient ils-rendre des comptes aux califats orientaux ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Juin 2015 2:37 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Mai 2015 16:31
Message(s) : 6
Pour quels raisons auraient-ils rendus des comptes aux états orientaux ? En Afrique de l’ouest les relations avec les états arabo-berbéres du nord sont quasi-nulles. Le Maroc constitue une exception en ce qu’il a dans certaines périodes de son histoire eu une véritable politique soudanaise.

La dynastie Almoravide trouve ses origines dans un ribat (sorte de couvent militaire) situé au sud de la Mauritanie voir sur le fleuve Sénégal. En 1054 les Almoravides, alliés au royaume du Tekrour se lancent à la conquête de l’empire du Ghana. On a longtemps cru que cette entreprise fut un succès, ce qui est remis en cause aujourd’hui. Le prince Almoravide Abu Bakr Ibn Omar périt en 1087 lors d’une campagne dans l’actuel Sénégal.
Les cours du sultan Marocain Abdul Hassan et celle du Mansa Malien Kankou Moussa s’échangèrent de nombreux cadeaux mais cela tient de l’anecdote.
Au 16e siècle l’empire Songhai et la monarchie Saadienne entretenaient des relations politiques tendues du fait de la rivalité autour de mines de sel de Tegghaza qui appartenaient à l’empire Songhaï mais que les Marocains revendiquaient. En 1544 les Marocains lancent une expédition pour prendre les salines, c’est un échec et l'askia réplique en envoyant des cavaliers Touaregs razzier la région de Draa dans le sud Marocain.
Une nouvelle expédition Marocaine est lancée en 1556-1557, il s’agit cette fois-ci d’un succès. S'ensuit néanmoins des négociations grâce auxquelles l’askia obtient des redevances sur l’exploitation des mines de sel , les tensions reprennent pourtant assez rapidement et les sultans Marocains se mettent à rêver d’une conquête du Soudan.
En 1584 est envoyée une expédition qui se perd dans le désert.
En 1590 une nouvelle expédition est lancée , composée en majorité de renégats. Celle-ci arrive au but et le 12 avril 1591 vainc le gros de l'armée Songhaï durant la bataille de Tondibi. Les Marocains y sont largement en sous-nombre mais les troupes Songhais n'ayant jamais vu de fusils sont terrifiées et facilement mises en déroute. D'autre victoires suivent , parfois contre d'autre armées africaines. Tombouctou,Gao et Djenné (les 3 villes les plus importantes de la boucle du Niger) sont prises. Un prince Songhaï, Nouh, lance une campagne de guérilla contre les Marocains qui continuent par ailleurs d'envoyer des troupes au Soudan. Cela dure une dizaine année et les armées de Nouh connaissent a peu prés autant de succès que d'échecs. Elles n’arrivent pas à reprendre le centre de l’empire mais l’indépendance de sa partie orientale est assurée (on parle d’empire de Dendi). Finalement les deux camps, fatigués de la guerre et incapables d'obtenir une victoire décisive , font la paix.
En 1612 le Maroc arrête d'envoyer des troupes au Soudan. Très vite le pouvoir Marocain ne s’exerce plus que sur les villes conquises et leurs alentours proches. Les soldats Marocains se métissent et leurs chefs prennent leur indépendance par rapport aux sultans Marocains qu'ils ne reconnaissent plus. C’est le temps des Armas , nom que l'on donne à l'ethnie formée par les métis Maroco-Songhai. J'avais entendu dire que ce nom proviendrait du mot arme en Espagnol (n'oublions pas que les troupes Marocaines étaient surtout formées de renégats).
Culturellement les Armas sont de fait des Songhais, la seule chose qui les différencie des autres Songhais et leur ascendance prestigieuse qui historiquement leur a donnée divers avantages. Physiquement en quelques générations ils ressemblaient à tous les autres Soudanais.

Aprés cet échec le Maroc semble continuer d'entretenir des relations dans la région, au moins épisodiquement.
Il accueille par exemple dans les années 1630 un prince Songhai chassé de l'empire de Dendi, Ismaël et lui fournit des troupes pour reprendre le pouvoir.
Quelques princes Peuls du Fouta-Toro résident aussi un temps au Maroc, dont Boubakar Siri qui pourra bénéficier de l'aide de 12.000 soldats Marocains pour le soutenir au cours d'une guerre civile. Ces soldats, que l’on nomme hormans, se révèlent rapidement incontrôlables. Ils prennent leur indépendance et se comportent à la manière des grandes compagnies de la guerre de cent ans lorsqu’ils ne servent pas de mercenaire pour les princes sénégambiens , favorisant la naissance de guerres dynastiques. Des relations sont aussi entretenues avec les tribus arabo-berbères de Mauritanie.


La tournée ouest-africaine effectuée par le roi du Maroc en 2014 rappelle cet intérêt historique du Maroc pour la région. Il vient d’ailleurs d’achever récemment une nouvelle tournée.


Sinon pour ce qui est du symbolique l'Askia Mamadou Touré fut investi Calife du Tekrour par le chérif de la Mecque qui lui remit un sabre, un bonnet vert et un turban blanc, ce qui devint les insignes des Askias (le Tekrour est un petit royaume du nord-Sénégal, l'un des premiers que les arabes rencontrent en Afrique de l'ouest, le nom de cet état à fini par désigner par extension toute l'Afrique de l'ouest). Un neveu du cherif, Es-Seqli, accompagna l'Askia dans son empire.

El hadj Oumar , fondateur de l’empire Toucouleur, a reçu lors de son pèlerinage à la Mecque le titre de Calife de la confrérie Tidjane pour le Tekrour.

Par contre Ousman Dan Fodio, le fondateur de l'empire du Sokoto, s'est bien auto-proclamé calife.
Quand à la carte elle est fausse, en 1844 il devrait ne plus avoir d'empire Songhai par exemple.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juil 2016 19:35 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 08 Juin 2016 18:06
Message(s) : 7
"Pour quels raisons auraient-ils rendus des comptes aux états orientaux ?"

Peut-être parce ce qu'islamiquement parlant les musulmans sont (étaient) sensés reconnaître qu'une seule autorité politique au dessus des autres ? Les différents sultanats, émirats, royaumes etc faisaient tous allégeance au calife en place il me semble, mais l'Afrique de l'Ouest pourtant à majorité musulmane est toujours traitée à part lorsqu'on évoque les périodes califales.

Ma question portait sur l'orient pas sur l'Afrique du nord.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB